Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Une simulation américaine met en garde contre les conséquences d’une opération israélienne en Iran

Selon le New York Times, les services de renseignement américains et israéliens seraient d’accord sur le fait qu’il n’y aurait pas assez de preuves pour dire que l’Iran est en train de développer une arme nucléaire, même si le pays a accru ses capacités d’enrichissement d’uranium. En fait, aucun n’est en mesure de dire si une décision allant dans ce sens a été donnée.

Mais ce qui apparaît surtout à la lecture du papier du quotidien new yorkais, c’est que les services américains et israéliens ont des difficultés à savoir ce qu’il se passe vraiment dans la tête des dirigeants de la République islamique. Les premiers misent sur la technologie et les écoutes. Et ces méthodes ont leurs limites. Tandis que les seconds ont recours à l’espionnage humain, lequel n’offre pas toujours des gages de fiabilité, surtout quand ce sont des opposants au régime qui fournissent des informations. La CIA a pu le constater lors de l’affaire irakienne.

Quoi qu’il en soit, Washington pourrait lancer une opération militaire contre l’Iran dans le cas où la décision de fabriquer l’arme nucléaire serait prise à Téhéran. Pour le gouvernement israélien, le jour où cet ordre sera donné, il sera trop tard. Et encore, à condition que les services de renseignement arrivent à le connaître.

Aussi, le cas où Israël déciderait de réaliser des frappes contre les sites nucléaires iraniens a fait l’objet d’une simulation de guerre (ou War Game) par l’US Centcom, le commandement de l’armée américaine en charge de l’Asie centrale et du Moyen Orient.

Appelée Internal Look, cette simulation est menée régulièrement depuis les années 1980. Il s’agit de prendre en compte tous les paramètres d’une situation donnée et d’en imaginer les scénarios possibles. Elle a servi à planifier l’opération Iraqi Freedom, en 2003.

Menée récemment sous l’autorité du général Mattis (ndlr, le commandant de l’US Centcom), cette simulation a eu pour objet l’étude des conséquences d’éventuelles frappes israéliennes en Iran. Et, d’après le New York Times (encore une fois !), qui s’en est fait l’écho, le résultat ne serait guère brillant.

Ainsi, une opération israélienne embraserait toute la région (on s’en doutait un peu) et, en plus, forcerait les Etats-Unis à s’engager malgré eux dans un conflit avec l’Iran. Etant donné que la simulation suppose que Téhéran se considérerait être victime d’une attaque israélo-américaine, le scénario prévoit en effet des frappes iraniennes contre un bâtiment de l’US Navy dans le golfe Persique, ce qui, devant le nombre de victimes, obligerait Washington à riposter contre le programme nucléaire iranien. Et les dégâts qui lui seraient infligés ne le retarderaient, dans le meilleur des cas, de trois ans.

Cela étant, rien ne se passe jamais comme on l’imagine. Et d’ailleurs, des experts cités par le quotidien américain estiment peu probable que l’Iran s’attaque frontalement aux Etats-Unis, même si, comme on l’a vu, il est difficile de prévoir le comportement des dirigeants iraniens. Et puis, d’autres paramètres, que l’on ne connaît pas encore, peuvent entrer en jeu. Comme l’a écrit Georges Bernanos, « l’avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l’avenir, on le fait. »

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Je prends un pari simple dont je passe ici le motif : Israël déclenchera ses opérations le 14 avril 2012.
    L’été va être chaud.

     

  • Ce qu’ils ont oublier de préciser dans cet article, c’est de savoir concrètement quel serait le résultat de l’opération de bombardement sur le terrain et en ce qui concerne les cibles visées...
    .
    La raison très probable de cet oubli, c’est qu’en réalité étant donné que les capacités anti-aériennes iraniennes sont très mal connues -mais se renforcent tous les jours grâce à leur complexe industrialo-militaire national- les dites simulations présentent un niveau d’incertitude et un éventail de résultats fort larges !

    Il faut en effet noter qu’outre la question du S-300 domestique qui reste en suspend (et qui pourrait selon les versions de l’histoire être soit un système obtenu au marché noir, soit le système national équivalent dénommé "Bavar 373" supposément toujours en développement) l’Iran dispose dores et déjà d’un excellent système anti-aérien entièrement national (avec une certaine dose de rétro-ingénierie de systèmes occidentaux, certes...) : Le Mersad dont la portée oscille suivant les versions entre 30 et 60 kilomètres avec des têtes CCME (Contre Contre Mesure Électronique : Les leçons de l’attaque israélienne sur une usine Syrienne il y a quelques années ont été tirées).
    .
    Le bilan de tout ceci, c’est qu’une opération israélienne contre l’Iran impliquerait une très lourde couverture aérienne de leurs bombardiers (et même ainsi les pertes seraient lourdes !)... Chose qu’ils ne peuvent se permettre compte-tenu du faible nombre de ravitailleurs dont ils disposent actuellement.
    .
    Et quand bien même, décimer sa cavalerie aérienne au travers d’une opération aux résultats militaires plus qu’incertains et aux conséquences politiques incalculables relève du suicide pure et simple.
    .
    Pour les iraniens par contre, outre le fait de limer les griffes de l’armée de l’air de leur adversaire, une telle attaque aurait en plus le don de leur faire bénéficier d’un capital sympathie non négligeable...
    .
    Bref, si vous voulez mon avis cette attaque on peut toujours l’attendre... A moins bien entendu que les israéliens n’aient été intoxiqués par leur propre propagande.

     

    • Les capacités anti-aériennes iraniennes sont mal connues en revanche la capacité israelienne à frapper au travers des montagnes est connue, et elle est inexistante à moins de recourir à l’arme nucléaire, et même dans ce cas le succès n’est pas assuré.

      La doctrine de frappe nucléaire préventive a certes été mise en avant par Rumsfeld et Cheney en 2005 mais outre la difficulté à faire admettre cette doctrine au public, l’incapacité technique à remplir le cahier des charges a fini d’enterrer le concept. Les bombes devant traverser 50 mètres de roche en faisaient 8 dans la terre et rebondissait contre le sol glacé de l’Alaska.

      Le résultat de l’opération est donc prévisible pour tous les spécialistes y compris américains et israeliens, la catastrophe est assurée. C’est d’ailleurs pour cette raison que de nombreux haut gradés israeliens non-conformes à la doctrine Netanyaou ont été mis à la retraite et s’expriment aujourd’hui dans la presse américaine pour casser tout soutien populaire américain à l’opération suicide de Netanyaou, de manière a empêcher le soutien automatique de l’armée US et ainsi dissuader les psychopathes de Tel Aviv de passer à l’action.

      Le moyen actuel qui consiste à assassiner des chercheurs est certainement plus efficace et moins couteux que toute opération aéroportée, mais bien sur uniquement si la préoccupation israélienne est bien le programme nucléaire iranien. Et rien n’est moins sur.


  • Une chose me rassure : le fait qu’aujourd’hui les forces occultes dirigeant ce monde ont été parfaitement identifiées grâce au travail extraordinaire de certaines personnes.
    Face à ce constat en cas de troisième guerre mondiale nous pouvons supposer que la donne sera très différente de ce qui se passa en 14/18 et 39/45. En effet les marionnettistes ayant été parfaitement identifiés il est improbable qu’ils puissent comme ils le firent durant les conflits mondiaux précédant savourer le spectacle une coupe de champagne à la main depuis leur balcon. Ils seront très certainement sur la liste des cibles à éliminer d’urgence. Nous pouvons être presque certains qu’en cas de conflit majeur ouvert les Russes procéderont à des exécutions ciblées au sein de l’oligarchie mondialiste.
    C’est une quasi certitude qui explique probablement pourquoi l’éclatement de la troisième guerre mondiale est constamment temporisé tout comme par ailleurs l’effondrement économique global qui aurait dû se produire depuis longtemps. De toute évidence une part non négligeable de l’oligarchie commence à douter de son aptitude à gérer à son avantage l’issue d’un nouveau chaos mondial. N’oublions pas la petite sortie de Poutine il y a quelques années suite à la vague d’attentats tchétchènes : "On ira jusque dans les chiottes buter les responsables..."
    De nos jour le pouvoir occulte n’a d’occulte que le nom, des pays comme la Russie ou la Chine doivent parfaitement savoir où frapper pour éradiquer le mal.


  • les services de renseignement américains et israéliens seraient d’accord sur le fait qu’il n’y aurait pas assez de preuves pour dire que l’Iran est en train de développer une arme nucléaire

    Bof, vous savez, pour ces gens-là, les preuves, c’est pas indispensable.


  • "...l’opération Iraqi Freedom, en 2003."
    C’est sûr qu’il y a un bon contingent de civils irakiens qui ont été libérés, et de toute contrainte matérielle...un bon massacre commence par un bon slogan, apparement. Tashal a au moins le petit mérite de ne pas baptiser ses campagnes par des noms grandiloquents et faux-cul. En espérant que les iraniens n’aient pas à choisir entre ’Mon acier bien dur’ (initiation à la géographie talmudo-sioniste) et le ’Câlin démocratique’ états-unien (livraison par la FED -Ex- d’une société progressiste en kit à reconstruire soi-même, premier Mc Do offert !).
    En espérant que la Russie ne lâche rien...