Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

George Soros : "L’Union européenne est au bord de l’effondrement"

À l’approche de la fin, la vérité compte plus que les milliards

Cet entretien entre George Soros, qu’on ne présente plus, et Gregor Peter Schmitz, est tiré du magazine allemand Wirtschaftswoche, la « semaine économique ».

Il faut lire ces interviews fleuve. Pourquoi ?
Parce que les gens, surtout les gens de pouvoir – même s’ils n’ont aucun mandat officiel, mais dont on devine la puissance – finissent toujours par dire la vérité, enfin, leur vérité. On ne peut pas passer sa vie à mentir. Certes, un Soros comme un Attali polit son discours, arrondit les angles, contrôle sa parole, noie le poisson, mais parfois, immanquablement, une vérité brute surgit, tel un calmar géant, un élément du discours profond remonte à la surface...

- La rédaction d’E&R -

 


 

 

Gregor Peter Schmitz : Quand le Time a mis la chancelière allemande Angela Merkel en couverture, il lui a attribué le titre de « Chancelière du monde libre ». Pensez-vous que cela soit justifié ?

George Soros  : Oui. Comme vous savez, j’ai critiqué la chancelière par le passé et je continue à fortement critiquer sa politique d’austérité. Mais après l’attaque de l’Ukraine par le président russe Vladimir Poutine, elle devint le leader de l’UE et par conséquent, et indirectement, du monde libre. Jusqu’alors c’était une politicienne douée qui savait lire l’humeur du public et répondre à cette humeur. Mais en résistant à l’agression russe, elle s’est transformée en leader montant au créneau en contradiction avec l’opinion alors dominante.

Elle fut peut-être encore plus perspicace lorsqu’elle a reconnu que la crise migratoire avait le potentiel pour détruire l’UE, d’abord en provoquant une rupture dans le système Schengen de frontières ouvertes et finalement en sapant le marché commun. Elle a pris une initiative audacieuse pour changer l’attitude du public. Malheureusement, le plan n’était pas suffisamment bien préparé. La crise est loin d’être résolue et sa position de dirigeante – non seulement en Europe mais aussi en Allemagne et même dans son propre parti – est menacée.

 

Gregor Peter Schmitz : Merkel était d’habitude très prudente et réfléchie. Les gens pouvaient lui faire confiance. Mais dans le cas de la crise migratoire, elle a agi de manière impulsive et a pris un gros risque. Sa façon de diriger a changé et cela rend les gens nerveux.

George Soros  : C’est exact mais je suis heureux de ce changement. Il y a plein de raisons d’être nerveux. Comme elle l’avait très justement prédit, l’UE est au bord de l’effondrement. La crise grecque a enseigné aux autorités européennes l’art de patauger d’une crise à une autre. Cette pratique est connue sous le nom de « remettre les choses à plus tard » mais il serait plus approprié de décrire cela comme frapper une balle vers le haut d’une pente si bien qu’elle retombe sans cesse dans vos pieds. L’UE doit aujourd’hui faire face non pas à une crise mais à cinq ou six à la fois.

 

Gregor Peter Schmitz : Pour être plus spécifique, faites-vous référence à la Grèce, à la Russie, à l’Ukraine, au référendum britannique à venir et à la crise migratoire ?

George Soros : Oui. Et vous n’avez pas abordé la cause qui est à la racine de la crise migratoire : le conflit en Syrie. Vous n’avez pas non plus abordé l’effet regrettable que les attaques terroristes à Paris et ailleurs ont eu sur l’opinion publique européenne.

Merkel avait prévu le potentiel de la crise migratoire à détruire l’UE. Ce qui était une prédiction est devenu réalité. L’UE a sérieusement besoin de réparations. C’est indéniable mais ce n’est pas irréversible. Et ceux qui peuvent empêcher que la prédiction funeste de Merkel se réalise sont en fait les Allemands. Je pense que les Allemands, sous la direction de Merkel, ont atteint une position d’hégémonie. Mais ils l’ont fait au rabais. Normalement, ceux qui acquièrent une hégémonie doivent faire attention non seulement à leurs propres intérêts mais aussi à ceux qui se trouvent sous leur protection. L’heure du choix a maintenant sonné pour les Allemands : veulent-ils accepter les responsabilités et les engagements incombant à la puissance dominante en Europe ?

 

Gregor Peter Schmitz : Diriez-vous que la direction de Merkel face à la crise migratoire diffère de sa direction face à la crise de l’euro ? Pensez-vous qu’elle est à présent plus encline à devenir une dominatrice bienveillante ?

George Soros : Ce serait trop en demander. Je n’ai aucune raison de changer mon point de vue critique sur sa façon de diriger durant la crise de l’euro. Si elle avait fait preuve bien plus tôt du leadership qu’elle montre maintenant, cela aurait été utile à l’Europe. Il est dommage que, lors de la faillite de Lehman Brothers en 2008, elle n’ait pas été disposée à autoriser que le sauvetage du système bancaire européen soit garanti au niveau européen parce qu’elle sentait que l’opinion publique allemande y serait majoritairement opposée. Si elle avait essayé d’infléchir l’opinion publique au lieu de la suivre, la tragédie de l’UE aurait pu être évitée.

 

Gregor Peter Schmitz : Mais elle ne serait pas restée chancelière d’Allemagne pendant dix ans.

George Soros : Vous avez raison. Elle a été très habile à satisfaire les exigences et aspirations d’une grande diversité de citoyens allemands. Elle avait le soutien à la fois de ceux qui voulaient être de bons Européens et de ceux qui voulaient qu’elle protège les intérêts nationaux de l’Allemagne. C’est un exploit non négligeable. Elle a été réélue avec une majorité plus forte. Mais, en ce qui concerne la question des migrants, elle a quand même agi par principe, et elle a été prête à mettre en jeu sa position de leader. Elle mérite le soutien de ceux qui partagent ses principes.

Je le prends très personnellement. Je suis un ardent défenseur des valeurs et des principes d’une société ouverte du fait de mon histoire personnelle, avoir survécu à l’holocauste en tant que juif sous l’occupation nazie de la Hongrie. Et je pense qu’elle partage ces valeurs du fait de son histoire personnelle, avoir grandi sous le régime communiste en Allemagne de l’Est sous l’influence de son père qui était pasteur. Ce qui fait que je la soutiens même si nous sommes en désaccord sur de nombreuses questions importantes.

 

Gregor Peter Schmitz : Vous vous êtes tellement impliqué dans la promotion des principes d’une société ouverte et dans le soutien à un changement démocratique en Europe de l’Est. Pourquoi y a-t-il autant d’opposition et de ressentiment envers les réfugiés là-bas ?

George Soros : Parce que les principes d’une société ouverte n’ont pas de fortes racines dans cette partie du monde. Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán promeut les principes d’une identité hongroise et chrétienne. Combiner identité nationale et religion est un très puissant mélange. Et Orbán n’est pas tout seul. Le chef du parti nouvellement élu pour diriger la Pologne, Jarosław Kaczyński, adopte une approche similaire. Il n’est pas aussi intelligent qu’Orbán, mais c’est un politicien habile et il a choisi la migration comme thème central de sa campagne. La Pologne est l’un des pays les plus homogènes ethniquement et religieusement en Europe. Un immigré musulman en Pologne catholique est la personnification de l’Autre. Kaczyński a réussi à le dépeindre comme le diable.

 

Gregor Peter Schmitz : Plus généralement, comment voyez-vous la situation politique en Pologne et en Hongrie ?

George Soros : Bien que Kaczyński et Orbán soient des personnes très différentes, les régimes qu’ils prévoient d’établir sont très similaires. Comme je l’ai suggéré, ils cherchent à exploiter un mélange de nationalisme ethnique et religieux pour se maintenir perpétuellement au pouvoir. Dans un sens, ils essaient de rétablir le genre de démocratie de façade qui a prévalu dans la période entre la Première et la Seconde Guerre mondiale dans la Hongrie de l’amiral Horthy et la Pologne du maréchal Piłsudski. Une fois au pouvoir, ils sont susceptibles de s’emparer de certaines des institutions de la démocratie qui sont et doivent être autonomes, comme la Banque centrale ou la Cour constitutionnelle. Orbán l’a déjà fait ; Kaczyński commence à peine maintenant. Ils vont être difficiles à éliminer.

En plus de tous ses autres problèmes, l’Allemagne va bientôt avoir un problème polonais. Contrairement à la Hongrie, la Pologne est l’un des pays les plus prospères d’Europe, à la fois économiquement et politiquement. L’Allemagne a besoin que la Pologne la protège de la Russie. La Russie de Poutine et la Pologne de Kaczyński sont hostiles l’une envers l’autre mais elles sont encore plus hostiles aux principes sur lesquels l’UE a été fondée.

 

Gregor Peter Schmitz : Quels sont ces principes ?

George Soros : J’ai toujours considéré l’UE comme l’incarnation des principes de la société ouverte. Il y a un quart de siècle, lorsque j’ai commencé à m’impliquer dans la région, vous aviez une Union soviétique moribonde et une Union européenne émergeante. Et, il est intéressant de noter, toutes deux ont entrepris une gouvernance internationale. L’Union soviétique a essayé d’unir les prolétaires du monde et l’Union européenne a essayé d’établir un modèle d’intégration régionale basé sur les principes d’une société ouverte.

 

Gregor Peter Schmitz : Quelle est la comparaison avec la situation actuelle ?

George Soros : L’Union soviétique a été remplacée par une Russie renaissante et l’Union européenne se voit dominée par les forces du nationalisme. La société ouverte en laquelle Merkel et moi-même croyons tous deux du fait de nos histoires personnelles, et que les réformateurs de la nouvelle Ukraine veulent rejoindre du fait de leurs histoires personnelles, n’existe pas en réalité. L’Union européenne était supposée être une association délibérée entre parties égales mais la crise de l’euro l’a transformée en une relation entre créanciers et débiteurs dans laquelle les débiteurs ont du mal à faire face à leurs obligations et les créanciers déterminent les conditions que les débiteurs doivent remplir. Cette relation n’est ni délibérée ni égalitaire. La crise migratoire a apporté d’autres brèches. Par conséquent, la survie même de l’UE est menacée.

 

Gregor Peter Schmitz : C’est un point intéressant parce que je me rappelle que vous étiez très critique à l’égard de Merkel, il y a deux ans de cela, au motif qu’elle était trop préoccupée par les intérêts de ses électeurs et la mise en place d’une hégémonie allemande à peu de frais. Maintenant, elle a vraiment changé de cap quant à la question migratoire et ouvert grand la porte aux réfugiés syriens. Cela a créé un appel d’air qui a permis en retour aux autorités européennes de développer une politique d’asile avec un objectif généreux, jusqu’à un million de réfugiés par an avec cet objectif ciblé pour plusieurs années. On peut s’attendre à ce que les réfugiés qualifiés pour être admis demeurent où ils sont jusqu’à ce que leur tour vienne.

George Soros  : Mais nous n’avons pas de politique d’asile européenne. Les autorités européennes doivent en assumer la responsabilité. Ceci a transformé l’afflux croissant de réfugiés de l’an dernier, d’un problème gérable c’est devenu une crise politique aigüe. Chaque État membre s’est égoïstement concentré sur ses propres intérêts, souvent agissant contre les intérêts des autres. Ce qui a précipité la panique parmi les demandeurs d’asile, le grand public et les autorités responsables du maintien de la loi et de l’ordre public. Les demandeurs d’asile ont été les victimes principales. Mais vous avez raison. C’est à Merkel que revient le crédit d’avoir rendu une politique d’asile européenne possible.

Lire la suite de l’interview sur les-crises.fr

L’influence occulte mais bien réelle de George Soros, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

24 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1394126

    Quand le dernier arbre sera abattu, le dernier poisson pêché, la dernière rivière asséchée ou polluée, les hommes se rendront compte que l’argent n’est pas comestible.

    sitting bull


  • Puis là pour une fois je lui fais confiance, il sait de quoi il parle...


  • L’UE n’est pas au bord de l’effondrement et les Anglais ne la quitteront pas par peur de l’inconnu .

     

    • - L’UE européenne est au bord de l’effondrement car elle subit chaque jour davantage le poison trinitaire que lui a inoculé les forces mondialistes dès le choc pétrolier de 1973 :

      * perdre les emplois industriels et productifs par la délocalisation pour augmenter le chômage et alourdir la dépense sociale et mettre un turbo à cet alourdissement des dépenses sociales par le vieillissement de la population et donc la baisse des actifs et l’augmentation conjuguée des inactifs (avortements, retraites à 60 ans)

      * financer la dépense croissante de la dépense sociale consécutive par l’emprunt par recours au marché privé et le financement de l’emprunt par un emprunt renouvelé ( Loi de 1973 et définition de la banqueroute)

      * lancer une politique d’immigration effrénée par le regroupement familial et/ou la guerre extérieure pour détruire la cohésion ethnique et culturelle de l’Europe et précipiter sa ruine
      par l’emprunt

      Et c’est pas moi qui vous le dis c’est Soros !


  • l’UE au bord de l’effondrement ? merci Monsieur Soros, enfin une bonne nouvelle !
    l’agonie a assez duré. Si ça peut faire ouvrir les yeux à ceux qui se masturbent idéologiquement sur cette europe et qu’elle leur éclate en pleine gueule et bien je dis que la souffrance amènera peut-être la raison là où l’absence de souffrance amène la bêtise.
    Et puis même si la souffrance à venir me touche, je l’accepterai volontiers car celle que je vis aujourd’hui n’a pour le moment aucun arrière goût d’espoir.

     

    • Une bonne nouvelle ? Tu rigoles ? ça va foutre une merde inimaginable. Depuis des décennies tout est mis en place pour l’EU. Délocalisation, euro, centralisation à Bruxelles etc etc le jour où tout ça tombera ça sera une merde comme pas possible.


    • @ ludvik : bravo M’sieur ! Forcément Parce que c’est mon point de vue , mais surtout parce que la rédaction est stylée ! ( Et ça de nos jours , ça manque ... ) .
      Quant à l’intervenant qui prévoit un cataclysme insurmontable , en cas d’éradication de cette UE , il vaut peut être mieux repartir du bon pied , sainement , affranchi de ce système dictatorial qui avance masqué sous le vocable " démocratie " , la plus belle arnaque intellectuelle depuis 250 ans ... Il y aurait tant à développer !...


  • Ce type est affolant : le monde semble n’être qu’un grand terrain de jeu, pour lui ...


  • plus loin dans l’article je cite
    ’’Poutine va plus loin encore : il veut remplacer l’état de droit par la loi du plus fort.’’

    Soros est un vraie hypocrite sachant que l’autorité supranationale de l’UE qu’il a cité juste avant a justement été mit en place par les USA pour maintenir les nations européennes comme des larbins. Les USA sont les premiers au monde a jouer a la loi du plus fort. Poutine ne fait que jouer au même jeu.

     

    • Avec cette citation, on est dans l’inversion-transfert la plus éhontée qui soit ! C’est typiquement le genre de sorti qui donne des envies de meurtre !

      Poutine clame à qui veut l’entendre depuis près de 15 ans qu’il faut en revenir aux principes westphaliens pour le bien du concert des nations. C’est à dire à des relations internationales fondées sur le droit et avant toute chose sur le respect de la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres états.
      Pas besoin de vous dire que si Poutine prêche dans le désert cette doctrine, c’est bien parce que les états-unis l’enfreignent constamment et qu’ils s’appuient sur des hommes comme Soros pour "ouvrir les sociétés", c’est à dire pour faire de la subversion dans les affaires intérieures des états dont les gouvernement sont indociles et les remplacer par dirigeants vassaux qui accepteront d’abdiquer la souveraineté nationale et de renoncer à défendre le bien-être de leurs compatriotes.

      Les dirigeants américains, du moins la plupart d’entre-eux, sont des adeptes de la philosophie politique de Léo Strauss qui est un disciple de Heidegger et un ami personnel de Carl Schmitt, le fameux juriste du Reich dont la philosophie de l’état était très très proche. Sa doctrine repose en gros sur deux points :
      - sur le plan intérieur, le peuple est trop bête pour savoir ce qui est bon pour lui, l’élite sait beaucoup mieux, il convient donc d’embobiner le peuple en lui racontant n’importe quoi (propagande massive) pour qu’il accepte sans discuter les décisions de l’élite.
      - sur le plan extérieur, seule prévaut la loi du fort dans les relations internationales.

      Simple et efficace non ? Quand vous regardez bien, c’est exactement ce que font les dirigeants américains depuis Bush père et la chute du communisme qu’on qualifie les straussiens de néo-conservateurs ou pas.
      Pour l’anecdote, en France les straussiens n’ont jamais été aussi puissant que sous Hollande qui adhère à la doctrine personnellement. Voila qui devrait plaire à ceux qui veulent réhabiliter Carl Schmitt non ?


    • #1395058
      le 12/02/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
      George Soros : "L’Union européenne est au bord de l’effondrement"

      @ jojo l’affreux

      C’est une plaisanterie ? Yes, Strauss can ! Obamerde alors !


  • « L’heure du choix a maintenant sonné pour les Allemands : veulent-ils accepter les responsabilités et les engagements incombant à la puissance dominante en Europe ? »

    BHL va nous les définir...


  • "L’Union Européenne est au bord de l’effondrement". Mais quelque chose qui n’a jamais existé ne peut s’effondrer. L’UE n’est qu’un amas de traité plurilatéraux (de plus en plus embrouillés d’ailleurs), une construction diplomatique pure, et n’a jamais eu la moindre personnalité morale. On ne peut définir ce que c’est. On prend des airs pénétrés en en parlant mais, comme disait De Gaulle, "tout cela n’est rien et n’aboutit à rien". "L’Europe, l’Europe, l’Europe". On en est toujours là. Un rassemblement de fonctionnaires surpayés défiscalisés et profiteurs ne fait pas une "chose" au sens juridique.

    Dire qu’elle peut "s’effondrer", c’est lui faire trop d’honneur. Encore eut-il fallu qu’elle existât pour s’effondrer. Les traités tomberont en désuétude, comme des milliers de traités, et c’est tout. C’est d’ailleurs ce qui se passe en ce moment.


  • Si l’UE agonise cela veut dire qu’il faut abréger ses souffrances, que l’UE mondialiste crève et qu’elle soit remplacé par un nouvel ordre européen, une nouvelle Europe des nations et des peuples.

    Non au remplacement de population, non à la dévastation économique du capitalisme financier apatride et mondialisé. Nous ne voulons pas être une bande de consommateurs "divers,métissés et multiculturels" abruti à la culture global ; sans aucune identité ethnique,culturel,familliale ou sexuelle mis à le fait de faire ses courses dans telle supérette et pas une autre.Le plan Kalergi ne passera pas par nous.

    La résurrection de la patrie française et de la civilisation européenne sont pour bientôt, il est plus que temps de défaire les délires des lobbies qui nous dirigent, le plus tôt sera le mieux.


  • « Mais nous n’avons pas de politique d’asile européenne » et tous les "nous" et "je" de maître du monde qui suivront dans l’entretien : ça y est, on est officiellement sous tutelle américaine ? On n’est plus considéré comme un méchant conspi si on le dit ?

    Kapital, nous voilà... lalala lalala lalala


  • Soros,...Attali.....Bhl........Kissinger...
    Brezinski....Fabius.....Kouchner....
    et petits Macron,Juppé, et autres domestiques...
    Bref le Bilderberg.....qui n’existe pas !
    Et Obama,Merkel,..les faux nez de la démocratie
    C’est vrai c’est plus court et plus vrai d’entendre
    la version des maîtres que celles des pions !


  • N’en déplaise à ce cynique personnage, oui l’europe des commissaires de bruxelles s’effondre en revanche l’Europe Chrétienne, elle, est éternelle. C’est cela qu’il ne supporte pas. Il a très probablement placé quelques ventes à découvert et il s’agit au travers de ces commentaires relayer par toute la presse subventionnée de créer la peur et ainsi de réaliser au plus vite ce qu’il cherche à savoir un retour sur ’’investissement’’. Ne jouons pas son jeu malfaisant (comme .....CENSURE) de toute façon son petit jeu fonctionne de moins en moins


  • « Kaczyński et Orbán [...] sont susceptibles de s’emparer de certaines des institutions de la démocratie qui sont et doivent être autonomes, comme la Banque centrale ou la Cour constitutionnelle. » Bel oxymore de notre inénarrable mondialiste M. SOROS : des institutions prétendument "démocratiques", qui doivent rester hors de portée des gouvernement élus par les peuples. Ben voyons.


  • N’a-t-il vraiment rien à perdre ou a-t-il spéculé sur l’effondrement de l’UE ?

     

    • Il a bel et bien misé sur l’effondrement de la zone euro ainsi que de sa monnaie. Depuis des années il fait des déclarations pessimistes et anxiogène sur l’UE, l’euro, etc pour préparer le terrain, même si auparavant lui et sa clique les avaient promus...
      Et en parallèle il appuie des pays tel que l’Ukraine et la Géorgie à la rejoindre (peut-être pour précipiter la chute).


  • l’UE ne s’effondrera pas : chaque crise est l’occasion pour le système d’avancer ses pions. Souvenez-vous que la monarchie française traversa des crises bien plus dures ; elle en ressortit à chaque fois requinquée et renforcée, non ? idem avec l’UE, chaque crise est une opportunité de parfaire l’édifice européen, voilà tout...


  • Très beau, l’éloge funèbre de Merkel. Digne d’un enterrement de première classe. Jacques Attali a expédié celui de la petite caste politique française, il y a quelques jours, et c’était moins émouvant. A tout seigneur, tout honneur. Les plus malins des laquais vont peut-être commencer à préparer leurs valises.

    Je crois que Soros ne menace pas, à ce stade. Il annonce les hostilités. L’effondrement de l’UE adviendra par le chaos interne auquel tout concourt et dont il est le premier agent. Les peuples européens ne sont pas assez mûrs pour la dictature (de forme européenne), celle-ci ne pouvant être que consentie. De toute évidence, Viktor Orban aura un grand rôle à jouer, pour faire basculer les Européens d’un côté ou de l’autre. Au-delà du compte personnel qu’il veut régler avec lui, son compatriote apatride Soros se charge de le faire passer pour un nouvel Hitler.

    Le nouvel acte de l’Europe sera donc celui de son déchirement politique, au sens réel et primordial, "existentiel et polémique", disait Carl Schmitt - et certains feraient bien de le lire honnêtement pour comprendre la vraie notion de politique qu’on a perdue depuis trop longtemps pour en être arrivé à la mascarade politicienne que nous avons, qui est tout sauf politique... Car c’est de la perte de notre être et de notre incapacité à identifier notre ennemi véritable que naît la possibilité pour d’autres de le faire à notre place, par transfert mécanique. Si l’on renonce encore (y compris à très petite échelle), c’est de là que sortira le nouvel ordre qu’ils envisagent, sachant qu’ils ne sont pas à court d’idées pour fabriquer cet "Autre" qui justifierait un gouvernement mondial. Il y en a même un qui prétend qu’il pourrait venir d’ailleurs pour les aider à finir le travail. Comprenne qui pourra, mais il faut savoir écouter !

    Soros a prouvé à ses pairs qu’il était un stratège de la subversion, ce qui a fait de lui l’élu de choix pour mener celle qui vise les nations et les peuples sur tous les plans. En cela, le système Euromachin aura bien rempli sa mission, conformément aux attentes de l’Espérantiste... un sacré "bâtisseur du temps" (comme dirait son ami Jacques), qui leur aura permis d’accélérer le leur en nous figeant sur place - comme ils ont encore l’intention de le faire.

    Pour résister avec succès à ce qu’on nous prépare, il faut comprendre ce qu’ils font et pour quoi, en n’oubliant jamais cette réalité inaliénable : leur plan ne peut aboutir qu’avec notre concours.


  • #1395062
    le 12/02/2016 par Heureux qui, comme Ulysse...
    George Soros : "L’Union européenne est au bord de l’effondrement"

    Il n’est plus utile de décrire la capacité de Soros à la plus abjecte des subversions -il est en cela dans son rôle- mais plutôt d’en envisager le pourquoi.
    Nous sommes ici face à un pilier de l’oligarchie mondialiste planétaire et l’aspect lucratif pour lui de ses basses œuvres est en réalité secondaire car cela ne constitue qu’un renforcement de sa capacité de nuisance et non une fin.
    Le personnage est beaucoup plus intelligent et perfide que ses actes ne le laissent supposer...


  • J’aimerais qui nous donne un petit coup de main pour quel effondre plus vite !!! qu’ont puisse reprendre notre souveraineté !!!


Commentaires suivants