Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

WhatsApp va faire du profit au détriment de la confidentialité des données

L’application de messagerie de Facebook a désormais vocation à rapporter beaucoup d’argent, tout en restant gratuite. Un objectif incompatible avec les promesses de protection de la vie privée répétées par l’entreprise.

 

Quand des utilisateurs de WhatsApp ont commencé à s’alarmer des nouvelles règles de protection des données sur la plateforme, les membres d’un groupe de football amateur de la ville de Washington ont décidé d’abandonner la messagerie de Facebook, qui leur servait de moyen de communication, au profit de sa rivale, Signal.

Cette décision visait à « faire qu’un maximum de clients quittent l’empire Facebook, devenu trop grand et trop puissant à mon goût », explique Bernhard Fleck, l’un des joueurs.

Les remous provoqués par les changements annoncés de la politique de confidentialité de WhatsApp menacent d’éroder la confiance en cette filiale de Facebook, pourtant cruciale pour l’avenir du géant des réseaux sociaux.

 

Un pas vers un modèle redouté

Face à la polémique, l’entreprise californienne a annoncé en janvier qu’elle décalerait de trois mois l’entrée en vigueur des nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp, décrites par ses détracteurs comme une tentative d’élargir la collecte de données personnelles.

La messagerie, qui revendique 2 milliards d’utilisateurs, assure pour sa part qu’il s’agit d’un malentendu et que la mise à jour a pour but d’aider les commerçants à mieux communiquer avec leurs clients via WhatsApp.

Malgré ces explications et le report de la mise en place du nouveau règlement, désormais prévue le 15 mai, de nombreux particuliers ont déserté la messagerie pour rejoindre des services comme Signal ou Telegram.

[...]

Le service client plutôt que la publicité

Acquis par Facebook en 2014 pour 19 milliards de dollars, WhatsApp est un atout stratégique pour le groupe de Mark Zuckerberg, qui voit la croissance de son réseau social patiner.

La volonté de Facebook d’intégrer la messagerie à sa « famille » d’applications a généré des controverses, poussant plusieurs Etats américains à lancer une procédure judiciaire pour enquêter sur les conditions d’acquisition de WhatsApp et d’Instagram.

[...]

La volonté de WhatsApp d’imposer ces mesures est « un peu comme une insulte à l’intelligence des usagers », affirme Gennie Gebhart, chercheuse pour la Electronic Frontier Foundation. « Les gens ont découvert que WhatsApp partageait bien plus de données qu’ils n’en avaient conscience, ce qui a empiré la situation et fait réagir », ajoute-t-elle.

Lire l’article entier sur bfmtv.com

Insolite...

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Évidemment, ils ne sont pas bénévoles ; à quoi vous attendiez vous ? Et de toute façon, la confidentialité n’existe pas sur la Toile : dès lors que vous possédez un smartphone, sachez que même les opérateurs utilisent vos données ; et chaque site consulté revend vos données à Facebook et cie !

    Toutefois, les conversations, photos et vidéos envoyés d’un portable à l’autre demeurent chiffrés...

     

    • Un chiffrement n’est qu’une façon pudique de dire que l’accès à ces données est "restreint".
      Mais c’est tout...il est simplement "restreint"...dans quelle mesure/amplitude ? on ne le sait jamais vraiment.

      Après tout chiffrement appel à un déchiffrement, c’est dans la logique et la nature des choses.
      On parle toujours de sécurité sous l’angle mathématique, mais les mathématiques démontrent que très peu de systèmes sont fiables.

      La première et dernière garantie de l’utilisateur,c’est l’utilisateur lui même.
      Qu’on ne partage/communique pas ce que l’on pas envie de voir ébruiter ou communiquer publiquement, c’est aussi simple que ça.


    • Je ne sais commet tout cela a évolué depuis mais il fut un temps où toute société qui voulait crypter au-delà de 128 bits devait déclarer le logiciel de cryptage aux autorités...
      Car il faut bien saisir que rien ne doit échapper aux services.


  • " WhatsApp va faire du profit au détriment de la confidentialité des données "

    Tous ces geeks vendraient leur mère pour " faire du profit " ...

    Donc ... ils vont pas se gêner ...

     

  • SIGNAL, c’est un joli nom pour un outil de communication. Il faut veiller à bien maintenir la qualité des illustrations.

     

  • Il existe également la messagerie alternative OLVID
    (ok le nom peut paraître bizarre...) mais c’est développé par des français, et les méthodes de cryptage paraissent robustes.
    Autre avantage (à mon sens) : peu de gens l’utilisent (pour le moment ?)
    Après je n’en sais pas beaucoup plus, donc si certains d’entre vous ont plus d’informations et un avis plus éclairé je suis preneur !