Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Virginie Vota – Le système éducatif pénalise les garçons au nom de l’égalité

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2641129
    Le 13 janvier à 14:04 par Palm Beach Post : "Cult !"
    Virginie Vota – Le système éducatif pénalise les garçons au nom de (...)

    l’école, combien d’années de perdues ?

    je n’ai rien appris d’autre que l’ennui, à l’école
    j’ai appris dans la rue

     

    Répondre à ce message

  • Les vidéos de Virginie sont toujours assez complètes, et nuancées. Par exemple, - comme l’a noté Virginie - que les garçons soient incités à aller vers les filières techniques même courtes n’est peut-être pas un problème au contraire. Pour schématiser, les filles vont s’empiler vers les filières amenant aux "bullshit jobs" (tertiaire / emplois de bureau...) tandis que les garçons auront des métiers plus concrets, rémunérateurs, et gratifiants (sens de la valeur travail).
    A la première période de chaos, ou la première récession économique, les choses vont reprendre leur place d’elles-mêmes...
    Lire sur le sujet des bullshits jobs et de nos nouvelles sociétés du tertiaire et de "cols blancs" l’excellent "Eloge du carburateur" de Matthew B.Crawford...

     

    Répondre à ce message

  • Pénalisons les noirs au 100m sprint au nom de l’égalité.

     

    Répondre à ce message

  • J’ajoute à l’intervention de Virginie que les formations professionnelles sont réservées en priorité aux femmes, y compris les formations pole emploi.

     

    Répondre à ce message

    • Je confirme ça, ils ne s’en cachent même pas car dans le groupe dont j’avais fait parti il y a quelques années, on nous avait annoncé d’office que les femmes étaient prioritaires. Et effectivement il y avait 10 places pour la formation, 5 femmes dans le groupe initial (il devait y avoir entre 40 et 50 personnes en tout) et les 5 ont été sélectionnées. (Et je vais être franc, pour moi 4 ont volé la place d’une autre personne et n’avaient rien à faire là)

       
  • L’école est le lieu du déploiement du Nouveau Désordre Mondial. Ruiner l’école publique pour favoriser les écoles dites créatives, les cours privés et la formation à distance. Tous nourris à l’idéologie new-age, où les goyims, pervers et coupables d’entraîner les élus, sont brisés et formatés comme un seul peuple pour réparer le monde. Le youtubing sert à déformer les esprits en ce sens. L’hypnose créant un univers concentrationnaire de sous-doués américanisés délirants.

     

    Répondre à ce message

  • J’adore la conclusion sur les deux sexes qui ne sont pas faits pour s’opposer, sont complémentaires etc. : très beau chant de sirène pour attirer le mâle béta dans sa caverne :D

     

    Répondre à ce message

    • #2641976

      Exactement. Et au vu des commentaires, ça a l’air de marcher plutôt bien.

      Un vrai homme n’a nul besoin de cette jeune femme pour savoir ce qu’implique d’être un homme. Personnellement, ça fait un bail que je n’écoute plus ses vidéos. Au début, ça fait plaisir, on se dit : "ah, voilà une femme différente et authentique, ça nous change des féministes"... Mais en grattant un peu le vernis, on se rend compte que les "femmes de droite" ne diffèrent en rien de leurs consoeurs de gauche : outre les discours caricaturaux (d’un côté comme de l’autre), elles sont absolument pareilles dans leur mode de vie, dans leurs centres d’intérêt, dans leurs actes et dans leur vie sentimentale ou professionnelle. Toutes mues par le matérialisme, l’appât du lucre et un appétit charnel dévergondé. Bien sûr, je ne parle pas de l’autrice de cette vidéo, que je ne connais pas personnellement, mais j’ai connu plusieurs femmes de droite (même des antiféministes comme elle) et je peux attester que leurs actes divergeaient en tous points de leurs discours.

      Si vous voulez vraiment des filles traditionnelles, allez en Russie. Une Russe même urbaine, athée et éloignée de toute prétention conservatrice sera encore davantage traditionnelle qu’une influenceuse occidentale tradi.

       
  • Il faut rétablir la séparation entre fille et garçon à l’école... c’est ce qui se pratiquait du temps de nos Anciens. C’est ce que j’ai connu dans mon enfance et dans ma scolarité ; c’était mieux ainsi.

     

    Répondre à ce message

  • Le hasard fait que je suis en train de travailler sur un interminable laïus d’un certain Yves Raibaud, un « enseignant-chercheur féministe bla-bla » (le contribuable se réjouit de financer ses « recherches ») qui cumule tous les poncifs les plus énormes, à tel point que mon suicide interviendra assurément avant la fin de ce travail.

     

    Répondre à ce message

  • L’Etat a pris la place de Dieu et a fait de l’école son lieu de culte, comme le veut l’oligarchie financière qui dirige le monde, pour faire un monde féminisée ou il n’y aura plus de contestation sociales.

     

    Répondre à ce message

  • #2643073

    Je suis une femme, je ne suis pas féministe mais ce que je constate c’est qu’une femme est beaucoup plus tenace, solide psychologiquement et endurante qu’un homme même si elle manque de qualités naturelles comme l’innovation, la logique et le génie technique. Alors que les garçons accèdent à ces domaines assez facilement car ils y sont prédisposés, une femme y arrivera à force de volonté et de travail. Ce n’est pas un méfait que les femmes accèdent enfin à des postes clé dans la société, c’est une juste reconnaissance de leurs capacités lorsqu’on les laisse accéder à l’éducation. Vous verrez, dans une ou deux générations, il n’y aura plus de différences car les femmes auront pris confiance.
    J’ai personnellement une assez mauvaise image des hommes, et ce depuis mon enfance, car j’ai été entourée par des abuseurs, alcooliques, faibles et névrosés. Je constate que la gente masculine est sur une mauvaise pente, avec très peu de résilience par rapport aux femmes. Juste un exemple : une femme, majoritairement, défendra et protègera sa progéniture, sans faille, alors qu’un homme est capable d’abandonner ses enfants assez facilement et sans se battre. Combien d’hommes à 30 ans qui n’ont toujours pas leur permis, un travail stable et un désir de fonder une famille ? J’en connais plein, et ce n’est pas à cause du féminisme ! Mes modèles ont toujours été féminins, je n’ai jamais compris la violence interne des garçons qui génèrent l’esprit de compétition, l’amour du pouvoir et les guerres. Pour conclure, c’est très bien que le féminin investisse la sphère publique, ça rééquilibre les choses, n’en déplaise aux rageux. Les femmes ont beaucoup de choses à apprend des hommes, et elle le font, est-ce que les hommes sont prêts à apprendre des femmes ? J’en doute.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents