Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Voltaire, le personnage et l’homme, qui trompe qui ?

Conférence de Marion Sigaut à Nancy, 19 janvier 2013

Conférence de Marion Sigaut, organisé par E&R Lorraine avec la participation de Debout les Jeunes.

Marion Sigaut, dont on ne présente plus le passionnant travail historique, s’attaque ici à Voltaire, ce monument de l’histoire, de la littérature et de la philosophie françaises, souvent particulièrement encensé et aussi, parfois, farouchement contesté.

Partie 1 :

Partie 2 :

 

Marion Sigaut chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

107 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Un voltaire qui,malgré ses contradictions,à l’instar d’un victor hugo(victor lourdo après lecture),demeure un pilier de l’éducation nationale franc-maçonne hypocrite...en toute honnêteté,son "candide" c’est de la m...rde,pas étonnant que les plus jeunes se détournent de la littérature Française après avoir été forcés à lire ça...pourquoi il n’y a pas un seul ’prof’ pour nous faire lire Céline au collège ou au lycée ?c’est trop d’actualité et dans le vrai peut-être ?...Féthi

     

    • Réponse à ANONYME : Quand j’étais ado ma mère me disait : "ne parle JAMAIS de Céline au lycée", tant la malédiction attachée au nom de Céline était totalitaire. Aujourd’hui les choses évoluent un peu mais les profs de l’éducation nationale ont encore la frousse, meme 51 ans après sa mort. Ils se savent fliqués et craignent de ne pas etre suffisamment politiquement corrects, une inspection est si vite arrivée... Dans l’éducation nationale, les profs sont des larbins : larbins du chef d’établissement et de son adjoint, larbins des parents d’élève qui téléphonent pour un oui ou pour un non au chef d’établissement, larbins des élèves, et meme et surtout larbins des élèves Juifs qui les fliquent, les Sayanim, qui peuvent les reprendre vertement ( et sans réplique possible) si le malheureux prof ose une remarque qui n’est pas "sionistement correcte". Quant aux profs d’histoire ils doivent strictement s’en tenir à la légende officielle sinon ils se font virer comme des malpropres. J’ai honte d’avoir tapiné là dedans pendant 30 ans et pour gagner quoi ? Des cacahuètes .


    • #332189

      Amusant que vous citiez Céline.
      Voltaire était l’un des écrivains préférés de Louis-Ferdinand.
      Soumis au "questionnaire de Proust", voici ce qu’affirma Céline :
      - Quel est votre personnage historique favori ?
      - Ouais... J’en ai pas beaucoup... peut-être Voltaire... dans une certaine mesure... pour son intelligence...

      Vous pouvez retrouver l’intégralité de l’interview dans :
      Émile BRAMI, Céline à rebours, Montréal : Archipoche, 2011. Np, voir chapitre IV.
      Vous avez un extrait ici : http://books.google.fr/books?id=8Rg...


    • Et pour ce qui est de Céline au Lycée, petite nuance... J’ai découvert Voyage Au Bout De La Nuit comme on trouve une pépite, il y a des années, au fond d’une armoire chez mes parents. Il n’était pas caché, juste mal rangé dans les affaires scolaires de mon aîné, qui l’avait étudié en Seconde !

      Comme quoi les profs sont pas tous des cons ou des couilles molles...


    • #332924

      ok céline mais c’est loin d’être le seul...et il y a quand même quelques écrits sympathiques de victor hugo !...et je ne suis pas non plus un fanatique d’hugo.


    • #334503

      Dire que Candide est une merde est forcément un moment d’égarement .. Ca arrive à tout le monde de dire des conneries.


  • Comme la plupart des grands écrivains Français, Voltaire a du s’exiler plusieurs fois et sa vie a été une fuite continuelle devant les gendarmes ; le roi Louis XV l’a banni de Paris pendant 30 ans, or Voltaire adorait Paris . Il a dénoncé l’escroquerie Judéo-chrétienne, cette religion qui interdit aux goys les métiers d’argent pour les réserver aux Juifs, les frères de race des chefs de l’Eglise, "la vieille sorcière judaique" comme l’écrivait Céline . Il faut tout de meme se souvenir qu’à l’époque l’Eglise pouvait faire mettre à mort un mécréant comme le Chevalier de la Barre ou faire agoniser sur la roue le protestant Calas, accusé à tort d’avoir fait pendre son fils . C’est la Révolution qui va faire perdre son pouvoir à l’Eglise, d’abord en lui confisquant tous les biens qu’elle avait acquis d’une façon disons plus ou moins régulière ; après la Révolution l’Eglise ne pourra plus faire mettre à mort personne . Vous le regrettez ? Pas moi .

     

    • Lauburu ! Lisez "comprendre l’empire", visionnez la vidéo de Marion Sigaut et les vidéos du mois d’Alain Soral car vous mélangez tout dans votre analyse politico historique.


    • La Barre, condamné par le Parlement de Paris ; Calas, condamné par le Parlement de Toulouse.
      Il faut arrêter avec ces boniments. Cependant, oui, ils furent exécutés par le pouvoir administratif sous la pression religieuse ; l’Eglise ne pouvait mettre à mort personne, mais la collusion entre ce pouvoir spirituel et le pouvoir temporel, oui (car mettre à mal le pouvoir et les symboles de Dieu, c’était encore à cette époque remettre en cause le pouvoir administratif, étatique, royal).
      Alors, si on peut se réjouir du fait que l’Eglise ne peut plus, après la Révolution (et les choses sont infiniment plus complexes que cela), "mettre à mort quelqu’un", on peut regretter d’une part que cette perte d’influence soit presque totale (et je te renvoie par exemple aux écrits de Michéa pour comprendre le rôle de rempart au libéralisme qu’embrasse la religion, même insti[tutionnalis]ée) et, d’autre part, que cette prérogative de droit et de mort reste désormais l’apanage du seul état - et ce n’est pas l’abolition de la peine de mort par un badin terne qui y change quoi que ce soit, sinon en apparence.

      Alors oui, personnellement, aussi imparfait fût-il, je regrette qu’un pouvoir transcendantal ne soit plus là pour contrebalancer les puissances matérialistes - même si, ce qui a signé l’arrêt de mort de ce premier, c’est bien ses acoquinements avec les seconds.


    • #332008

      Heureusement que les métiers d’argent furent interdit aux goys sinon je n’ose à peine imaginer où nous en serions actuellement ! Mais il est vrai qu’il eut été plus sage d’interdire la spéculation et l’usure à tout le monde plutôt que par cupidité et hypocrisie déléguer cela aux Juifs pour s’en laver les mains...

      C’est vrai qu’après la Révolution l’Eglise ne pourra plus faire mettre à mort personne, c’est les francs-maçons qui ont pris la relève et de manière grandiose : carnages coloniaux, carnages communistes, carnage fascistes, première et seconde guerres mondiales, guerre du Vietnam, guerre de l’Opium, expérimentations médicales à grande échelle parfois sur des villes entières, dégradation massive des biotopes...cette capacité de l’oligarchie a faire occulter ces tortures et massacres continuels de populations entières est extraordinaire ! D’autant plus remarquables que l’on parle non pas pas de quelques milliers de victimes mais de millions voire centaines de millions !
      Et soit dit en passant jeter un coup d’oeil au travail de Marion Sigaut démontrant qu’un nombre considérable de tortures et exécutions attribuées à l’Eglise était en réalité le fait de tribunaux laïcs...


    • Personne ici ne regrette le temps où "la vieille sorcière judaique" pouvait décréter de tuer des gens,détends-toi,et on n’est pas non-plus obligés d’encenser la révolution parce-qu’elle a mis un terme à cela...et cette révolution,elle a fait tomber combien de têtes(au sens propre)elle ?...Féthi


    • Visionnez les vidéos de Marion Sigaut en commençant par " les lumières", "l’affaire Damien",...et vous comprendrez l’escrocquerie de la Révolution et surtout de façon surprenante que l’église était la victime bouc-émissaire et non le persécuteur. L’histoire a été falsifiée, ainsi que l’image négative de l’église entretenue sournoisement par le très sioniste Hollywood.


    • #332107

      Ceux qui ont mis à mort le chevalier de la Barre sont les anticléricaux de l’époque : les juges, jansénistes, étaient partisans de la soumission de l’Eglise à l’Etat. Ils viendront à bout des jésuites et inspireront la Constitution civile du clergé, qui mettra la France à feu et à sang.
      Aucune condamnation à mort ne se faisait ni sur ordre ni sur pression de l’Eglise, qui n’avait aucun pouvoir pour cela et d’autres chats à fouetter.
      La conférence que j’ai donnée à ce sujet à Dijon sera bientôt en ligne.
      Les biens de l’Eglise étaient acquis de façon tout à fait régulière (perception de la dîme), c’est la façon dont on les a privatisés qui le fut beaucoup moins.


    • Je vous rappelle qu’à l’époque de la guerre de 100 ans un certain pédosataniste se nommant Gilles De Rais (Gilles De Retz) et qui était Maréchal De France et à cette époque lorsque l’on est Maréchal De France c’est qu’on est le 3éme ou 4éme homme le plus important du Royaume De France à terminer dans les flammes lorsque ses crimes furent découvert (plus de 200 gosses) .AH BON ?AH BON ?Monsieur vous n’aimez pas cette époque ?Vous n’aimeriez pas voir Jack Lang,Laurent Fabius ,Bernard Kouchner ,BHL,Fourest,Marc Dutroux,Cohn Bendit,Pasquier,Moscovici,Dray,Emile Louis,Martine Aubry,Valls ,Perben,Baudis,Finkelkraut,Attali,Delanoé,Yannick Noa,Alain Juppé,Zbrigniew Brézinsky,Rav Von Chaya,Néttanyeou,la Reine D’Angleterre et sa famille de taré,les Sax Cobourg Gotha,Michel Drucker,Enrico Macias,le désanusseur de Montargie,les fréres Jourdin,les rothchilds,les Rockfeller terminés au bucher ou la téte sur un billot ?Moi je trouverais cela plutot fandar .Et oui !Il y avait une justice à cette époque.En ce temps la vivaient des géants .


    • #332171

      Commentaire normal. Lauburu est une croix gammée courbe d’origine païenne que l’on trouve au pays basque (cf. wikipedia).


    • - Ca y est...Les premiers trolls propagandistes payés par l’europe arrivent ...


    • @marion sigaut,
      C’est toujours une joie de vous écouter et j’ai trop hâte de voir votre vidéo concernant l’église et dont on en parlera jamais assez pour la réhabiliter.


    • Merci Marion pour tout le travail que vous faites...Vous m’avez redonné goût à l’ histoire...avec un grand H ! : )


  • #331939
    le 14/02/2013 par MagnaVeritas (alias MV)
    Voltaire, le personnage et l’homme, qui trompe qui ?

    Les "philosophes", étaient en fait tous des minables sophistes. Le petit rieur voltaire n’aurait jamais tenu le choc face à Clouscard ou à certains autres. Sur le plan logique, il se serait tout simplement fait soumettre rien qu’avec l’auriculaire.
    C’était bien petit voltaire le haineux-hargneux, expert du lynchage médiatique et des campagnes de diffamation, et sûrement pas les détracteurs de ce sous-être.

    C’est une astuce des lucifériens actuels d’amalgamer Rousseau aux "lumières" et d’en exclure Robespierre et d’autres.

    Madame Sigaut pourrait-elle éventuellement confirmer, si elle en a le temps, que Rousseau a été diffamé dans l’"Encyclopédie" ? Merci.

     

    • #332060
      le 15/02/2013 par †..mais mon p’tit coeur, lui, restera FRANCAIS !†
      Voltaire, le personnage et l’homme, qui trompe qui ?

      En faite Voltaire c’était le Botul de l’époque...
      Comme quoi, les années passent mais les hommes restent les mêmes.


    • #332066

      Voltaire ou Rousseau ne sont que des variantes de fausses monnaies parmi tant d’autres qui ont grossit « l’escarcelle » de la raison dans le but vain d’occulter la foi…

      Le Meilleur DK


    • #332078

      Et n´oublions pas le fameux ¨cape diem¨ central au programme de Lettres des jeunes collégiens, parfaite introduction à la morale libérale libertaire !

      Il serait temps pour E&R de faire un petit topo sur le sujet de nos programmes scolaires.

      Ce qu´ils y ont mis et ce qu´ils ont retirés ou omis..., Histoire, Lettres...


    • j’ai tapé Rousseau dans le moteur de consultation en ligne de l’Encyclopédie,
      http://www.lexilogos.com/encycloped... , ça donne ça : http://artflx.uchicago.edu/cgi-bin/... . Le passage le plus discutable me semble être l’avertissement des éditeurs qui disent ne pas vouloir prendre parti dans les critiques formulées envers Rousseau :
      http://artflx.uchicago.edu/cgi-bin/...
      En le ciblant particulièrement, lui et non d’autres, au moyen de la lettre d’un anonyme, ça ressemble effectivement à une peau de banane. C’est vache pour lui mais ça reste intéressant pour comprendre que Rousseau ne faisait pas l’unanimité parmi ses collègues. ça renseigne sur eux, probablement malgré eux, et ainsi l’objectif de l’Encyclopédie me semble atteint en ce qui les concernent et sur leur époque.


    • La haine de Voltaire à l’égard de Rousseau fut bien réelle, et sur ce point, Mme Sigaut n’exagère en rien. A cela, plusieurs raisons :
      - le fait que Rousseau se soit éloigné des Encyclopédistes après 1755 (Voltaire l’appelait le "judas)
      - le fait que Rousseau ait réintégré l’église calviniste après son voyage à Genève
      - le fait surtout qu’il ait écrit contre le théâtre, ce qui empêcha à terme Voltaire de monter sa propre scène aux Délices

      Diderot, Grimm etc... avaient évidemment d’autres raisons d’en vouloir à JJR


    • #332509

      Olive, merci mais je sais que la haine de petit voltaire contre Rousseau était réelle. Il a même écrit des lettres anonymes contre lui (qui se foutaient de son système d’écriture de musique, si mes souvenirs sont bons).

      Ma demande était plus précise : j’ai eu vent qu’une caricature de Rousseau sous forme de cyclope figurait dans l’"Encyclopédie", alors je me demandais si cela était bien réel.
      En tout cas, Rousseau a bien fait chialer de jalousie petit voltaire, mini diderot, etc.

      DK : Faux. Soral a mis en évidence la méthode historiciste inventée par Rousseau, mais les quelques écrits de Rousseau que j’ai lu sont teintés de mysticisme. Je n’ai pour le moment pas une base de données suffisante sur lui pour me prononcer définitivement, mais vu sa sensibilité rarissime, son intelligence, sa noblesse de coeur et sa lucidité, il est impossible qu’il aie été un anticlérical.
      Tout le contraire de petit voltaire le rieur, diffamateur, vitupérateur, persifleur et mesquinissime.

      Rousseau et minus-voltaire ne sont pas les deux faces d’une même pièce, même si l’interprétation de Madame Sigaut a l’air d’aller dans ce sens dans la vidéo. Il y a malentendu à propos de ce que dit l’intervenant dans la salle. Il est évident que l’amalgame Rousseau-voltaire est au très grand désavantage de Rousseau. Il ne peut être que l’oeuvre des demeurés lucifériens successeurs de mesquin-voltaire, comme je l’ai écrit précédemment.


    • @ magnaveritas
      il est parfaitement stupide d’associer Rousseau aux autres. Un signe ne trompe pas. Il est mort pauvre, ayant toujours refusé les pensions, sinécures, et fortunes qu’acceptaient les autres (Diderot auprès de Catherine II, Voltaire et d’Alembert auprès de Frédéric de Prusse). Rousseau n’a d’ailleurs cessé de dénoncer ces collusions.
      Sur le plan religieux, rien de commun non plus. Il faut relire le Vicaire Savoyard, et sa conception d’une religion naturelle, débarrassé de l’intermédiaire encombrant du clergé.


    • @ MV,
      à bavarder, j’en oublie de répondre à votre question. Je n’ai pas souvenir du cyclope. Par contre, l’article "homme" de l’encyclopédie est intéressant. Voltaire y qualifie Rousseau de "renard sans queue"... Je vous laisse saisir la signification de l’allusion... Voltaire rapporte là une rumeur qui courait à l’époque sur le Genevois, dont fera état George Sand bien plus tard


  • Réponse à O.S : bien sur très hypocritement l’Eglise ne se chargeait pas elle meme de la mise à mort elle remettait le condamné " au bras séculier", elle ne voulait pas se salir les mains "tu ne tueras pas"etc...La religion ne sert à rien qu’à vous piquer du pèze les amis...et c’est un baptisé désabusé qui vous le dit...

     

    • Ahhh d’accord...
      Et donc les prêtres sont tous pédophiles et sont responsables du sida en Afrique !
      Je vous pose la question, qu’attendons nous alors pour rendre définitivement la liberté au monde et qu’attendons nous pour mettre à bas cette idéologie, qui bien qu’étant à l’agonie continue par la perfidie qu’on lui connait, à empêcher les noble idéaux de la démocratie and the freedom for all the people of the world, jean-jean, fait partir l’hymne américain ! , d’etre enfin réalisée ! Quel bonheur de vivre en démocratie, droit de l’homme and my back on the furniture ! Oh Yeah !


  • Réponse à VENUS777 : Les anecdotes de Marion Sigaut sont amusantes mais il ne faut pas réduire Voltaire à si peu de chose ; Voltaire refuse de croire que de ce "misérable peuple Juif" aurait pu sortir autre chose qu’une imposture. Libre à vous de croire qu’un Rabbin est le Sauveur de l’humanité, mais vous ne comprenez pas que ce sont les Juifs qui vous y font croire : ils deviennent ainsi pour vous les frères de race du "Divin Sauveur", ils se sont rendus tabous à vos yeux .(J’avoue a ma honte que votre pseudo...prometteur, m’émoustille !)

     

    • Oh Lauburu, tu commences à nous emmerder avec ton venin que tu distilles à tous les étages et tes propos fielleux pour semer le doute et la discorde sur des sujets sur lesquels le voile se découvre, comme l’ignominie de Arouet dit Voltaire et la période de la Révolution française, qui fut la pire saloperie qui pouvait arriver à l’humanité, c’est pas pour rien qu’on a appelé cette période (1789-1792) "La Terreur" avec son cortège de décapités par milliers (rite sacrificiel à Satan) et de dizaines de milliers de prêtres, soeurs, moines pillés, violés, lynchés, églises, monastères, tous les lieux de culte, détruits, saccagés, brûlés et tu mets en parallèle les quelques "hérétiques" que l’Eglise a jugés et condamnés. Je te parle même pas des centaines de milliers de Chouans génocidés froidement (femmes, enfants, vieillards…) par la République. Quelqu’un sur ce site a émis un doute à ton sujet te traitant de taupe infiltrée pour foutre le bordel (un trolleybus), je suis pas loin de le penser. Tous tes posts sont à connotation anti-catholique, c’est une insulte à nous chrétiens, occupe-toi plutôt de critiquer tes frères sionnistes et fous la paix à Jésus. A bon entendu, saleur !


  • #332032

    Voltaire est l’un des « semenciers des lumières » qui ont produit ce « monstrueux tubercule » qu’est la laïcité…

    Le Meilleur DK


  • #332045

    Merci pour cette conférence aussi passionnante que les précédentes.Un fan .


  • Botul-Henri Lévy est le Voltaire de notre époque, le talent stylistique en moins, mais son cœur vicieux est tout aussi similaire...

    Merci infiniment à vous Madame Sigaut.


  • Bonjour Marion,

    D’abord merci pour votre conférence. Auriez-vous des références bibliographiques sur la période jésuite chez les guarani ? Ce sujet m’intéresse beaucoup mais je ne trouve rien de satisfaisant sur la question.
    Autre chose : sur Voltaire, avez-vous lu "Voltaire méconnu" de Xavier Martin ? Je ne sais s’il vous apprendrait beaucoup, mais je pense qu’il est à lire pour saisir toute l’abjection de Voltaire.

    Bien à vous,
    Janus.


  • Moi et les miens avons toujours pensé, pour l’avoir lu en autodidactes sans passer par le filtre universitaire parisien, la même chose de Voltaire que ce que Madame Sigaut vient de découvrir : un être sans grand talent littéraire, mais plutôt un verbo-moteur doué d’un immense cynisme et d’un immense sadisme des plus rentables, un manipulateur pur. Il est vrai aussi que je viens d’un milieu plutôt du côté de l’Église et des cultures traditionnelles en général (sans exagération) que de la modernité idéologique. Mais dans le dossier Voltaire c’est l’Église qui prenait fait et cause pour l’éducation du peuple envers et contre les riches propriétaires irresponsables recommandant l’obscurantisme.

     

  • #332106

    Maintenant celui qui se la ramène avec Voltaire je pourrais lui rire au nez sans complexes !

    Non mais quelle ordure … Le roman national je veux bien mais dans une certaine limite de crédibilité quand même … et dire qu’on m’a fait gober toutes ces bêtises quand j’étais sur les bancs de l’école … ça me fout en rogne je vous jure !


  • Voltaire n’est plus mais il nous a laissé en héritage son arrière, arrière petit fils...BHL !

     

  • #332130

    Je me permets de suggérer aux camarades d’E&R que le sujet intéresse d’écouter la présentation du personnage faite par monsieur Henri Guillemin.

    - Lien Youtube
    - Vous pouvez télécharger le fichier mp3 avec, en bonus, un peu de lecture.

     

    • Un connaisseur !
      Suivez les liens qui vous sont indiqués, je ne pense pas que Madame Sigault vous en dira du mal.
      Voltaire ? Mentez, mentez mes amis ! Voilà ce qu’il fût et rien de mieux.


  • Voltaire me fait penser à un BHL précurseur.


  • #332136

    Voltaire par Henri Guillemin
    http://www.youtube.com/watch?v=kpVa...

    1ère partie : -Voltaire est un salaud
    2ème partie : -Voltaire n’est pas un salaud(mais il en prend plein la gueule quand même) ;)
    3èmepartie : -Mais qui est Voltaire ?


  • Voltaire et le "mariage pour tous" : il qualifie l’homosexualité d’ "attentat infame contre la nature", d’ "abomination dégoutante" ou encore de "turpitude" . A bon lecteur, salut !


  • Marion ,

    Toujours un plaisir de vous entendre conté l’histoire .

    Voltaire était un simple illuminé cherchant à instauré son idéologie décadente et satanique et il est porté en gloire dans l’ éducation nationale , une véritable honte.

    Dommage que l’histoire ne retienne pas un personnage comme François Henri comte de Virieu ( Franc maçon repentit ) qui lors du convent de Wilhelmsbad en 1782 , 1ere rencontre entre la Franc Maçonnerie et les Illuminatis de Bavière dénonça un complot dans un état d’avancement tel que ""ni la monarchie ni l’Église ne pourraient en réchapper".
    le comte de Virieu mourut en héros à l’ age de 39 ans à Lyon en combattant les forces obscures des lumières à la tête d’une colonne composée certes de soldats, mais également de femmes, d’enfants et de malades fuyant la famine et la fureur révolutionnaire


  • C’est frappant de constater à quel point certaines des citations de Voltaire, surtout quand il se justifie par rapport à la guerre, pourraient être attribuées à BHL. Oui on imaginerait bien BHL sortir ce genre de phrases au journal de 20H. "Je suis contre la guerre mais je me battrait jusqu’au bout pour que vous soyez vaincus" ;-)


  • #332170

    Merci Marion pour cette conférence, ce fut une soirée formidable et instructive. On était tout de même 200 dans la salle. J’ai remarqué que certaines références auxquelles vous vous reportiez n’étaient pas publiée en France, tel que Louis Blanc et Augustin Barruel, ce n’est pas surprenant, encore une idée de publication pour KontreKulture.


  • Voltaire vu par Céline : " Il est consolant de lire les lettres de Voltaire c’est une perpétuelle fuite devant les gendarmes seulement de chateau en chateau, toute sa vie un chien traqué".(1946) " La France n’est pas le pays des amnisties-Race LEGERE et DURE disait Voltaire "(1947) " Vous savez que Voltaire a écrit : " Il est triste que souvent,pour etre bon patriote, on soit l’ennemi du reste des hommes ".(1947)


  • Mme Sigaut, autant votre vision de ce que vous nommez les Lumières m’avait semblé caricaturale, autant votre propos sur Voltaire me paraît juste et fondé. Je n’ai pas encore eu le temps de tout visionner, mais cette fois, je ne peux que souscrire... Et encore, vous ne noircissez pas le trait... Sans entrer dans le détail, pour m’en être pris à Voltaire, j’ai très récemment eu à subir les foudres de ses adorateurs (si, si, il en reste beaucoup) pour mon "ignorance" du sujet. Je vous conseille un excellent ouvrage sur le sieur Voltaire, exclusivement consacré à la chose judiciaire, et soulignant ses mensonges dans le domaine. Bien à vous

     

  • Voltaire =bhl=prévaricateurs acerbes,c’est comme cela qu’il faut les présenter .


  • Réponse à Marion Sigaut : Quand le cadavre du chevalier de la Barre a été brulé, on a jeté dans le brasier des exemplaires du dictionnaire philosophique de Voltaire : vous approuvez ? En 1600 Giordano Bruno a été condamné à etre brulé vif car il pensait que l’univers était infini et qu’il défendait l’heliocentrisme de Copernic : l’Eglise lui a fait arracher la langue avant de le conduire au supplice afin qu’il " ne puisse pas prononcer d’affreuses paroles" : vous approuvez ? Si Voltaire était riche, c’est parce qu’il était fils de notaire, il connaissait toutes les combines de l’époque pour s’enrichir . Le fils de l’horloger de Genève ne pouvait les connaitre . Quand on vous écoute on se demande si, vivant à cette époque, vous n’eussiez pas souhaité qu’Arouet fut brulé .

     

    • Giordano Bruno aurait surtout été brûlé parce qu’il soutenait la thèse panthéiste comme quoi Dieu et la Nature serait la même chose. Mais a t-il vraiment été brûlé ? On peut en douter : http://www.biblisem.net/etudes/desd...

      Il semble qu’il soit plutôt mort vieux dans son lit !

      Dans tous les cas, il y a eu moins de morts causés par l’Inquisition sous l’Ancien régime qu’en 4 ans de Terreur Révolutionnaire.


    • Giordano Bruno n’a pas eu la langue arrachée, mais entravée par un mors en bois pour l’empêcher de proférer des paroles hérétiques (les moeurs de l’époque étaient plus cruelles que celles d’aujourd’hui mais il est tendancieux d’en rajouter). De plus il avait été excommunié non seulement par l’église catholique, mais aussi par les calvinistes et les luthériens. Son procès a duré huit ans et il pouvait se rétracter de ses théories fort contestables pour éviter le bûcher. Les excommunications républicaines sont irréversibles et autrement expéditives !


  • Comme d’habitude Marion Sigaut nous régale avec cette conférence sur l’ignoble voltaire.
    Mais le son, les gars, le son, est primordial pour ces exposés, on se fout de l’image. Combien de conférences j’ai du arrêter en cours parce que pratiquement inaudible. Ayant une bonne expérience en tant qu’ingé son, je suis prêt à vous aider gracieusement pour vos prises de son. contactez moi.

     

    • Je suis d’accord, LE SON LES GARS, LE SON !!! Je suis à fond et j’ai du mal a entendre certains passages ! L’interet de l’exposé me force à continuer mais je souffre !!!


    • oui !!! j’ajoute mon commentaire, très très souvent les conférences sont mal enregistrées !!!

      Merci à vous qui faites l’effort de les filmer etc et de les publier, mais s’il vous plait pensez-y c’est dommage cette mauvaise qualité sonore. Et encore celle là n’est pas la pire.


  • #332239

    Bonjour,

    Merci Marion Sigaut de nous éclairer, avec cette simplicité, cette pédagogie et passion de la vérité, sur ce personnage répugnant pour qui le monde n’était jamais assez noir afin de pouvoir en paraître moins cruel, voire en être une espérance...
    Avait-il seulement un but autre que spéculatif dans ces haine et gâchis perpétuels ? Je me le demande réellement.

    De même, le constat qu’il nous faut attendre plus de 200 ans, et pas par l’éducation nationale, pour en tournée la page, ou plutôt commencer à comprendre, est extraordinaire et terrifiant à la fois.

    En regardant les commentaires, beaucoup de personnes en ont déjà fait d’emblée le rapprochement, je ne peux m’empêcher de le répéter une fois de plus et de considérer, par son introduction dans les arcanes des pouvoirs, de l’édition, des médias comme auprès des acteurs de guerre, que nous avons notre Voltaire contemporain pour oser favoriser "la guerre sans l’aimer"...
    Bien entendu, cette extrapolation sur le pendant actuel de ce triste mec m’appartient mais je pense que nous pourrions identifier quelques "Voltaire" d’aujourd’hui, que ce soit dans le privé ou la vie publique.

    Quelques souvenirs douloureux rejaillissent mais, votre travail est une formidable piqûre de rappel pour ne pas oublier ce genre de personnages dangereux que l’on peut rencontrer ou écouter pour se forger une opinion.

    Encore merci, vraiment !


  • Réponse à JeanFourne : invoquer CELINE c’est invoquer la RESISTANCE A LA GUERRE SIONISTE ; c’est toujours d’actualité, les ignorants-croyants que Bagatelle, c’est dépassé, ça correspond à un lointain épisode de l’Histoire . C’est ce que prétend également sa veuve, pour ne pas avoir d’ennuis .


  • Alain Soral, devrait aller en Algerie donner une conference aux Algeriens sur le danger du sionisme qui est dejà ,helas,implanté dans ce pays grâce à des traitres comme les generaux sionistes au pouvoir tous de nationalité Française.General Toufik patron du DRS.


  • #332249
    le 15/02/2013 par La sagesse de la tradition
    Voltaire, le personnage et l’homme, qui trompe qui ?

    En fait Voltaire, c’est la personnification du début de la lutte des classes française où lui, évidemment, bourgeois lettré, fils de notaire est poussé vers des études de droit mais préférent jouir dans les court d’autres bourgeois en les amusants avec des vers, représenterai la classe dominante, la bourgeoisie et le libéralisme.

    Il est à noter d’ailleurs que celui-ci, ayant été condamné à la bastille, a négocié l’exil à la place en Angleterre où il passera près de 3 ans et d’où il reviendra avec une admiration très grande pour le système de la monarchie constitutionelle, de l’esprit anglo-saxon et de la liberté qu’on pouvait y avoir. De plus il a ensuite cotoyé et eu une relation avec une fille protestante malgré l’avis de son père et a par la suite pris la défence de huguenots (protestants français) vers la fin de sa vie. Il était également, tout du moins au début admiré par Frederik de Prusse qui lui aussi dirigeait un empire protestant. Il a aussi été introduit à la franc-maçonnerie avec un certain Benjamin Franklin.

    Il était donc très anglo-saxo-(pas judéo)-protestant compatible donc..

    En somme, c’est un peu un américanophile avant l’heure, aujourd’hui il serait surement atlantiste. Un intervenant l’a très bien résumé dans sa remarque en disant que c’était un BHL de l’époque..

     

    • #332305

      ". De plus il a ensuite cotoyé et eu une relation avec une fille protestante "

      Marrant que vous dîtes ça comme quelque chose à charge, parce que moi aussi ça m’est arrivé. Est-ce que ça fait de moi un antinationaliste partisan du grand Capital ?


  • C’est passionnant d’écouter Marion Sigaut ,elle a cette façon de raconter l’Histoire ...très loin de l’académisme poussif ! c’est jouissif de tailler en pièces cet escroc de Voltaire ! Tout au long de la conférence une forme humaine s’est dessinée devant mes yeux ,un personnage hideux dans la forme comme dans le fond m’est apparu :bhl !Nous avons notre Voltaire du 20-21 siècle ! L’intervention d’un spectateur qui voyait le nouveau Voltaire en la personnage de bhl m’a confortée dans ma conviction sur la similarité quasi -identique entre ces deux imposteurs !
    On écouterait Marion Sigaut des jours entiers !


  • Toujours un plaisir de vous écouter pour pourfendre les "mythes" erroné de la Révolution, comme le disais Emile Zola " La vérité est en marche et rien ne l’arrêtera ".

    Bien à vous Madame.


  • merci Marion et E&R Lorraine.
    travail précieux.


  • Bravo Mme Sigaud comme d’habitude c’est clair, limpide et extrêmement enrichissant.


  • #332501

    Comme tous les autres avant moi, je répète que Voltaire, c’est le BHL de l’époque.

    À lire, le livre de XAVIER MARTIN, Voltaire Méconnu, Aspects cachés de l’humanisme des Lumières (1750-1800).

    Très chouette et instructif sur la nature absolument mauvaise de l’individu.


  • #332515

    Voltaire, Léo Taxil, Braisse de Nisse et quelques autres :
    ridiculiser puis tuer, plus ou moins symboliquement, à feu plus ou moins doux, voilà la recette des médiocres, qui en plus volent leurs victimes, symboliquement bien sûr.
    Toute petite querelle, hypothétique, ou alors bien connue des Français de l’Ouest :
    la Marseillaise serait très fortement inspirée d’une oeuvre religieuse composée par Jean-Baptiste Grisons en 1787 (pour son oratorio intitulé"Esther" : ça ferait rire ma grand-mère)
    http://souvenirchouandebretagne.ove...


  • Ce voltaire ressemble a botule henry levy

     

  • 2 mai 1716
    Le système Law

    À la mort de Louis XIV, en 1715, les finances du royaume français sont au plus mal. La charge annuelle de remboursement de la dette atteint 165 millions de livres alors que les recettes fiscales ordinaires ne dépassent pas 69 millions de livres !

    Dans les caisses, il ne reste que 800.000 livres de trésorerie. Qui plus est, les restrictions de crédit élèvent le taux d’escompte jusqu’à 2,5% par... mois. Pas de quoi encourager les investissements et la consommation. Il faut dire que le mal est général. L’Europe est depuis plusieurs années déjà en plein marasme économique.

    C’est dans ces conditions qu’arrive à Paris un Écossais de 45 ans, dénommé John Law (on prononce lass en vieux français). C’est « l’homme de la situation » ainsi que l’écrit le mémorialiste Saint-Simon.
    Fabienne Manière
    Un joueur plein d’imagination

    Fils d’un orfèvre d’Édimbourg, propriétaire du domaine de Lauriston, John Law de Lauriston s’est acquis, à Londres, dans sa jeunesse, la réputation d’un dandy débauché.

    Il est obligé de s’expatrier après avoir tué un adversaire en duel et été condamné à mort. Il court l’Europe et acquiert une fortune colossale en usant de ses dons exceptionnels en mathématiques dans la spéculation.

    En 1705, de retour en Écosse, il publie des Considérations sur le numéraire et le commerce.

    Dans cet ouvrage d’économie en avance de deux siècles sur son temps, le financier montre que la prospérité d’un pays est liée à l’abondance de monnaie. On peut y lire : « La monnaie est dans un État ce que le sang est au corps humain ; sans l’un, on ne saurait vivre, sans l’autre, on ne saurait agir. La circulation est nécessaire à l’un comme à l’autre ».

    Law suggère la création d’une monnaie de papier indépendante des arrivages de métaux précieux d’Amérique mais son idée est rejetée par ses compatriotes.
    Le Régent et le trader

    Établi à Paris où son habileté au jeu lui permet de faire la connaissance du Régent, Law convainc celui-ci qu’en substituant à l’or une monnaie de papier, il sera possible de relancer l’investissement des particuliers et surtout d’éteindre la dette de l’État.

    Le 2 mai 1716, en dépit de l’hostilité des financiers tels Samuel Bernard et les frères Pâris, un édit autorise John Law à créer la Banque générale avec un capital de six millions de livres réparties en 1200 actions de 5000 livres.

    Cette banque privée pratique de façon classique des opérations de change et d’escompte. Elle émet aussi des billets que le financier s’en


  • En tout cas, la haine de voltaire à l’égard des Ottomans l’honore. Alors que bien des puissants de l’époque restèrent de marbre devant les souffrances de leurs frères européens, il était assez courageux d’en appeler à leur responsabilité. Ce n’est évidemment pas une raison d’avoir une quelconque animosité envers les Turcs aujourd’hui mais faut-il pour autant oublier tous ces centaines de milliers de morts européens, ces populations réduites en esclavages, ces femmes violées, ces enfants enlevés ? Il suffit de comparer la croissance des populations locales à celle des autres peuples européens durant ces 4 siècles d’occupation pour mesurer l’ampleur du désastre.


  • #332694

    Autre citation de ce triste sire dans une Lettre à M. Damillaville :

    "Je crois que nous ne nous entendons pas sur l’article du peuple, que vous croyez digne d’être instruit. J’entends par peuple la populace, qui n’a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s’instruire ; ils mourraient de faim avant de devenir philosophes. Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Si vous faisiez valoir comme moi une terre, et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis. Ce n’est pas le manœuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes ; [...] Quand la populace se mêle de raisonner, tout est perdu."


  • Les comparaisons avec BHL sont injustes. Je n’aime pas Voltaire, ni ses idées, mais cet homme avec une très belle plume, ce qui n’est pas le cas de BHL et je crois même d’aucun écrivains contemporains...

     

    • #332901

      Une belle plume ?
      Pas meilleure que celle de n’importe quel "honnête homme" de son époque !
      Vous avez visiblement eu la chance d’échapper à ses poèmes et à ses pièces, toutes plus lourdingues et lamentables les unes que les autres.
      Mais il a quasiment inventé le persiflage, - je crois que le mot est de lui -, qui fut à la mode dans toute l’Europe, et il faut lui reconnaître cela. Il en est resté des traces dans l’humour français, qui est un humour méchant, qui s’exerce au détriment d’autrui, par opposition à d’autres formes d’humour nationaux. Dieudonné est passé maître.
      Sue le plan philosophique, il n’y a guère que son traité sur la tolérance qui présente un intérêt, puisqu’il y développe une justification originale, plus intéressante à mes yeux que celle fournie par Locke. La plupart du temps, il repompait, mais en moins bien, les séquences argumentatives de vrais philosophes.


    • Je suis d’accord avec mon voisin du dessus, la plume de Voltaire n’a rien à envier à celle de n’importe lequel de ses contemporains, il faut savoir qu’à l’époque, les lettrés en étaient réellement, et l’écriture ainsi que la langue française avaient des exigences autrement plus rigoureuses que le rap actuel.
      Lisez les mémoires de Casanova (rédigées en Français et publiés sous le pseudonyme de Jacques Casanova de Seingalt) pour vous en rendre compte.

      Je recommande à quiconque de s’intéresser à ce personnage qui était un très grand penseur politique et analyste politique, lucide sur tout ce qui se déroulait à son époque. Si la littérature laïque et moderne l’a réduit au rang de simple jouisseur, c’est pour éviter que l’on s’intéresse de trop près à ses mémoires, dont la publication a d’ailleurs été entravée et retardée par tous les moyens jusqu’au moment où ça n’aurait plus eu aucun impact.


  • Message à Mme Sigaut.

    Merci pour votre très intéressante conférence.
    Toutefois, sauriez-vous dire pourquoi la plupart de ceux qui ont fait leurs études chez les jésuites en ressortent avec une haine du catholicisme ?
    C’est le cas de Voltaire, comme vous l’avez dit, mais de bien d’autres personnes, notamment le " petit père Combes " qui leur a été si hostile sous la IIIème république.

    Par ailleurs, à propos du nègre du Surinam, il me semble que vous avez un petit peu une vision occidentale du rapport mère-enfant chez les noirs.
    En effet, ma femme a vécu au Tchad dans les années 70 et elle me rapportait qu’il était très fréquent que des parents (dont des mères) vendissent leurs filles sur des marchés dans des villages (pas à Fort Lamy, certes, car les blancs l’interdisaient, mais dans les villages de brousse). Les petites filles avaient en général 12 à 13 ans et étaient souvent vendues à des vieux. D’ailleurs, souvent, la mère disait aux éventuels acheteurs, en parlant de sa fille, " elle n’est pas cassée " (ce qui signifiait que la gamine était encore vierge).
    C’était juste pour remettre les pendules à l’heure, comme vous dites.

    Sinon, merci de votre réponse pour les jésuites.


  • #332845
    le 16/02/2013 par chris de beaumesdevenise
    Voltaire, le personnage et l’homme, qui trompe qui ?

    wahou !! alors là ,la fin de la première partie m’a soufflé !!
    Je suis effaré !!
    Mme Sigaut vous savez vraiment bien nous compter l’ Histoire !!!
    Merci pour ce travail de vérité remarquable !!
    Dès que vous passerez près de chez moi en conférence je viendrais assurément prendre place parmi les auditeurs !!
    Je prendre a chaque fois un réel plaisir a vous écouter,
    et j’en sort plus intelligent , dans cette période actuelle, c’est une chose rare et précieuse !!!!


  • Très bonne conférence, mais attention, ils prévoient une seconde fournée :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvea...

    Quelle ébullition de philosophes à la con ... avant un Nouvel Ordre Mondial ?


  • Marion Sigaut, j’aurais tellement voulu vous avoir comme prof au collège comme sa je me serais moins endormi en cours, grâce à vous j’ai envie dans savoir plus sur Voltaire. Merci, sincèrement :).


  • J’ai lu dans les commentaires que Voltaire était le BHL de l’époque... Faut pas non plus abuser.
    Voltaire avait un talent d’escrivailleur contrairement à BHL.


  • #333216

    Chers amis,

    Voltaire ne susciterait certainement pas tant d’indignations dans vos esprits si l’image faussée que l’on vous avait présentée de lui n’était pas en si grand décalage avec sa vraie personne...

    Il n’est certes pas un philosophe, un grand penseur, un génie des lettres, mais je pense qu’il reste malgré tout un très bon auteur satirique qui maniait l’art de l’outrance et de l’ironie aussi aisément qu’un loup parmi les moutons.

    Je crois que c’est cette facette de Voltaire qui devait plaire à Nietzsche ou à Céline, c’est à dire ce côté immoral, taquin et persifleur...
    Si à cette époque naquit une intelligence supérieure, elle fit la preuve de sa complexité et de sa lucidité dans l’esprit humble et sensible de Rousseau, et non dans les petites moqueries mesquines, les diffamations odieuses, l’acharnement fanatique de Voltaire sur tout être ou corps social qui faisaient preuve de faiblesse.
    C’est là le secret de Voltaire, trouver toujours le point faible des honnêtes gens.

    Cela dit apprenons de Voltaire, car nous apprenons parfois plus de nos ennemis que de nos amis.

    J’ai quelque sympathie pour le personnage de Voltaire...Mais j’ai beaucoup plus de penchant pour la vérité.Je ne peux donc que féliciter le travail de recherche et de réflexions qu’a effectué Marion Sigaut...


  • Un surnom qui siérait bien à B.H.L. dans l’avenir : VOLTAIRE 2 ou Le petit Voltaire.


  • Comme toujours c’est un grand plaisir d’écouter Marion Sigaud.
    Je suis d’accord avec elle sur la vraie personnalité de François-Marie Arouet.

    Cependant je suis un peu déçu qu’elle dise que Voltaire et Rousseau c’est un peu la même pièce ... Rousseau est LE philosophe du 18ème, LE déclassé, je vous rappelle qu’il a été persecuté toute sa vie par la Secte ... Rousseau à écrit de vrais livres qui sont encore actualité de nos jours ...Or Voltaire il ne reste quasiment plus rien ...Euh si ..Botul ...

    Des commentaires pour confirmer que Rousseau à le mérite d’être respecté ?

     

    • #333393

      Quand Marion Sigaut aura lu Rousseau,

      Elle découvrira que tout le bien qu’on a dit de Voltaire est à la hauteur de tout le mal qu’on a dit de Rousseau...et que l’imposture de l’un était proportionnellement égal au mérite de l’autre...Quant à leurs personnalités, on peut dire qu’elles étaient aussi opposées que la lumière et l’obscurité...L’un était immoral, lâche, cupide, mesquin, et pervers, quand l’autre était humble, hypersensible, généreux, empathique et courageux.

      Rousseau était un véritable génie...
      Dire des écrits de Rousseau qu’ils sont de la littérature serait leur faire offense, c’est de la musique, de l’art ! Une mélodie apaisante, qui vous remplit le coeur d’allégresse et de tristesse en même temps, qui vous subjugue par son harmonie et sa délicatesse.
      La devise de Rousseau était : "Vitam impedere vero" ma vie dédiée à la vérité...
      Rousseau va loin dans ses réflexions, il ne se contente pas d’un bon mot, d’une bonne formule, ou d’un trait d’esprit.C’est un vrai philosophe...un de ces "touche-à-tout" émerveillée par la connaissance, incompris, méprisé et rejeté par la communauté des hommes de son époque...

      Je serais heureux que Marion Sigaut fasse une conférence sur Jean-Jacques Rousseau, et qu’elle lise certains passages de ses livres et correspondances, que l’on sache qui est cet homme dont on parle si peu et dont le coeur était si grand...et qui aura tant souffert toute sa vie des bassesses et des petites intrigues de ses comptemporains...

      Rousseau est réellement LE philosophe du XVIIIe siècle en France...Si il n’était pas parti de si bas au commencement de sa vie, je n’ose imaginer l’oeuvre encore plus salutaire et géniale qu’il aurait écrite...

      Moi je vous dis tout cela, je n’ai certes pas lu toute l’oeuvre de Rousseau, mais j’ai la prétention et l’arrogance de croie que je sais faire la différence entre un intellectuel de son époque et un génie dont l’intelligence et le coeur sont à la mesure de tout le mal qu’on a dit de lui...

      J’ose dire que si Voltaire sera remis en question puis rapidement oublié, Rousseau lui, a encore de beaux siècles devant lui.


  • Votre exposé est très intéressant Mme Sigaut, cependant vous enfoncez quantité de portes ouvertes. Voltaire est, sans aucun doute, encensé voire idolâtré dans les milieux scolaire et universitaire mais tout ce vous dites est connu de longue date. Bien sûr que Voltaire méprisait le peuple, bien sûr que Voltaire a fait des courbettes devant tous les grands princes de son époque, bien sûr que Voltaire a remis en cause la souveraineté de la Pologne pour flatter Catherine II.

    Malgré tout, vous passez sous silence le profond pessimisme de Voltaire à l’égard de la nature humaine, en contradiction, avec la doctrine du libre-arbitre professée par ses maîtres les Jésuites. En effet, et c’est là que vous commettez l’erreur la plus grave, vous discréditez complètement Candide. Cette oeuvre ne fait absolument pas l’apologie de l’esclavagisme et de ce fait, vous trompez scandaleusement votre auditoire. Il s’agit, en réalité, pour Candide, d’un conte philosophique, qui vise à remettre radicalement en cause la théorie de l’Optimisme, concept élaboré par Leibniz. A travers son périple aventureux et son voyage autour du monde, on ne parle pas encore de roman de formation (Bildungsroman en allemand pour ceux qui ont quelques lettres), Candide qui était d’un naturel assez ingénu (je renvoie ici à un autre conte de l’auteur) au début de l’oeuvre va peu à peu perdre ses illusions et sa foi en la nature humaine( Frédéric Moreau ou Julien Sorel avant l’heure ?). Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il va douter de l’existence de Dieu, ce serait faire un grave et impardonnable contresens, mais je signale quand même à mes lecteurs que le tremblement de terre de Lisbonne en 1756 (relaté dans Candide)et le tsunami qui s’en est suivi a profondément ébranlé la conscience des Européens quant au bien-fondé de la justice divine ; Goethe (eh oui lui aussi était maçon et protestant en outre , mais infiniment génial), le relate dans ses mémoires, Poésie et Vérité. Quant au nègre de Surinam, Candide pleure à chaudes larmes lorsqu’il découvre le cas de l’esclave, car il voit là une "abomination" et s’aperçoit bien que le monde n’est pas aussi beau que Pangloss a voulu lui faire croire.

    Ne soyez pas aussi catégorique Mme Sigaut et ne singez pas les universitaires qui défendent bec et ongles M. de Voltaire. Il y a un juste milieu ; Voltaire est critiquable à bien des égards, je vous l’accorde, mais il n’empêche qu’il reste un des monuments de la littérature, même si cela déplaît à certains.

     

    • Rien à redire, Charley. Autant l’homme était méprisable, autant le polémiste-conteur était génial. Ses coups de griffes étaient d’ailleurs redoutés de tous. Notons au passage que Voltaire a toujours nié la paternité de ces libelles et autres contes. L’immense poète dramatique qu’il était (et qu’on ne lit plus !!!) ne pouvait évidemment assumer de si méprisables ouvrages (qu’on lit toujours !!!).


    • Concernant le tremblement de terre de Lisbonne qui fit près de 100.000 morts, Voltaire en fut quelque peu ébranlé, si je puis dire, quant à son athéisme et fit profil bas et humilité face à la "colère" divine, voici quelques vers qu’il en a composés :
      "La nature est muette, on l’interroge en vain ;
      On a besoin d’un Dieu qui parle au genre humain,
      Il n’appartient qu’à lui d’expliquer son ouvrage,
      De consoler le faible et d’éclairer le sage.
      Le passé n’est pour vous qu’un triste souvenir :
      Le présent est affreux s’il n’est point d’avenir,
      Si la nuit du tombeau détruit l’être qui pense.
      Un jour tout sera bien, voilà notre espérance ;
      Tout est bien aujourd’hui, voilà l’illusion.
      Les sages me trompaient, et Dieu seul a raison."

      Mettait-il en doute la philosophie des lumières ? Mais il s’est vite ressaisi.


    • Voltaire athée ????


    • Tout à fait Olive. Voltaire ne s’est jamais flatté d’avoir écrit ses contes philosophiques, d’une part pour échapper à la censure, c’est pourquoi ses ouvrages ont paru chez les méchants protestants (en Suisse, en Hollande...), et d’autre part, il ne pensait pas qu’il passerait à la postérité pour ce genre d’écrits, mais plutôt pour ses tragédies. En effet, il était dans l’esprit du temps, au XVIIIème siècle de composer des poèmes dramatiques ; je rappelle tout de même que le siècle de Voltaire fait partie intégrante de l’âge classique. En effet, l’ombre des Boileau, Corneille et autres Racine n’est pas si loin. D’ailleurs, Voltaire n’a jamais remis en cause la doctrine littéraire dite classique ; il a toujours respecté les règles de vraisemblance et de bienséance, ses vers sont des alexandrins et il respecte la règle des trois unités. Mais, rassurez-vous, moi aussi, et je ne suis pas le seul à le dire, les universitaires également, je n’ai pas vraiment d’estime pour ses tragédies. Il s’agit en réalité d’une pâle copie des chefs-d’oeuvre de Racine, son style est grandiloquent et ampoulé et il n’arrive pas à retrouver la limpidité de Racine. Ah oui j’oubliais Racine est un méchant janséniste, contrairement à Corneille, qui lui est un gentil jésuite, mais qui n’a produit qu’une seule oeuvre digne d’intérêt, Le Cid ; tout le reste est soporifique. Il a beau vouloir s’inspirer du génie de Calderon (tiens un autre jésuite), il peut difficilement rivaliser avec lui.

      Voilà pour ces brèves notions d’histoire littéraire qui éclaireront un peu le débat. Je veux simplement dire que les Jésuites ne sont pas tous absolument géniaux et que les Jansénistes ne sont pas uniquement des satanistes et des mécréants comme voudrait nous le faire croire Mme Sigaut (je renvoie à son analyse sur le soi-disant anti-humanisme des Lumières, là on tombe franchement dans la caricature) ; la réalité est beaucoup plus complexe. Mais j’avoue tout de même que j’ai un petit faible pour les jésuites ; ils ont formé une bonne partie des élites européennes et leur enseignement restera, pour moi, le meilleur que des maîtres aient pu donner à leurs élèves.


    • #334123

      « vous passez sous silence le profond pessimisme de Voltaire à l’égard de la nature humaine, en contradiction, avec la doctrine du libre-arbitre professée par ses maîtres les Jésuites »




      Allons bon ! Je n’avais pas compris alors ? Le génie de Voltaire fut d’avoir été pessimiste et d’avoir douté de la bonté divine à cause d’un tsunami. La grande leçon du chef-d’oeuvre de la littérature mondiale qu’est Candide fut de comprendre que le monde n’est pas si beau que ça et de conclure qu’il fallait cultiver son jardin et, crème d’andouille, je n’ai pas compris le message.
      Arretez avec ça. Voltaire fut une ordure incapable de rester vingt-quatre heures de son existence sans cracher sa haine et son mépris de ses semblables. Un psychopathe sanguinaire riche à milliards qu’on prétend nous donner comme modèle. Et Candide est un petit pamphlet, parmi d’autres, par lequel il règle ses comptes avec tous ceux qui tentaient de bien faire.
      Ecrasons l’affreux !
      Ecrelafr.


    • @ Charley,
      la conférence de Mme Sigaut sur le présumé anti-humanisme des Lumières met effectivement en avant une vision caricaturale de ce que fut ce mouvement de pensée. Rien de commun, faut-il le rappeler, entre les positions politique ou religieuse d’un Rousseau et celles de Voltaire, Montesquieu ou encore Diderot. Ne serait-ce que pour le Genevois, rien de commun entre le philosophe des premières années (celui du contrat social, du discours sur l’inégalité) et celui d’après 1760, qui a définitivement renoncé à l’esprit de système. Même chose pour Diderot, si l’on relit son Bougainville par exemple. Quant aux hommes, force est de reconnaître que Voltaire fut une véritable crapule. Je n’ai d’ailleurs guère plus d’estime pour un Diderot ou pour un d’Alembert. J’épargne Rousseau, bien sûr, même s’il m’a tarabusté pendant près de 10 années


    • #334380

      @Charley,

      "tout ce vous dites est connu de longue date"

      Bravo ! vous faisiez partie des élus qui savaient, eux !
      Connu par qui ? par vous ! pas par l’opinion publique !
      On a pourtant attendu votre conférence sur le sujet mais au jour du 18 février 2013 on attend toujours...

      Votre commentaire respire la cuistrerie, le qualificatif de pédant vous irait à merveille. Si vous n’êtes pas professeur, je crois que vous avez manqué votre vocation...

      "vous passez sous silence le profond pessimisme de Voltaire à l’égard de la nature humaine"
      Le but de la conférence n’était pas de faire un cours sur l’oeuvre de Voltaire et sur sa pensée, mais de montrer le décalage entre le mythe et la personne...Vous êtes le seul à n’avoir pas compris...
      En plus, le pessimisme de Voltaire n’était pas à l’égard de la nature humaine, mais à l’égard de la Nature tout court...donc forcément de l’Homme. Mais ce n’est pas étonnant, Voltaire était un petit pervers frustré et narcissique.

      Remettre en cause la théorie de l’Optimisme ? Voltaire était simplement dans la destruction systématique, des autres, des idées, des principes établis, et aussi c’est vrai des dogmes. Pourquoi pas ? On a besoin de ce genre de personne pour faire avancer la société...Mais il faut appeler un chat, un chat ! Voltaire détruit pour exister et pour flatter son égo...ce n’est pas un homme d’idées et de principes...Si vous ne le voyez pas, ma foi...

      "Voltaire reste un des monuments de la littérature "

      C’est vrai...Moi Voltaire m’amuse beaucoup...je dois dire qu’avec le recul des siècles, toutes les horreurs que Voltaire a écrite sont très drôles et distrayantes.J’aime son ironie et son cynisme.
      L’aspect destructeur de sa personne est une qualité qui me séduit.
      Mais, Je peux vous assurer d’une chose, c’est qu’un Voltaire vivant, c’est un Voltaire dangereux, surtout si vous n’êtes pas d’accord avec lui...

      Les thèses d’un philosophe sont souvent indissociables de sa personne, de sa psychologie, de son caractère, et aussi de sa condition sociale, de ses revenus, et de la manière dont il gagne son argent pour vivre.
      Le travail de Marion Sigaut est donc parfaitement justifié et j’irai même jusqu’à dire nécessaire pour quiconque s’intéresse à la pensée de Voltaire.

      Je vais tout même rectifier un chouilla votre tir..

      Ce qu’a fait Marion Sigaut, c’est précisément enfoncer une porte fermée pour 95% du peuple français...
      Vos précisions sur la pensée de Voltair par contre, ça ! c’était enfoncer une porte ouverte.


    • @Apocalypse et Marion Sigaut

      Eh si, bien sûr, j’ai très bien compris le sens de l’exposé de Mme Sigaut. Ce que je critique chez la conférencière, c’est son jugement sur l’Histoire et son portrait à charge contre Voltaire, même si elle tient, je le répète des propos intéressants. Je veux bien tenir compte que cela vous démange de régler vos comptes avec l’écrivain et de déconstruire le mythe qui l’entoure, je n’ai moi-même aucune sympathie pour la dévotion et l’adoration. Je souhaite simplement vous rappeler que toutes les sociétés et civilisations fonctionnent grâce à l’élaboration de mythes (mensongers ou pas), je dirai même des mythes fondateurs qui fonctionnent grâce à la mémoire collective entretenue par les historiens, les élites et les professeurs dont je ne fais pas partie(je ne suis qu’un modeste employé de commerce). Aujourd’hui, les mythes fondateurs de la République française sont la prise de la Bastille, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, Valmy et, malheureusement pour vous les Lumières. Je compatis à l’idée que cela vous déplaise, mais cela est ainsi et la Révolution et la République une et indivisible ont permis de cimenter la Nation française moderne autour d’idéaux communs. Alors bien sûr, les révolutionnaires ont commis des horreurs et des atrocités éminemment condamnables contre les religieux, mais il ne m’appartient pas de les juger et il en est de même pour Voltaire ; ce que je retiens chez lui comme chez tous les autres auteurs, ce sont les idées qui traversent les siècles.

      Alors que voulez-vous finalement ? Révéler à la Nation française l’incommensurable escroquerie dont elle est la victime depuis deux siècles simplement parce que vous aurez proclamé haut et fort que Voltaire était une pourriture ? Quantités de personnes s’y sont attelées durant le XIXème siècle (si si, je vous assure, relisez Flaubert, Zola, Balzac, qui sont les meilleurs témoins de ce siècle ô combien passionné et passionnant, et regardez la façon dont sont traités les voltairiens dans la société française) et elles ont lamentablement échoué. Même Bernanos(catholique pratiquant) en 1936, dans Le Journal d’un curé de campagne, avait compris que la chrétienté avait déjà perdu la partie au XVIème siècle devant ces fameux humanistes et leur conception de l’Etat (Machiavel, Bodin...), et d’ailleurs ledit curé, symbole de l’Eglise en péril, se fait moucher par un médecin qui se revendique voltairien.


  • @ Apocalypse :

    Un grand merci pour ton beau commentaire. Cela me ravi de voir que je ne suis pas le seul à penser que Jean-Jacques est un génie. Comme tu l’as si bien dis il était un philosophe au sens premier du terme. Il a écrit trois oeuvres qui sont encore d’actualité à notre époque :

    La Nouvelle Heloise (Le Couple)
    L’Emile (L’Education)
    Le Contrat Social (Philosohie Politique)

    Voltaire n’aurai jamais pu avoir l’intelligence d’aborder ces sujets.

    Pour ma part cela fait un an que j’étudie la pensée de Rousseau en autodidacte, j’ai lu par deux fois Les Confessions et comme tu l’as dis on est à la limite de verser une larme rien que pour son histoire mais surtout la sincérité qu’il met dans chaque page.

    J’ai lu Le Contrat Social et je le relis (car comme Guillemin le dit " la pensée de Rousseau est glissante") c’est dur, très dur de "bien" comprendre, mais on y arrive :)

    Bref je ne voulais pas faire mon cuistre mais juste compléter ton commentaire et dire que Voltaire était à des années lumières de l’intelligence de Rousseau.

    Ps : désolé pour la faute d’orthographe c’est Marion SigauT non SigauD ...

     

    • #334413

      @Salah,

      Voltaire et Rousseau sont réellement incomparables...
      Voltaire est un satellite comme la Lune, un astre mort, et Rousseau est une planète vivante et habitée...

      Comme tu l’as dit, Rousseau n’est pas si facile que ça à comprendre. J’ai mis du temps à lire les confessions, car obligé de m’arrêter souvent pour bien m’imprégner et comprendre...
      Je conçois tout à fait qu’un prof de littérature ou de français puisse être impressionné par Voltaire puisqu’ils sont formatés pour des analyses de texte.On les forme à réfléchir sur la forme, sur le style, sur l’architecture des écrits, et sur l’étymologie des mots...

      Bien écrire est réellement un art...que j’admire...Mais bien penser,bien réfléchir, bien philosopher c’est autre chose...

      C’est pour ça que quand on dit que Voltaire était une lumière, c’est une faute qu’il faudra, qui sera réparé...C’est une question de temps.

      Mon prochaine Rousseau, ca sera "La nouvelle héloïse"...Je suis dans Nietzsche en ce moment, et c’est vraiment un bourrin ! Au niveau philosophique c’est vraiment l’opposé de Rousseau...mais j’adore quand même.
      Ils se complètent je trouve...L’un est sur la volonté de puissance et l’autre sur l’éloge de la faiblesse...Et très franchement je crois qu’ils ont tous les deux raison. Dans la Nature, dans le règne du vivant, il y a deux manières de vivre, l’expansion (en milieu favorable) et la rétraction en (milieu hostile)...
      Souvent l’un entraine l’autre.

      J’étais très heureux de lire ton commentaire Salah ! Je te salue et je souhaite de bonnes lectures !


  • Je ne suis pas spécialiste de Voltaire mais cet échange épistolaire sur la construction de ’’char d’assaut’’et les délires qui s’en suivent, ressemblent plus aux fantasmes d’un homme cynique et haineux que d’une quelconque réalité et je suis surpris que Marion Sigaut ai pris cette histoire pour argent comptant !


  • Bravo Marion, vous êtes rayonnante.
    Amis et camarades d’E&R, n’avez vous pas remarqué que ceux qui disent des vérités sont lumineux et beaux, pas comme les raclures qui passent à la TV. Leurs mensonges se voient sur leur visage, ils sont laids et ratatinés.
    Marion est lumineuse.
    Je vous adore Marion, continuez de m’émerveiller, vous êtes un rayon de soleil dans la noirceur ambiante.
    Amicalement.


  • @ Apocalypse,

    Ta comparaison avec la lune et la planète est amusante et vraie !

    Je ne sais pas si tu as eu l’occasion de lire la correspondance entre Voltaire et Rousseau (enfin la toute petite correspondance quoi ...) on voit bien qu’au lieu de débattre sur les idées, Voltaire préfère entretenir sa propre légende et lancer quelques ironies contre Rousseau, ça me sidère que dans le système éducatif (pour les raisons que tu as énuméré) Voltaire est considéré comme LE philosophe ...

    Ah oui ! Nietsche ! c’est du haut niveau ! Bravo, pour ma part je suis encore concentré sur les philosophes Français, les Allemands c’est pour plus tard car je sais que c’est très très compliqué car ils sont très forts. Mais je pense que j’attaquerai sans doute Kant d’abord (grand lecteur de Rousseau).

    Ma prochaine lecture sera Les Rêveries du Promeneur Solitaire :-)

    Content d’avoir échangé avec toi,
    Bonne lecture !


  • #337835

    JE ne vois pas ou est le probleme si Voltaire souhaitait la Liberation de l-Europe de la presence Turque et Mahometane ? Des millions d-Europeens souhaitent la meme chose aujourd-hui et il faudra bien y passer , avec bonne ou mauvaise conscience mais il faudra bien y passer , nous n-avons plus le choix cer celui/ci nous a ete impose .

     

    • Malheureux ! détrompez-vous ! La Turquie est au contraire un des piliers de l’OTAN, le rempart à la menace Islamiste, le grand défenseur des nobles valeurs de l’occident ! Au contraire Voltaire aurait applaudi la Turquie, d’aujourd’hui ! Une Turquie qui soutient le terrorisme d’un côté, pour mieux condamner l’Islam de l’autre, son plus grand dam, à mon sens est surement de ne pas avoir pu se servir des moyens actuels de transport et de communication, il n’en aurait été que plus nuisible, car entre nous je le trouve bien plus talentueux que son Ersatz contemporain...

      Le message de Mme Sigaut, à pu être mal compris et je me permets au passage de le repréciser, même si cela a déjà été fait avec brio, par certains camarades. La question n’était pas de savoir si Voltaire était ou non un bon auteur, le défi était d’interpréter ses écrit à la lumière de ce qu’a été sa vie... L’anecdote des fagots qu’il n’a pas voulu régler a un pauvre paysan, connaissant sa fortune (d’origine douteuse), pour après tenter d’étouffer l’affaire en usant, une fois de plus de malversations en tout genre, par simple défi, pour flatter sa propre mesquinerie, en faire offrande à sa propre immoralité (ce qu’il appelle son jardin secret supposément [ironie]), pour peut-être se regarder dans la glace, seul le soir en se disant "tu es vilain toi, ô que es vilain", prouve s’il en était besoin, son profond mépris pour les valeurs morales universellement reconnues, les plus élémentaires, ce qui à mon sens suffit à pulvériser toute son œuvre...

      Et l’exposé de Madame Sigaut, dont je salue le travail, est nécessaire pour comprendre les origines et les fondements conceptuels sur lesquels, se base l’oligarchie. La promotion de ce personnage, n’étant évidement pas anodine... n’oublions pas que dans certains univers le mensonge et le double discours font "gage de bonne foi" :D
      En gros : Comprendre Voltaire, c’est comprendre l’empire... et je souhaite que vous y parveniez...

      "http://fr.wikipedia.org/wiki/Allian..." => origines de la bataille de Mohacs ; Voir google "Traité de Finkenstein"

      La compréhension de l’Histoire est complexe et ne se livre pas aux esprits fainéants.
      Pour les fainéants il reste "riposte laïque" ou "FdeSouche"

      "Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, voyez bien clair [de crainte] que par inadvertance vous ne portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite ce que vous avez fait."
      Sourate 49, verset 6
      Allez en paix


  • France est tombée par terre, c’est la faute à Voltaire
    Le nez dans le ruisseau c’est la faute à Hugo


  • Pour être tout à fait juste avec ce malandrin (j’en ai dit assez de mal par ailleurs), précisons qu’il fut très bon avec les paysans du pays de Gex. Même si, au préalable, il avait réclamé et obtenu l’exemption d’impôts pour son propre compte...
    Au final, Mme Sigaut se montre plutôt charitable à son sujet...


  • Concernant rousseau, je vous invite a écouter guillemin un grand moment. J ai pas eu la joie de connaitre Guillemin de son vivant c est pourquoi je remercie Er de me donner cette chance avec Marion. J aime comme pour Guillemin autant ses livres que ses conférences


Afficher les commentaires suivants