Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

Hollywood botte en touche chez les chrétiens

Si une personne ne connaissant rien du catholicisme regardait Spotlight, le nouveau film sur la crise des prêtres pédophiles (qui sort officiellement demain), elle resterait probablement le plus loin possible de l’Église.

 

Le postulat du film est le suivant : pendant des dizaines d’années, l’Église catholique a couvert des cas d’abus sexuels commis par des prêtres (dans le film, l’accent est mis sur l’église de Boston, mais le problème était mondial.) L’Église déplaçait ces prêtres fautifs d’une paroisse à une autre, les envoyait suivre des programmes variés de thérapies réparatrices, au besoin organisait des arrangements financiers confidentiels avec les victimes des abus en question, et supprimait toute tentative de rendre publique la vérité sur l’étendue de ces abus.

C’est triste à dire, mais ces faits sont indiscutables, même s’il y a des nuances qui, selon le point de vue de chacun, peuvent adoucir quelque peu les angles de ce scandale.

Le calendrier du film se termine en 2002, avec la publication par le Boston Globe du premier grand reportage sur le thème de l’abus sexuel et de sa dissimulation, rédigé par l’équipe d’investigation du périodique, appelée « Spotlight » (Projecteur). Dans la scène finale, l’auteur de cette histoire de première de couverture est dans le bureau de l’avocat d’une victime. Celui-ci se prépare à rencontrer un nouveau client dont les enfants préadolescents viennent d’être molestés par un prêtre – une scène dont l’intention est clairement de suggérer que les abus durent encore, ce qui, il y a dix ans, pouvait bien être le cas.

 

 

Selon le film, c’est le tout nouveau rédacteur en chef juif du Globe, Marty Baron (joué par Liev Schreiber), qui met Spotlight au travail sur l’histoire du père John Geoghan, en tous points un pédophile en série, (la Marie Typhoïde de la crise des abus). Ce prêtre fut jugé, condamné et envoyé en prison où, en 2003, il fut assassiné par un codétenu. Le film de Tom Mac Carthy est, par certains côtés, une imitation passablement laborieuse du film d’Alan J. Pakula : Les hommes du président, un film bien meilleur, quoique un hymne au « courage » des journalistes tout aussi autosatisfait et surfait.

Dans chacune de ces deux grandes histoires, (le Watergate et les abus sexuels des prêtres), il y avait certainement des forces établies contre la vérité, quoique, soyons honnêtes, personne n’a tiré sur les reporters. Pakula a su créer le pressentiment d’un danger latent pour que le spectateur se demande si Woodstein survivrait même pour voir leur triomphe de journalistes éclabousser les pages du Washington Post. Mac Carthy, lui, ne fait que créer l’impression… désagréable-que Walter « Robby » Robinson (Michael Keaton) chef de l’équipe de Spotlight, risque d’avoir du mal à trouver quatre partenaires catholiques pour son équipe de golf, ou que Mike Rezendes (Mark Ruffalo) qui rédige l’exposé initial dans le Globe, risque de craquer sous la menace d’être exclu de la vie mondaine catholique de Boston, qui est à peu près toute la vie à Boston.

Lire la suite de l’article sur France-catholique.fr

Une Église habituée aux persécutions de toutes sortes, et impunies, voir sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1386630

    à quand un film sur les pédophiles (politiques,intellos,avocats et artistes) en France ?

     

    • #1386762

      C’est pas un film qu’il faudrait produire mais carrément des séries multi-saisons !


    • #1387182
      le 02/02/2016 par Chevalier Lefebvriste...
      Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

      @dégage
      Une saga tu veux dire, un truc transgénérationnel, genre 10 films sur 20 ans !
      Le grand bazard 1 , 2 , 3 , etc...



      Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : ’Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d’autres gosses ?’ Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même". "J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi




      Daniel Cohn-Bendit



      j’ai vécu cela à 14 ans avec I. J’ai défailli comme on disait au XVIIIe siècle, rien qu’en frôlant son ventre nu avec mon ventre. (...) De même avec un autre I. à 28 ans, il avait 18 ans environ, mais ce fut moins foudroyant car je l’avais pris pour un tapin : et enfin à 40 ans, avec ce curieux gamin un peu bizarre, sauvage, farouche, un rien demeuré, fils de paysan, orphelin peut-être, qui devait avoir 10, 11 ans, peut-être moins, et qui m’a si étrangement provoqué jusqu’à se coucher nu dans ma chambre d’hôtel en me racontant une obscure histoire de relation sexuelle avec un homme de son entourage et je me suis rapproché de lui, et il était nu sur le côté, et j’ai seulement baissé mon pantalon et ai collé mon ventre contre son cul, et j’ai déchargé aussitôt, en une seconde, dans un éblouissement terrible, et il a eu un petit rire surpris comme s’il s’attendait à ce que je le pénètre, il paraissait si expérimenté, si précocement instruit, tout en ignorant ce que cela signifiait, tout en étant capable de préciser ce qu’il savait ou voulait




      récit autobiographique de Michel Polac



      Oui, j’ai eu des relations avec des garçons mais il ne faut pas confondre l’homosexualité et la pédophilie. Et si vous lisez le livre bien clairement, je pense que c’est tout à fait évident (au-dessus de 14 ans c’est dégueulasse)




      La Mauvaise Vie Frédéric Mitterrand
      « C’est l’oscar du vomit et la palme d’or de l’immonde, les grami award du sordide, assuré ! »


  • #1386642
    le 01/02/2016 par oiax de sparte
    Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

    Pendant que l’on parle de ces ignominies commises par des prêtres, on ne parle pas de ce que font les politiciens, les enseignants, les membres d’ONG et les journalistes très laïcs ceux-là.


  • #1386643
    le 01/02/2016 par stephanedu49
    Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

    A quand un film sur la pédophilie et le trafics d’organes organisés (car très lucratifs) par des rabbins ? Là y-a matière...


  • #1386644

    Ce film oublie de dire que les prêtres pédophiles sont des créatures de Vatican D’EUX.

    Pas des prêtres catholiques traditionalistes de la FSSPX.

     

    • #1386734
      le 01/02/2016 par art not clap fed
      Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

      à propos de ce qui a le pouvoir sur le vatican "el divo" , s’en approche beaucoup mieux .
      mais sachant comment le bizz du cinema fonctionne , on comprend que les films de commandes tournent à plein régime.


    • #1386763

      Ce film oublie de dire que les prêtres pédophiles sont des créatures de Vatican D’EUX.




      Mais surtout beaucoup de frères la truelle habillés en soutane...


    • #1386771
      le 01/02/2016 par polytriiique
      Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

      Insinuez-vous que la pédophilie est née avec le monde moderne ?

      Autrefois ce sujet était tabou et les victimes n’avaient qu’à souffrir en silence...c’est bien beau de pointer du doigt la décadence actuelle mais encore faut-il ne pas se voiler la face sur le monde ancien qui ne manquait pas défauts (n’en déplaisent aux tradis)....


    • #1388706
      le 04/02/2016 par Chevalier Lefebvriste...
      Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

      @ KTO TRADI
      Mille mercis pour ton post !
      Que Dieu te protège...
      Extra Ecclesiam nulla Salus


  • #1386760

    Des prêtres catholique pédophiles ? moi je vous le dit, ils ne doivent être que des marranes !


  • #1386918

    À quand un film sur les victimes de l’oligarchie et du sionisme ?

    Ah oui, ça existe déjà, mais ils sont censurés par l’état !


  • #1387031
    le 02/02/2016 par Francoalgerienetfierdeletre92
    Les Hommes du Pape : critique du film Spotlight

    Vous savez tout cela est une façon d éduquer nos cerveaux !
    Dans la tête des gens un imam c est sûrement un terroriste et un prêtre c est peut-être un pédophile .
    Depuis des années on nous mets ça dans nos têtes
    sois avec des films ou des documentaires etc...
    Tout est bien fait pour manipuler nos consciences !
    A quand un film sur Des Rabbins criminels ou pédophiles et surtout quand un grand film sur la souffrance Palestinienne ! Je sais je rêve !
    Rappelez vous du film de mel gibson ( la passion du Christ ) et surtout comment le lobby sioniste lui est tombé dessus en l accusant d être fou !


  • #1387034

    Le parallele avec le Watergate est edifiant.
    "S’ils (les juifs) torpillent mon Sommet (americano-sovietique), je les accuse, et publiquement, ce soir à 21 heures, devant 80 millions de telespectateurs" menace Nixon a Kissinger, le 19 avril 1973.
    Quelques semaines apres, Carl Bernstein declanche le scandale du Watergate, qui entraine la demission du president.
    http://www.huffingtonpost.fr/2013/0...

    C’est William Goldman, fils d’un riche homme d’affaires de Chicago, qui ecrira le scénario des "Hommes du président".
    http://en.wikipedia.org/wiki/Willia...