Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

L’Effroyable Imposture du féminisme : la bande-annonce

À l’occasion de la Journée Internationale de la Femme 2015, découvrez la bande-annonce de L’Effroyable Imposture du féminisme, un ouvrage de Lucie Choffey.

 

Se procurer l’ouvrage chez Kontre Kulture :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

57 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1135694

    Le féminisme totalitariste libère la femme de la dépendance l’homme éloigné de la femme par sa féminisation forcée.
    L’Empire propose, l’Humanité dispose !


  • Ça résume très bien , l’état actuel de notre société : féminisation totalitarisme et normalisation dont un immense boom du célibat en France et en Europe !!!!.....étant donné que dans la société de consommation et matérialiste a outrance l’on est parvenu a ce que l’hommes et la femme perdent tout repère et code.
    Mr Alain soral à depuis des années fait se constat et cette analyse. ...


  • #1135716
    le 08/03/2015 par Le ylar (tautologue)
    L’Effroyable Imposture du féminisme : la bande-annonce

    Dans un système marchand la femme est incitée à sortir de ses cocons charnel et domestique. Elle comblera la névrose ainsi créée en se tournant vers les biens de consommation adéquats pour pas laisser se délabrer ce qui continue à lui servir d’abris parce la réalité est ce qu’elle est : le maquillage les fringues à la mode et l’electroménager high tech sont de ce point de vue des antidotes à la dépression qui valent ce qu’ils valent mais sont prisés.


  • Ma mére, lorsqu’elle m’a eu, avait reçu une proposition de travail extremement bien placé. Mais elle l’a refusé pour s’occuper de moi.

    Je n’imagine pas un seul instant quel aurait été mon enfance sans ma mére.

    Et je n’imagine pas non plus la tristesse des enfants dont les parents ont toujours mieux a faire que prendre soin d’eux.

    Le problème aujourd’hui, c’est qu’il faut deux salaires pour faire vivre une famille dignement, là ou un seul suffisait il y a ne serait ce que 30 ans.


  • Dans la "merveilleuse culture occidentale",la femme est lobotomisée et satanisée, le résultat est que nombre d’entre elles sont complètement aliénées et cinglées.

    Elles ne saisissent plus le vrai but de la vie,elles ont été emportées par le raz de marée ultra-capitaliste post 68,toutefois en adéquation parfaite avec l’inversion des valeurs qui prévaut depuis mai 68.

    Ce phénomène de féminisme est une création du NWO,le but majeur est de briser la famille traditionnelle qui est le dernier maillon à résister.Le féminisme est surtout à l’oeuvre dans le monde anglo-saxon et en Europe,c’est à dire que cela concerne une minorité.

    Mais une minorité qui veut s’imposer à la majorité du monde et qui commet des actes violents et condamnables comme les femen dans les églises et ce en toute impunité.


  • Aprés mai 68 les femmes ne sont plus "esclaves" de la maison mais esclaves de leurs patrons pour le plus grand plaisir du marché du travail.Les femmes qui ont 50 paires de chaussures et qui s’en foutent de donner la vie et de s’en occuper dignement ne comprendrons pas ce message,pour les autres merci mon dieu.

     

    • Il faut peut être se calmer avec les clichés....
      Vous critiquez ce style de femmes, mais à tout les coups, ce sont celles ci qui vous attirent...

      Des femmes aux valeurs féminines, fidèles, sincères, il y en a ... ! Et des mères très aimantes et attentives avec leurs enfants aussi ! C’est même celles que j’observe autour de moi. Pour autant, il est bon d’avoir un esprit indépendant, et non soumis. Je me méfie beaucoup des "hommes" aux valeurs qu’ils appellent "traditionnelles" et qui veulent souvent en réalité assoir leur besoin de domination sur "leur femme " (expression omettant sciemment la personne, par ailleurs), tellement ils n’ont pas confiance en eux à l’extérieur.


    • Laura

      Ce genre d’homme s’il existe, même s’ils agissent maladroitement, du à une mauvaise interprétation de la vie de couple régi qu’on le veuille ou non par une règle.
      Le problème c’est que le genre d’homme extrêmement violent et dominant, c’est l’archétype du voyou ou du caïd, ceux-là mêmes qui font fantasmer les lolitas.
      Tout est question de maturité, un homme qui "domine" sa femme veut en réalité l’aider à s’accomplir, lui éviter les pires turpitudes, de tomber dans les griffes de vos ennemis des loups déguisés en agneaux, un homme en réalité doit dominer en vainquant ses sentiments nuisibles et ceux de son épouse, qui lui servirait soit à accepter n’importe quel régime, à se mettre en danger. Car la femme contrairement à l’homme dans la grande majorité ne fait pas abstraction de ses sentiments. Même la femme qui tue ses enfants fait preuve de sentiments, de sentiments déréglés psychiquement mais de sentiments. Et les sentiments ont besoin d’être maîtrisé, afin de ne pas servir d’instrument pour les gens cupides et mal-intentionnés à l’insu des femmes et indirectement de leur époux.


    • Bonjour Kasiar,

      Je pense, pour l’avoir vécu de près, que c’est loin d’être quelque chose de "bienveillant" de la part d’un homme. Ca part d’une frustration intense, qui date souvent de très loin. Je ne parle pas des kahid qu’on voit à 10 km, mais d’hommes tout a fait normaux à la vie bien rangé en apparence. Ce sont souvent des hommes très séducteurs . Le comportement change une fois que la femme est éprise. Il n’y a pas plus facile que de rejeter cette frustration sur la personne qui nous aime, en particulier la femme, dont on a inculqué la tolérance et le déni de soi .

      Je crois comprendre ce que vous avez voulu dire, mais je ne suis pas foncièrement d’accord, car je ne pense pas que ça représente la réalité...
      Hommes et femmes, nous sommes sur terre pour apprendre à nous canaliser et évoluer, ce doit être un chemin de l’intérieur. Ce n’est pas le rôle de l’autre. Je vois autant de femmes que d’hommes "déréglés".
      Mais vu que je vis dans un corps de femme, la difficulté que j’y ai est de recevoir toutes les profondes émotions qui jaillissent en moi, cela en fonction du cycle et de ma sensibilité. En les écoutant, je comprend toute la profondeur et l’enseignement de ce qu’elles présentent. C’est un travail d’une vie, d’apprendre à s’apaiser intérieurement autour de ce qui nous entoure. Je pense que c’est pour tout le monde plus ou moins pareil. Le sexe n’a pas tant d’importance que ça. Je trouve que c’est souvent les hommes qui y accordent une grosse place, souvent en dévalorisant le féminin d’ailleurs.

      Bien à toi, Kasiar


    • @Laura
      Ce que vous dites je pourrais le retourner contre les femmes. Pourquoi tant de femmes se sentent elles attirés par les plus bestiaux et les plus oppresseurs ? N’y a t il pas assez d’hommes honnêtes, droits, intelligents sur terre ?



      Hommes et femmes, nous sommes sur terre pour apprendre à nous canaliser et évoluer, ce doit être un chemin de l’intérieur. Ce n’est pas le rôle de l’autre. Je vois autant de femmes que d’hommes "déréglés".




      Une des maladresses nombreuses des femmes contemporaines est de ne pas prendre en compte qu’hommes et femmes sont complémentaire et chacun apporte un aspect de l’humanité différent entre eux, mais aussi d’un individu à l’autre. En réalité ce sont les individus qui se complètent et sont complémentaires de par leurs différences et leur spécificités. Vous avez raison de souligner que les hommes et les femmes sont tout aussi déréglés, mais de nombreuses études notamment psychique, révèlent qu’ils ont une approche différente dans le crime, ou dans l’adultère par exemple. Celà vous ne pouvez le balayez d’un revers de manche sans une étude sérieuse à l’appui.
      Vous dites je cite « Le sexe n’a pas tant d’importance que ça. Je trouve que c’est souvent les hommes qui y accordent une grosse place, souvent en dévalorisant le féminin d’ailleurs ».
      Je ne suis pas d’accord avec vous pour deux raisons. Quelle définition avez-vous du mot importance ? Pensez-vous que les femmes qui tirent tant bénéfice des avantages de leur sexe s’en cache ? Bien au contraire, là où les hommes sont portés par la violence : l’homme fait la guerre, les femmes représentent la négociation. Regardez les femmes au pouvoir, certaines mettent bien en avant leur sexe et leur spécificité. Le sexe n’est pas important effectivement dans les actions, mais dans la réalité le sexe et la différentiation qui en découle est bien-là elle et réelle que vous le vouliez ou non.
      J’ai l’impression que vous avez un compte personnel à régler avec la gente masculine, j’espère me tromper ? Car il y a bien des femmes qui accordent de l’importance au sexe dans le bon comme dans le mauvais sens. Il y a également des hommes qui tout comme vous ne semblent accorder de l’importance au sexe. Enfin quel que soit la signification du mot importance, la sexualité est une réalité, dont il faut faire avec, aussi difficile et discordante puisse paraître cette épreuve


    • J’avoue Kasiar, être déçue de votre réponse. Au vu de votre précédente réponse, j’étais intéressé d’entreprendre la discussion avec vous, vous me sembliez honnête dans vos pensées, loin des caricatures misogynes de beaucoup sur ce site.
      Mais c’est dommage que vous sembliez porter le débat sur mes soit-disant compte à régler sur la gente masculine. Je n’ai aucun compte à régler avec un "genre", et comme j’ai pensé vous faire partager dans mes précédentes réponses, je considère avant tout les individus comme personnes à part entière.
      Je constate qu’ill n’est ,dans ce monde , pas un avantage d’être femme. Mais je ne vais pas aller plus loin. J’ai été sincère avec vous. Mais je ne vais pas rentrer dans des débats qui je sens, ne mèneront pas à grand chose.Au plaisir de vous lire sur d’autres sujets


    • Je n’attendais pas de réaction ou d’humeur de votre part, d’ailleurs je n’ai à rendre de compte à personne si ce n’est à Dieu ou mes parents, je ne suis pas enchaîné par des visions faussées qui imposent au reste du monde de restreindre leur liberté, vous avez voulu lancé ce débat, assumez jusqu’au bout avec des arguments plus rationnels, et non en dénigrant constamment la gente masculine comme je vous observe le faire dans vos messages. C’est vrai que moi-même loin d’être un sympathisant du féminisme et des jérémiades des femmes, je trouve certains posts quelque peu misogyne. Mais ce n’est rien à côté de ce que subissent les hommes au sein de cette société moderne. Vous ne faites de toute façon que leur donner du grain à moudre à vous plaindre et rejeter tout ce qui ne va pas dans votre sens, sans faire preuve de discernement et de faire preuve d’une mauvaise foi évidente. Comme si un homme battu par sa femme était en meilleur posture, ou que les garçons qui décrochent à l’école étaient plus favorisés que les filles, ou que les pères avaient moins de souci à se faire que les mères qui empêchent les hommes de voir leurs enfants. Heureusement je ne suis pas entouré de femmes qui vous ressemblent, sans quoi je serais à mon tour "misogyne"
      Vous avez raison le débat est clos, quand vous murirez intellectuellement et que vous comprendriez que le monde ne tourne pas autour de votre nombril, nous pourrions reprendre la discussion là où nous l’avions laissé.
      Je reste néanmoins ouvert à tout débat, mais les polémiques, c’est mon talon d’Achille et ça ne grandit pas un individu.
      Ah et au fait, vous êtes la personne la plus émotionnelle avec laquelle j’ai jamais échangé. Dans l’espoir que votre raison émergent bien à vous


    • Kasiar,
      Je dois quand même vous dire que vous êtes grave. Vraiment. C’est le monde à l’envers votre message.
      Vous avez pris confiance en vous sur ce site, (j’ai observé beaucoup de sujets et lus beaucoup de vos commentaires au fil du temps), et vous ressortez comme un perroquet des phrases précédemment écrites par vos "collègues" sur ce site.
      Et en plus vous ne savez pas lire.
      Je pense que n’importe qui de non-orienté ou plutôt non-frustré, qui lirait mes messages qui ne cassent personne, et qui prône la paix, et puis les vôtres... Le choix sera vite fait.
      Mais n’est pas honnête qui veut ;)



    • Ce que vous dites je pourrais le retourner contre les femmes. Pourquoi tant de femmes se sentent elles attirés par les plus bestiaux et les plus oppresseurs ? N’y a t il pas assez d’hommes honnêtes, droits, intelligents sur terre ?



      Là, ce n’est pas parce que kasiar est un homme et que je voudrais donc forcément lui donner raison, et parce que Laura serait une femme ce qui ferait que je voudrais forcément lui donner tort, mais ce qu’il a relevé est un fait très juste : Combien d’hommes profondément gentils (pas qu’en apparence) qui ne feraient pas de mal à une mouche et certainement pas à leur copine se retrouvent très souvent seuls et malheureux, méprisés par les femmes, et combien de mecs brutaux, ou du moins traitant ouvertement les femmes comme quantité négligeables, se retrouvent-ils assez souvent entourés de femmes, qui se le disputent plus ou moins ? Comment se fait-il que l’aimable employé de bureau qui a tout fait pour construire, pour et avec sa femme, une vie heureuse et aimante, se retrouve-t-il, du jour au lendemain, seul et abandonné parce qu’il a perdu son emploi et qu’un mec pas forcément aussi aisé mais plus retors, qui n’a même pas forcément finit ses études, qui vie de petits trafics et d’emplois précaires, gagnant moins bien sa vie, pourra se retrouver avec quasiment une femme différente dans son lit chaque soir ?

      J’ai mis un bout de temps à le comprendre, mais je m’en rends compte aujourd’hui quand je vois ces femmes qui se détruisent elles-mêmes en restant désespéramment accrochées à un mari violent : si la gentillesse était une qualité à leurs yeux, alors les hommes gentils ne se feraient jamais marcher dessus, ils seraient toujours en couple et les mecs violents, eux, seraient presque toujours seuls. Je sais que cette pensée est injuste à lire (et à écrire) d’autant que je n’encourage nullement les hommes gentils à devenir mauvais (parce que rien ne sonne plus faux que le chihuahua à qui l’on met une muselière, si vous êtes quelqu’un de fondamentalement gentil restez-le, sinon vous passerez pour ridicule ou vous finirez avec le nez en sang) mais c’est un fait, le mâle dominant est toujours plus sexy que le dominé et ce n’est pas en offrant des fleurs et en étant généreux que l’on devient le dominant, mais en étant méchant. Et quelque part, je comprends les femmes qui préfèrent ça : il n’y a rien de pire, lors d’un acte sexuel, qu’un homme qui s’excuse tout le temps, qui ne soit pas actif, qui soit "cérébral".


    • Yarrick j’appuie tout à fait votre observation (pour ce qui est du fait que l’homme gentil est mauvais au lit je trouve cela un peu généralisant, je ne sais pas de ce qui en est), je pense d’ailleurs que c’est une conséquence de l’effondrement des mœurs, des coutumes. Lorsque la société revient à une sorte d’"’état primitif", de "jungle", appuyés par une culture poussant à l’égoïsme, au narcissisme, les plus brutaux sont les vainqueurs car ils donnent l’illusion de la sécurité, de la protection. Ajoutons également l’hyper-sexualisation et cela n’ajoute qu’à cette dynamique, c’est d’ailleurs assez morbide lorsqu’on fait ce constat. Il y avait quelque chose de beaucoup plus léger, vivant et humain dans les générations précédentes.


  • Lucie Choffey, une femme que j’admire mais qui me fait déprimer à la fois...tant elle représente ce qu’étaient les femme autrefois... incroyable comme les franc maçon peuvent détruire une société !

    Çà me rappelle que c’est un phénomène mondial...je suis venue en Pologne, pour le travail... mais aussi trouver une femme un peu traditionnelle... ben ceux qui fantasment sur les femmes de l’est, ne perdez pas votre temps ! c’est pareil qu’aux States ici, consumériste, égoïstes, pas cultivées, atlantistes et complément athées...

    Encore une fois, je me rend mieux compte des dégâts causés par la FM ... la Pologne subi en ce moment une transformation similaire à ce qui s’est passé en France dans les années 70 !

    C’est terrifiant, que Dieu nous préserve !

     

    • Je suis autant dégouté que vous,nous sommes TOUS devant un choix soit nous formons ce qui est le plus beau sur cette planète la naissance de vies,et l’education de ces enfants.Soit nous nous séparons tous,ne formons aucunes familles et devenons des consommateurs qui idolatront ce monde égoiste libéral.Les femmes de Pologne que vous parlez sont comme toutes celles du monde occidental et d’autres pays,un jour elles vont se regarder dans une glace et se demander si le modèle moderne à l’Americaine est si formidable.Je rejette cette arnaque pour le plus grand bonheur et la plus grande cohésion dans ma famille.


  • Préparez-vous, les fœtus artificiels s’en viennent.

    C’est d’ailleurs probablement le fantasme non-avoué des féministes : être à jamais libérées du devoir d’enfanter la civilisation. Et qui élèvera les enfants ? Le système bien sûr !

    Bienvenu dans Le Meilleur des Mondes d’Huxley !

     

  • Les générations des années 60 baignaient malgré tout encore dans un environnement qui gardait des traditions et des valeurs et, malgré les changements qui ont eu lieu, les conservent inconsciemment même si leurs attitudes ne l’indiquent pas toujours. Les générations des années deux mille, elles, naissent dans un tout autre environnement. Dans 30 à 50 ans les dégâts se verront au grand jour et le plus triste c’est la souffrance que tous ces phénomènes vont engendrer.
    Vivre dans la débauche, l’égoïsme et passer les 30 dernières années de sa vie seul(e)... Quel cauchemar ! Surtout pour une femme qui en vieillissant n’a plus son corps de jeune fille. C’est là où on voit la dimension sociale de la famille, la dimension spirituelle même. Le lieu de transmission, d’apprentissage, de continuité, première communauté censée nous montrer qu’il y a beaucoup de choses au-delà de soi. Ce n’est pas pour rien que Christopher Lasch la désigne comme un refuge dans un monde sans cœur ! Alors si elle est détruite elle devient comme le reste : un enfer.

     

    • "Dans 30 à 50 ans les dégâts se verront au grand jour"Nous y sommes déja :-de très jeunes filles ou à l’inverse des femmes de 50/60 ans s’habillent de façon grotesque,des familles explosés pour des raisons futiles,des programmes télés/radio/Journaux sur le modèle Américain d’une médiocrité de plus en plus importante.


    • Je suis d’accord avec vous nous y sommes déjà, mais ce n’est qu’un début. Ce n’est pas encore réellement massif et les quelques cas que vous citez existent mais ne constituent pas encore une forte population. Quand je dis "30 à 50 ans" (s’il n’y a rien comme réel bouleversement entre-temps) je parle de souffrance à une échelle bien plus massive. Les générations précédentes n’étaient pas élevées dans l’environnement délirant actuel. L’environnement a un grand rôle sur le développement de l’esprit et la génération des femmes de 50/60 ans que vous citez n’ont pas été élevées dans la folie actuelle à l’échelle de la société entière, c’est-à-dire à travers les médias, ce qu’on montre, les exemples et les symboles avec lesquels les enfants des années 2000 grandissent. Dans 30 à 50 ans, cette folie se verra véritablement, c’est-à-dire pas seulement à la télévision et dans certains pans de la communauté nationale.


    • atlantide a raison : on y est déja

      et le point culminant de toute cette m**de ça sera pas dans 30,50 ans mais dans 10 ou 20 ans tout au plus.


    • Bainville a raison, il faut vraiment être négligent pour nier que les "choses" se sont accélérées depuis 15/14 ans.
      Il s’est passé énormément d’évenements durant cette période, bien plus qu’il n’en serait passé entre 1945 et 1999 par exemple.


    • C’est vrai que quand je me rappelle de ce qu’étaient encore en 1999 : la société, la télévision, les journaux, le cinéma, la radio, les conversations entre quidam, il n’y a pas photo, il y a eu un gros changement survenu vers 2001-2002 et aujourd’hui. Rien de comparable. A l’époque, parler positivement d’israël était très mal vu, aujourd’hui, être antisioniste est sur le point d’être criminalisé. Être antiaméricain en soirée c’était toujours apprécié, aujourd’hui, depuis que Obamal est au pouvoir : il est interdit de critiquer les USA, le traité transatlantique n’existe pas comme dit Macron et tout ce qui vient des USA est bon, la seule source de mal ce sont les arabo-musulmans & les russes. Les grosses têtes racontaient des choses qui vous enverraient en prison à l’heure actuelle, Valls n’aurait même pas existé à l’époque, tout le monde dans le monde médiatique lui serait tombé dessus. A comparer avec aujourd’hui, même les émissions jugées comme débiles de la 1 telles que le club Dorothée ou Sacrée Soirée apparaîtraient comme "intellectuelles" à comparer avec ce que l’on a, aujourd’hui (la télé-réalité). Bon, je ne vais pas non-plus idéaliser, Eric Zemmour n’aurait pas eu la place qu’il a eu à la TV dans les années 2000 à l’époque. Mais voilà, jamais on ne vous aurait envoyé les flics chez vous si vous aviez eu le malheur de ne pas être Charlie en 98 ou 99. L’époque d’aujourd’hui est très rude par rapport à ce dont je me souviens étant enfant. Les attentats du RER n’avaient aucunement engendré le même niveau de délire que les attentats du 11 janvier.


  • Excellente chose qu’une femme, jeune de surcroît, propose une critique du féminisme hystérique.
    Car il est évident qu’un homme ne pourrait faire la même critique sans être d’office déconsidéré en raison de son essence de mâle.
    Merci donc à Lucie Choffey.


  • Le discours de nvb sur la vente de la femme (objet pour le coup ? XD) et surtout le discours d’anne lauvergeon en disent long sur ce qu’est le féminisme en réalité.

    "A compétence égal, on choisira une femme ou un truc qui soit pas un homme blanc."

    Faites les remplacements que vous voulez comme je sais pas moi :

    "A compétence égal, on choisira un hétéro et pas un homo."
    "A compétence égal, on choisira un goy et pas un juif."
    "A compétence égal, on choisir un blanc et pas un noir."

    Ca marche avec tout, par contre, j’imagine à peine ce qu’il va arriver à la personne qui prononce cette phrase à la tv...

     

    • En tout cas maintenant Areva ont j’espère retenu la leçon et emploieront autre chose qu’une brasseuse de vent qui a une plus grande g....e que de compétences.

      Comme quoi il y a parfois une justice sur terre ;)


  • Toutes les cultures ont valorisé le role de mère, les déesses-mères adorées sont légion, le culte marial catholique a toujours connu un engouement immense. La "Mamma" méditerranéenne, pourvu qu’elle ait une personnalité affirmée, régnait en maitre sur la maisonnée, gare à qui remettait en cause ses prérogatives, y compris la bonne claque méritée au fiston presque adulte.
    Cet équilibre époux/épouse a été rompu selon moi par l’abandon de la religion et par l’urbanisation avant meme le travail féminin, meme s il y eut concommittance.
    Les femmes des campagnes autrefois vivaient le plus souvent dans de grandes maisons, fermes ou autres, emplies de soeurs, de tantes, grand mères, méres, belles mères, cousines, nièces qui s’occupaient conjointement des jeunes enfants et permettaient également des échanges libérateurs. Une maman, déjà valorisée dans son role par le modèle marial toujours sous-jacent en France, n’était en outre jamais prisonnière de la maison pour sortir faire une course, passer chez une amie, aller mettre un cierge, ou pour tout autre motif. Ses enfants étaient automatiquement pris en charge par la "tribu" des femmes ou des frères meme, toujours à charge de revanche, et tout l’été dans le jardin au grand air.
    Voyons maintenant le cas d’une maman, universitaire par exemple, en ville dans un appartement, la poussette au local verrouillé en bas, descendre avec le gros poupon et son barda, la famille au mieux a l autre bout de la ville ou plutot au loin, les amies rares, ou lointaines, ou au travail, la difficulté à nouer des contacts de nos jours dans les squares ou jardins parfois sinistres, le mari absent jusqu’au soir ou en déplacement, la solitude ... et vous avez tous les ingrédients de la grosse dépression, et si l’on n’y prend garde, un terreau pour le discours féministe qui se trompe de cible et d’analyse comme on le voit. Ces théories n auraient pu avoir d’emprise au temps du mode de vie traditionnel des grandes familles.
    Certes, on connaissait les abus de pouvoir du père tyrannique, le droit de vote si tardif des femmes en France, quelques aménagements furent nécessaires, mais point de révolution "féministe".

     

    • Et oui la société traditionnelle d’autrefois, une époque révolue ! " La "Mamma" méditerranéenne, pourvu qu’elle ait une personnalité affirmée, régnait en maitre sur la maisonnée, gare à qui remettait en cause ses prérogatives, y compris la bonne claque méritée au fiston presque adulte.". Merci pour votre beau commentaire !


    • Decee

      Les conditions peuvent très bien se passer en ville, il suffit juste de savoir évoluer. Sauf que les gens ont évolué mais pas dans le bon sens, si vous voyez où je veux en venir. En fait c’est la concentration des individus dans un endroit et toute cette compression insupportable, cette "mixité" qui vous pousse à chercher à faire connaissance avec le reste du monde au lieu de se limiter à des amis d’enfance et sa famille. La majorité des gens ont compris que c’était au mieux stupide de nouer des liens avec des gens inconnus au pire dangereux (par définition un inconnu est imprévisible).
      Et ajoutons y à celà la propagande des affiches, les journaux, les femmes habillées en mode pouf ... Non franchement j’échangerais bien 10 capitales pour une bourgade proche bien entendu des activités économiques


  • Le marxisme explique déjà tout cela ... et l’Empire !

     

  • #1136159
    le 09/03/2015 par Palm Beach Post : "Cult !"
    L’Effroyable Imposture du féminisme : la bande-annonce

    Nous sommes damnés !
    lol, la 1ère fois que j’ai vu Lucie Choffey -pour le livre, donc- je me suis dis :
    "Ouah ! elle est jolie, elle ressemble à l’actrice Kelly Macdonald !"

    J’étais esclave des apparences ! ’faut dire qu’elle est jolie, Kelly... ou Lucie, je sais plus...
    On est toujours en train de comparer, de se référencer, etc... qu’on le veuille ou non.

    L’idole féminine, celle du film noir a disparu, il n’y a plus de grandes actrices identifiables, même là, ça va trop vite vers le néant.
    Michèle Morgan, Veronica Lake... compare à Rihanna, lol

    Les hommes hétéros ont besoin de rêve, côté féminin, d’un idéal incarné.
    Pas d’une frustration qui change comme une girouette.

    Et malgré que ça ne corresponde pas à une réalité concrète, on aime bien se raconter des histoires.
    Même toi, Alain.
    D’ailleurs, tu devrais aussi bien te remettre au cinéma, avec tous les talents que tu as autour de toi...
    Plutôt qu’un prochain bouquin, un bon p’tit film...


  • #1136180

    En effet, bon résumé de la situation sociale grandissante. Tout est orchestré pour que la femme devienne le travailleur-consommateur d’aujourd’hui et de demain ; le système a bien compris que la grande majorité des femmes sont des "acheteuses compulsives" et pousse celles-ci à "s’émanciper" afin de travailler plus pour consommer plus. M6 ou C+ en sont les plus beaux exemples à la TV, mais le phénomène englobe aujourd’hui tous les médias de masse. L’ironie est que la plupart des femmes qui aspire à ce modèle ne s’en rendent pas compte, j’ai de nombreux cas autour de moi...
    L’image de la femme est hélas terni dans cette "bataille" ridicule contre l’homme, car c’en est une, et l’essentiel dans les relations de couple est passé au second plan dans bien des cas : la complémentarité. C’est parce que nous sommes nés différents que nous sommes complémentaires, et à cause de lobbies féministes et de pensées mal dirigées, elles risquent de perdre à terme leurs repères, leurs valeurs morales, et finalement le respect de l’autre.
    Notre société est vraiment malade.


  • Le féminisme se montre aujourd’hui comme il est : un des multiples visages de la production de l’individu. Les femmes adhérant pleinement à cette idéologie agressive (ayant fait deux ans aux beaux-arts j’ai eu l’occasion d’être confronté à des specimens frais et aussi virulents que des xénomorphes, peut-être sous lexomil aujourd’hui) sont pour leur majorité vouées aux conclusions tragiques de cette erreur, et toute la souffrance qui en découlera. Sauver celles qui sont encore sauvables, par la douceur et le pardon chrétien par exemple, est une voie.
    Pour les plus glaciales et immorales, cas extrêmes qui tendent petit à petit à se généraliser avec comme exemple criant Marcela Iacub (cette figure de la vieille fille bourgeoise à chihuahua qui dans "le temps" était juste la risée des mères au foyer, du moins quand celles-ci en avaient quelque chose à cirer), il y a cet extrait au début des Dialogues Désaccordés, où Soral résume le sentiment de beaucoup d’hommes :

    « ...De ces deux figures en miroir de la monstruosité post-moderne : le satyre socialiste du FMI et la harpie féministe du gender, j’avoue que Iacub la mutante froide me fait encore plus peur que DSK le gros dégueulasse. De ces deux purs produits de la société hyper-libérale, elle est objectivement la plus inhumaine, déjà post-humaine... »


  • #1136218

    Beau travail et longue vie à Lucie ! Son livre est très bien et je lui souhaite de marquer aussi bien le coup pour le livre suivant (le plaisir d’être femme au foyer c’est d’avoir toujours de bons livres à lire ou à travailler).


  • Les femmes seront égales des hommes le jour ou elles accepteront la calvitie et trouveront cela distingué ;
    "L’égalité n’existe pas en tribu,non plus l’inégalité.Chacun y a sa place marquée par sa naissance,ce qui ne prête à nulle discussion,prétention ou jalousie,ce qui assure l’insertion organique de chacun dans le tout et la circulation de la vie ou échanges de services entre membres non interchangeables.Là où l’on ne cherche pas à se mesurer,on n’a que faire d’égalité ou d’inégalité,réussir c’est remplir sa place,c’est croître en son être,non changer de situation"
    Lanza del Vasto (Les 4 fléaux)

     

    • Le problème c’est que tu parles de pays où l’assistanat des minorités n’existe pas. Tant qu’il y aura des associations, de la propagande et du confort illusionniste, les gens ne reconnaîtront jamais la réalité de ce qui les entoure. Jamais !


    • Merci pour la citation de Lanza del Vasto, si pertinente, on peut recommander à cette occasion la lecture de son ouvrage magnifique "Le retour aux sources". On peut etre certain en effet que le chasseur du Néanderthal ne voyait aucunement sa cueilleuse de femme s occupant des enfants comme "inférieure", elle ETAIT simplement, tout comme lui dans son role et dans leur altérité native respective.


    • J’avais vu une étude sur un site, où les femmes préhistorique faisait de la poterie. Je crois même avoir vu qu’elles peignaient les grottes. Dommage que j’ai perdu le lien en cours de route


  • Suis-je le seul à avoir remarquer la magnifique inspiration de la couverture du livre, qui est Le Portement de la Croix de Jérôme Bosch ? :)


  • Dire que les femmes ne peuvent et travailler et être mère est une pure abberation. Ça c’est vrai dans des sociétés qui tournent autour du fric. Et encore, demandez à Marissa Mayer qui a eu l’ingéniosité d’installer la chambre d’un gosse.
    Ou encore cette scientifique Katy Brenner qui a su tirer quelque chose de bénéfique au rôle de mère dans sa carrière
    Toutes ces femmes qui vous disent qu’elles ne peuvent travailler et s’occuper de leurs gosses sont tout simplement faibles, et incapables. C’est tout !
    Comment croyez-vous que celà se passe dans certains villages des pays africains ou ailleurs où les femmes travaillent contrairement aux idées reçues ? Hop elles portent leurs gosses sur le dos et ni une ni deux elles s’en vont traire les vaches ou s’affairer aux champs.
    Et c’était exactement pareille avec vos arrières grand-mères des campagnes.
    Le problème ce sont les femmes citadines, elles sont devenues encore plus assistées que ne le sont certains hommes n’ayant pas le cran de s’assumer. Incapable de prendre en main leur destin, voilà pourquoi on se fera toujours marcher dessus par des énarques et de grotesques politiciens !
    Où est la fierté personnelle là-dedans ? Comment pouvons nous encore nous regarder dans une glace ?
    Peuple français qu’as tu fait de ton honneur ?

     

    • Nuance de taille cependant : dans ces cas, la femme peut et doit travailler tout en s’occupant de ses enfants. Elle leur apprend des choses par la même occasions d’ailleurs. Ce qui est révoltant et terriblement frustrant pour la mère qui travaille aujourd’hui, c’est non-seulement de ne pas pouvoir voir et s’occuper de ses enfants quand elle travaille, mais également de devoir en plus trouver quelqu’un pour s’occuper d’eux à sa place. De plus, il est de plus en plus conseillé de ne pas être "l’esclave de ses enfants", de penser à soi, de ne pas être trop proche de ses enfants... en tant que mère qui travaille par nécessité, je ne trouve cela ni naturel, ni juste, ni épanouissant. D’autant que beaucoup de métiers actuels n’ont aucune réelle utilité.


    • Bien d’accord !Je suis une femme de 28 ans j’ai 3 enfants !OUi je le dis la femme est devenue peu courageuse fainéante assistée nombriliste et méprisante tout âge confondu ! Bien contente de voir que je ne suis pas la seule a le penser !!!!!


  • Quelle horreur. Le commentaire d’Enora Malagré est probablement le plus représentatif de la parisienne dédaigneuse que je me coltine tous les jours ...


  • Très révélateur de notre époque, najat B. : "vendez vous.....". Comme quoi, nous sommes ni plus ni moins que de la marchandises avec laquelles s’amusent nos dirigeants. Ils nous prennent bien pour de la merde.


  • Bravo à cette jeune femme courageuse, qui décrit et dit ce que je pense et que beaucoup de femmes pensent, moi-même, j’ai fait des études supérieures, pourtant j’ai choisi de rester "au foyer" pour m’occuper de mes enfants et de ma famille, j’ai été mal considérée tout le temps, comme une"folle", dévalorisée, partout avec des questions du genre :"alors tu fais quoi de tes journées ?"ou bien," c’est quoi votre profession ?"..."Ah ! sans profession !", "non, je fais rien rien du tout, d’ailleurs je suis rien, je n’existe pas d’un point de vue économique, je ne touche rien, je n’aurai pas de retraite, pas de congés maladie, ni maternité, malade ou pas, je m’occupe de mes enfants nuit et jour, mais ça ,ça ne veut rien dire, je suis rien, n’empêche que je coûte pas grand chose à la collectivité, que mes enfants traînent pas dans la rue, que je suis l’infirmière, la prof etc...et je ne le regrette pas, puisque je l’ai choisi, et en plus je prends pas le boulot d’un homme, pourtant je ne me sens pas potiche, bien au contraire, je ne m’ennuie jamais et n’ai jamais abandonné mes activités intellectuelles et je pense être aussi respectable qu’une femme qui"travaille" ? je n’ai jamais été féministe, ni aimé Simone de Beauvoir entre autres et que j’ai lue mais à laquelle il est impossible de s’identifier, ni en tant que femme, ni politiquement, tout en me posant la question, peut-on être une femme et ne pas être féministe ? En tout cas les féministes ne connaissent rien à l’Histoire et ont propagé dans de fausses idées, au Moyen-Age, il y avait des femmes prêtres et des poêtesses par ex, c’est au 19ème siècle que les femmes ont morflé c’est vrai, mais les femmes ont toujours travaillé, les féministes ont fait beaucoup de mal aux femmes, aujourd’hui elles font double journée, ne sont plus respectées, la prostitution a explosé ainsi que la pornographie, qu’ont elles gagné ?

     

    • Bonsoir Athéna.
      Les potiches ne sont pas celles que l’on croit ne vous inquiétez pas. Moi j’en vois souvent des potiches dans la boîte où je bosse MDR
      Comme si l’intelligence se mesurait au labeur.


    • J’ai aussi mis entre parenthèse ma vie professionnelle (monitrice-éducatrice) pour élever et allaiter mon fils durant 16 mois (avec des reproches !...jalouses et vilaines). Je ne pourrai jamais être féministe, aucun intérêt. Mais c’est vrai que ce serait bien une allocation pour élever son enfant, car c’est monstrueux d’arracher un bébé de 4 mois à sa maman pour retourner travailler et n’aide pas l’allaitement, facteur de bonne santé physique et mentale. Sur la côte du Finistère, les mères à la maison n’emmenaient même pas leurs enfants à la plage, ou faire de la promenade, ça m’a choqué ! Alors que je faisais bien mon boulot de maman (et cuisine bio) et avec grand plaisir, on m’a critiqué ! C’est le monde à l’envers ! L’image de la femme est actuellement moche, et même des jeunes hommes ne veulent pas de jeunes filles de leur âge car trop stupides, matérialistes, habillées comme des prostituées et loin du romantisme, ce qui n’est pas rassurant pour eux.


    • Eh oui, malheureusement certaines femmes n’aident pas à améliorer cette image.
      Certaines représentent vraiment ce cliché en plus de la mauvaise foi et de la superficialité.
      Avec les "dabats" que j’ai eu avec certaines, celà me suffit pour me rendre compte de la médiocrité de mes contemporaines


  • Alors, plus tard, quand j’ai commencé à réfléchir... Eclats de rire dès la première seconde !


  • L’egaliter en matière de garde des enfants après une séparation ,la discrimination parental qu’est-ce qu’on n’en fait ????


  • Le féminisme a été une réponse fût un temps à l’hégémonie patriarcale en milieu bourgeois avec les mariages arrangées et le vide ressentie par ces épouses par l’ennuie de leur condition et de leur rôle essentiellement représentatif.
    Le mâle ambitieux et dominateur du 19ème ayant autant de considération pour les femmes qu’un trophée de chasse exposé dans la salle de réception !
    il n’y a qu’à voir comment nos politiques et surtout nos présidents de la 5ème république respectent leurs femmes en les cocufiant, les instrumentalisant pendant les campagnes électorales... !
    Bref un légitime combat qui est devenu à travers différentes mouvances, une finalité plus destructrice que constructive, à mille lieux des véritables enjeux des classes populaires pour lesquelles cela se résume à comment concilier vie de famille et vie sociale dans un système plus aliénant qu’émancipant.
    On s’attaque aux symptômes alors qu’il faudrait s’attaquer aux causes conduisant à la violence physique et psychologique au sein des couples.
    Au lieu de cela on nage en plein constructivisme sociale et sociétale qui désagrège les liens naturel qui lie les femmes et les hommes. Je suis un homme et fier de l’être et je respecte ma femme en tant que mère autant qu’en tant que compagne. C’est difficile mais c’est aussi enrichissant et il serait grand temps que les vrais hommes et pas des adulescents bloqués sur leurs consoles ou leurs matchs de foot (caricature), se réveillent et montrent leur virilité face à cette oligarchie morte de trouille dès que le peuple hausse un peu le ton ! Je veux défendre mon honneur autant que celui de ma femme qui trime tous les jours comme une servante d’une autre époque et à qui on fait miroiter une hypothétique égalité des sexes dans une complète absence de choix dans son désir de se réaliser en tant que femme.


  • @Laura

    Vous vous relisez des fois ? "Vous êtes grave wesh ?"

    Parce qu’en plus vous ne savez pas lire :D ? Ou plutôt votre intelligence aviaire ne vous permet pas de comprendre mes posts qui sont autrement plus construits, réconciliateurs et intelligents que vos posts qui fon

    Eh non je ne répète pas comme un perroquet, je lis de toute sorte votre problème c’est que vos paroles sont plus grandes que votre intelligente, la femme moderne dans toute son "envergure"

    Continuez à vous intoxiquer les quelques neurones avec vos magazines Elle et Marie Claire, votre Bibles abrutissants pour les abrutis

    Je ne veux pas faire la paix avec des gens comme vous, la réconciliation c’est pas avec n’importe quel individu et surtout pas les individus sevronnés à ce qui est dans l’ère du temps, sans se remttre en question.

    Retournez donc poster sur Osez le Féminisme avec vos "collègues" expertes en commérages et futilités et évitez de discuter avec des gens qui vous dépassent intellectuellement et ne vous servez pas de vos réactions pour cacher votre misère intellectuelle et psychique

    Vous êtes exactement l’archétype de la femme qui est méprisée par les individus un minimum réfléchi.
    Ne me répondez plus, j’ai autre chose à faire que m’occuper d’handicapé intellectuel

     

  • L’auteure serait prête à se battre pour avoir un salaire payant ses efforts (réels) de mère au foyer, c’est compréhensible mais on remarquera quand-même que malgré cet aspect de "5ème roue du carrosse" attribué à la maternité, la France est encore LE SEUL pays d’occident où les gens (qu’ils soient immigrés ou de-souche) fassent encore des enfants. Donc n’y a-t-il pas déjà quelque chose en place qui existe et qui est spécifique à notre pays permettant aux femmes de faire des enfants malgré les remontrances contre le statut de mère au foyer faites à la TV et en politique ?


Afficher les commentaires suivants