Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Un militaire n’est ni un surhomme, ni un sous-citoyen"

Les représentants de la fonction militaire doivent se battre pour leurs droits

Dans le cadre d’une série d’auditions sur la condition militaire, la commission de la Défense a accueilli, le 21 novembre, les représentants du Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM). Plusieurs préoccupations ont ainsi été soulevées, comme la réforme à venir des retraites, laquelle prévoit d’instaurer un système « notionnel » et « universel » en lieu et place des dispositifs existants.

 

Mais comme on ne connaît pas, pour le moment, l’impact qu’aura cette réforme sur le régime des pensions militaires, le sujet a été seulement évoqué sans entrer dans les détails. Mais il n’en demeure pas moins qu’il figure en tête des préoccupations relayées par les représentants du CSFM.

En revanche, il a largement été question d’un second sujet d’inquiétude pour les militaires : l’écart de traitement avec la Fonction publique.

« C’est un sujet que l’on fait remonter en permanence », a assuré le maréchal des logis chef Patrick B.. Pour résumer son propos, les militaires déplorent que les mesures « négatives » leur sont immédiatement appliquées alors que celles ayant une portée positive ne le sont qu’avec beaucoup de retard, c’est à dire bien après leur entrée en vigueur au sein de la Fonction publique.

« Pour toutes les décisions (positives) qui sont prises, les militaires obligés de ramer derrière », a fait remarquer le sous-officier. « Dernièrement, il a fallu se battre pour la grille indiciaire » et faire en sorte que « les militaires du rang puissent toucher au moins le SMIC », a-t-il expliqué.

« On a un texte, en ce moment, sur une majoration de la durée d’assurance [pour les bonifications des retraites, ndlr]. Et il a fallu attendre 2017 pour que les militaires soient intégrés à ce texte de 2003 », a encore cité le maréchal des logis chef B..

Lire la suite de l’article sur opex360.com

Voir aussi, sur E&R :

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1848469

    « En effet, a continué l’officier, nous constatons régulièrement un déséquilibre entre l’application souvent tardive de mesures favorables qui contrastent avec l’immédiateté des mesures jugées négatives, comme le jour de carence ou la contribution sociale généralisée. »

    Non seulement ce que dit cet officier est la stricte réalité, mais si on voulait faire une comparaison avec la diminution ou l’augmentation des prix des carburants après certains évènements, c’est exactement la même situation. Comme quoi l’état nous veut du bien, militaires.....ou pas.


  • Chateaubriand : " Il y a en moi une impossibilité d’obéir " . Bonaparte, à la fin de sa campagne d’Italie : " Je ne peux plus obéir (au Directoire) . J’ai goûté au commandement, et je ne peux pas y renoncer ".


  • #1848577

    Excusez-moi, mais ces gens là, je ne les plains pas. Surtout pas la génération post service militaire...


  • #1848580

    Tant qu’il fait de la défense intérieure ça va mais s’il fait de l’ingérence extérieure là c’est une merde.


  • Sur YouTube Demain, tous crétins ?


  • "Les militaires ne sont que des bêtes idiotes et stupides qui servent de pions dans la politique étrangère".

    Henri Kessinger

    Les militaires auraiet intérêt à savoir ce que leurs dirigeants pensent d’eux.