Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Paris demande à Riyad de revenir sur la suspension des livraisons d’armes françaises au Liban

Après des négociations compliquées entamées un an plus tôt, le contrat « Donas » (Don Arabie saoudite) était signé le 4 novembre 2014 entre Paris et Riyad.

 

D’un montant de 2,2 milliards d’euros, il prévoyait la livraison aux Forces armées libanaises (FAL) d’équipements militaires d’origine française, dont des missiles MILAN, des blindés, des hélicoptères et des patrouilleurs.

La mise en oeuvre de ce contrat fut ensuite soumise à quelques aléas.

[...]

En février dernier, les autorités saoudiennes annonçèrent leur décision de suspendre l’exécution de ce contrat, officiellement pour protester contre les prises de positions de Beyrouth à leur égard, « inspirés » par le Hezbollah, la milice chiite soutenue par Téhéran.

Mais d’autres raisons pouvaient également être avancées.

[...]

Quoi qu’il en soit, le gouvernement saoudien aura de plus en plus de mal à justifier la suspension du contrat Donas en invoquant l’attitude de son homologue libanais. Pour la bonne raison que, le général Michel Aoun, le nouveau président du pays du Cèdre, a choisi, le 3 novembre, Saad Hariri pour assumer les fonctions de Premier ministre.

Lire l’intégralité de l’article sur opex360.com

Approfondir le sujet avec Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article