Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Une étude américaine sur les enfants ayant eu un parent homosexuel

Concernant l’homoparentalité, une nouvelle étude de sociologie américaine nous met en garde contre l’usage abusif des science sociales dans le débat public, tout en offrant un bon aperçu de l’expérience d’avoir eu un parent homosexuel pour la génération aujourd’hui adulte. Cette étude va dans le sens de ce qui a longtemps été une évidence, et qui fait aujourd’hui l’objet de controverses : en moyenne, un enfant s’en sort mieux lorsque son père et sa mère restent mariés.

L’apport américain

La spécificité des États-Unis en matière de débat sur l’homoparentalité est double : l’évolution de la société fait que des situations d’homoparentalité de fait existent depuis les années 1990, et donc une génération d’enfants de ces foyers est parvenue à l’âge adulte ; l’autre spécificité est le grand respect pour l’apport des sciences sociales : aux États-Unis, même les sujets controversés, comme par exemple les inégalités sociales, sont abordés à travers de grandes enquêtes sociologiques et statistiques. Les chercheurs en sciences sociales jouissent d’une assez grande autonomie pour étudier divers objets sans nécessairement se soucier de l’opinion dominante.

[...]

L’étude de Mark Regnerus

[...]

- Le trait le plus marquant de cette enquête sociologique, s’il fallait en retenir un, est l’instabilité de la vie de l’enfant dont la mère a eu une relation amoureuse avec une femme : davantage de temps passé dans un foyer d’accueil, davantage de temps passé chez les grands parents, davantage de temps passé de manière autonome avant 18 ans. En fait, moins de 2% de ces enfants ont passé leur enfance entière avec leur mère et sa partenaire.

Lire le reste de l’article sur alliancevita.org

 

Prolonger l’analyse avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

7 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • selon la même étude : les enfants ayant subi des attouchements sexuels par un parent ou un adulte représente 2% des enfant de parent hétéro contre 23% d’ enfant issu d’homoparentalité...

    conclusion : l’homoparentalité incite à la pédophilie ?

    article complet : http://www.alliancevita.org/2012/06...

     

    • Il y a eu aussi une étude faite par des psychologues neutres, qui a démontré, à leur grand étonnement, que les enfants issus de l’homoparentalité souffraient des mêmes symptômes que les enfants ayant subi des attouchements sexuels.. !


  • Voilà enfin une enquête sérieuse, qui tord le cou à toutes leurs statistiques menteuses... !

    Enquête faite aux États-Unis... C’est vrai, là-bas ils ont du recul, et on constate tous les jours le peuple de dégénérés que cela a engendré...

     

    • Bonjour,par rapport à ce sujet,il se trouve que je connais(sais) deux personnes élevées par des parents homosexuels(qui étaient hétéros avant pour pouvoir les concevoir bien sûr),une fille avec un papa gay,un garçon avec une maman gouine(chez qui nous allions après le lycée,les mamans s’embrassaient devant nous,nature..),vous voulez les résultats ?ma copine avec son papa gay s’est suicidée peu de temps après son père et mon pote avec la maman gouine est désormais camé jusqu’aux yeux,je l’ai croisé récemment dans un caniveau de Marseille,il n’arrivait même plus à alligner deux mots...bref,vive le mariage gay,c’est vrai que pour réduire la population,entre suicides et overdoses,on peut pas faire plus efficace...


  • Cette étude aurait pu être mieux effectuée, elle s’intéresse à des foyers dont l’un des parents a eu une relation homosexuelle, étant donc probablement de base hétérosexuel. On cible donc des foyers dont les parents se sont trompés ET ont connu un changement dans leur vie sexuelle. J’aurai préféré connaître une étude similaire avec des couples homosexuels ayant adopté par exemple.

    Attention à ne pas tirer de conclusion trop rapide non plus sur les résultats, si l’échantillon utilisé est suffisant pour tirer certains enseignements sur les rapports entre les différents groupes, le nombre de foyers dont l’un des parents a eu des rapports homo est trop petit (inférieure à 1000) pour pouvoir révéler des comportements significatifs


  • L’article ne présente pas les résultats complets. Donc beaucoup de commentaires violents me choquent.
    Le lien entre homosexualité et pédophilie ne peut pas être fait si facilement. On ne nous présente pas les chiffres des enfants de famille recomposée là. Et on ne nous présente pas les chiffres d’un enfant d’un parent hétéro seul ayant multiplié les aventures de courte durée ! Ou l’enfant d’un parent seul travaillant tout le temps ! Je pense que l’instabilité chez l’enfant viendra de l’instabilité du couple ou de la personne qui l’élève. Homo ou hétéro.
    D’autant plus qu’ici, il est noté "Ont subi des attouchements sexuels par un parent ou un adulte". Il n’est pas précisé que l’attouchement vient du conjoint homosexuel du parent de l’enfant.
    Après voilà, l’article ne présente pas les résultats au complet. Donc je comprends difficilement qu’on puisse émettre des commentaires aussi forts...


  • Méfiance avec les études, on trouve de tout...