Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Une voiture solaire palestinienne pour s’émanciper du carburant vendu par Israel

Traduction E&R

La nécessité est mère de l’invention et pour les Palestiniens, vivant en Cisjordanie, essayant de briser leur dépendance énergétique à l’égard d’Israël, celle-ci a conduit à la création d’un nouveau véhicule à énergie solaire.

Ce véhicule quatre places est recouvert de panneaux solaires qui convertissent les rayons du soleil en énergie pour alimenter un petit moteur électrique qui pousse le véhicule à 20 km/h pendant environ 10 heures. Et si le soleil ne brille pas, il peut être branché au courant, et la batterie peut donc ainsi se recharger.

Il ressemble un peu à une voiturette de golf surdimensionnée et a nécessité à la Royal Trading Industrial Compagny environ deux mois et 5 000 dollars pour le développement.

« Cette voiture était la première étape et nous en fabriquons maintenant deux autres. Si ce travail est réussi, alors nous en ferons beaucoup d’autres pour les vendre », dit Nabel Az-Zagheer, président de la RTIC.

Basée dans la ville d’Al-Khalil, la société est spécialisée dans les produits sanitaires et d’assainissement de l’eau et les a adaptés pour créer ce nouveau véhicule. Une plus grande utilisation de l’énergie solaire pourrait aider les habitants de la Cisjordanie à échapper à l’escalade des prix de l’énergie.

Israël a le contrôle de l’alimentation en carburant de la population palestinienne et selon les accords d’Oslo, l’Autorité palestinienne est tenue de ne pas vendre son essence moins cher que 15 pour cent des prix du marché d’Israël, rapporte The Electronic Intifada.

« De tels monopoles d’approvisionnement sont une forme de pouvoir. Ils fournissent des moyens simples pour exercer une pression politique sur l’Autorité palestinienne ainsi que sur les Palestiniens ordinaires et de faire respecter leur conformité avec les intérêts d’Israël », rapporte au Middle East Media Center Charles Shamas, l’un des fondateurs du Groupe Mattin, une organisation de recherche et de défense des droits basée à Ramallah.

Les Palestiniens sont également fortement dépendants de la puissance électrique fournie par Israël. Une centrale électrique fournit environ 40 pour cent de l’électricité de la Bande de gaza, le reste doit être acheté à Israël. Quelques petites quantités sont également vendues par l’Egypte et la Jordanie.

« Nous voulons réduire autant que possible notre dépendance à l’égard d’Israël, parce que nous ne serons pas en mesure d’atteindre un niveau raisonnable de sécurité nationale si Israël peut, à tout moment, déconnecter notre électricité, et même nuire à la centrale électrique de Gaza, comme ils l’ont fait en 2006 pour nous punir de l’enlèvement de Gilad Shalit », a déclaré à Al-Monitor.com Hanna Siniora, président de la Chambre palestino-américaine de commerce.

La hausse constante du prix ​​du carburant a une incidence sur le coût des denrées alimentaires de base comme le maïs, l’huile végétale et le pain. Les efforts palestiniens visant à réduire leur dépendance à l’égard de l’énergie israélienne ont rencontré une forte opposition à Tel-Aviv.

En Mars, Russia Today rapportait l’intention d’Israël de raser huit panneaux solaires en Cisjordanie. Ceux-ci avaient été donnés par un certain nombre d’organisations caritatives internationales en 2009, mais avaient été jugés « illégaux » par les autorités israéliennes en raison de l’absence d’un permis de construire approprié.

Les 62% de la Cisjordanie contrôlé par Israël ne sont pas connectés au réseau électrique national. D’autre part, les colonies juives de la région sont connectées à des réseaux nationaux d’énergie et d’eau, rapporte le Guardian.

« Nous avons vu un ciblage systématique de l’infrastructure de l’eau à Hébron, à Bethléem et dans la vallée du Jourdain. Actuellement, depuis ces deux derniers mois, ils visent l’électricité. Deux villages de la région ont vu leurs poteaux électriques démolis. Il y a un effort systématique déployé par l’administration civile visant à cibler les infrastructures palestiniennes à Hébron. Ils espèrent qu’en les rendant assez misérables, ils [les Palestiniens] finiront par s’en aller », a déclaré un expert anonyme de l’ONU au Guardian.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

16 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Afficher les commentaires suivants