Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Washington octroie une aide militaire de 2 milliards de dollars au Pakistan

La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a annoncé vendredi que les Etats-Unis fourniraient une aide militaire supplémentaire de deux milliards de dollars au Pakistan, tout en saluant les efforts d’Islamabad contre les mouvements extrémistes.

Les Etats-Unis "n’ont pas de partenaire plus étroit en matière de contre-terrorisme" que le Pakistan, a-t-elle souligné lors d’une réunion bilatérale à Washington.

La nouvelle aide, qui doit encore être approuvée par le Congrès des Etats-Unis, sera livrée entre 2012 et 2016.

Elle démontrera "l’engagement durable" des Etats-Unis envers les besoins de sécurité du Pakistan, a affirmé Mme Clinton, aux côtés de son homologue pakistanais Shah Mehmood Qureshi.

L’annonce vise à rassurer le pouvoir civil à Islamabad, inquiet du plan prévoyant un début de retrait à l’été 2011 des troupes américaines de l’Afghanistan voisin.

Le Pakistan redoute de perdre le soutien américain dans la lutte contre la rébellion islamiste, de la même façon que les Etats-Unis s’étaient détournés du Pakistan à la fin des années 80, après le retrait soviétique d’Afghanistan. L’aide promise vendredi s’ajoutera au fil de plusieurs années à un effort précédemment consenti de 7,5 milliards de dollars sur cinq ans et consacré à la fois aux infrastructures du pays, à son développement économique et à ses besoins de sécurité.

Le Pakistan est un allié essentiel, mais compliqué, des Etats-Unis dans la lutte contre les talibans afghans depuis les attentats du 11 septembre 2001. L’armée pakistanaise a lancé plusieurs offensives d’envergure contre les extrémistes dans les zones frontalières avec l’Afghanistan depuis l’année dernière.

"Ces mouvements menacent, d’abord et avant tout, la sécurité des Pakistanais, ainsi que celle de leurs voisins, des Etats-Unis et du monde", a déclaré la chef de la diplomatie américaine.

Les Etats-Unis "reconnaissent et apprécient à sa juste valeur le sacrifice" de l’armée pakistanaise, a ajouté Mme Clinton.

Mais certains aux Etats-Unis jugent qu’Islamabad ne lutte pas avec assez de détermination contre les extrémistes. Accusation dont s’est défendu le chef de la diplomatie pakistanaise vendredi.

"Il existe encore des commentaires goguenards, même ici (à Washington), selon lesquels le Pakistan mène cette bataille à contre-coeur. A part le sang versé par notre peuple, je ne vois pas quelle autre preuve je pourrais fournir" pour démontrer le contraire, a dit Shah Mehmood Qureshi.

"Nous sommes résolus à gagner cette bataille", a-t-il ajouté.

Au début du mois, un rapport de la Maison Blanche au Congrès avait critiqué un effort insuffisant du Pakistan contre les talibans afghans.

La plupart des experts estiment qu’Islamabad ménage certains mouvements insurgés, dans l’espoir de préserver son influence en Afghanistan après le départ des troupes américaines. La préoccupation stratégique serait de limiter l’influence en Afghanistan du voisin et rival indien.

L’aide militaire annoncée risque justement d’indisposer l’Inde, où Barack Obama doit se rendre en novembre en vue d’approfondir la relation bilatérale. Washington et New Delhi ont déjà réclamé des efforts supplémentaires au Pakistan contre certains groupes accusés d’être à l’origine des attentats de Bombay en 2008.