Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Washington tente d’empêcher l’ONU de délibérer sur la surveillance de masse

La Maison-Blanche a donné instruction à sa représentation permanente à l’ONU de saboter la tentative brésilienne de débattre de la surveillance de masse.

De fortes pressions sont exercées pour que le projet de résolution ne soit pas présenté à l’Assemblée générale.

Les États-Unis arguent qu’ils n’ont aucune obligation en dehors de leurs frontières et que le Pacte sur les Droits civils et politiques ne s’applique pas à l’espionnage.

Le même argumentaire avait été utilisé pour nier toute responsabilité dans les séquestrations et les tortures opérées par l’US Navy sur la base militaire de Guantánamo (officiellement louée à Cuba).

La Cour européenne des Droits de l’homme (incluant la Russie) et la Cour pénale internationale ont toutes deux jugé que les États ont l’obligation de respecter les Droits de l’homme en dehors de leurs frontières.

Sur les services secrets états-uniens, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

1 Commentaire

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #601623

    Les gouvernements US, qui imposent la démocratie forcée en dehors de leurs frontières, reconnaissent qu’ils n’y sont pas eux-mêmes soumis. Si les peuples du monde n’ouvrent pas les yeux face à un tel étalage d’obscénité Yankee, c’est à bouffer du Monsanto et boire du Cocancer sous la férule des "académiciens" de Blackwater et la surveillance de la NSA pour des générations.