Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

Partouze pour tous (justice nulle part), colère bourgeoise, Hamon le Palesto

 

Les 400 Culs c’est le blog le plus lu de Libé, alors le quoditien le moins lu de France y tient. On y parle sexe, mais sous toutes ses variantes : historique, politique, sociologique, biologique, ah, et aussi sexuelle.

 

Sous le titre L’amour libre : une utopie libératrice ?, rien que par le point d’interrogation, on sent qu’on s’interroge. Qu’on s’interroge sur le bien-fondé de la révolution sexuelle et toutes ses conséquences. Car normalement, une révolution, ça abat quelques privilèges et ça donne un peu de pouvoir au peuple, ou alors quelques avantages ou avancées, sociales par exemple. Sexuellement, la société, un jour de 1970, a levé son pistolet et a donné le top : pan !, maintenant, tous à poil, que tout le monde baise avec tout le monde, c’est la grande troustafana infernale ! Et le bonheur au bout de l’orgasme collectif reichien !

 

 

Dix ans plus tard, grosse désillusion : le sida venait mettre un terme aux envolées lubriques. Il fallut faire attention, ne pas coucher avec tout le monde, redevenir un peu fidèle, c’est-à-dire frustré. Il y en a sûrement qui ont dû penser que les inventeurs du sida venaient de la cathosphère. Agnès Giard, dans sa critique du livre de Michel Brix, analyse ce qui « remet en cause l’idée reçue : n’en faire que selon ses désirs rend malheureux ». Un petit air de déjà lu pour qui connaît Misères du désir.

En réaction au dolorisme chrétien et aux discours d’abnégation, Fourier pense que l’ascétisme provoque le malheur. Pour être heureux, en harmonie avec dieu et l’équilibre du monde, il faut que les humains réalisent leurs envies, « sans en réprimer aucune », même celles « de l’abondance, du luxe voire du superflu ». Cette morale en apparence hédoniste (qui préfigure le consumérisme naissant) cache cependant une forme pernicieuse d’encadrement autoritaire.

La frustration, c’est le mal... ou le bien ?

On a pu remarquer que la grande partouze généralisée entre adultes n’a pas apporté le bonheur espéré. En la matière réaliser ses désirs, c’est bien, mais c’est tout. Le prix à payer est celui de la destruction du couple, puis de la famille, par extension. On sait tous que les enfants ont besoin d’un cadre clair, et, si possible, de deux parents qui s’aiment et ne se foutent pas trop sur la gueule. La pratique de la partouze bourgeoise discrète peut éventuellement concilier les désirs personnels et la norme sociale.

 

JPEG - 489.8 ko
Aujourd’hui grand-mère, Linda essaye désespérément de faire disparaître ce cliché gênant

 

Faire sauter les carcans sociaux et la morale religieuse crée un individu d’un genre nouveau, individualiste et solitaire, voire sadique – au sens sadien – et asocial. Adieu vie en communauté, conscience du collectif (pléonasme) et autres constructions humaines basées sur la réciprocité, le respect, et l’épanouissement... social ! C’est pourquoi le socialisme, dans sa version capitalistique, est mort. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, l’intime et le social. Enfin, pas à 100% de chaque côté.

Le social, justement, c’est ce qui nous intéresse, on l’appelle aussi le politique. En ce moment, il ne se passe pas une journée sans barouf. Le barouf du jour, enfin d’hier, c’est la journaliste de BFM TV qui se fait insulter pendant le meeting parisien de François Fillon. Il y aurait deux raisons à cela (le groupe média de Patrick Drahi a choisi son poulain, le frétillant Macron ; de surcroît, Fillon est l’objet d’une étrange campagne de démolition orchestrée par les journalistes, dans un bel ensemble), que nous ne cautionnons pas, car la pauvre femme a dû passer un sale quart d’heure. Heureusement, elle n’a pas été tripotée comme à la Saint-Sylvestre allemande, elle a juste essuyé quelques gros mots. On y survit. Ça durcit le cuir. Vincent Lapierre, notre courageux reporter, peut en témoigner.

 

 

Vous allez nous dire, « tu parles d’une info, une journaliste mainstream se fait secouer », oui mais attendez, on n’est pas dans un meeting de la fachosphère, on est chez la bourgeoisie de droite, là, les gars ! Qu’un jouvenceau donneur de leçons démocratiques aux joues roses et aux fesses renbondies de Quotidien, l’émission de Yann Barthès, se fasse un peu houspiller chez les lepénistes, rien que de très logique, avec ce qu’ils mettent dans la gueule à Marine du matin au soir. Mais là, on est chez les gens bien élevés (qui partouzent peut-être le samedi soir), et ça part quand même en sucette. C’est donc un signe – inquiétant pour certains, jubilatoire pour d’autres – que la contestation antimédias est encore montée d’un cran. On ne sait pas jusqu’où ça va aller, à ce train. Cela nous rappelle l’expulsion de Finky place de la République, à Paris, un soir de Nuit debout. Après, les jeunes gauchistes vont se plaindre de pas être invités dans l’émission du sioniste de droite sur France Culture. On ne peut pas tout avoir, les gars ! Le beurre et l’argent du beurre !

On ne quitte pas le politique – franchement c’est trop cool en ces temps LGBT de pouvoir masculiniser un mot aussi important – pour la guéguerre du moment. Retour sur les faits : Hamon et Valls font campagne pour représenter le PS au premier tour des présidentielles le 23 avril. Pas ou peu de coups bas pendant les débats entre les deux ex-ministres du président Hollande, dont ils n’ont pas trop parlé (il faudra enquêter pour savoir pourquoi). C’était même très poli, chacun avançant ses arguments : le revenu universel pour l’un, la répression universelle pour l’autre. On schématise un peu, sinon on y passe la soirée.

 

JPEG - 423.3 ko
Alléchés par le revenu universel de Benoît Hamon, des milliers de Martiens ont débarqué sur notre Terre

 

Oui mais voilà que Valls, donné perdant par les sondages (et le terrain) pour la finale dans les urnes du 29 janvier, durcit le ton. Il est invité, on l’a vu, le jeudi 26 janvier sur Radio J par Frédéric Haziza, qui le branche sur les 220 volts de l’antisémitisme, l’antisionisme, l’islamophilie, bref, la « préférence » islamiste dont le clan Hamon se rendrait coupable par le truchement de ses deux conseillers : Pascal Cherki et Alexis Bachelay. Haziza rappelle avec beaucoup d’excitation deux déclarations pro-palestiniennes des deux députés PS. Nous en avons largement fait écho. Mais les accusations proférées sur Radio J ont eu des conséquences néfastes sur la vie de Bachelay, résumées par Europe 1 :

« Je reçois des menaces de mort... Je le dis à Manuel Valls, je suis extrêmement choqué de ces manipulations. Depuis qu’il a fait ça je reçois via les réseaux sociaux des menaces de mort, a déclaré le député des Hauts-de-Seine, invité de LCP. Il a ensuite précisé que ces menaces, principalement sur Twitter, sont du type "islamo-collabo, on va te crever". »

Une fracture de plus entre « frères » socialistes : le PS, qui avait fait le ménage sous l’impulsion de sa direction, était devenu un parti majoritairement pro-israélien, dans les actes. Les « palestos » se retrouvant éjectés ou relégués à l’extrême gauche ou chez les écolos. Ce sont ceux-là que BHL visait quand il dénonçait cette gauche complice de l’« islamo-fascisme », cette descendance des « rouges-bruns ».

 

JPEG - 116.8 ko
Cette image est évidemment un montage : les toreros n’ont pas leur nom écrit sur leurs fesses

 

Eh bien par un revirement dont l’Histoire, cette grosse déconneuse, a le secret, pour des raisons de survie – le PS ayant perdu les ouvriers lorgne désormais sur les classes défavorisées d’immigration récente – la palestinophilie revient inopinément à la faveur du vote de banlieue, ce que personne ne peut contester. Et si Hamon n’a pas bénéficié le 29 janvier du vote dit immigré, il n’en représente pas moins la gauche immigrationniste, et ne s’en cache pas : il n’a pas condamné le voile, n’a pas amalgamé les musulmans aux islamistes, prenant en cela l’exact contre-pied de Valls. Qui lui n’y est pas allé de main morte, poussé par son petit génie Haziza. À l’arrivée, 60/40 dans les dents. Les électeurs orphelins du très israélophile Valls (lire dans la page Facebook de Gil Taieb le Demain j’irai voter pour M Valls…) pourront se consoler chez Macron, qui est très accueillant de ce point de vue.

Un emmerdement de plus pour l’oligarchie : tout le boulot de décontamination de la gauche de pouvoir est à refaire !

Voir aussi :

21 septembre
Un jour en France : jeudi 21 septembre 2017
Tetris politique : FN désocialisé, France insoumise en embuscade
8
20 septembre
Un jour en France : mercredi 20 septembre 2017
Macron rappelle les expatriés, sélection à la fac, le gros cancre Aphatie
13
19 septembre
Un jour en France : mardi 19 septembre 2017
Le Monde avec Bernanos, la France Alzheimer, le porno gay 120 Battements
10
18 septembre
Un jour en France : lundi 18 septembre 2017
Couscous Philippot, des migrants à la fac !, et la défaite de l’Huma
40
15 septembre
Un jour en France : vendredi 15 septembre 2017
La pleurniche de Stéphane Guillon, Ardisson sodomisé, Dupontel à la rue
23
14 septembre
Un jour en France : jeudi 14 septembre 2017
Spécial "santé" avec le Glyphosate, le Lévothyrox et le couple PMA-GPA
19
13 septembre
Un jour en France : mercredi 13 septembre 2017
Macron 1er à Saint-Martin, "journalisme" à Europe 1, poissons des grands fonds
13
12 septembre
Un jour en France : mardi 12 septembre 2017
Philippot avec Campion, on ne vole pas un Sri-Lankais, 1€ Le Monde
27
11 septembre
Un jour en France : lundi 11 septembre 2017
Le 11 Septembre de Causeur, cheminots remboursez !, Griveaux le fainéant
10
8 septembre
Un jour en France : vendredi 8 septembre 2017
Plenel contre la Corée du Nord, Ménard contre Philippot, Sotto satisfaction
11
7 septembre
Un jour en France : jeudi 7 septembre 2017
Naturel, politique ou médiatique, le climat se barre en couille
6
6 septembre
Un jour en France : mercredi 6 septembre 2017
Aubry flingue Macron, pénurie de beurre, drones français armés
9
5 septembre
Un jour en France : mardi 5 septembre 2017
Goncourt communautaire, Marcel Campion résiste, Chronopost le dimanche
15
4 septembre
Un jour en France : lundi 4 septembre 2017
Plaidoyer pour Ruquier, Macron contre Philippot, le FN contre Montel
37
30 juin
Un jour en France : vendredi 30 juin 2017
Adieu Loulou Nicollin, la priorité de Macron 1er, un député voilé !
19
29 juin
Un jour en France : jeudi 29 juin 2017
Tour de France sexy, Marseille anti kebabs, TGV Paris-Vinci-Bordeaux
24
28 juin
Un jour en France : mercredi 28 juin 2017
Rwanda/France, la rééducation nationale, Amrani/Valls
24
27 juin
Un jour en France : mardi 27 juin 2017
Les super riches, amoureuse d’un migrant, Pôle Emploi bidon, T411 à la rue
28
26 juin
Un jour en France : lundi 26 juin 2017
Xavier Niel le sauveur, Rebecca contre la chantilly, Stéphane Guillon le collabo viré
17
23 juin
Un jour en France : vendredi 23 juin 2017
La vérité sur les affaires NKM, Grégory et Hanouna
24
22 juin
Un jour en France : jeudi 22 juin 2017
Zemmour défonce (Aurore) Bergé, le cinoche Mélenchon, Macron un Roi seul ?
23
21 juin
Un jour en France : mercredi 21 juin 2017
Fête de la Musique mondiale, Starbucks aime les migrants, les multi(anti)nationales
13
20 juin
Un jour en France : mardi 20 juin 2017
Alerte canicule, alerte terrorisme social, deux morts pour la France
31
19 juin
Un jour en France : lundi 19 juin 2017
Lendemain de cuite politique
24
16 juin
Un jour en France : vendredi 16 juin 2017
La France dit adieu à Helmut Kohl, le bac d’histoire-géo, l’affaire Grégory-Bayrou
11

Les ravages de la libération sexuelle, de la propagande et de l’israélophilie,
à découvrir sur Kontre Kulture

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1654549
    le 30/01/2017 par révi-sioniste
    Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

    Les journalistes.... Bientot ils devront aller tapiner avec un casque et un gilet pare-balles. Les nouveaux casques blancs ?


  • #1654551
    le 30/01/2017 par xaccrocheur
    Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

    Mâtin, quel style ! :)


  • #1654576
    le 30/01/2017 par Charles Manson aux Oscars
    Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

    Le lynchage anti Fillon d’absolument toute la presse, passant sous silence les petites parties fines du fifils Hollande et ses petites pouffes invitées dans la résidence des Présidents de la République, le financement de Macron aussi opaque que son programme), est en fait du pain béni car comme tout ce que choisi la Presse cette année, Macron se prendra le mur de la réalité .

    Dommage qu’on ne puisse pas voter pour nos journaleux , il y aurait un grand ménage salvateur au sein de nos cloportes.....


  • #1654605
    le 30/01/2017 par Chaud king
    Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

    On peut donc féliciter et haziza qui à contribué involontairement à l’éviction de valls.

     

  • #1654646

    Excellent, le détournement de Tintin ! :-D


  • #1654678
    le 30/01/2017 par Mo du 09
    Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

    le revenu universale ,il faudrait appeler ça le revenu national d’autosufisance

     

    • #1654743

      Ça pue universel au lieu de National, on va se faire carotter (voler), il y en a bon pour les migrants.


    • #1654815
      le 31/01/2017 par Aymard de Chartres
      Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

      Le revenu d’existence est mieux approprié au but poursuivi puisqu’il s’agirait d’un revenu cliquet en deçà duquel le citoyen ne serait plus en mesure d’assurer sa survie de façon décente et digne.


  • #1654800
    le 31/01/2017 par peur de l’avenir.
    Un jour en France : lundi 30 janvier 2017

    Très beau passage sur les moeurs soit-disant "libérées", merci.


  • #1654902

    Quelles que soient les opinions que l’on peut avoir, le fait que la droite classique ose enfin affronter le camp du Bien est une excellente nouvelle.