Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Combien de guerres mondiales pour Sion ?

Partie 1 : La Première Guerre mondiale

Dans cette série d’articles, je propose de mettre en lumière un facteur occulté des quatre guerres mondiales (suivant la numérotation des néoconservateurs, qui comptent la Guerre froide comme une Troisième Guerre mondiale, et préparent la Quatrième) [1] : la volonté et l’influence des personnalités et institutions qui, depuis la fin du XIXe siècle, œuvrent avec détermination et coordination au grand projet sioniste, souvent à l’insu des belligérants eux-mêmes – mais aussi à l’insu de l’immense majorité des juifs dont ils façonnent le destin.

 

Les causes et le but de la guerre

 

Il n’existe aucun consensus sur les causes principales de la Grande Guerre, qui fit, chez les soldats seulement, 8 millions de morts et 20 millions d’handicapés. La décision du Kaiser Guillaume II de construire une flotte militaire capable de défier la suprématie navale britannique est un facteur souvent invoqué. Comme l’a bien montré Patrick Buchanan, cette décision était l’aboutissement d’une détérioration de la relation entre l’Angleterre et l’Allemagne dont l’Angleterre porte la principale responsabilité. Le Kaiser Guillaume II, petit-fils de la Reine Victoria et donc neveu du roi Edward VII, était très attaché à cette relation, et sa politique extérieure était animée par une vision qu’il résuma ainsi à l’occasion des funérailles de sa grand-mère à Londres en 1901 :

« Nous devrions former une alliance anglo-germanique, vous pour garder les mers, tandis que nous serons responsables de la terre ; avec une telle alliance même une souris ne pourrait se glisser en Europe sans notre permission. »

Ce n’est qu’après avoir essuyé de façon répétée les humiliations de son oncle et du gouvernement britannique, que le Kaiser décida de doter l’Allemagne d’une puissance navale [2].

Mais plutôt qu’énumérer les causes de la Première Guerre mondiale, posons-nous plutôt la question de son but, et faisons l’hypothèse raisonnable que celui-ci a été atteint, en partie au moins. Autrement dit, admettons que certains des résultats principaux de la Grande Guerre figuraient parmi les objectifs, avoués ou non, de certains de ses instigateurs. La dislocation de l’Empire ottoman apparaît comme le plus profond bouleversement mondial apporté par la guerre, devant le démembrement de l’Autriche-Hongrie, qui n’était qu’un agrégat instable de royaumes. Or, nous allons montrer que la chute de l’Empire ottoman était l’objectif prioritaire du réseau sioniste constitué autour de Theodor Herzl, lequel réseau eut une influence internationale certaine avant, pendant et après la guerre, comme l’illustre la fameuse Déclaration Balfour.

 

La chute programmée de l’empire Ottoman

 

La chute de l’Empire ottoman n’avait pas toujours été un objectif des rêveurs de Sion. Bien au contraire. Considérons Benjamin Disraeli, premier ministre de la Reine Victoria de 1874 à 1880, et admettons, en nous fiant à Hannah Arendt, que ce « fanatique de la race », qui se disait « anglican de race juive », était secrètement obsédé par la vision d’un « empire juif, dans lequel les Juifs seraient la classe gouvernante », et qu’au « cœur de sa philosophie politique » se trouvait « une machination fantastique dans laquelle l’argent juif fait et défait palais et empires et tire les fils de la diplomatie [3] ». L’action politique de Disraeli démontre que la stratégie protosioniste, dont il était l’artisan, avait à cœur de protéger l’Empire ottoman contre l’expansionnisme russe. Il était en effet intervenu en faveur de l’Empire ottoman au Congrès de Berlin (1878), pour amputer les conquêtes russes et restituer aux Ottomans une grande partie de l’Arménie. Cette politique antirusse et pro-ottomane était un choix contesté à Londres : William Gladstone, adversaire de longue date de Disraeli et lui-même premier ministre à plusieurs reprises, déclara que ce dernier « maintient la politique étrangère britannique otage de ses sympathies juives ». Et le journal Truth du 22 novembre 1877, faisant allusion à sa familiarité avec les Rothschild et son amitié avec Moïse Montefiore (marié à une belle-sœur de Nathan Mayer Rothschild), y voyait « une conspiration tacite […] de la part d’un nombre considérable d’Anglo-Hébreux [4] ».

 

JPEG - 72.8 ko
Disraeli en 1878

 

En échange d’avoir mobilisé l’Empire britannique au secours de l’Empire ottoman, Disraeli comptait obtenir du Sultan Abdülhamid II (1876-1909) qu’il cédât la Palestine comme province autonome. Il tenta même de faire inscrire la « restauration d’Israël » à l’ordre du jour du Congrès de Berlin. En effet, ayant racheté le Canal de Suez pour le compte de l’Angleterre grâce au financement de son ami le baron Lionel de Rothschild (1875), Disraeli pouvait présenter cette idée comme conforme aux intérêts britanniques, selon l’argument que reprendra Chaïm Weizmann (futur premier ministre d’Israël) trente ans plus tard :

« Une Palestine juive serait une sauvegarde pour l’Angleterre, en particulier concernant le Canal de Suez [5]. »

En 1878, le Sultan s’opposa catégoriquement à cette perspective. Vingt ans plus tard, c’est au tour de Theodor Herzl de lui faire cette offre :

« Que le Sultan nous donne ce morceau de terre et, en échange, nous remettrons ses finances en ordre et nous influencerons l’opinion publique en sa faveur dans le monde entier [6]. » (Herzl, Journal, 9 juin 1896)

Journaliste et fils de banquier, Herzl promettait en somme de mettre au service de la Turquie ottomane la banque et la presse mondiales.

Du côté de la banque, Herzl comptait, entre autres, sur l’appui des Rothschild. Le baron Edmond de Rothschild, de la branche française, était déjà très impliqué dans le projet ; à partir de 1881, année de la mort de Disraeli, cinquante mille hectares de terre furent achetés et plus de quarante colonies fondées sous l’auspice de son Palestine Jewish Colonization Association (PICA). Les Rothschild britanniques furent plus réticents, et il est intéressant de découvrir dans le journal de Theodor Herzl que ce « père spirituel de l’État juif » (comme le désigne la Déclaration d’Indépendance de l’État d’Israël de 1948) leur offrit, en échange de leur aide, de fonder l’État juif comme une « République aristocratique » (« je suis contre la démocratie ») avec, à sa tête, « le premier Prince Rothschild » :

« Si vous vous joignez à nous, nous vous enrichirons une dernière fois. Et nous vous grandirons au-delà des rêves du modeste fondateur de votre Maison, et même de ceux de ses petits-enfants les plus fiers. […] Nous vous exalterons, parce que nous prendrons notre premier dirigeant élu dans votre Maison. Telle est la lumière que nous placerons au sommet de la Tour Eiffel de votre fortune. Aux yeux de l’histoire, il semblera que cela aura été l’objet même de tout l’édifice [7]. »

Les Rothschild ne donnèrent pas suite. Selon le mot célèbre de Richard Wagner (La Juiverie dans la musique, 1850), ils préféraient rester les juifs des rois que devenir les rois des juifs.

Quant au Sultan, il rejeta catégoriquement l’offre de Herzl, en ces termes rapportés par Herzl :

« Je ne peux pas vendre un pieds de terre, car elle n’appartient pas à moi, mais à mon peuple. […] Les Juifs peuvent garder leur argent. […] Quand mon Empire sera démembré, ils auront la Palestine pour rien. Mais ce sera notre cadavre qu’ils devront découper ; je ne consentirai jamais à la vivisection [8]. » (Herzl, Journal, 19 juin 1896)

Comme il l’avait déjà fait au Congrès de Berlin, le Sultan s’oppose même à l’achat de terre par les juifs et à leur immigration massive en Palestine. Quatre ans plus tard, après d’autres tentatives, Herzl en tire la conclusion :

« À présent, je ne peux concevoir qu’un seul plan : Faire en sorte que les difficultés de la Turquie s’accroissent ; mener une campagne personnelle contre le Sultan, peut-être prendre contact avec les princes exilés et les Jeunes Turcs ; et en même temps, en intensifiant les activités des Juifs socialistes, exciter parmi les gouvernements européens le désir d’exercer des pressions sur la Turquie pour qu’elle accepte les Juifs [9]. » (Herzl, Journal, 4 juin 1900)

La fin de non-recevoir du Sultan fermait tout espoir d’obtenir de lui la Palestine ; il fallait donc que le sultanat et l’Empire ottoman périssent et que les cartes soient redistribuées. Herzl comprend que « la division de la Turquie implique une guerre mondiale [10] ».

Son partenaire Max Nordau, orateur talentueux, fait devant le Congrès sioniste de 1903 une fameuse prophétie de cette prochaine guerre d’où sortira « une Palestine libre et juive ».

 

La Déclaration Balfour-Rothschild

 

L’historien juif Benzion Netanyahu (père de l’actuel Premier ministre) résume ainsi l’attente fiévreuse de ce grand cataclysme par l’élite sioniste, avec le regard fixé sur le destin du peuple élu et une complète indifférence aux victimes collatérales :

« Le grand moment arriva, comme il [Nordau] l’avait prophétisé, lié à la tempête d’une guerre mondiale, et portant dans ses ailes une attaque exterminatrice de la juiverie mondiale, qui commença avec le massacre des Juifs d’Ukraine (durant la guerre civile russe) et continue à se propager jusqu’à aujourd’hui. L’activité politique de Herzl eut pour conséquence que les Juifs, unis dans une organisation politique, furent reconnus comme entité politique, et que leurs aspirations […] furent intégrées au système politique international. Grâce à la guerre, ces aspirations étaient devenues si importantes que les grandes puissances se tournèrent vers les sionistes [11]. »

On sait de quelle manière « les grandes puissances [alliées] se tournèrent vers les sionistes » en 1917. L’Angleterre se trouvant en grande difficulté face à l’Allemagne, les sionistes firent entrer les États-Unis dans la guerre en échange de la promesse britannique de leur livrer la Palestine. Chaïm Weizmann, juif d’origine biélorusse devenu citoyen britannique en 1910, fut l’un des plus efficaces agents de cette diplomatie secrète auprès du Premier ministre David Lloyd George et de son ministre des Affaires étrangères Arthur Balfour. Le 2 novembre 1917, ce dernier adresse une lettre à Lord Lionel Walter Rothschild, petit-fils du Lionel de Rothschild cité plus haut et président de la Zionist Federation, déclarant :

« Le gouvernement de sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un Foyer national (National Home) pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays. » [Notons bien l’absence de droits « politiques » accordés aux Arabes de Palestine.]

JPEG - 103.4 ko
La Déclaration Balfour, adressée à Lord Lionel Walter Rothschild

 

Six semaines après cette « Déclaration Balfour », le général britannique Edmund Allenby entrait dans Jérusalem, grâce au soutien des Arabes, à qui l’autonomie avait été promise en 1915 et qui ignoraient tout de la promesse de Balfour aux sionistes. La Déclaration Balfour est datée postérieurement à l’entrée en guerre des États-Unis (le 2 avril 1917), mais peu d’historiens contestent que l’engagement de l’Angleterre à céder la Palestine aux juifs était le prix de l’extraordinaire campagne de lobbying orchestrée par le réseau sioniste américain en faveur de l’entrée en guerre des États-Unis. Lloyd George expliquera l’arrangement en ces termes :

« Les leaders sionistes nous ont donné la promesse ferme que, si les alliés s’engageaient à faciliter l’établissement d’un foyer national pour les Juifs en Palestine, ils feraient de leur mieux pour rallier le sentiment et le soutien juif à travers le monde en faveur de la cause des Alliés. Ils ont tenu parole [12]. »

L’efficacité de la diplomatie secrète qui aboutit à la Déclaration Balfour reposait sur une coordination étroite entre sionistes anglais et américains, dont témoigne Nahum Sokolow, secrétaire général du Congrès sioniste mondial, dans son Histoire du sionisme :

« Entre Londres, New York et Washington il y avait une communication constante, soit par télégraphe, soit par visite personnelle, et en conséquence il y avait une unité parfaite entre les sionistes des deux hémisphères. »

Sokolow loue tout particulièrement « la bénéfique influence personnelle de l’Honorable Louis D. Brandeis, Juge de la Cour suprême [13] ». Brandeis (1856-1941) avait été nommé au plus haut poste de la magistrature américaine en 1916 par le Président Wilson à la demande de l’avocat d’affaire Samuel Untermeyer qui, selon la rumeur, usa comme moyen de chantage des lettres écrites par Wilson à sa maîtresse [14]. Brandeis et Untermeyer furent deux des plus puissants intrigants sionistes, exerçant une influence sans pareille sur la Maison Blanche. Citons également, parmi les hommes clés de la mobilisation américaine pour la guerre, Bernard Baruch, nommé en 1916 à la tête de l’Advisory Commission of the Council of National Defense, puis président du War Industries Board. C’est sans exagération que ce banquier qui conseilla trois présidents (Wilson, Roosevelt et Truman) déclara un jour devant un comité du Congrès américain :

« J’avais probablement plus de pouvoir que n’importe qui d’autre durant la guerre [15]. »

 

Le coup de main Dönmeh

 

Peu avant le déclenchement de la guerre mondiale, en 1908, le Sultan Abdülhamid II aura été acculé à la capitulation par la révolution laïque des Jeunes Turcs, le mouvement qu’Herzl envisageait de mobiliser dès 1900. Les Jeunes Turcs sont un mouvement originaire de Salonique et largement dirigé par d’ « ardents Dönmeh » qui, bien qu’officiellement musulmans, « avaient pour vrai prophète Sabbataï Tsevi, le messie de Smyrne », selon le rabbin Joachim Prinz [16]. On sait qu’après avoir attiré dans leur révolution les Arméniens par la promesse d’une autonomie politique, et une fois au pouvoir, les Jeunes Turcs réprimèrent l’aspiration nationaliste de ces mêmes Arméniens par l’extermination d’un million deux cent mille d’entre eux en 1915-1916. Une ancienne et vivace tradition rabbinique assimilait les Arméniens aux Amalécites, premiers ennemis des Hébreux sur le chemin de Canaan, dont Yahvé déclare vouloir « effacer le souvenir de dessous les cieux » (Ex 17.14 et De 25.19), et exterminer, « hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et brebis, chameaux et ânes » (1 S 15.3) [17].

 

JPEG - 90.9 ko
Scènes du génocide arménien de 1915-1916

 

À partir du moment où fut décidée la chute de l’Empire ottoman, celui-ci a donc été soumis à deux types d’agression : d’une part, une agression interne, sous la forme d’une révolution préparée par un réseau crypto-juif redoutablement efficace, d’autre part, une agression externe sous la forme d’une guerre mondiale orchestrée par un autre réseau juif opérant de façon également largement occulte, mais depuis l’Angleterre et les États-Unis. Le réseau dönmeh de Salonique et le réseau sioniste transatlantique étaient-ils coordonnés ? Probablement pas au niveau opérationnel (dans les années 20, les Jeunes Turcs se montreront hostiles au projet sioniste). On conçoit néanmoins aisément que des efforts ont été exercés pour diriger ces deux mouvements en vue d’un même but. Ce niveau supérieur de coordination serait à chercher dans des cercles très fermés comme la société secrète des Parushim, à laquelle appartenaient le juge Brandeis (issu d’une famille disciple de Sabbataï Tsevi, de tradition kabbaliste) ainsi que son protégé et successeur à la magistrature suprême, Felix Frankfurter. Sarah Schmidt, professeur d’histoire juive à l’Université hébraïque de Jérusalem, décrit cette société comme « une armée de guérilla souterraine et secrète déterminée à influencer le cours des événements d’une manière discrète et anonyme ». À la cérémonie d’initiation, chaque nouveau membre recevait pour instruction :

« Jusqu’à ce que notre but soit atteint, tu seras membre d’une fraternité dont les liens seront pour toi plus importants que tout autre dans ta vie – plus chers que les liens avec ta famille, ton école ou ta nation. En entrant dans cette fraternité, tu deviens, par ton propre choix, un soldat dans l’armée de Sion. »

L’initié répondait en jurant :

« Devant ce conseil, au nom de tout ce que je tiens pour cher et sacré, je voue ma personne, ma vie, ma fortune et mon honneur à la restauration de la nation juive. […] Je jure solennellement de suivre, d’obéir et de garder secrètes les lois et les travaux de la fraternité, son existence et ses buts. Amen [18]. »

 

La chute de la Russie tsariste

 

Le démantèlement de l’Empire ottoman, d’une part, et le mandat du gouvernement Britannique sur la Palestine associé à sa promesse d’y établir un « foyer juif », d’autre part, étaient le double résultat prémédité de la guerre et, du point de vue de l’élite sioniste, le but même de la guerre. Un autre bouleversement important fut la Révolution bolchevique. Elle ne fut pas l’un des buts prémédités de la guerre, même si elle a profité du financement de riches banquiers juifs comme Jacob Schiff [19], qui déclara :

« La révolution russe est peut-être l’événement le plus important de l’histoire juive depuis que le peuple [the race] est sorti d’Égypte [20]. »

Du moins les révolutionnaires russes ne semblent-ils pas avoir œuvré pour le déclenchement de la guerre, contrairement aux sionistes. La destruction de la Russie tsariste apparaît plutôt comme le fruit d’une opportunité saisie à la fin de la guerre. La Russie se trouvait alors alliée du Royaume-Uni par un jeu complexe d’alliances (la Triple-Entente). Mais la guerre aggravait le mécontentement populaire, et en février 1917, le tsar fut contraint d’abdiquer devant le gouvernement provisoire de Kerenski. Celui-ci céda néanmoins aux intimidations britanniques et décida de maintenir la Russie dans la guerre, une décision extrêmement impopulaire qui le fragilisa. C’est alors que, le 16 avril 1917, l’État allemand renvoya chez eux, dans le fameux wagon plombé, trente-deux bolcheviques exilés dont Lénine, bientôt rejoints par deux cents autres, puis finança leur organe de propagande, la Pravda, en échange de leur promesse de se retirer de la guerre s’ils s’emparaient du pouvoir. Cinq mois après la révolution d’Octobre, Trotski (Lev Davidovitch Bronstein de son vrai nom) signe avec l’Empire allemand le Traité de Brest-Litovsk, qui met définitivement fin au front de l’Est. Ainsi donc, pendant que les Anglais faisaient entrer l’Amérique dans la guerre en soutenant un mouvement juif (le sionisme), les Allemands s’arrangeaient pour faire sortir la Russie de la guerre en soutenant un autre mouvement juif (le bolchevisme).

 

JPEG - 52.5 ko
Trotski en 1921

 

Car la révolution bolchevique fut majoritairement menée par des juifs, comme l’ont noté de nombreux observateurs de tous bords : aussi bien, par exemple, Winston Churchill dans un fameux article de 1920 titré « Le sionisme contre le bolchevisme : une lutte pour l’âme du peuple juif » (prenant parti pour le premier) [21], que la revue hebdomadaire The American Hebrew, qui admettait avec fierté, la même année :

« La Révolution bolchevique a éliminé la dictature la plus brutale de l’histoire. Ce grand accomplissement, destiné à figurer dans l’histoire comme l’un des résultats majeurs de la Guerre mondiale, fut largement le produit de la pensée juive, du mécontentement juif, et de la planification juive [22]. »

Sionisme et bolchevisme sont idéologiquement antagonistes, mais ont poussé dans le même terreau ethnique. Chaïm Weizmann raconte dans son autobiographie (Trial and Error, 1949) que les juifs de Russie du début du XXe siècle étaient divisés, parfois au sein d’une même famille, entre révolutionnaires-communistes (internationalistes) et révolutionnaires-sionistes (nationalistes). Ces divisions, cependant, étaient relatives et changeantes ; non seulement les pionniers du sionisme étaient souvent marxistes, mais de nombreux juifs communistes devinrent d’ardents sionistes tout au long du XXe siècle. L’enthousiasme des juifs de Russie pour ces deux mouvements est lié à leur émancipation en 1855 par le tsar Alexandre II, qui leur avait donné notamment libre accès à l’université. Les jeunes intellectuels juifs rejettent le talmudisme de leurs parents, mais ils ont assimilé leur haine de la Russie chrétienne et paysanne, et le tsar, qui les a émancipés, reste à leurs yeux un avatar de Pharaon. L’hostilité des Russes suscitée par leur fulgurante ascension sociale, et les violents pogroms qui suivent l’assassinat d’Alexandre II en mars 1881, alimentent leur aliénation, qui s’exprime soit dans l’internationalisme révolutionnaire (rejet des nations), soit dans le nationalisme juif (rêve d’une nation juive), soit dans les deux à la fois.

Les masses de juifs ashkénazes qui fuient alors la Russie vers l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie, puis les États-Unis, emportent avec eux leurs aspirations révolutionnaires et sionistes, qui deviennent de véritables raz-de-marée. Entre 1881 et 1920, près de trois millions de juifs d’Europe de l’Est pénétrèrent légalement sur le territoire américain, principalement dans les grandes villes de l’Est. Ils forment, dès le début de la Première Guerre mondiale, la majorité des juifs américains. Bien que généralement pauvres à leur arrivée, leur influence va croître rapidement, grâce notamment à leur fort investissement dans la presse puis dans le cinéma [23]. Ils joueront un rôle majeur dans la propagande visant à retourner l’opinion publique américaine en faveur de l’entrée en guerre en 1917, ainsi que dans le mouvement de sympathie que suscita initialement la Révolution bolchevique.

 

Préparer la suivante

 

La Révolution soviétique, cependant, coupait l’herbe sous les pieds de la propagande sioniste, qui s’était jusqu’alors fondée sur les rapports des pogroms de Russie, très amplifiés par la presse occidentale. Le 25 mars 1906, le New York Times avait par exemple évoqué en ces termes le sort des « 6 millions de Juifs de Russie » :

« La politique envisagée par le gouvernement russe pour la “solution” de la question juive est l’extermination systématique et meurtrière. »

Le 20 juillet 1921, la guerre civile russe permettait encore au même journal d’écrire, sous le titre « Le massacre menace tous les Juifs tandis que le pouvoir soviétique faiblit » :

« Les six millions de Juifs de Russie font face à l’extermination [24]. »

Cependant, un tel argument en faveur du sionisme perdait rapidement en crédibilité et devint totalement inutilisable après 1921. L’une des premières mesures des bolcheviques fut en effet une loi criminalisant l’antisémitisme, et ils le punissaient plus durement qu’il ne l’avait jamais été dans un quelconque État, par une exécution sans jugement. Les Russes avaient d’autant plus conscience d’avoir été conquis par un peuple étranger que, comme le signale Yuri Slezkine, « la police secrète soviétique, saint des saints du régime, était une des institutions soviétiques les plus fortement juives [25]. » Il était en tout cas impossible d’associer l’Union soviétique à l’antisémitisme. Chaïm Weizmann, qui jusqu’en 1917 s’était servi des pogroms de Russie comme levier diplomatique, est alors obligé de se contredire :

« Rien ne peut être plus faux que de dire que les souffrances de la juiverie russe [Russian Jewry] furent jamais la cause du sionisme. La cause fondamentale du sionisme a été, et est, l’aspiration indéracinable de la communauté juive pour un foyer à lui – un centre national, un foyer national avec une vie nationale juive [26]. »

Il faudra attendre les années 30 pour que l’Allemagne nazie prenne la relève de la Russie tsariste comme argument en faveur du sionisme, bien souvent dans des termes identiques.

Et il faudra une seconde Guerre mondiale pour que l’édifice sioniste, dont le « foyer juif » promis par Balfour était la première pierre, puisse atteindre sa seconde phase. Dans l’esprit des peuples qui versèrent leur sang, la Grande Guerre était censée être la « der des ders ». C’est aussi avec cette utopie que Woodrow Wilson s’était laissé entraîner dans la guerre par ses conseillers. La Conférence de la Paix qui se tient à Paris entre janvier et août 1920 sera pour lui une première désillusion, suivie par le désaveu de sa Société des nations par le Sénat américain. Emile Joseph Dillon, auteur de The Inside Story of the Peace Conference (1920), écrit :

« De toutes les collectivités venues promouvoir leurs intérêts à la Conférence, les Juifs avaient peut-être les partisans les plus ingénieux, et en tout cas les plus influents. Il y avait des Juifs de Palestine, de Pologne, de Russie, d’Ukraine, de Roumanie, de Grèce, de Grande-Bretagne, de Hollande, et de Belgique ; mais la délégation la plus grande et la plus brillante était envoyée par les États-Unis [27]. »

Parmi les nombreux conseillers juifs représentant les États-Unis se trouve Bernard Baruch, membre du Conseil suprême économique. L’un des objectifs de Baruch et du réseau sioniste anglo-américain est de veiller à ce que le traité de Versailles place la Palestine sous mandat provisoire des Britanniques, et que ce mandat inclue les termes de la Déclaration Balfour.

Mais il est aussi admis que les termes du Traité créent les conditions idéales pour un nouveau conflit mondial. Car le plus sûr moyen de préparer une nouvelle guerre est une paix injuste. En 1914, l’Allemagne possède la culture la plus florissante d’Europe et l’industrie la plus compétitive du monde, sur les plans qualitatif et quantitatif. Le traité de Versailles lui impose, en plus d’une contraction abusive de ses frontières et l’interdiction de se doter d’une armée digne de ce nom, une dette astronomique de 132 milliards de marks-or, dont les conséquences catastrophiques sont parfaitement prévisibles. Le célèbre économiste John Maynard Keynes proteste contre ce projet de « réduire à la servitude toute une génération de l’Allemagne », et ajoute :

« La revanche, nous pouvons le prédire, ne se fera pas attendre. Rien alors ne pourra retarder, entre les forces de réaction et les convulsions désespérées de la Révolution, la lutte finale devant laquelle s’effaceront les horreurs de la dernière guerre et qui détruira, quel que soit le vainqueur, la civilisation. » (Les Conséquences économiques de la paix, 1919 [28])

 

Notes

[1] Par exemple Norman Podhoretz dans plusieurs articles et dans son livre World War IV : The Long Struggle Against Islamofascism, Doubleday, 2007.

[2] Patrick Buchanan, Churchill, Hitler, and "The Unnecessary War" : How Britain Lost Its Empire and the West Lost the World, Crown Forum, 2009, k. 325-333.

[3] Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme, Gallimard, 2002, p. 309-310.

[4] Stanley Weintraub, Disraeli : A Biography, Hamish Hamilton, 1993, p. 579.

[5] Chaim Weizmann, Trial and Error, Harper & Brothers, 1949, p. 192.

[6] The Complete Diaries of Theodor Herzl, edited by Raphael Patai, Herzl Press and Thomas Yoseloff, 1960, vol. 1, p. 362-363.

[7] The Complete Diaries of Theodor Herzl, vol. 1, op. cit., p. 163-170.

[8] The Complete Diaries of Theodor Herzl, vol. 1, op. cit., p. 378-379.

[9] The Complete Diaries of Theodor Herzl, edited by Raphael Patai, Herzl Press and Thomas Yoseloff, 1960, vol. 3, p. 960.

[10] Theodor Herzl, Zionism, State edition, 1937, p. 65, cité dans Benzion Netanyahu, The Founding Fathers of Zionism (1938), Balfour Books, 2012, k. 1456-9.

[11] Benzion Netanyahu, The Founding Fathers of Zionism, op. cit., k. 1614-20.

[12] Alfred Lilienthal, What Price Israel ? (1953), 50th Anniversary Edition, Infinity Publishing, 2003, p. 21 et 18.

[13] Nahum Sokolow, History of Zionism (1600-1918), vol. 2, 1919, p. 79-80, cité dans Alison Weir, Against Our Better Judgment : The Hidden History of How the U.S. Was Used to Create Israel, 2014, k. 387-475.

[14] Gene Smith, When the Cheering Stopped : The Last Years of Woodrow Wilson, William Morrow & Co, 1964, p. 20-23, cité dans Curtis Dall, Franklin D. Roosevelt, ou Comment mon beau-père a été manipulé (éd. anglaise 1968), Sigest, 2015, p. 188-189.

[15] Robert Edward Edmondson, The Jewish System Indicted by the Documentary Record, 1937, sur archive.org, p. 9.

[16] Joachim Prinz, The Secret Jews, Random House, 1973, p. 122 ; Wayne Madsen, « The Dönmeh : The Middle East’s Most Whispered Secret (Part I) », Strategic Culture Fondation, 25 octobre 2011, sur www.strategic-culture.org

[17] Elliott Horowitz, Reckless Rites : Purim and the Legacy of Jewish Violence, Princeton University Press, 2006, p. 122-125.

[18] Sarah Schmidt, « The Parushim : A Secret Episode in American Zionist History », American Jewish Historical Quarterly n°65, décembre 1975, p. 121-139, à lire sur ifamericansknew.org/history/parushim.html.

[19] Un document du Département d’État américain nomme également « Felix Warburg, Otto Kahn, Mendel Schiff, Jerome Hanauer, Max Breitung et un des Guggenheim », cité dans Antony Sutton, Wall Street et la Révolution bolchevique (éd anglaise 1976), Scribedit, 2012, p. 311.

[20] Bertie Charles Forbes, Men Who Are Making America, 1917, (sur archive.org) p. 334.

[21] « Zionism versus Bolshevism : A struggle for the soul of the Jewish people », Illustrated Sunday Herald, 8 février 1920, sur en.wikisource.org/wiki/Zionism_versus_Bolshevism.

[22] American Hebrew, le 10 septembre 1920, cité dans Michael Jones, The Jewish Revolutionary Spirit and Its Impact on World History, Fidelity Press, 2008, p. 747. Lire aussi Angelo Solomon Rappoport, The Pioneers of the Russian Revolution, 1919, sur archive.org

[23] Yuri Slezkine, Le Siècle juif, La Découverte, 2009, p. 191.

[24] Benton Bradberry, The Myth of German Villainy, Authorhouse, 2012, p. 198.

[25] Yuri Slezkine, Le Siècle juif, op. cit., p. 398-399.

[26] Chaim Weizmann, Trial and Error, Harper and Brothers, 1949, p. 201.

[27] Emile Joseph Dillon, The Inside Story of the Peace Conference (1920), Harper & Brothers, Kindle 2011, k. 180-90.

[28] En pdf sur classiques.uqac.ca.

Du même auteur, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

44 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1422370

    Il manque juste l’accord Sykes-Picot de 1915 ou la France et la Grande Bretagne se partagent l’Afrique avec l’idée d’y implanter une base "européene" qui deviendra Israel. Mis dans la confidence, le Tzar dévoilera le plan colonial, ce qu’il payera effectivement en 1917 avec la "revolution" bolshevique financée par Jacob Schiff a travers la JP Morgan.



    Le 25 mars 1906, le New York Times avait par exemple évoqué en ces termes le sort des « 6 millions de Juifs de Russie » :

    « La politique envisagée par le gouvernement russe pour la “solution” de la question juive est l’extermination systématique et meurtrière. »

    Le 20 juillet 1921, la guerre civile russe permettait encore au même journal d’écrire, sous le titre « Le massacre menace tous les Juifs tandis que le pouvoir soviétique faiblit » :

    « Les six millions de Juifs de Russie font face à l’extermination. »



    Quelques clicks sur Internet vous permettront de trouver plus de 200 coupures originales de presses clamant entre 1900 et 1939 que pour chacune de ces années, 6 millions de juifs sont morts/allaient mourir.


  • #1422384

    Une excellente introduction à La Controverse de Sion !


  • #1422385
    le 17/03/2016 par Bébert
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Le but des sionistes en 1939 c’est la destruction de l’Allemagne antisémite mais aussi celle de l’Empire Brittannique afin de chasser les Anglais de Palestine afin de créer l’Etat d’Israël en 1948, 3 ans seulement après la fin des hostilités . Quelle coincidence...

     

  • #1422419
    le 17/03/2016 par rectificateur
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Très intéressant et nécessaire article, mais je regrette tout de même que Laurent Guyénot n’ait pas abordé le télégramme Zimmerman (16 janvier 17), précédant de peu l’entrée en guerre des USA et qui a toutes les apparences d’une manigance particulièrement "téléphonée" pour provoquer les Américains. Ceux qui ne le connaissent pas peuvent jeter un coup d’œil (critique, comme toujours) à Wikipédia :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%...

    En résumé, le ministre des affaires étrangères allemand de l’époque, Zimmermann, présenté souvent comme un homme particulièrement détestable, nuisible et à l’origine de tous les mauvais coups (un BHL, quoi...), envoie un télégramme (mal) codé à son homologue mexicain pour lui proposer de soutenir son pays dans une guerre contre les USA qui leur permettrait de reprendre une bonne partie du territoire perdu depuis la guerre américano-mexicaine de 1846-48. Le télégramme est décodé par les Anglais et transmis à qui de droit par Balfour himself.

    Là où ça devient presque dieudonnesque c’est que devant l’incrédulité des Américains qui se disent que ce doit être un faux, Zimmermann en personne pointe son nez en assurant "si si, c’est bien moi qui ai écrit ça !". Or les Américains, à l’époque, voulaient rester neutres et ne surtout pas s’engager dans cette guerre, pour une raison simple : contrairement aux Européens qui lorgnaient sur les dépouilles de l’Empire Ottoman en raison des ressources pétrolières déjà largement convoitées du Moyen-Orient, les Américains n’avaient besoin de rien, pataugeant dans le pétrole dans plusieurs États du sud comme le Texas.

    Par contre, si l’Allemagne envisageait de leur chiper cette ressource avec les Mexicains, là c’était une autre histoire...

     

    • #1422991
      le 18/03/2016 par Laurent Guyénot
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Intriguant en effet cette histoire. Et louche le comportement de ce Zimmermann (Juif allemand), qui est aussi responsable de l’envoie de Lénine et ses bolchéviques en Russie. Je vais creuser, merci.
      Lire en anglais : http://lovkap.blogspot.fr/2012/04/t...


    • #1423612
      le 19/03/2016 par rectificateur
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      @ Laurent Guyénot : à vot’ service cher Laurent ! Et flatté de vous avoir aiguillé sur une nouvelle piste. Vous êtes sûr que Zimmermann était juif ? Personnellement je n’en sais rien. Mais si c’est la cas il serait intéressant de savoir quels liens il a pu avoir avec le Rotschild de la déclaration Balfour... la famille Rotschild étant, comme vous le savez, d’origine juive allemande. Aurait-il été son "chargé de mission" ?


    • #1427672
      le 24/03/2016 par Laurent Guyénot
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Le site que je signale plus haut dit que Zimmerman était juif, mais je n’en trouve pas confirmation. Il ne l’était donc probablement pas.


  • #1422475

    Erratum :
    La première image de cet article est en fait une photo de Bob Dylan en costume de scène.
    Un peu plus de rigueur à E&R, SVP.

     

    • #1422536
      le 17/03/2016 par Antinomas
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Johnny , le manque de sérieux c’est toi !
      On peut trouver cette photo dans Wikipédia avec la légende : "Benjamin Disraeli en 1878".
      Cordialement.


    • #1422736

      je crois que c’était une blague ... en effet la ressemblance est là ! et peut être au dela de l’apparence ;) lol et pouce vert


    • #1422921

      @Antinomas (et d’autres)

      Je suis régulièrement sidéré par la manque de recul et de 2e degré de certains intervenants !
      Il est de salubrité publique de lever un petit peu le nez de ses chaussettes et de reconnaître et manier l’humour et la distanciation.

      Ek@r@t


    • #1423119
      le 18/03/2016 par Antinomas
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      @ Ek - Je ne suis pas contre les blagues... à condition qu’elles soient bien identifiables ! Sinon, ça n’est plus des blagues.


    • #1423868

      @antinomas

      Pas de problème, nous on a identifié ton sens de l’humour...à retardement...faut juste te laisser un peu plus de temps qu’aux autres et bien t’expliquer !


  • #1422561
    le 18/03/2016 par Un anglophobe
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    C’est un peu frustrant toute cette bibliographie en anglais... :p

    J’en profite pour demander si quelqu’un sait si le livre de Curtis Dall "F.D.R. : My Exploited Father in Law" ( Franklin D. Roosevelt, ou Comment mon beau-père a été manipulé) est disponible en français ?

    P.S. :



    La Conférence de la Paix qui se tient à Paris entre janvier et août 1920



    C’est pas plutôt janvier 1919 - août 1920 ???

     

  • #1422600

    "On sait qu’après avoir attiré dans leur révolution les Arméniens par la promesse d’une autonomie politique, et une fois au pouvoir, les Jeunes Turcs réprimèrent l’aspiration nationaliste de ces mêmes Arméniens par l’extermination d’un million deux cent mille d’entre eux en 1915-1916." Incroyable !! On comprend maintenant pourquoi la Turquie refuse de reconnaitre le génocide des Arméniens !

     

  • #1422633
    le 18/03/2016 par Andreas
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Il y a sur le net des vidéos du Dr. Walter Veith qui parle de tout ça. Ces vidéos sont instructives, je ne sais pas s’ils sont traduites en français. Pour les gens qui parlent englais ou allemand, ses vidéos vont vous ouvrir les yeux.

    Cordialement.


  • #1422634
    le 18/03/2016 par Sergent Garcia
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Grand bravo et félicitations à toi ,Laurent d’avoir montré le vrai visage de l’histoire du 20 ème siècle. Maintenant qu’il ne porte plus de lunettes de soleil, de perruque, ni de maquillage, j’y vois beaucoup plus clair.
    Tu devrais en faire une vidéo pour toucher le maximum de personnes à mon avis 100 fois plus que par écrit.
    Faut absolument que ces révélations soient connues et assimilées par le plus grand nombre. Ça peut faire reculer la prochaine étape dramatique
    Merci pour ce super boulot. Toi au moins t’es pas venu au monde pour rien

     

    • #1422995
      le 18/03/2016 par Laurent Guyénot
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Une vidéo, c’est une bonne idée, mais je n’ai pas les compétences. Avec un peu d’aide, peut-être (recherche d’images d’archives, montage, etc.)


    • #1424251
      le 20/03/2016 par Sergent Garcia
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Pas besoin de post-production luxueuse, juste le genre Guillemin ça va bien deja


  • #1422648

    L’Angleterre envisage la paix, intervention sioniste pour impliquer les États-Unis

    Durant l’été 1916, l’Angleterre considérait sérieusement cette proposition. Ils n’avaient d’ailleurs pas le choix. C’était soit accepter cette offre de paix noblement proposée par les allemands, soit aller vers une défaite certaine.

    Tandis que cela se discutait, les sionistes de l’Europe de l’Est rencontrèrent le British War Cabinet. Je vais être bref, car ceci est une longue histoire ; mais je détiens tous les documents prouvant mes déclarations. Ils dirent : « Écoutez nous, vous pouvez encore remporter cette guerre… Ne baissez pas les bras…vous n’êtes pas obligé d’accepter la proposition de paix faite par l’Allemagne. Vous pourriez gagner cette guerre si l’Amérique venait à vos cotés en tant qu’alliée. » Les États-Unis étaient alors hors du conflit. Nous étions jeunes, nous étions innocents, nous étions puissants. Ils dirent à l’Angleterre : « Nous vous garantissons d’embarquer les États-Unis contre l’Allemagne dans cette guerre, si vous nous promettiez la Palestine après la victoire. »

    En d’autres termes, ils firent ce pacte : « Nous nous chargeons de ramener les Etats-Unis en tant qu’allié ; le prix à payer sera la Palestine, après bien sûr, la défaite de l’Allemagne, Autriche-Hongrie, et Turquie. » L’Angleterre avait autant de légitimité de promettre la Palestine à quiconque, qu’auraient les États-Unis de promettre le Japon à l’Irlande pour quelque raison que ce soit. Il est absolument absurde que la Grande-Bretagne, qui d’ailleurs n’a jamais eu aucun lien en quoi que ce soit ou même un intérêt quelconque, pas plus que de droit par rapport à ce qui est connu en tant que « Palestine », ait à l’offrir comme part du gâteau pour payer les sionistes en service de leurs actions pour impliquer les États-Unis contre l’Allemagne.

    Octobre 1916 : les sionistes font entrer les États-Unis en guerre – Déclaration Balfour

    En octobre 1916 cette promesse fut faite malgré tout. Peu de temps après cela, je ne sais pas combien d’entre vous s’en souviennent, les États-Unis, qui étaient presque totalement « pro-Allemands », soudainement entraient en guerre aux cotés des Britanniques.
    Benjamin Friedman


  • #1422926

    Laurent !

    Vous êtes le fils spirituel de Douglas REED !!!!

    Que pensez vous de ce mois d’Octobre 1917 ; 2 grandes victoires juives ( les plus décisives et destructrices du 20ème siècle ) et la réponse au même moment du tout puissant à Fatima .... N’est ce pas une preuve de l’existence d’enjeu "supra-humain " ?

    Mes amitiés ,

     

  • #1423689

    remettre la lumière au centre de l’arène pour comprendre qui est la b^te et le toréro.merci pour ce beau travail.


  • #1424064
    le 20/03/2016 par Ici Londres
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Article beaucoup trop court mon cher Laurent. On en veut plus.
    Pour ce qui est de la video (cf commentaires precedents), pourquoi pas, mais la lecture est meilleure impression cognitive qu’un documentaire.
    Merci beaucoup pour la somme de travail faite pour nous tous Laurent.
    Vivement part 2.
    En espérant vous rencontrer a une conference bientôt. A londres pourquoi pas ?


  • #1424180

    Les deux GM semblent inexplicables et absurdes quand on n’a pas compris que ce sont deux guerres SIONISTES .

     

    • #1426323

      En 14 les sionistes veulent détruire l’empire Ottoman pour s’emparer de la Palestine, mais ils veulent également détruire l’Allemagne, alliée et protectrice de l’empire Ottoman .


  • #1424183

    Depuis 2000 ans, c’est à dire depuis l’avènement du judéo-christianisme, le fameux "fil de l’histoire", est le fil sioniste, un hideux "fil d’Ariane" : celui qui ne voit pas le fil ne peut rien comprendre .


  • #1424495
    le 20/03/2016 par helios35
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    bonjour Mr Guyénot, bravo pour votre article très poussé et purement factuel.

    Je voulais vous signaler que le blog de Gabriel Enkiri fourmille d’informations sur la période précédant la 1ère GM et la guerre elle même.
    Il montre que la situation de la communauté juive Allemande sous l’empire était très bonne. D’ailleurs, elle a eu un rôle dans l’unification Allemande (homogénéisation des normes commerciales)...
    Enkiri relate notamment la visite du kaiser à Jérusalem en 1898 ou il rencontra Herzl. Ce dernier lui fit part de son souhait de voir une Palestine juive sous protectorat Allemand.
    Au moment de l’affaire dreyffus, l’Allemagne prend fait et cause pour Dreyffus. Ceci en raison de la forte communauté Juive d’Alsace-Lorraine. De plus, des manifestions ont lieu USA. L’Angleterre prend peur car l’Allemagne attire le regard positif de la communauté Juive mondiale.
    La puissance Allemande grandit avec le projet Bagdad-Ban et la volonté de construire une flotte navale. Les banquiers Juifs Allemands, nombreux et puissants, soutiennent le Kaiser (Warburg, Maurice Hirsh...).

    Il s’avère donc que les Juifs des différents pays industrialisés n’avaient pas le même point de vue sur le projet futur d’une terre juive car leurs intérêts n’étaient pas forcément conciliables à court terme. Les Rothschild Anglais avaient des intérêts en Afrique (Cécils Rhodes...) tandis que certains juifs Allemands souhaitaient ménager leurs relations avec l’empire Ottoman ( Bagdad-Ban oblige...)

    Herzl choisit finalement le projet Ouganda, cher à aux financiers et industriels Anglais qui voyaient d’un bon œil un État Juif dans cette région car ils souhaitaient créer une ligne de chemin de fer Le Caire- Le Cap.
    Les Juifs Russes et Allemands mirent en minorité Herzl et l’accusèrent de trahison à la cause sioniste pour la terre sainte. Il mourut quelques temps après.

    En 1915, le kaiser envoie le philosophe juif Herman Cohen aux USA pour tenter de convaincre ces derniers de combattre aux cotés de l’Allemagne. En 1916, l’Allemagne est en train de gagner. Les juifs commencent à miser sur elle. Intervient alors le coup de théâtre de la déclaration Balfour. C’est alors que le cœur juif prend définitivement fait et cause pour l’Angleterre. C’est peut là qu’intervient le fameux télégramme Zimmermann...
    Ce ne serait donc pas idiot de penser qu’une partie de l’intelligentsia juive Allemande ait retourné leur veste au cours de la guerre et ce, en faveur de l’Angleterre.

     

    • #1424804
      le 21/03/2016 par rectificateur
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Très intéressants (et même passionnants) commentaires. Juste une précision : ce que vous nommez "Bagdad-Ban" s’écrit en fait "Bagdadbahn" et signifie "chemin de fer de Bagdad" (plus précisément, de Berlin à Bagdad, mais vu côté allemand il suffisait de préciser Bagdad...).

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Chemi...

      C’était un élément essentiel dans la lutte pour le contrôle des ressources pétrolières du Moyen-Orient : ayant conscience de la suprématie anglaise sur les mers, l’empire allemand voulait s’assurer de l’accès aux ressources pétrolières par la voie terrestre. Et comme l’on sait, l’Allemagne ne put jamais s’assurer un approvisionnement en pétrole suffisant, ce qui la poussa à développer considérablement son industrie chimique vers la voie du pétrole de synthèse à partir de charbon (procédé Fischer-Tropsch), mais lui causa aussi la défaite lors de la seconde guerre mondiale (la première était moins dépendante de cette ressource).

      Par ailleurs, il est vrai que l’Allemagne essayait de contrer la puissance maritime anglaise en développant sa propre flotte militaire, dont les fameux U-Boot (sous-marins), et que c’est une des raisons de la volonté anglaise de mettre à genoux l’Allemagne par tous les moyens.

      Enfin, ce que vous dites de Herzl et du retournement de veste de "l’élite" juive est hélas correct, et il ne faut pas chercher plus loin les "raisons" qui ont poussé un certain Adolf Jacob Hitler à devenir obstinément antisémite. Raisons entre guillemets évidemment, le personnage n’étant pas connu pour sa capacité d’analyse rationnelle.


    • #1427670
      le 24/03/2016 par Laurent Guyénot
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Je ne connaissais pas Gabriel Enkiri, que je découvre grâce à vous et que je vais étudier de toute urgence.
      Son blog, pour commencer : http://wwwkerlegan.blogspot.fr/
      Et pour commander ses livres sur Israël : http://www.alterinfo.net/nouveau-li...
      http://www.iqrashop.com/index.php?p...
      Merci de votre contribution.


  • #1424632

    Que s’est il passé pour que le peuple hebreux se retrouve sans territoire propre ?

     

    • #1424882
      le 21/03/2016 par rectificateur
      Combien de guerres mondiales pour Sion ?

      Deux remarques :

      - "hébreu" ne prend pas de x au singulier

      - mis à part le Vatican, les catholiques n’ont pas de "territoire propre" non plus... et la même chose pour les autres religions. Vous devriez donc plutôt vous demander pourquoi le "peuple hébreu" s’est toujours retrouvé en minorité là où il se trouvait !

      Quant à considérer les juifs comme une ethnie, ça fait longtemps que tous les ethnologues sérieux peuvent vous prouver que c’est faux.


    • #1425305

      Merci rectificateur.
      Ma question est mal posée.
      A l’origine de l’exode de cette population qui, depuis, vit un peu partout dans le monde, il y a des decisions politiques qui m’échappent.
      Surtout quand cet exode est justifié par le fait qu’il en a été décidé ainsi par Dieu.
      Cette explication et cette version de l’histoire ne me satisfont pas et je ne peux comprendre.
      Quelle est l’origine politique de cet exode ?


  • #1425148

    La Révolution d’octobre 1917 tombait à pic pour les sionistes : le Tsar, "protecteur des lieux saints", était renversé et Allenby allait prendre Jérusalem le 9 décembre 1917 : le but de guerre des sionistes était atteint .


  • #1425234
    le 21/03/2016 par Jérôme2709
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    C’est quand même fascinant que déjà en 1906 le nombre de 6 millions ait été évoqué par le New York Times. Quel prescience !


  • #1427341

    avec la chute de l’empire ottoman, le califat islamique s’est retrouvé entre les mains de la république qui la supprimé et depuis le monde musulman est divisé et en guerre contre lui même !

    Les petits-fils d’Abdülhamid II sont de retour en Turquie sur la scène médiatique déjà, ils le seront bientôt sur la scène politique, pourquoi croyez-vous qu’Erdogan se croit déjà sultan ? les turcs blancs ( c’est comme ça qu’ils s’appellent, sont les turcs descendants des jeunes turcs et de leur idéologie) sont défaits, Erdogan est un turc noir, conservateur et musulman, il ne peut pas être du côté de l’empire sioniste qui ont contribué à la chute de l’empire ottoman dont les turcs noirs sont s’y fier.

    merci

     

  • #1434319
    le 02/04/2016 par jojo l’affreux
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Vous passez un peu rapidement sur le rôle qu’a joué la géopolitique impériale britannique dans ses sympathies pro-ottomane au XIXeme siècle.
    On en a un excellent aperçu dans le fameux roman de Peter Hopkin le grand jeu, officiers et espions en Asie centrale : l’Empire Britannique entendait étendre sa domination sur toute cette région (Afghanistan, Perse, Mésopotamie) pour ouvrir une route terrestre pour convoyer les richesses des Indes jusqu’à la Méditerranée. C’est la qu’il est entré en compétition avec l’Empire Tsariste et qu’il s’est rapproché logiquement de l’Empire Ottoman qui est son ennemi naturel séculaire et qui était en plus suzerain de la Mésopotamie et du Levant.
    Le canal de Suez est un projet de substitution devant les difficultés à la mise en place du projet impérial en Asie Centrale. Ironiquement il est potentiellement la cause première de la brouille entre l’Empire Britannique et l’Empire Ottoman et du rapprochement des Turcs avec la nouvelle Allemagne industrielle et concurrente directe de l’Angleterre qui précipitera la fin de l’Empire.


  • #1439678
    le 10/04/2016 par anonyme
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Le saviez-vous ? Le premier comique a vendre plus d’un million d’enregistrements fut ..."Cohen au Telephone" :) en 1913 :(
    http://www.candlesbook.com/cohen_on...


  • #1439692
    le 10/04/2016 par anonyme
    Combien de guerres mondiales pour Sion ?

    Comment Paris, la "Nouvelle Jérusalem", s’est hissée au rang de ville-monde.
    https://www.amazon.fr/Une-élite-pa...


Commentaires suivants