Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Venezuela : victoire du parti bolivarien aux élections municipales

Par la rédaction d’E&R

Les élections municipales ont eu lieu dimanche 8 décembre 2013 au Venezuela, où 19 millions de citoyens étaient invités dans plus de 13 500 bureaux de vote à élire leurs représentants locaux : 2 435 conseillers municipaux et 337 maires.

Malgré les appels virulents de l’opposition à sanctionner la gestion bolivarienne du successeur de Chavez, le PSUV (Partido Socialista Unido de Venezuela) de Nicolas Maduro a obtenu 49 % des voix (5 111 386 votes). La coalition de droite la MUD (Mesa de la Unidad Democrática), 42 % (4 435 097 votes).

Le parti bolivarien dirigera 196 villes, à l’exception des deux plus grandes métropoles Caracas et Maracaibo. L’opposition se consolera aussi avec Barinas, ville natale de Hugo Chavez.

Les experts sévissant sur les plateaux de télévision des chaînes privées de propagande impériale avaient prédit une déroute pour le syndicaliste Maduro, jugé incapable de diriger le pays en l’absence du charismatique Hugo Chavez.

Le peuple a tranché et validé le programme Plan Patria 2013-2019. Avec 700 000 voix d’avance, le PSUV confirme son ancrage dans le pays et gagne 300 000 votes supplémentaires par rapport à l’élection présidentielle, plus mitigée (seulement 300 000 voix d’avance).

Malgré d’importants problèmes socio-économiques, le peuple vénézuélien ne s’est pas détourné de la voie révolutionnaire tracée par le Commandante, avec un taux de participation de 59 %, en augmentation par rapport au même scrutin en 2005 (31 %).

Aucun observateur international n’a constaté d’incidents ou de fraudes ; ce résultat prouve la maturité du peuple vénézuélien et sa confiance dans la politique de Caracas. Nicolas Maduro a commenté les résultats, lors d’un discours dans la capitale, place Bolivar :

« Que vont faire les dirigeants de la MUD devant cette déroute ? [s’adressant à Henrique Capriles, le chef de l’opposition] Tu l’as, ton plébiscite, petit capricieux, fasciste arrogant. Maintenant fais face et démissionne ! L’amour et la loyauté au commandant Hugo Chavez ont triomphé, la révolution peut maintenant continuer, plus forte encore ! »

Un exemple de pouvoir réellement démocratique, qui tranche avec les mascarades électorales manipulatoires des « grandes démocraties » comme les États-Unis et ses vassaux européens.

Un certain nombre de citoyens états-uniens se sont manifestés pour souligner l’exemplarité de la consultation populaire au Venezuela : l’ex-président Jimmy Carter (1977-1981) l’a qualifiée de « meilleur système électoral du monde ».

Hugo Chavez, le promoteur de la révolution bolivarienne, vu par Zéon,
chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Inoculer le cancer à Chavez n’aura pas été suffisant, le peuple Venezuelian a suivi son exemple.

     

    • Le système a toujours ses coups d’avances peut importe le choix du peuple si bon soit-il...

      Par exemple, si Marine est élu ou un Dupont Aignan ou je ne sais qui, oe système aura toujours prévu son coups d’avance.

      Ne vous réjouissez jamais sur des élections en pensant qu’il y ait une chance que les choses changent dans le bon sens.

      Le système ne tremble pas d’un pouce si le successeur de chavez ou si la quennelle prend de l’ampleur... Ils ont déjà prévu tout cela.

      Du point de vue du peuple : "Enfin la quennelle ! Hourra hourra ! Prend ta quennelle système !" (émotion débordante)

      Du point de vue du système : "Ils ont sorti la quennelle. Maintenant passons à la suite..." (pas d’émotion)

      Courage, c’est rien...


  • Hourra !
    Evidemment, les commentateurs autorisés n’ont pas fait grand bruit autour de cette élection et les accusations de dictature semblent bien loin.
    Il faut dire aussi que l’Empire a d’autres chats à fouetter en ce moment.


  • Un parti Socialiste digne de ce nom quoi.
    Quel "contraste" avec les socialistes Français, et quand je dis contraste... le mot est faible.


  • J’aime bien Nicolas Maduro.
    En revanche avec une petite cape violette, peut-être qu’il serait plus crédible... ;)

     

  • c’est quand-même un recul.


  • Bonjour à tous,

    le parti bolivarien, ça fait penser à Chavez, ça sonne bien, d’acccord. Pourtant, on peut lire sur le site de Jovanovic que le Vénézuela viendrait de mettre en garantie une partie de son or dans une banque anglaise. (http://www.jovanovic.com/blog.htm ---> rechercher le mot "Venezuela")
    Que faut-il comprendre ? Quelle est la politique que fera monsieur Maduro ?

    Je suis pour ma part, perplexe quant à la portée de la nouvelle de son élection. Il faut dire qu’en plus de ça, je ne suis pas persuadé que les élections soient une garantie quelconque pour le bien-être des peuples (lire Bernard Manin par exemple).

    Bonne journée,

    Matthieu S.


  • Catastrophique, le vénézuela, pays comportant le plus de miliadaires de toutes l’amérique du sud, s’enfonce inexorablement dans une crise d’une violence sans précédant, le statut quo sinifie le désespoire pour des miliers de compatriotes. Ni sucres, ni PQ, mais des balles, des couteaux une délinquance d’une rare violence, et des policiers mis en prison si trop honnête. Le cauchemard vénézuelien des petites gens ne se terminera jamais.


  • Le Venezuela est sans doute le laboratoire de l’après-libéralisme-sauvage. Je dois reconnaître que cette ténacité inspire le respect. Il est vrai que le pays a l’avantage de pouvoir disposer de ses ressources pétrolières, mais rappelons que c’est aussi le cas de l’Arabie Saoudite qui est loin d’être arrivé à une quelconque maturité civilisationnelle. En tout cas, le résultat de ces élections est de bonne augure pour la suite dans ce pays, mais aussi pour tous les peuples qui souhaitent s’en inspirer.
    Maduro est en train de réussir une prouesse déroutante de difficulté : succéder à un révolutionnaire charismatique.