Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Bachar al-Assad : "Nous voulons vaincre les terroristes, les États-Unis veulent s’en servir"

Au cours d’un entretien avec la chaîne US NBC News, le président syrien est longuement revenu sur la guerre que traverse actuellement son pays, avant de se pencher sur la stratégie à adopter contre Daesh et sur le rôle joué par Moscou et Washington.

« L’intervention russe a démasqué les intentions des Américains par rapport à Daech et aux autres groupes terroristes »

Rappelant que la campagne militaire russe répondait à une « demande formelle » de l’État syrien, Bachar al-Assad a en revanche fustigé l’intervention « illégale » des États-Unis et le manque de résultats de celle-ci a engendré sur les groupes djihadistes.

 

 

« Depuis le début des frappes aériennes américaines, le terrorisme s’est répandu […] Il a seulement baissé lorsque les Russes sont intervenus », a-t-il remarqué, se félicitant de l’inversion du rapport de force, désormais défavorable à Daesh, sur le champ de bataille.

« Nous voulons vaincre les terroristes, les États-Unis veulent se servir d’eux pour renverser le gouvernement syrien »

Le chef d’État a ensuite fait remarquer au journaliste de la chaîne américaine que le but de guerre défendu par l’armée US différait profondément de celui des forces gouvernementales.

« Nous avons voulu vaincre ces terroristes, alors que les États-Unis ont voulu se servir de ces groupes pour renverser le gouvernement de Syrie […] comme ils l’ont fait en Afghanistan », a-t-il déclaré avant de déplorer : « Le problème avec les dirigeants américains, c’est qu’ils disent quelque chose et qu’ils masquent leur intentions. Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’ils n’ont pas de bonnes intentions envers la Syrie. »

Il a par ailleurs rappelé que le groupe terroriste État islamique (aussi appelé Daech), qui contrôle de larges pans du territoire irakien et syrien, a vu le jour en 2006, où « les États-Unis, et non pas la Syrie » se trouvaient. « Daech s’est développé sous la supervision des autorités américaines », a-t-il conclu.

« La politique russe n’est pas basée sur la conclusion d’accords, mais sur des valeurs »

À l’opposé de la stratégie adoptée par Washington, Bachar al-Assad a salué l’attitude de la Russie et de son président Vladimir Poutine, avec qui il a indiqué entretenir une relation « franche » et « basée sur le respect mutuel ».

« La politique russe n’est pas basée sur la conclusion d’accords, elle est basée sur des valeurs », a-t-il indiqué, rappelant que Moscou avait toujours défendu la position selon laquelle la résolution de la crise syrienne devait avant tout être le fait du peuple syrien lui-même.

Lire la suite de l’article sur francais.rt.com

Le double jeu américain, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • voila des paroles de bon sens,seule la vérité triomphera.


  • A mon humble avis, les deux plus grands hommes d’Etat à l’heure actuelle, sont sans aucune discussion Vladimir Poutine et Bachar al-Assad. Essentiellement parce qu’ils sont droits et francs. Les nôtres de dirigeants, ne sont que des minables.


  • « La politique russe n’est pas basée sur la conclusion d’accords, mais sur des valeurs »

    Valeurs morales, religieuses et dissidentes initiées par Primakov dans les années 90, face aux intérêts américains, et transformées par la suite en « une résistance active » sur l’échiquier géostratégique mondiale par Poutine.

    En intervenant en Syrie, Vladimir Poutine a bien démontré qu’après la conciliation et les intentions, il y a aussi la nécessité d’effectuer des actes tangibles pour changer les choses.

    Sans une volonté d’une élite française formée au pouvoir et « rhétoriquement » dissidente à vouloir modifier les choses par des actes, rien ne se produira dans notre pays.

    Le peuple, quant à lui, sciemment tenu dans l’inertie, n’aspire qu’à faire partie de la résistance, pour peu que quelqu’un comme Poutine sache lui indiquer le chemin.


  • 15 millions de sionistes veulent la peau du patriote syrien, Bachar, car ils ont des vues sur la Syrie (Grand Israël) . Bachar ne peut être aidé que sur ce qui reste de son armée et que par les Russes en espérant qu’ils ne le lâcheront pas .

     

  • Je visualise la plupart des interviews de Bachar el Assad. C’est un homme sensé, honnête, qui a le souci du devenir de son peuple et d’une patience extraordinaire dans toutes ses explications. Tout le contraire de nos dirigeants que je ne regarde pas et dans lesquels je ne me reconnais nullement.