Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Avi Mograbi : “Israël est un pays raciste où la question de la pureté de la race est sans cesse posée”

Projeté au Cinéma du réel, Entre les frontières traite de la situation tragique des réfugiés africains en Israël. Rencontre avec son réalisateur engagé à gauche, l’Israélien Avi Mograbi.

 

C’est l’un des meilleurs ennemis des dirigeants de l’État hébreu. Un insider critique qui ne mâche ni ses mots ni ses images. Depuis des années, Avi Mograbi poursuit une œuvre sans concession faites de documentaires où il paie souvent de sa personne pour remettre en question les grands mythes fondateurs de son pays.

Avec Entre les frontières, le documentariste s’attaque cette fois au sort qu’Israël réserve aux migrants fuyant des conflits ou des régimes sanguinaires. Venus principalement du Soudan ou d’Erythrée, ces derniers ne peuvent être renvoyés chez eux. Considérés comme de dangereux infiltrés, ils sont maintenus dans une zone de non-droit, sans statut ni perspective d’intégration.

La première idée de Mograbi pour son film ? Faire raconter par des demandeurs d’asile africains l’histoire de migrants juifs fuyant leurs persécuteurs… De quoi faire réfléchir ses concitoyens dont il déplore le manque d’empathie envers les réfugiés. Avec l’aide de Chen Alon, un metteur en scène réputé en Israël, Mograbi a finalement proposé à des immigrés détenus par Israël au camp d’Holot, un centre de rétention dans le désert du Néguev, de participer à un atelier-théâtre. Pas n’importe quel théâtre puisqu’il s’agit de leur faire raconter leur histoire selon les techniques du Théâtre de l’Opprimé, théorisé par Augusto Boal dans l’Amérique latine des années 70. Nous avons rencontré Avi Mograbi. Toujours aussi engagé, à gauche, et pessimiste.

 

JPEG - 156.5 ko
Extrait de son documentaire Entre les frontières

 

La situation de ces réfugiés a-t-elle empiré ces dernières années ?

Ils ont commencé à affluer vers 2007, peut-être un peu avant. Ils viennent du Soudan, ravagé par la guerre du Darfour, et d’Érythrée, dont ils fuient le régime dictatorial. De quelques milliers de migrants, les quartiers pauvres de Tel-Aviv sont donc passés à plusieurs dizaines de milliers. C’est là que les problèmes ont commencé car les infrastructures de ces endroits, négligées depuis toujours, ne sont tout simplement pas faites pour accueillir une telle quantité de personnes.

L’écrasante majorité d’entre eux sont noirs – imaginez le changement dans un pays à majorité blanche ! – mâles, sans ressources. Beaucoup d’entre eux sont au chômage, la plupart sont mal logés, entassés dans des appartements trop petits et insalubres. Bref, c’est un problème. On pourrait donc penser qu’un gouvernement digne de ce nom, ou une municipalité, s’en emparerait pour le régler. Ce n’est pas le cas.

 

Quel est le statut actuel de ces migrants ?

Israël est signataire de la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Non seulement il l’a signé, mais il a activement participé à sa mise en forme car, en 1951, les Juifs étaient hélas les mieux placés pour savoir ce que signifiait être réfugié. Quoi de plus logique que l’État israélien se soit senti particulièrement concerné par cette question à une époque où la plupart des réfugiés dans le monde étaient juifs ?

Le problème auquel le gouvernement de l’époque n’avait pas songé c’est que cette Convention s’applique de manière universelle, et non pas seulement aux Juifs. Près de soixante-dix ans après, voilà Israël bien embarrassé de devoir appliquer cette Convention aux demandeurs d’asile non juifs… Nos dirigeants ne montrent aucune empathie envers eux, rien qui trahisse le moindre souvenir de ce que c’est que d’être persécuté, de devoir fuir au péril de sa vie, de se retrouver sans statut et de demander refuge. A croire qu’ils ne veulent pas se souvenir…

[...]

« La pureté de la race » : cette expression évoque évidemment le régime nazi. Est-ce une provocation de votre part ou assumez-vous vraiment le risque d’une telle comparaison ?

Je n’ai jamais dit qu’Israël était comparable au régime nazi, je ne le pense évidemment pas. En revanche, je pense que la situation des demandeurs d’asile venus du Soudan ou d’Erythrée est comparable à celle des Juifs allemands fuyant l’Allemagne des années 30 et se voyant refuser l’asile par la Suisse, qui n’accordait l’asile qu’aux réfugiés politiques, pas à ceux qui étaient persécutés pour des raisons ethniques ou religieuses. En Israël, cet épisode tragique est enseigné dans les écoles.

Lire l’entretien intégral sur telerama.fr

Un racisme d’État qui mène dans le mur, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Désormais, dés qu’on parle d’israhell, le racisme devient un pléonasme. Faut pas se voiler la face, il ya seulement une minorité qui veulent vivre en paix avec les paléstiniens. La majeure partie de cet population est suprémaciste jusqu’au bout des ongles. C’est triste a dire mais ceci explique cela.

     

  • "...son réalisateur engagé à gauche"

    Voilà qui dit tout ! Au-de là du fait que cette société soit raciste et que ces terres ne leurs appartiennent pas, bref on connait l’histoire, je peux comprendre que pour maintenir une certaine cohésion sociale et leur identité il faut bien à un moment donné oser dire stop. N’est-ce pas ça que vous reprochez à vos politiciens, le fait d’avoir laissé rentrer tout le monde ? N’est-ce pas cela que vous craignez le plus, le fait de voir votre identité se diluer dans qqchose qui n’a plus rien avoir avec l’original ? Hé les mecs, apprenez à être cohérent dans vos propos.

     

  • En fait on devrait s’inspirer des lois d’immigration d’Israël pour ne plus avoir de problème d’immigration en Europe...

    Si on avait fait cela depuis le début(l’expulsion ou l’emprisonnement des clandestins, comme cela se fait en Israel mais aussi en Estonie ou en Australie) jamais nous n’aurions récolté ces centaines de milliers d’envahisseurs.

     


    • En fait on devrait s’inspirer des lois d’immigration d’Israël pour ne plus avoir de problème d’immigration en Europe.




      Oui, mais pour cela, il faut se défaire de l’influence israélienne en France (politiques, médias, "culture") qui promeut le nomadisme, le multiculturalisme et l’immigration.


    • C’est une politique particulière. Non familiale. On confond la famille juive et sa philosophie unique, exceptionnelle dans l’Histoire, avec la famille traditionnelle. C’est sans haine que cette dernière place des distances. Israël ne place pas des distances : ce pays encourage le melting-pot chez les autres mais pas chez lui ! Et quand ses encouragements ne suffisent pas, il organise des troubles via ses nomades dispersés aux quatre coins de l’univers pour faire éclater toutes les unités de dominations. De la plus petite unité de domination - famille - à la plus grande - la communauté, le pays.

      Donc, je vous rapproche de la Judée. Le discours est trompeur car il manque la nuance qui distingue cette « haine de l’autre » et l’unité traditionnelle. Pas envie de m’inspirer de ces gens. Leur haine enlaidit et d’instinct, quasi inné, aucune famille ne supporte la laideur...


  • Le problème c’est que si on ne parle pas de l’influence israëlienne dans les pays étrangers, qu’elle soumet à son profit, et où elle contribue à développer le multiculturalisme, l’analyse est incomplète. Car si les gens ne voient que ce côté de la médaille (une invasion migratoire en Israël, et ce dernier qui veut simplement se préserver), ils vont fatalement s’identifier positivement et prendre le parti d’Israël. Les colons impérialistes et manipulateurs, déstabilisateurs du monde entier vont se transformer en pauvres petites victimes martyrisées par des migrants. Je suis prêt à parier que les medias vont de plus en plus nous balancer ce genre de documentaire incomplet pour préparer le futur choc civilisationnel.


  • "Je n’ai jamais dit qu’Israël était comparable au régime nazi, je ne le pense évidemment pas."
    Et poutant...


  • ils sont les dignes héritiers du nazisme.


  • Israël est confronté au même phénomène migratoire que les pays occidentaux, avec cette différence que ces derniers, même au Front, pour traiter de ce problème, ne mettent pas la "pureté raciale" comme terme de l’équation. Personnellement, je ne désire pas que mon pays soit envahi par des masses afro-arabes, non parce que cette invasion mettrait en péril je ne sais quelle "pureté raciale", mais mon identité, ma culture, le fait que je suis tel que je suis sur la terre qui m’a vu naître ; je sais, par ailleurs, que si mon peuple est constitué d’une base ethnique de souche ( homogène depuis le néolithique ), s’y est encore agrégé depuis quelques décennies, des éléments étrangers : italiens, portugais, polonais, et magrébins depuis les funestes années 70, et cela pour complaire au grand patronat, et que la plupart de ces gens sont devenus français de cœur ; c’est peut-être, et même sûrement, la différence qu’il existe entre nous, hommes d’Europe chrétiens, et ces germano-slavo-magrebins, intitulés juifs, qui se sont installés en Palestine : on devient français ou allemand ou italien par le CŒUR, pas par le sang. C’est pourquoi nous sommes si nombreux à ne plus supporter les leçons d’antiracisme données par les tenants d’un racisme "sacré", bien plus hideux, à la réflexion, que le racisme biologique que la science peut battre en brèche. Le racisme "sacré" est irrationnel, théologique, érigé en dogme, il est viscéral et fanatique. Il découle de "l’élection".


  • Dans ma famille on croit que c’est la Corée du Nord qui fait courir un risque à la planète, alors que Israel çà leur semble moins évident... Pourtant la Haine, pure et cristalline, est bien plus proche de nous à mon avis.


  • Voilà donc pourquoi ce pays de voleurs de terres est si aggressif vis-à-vis de la Suisse. Par contre, le "cher réalisateur" se garde de se demander comment se fait-il qu’Israël ayant pourtant une frontière avec la Syrie ne se fait pas envahir de réfugiés syriens. Ils leur suffirait pourtant de marcher 1 metre pour traverser au lieu de parcourir 3’000 km pour arriver en Suède...


  • A la limite qu’un pays comme Israël soit "raciste", c’est une donnée... En revanche que ces fumiers viennent dans mon Pays prôner le "Métissage" (pas le métissage "normal", naturel, celui de masse, à la merkel), comme le veut le discours de Roger et autres connards destructeurs de la France et comme le nabot hongrois l’a fait officiellement devant Polytechnique, çà me gonfle.


  • Sobieski a écrit : "En fait on devrait s’inspirer des lois d’immigration d’Israël pour ne plus avoir de problème d’immigration en Europe..."

    Ces lois sur l’immigration ne seront jamais votées par les oligarques du Parlement. Elles ne pourront être votées que si la France devient une démocratie, encore faudrait-il que la majorité des Français les approuve, ce qui est fort possible.

     

  • C’est sûr que nos mediamensonges ne vont pas nous en parler en boucles de leur idéologie..... mais y qu’ à voir ce qu’ils font en PALESTINE. ... et ce qu’ils pensent des autres religions...


Commentaires suivants