Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Comment couler un porte-avions de la Marine US

Les Chinois étudient les prouesses d’un sous-marin français

La Chine se tourne vers la France pour y pêcher des idées. La révélation qu’un groupe de porte-avions de l’US Navy pourrait être très vulnérable à un sous-marin nucléaire n’a pas fait la une des grands médias… Cependant la presse chinoise de la Défense n’a pas laissé passer grand-chose.

 

Au début de 2015, un article étrange et inquiétant a émergé brièvement puis a disparu – presque sans laisser de trace. L’article, apparemment rapidement retiré après publication, avait été diffusé par le ministère français de la Défense et concernait les opérations réussies du sous-marin nucléaire français Safir dans un exercice l’opposant au groupement tactique du porte-avions de la Marine américaine, le Theodore Roosevelt. Le contenu quelque peu choquant de l’article – que le sous-marins français avait réussi à couler « la moitié du groupement tactique » au cours de l’exercice – peut expliquer sa suppression rapide sur Internet. Après tout, des frères d’armes proches peuvent démontrer leurs prouesse tactiques et opérationnelles dans un exercice naval, mais ils ne devraient pas s’en glorifier, et surtout pas en public – n’est-ce pas ?

La révélation que le groupement tactique d’un porte-avions de l’US Navy pourrait être si vulnérable à un sous-marin nucléaire n’a pas fait la une des grands médias, et aucune mention n’en a été faite par les nombreux analystes militaires sur ce site, semble-t-il [sauf sur le Saker Francophone, le 13 mars 2015, NdT]. Pourtant, la presse chinoise de la Défense n’a pas laissé passer grand-chose, notamment en ce qui concerne les capacités des groupements tactiques des porte-avions de la Marine américaine. En fait, un numéro spécial de Ordnance Industry Science and Technology (2015, no. 8) a couvert cet événement, annonçant en couverture une interview du professeur d’académie sous-marine chinois Chi Guocang sous le titre : “A Single Nuclear Submarine ’Sinks’ Half of an Aircraft Carrier Battle Group” [« Un seul sous-marin nucléaire “coule” la moitié du groupement tactique d’un porte-avions »].

Le professeur Chi dit clairement qu’« un exercice peut difficilement être comparé à un combat réel » et qu’en outre, il estime que la lutte anti-sous-marine (ASM) de l’US Navy est « très efficace » et que c’est un système composé de multiples couches de défense pour le porte-avions. Pourtant, il conclut dans l’interview que l’article français avait un degré de crédibilité raisonnablement élevé et que ce numéro de Dragon Eye examinera sa logique à cet égard, pour tenter de mieux comprendre les visions chinoises émergentes sur l’utilité de sous-marins nucléaires dans la guerre navale moderne.

Au début de l’entretien, le professeur Chi affirme que les sous-marins sont la nemesis des porte-avions. Il explique qu’au cours de la Seconde Guerre mondiale, pas moins de dix-sept porte-avions ont été coulés par des sous-marins. Avec un autre clin d’œil à la prouesse de l’US Navy, le professeur souligne que huit sur dix-sept l’ont été par des sous-marins américains. Pourtant l’épisode historique qui revient dans l’interview ne date pas de la Seconde Guerre mondiale, mais plutôt de la guerre de Malouines. Ce conflit, bref mais intense, du début des années 1980 semble avoir eu un effet démesuré sur le développement naval chinois, poussant Beijing à se concentrer en particulier et de manière constante sur le développement de missiles de croisière antinavires (ASCM dans leur sigle anglais). Il présente une étude très précise de ce conflit, par exemple en décrivant l’explication probable des défaillances des lance-torpilles de l’Argentine (dans des conditions hydrogéologiques complexes et difficiles). Il insiste sur le fait que dans ce conflit, le sous-marin nucléaire britannique HMS Conqueror a été capable de suivre sa proie, le General Belgrano, pendant cinquante heures sans être détecté, avant de lui infliger le coup de grâce, comme exemple de la prouesse des sous-marins nucléaires modernes. Pourtant, il reconnaît que la Marine argentine ne pouvait pas être comparée aux ASW de l’US Navy, évidemment.

L’intervieweur chinois pose ensuite une question franche : comment se fait-il que la Marine française ait été en mesure de pénétrer le formidable écran américain ASW autour du porte-avions USS Roosevelt, coulant, pour ainsi dire, ce grand bâtiment ainsi que quelques-unes de ses escortes ? Le professeur Chi propose de nombreuses hypothèses au sujet de cette question, mais met un accent particulier sur la faible taille du sous-marin français. Il observe que le sous-marin de la classe Rubis est le plus petit sous-marin nucléaire au monde (2 670 tonnes submergées) et que cela pourrait rendre sa détection plus difficile.

Lire la suite de l’article sur lesakerfrancophone.net

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

19 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1356459
    le 29/12/2015 par malveillant
    Comment couler un porte-avions de la Marine US

    Le Liaoning chinois est une vieille baille ukrainienne qui a 30 ans, et qui ne possède même pas de catapultes : seuls des aéronefs légers, c’est à dire sans munitions ou armement, peuvent en décoller . Les Chinois ont inventé le porte-avion... SANS avion ! Trop forts les mangeurs de chien . Après ils peuvent pérorer sur la vulnérabilité des porte-avions géants US...

     

    • #1356511

      Les mangeurs de chien ???


    • #1356555

      Les catapultes n empechent nullement un avion de decoller avec ou sans armement. Le seule difference etant dans le poids des bombes qui c est exacte doivent etre moins lourdes...
      D autre part il n est ecrit nullement que les chinois pérorent, bien au contraire ils apprennent et ensuite comprennent, ce que vous devriez faire si seulement vous le pouviez....


    • #1356590

      @mak

      Les chinois mange du chien, du chat, du serpent, du singe, du rat et plusieurs autres bestioles. Ils sont moins dédaigneux que les occidentaux sur l’origine des viandes qu’ils ingurgitent.


    • #1356605

      C’est raciste dans son texte mais je me permet une remarque puisque tu approches de l’attirail raciste des "social justice warrior", oui dans certaines regions de Chine ils mangent du chien, et ils en sont fiers comme on peut etre fier de nos quenelles, ca fait partie de leur culture gastronomique et ils emmerdent les occidentaux et leurs filtre matrixien qui octroie droit de jugement sur les autres cultures. Vive le saucisson, vive le chien, et à mort les "soft racistes" desctructeurs de cultures et d’identités.


    • #1357769

      ...et de l’homme...


  • #1356494

    Il y a au moins quinze ans, un amiral américain a dit "Il y a deux sortes de navires dans la marine, les porte-avions et les cibles." Tous les gens qui s’intéressent au sujet savent qu’en cas de conflit avec un pays disposant de sous-marins, les porte-avions se retrouvent au fond de l’eau en quelques jours ou quelques semaines.

    C’est peut-être pour ça que les Américains n’attaquent que des pays qui n’ont ni marine ni aviation moderne, comme la Serbie et l’Iraq. L’Iran, c’est déjà trop gros pour eux ! D’ailleurs, les Iraniens ont de petits sous-marins peu détectables, idéals pour couler des bateaux dans le détroit d’Ormuz.

    La plupart des amiraux américains font leur carrière sur les porte-avions... Idem pour les pilotes de l’aéronavale. Ils n’ont pas envie de se recycler dans l’infanterie, et on les comprend... Alors ils continuent de défendre les porte-avions, en croisant les doigts pour qu’il n’y ait pas de guerre avec la Chine ou la Russie avant leur départ en retraite.

    Ceci étant, les porte-avions c’est quand même utile, pour projeter de la puissance face aux pays qui n’ont ni sous-marins ni missiles, c’est-à-dire plus de 95% des 200 nations de la planète.

    Pour finir, je rappellerai que 90% du commerce international est maritime, et que les Etats-Unis dépendent du commerce maritime pour survivre. Il est donc exclu pour eux de montrer au monde leur faiblesse réelle sur ce plan. Voila pourquoi ils n’ont pas attaqué l’Iran, malgré toutes leurs menaces, qui n’impressionnent plus les Iraniens depuis longtemps. Car ce que j’écris ici, les Iraniens, les Russes, les Chinois, et bien d’autres, le savent depuis longtemps.

     

    • #1356786

      tu voulais bien sur dire que les 2 types sont les sous-marins et les cibles.


    • #1357132

      Pas du tout, ce qu’il dit et affirme c’est que :



      "Il y a deux sortes de navires dans la marine, les porte-avions et les cibles."



      Forcement, il sait de quoi il cause, imaginez que ce ne soit pas le cas, tout son commentaire serait décrédibilisé, hop, à la benne.

      Donc non non, il a bien voulu dire ce qu’il a dit, du moins, c’est son haut niveau d’expertise.


    • #1357293

      Je me suis permis de corriger parce que j’étais sur (entendu d’un sous-marinier).

      google confirme : "deux types de navires" + cibles
      (certains l’attribuent à Tom Clancy, Hunt for the Red October)

      Si le navire dangereux n’était pas le sous-marin, sa 2e phrase avec les portes-avions coulés n’aurait pas de sens.
      Ces énormes boites de conserves sont les plus grosses cibles.
      Les sous-marins sont les chasseurs, des fouines indétectables (car sinon inutiles).


    • #1357478

      Désolé pour l’erreur ! Bien évidemment, je voulais dire, "il y a deux sortes de navires, les sous-marins et les cibles."

      Quand on écrit trop vite, on fait des lapsus...


    • Les généraux américains reconnaissent qu’en cas de conflit avec la russie la durée de survie d’un porte avion est égale au temps qu’ils mettront à rencontrer un sous-marin russe.
      Cad 1 semaine en mer et 2 semaines en restant à quai.


  • #1356515

    Cela ne compte pas :

    car les Américains, n’avaient pas sur leur bord, Rambo, les quatre fantastiques, Batman, Spiderman, Ironman etc..., contre le sous-marin la baguette, camembert, pinard, foie gras


  • #1356716

    Cela prouve également que la marine française n’a pas a rougir et qu’elle peut faire mal même au très puissant armement naval américain.On cache tout ce qui peut redonner la fierté au français ..


  • #1356749

    C’est un peu comme la fois où un Rafale a mis la pâtée en combat factif à plusieurs avions américains (F22 je crois....).


  • #1356794

    pour l’avancement de votre attirail de guerre citoyens chinois voyez partout ailleurs que vers la France demandez à vos amis russes ce qu’ils en pensent du fait de commander français en matière de navires


  • #1356798
    le 29/12/2015 par Yéti_déporté_au_Benêtland
    Comment couler un porte-avions de la Marine US

    Ceci n’est pas nouveau, un amiral américain, devant une commission du Sénat qui lui demandait :
    "Quel durée opérationnelle pour un porte-avions en cas de guerre contre la Russie ?"
    Réponse de l’amiral :
    "Une semaine en pleine mer, le temps de croiser un sous-marin russe, 15j au port ..."

    Le porte-avion, comme la canonnière autrefois, sert à faire de la grande ratonnade.


  • #1357160
    le 30/12/2015 par LiliDesBellons
    Comment couler un porte-avions de la Marine US

    Question d’un profane en matière de stratégie militaire : n’est-il pas possible de protéger les porte-avions avec des sous-marins ?

     

    • #1357482

      Imparfaitement, pour ce que je peux en savoir. Quand le Theodore Roosevelt a été coulé fictivement par un sous-marin français, il était protégé par des sous-marins américains, puisqu’il avait une escorte de protection. Un porte-avion ne se déplace jamais tout seul. Ça n’a pas suffi.