Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : lundi 25 avril 2016

Hidalgo, Valls, CRIF, Dubosc

Ainsi, les révolutionnaires de Nuit Debout craindraient des intrusions « fascistes ». Jouant depuis un mois à Mai 68, ils font désormais joujou à février 1934, voyant du noyautage facho partout. On se demande où sont les complotistes…

 

Complosphère contre connosphère

Pendant ce temps-là, les Français vaquent à leurs occupations, entre bosser et chercher du boulot. Ce n’est pas une poignée de lycéens squattés par des zonards et manipulés par les escrocs de la fausse gauche qui va leur expliquer la vie. Les historiens de la politique savent qu’un mouvement sans organisation claire ni but assumé ne peut être efficace. Il ne sert pas le plus grand nombre, mais des intérêts particuliers qui avancent masqués… derrière les Grands Mots : liberté, égalité, justice... Tout ce que le pouvoir réel piétine avec cynisme du matin au soir.

Ce que les journalistes ignares ou soumis appellent avec crainte et tremblements « complosphère » n’a jamais essayé de noyauter un mouvement déjà totalement manipulé par les trotskistes pour le bienfait du lobby au pouvoir, caché derrière un gouvernement fantoche, et une presse encore plus fantoche.

Les non-gauchistes qui observent une Nuit Debout, par simple curiosité politique ou sociale, mesurent et vérifient le degré d’ignorance des victimes de la propagande officielle de la gauche de la gauche, qui fournit de faux opposants à la gauche socialiste, histoire de justifier un faux pouvoir. Les gens informés se tiennent loin de cette mascarade pour moutons crédules plus ou moins jeunes. Il est néanmoins intéressant de décortiquer cette machinerie sociale, absolument stérile, mais parlante dans son métabolisme.

 

 

Marquage à la culotte

Il se passe tellement de choses aujourd’hui en France autour de la politique, qu’on du mal à distinguer ce qui est spontané de ce qui est fabriqué. La candidature de Macron, qui fait couler de l’encre, boule de billard hollandiste dans le jeu de Valls, pourtant supporté par le lobby ?
Le lobby maintient-il deux fers au feu ? Il nous semble qu’à la place des vrais décideurs, la constitution de paires en apparence opposées constitue la meilleure solution pour contrôler le jeu politique, et neutraliser tout débordement… démocratique pur. Les observateurs un peu fouille-merde auront remarqué une chose : BHL, qui se mouille pour Hollande dans le New York Times – la bible du lobby sioniste mondial –, un président pourtant brûlé politiquement, n’a jamais œuvré officiellement pour Valls. Pourtant, Valls est le premier choix du lobby, on l’a tous vu, depuis deux ans, avec le soutien du CRIF, de la LICRA, et de toute la sionosphère, qui comprend les médias dominants.
De toute façon, quel que soit le candidat, il a un parrain au lobby, plus ou moins avoué, à la manière du repris de justice Coco Tkt qui se trimbale partout avec son juge-rabbin Serfaty. Dernier candidat en date, la jolie Rama Yade, dont on ignore sil elle va se présenter en tant que femme, noire, républicaine ou autre chose (droitdelhommiste anti-Kadhafi).

 

Journée du Souvenir de qui commande

 

 

De son côté, Samuel Valls continue à multiplier les journées du Souvenir, de la Déportation, de Vichy et autres Auschwitz franchouillards. On rappellera à notre Premier porte-parole du CRIF que les camps de la mort, lente ou rapide, sont une invention germanique, et pas française, au cas où il aurait oublié, ou pas appris. Le CRIF n’a qu’à exiger de faire ses journées du souvenir (Erinnerung) en Allemagne, voire en Pologne (pamiatka), et arrêter de nous casser les oreilles et les yeux avec ça. C’est pas en allant à Auschwitz que six millions de Français vont retrouver du boulot. Un peu plus et dans les manuels d’Histoire, ça va être nous, la lie de l’Humanité.

 

JPEG - 75.4 ko
Les Japonais ont le souvenir pudique (commémoration des morts de Fukushima)

 

La triste Anne Hidalgo, maire de Tel-Aviv-sur-Seine (TA-SS), n’est pas en reste, elle qui cumule tout ce que l’homme politique dit moderne peut exhiber comme caractéristiques aberrantes, mais validées par le politiquement correct. Ses tweets sont un modèle du genre, et pourraient être générés par un robot. D’ailleurs, un robot pourrait faire son boulot, inaugurer les places « Ben Gourion » ou les jardins « Ilan Halimi » (ça c’était son prédécesseur), et envoyer des phrases creuses qui polluent les réseaux sociaux. Il fallait à notre capitale une représentante symbolique de la défaite de la Raison. C’est fait.

C’est fou ce que les « socialistes » du jour (100 ans après Jaurès) essayent de nous convaincre qu’ils font le Bien tout en faisant du mal. La GPA, l’esclavage des mères pauvres (aujourd’hui en Inde, demain en France), la marchandisation du vivant, le marketing de l’avortement, la manipulation des jeunes, l’abrutissement médiatique pour tous, le CSA laissant passer le vulgaire et bloquant la lucidité, toutes ces ignominies sont à mettre à l’actif d’une bande de dégénérés – car qui peut vanter à ce point la dégénérescence sans être soi-même moralement dégénéré ? – qui se prennent pour la pointe avancée de l’humanité.

Heureusement que les prochaines élections vont chasser ces ennemis de l’intelligence et du bon sens, ça commençait à devenir dangereux pour la paix sociale. Mais ne rêvons pas pour autant, ce qui se profile à la place ne vaut pas mieux. En bas, on est coincé. On n’a pas la main sur le choix de notre élite : l’élite naturelle est au mieux étouffée, au pire criminalisée. Tout ce qui est populaire est mal vu. Et nous ne parlons pas que des penseurs ou des comiques, du type Soral ou Dieudonné.

« Je trouvais que je lui avais tendu la main et j’attendais qu’il me tende la sienne au cinéma. Il a fait des films avec tout le monde, sauf avec moi », se plaint Élie Semoun à propos de Franck Dubosc

Prenez Dubosc. À chaque fois qu’il passe à la télé, il se fait déboîter. On le regarde avec condescendance. D’extraction simple, il est devenu populaire à force de travail, de talent, et de choix cinématographiques gagnants. En passant, on ne l’a jamais entendu dégoiser sur Dieudonné. Ce qui n’en fait pas un antisémite viscéral, loin s’en faut, mais il ne se mouille pas, comme d’autres « humoristes » ont pu le faire, pour sauver leurs marges, et leurs passages médias. Ne pas participer à la curée, c’est déjà pas mal. Ça ne mérite pas une médaille de la Résistance, mais dans le milieu très soumis et très communautaire du showbiz, où règnent l’intersurveillance et la délation, c’est une gageure.

 

Franck Dubosc ou le retour du petit Blanc

Ce qui a l’air simple ne l’est pas forcément. Franck Dubosc, sur scène et au cinéma, campe toujours le même personnage : le petit homme sans qualités, qui se rêve grand. Un décalage qui produit un comique de situation plutôt efficace.

Le personnage de Dubosc ne doute pas : il n’imagine pas une seconde un monde plus complexe que le sien, il ignore le jugement des autres, qui lui glisse dessus comme goutte d’huile sur toile cirée. Il est de la France d’en bas, qui dessine en creux la France d’en haut, qui n’est plus, comme chacun sait, très française dans l’âme. En incarnant l’homme écrasé, mutilé, impuissant (à moitié chômeur dans Camping, célibataire dans ses sketchs, perdant à tous les coups), le comédien montre les effets pervers de la domination, sans la dénoncer explicitement. Ses films ou spectacles sont éminemment politiques, à son corps défendant. On ne peut pas le comparer à Dieudonné, l’homme qui marche sur les mines dont les explosions le font avancer comme s’il avait chaussé les bottes de 7 lieues, mais pourquoi comparer les artistes ? Chacun fait ce qu’il peut avec ses moyens, son courage, ses calculs. Et tout calcul est un calcul de survie.

 

JPEG - 60.8 ko
Dans Bienvenue à bord , le naïf petit employé fait face au cynique capitaine du navire

 

Dubosc est l’exemple d’une résistance non violente à la domination violente des surhommes, domination qui castre les hommes, pour en faire des sous-hommes. Il incarne le dommage collatéral du rapport dominants/dominés, sans toutefois développer de haine de classe ni de désir de revanche sociale. On peut dire que son personnage est dans la réconciliation, avec un socle de valeurs morales en guise de bouclier. Ce petit Français accepte son sort, c’est-à-dire le cynisme supérieur, qu’il transforme en fraternité par la magie de sa pureté chrétienne, des valeurs finalement gagnantes, parce qu’elles sont indestructibles : plus forte est la pression verticale, plus forte la solidification des liens horizontaux.

Malgré les situations socialement salissantes qu’il traverse, le mépris de la classe supérieure (tout l’objet du film Bienvenue à bord), un parcours de crachats symboliques, d’humiliations sexuelles et professionnelles, Dubosc s’en sort toujours étonnamment propre. Il est un perdant, certes, mais un perdant imbattable.
En espérant que ces quelques mots ne nuiront pas à la carrière de Franck. Les notables du cinéma sont capables de lui demander de faire un mea culpa public pour avoir été chroniqué malgré lui sur E&R !

Voir aussi :

30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11
15 juin
Un jour en France : jeudi 15 juin 2017
Le petit Grégory rebondit, Hidalgo reine du chemsex, Booba corrige le bac de philo
37
14 juin
Un jour en France : mercredi 14 juin 2017
Sauvez Najat !, sauvez Bayrou !, sauvez l’école !
13
13 juin
Un jour en France : mardi 13 juin 2017
Musée de l’Homme antiraciste, députée LREM foireuse, Michel Onfray est Dieu
57
12 juin
Un jour en France : lundi 12 juin 2017
La mort du politique, la naissance de l’a-politique, et la victoire des mathématiques
31
9 juin
Un jour en France : vendredi 9 juin 2017
Blanquer dénajatise l’école, le boum du télétravail, Hanouna contre le CSA
10
8 juin
Un jour en France : jeudi 8 juin 2017
Taxi 5 sans Samy Naceri, Yannick Noah paye sa prune, Lefebvre balance et Griveaux blanchit
9
7 juin
Un jour en France : mercredi 7 juin 2017
Le Quasimodo de Notre-Dame, Barbier sur Macron TV, suicide paysan
13
6 juin
Un jour en France : mardi 6 juin 2017
Taddeï dans le cul chic, Dieudonné contre le Giflé (Valls), une Seconde Guerre mondiale sans guerre
11
5 juin
Un jour en France : lundi 5 juin 2017
Ruquier "cocufié" par Mélenchon, Drucker "déplacé" sur France 2, Les Enfants de la télé sans Arthur
8
2 juin
Un jour en France : vendredi 2 juin 2017
Thomas Pesquet atterrit, un Sénégalais patriote, Têtu contre les Grosses Têtes
24
1er juin
Un jour en France : jeudi 1er juin 2017
Aubenas se paye Ruffin, Tony Parker lâche Najat, la semaine de 4 jours
5
31 mai
Un jour en France : mercredi 31 mai 2017
Maxime Hamou dérape, Hanouna contre les gays, StreetPress dénonce
16
30 mai
Un jour en France : mardi 30 mai 2017
Arte antisémite ?, Blanche allume Polanski, Diane Kruger l’antinazie primaire
18
29 mai
Un jour en France : lundi 29 mai 2017
La milice Act Up primée à Cannes, la SNCF contre le public, Despentes dévisse
24
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

12 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1451768
    le 25/04/2016 par un gars
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    Heureusement pour le devoir de mémoire, ils diffusent la rafle ce soir sur france 3. J’avais presque oublié que nous sommes tous des horribles fachos collabos.


  • #1451780
    le 25/04/2016 par insoumis de la dissidense
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    Ouais, bon pour faire joujou à 68 il leur manque déjà la grève générale des usines Renault à Flin.

    (Crypto)fascistes, complotistes, confusionnistes, révisionnistes, terroristes, russes et j’en passe des pires et des meilleurs... la gogoche ne manque pas d’imagination pour nous pondre des ennemis supposés autant que fallacieux afin de nous imposer leur guerre perpétuelle.

    Just the american way of life, isn’t it ?


  • #1451789

    Franck Dubosc fait quand même parti de la génération ’politiquement correct’ des humoristes. Cela dit, et bravo à E&R de s’attacher à décrire ses qualités, car comme tout le monde, il en a, notamment de jouer sur ce rôle du petit loser de base qui se prend pour un grand. Ce que ne font jamais les médias qui se contentent, avec tous les bobos en général, de lui coller l’étiquette du bon beauf. D’ailleurs j’en connais des bobos dans mon entourage qui prennent Dubosc pour la référence de l’humour de beauf, devenant quasi une insulte, parfois de manière pavlovienne, c’est à croire qu’ils deviennent plus lourdingue que ce qu’ils croient dénoncer.

     

    • #1451962
      le 25/04/2016 par Elisa
      Un jour en France : lundi 25 avril 2016

      Ce qui me gêne dans votre commentaire, c’est que vous semblez dire "il vaut mieux beauf que bobo". Après des années d’abrutissement, il semblerait bien que la France se soit divisée en deux groupes que je méprise autant l’un que l’autre pour avoir bien connu les deux : les beaufs et les bobos. D’ailleurs, le cinéma française n’alterne plus qu’entre comédies pauvres pour beaufs genre "Les Tuches" ou "Les Visiteurs" et films dramatiques pseudo-intellos genre Cannes. Le mépris du bobo ne doit pas nous faire sombrer dans l’apologie du beauf. J’aime le peuple français, je l’aime "franchouillard", tel qu’on le voit dans "La Grande Vadrouille" ou dans "La traversée de Paris", mais pas beauf. N’oublions pas que le beauf est un être arrogant, égocentrique, fier de sa médiocrité et de sa vulgarité.


    • #1452086

      Elisa > désolé si ça n’était pas clair mais je ne porte pas particulièrement dans mon coeur les beaufs de cette espèce, voire en général. Et pour le reste vous avez entièrement raison. Tout est fait pour réduire les luttes à un simple beaufs vs bobos. La raison est simple : le beauf est vu comme la personne ancienne France, tendance réac, voire facho (même si le terme de la bouche d’un bobo est totalement galvaudé). Il subit alors les foudres de la bien-pensance des bobos, qui ont l’immense majorité la visibilité car ils sont incarnés par les médias, puisque ces derniers sont bien-pensants par définition et essentiellement composés de bobos. J’ai donc tendance à avoir une plus grande aversion envers ceux qui tapent d’une seule voix que contre ceux qui ne pensent pas comme eux. L’article de E&R est précisément l’inverse de cela voilà pourquoi je le rejoint.


  • #1451816
    le 25/04/2016 par Anaïs
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    Tout à fait d’accord sur Franck Dubosc.
    Les français se reconnaissent en lui et ça n’est pas pour rien.
    A voir les visiteurs 3, qui n’est pas un chef d’œuvre cinématographique loin s’en faut, mais pour la fin du film très troublante...
    Ou quand les descendants des révolutionnaires ayant spolié tous les biens de la noblesse se retrouvent catapultés durant la seconde guerre mondiale. On les retrouve alors collaborant avec les nazis. Et les nobles incarnés par Franck DUBOSC sont cachés dans le maquis, ne pensant qu’à une seule chose, se battre pour libérer leur pays. Le passage est quelque peu troublant et je dois dire assez émouvant et très bien interprété par cet acteur très juste et aussi, TRÈS beau. J’espère que Franck ne nous en voudra pas pour l’avoir "afficher". Nous aussi sommes dans le maquis...
    Les collabos républicains n’auront pas notre peau.


  • #1451971
    le 25/04/2016 par matador
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    Je pense qu’il n’ a pas beaucoup d’endroit sur le net (ou ailleurs) ou l’on peut voir d’analyses aussi fines et justes...


  • #1451983
    le 25/04/2016 par Bertrand Riviere
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    "les camps de la mort, lente ou rapide, sont une invention germanique"
    Pas tout à fait germanique mais bel et bien anglaise, par Lord Kitchener pendant la guerre des Boers de 1899 en Afrique du Sud.


  • #1452039
    le 25/04/2016 par Lolo bzh
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    Au sujet de l’abrutissement de masse, cela me rappelle la campagne présidentielle,de 2012.

    Je me souviens que l’émission "Difool", sur Skyrock, était menacé.

    Je me souviens que des politiques tels que François Hollande (alors en campagne) et, Jack Lang, était venu dans l’émission, pour les soutenir :/


  • #1452081

    "Le devoir de mémoire, rempart face à l’amnésie, pire ennemi de la démocratie." tweet Hidalgo.
    Est-ce moi qui comprend mal le français si j’affirme que selon elle, c’est le devoir de mémoire qui est le pire ennemi de la démocratie ?


  • #1452254
    le 25/04/2016 par solaine
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    Vos chroniques sont des pépites qui doivent s’inscrire dans les annales de l’histoire contemporaine française.
    Merci.
    Vive E&R !


  • #1452288
    le 25/04/2016 par anogia
    Un jour en France : lundi 25 avril 2016

    Dans la même veine, enfin je pense,Jacques Villeret, hélas parti beaucoup trop tôt.
    Salut Jacques !
    Il va comment le Glaude ?