Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Une fondation proche de l’UMP propose de partager la dissuasion nucléaire avec l’Allemagne

Dans un document récemment paru (que l’on peut lire intégralement en cliquant ici), la Fondapol, un Think Tank proche de l’UMP, propose la création d’une « communauté franco-allemande » qui unirait nos deux pays dans une fédération très étroite.

Cette France-Allemagne serait le noyau le plus intégré d’une Europe à géométrie variable. Ce projet se base sur l’idée que « les puissances de demain devront réunir trois attributs : une gouvernance solide et démocratique, des finances saines au service d’une économie de l’innovation et une capacité de défense globale ».

C’est ce dernier point qui est le plus développé dans les « 12 idées pour 2012″ et notamment le fait que « la France doit partager avec l’Allemagne sa force de dissuasion nucléaire ».

Les auteurs (qui souhaitent rester anonymes) de ce texte ne sont pas des ignorants : ils connaissent les réalités de l’Europe et notamment le peu de propension de l’Allemagne à s’engager dans cette voie : « En Allemagne, le nucléaire est vécu comme un risque et non comme une protection – chez nous, c’est l’inverse ! » écrivent-ils, tout en rappelant que l’Allemagne préfère la défense antimissile avec les Américains que le nucléaire avec les Français.

Les auteurs reconnaissent que la main tendue par la France à ses partenaires européens pour une « dissuasion concertée » (selon le mot d’Alain Juppé en 1995) « n’a pas été saisie, en particulier par les Allemands. Ou, plus exactement, il n’y a pas encore eu d’accusé de réception de leur part. La porte restera-t-elle toujours fermée à cette idée de copropriété de fait ? » s’interrogent-ils.

Sur le plan opérationnel, une dissuasion partagée serait « portée par des unités franco-allemandes, réparties des deux côtés du Rhin », « esquissent » les auteurs. « Chacun des deux pays se placent sous la protection de l’autre » et « le pouvoir de recourir à l’arme nucléaire est partagé en ce sens que chacun des deux pays possède la capacité de l’activer pour ce qui concerne les armes nucléaires situées à l’intérieur de ses frontières. » « Les états-majors ne sont pas forcément fusionnés, mais les plus hauts responsables conçoivent ensemble les plans de frappe ». « A terme, les équipements sous-marins et aéroportés deviennent mixtes« , même si les auteurs reconnaissent la difficulté de le faire pour les SNLE. En la matière, la composante aérienne jouerait donc un rôle primordial. Les auteurs imaginent que les armes soient placés sous contrôle d’un « groupement mixte franco-allemand » qui remplacerait l’actuelle Gendarmerie de la sécurité des armements nucléaires.

Plus fondamentalement, « à terme, la décision nucléaire pourrait devenir strictement franco-allemande : le code nucléaire serait partagé entre le président de la République française et le chancelier de la République fédérale d’Allemagne, chacun possédant un code ne pouvant fonctionner sans le code de l’autre ».

Cette proposition, qui rappelons-le n’est pas formulée par des ignorants en matière stratégique, est une sorte de ballon d’essai. Ces chances d’aboutir sont aujourd’hui infimes, mais elle traduit une volonté portée au plus haut de l’Etat… et partagée par l’opposition. C’est tout l’enjeu du débat sur le « deuxième composante », c’est-à-dire les avions capables de délivrer l’ASMPA. Ce n’est pas un hasard si François Hollande s’est engagé très fermement à la maintenir.

Comme Nicolas Sarkozy, il sait que c’est par ce biais uniquement qu’une « européanisation » de la dissuasion pourrait s’engager. L’Elysée, par exemple, ne serait pas défavorable à un déploiement « à l’Est » – dans le cadre d’exercices temporaires – des escadrons des Forces aériennes stratégiques. Sans les armes, évidemment.

L’alliance nucléaire avec le Royaume-Uni s’inscrit aussi dans cette perspective d’une communauté de dissuasion.

Projet irréaliste ? Oui, si l’on oublie que, héritage de la guerre froide (dont elle entend certes se débarrasser), la RFA abrite des armes nucléaires américaines, dont elle possède la double clé et qui seraient mises en œuvre par des avions Tornado de la Luftwaffe. Et qu’elle siège au Comité des plans nucléaires de l’Otan.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

13 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • " chacun possédant un code ne pouvant fonctionner sans le code de l’autre ». "
    .
    Autrement dit, autant se livrer pieds et poings liés. C’est vraiment n’importe quoi.

     

  • « à terme, la décision nucléaire pourrait devenir strictement franco-allemande : le code nucléaire serait partagé entre le président de la République française et le chancelier de la République fédérale d’Allemagne, chacun possédant un code ne pouvant fonctionner sans le code de l’autre ». Cela signifie la mort du concept même de la dissuasion nucléaire Française. Même un baudet du Poitou doit avoir un QI et un sens de l’analyse plus subtils tactiquement. Ce n’est ni plus ni moins que légaliser le comportement de haute-trahison. De-Gaulle qui là dessus était certainement plus visionnaire que nos bras-cassés à slips de soie de Fondapol doit se retourner dans sa tombe.Il serait intéressant de découvrir qui sont les membres de cette Fondapol si prompt à vouloir affaiblir la France et la laisser culotte sur les chevilles. Allons voir ça murmura t-il les yeux sombres,le front plissé,les maxillaires serrés et les sourcils en accent circonflexes.Ça commence à bien faire le microcosme, ça commence à bien faire.


  • http://www.dailymotion.com/fondapol... ; AH AH AH ! Bingo ... ! du premier coup dans le mille !


  • Ah ben voila ! La touche finale... ou comment anéantir définitivement notre force de dissuasion et notre souveraineté nationale.
    MESSIEURS LES MILITAIRES, REVEILLEZ VOUS BORDEL !


  • Ce think tank n’est qu’une forme de collaboration à l’asservissement de l’Allemagne pour que la classe UMPS puisse garder leurs privilèges ou ne pas les perdre. Le peuple français n’a pas besoin de l’Allemagne. En réalité nous avons à faire à un groupe qui est à l’équivalent, de ceux qui ont voté les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain le 10 juillet 1940, car l’Allemagne est en train de nous asservir par le maintien de l’euro. Si on va un peu plus loin, cela voudrait dire que le traité de Lisbonne ne vaudrait plus rien, et comment réagiraient les autres pays européen ?


  • Maille par maille, le détricotage s’effectue par petite touche, indolore, en utilisant toujours des arguments fallacieux, jusqu’à se retrouver entièrement nu.
    Je connais le sort adéquat réservé aux traitres. Il va y avoir du boulot.


  • Merci de ton lien Doud, avec cet entretien de Glucksman tout est dit sur Fondapol... édifiant et écoeurant !


  • Le bal des traitres et des collabos ! Décidemment l’UMPS se montre dans toute la lâcheté de sa rouerie ! Ah ! Ils peuvent parler de Gaullisme ces salopiaux ! Lécheur de culs teutons ! Mangeurs d’étron ! Pour un peu ces Briseurs de Nation leur donneraient nos armes pour qu’ils nous écrasent, tant ils on peur qu’on leurs botte le train a grain coup de Godillots ! Foutez les moi dehors ces palefreniers du mondialisme ! Raclures ! Ah ! Je leur en donnerai du nœud de capucin gansé ! Amibes ! Ecouvillons de latrines !


  • ...ou comment contourner l’ultime assurance-vie d’une nation ?

    Le feu nucléaire ne se partage pas.

    Si Saddam Hussein et Mouammar Khaddafi avaient eu l’arme nucléaire, ils seraient morts dans leur lit, comme Kim Jong-Il.


  • Il me semble que nous avons déjà subi une "union très étroite" entre la France et l’Allemagne entre 40 et 45.


  • le simple anonymat de ce groupe est révélatur. cela va de paire avec leur lacheté en terme de responsabilité de leur fonction. Notre pays est vraiment tombé bien bas depuis quelques décennies ; Nous tournons le dos à l’avenir, avons nous encore le droit d’être ????
    je pense à tous ceux qui nous ont récédé et fait de la France ce qu’elle est avec ces faiblesses et ses grandeurs.

    le moral dans les chaussettes vous dis je.