Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Robert F. Kennedy, première victime américaine du terrorisme "arabe" ?

5 juin 1968 : le frère de JFK est assassiné à Los Angeles

Sirhan, terroriste palestinien ?

 

Le 5 juin 1968 à minuit 20, Robert Kennedy, sénateur de New York et candidat à la présidence des États-Unis, était assassiné dans la cuisine de l’hôtel Ambassador à Los Angeles, au milieu d’une foule compacte, en quittant la grande salle où il venait de célébrer sa victoire aux primaires démocrates de Californie. Cette victoire faisait de lui le favori pour l’investiture démocrate. Face au républicain Richard Nixon, qui avait déjà perdu contre son frère John Kennedy en 1960, Robert, dit Bobby, était donné gagnant. À 43 ans, il aurait été le plus jeune président américain, après avoir été, dans le gouvernement de son frère, le plus jeune ministre de l’histoire américaine. Au lieu de cela, Nixon l’emporta.

Quelques heures seulement après l’assassinat de RFK, la presse était en mesure d’informer le peuple américain, non seulement de l’identité de l’assassin, mais de sa motivation et même de sa biographie détaillée. Sirhan Bishara Sirhan était un jeune homme de 24 ans né en Jordanie, dont la famille avait été expulsée de Jérusalem Ouest en 1948. Il avait dans sa poche une coupure de presse citant des propos de Robert Kennedy favorables à la vente de 50 bombardiers à Israël. Des notes manuscrites retrouvées chez lui confirmaient que son acte avait été prémédité et motivé par la haine d’Israël. Dès le 6 juin, Jerry Cohen pouvait donc écrire en première page du Los Angeles Times que Sirhan était « décrit par ses proches comme un “anti-Israélien virulent” » (Cohen écrit « un virulent antisémite » dans un autre article pour le Salt Lake Tribune du même jour) et que :

« L’enquête et des confidences provenant de personnes qui le connaissent bien le dépeignent comme un jeune homme animé d’une haine suprême pour l’État d’Israël. »

Cohen en déduit que Robert Kennedy était devenu pour Sirhan « une personnification de cette haine en raison de ses récentes déclarations pro-Israël ». Cohen apprit en outre du maire de Los Angeles, Samuel Yorty, que :

« Il y a environ trois semaines, le jeune réfugié jordanien accusé d’avoir tiré sur le sénateur Robert Kennedy avait écrit pour lui-même un mémo, [qui] disait : “Kennedy doit être assassiné avant le 5 juin 1968”— le premier anniversaire de la guerre de Six jours dans laquelle Israël humilia trois voisins arabes : l’Égypte, la Syrie et la Jordanie. »

Dans une étrange note finale, peut-être cryptée, Cohen cite le professeur de langues orientales Joseph Eliash, de l’université de Californie, qui fait remarquer que le nom « Sirhan » « est celui d’une ancienne tribu arabe qui jadis errait dans le désert syrien », tandis que le second prénom de l’assassin, « Bashara », signifie « bonne nouvelle » [1].

 

 

En 2008, le 40ème anniversaire de l’assassinat de Bobby fut l’occasion d’intégrer cet épisode de l’histoire américaine dans la mythologie politico-médiatique du 11 Septembre, qui façonne désormais l’imaginaire des Occidentaux. Ainsi, le quotidien new-yorkais The Jewish Daily Forward déclara :

« On ne peut s’empêcher de noter le parallèle entre l’assassinat de Kennedy et les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Dans ces deux tragédies, le fanatisme arabe montra son horrible visage sur le sol américain, changeant le cours des événements de façon irrévocable. »

« Robert Kennedy fut la première victime américaine du terrorisme arabe moderne. »

« Sirhan haïssait Kennedy parce que celui-ci soutenait Israël [2]. »

Écrivant pour le Boston Globe, Sasha Issenberg rappelle que la mort de Robert Kennedy « nous a donné un avant-goût du terrorisme venu du Moyen-Orient », dont il fut le « prélude ». Il donne la parole au professeur Alan Dershowitz, qu’il présente comme un ancien soutien de RFK (mais qui est surtout connu comme l’avocat de Jonathan Pollard), et qui se souvient :

« J’ai ressenti cela comme un acte de violence motivé par la haine d’Israël et de quiconque soutenait Israël. »

« Ce fut d’une certaine manière le début du terrorisme islamique en Amérique, le coup d’envoi. Beaucoup d’entre nous ne l’avons pas reconnu à l’époque [3]‬. »

Pour le Jewish Forward, il s’agit de dire aux juifs : « La haine d’Israël/des juifs frappait déjà, frappe encore, frappera toujours. » Pour le Boston Globe, il s’agit de faire dire en cœur aux Américains : « Nous sommes tous israéliens ! » (Nonobstant les protestations indignées de Dershowitz dans un article de 2010, « Do Jews Control the Media [4] ? », nous noterons que le Boston Globe appartient au New York Times, controlé par la famille Sulzberger).

Le fait que Sirhan était d’une famille chrétienne et non musulmane est un détail qui échappa à Dershowitz, qui parle de « terrorisme islamique ». En revanche, le Jewish Forward prit soin de le préciser, mais pour ajouter aussitôt que l’islam coulait malgré tout dans les veines de l’assassin : 

« Ce qu’il partageait avec ses cousins musulmans — les responsables du 11 Septembre — était une haine viscérale et irrationnelle d’Israël. Cette haine l’a conduit à assassiner un homme en qui certains voyaient le plus grand espoir d’une génération [5]. »

De telles déclarations, et des pires, seront répétées à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’assassinat de Bobby, en juin 2018. Prenons-les un instant au sérieux et examinons quelle sorte de terroriste antisioniste fut Sirhan Sirhan. En nous intéressant de plus près à son cas, peut-être apprendrons-nous quelque chose sur la nature réelle du terrorisme islamique, dont Sirhan est supposé être le prototype.

 

JPEG - 48.8 ko
Mel Ayton, auteur spécialisé dans la contradiction des thèses complotistes, prétend démontrer « que Sirhan était bien l’assassin solitaire dont l’acte motivé politiquement était précurseur du terrorisme d’aujourd’hui » (présentation de l’éditeur).

 

Sirhan a-t-il tué RFK ?

 

Première question : Sirhan a-t-il vraiment tué Robert Kennedy ? Les données balistiques et médico-légales suggèrent qu’en réalité aucune des balles tirées par Sirhan n’a atteint Robert Kennedy. Selon l’autopsie réalisée par le docteur Thomas Nogushi, qui le confirme dans ses mémoires [6], Kennedy a été touché par trois balles tandis qu’une quatrième a transpercé son manteau. Toutes furent tirées derrière lui, deux sous son aisselle droite selon un angle ascendant et la troisième, la balle fatale, à moins de 3 cm derrière son oreille droite. Or, douze témoins confirment que Kennedy, dans la salle bondée où il s’écroula, n’a jamais tourné le dos à Sirhan et que celui-ci était à plusieurs mètres de sa cible lorsqu’il a tiré. De plus, Sirhan fut maîtrisé dès son second coup de feu par Karl Uecker et, bien qu’il ait continué à appuyer mécaniquement sur la gâchette, son arme n’était plus alors dirigée vers Kennedy. En comptabilisant les impacts de balles relevés dans la pièce par les premiers enquêteurs du FBI, et les balles qui ont blessé cinq personnes autour de Kennedy, on conlut qu’une douzaine de balles au moins ont été tirées, alors que le revolver de Sirhan n’en contenait que huit. L’avocat William Pepper, qui a repris le dossier en 2008, a pu apporter la preuve que la balle présentée au procès comme étant la cause de la mort de Kennedy n’était pas celle qu’avait extraite le médecin légiste Thomas Nogushi. Une analyse technique des enregistrements sonores au moment des tirs, réalisée en 2008 par l’ingénieur Philip Van Praag, confirme que deux armes ont fait feu [7].

On soupçonne que le second tireur, et le véritable assassin de Robert Kennedy, était Thane Eugene Cesar, un agent de sécurité embauché par l’hôtel qui se trouvait collé derrière Kennedy au moment des tirs. Plusieurs témoins l’ont vu avec son pistolet dégainé, et l’un d’entre eux, Don Schulman, a déclaré devant les caméras l’avoir vu tirer [8]. Pour une raison mystérieuse, Cesar, qui n’a jamais caché sa profonde antipathie pour les Kennedy, n’a jamais été entendu par la justice, et son arme n’a jamais été examinée.

Même en admettant que les balles tirées par Sirhan aient tué Robert Kennedy, un autre élément du dossier soulève de sérieuses questions : des témoins ont observé qu’il semblait en état de transe au moment des tirs, puis dans un état d’épuisement et de désorientation. Mais surtout, Sirhan s’est toujours montré incapable de se souvenir avoir tiré sur Kennedy. Toutes les expertises psychiatriques, incluant détecteurs de mensonge, ont confirmé son amnésie. Sirhan pense avoir été drogué et hypnotisé. Quarante-trois ans après les faits, il continue d’affirmer :

« Mon avocat [commis d’office] m’a dit que j’avais tiré sur le sénateur Senator Robert F. Kennedy et l’avait tué, et que le nier serait complètement futile. Mais je n’avais et je continue de n’avoir aucun souvenir de l’assassinat du sénateur Kennedy. »

Il affirme en outre n’avoir jamais pu se souvenir « de nombreuses choses et incidents qui ont eu lieu dans les semaines précédant la fusillade [9]. »

Entre 2008 et 2012, l’avocat William Pepper a réuni des éléments nouveaux sur la base desquels il réclame la révision du jugement de Sirhan, en vain. Par exemple, sur la base de 60 heures d’interview avec Sirhan, le docteur Daniel Brown, spécialiste de l’hypnose et de l’amnésie traumatique, conclut catégoriquement que Sirhan, qui appartient à la catégories des « hautement hypnotisables », a agi sous l’effet d’une suggestion post-hypnotique :

« Son geste de tirer n’était ni sous son contrôle volontaire, ni même avec connaissance consciente, mais résultait probablement d’un comportement automatique hypnotique sous contrôle coercitif. »

Durant ces séances avec le docteur Brown, Sirhan a réussi à se souvenir avoir été, au moment des faits, en compagnie d’une jeune femme qu’il désirait intensément, avant de se retrouver soudain et dans un stand de tir, avec une arme qu’il ne connaissait pas. Selon Brown, Sirhan a réagi « à un indice hypnotique spécifique donné par cette femme, d’entrer en “mode stand de tir”, auquel Sirhan répondit automatiquement et involontairement avec le “flashback” d’être en train de tirer dans un stand de tire sur des cibles circulaires ». Pepper découvrit par la suite que, quelques jours avant les faits, Sirhan s’était rendu, accompagné d’un homme non identifié, dans un stand de tir d’entraînement de la police, dont il a signé le registre. Il est parvenu à se souvenir que son instructeur portait une « moustache tombante [10] ».

 

JPEG - 6.4 ko
William Joseph Bryan Jr.

 

On sait depuis les années 1970 que la CIA se livrait à des expérimentations sur le contrôle mental, dans le cadre du fameux programme MKUltra, placé sous la direction du docteur Sidney Gottlieb (qui n’était pas un ancien nazi mais un fils d’immigrant juif hongrois). Les équipes du Dr Gottlieb cherchaient à répondre à des questions telles que : « Un homme sous hypnose peut-il être forcé à commettre un meurtre [11] ? » Des soupçons particuliers pèsent sur l’hypnotiseur William Joseph Bryan Jr., qui travailla pour l’Air Force et s’était rendu célèbre pour avoir résolu, par hypnose, l’identité du tueur en série surnommé l’Étrangleur de Boston (Boston strangler), Albert Di Salvo. Bryan se vantait souvent de cet exploit et, selon deux prostituées dont il louait les services, il se serait aussi vanté d’avoir hypnotisé Sirhan. Or, parmi les lignes incohérentes écrites par Sirhan dans son cahier, qu’il reconnaît être écrites de sa main, mais qu’il ne se souvient pas avoir écrites, on trouve ceci : « God help me... please help me. Salvo Di Di Salvo Die S Salvo. » C’est un indice que Sirhan est passé entre les mains expertes de Bryan l’hypnotiseur [12].

D’autres pages du même cahier font penser à une forme d’écriture automatique sous suggestion hypnotique :

« Ma détermination à éliminer RFK devient de plus en plus une obsession inébranlable... RFK doit mourir — RFK doit être tué. Robert F. Kennedy doit être assassiné... RFK doit être assassiné, assassiné... Robert F. Kennedy doit être assassiné avant le 5 juin 68. Robert F. Kennedy doit être assassiné. Je n’ai jamais entendu... payez s’il vous plaît à l’ordre de de de de de [13]… »

Ces phrases portent la date du 18 mai. Or, selon son avocat, Sirhan attribua sa décision de tuer Kennedy au visionnage d’un documentaire évoquant la visite de ce dernier en Israël en 1948 ; mais ce documentaire ne fut diffusé que le 20 mai. Ce n’est là qu’une contradiction de plus dans la thèse officielle.

 

JPEG - 38.5 ko
Sirhan Sirhan à peine sorti de sa transe

 

Robert Kennedy était-il un ami d’Israël ?

 

Si Sirhan a été manipulé, l’une des questions qui se posent est la suivante : qui avait intérêt à ce que l’assassin identifié de Kennedy soit un Palestinien prétendument motivé par la haine d’Israël ? La réponse va de soi. Mais nous sommes alors face à un dilemme ; car si Robert Kennedy a été assassiné pour son soutien à Israël, alors Israël semble exclu par principe de la liste des suspects. Le dilemme n’est qu’illusoire, il repose en fait sur un présupposé fallacieux : dans la réalité, Robert Kennedy n’était pas pro-Israël.

Ses bons vœux à Israël étaient de pure forme, et n’allaient pas au-delà des tristes obligations électorales. Ses deux seules déclarations en faveur d’Israël avaient été faites devant des congrégations juives, kippa sur tête. L’auteur de l’article du Pasadena Independent Star-News du 27 mai retrouvé dans la poche de Sirhan avait d’ailleurs, dans un article antérieur intitulé « Paradoxical Bob », souligné le peu de crédit qu’il fallait accorder aux promesses électorales faites dans de telles conditions. Son article commençait ainsi : « Les candidats à la présidentielle font la chasse aux votes, et certains ne réalisent pas leurs contradictions. » Quant au documentaire diffusé le 20 mai 1968 évoquant le voyage de Robert en Palestine en 1948, c’était aussi une publicité électorale destinée à l’électorat juif. Lorsque Robert Kennedy avait visité la Palestine, un mois avant qu’Israël ne déclare son indépendance, il avait 22 ans. Dans la série d’articles qu’il en avait tirée pour le Boston Globe, il se montrait admiratif de l’esprit pionnier des sionistes, et naïf dans son espoir que « si un État juif est formé, ce sera le seul facteur stabilisateur dans le Proche et Moyen-Orient ». Mais il s’était fait aussi l’écho des craintes arabes en des termes prophétiques :

« Les Arabes sont très inquiets de l’augmentation importante des juifs en Palestine : 80.000 en 1948. Les Arabes ont toujours craint cet empiétement et pensent que les juifs ne seront jamais satisfaits avec leur portion de la Palestine, mais qu’ils travailleront à dominer le reste du pays et finiront par s’approprier les terres pétrolières immensément riches. »

Moins de cinq ans avant sa candidature à la présidentielle, Robert Kennedy n’avait pas été, dans le gouvernement de son frère, un ministre de la Justice pro-Israël. Il avait soutenu une procédure dirigée par le sénateur William Fulbright du Senate Committee on Foreign Relations, visant à faire enregistrer l’American Zionist Council comme « agent étranger » soumis au Foreign Agents Registration Act de 1938, ce qui aurait limité considérablement son influence (après la mort de JFK, l’AZC échappa à cette procédure en se renommant AIPAC) [14]. Tout bien considéré, rien ne permet de penser que Robert Kennedy promettait d’être un président « ami d’Israël ». Son frère ne l’avait pas été (voir plus loin). La famille Kennedy, fièrement irlandaise et catholique, était connue pour sa judéophobie. Durant la campagne de John en 1960, le Herout, parti sioniste de Menahem Begin, avait exprimé l’inquiétude que le père, Joe, ait « injecté quelques gouttes du poison de l’antisémitisme dans l’esprit de ses enfants, y compris son fils John [15] ». 

En définitive, ce n’est que par une magistrale hypocrisie que le Jewish Daily Forward peut écrire, le 6 juin 2008 :

« En nous souvenant de Bobby Kennedy, souvenons-nous non seulement de ce pour quoi il a vécu, mais aussi de ce pour quoi il est mort : la valeur précieuse de la relation entre l’Amérique et Israël [16]. »

La mort de Robert Kennedy n’a pas été une mauvaise chose pour la précieuse « relation entre l’Amérique et Israël ». S’il avait été président, aurait-il sauvé Israël du désastre comme le firent Nixon et Kissinger en 1973 durant la Guerre du Kippour ? Rien n’est moins sûr.

Mais peu importe, au fond. Quand bien même Robert aurait été un ami d’Israël, Israël aurait eu intérêt à l’éliminer de la course présidentielle, et même l’obligation de l’éliminer tout court. Je vais justifier cette affirmation dans le reste de cet article. Pour commencer, voyons quelle sorte de frère était Robert. Tous ses biographes ont souligné son dévouement absolu à John, qui avait fait de lui non seulement son ministre de la Justice, mais surtout son plus proche conseiller. Robert n’avait pas le charisme de John, et encore moins son ambition. Il sentait bien que le manteau de son frère, qu’il avait porté littéralement pendant ses premiers mois de deuil, était trop grand pour lui. S’il se décida néanmoins à briguer la présidence en 1968, c’était sous la pression du destin. Robert apparaissait, aux yeux de millions d’Américains, comme l’héritier du roi assassiné — et son justicier, même si la pensée était rarement formulée. Ses apparitions publiques suscitaient une ferveur qu’on n’avait encore jamais vue pour un candidat à la présidence, d’autant que, rarement entouré de gardes du corps, Robert manifestait un total mépris pour sa propre sécurité.

 

John et Robert étaient si proches, témoigne Arthur Schlesinger,
qu’ils avaient rarement besoin de finir leurs phrases pour
se comprendre [17].

 

Cette exceptionnelle amitié entre John et Robert a une implication évidente et cruciale, pour l’enquêteur que nous sommes. Et le fait que cela soit si rarement relevé est une raison supplémentaire de s’interroger. On ne parle jamais, en effet, des assassinats des frères Kennedy au pluriel. Quant on parle de la mort de John, on ne mentionne pas celle de Robert ; et quand le sujet est la mort de Robert, on ne s’attarde pas sur celle de John. Les assassinats de John et de Robert sont toujours considérées comme deux événements indépendants, plutôt que comme deux épisodes d’un crime en série. C’est pourtant dans le lien entre ces deux assassinats que réside la clé de chacun d’eux. John et Robert méritent d’être considérés comme une fratrie unie par une totale loyauté, et non comme deux individus indépendants, victimes de tragédies sans rapport. Le simple bon sens suggère que les frères Kennedy ont été tués par les mêmes forces, et pour les mêmes motifs.

 

Israël a tué John Kennedy

 

Outre le fait que John et Robert étaient frères, leurs assassinats ont au moins deux choses en commun : Johnson et Israël. Considérons en effet, pour commencer, le fait que leurs morts encadrent très précisément la présidence de Lyndon Johnson, qui était au pouvoir durant les deux enquêtes qui suivirent : Johnson devint président le jour de la mort de John, et termina son mandat quelques mois après la mort de Robert. Quant à Israël, c’est la volonté d’impliquer un Palestinien antisioniste qui le trahit, dans le cas de Robert. Dans le cas de John, l’empreinte d’Israël est bien en évidence, et on se demande, là encore, pourquoi la majorité des investigateurs font tant d’effort pour ne pas la voir. Par un étrange paradoxe, ceux qui professent ne pas croire à la culpabilité d’Oswald prétendent néanmoins trouver l’identité des assassins en épluchant la biographie d’Oswald.

Répétons-le, encore et encore : la piste à suivre est celle de l’assassin d’Oswald, celui qui réduisit le pigeon au silence et empêcha ainsi qu’il ne répète devant une court de justice ce qu’il avait réussi à lancer aux journalistes dans un couloir du commissariat de Dallas : « I’m just a patsy ! » Oswald aurait dû être liquidé durant son arrestation, sous le prétexte qu’il était armé, mais les choses ne s’étaient pas passées comme prévues. On fit donc appel à Jacob Leon Rubenstein, dit Jack Ruby. Ruby était intimement liée à la pègre juive — la Mishpucka (« la Famille » en hébreu), ou encore la Yiddish Connection. Une de ses anciennes amies — une strip-girl de son Carousel Club de Dallas —, a fait un jour ce commentaire : « Il n’avait pas le choix. […] Jack avait des patrons, comme tout le monde [18]. » Le patron de Jack Ruby, et son idole, était le gangster d’Hollywood Mickey Cohen, successeur de Benjamin « Bugsy » Siegelbaum, l’un des chefs de Murder Incorporated. Cohen était en contact avec Menahem Begin, l’ancien chef terroriste de l’Irgoun. Cohen avoue dans son autobiographie s’être « tellement passionné pour Israël » dans les années 40 qu’il ne faisait « plus rien d’autre que [s’]occuper de cette guerre de l’Irgoun [19] ». Peu avant de mourir d’un cancer foudroyant en 1967, Ruby confia à son avocat et à son rabbin séparément : « I did it for the Jews [20] ! »

À ces indices et aux autres que j’ai examinés ailleurs, en suivant les pas de Michael Collins Piper, j’ajoute encore celui-ci : le voyage de John Kennedy à Dallas, n’ayant pas de caractère étatique, était sponsorisé et en partie planifié et contrôlé par le Dallas Citizens Council. Kennedy se rendait à leur conférence pour y faire une allocution lorsqu’il fut abattu. Le Citizens Council est un puissant groupe d’influence dominé par des affairistes juifs comme le richissime Julius Schepps, que Bryan Stone, spécialiste de la communauté juive texane, décrit comme étant « membre de chaque synagogue en ville, et chef de facto de la communauté juive [21] ». La communauté juive est très ancienne et très influente au Texas, comme l’illustre encore Natalie Ornish (Pioneer Jewish Texans, 1989). Issue en grande partie de marranes originaires du Mexique (le judaïsme était encore officiellement interdit au Mexique en 1848, lorsque le Texas devint américain) [22]. Parmi les membres éminents de la communauté juive texane figurait encore le publicitaire et homme de relations publiques Sam Bloom, qui présidait le comité d’accueil de Kennedy à Dallas. Selon l’ancien officier des services secrets britanniques John Hughes-Wilson, c’est Bloom qui « suggéra à la Police de rendre Oswald accessible à la presse. Il suggéra aussi — contre l’avis explicite du FBI local — qu’on déplacât l’assassin présumé du commissariat à la prison de Dallas afin de donner aux journalistes une bonne histoire et des images. » C’est durant ce déplacement qu’Oswald fut abattu. « L’agent du FBI de Dallas James Hosty, ajoute Hughes-Wilson, a toujours cru que Bloom et Ruby étaient de mèche ; lorsque les policiers fouillèrent le domicile de Ruby, ils trouvèrent une note avec le nom, l’adresse et le numéro de téléphone de Bloom [23]. »

La somme des indices incrimine une cabale de terroristes sionistes particulièrement audacieux, et bénéficiant de la complicité de Johnson pour la mise en œuvre de l’assassinat et pour leur couverture par la suite. Quant au mobile probable du crime, il a été révélé dans les années 1990 par Seymour Hersh dans The Samson Option et Avner Cohen dans Israel and the Bomb : Kennedy était déterminé à empêcher Israël de se doter de la bombe atomique. Le jour même où il recevait une ultime lettre de Kennedy exigeant une inspection du site israélien secret de Dimona, le 16 juin 1963, Ben Gourion démissionnait de sa fonction publique et plongeait en eaux profondes. Cinq mois plus tard, la mort de Kennedy soulageait Israël de toute pression et même de tout risque de publicité sur son programme nucléaire militaire. John McCone, le directeur de la CIA nommé par Kennedy, démissionna en 1965 en se plaignant du peu d’intérêt manifesté par Johnson sur ce dossier [24].

Mais la détermination de Kennedy à faire avorter le projet Dimona n’était qu’une partie du « problème Kennedy ». Tout aussi insupportable était sa détermination à faire appliquer la Résolution 194 des Nations unies concernant le retour des quelques 800 000 réfugiés palestiniens expulsés dans les années 1947-48. Le 20 novembre 1963, la délégation US aux Nations unies remettait à nouveau cette question sur le tapis, causant une vive protestation dans les cercles israéliens. Enfin, depuis les tout premiers mois de son mandat, Kennedy se montrait amical envers Nasser. L’historien Philip Muehlenbeck écrit :

« Tandis que l’administration Eisenhower avait cherché à isoler Nasser et réduire son influence en favorisant le roi Saoud d’Arabie comme rival conservateur au président égyptien, l’administration Kennedy poursuivit la stratégie exactement inverse [25]. »

Le double assassinat des Kennedy

 

Robert avait-il l’intention de rouvrir l’enquête sur la mort de son frère, et les assassins de John avaient-ils des raisons de craindre qu’il le ferait, une fois à la Maison Blanche ? Laissons les faits parler. Dès le 22 novembre 1963, Robert fut mis sur la touche par Johnson et Hoover. Bien qu’encore attorney general, il se savait désarmé face aux forces qui avaient tué son frère, et qui maintenant le surveillaient étroitement. Pourtant, il ne perdit pas de temps pour commencer discrètement sa propre enquête ; il questionna d’abord le directeur de la CIA John McCone, pour tenter de découvrir si des éléments de l’Agence étaient impliqués. Puis, envisageant l’hypothèse d’une vengeance du crime organisé, il prit contact en mars 1964 avec Jimmy Hoffa, son ennemi juré, sur lequel il s’était acharné depuis dix ans et que son département de la Justice venait encore de condamner ; un tête-à-tête fut improvisé entre les deux hommes sur une piste d’aéroport, et Robert en sortit convaincu de l’innocence de Hoffa. Robert chercha aussi à savoir s’il y avait eu des complicités au sein du Secret Service, responsable de la sécurité du Président, et il chargea son ami Daniel Moynihan d’enquêter discrètement. Robert, bien entendu, soupçonnait aussi fortement Johnson d’être impliqué. Il détestait Johnson, et avait fait tout son possible pour dissuader son frère de le choisir comme vice-président.

 

« Johnson ment tout le temps » disait Robert ;
« il ment même quand il n’en a pas besoin [26]. »

 

Avec la publication du rapport de la Commission Warren, Robert eut la confirmation qu’il ne devait plus rien attendre de la justice de son pays avec Johnson au pouvoir [27]. Il sollicita alors l’aide d’un vieil ami de la famille Kennedy, qui avait travaillé pour le MI6 britannique. Celui-ci prit contact avec les services secrets français, disposés à mener une enquête. Avec l’aval du général de Gaulle, qui n’avait jamais cru à la thèse du tueur solitaire [28], deux officiers, dont le commissaire André Ducret, chef de la sécurité présidentielle à l’Élysée, menèrent une enquête sur trois ans en faisant infiltrer les milieux pétroliers texans, la CIA et les mercenaires cubains de Floride. Leur rapport, très soupçonneux à l’égard de Johnson, fut transmis à RFK peu avant son assassinat. Ensuite, constatant que ni Jacqueline Kennedy, ni le dernier frère survivant, Ted Kennedy, ne manifestait d’intérêt pour ce rapport, les officiers français embauchèrent un écrivain du nom de Hervé Lamarr pour en faire un livre, sous le pseudonyme de James Hepburn [29]. Le livre parut d’abord en français sous le titre L’Amérique brûle, et fut rapidement traduit en 11 langues. Aucun grand éditeur américain n’en voulut, mais il circula néanmoins sous le titre Farewell America : The Plot to Kill JFK. Sa conclusion mérite d’être citée :

« L’assassinat du président Kennedy était un travail de prestidigitateurs. C’était un tour de magie, avec accessoires et faux miroirs, et lorsque le rideau est tombé, les acteurs, et même le décor ont disparu. […] Les comploteurs avaient raison de penser que leur crime serait dissimulé par les ombres et le silence, qu’il serait imputé à un fou et à de la “négligence” [30]. »

Robert Kennedy comptait briguer la présidence en 1972. Plusieurs facteurs précipitèrent sa décision de se présenter dès 1968 : l’un d’eux était l’enquête ouverte en 1967 par le procureur de la Nouvelle-Orléans Jim Garrison. Garrison obtint de visionner le fameux film d’Abraham Zapruder, qui avait saisi l’assassinat en huit-millimètres ; ce film, confisqué par le FBI le jour même, prouve par le mouvement de la tête du Président que la balle mortelle provenait du grassy knoll, en face du Président, et non du School Book Depository situé dans son dos, où se trouvait Oswald. Robert Kennedy confia à son ami William Attwood, rédacteur en chef du magazine Look, qu’il croyait comme Garrison à un complot, ajoutant : « mais je ne peux rien faire tant que je n’ai pas le contrôle de la Maison Blanche ».

Garrison affirme que Robert lui a fait passer un message discret de soutien par un ami commun, l’encourageant dans son enquête et disant qu’il ferait éclater la vérité au grand jour lorsqu’il serait président [31].

En conclusion, il fait peu de doute que Robert Kennedy avait l’intention, s’il était élu président, d’ouvrir une nouvelle enquête sur la mort de son frère. Cela n’échappait probablement pas à ses ennemis, qui étaient évidemment les ennemis de John.

Les commanditaires de l’assassinat de John avaient fait appel à un gangster juif lié à l’Irgoun pour liquider Oswald, le pigeon gênant. Les assassins de Robert ont faussement attribué sa mort à un Palestinien poussé par « la haine d’Israël ». Ces deux pièces réunies font apparaître assez nettement le profil des commanditaires des deux assassinats. C’est bien pourquoi leurs complices dans les médias s’appliquent à ne jamais les réunir.

Pour faire diversion, on fait planer l’idée d’une mystérieuse malédiction planant sur les Kennedy. Quel péché ancestral aurait provoqué la vengeance divine ? Ronald Kessler, journaliste au Washington Post, pointe du doigt l’antisémitisme du père, Joe Kennedy, et sa politique d’apaisement avec Hitler lorsqu’il était ambassadeur US à Londres. Le titre de son livre, Les Péchés du père. Les origines secrètes du clan Kennedy [32], est subtilement inspiré d’Exode 20:5 :

« Moi Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants pour ceux qui me haïssent. »

 

Le livre de Kessler devint carrément prophétique trois ans après sa parution en 1996, lorsque John Fitzgerald Kennedy Junior périt dans des circonstances troubles, avec son épouse et l’enfant qu’elle portait, alors que, sur les traces de son père, il entrait en politique après s’être lancé dans le journalisme (et s’être intéressé aux assassinats et complots politiques liés à Israël) [33].

Alors, théorie de la conspiration, ou théorie de la malédiction ?

Notes

[1] Jerry Cohen, « Yorty Reveals That Suspect’s Memo Set Deadline for Death », Los Angeles Times, 6 juin 1968, pages 1 et 12, sur latimesblogs.latimes.com/thedailymirror/2008/06/june-6-1968.html.

Jerry Cohen, « Jerusalem-Born Suspect Called An Anti-Semite », The Salt Lake Tribune, 6 juin 1968, sur www.newspapers.com/newspage/11976683/ et sur www.newspapers.com/newspage/10399250/.

Voir aussi Harry Rosenthal, “Senator Kennedy’s support for Israel promoted decision declares Sirhan,” The Telegraph, 5 mars 1969, sur http://news.google.com/newspapers?nid=2209&dat=19690305&id=QpgrAAAAIBAJ&sjid=mfUFAAAAIBAJ&pg=7109,318608&hl=fr

[2] Jeffrey Salkin, « Remember What Bobby Kennedy Died For », 5 juin 2008, sur forward.com.

[3] Sasha Issenberg, « Slaying gave US a first taste of Mideast terror. Analysts call Robert Kennedy’s death a prelude to kidnappings and attacks », Boston Globe, 5 juin 2008, sur www.boston.com

[4] Alan Dershowitz, “Do Jews Control the Media ?”, huffingtonpost.com, 6 octobre, 2010.

[5] Jeffrey Salkin, « Remember What Bobby Kennedy Died For », op. cit.. Voir aussi Michael Fischbach, « First Shot in Terror War Killed RFK », The Los Angeles Times, 2 juin 2003, sur http://articles.latimes.com/2003/jun/02/opinion/oe-fischbach2

[6] Thomas Noguchi, Coroner, Simon&Schuster, 1983.

[7] Frank Morales, « The Assassination of RFK : A Time for Justice ! », 16 juin 2012, sur www.globalresearch.ca&nbsp ; ; voir le témoignage de Paul Schrade sur YouTube, « RFK Assassination 40th Anniversary (2008) Paul Schrade on CNN ».

[8] Philip Melanson, The Robert F. Kennedy Assassination : New Revelations On the Conspiracy And Cover-Up, S.P.I. Books, 1994, p. 25. Voir le documentaire d’investigation de Shane O’Sullivan, RFK Must Die : The Assassination of Bobby Kennedy (2007). Pour plus de détail, lire son livre Who Killed Bobby ? The Unsolved Murder of Robert F. Kennedy, Union Square Press, 2008. Voir aussi le témoignage de Don Schulman qui a vu Cesar dans le film The Second Gun (1973), à 42:40–54:36.

[9] Frank Morales, « The Assassination of RFK : A Time for Justice ! », 16 juin 2012, sur www.globalresearch.ca&nbsp ; ; « Sirhan Sirhan Denied Parole », sur YouTube.

[10] Jacqui Goddard, « Sirhan Sirhan, assassin of Robert F.Kennedy, launches new campaign for freedom 42 years later », The Telegraph, 3 décembre 2011, sur www.telegraph.co.uk

[11] Colin Ross, Bluebird : Deliberate Creation of Multiple Personality by Psychiatrists, Manitou Communications, 2000, résumé sur www.wanttoknow.info/bluebird10pg

[12] William Turner and John Christian, The Assassination of Robert F. Kennedy : The Conspiracy and Cover-up (1978), Basic Books, 2006, p. 225-229.

[13] Shane O’Sullivan, Who Killed Bobby ? The Unsolved Murder of Robert F. Kennedy, Union Square Press, 2008, p. 5, 44, 103.

[14] The Israel Lobby Archive, www.irmep.org/ila/forrel/

[15] Alan Hart, Zionism, The Real Ennemies of the Jews, vol. 2 : David Becomes Goliath, Clarity Press, 2013, p. 252.

[16] Jeffrey Salkin, « Remember What Bobby Kennedy Died For », op. cit.

[17] PBS American Experience & The Kennedys part 2, sur YouTube.

[18] http://jfkfacts.org/assassination/news/ex-flame-says-jack-ruby-had-no-choice-but-to-kill-oswald/

[19] Mickey Cohen, In My Own Words, Prentice-Hall, 1975, p. 91-92. 

[20] « Je l’ai fait pour les juifs ! » (NDLR).

William Kunstler, My Life as a Radical Lawyer, Carol Publishing, 1994, p. 158 ; Steve North, « Lee Harvey Oswald’s Killer ‘Jack Ruby’ Came From Strong Jewish Background », The Forward, 17 novembre 2013, sur forward.com

[21] Bryan Edward Stone, The Chosen Folks : Jews on the Frontiers of Texas, University of Texas Press, 2010, p. 200.

[22] Natalie Ornish, Pioneer Jewish Texans, The Texas A&M University Press, 2011.

[23] John Hughes-Wilson, JFK - An American Coup d’État : The Truth Behind the Kennedy Assassination, John Blake, 2014. 

[24] Alan Hart, Zionism, The Real Ennemies of the Jews, vol. 3 : Conflict Without End ? Clarity Press, 2010, p. 21-22.

[25] Philip Muehlenbeck, Betting on the Africans : John F. Kennedy’s Courting of African Nationalist Leaders, Oxford UP, 2012, p. xi, 122-4.

[26] Jeff Shesol, Mutual Contempt : Lyndon Johnson, Robert Kennedy, and the Feud that Defined a Decade, WW Norton & Co, 1997, 2012, p. 95.

[27] David Talbot, Brothers : The Hidden History of the Kennedy Years, Simon & Schuster, 2007.

[28] Alain Peyrefitte, C’était De Gaulle, tome 2, Fayard, 1997, p. 45.

[29] Gus Russo, Live by the Sword : The Secret War Against Castro and the Death of JFK, Bancroft Press, 1998, p. 574-575.

[30] James Hepburn, L’Amérique brûle, Nouvelles Frontières, 1968 ; Farewell America : The Plot to Kill JFK, Penmarin Books, 2002, p. 269.

[31] David Talbot, Brothers, op. cit., p. 312-314, 333.

[32] Ronald Kessler, Les Péchés du père. Les origines secrètes du clan Kennedy, Albin Michel, 1996 ; titre originel : The Sins of the Father : Joseph P. Kennedy and the Dynasty He Founded, Hodder & Stoughton, 1996.

[33] Sur les soupçons pesant sur Israël, lire Barry Chamish, « The Murder of JFK Jr – Ten Years Later », sur www.rense.com/general87/teny...

Du même auteur, sur E&R :

 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

34 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Merci beaucoup à M. Guyenot pour son travail.
    Je recommande de lire sa synthèse remarquable et accessible mais documentée sur le sujet des Kennedy.
    http://www.kontrekulture.com/produi...


  • A quand un nouveau livre de Laurent Guyenot :) ?

     

    • Oui, une compilation de tous vos articles dans un nouveau libre,Mr Guyénot, serait un document d’archives à conserver précieusement.


    • Oui ce serait bien de réunir dans un livre tous les articles publiés par Laurent Guyénot sur E&R et le Réseau Voltaire. Ce sont des textes lumineux et essentiels grâce auxquels toute l’histoire du XXème siècle (guerres mondiales incluses) et du début du XXIème siècle enfin s’éclaire, et qui permettent de relier les événements entre eux et d’en comprendre l’articulation profonde, alors qu’on désespérait de jamais savoir un jour qui se cachaient derrière ces événements, et de connaître l’identité des vrais coupables. Merci à E&R d’avoir révélé Laurent Guyénot, dont l’apport est unique et inestimable. C’est une pépite.


  • Une enquête superbement bien menée par M.Guyénot, d’une logique imparable, sauf élément nouveau, et dont le résultat et autres imbrications sont effrayantes.


  • C’est clair comme de l’eau de roche
    Merci pour ce beau puzzle finement reconstitué
    JFK, RFK, 09/11, et plus récemment chez nous après d’autres pays en Europe ou au Moyen Orient
    Un scénario officiel, des acteurs (pigeons et exécuteurs), des incohérences et pour finir une désinformation orchestrée d’inspiration hollywoodienne sécurisée par des cohortes de collabos et de lois iniques.
    Ils savent que nous savons mais pour l’instant ils ont toujours la main parce qu’ils ont la force. Le jour où les citoyens regarderont à côté de la télé pour découvrir enfin le marionnettiste, ce jour là l’espoir renaîtra.


  • De la dynamite ...


  • Très bon article.
    Encore une fois, il sera très difficile d’éclaircir tout sur cette période de l’histoire des états-unis, mais deux Kennedy morts, ce ne peut plus être le simple hasard ;
    (beaucoup, beaucoup d’enjeux derrière tout ça, on imagine bien....)
    La thèse ici est intéressante, puisqu’il y a un chaînon manquant quand aux commanditaires de ces assasinats, et, une fois encore, c’est en remontant la chaîne qu’on y voit plus clair...


  • Une grande finesse d’analyse et une bibliographie solide,
    merci pour cet article, M. Guyénot !

    I’m a defector !


  • Le malheur des Kennedy vis a vis des juifs sionistes c’est d’être humain et ils l’ont payé de leur vie !


  • L’article est intéressant. Le seul bémol c’est que vous répétez des anciens clichés.
    Ex : Bugsy Siegel n’a jamais été président de Murder Incorporeted. It’s a fucking myth !
    Jack Ruby n’a jamais eu des copines, c’était un homosexuel. Et le gangster d’Hollywood Mickey Cohen n’était qu’un criminel de second rang qui a passé 12 ans en taule.
    Il se fait que quand j’étais jeune ma grande passion était tout ce qui était lié à la prohibition. J’ai dépensé une fortune en faisant venir des bouquins du monde entier.

     

    • "Il se fait que quand j’étais jeune ma grande passion était tout ce qui était lié à la prohibition. J’ai dépensé une fortune en faisant venir des bouquins du monde entier."

      C’est parfait : pourriez-vous alors nous donner quelques références précises pour étayer vos propres affirmations ("Jack Ruby n’a jamais eu des copines, c’était un homosexuel. Et le gangster d’Hollywood Mickey Cohen n’était qu’un criminel de second rang qui a passé 12 ans en taule") ?

      Comme disait Marion Sigaut, faire de l’histoire, c’est citer ses sources (ce que fait Laurent Guyénot)...


  • Il est évident qu’après avoir assassiné JFK l’oligarchie n’allait pas prendre le risque de laisser RFK accéder à la présidence ! Imaginez un peu si ce dernier avait eu l’idée plus que probable de faire justice pour son frère duquel il était si proche ? Il me semble qu’en Chine il y avait à une certaine époque une coutume consistant à éradiquer une famille entière afin de prévenir tout risque de vengeance par un descendant survivant...ce simple fait, la possibilité que RFK venge l’assassinat de son frère, est en soi largement suffisamment pour justifier son élimination.


  • #1481566

    Quelle lecture ! Quelle en-saignement ! Ceux qui sont les acteurs de ces actes sont de biens tristes gens, priez pour eux a l’heure du jugement dernier car c’est pour l’eternite que dieu jugera.

    Merci a cet homme de chercher a comprendre et a peut etre toucher du doigt une partie de la verite, Bravo pour votre travail et que dieu vous protege. Amen.

     

  • La citation du Jewish Daily Forward (Note 16) est fascinante. Laurent Guyénot écrit qu’elle est d’une "magistrale hypocrisie" mais on peut aussi la lire comme un aveu du crime ! Comme pour le titre du livre "Les Péchés du père" (Note 32) inspiré d’Exode 20:5.
    Excellent article qui corrobore l’instinct. Comme avait dit Alain Soral citant Jean Cocteau, "je trouve d’abord, je cherche ensuite."


  • Et nous..... nous ne pouvons pas nous empêcher de croire aussi... que ce sont toujours les mêmes qui sont les chefs d’orchestres..... Suivez mon regard...


  • Hahaha, merci pour ce TRÈS long et TRÈS passionnant article ! M’étant plus intéressé à la vie de son père, ainsi qu’à l’assassinat de son frère (et trouvant plausible qu’un Palestinien puisse s’en prendre à l’éventuel futur président des US juste l’année suivant la Guerre des Six Jours) je ne me suis jamais trop penché sur le cas Sirhan Sirhan. Sans être dupe des possibilités de magouilles ceci dit, l’Histoire est ponctuée d’embrouilles enveloppées dans des mystères... Voici un autre sujet sur lequel il est impératif de se pencher. Je ne suis pas OK avec toutes tes théories, mais merci de nous inciter à la recherche Laurent !


  • Bonjour, excellent article, comme toujours.

    Tous ces articles de M. Guyénot mériteraient d’être compilés et publiés, un jour ou l’autre.


  • Alors on a perdu la guerre ?

     

  • D’autres organisations avaient aussi intérêt à éliminer JFK et RFK : à savoir  : "la mafia (de toute origine) ; le KKK ; les banques ; ceux qui n’aiment les présidents ou les candidats à la présidence US très riches ou les électrons libres".


  • Excellent article bien entendu, mais c’est quand même très flippant... quelle machiavélique et sombre machination, implacable, puissante. C’est à se demander si est popossible de l’arrêter...


  • C’est marrant, je n’ai ni la culture ni les compétences "d’investigateurs" comme Laurent Guyénot, mais apparemment il se pourrait (donc peut être) que j’ai une sacrément bonne intuition.
    Après tous les docs et autres articles jamais parus, et qu’on a surement tous vu ou revu, l’hypothèse la plus probable qui m’est venu à l’esprit était que les sionistes étaient les éxecutants de l’assassinat de JFK.

    Mais au final je pense que tous les lobbys et autres groupuscules maçonnico-mafieux sont responsables.
    JFK malgré tous ses défauts (et il y en avait) n’était au pire pas capable d’être aussi pourri que les autres, et au mieux quelqu’un qui au moins essayait sincèrement d’être un type bien et juste.

    Il s’était mis quasiment tous les services et lobbys à dos, entre l’opération Northwood qu’il avait fustigé, les droits civiques, et j’en passe, il avait au moins à dos :
    - le complexe militaro-industriel
    - la CIA
    - la finance
    - ...je crois même qu’il y avait les pétroliers, fin bref...
    - et (erreur fatale) Israel

    Bref sa mort arrangeait tout le monde, et c’est bien pour ça qu’Israel a pu le faire avec l’assurance que le silence soit bien gardé...
    Autant il serait normal qu’Israel paye enfin ses crimes, mais sur ce coup je pense qu’il faut pas oublier tous les autres pour autant.

    D’façon je vois pas comment Israel aurait pu et surtout aurait pris le risque de le faire sans que tous les autres ne promettent de fermer les yeux...
    Mais bon c’est mon avis.

     

    • Plein de gens détestaient les Kennedy. Et n’importe qui aurait pu les abattre.
      C’est pourquoi la vraie question est : parmi tous les coupables possibles et imaginables, lequel a un pouvoir suffisant sur la grande presse nationale pour désinformer le public et faire chanter les politiques depuis 50 ans ? La mafia sicilienne ?


    • @Laurent Guyenot

      J’ai du mal m’exprimer, je ne remet absolument pas en doute votre thèse, bien au contraire d’ailleurs.
      Il est clair qu’il n’y a déjà à la base qu’Israel d’assez dingue pour faire un truc pareil jusqu’au bout (les autres se seraient surement contenté de détruire sa carrière à coups de scandales sexuels surtout dans une amérique aussi puritaine qu’à cette époque), et vu que la seule question nucléaire est largement suffisante pour les énerver à ce point, alors si en plus on rajoute les colonies et cie... alors là, c’est presque signé... bref.

      Mais ils sont pas dingues, je pense, au point de mettre ça à execution sans la garantie d’une impunité assurée, assassiner un président c’est équivalent à une déclaration de guerre quand même...
      Donc selon moi, les autres sont forcément tout aussi coupables, que ce soit d’avoir accepté de fermer les yeux pour les uns et/ou d’avoir aidé d’une manière ou une autre pour les autres.
      C’est tout ce que je dis.

      Sinon, super article, et quelques soient les éventuelles erreurs qu’il pourrait y avoir (si il y en a, simple supposition), tout est très bien documenté et parfaitement cohérent.
      Donc voilà c’est tout, et d’ailleurs merci pour votre travail.

      Respectueusement.


    • J’avais lu votre commentaire un peu vite. Vous avez raison. Question de points de vue (j’aime bien cette expression : on a toujours un point de vue, une perspective, l’idéal est de se déplacer pour en avoir plusieurs). Toutefois, je pense que vous exagérez un peu : l’Opération Northwood, par exemple, est bidon selon moi (voir mes articles "la double imposture"). Mais il est probable que beaucoup de faucons ont été ravis d’avoir Johnson : à fond la Guerre du Vietnam ! Johnson reste la clé : c’est lui qui a coordonné. Tous ceux qui ont participé (ou se sont fait piéger) savaient d’avance que Johnson les couvrirait.
      Bien à vous


  • C’est excellent de voir mentionné le travail du regretté Michael Collins Piper, et la teneur des conclusions présentés dans cet article.

    Il est utile de savoir que Harvey Oswald travaillait pour le gouvernement Américain (par intermédiaires divers), et que selon sa petite amie de l’époque, Judyth Vary Baker, il était à Dallas pour avertir JFK d’un attentat potentiel.

    Étrangement, il semble - sans pouvoir le savoir - avoir eu contact avec celui qui a très certainement donné le coup fatal qui a tué JFK, à savoir le tueur du "grassy knoll", James Files, qui à son tour travaillait sous les ordres de Charles Nicoletti, un associé de Sam Giancana (maffia juive).

    Un document précieux nous est offert dans la vidéo d’une interview avec ce James Files - qui bizarrement a déjà passé 30 ans derrière les barreau d’une prison, mais pour d’autres crimes.

    Deux liens vers cette vidéo :
    https://www.youtube.com/watch?v=Ltj...
    https://www.youtube.com/watch?v=qr4...

    Pour boucler certains aspects, il faut comprendre qu’à l’évidence, il n’y avait pas que des juifs dans cette conspiration. A part la volonté d’arrêter JFK, et les règlements de compte, il y’a aussi véritablement eu un coup d’état. Lyndon Johnson était très clairement impliqué, ainsi que le chef du FBI de l’époque J. Edgar Hoover. Il y a aussi un lien vers les présidents Bush sr et jr.

    Un dossier fascinant qui offre des preuves incontournables a leur sujet, nous est offert par Jeff Rense, recueillant des analyses de propos "renversés" (le "reverse speech") - même si cela peut sembler "expérimental" pour certains. A trouver sur
    http://rense.com/general96/JFKspeci...

    Malheureusement ces sources ne sont à présent qu’en Anglais. Elles sont toutefois trop essentiel à ne pas être mentionnés à cet endroit.


  • J’avais lu il y a quelques années un livre d’un auteur allemand Hans Meiser sur un autre sujet, les liens entre la franc-maçonnerie américaine et tchèque lors de la fondation de la Tchécoslovaquie en 1919. Meiser avait relevé qu’il n’y avait eu dans toute l’histoire des Etats-Unis depuis 1783 que deux présidents à ne pas avoir été Francs-Maçons. Il s’agissait d’une part d’Abraham Lincoln, le Président durant la guerre civile de 1861 à 1865, né dans une famille de pionniers du Kentuky, dans l’Ouest, hors des réseaux de pouvoir et de connivence de Washington et justement John Fitzgerald Kennedy, d’une famille catholique irlandaise hostile à la Franc-Maçonnerie. Et ces deux seuls présidents non francs-maçons furent assassinés avant la fin de leurs mandats. Le frère du Président Kennedy, Bobby fut même assassiné avant d’avoir pu accèder à la présidence !


  • M. Guyénot écrit :



    "...en suivant les pas de Michael Collins Piper, j’ajoute encore celui-ci : le voyage de John Kennedy à Dallas, n’ayant pas de caractère étatique, était sponsorisé et en partie planifié et contrôlé par le Dallas Citizens Council."



    Cette information se trouvait déjà en page 18 du livre Final Judgment de Michael Collins Piper (2005, 6e édition) :



    "And while it is well known that the Dallas leg of JFK’s Texas trip was sponsored by the Citizens Council (CC), the elite business group that ruled Dallas, the little-noticed evidence shows that two of the three key figures who dominated the CC were Jewish (...)"



    Cela fait seulement trois fois que je tente de poster ce message... s’il n’est pas publié bientôt ce message sera suivi d’accusations publiques contre M. Guyénot.

     

    • Ma formulation était ambiguë. Je m’accuse publiquement et me prive de dessert à midi.
      D’une manière générale, je cite la source originale lorsque j’ai pu remonter jusqu’à elle. Sinon, dans ce genre de recherche collective, on a des notes interminables : cité par..., cité par..., cité par...
      Mais ici, j’ai tout de même tenu à rendre hommage à Piper.
      Mais parfois, j’oublie où j’ai d’abord trouvé telle ou telle info. Par exemple, ici, je crois que seule la note 23 est tirée de Piper, les notes 21 et 22 sont issues de ma propre recherche.
      Druide, tu es pitoyable.


  • Tout est tellement visible actuellement dans ce monde où Israël tente de recréer son Temple au mépris de tous et pour le bien de tous, c’est leur crédo, qu’on est en droit de se demander "comment" l’esprit humain peut se nier lui-même, c’est ça l’énigme ?

    Comment peut-on annuler la réalité à ce point ?

    Je crois que c’est parce que justement tout est rempli, oblitéré, occupé par ceci ou par cela, qu’il n’y a plus d’espace vacant où quelque chose pourrait se questionner.

    Il n’y a plus d’espace relationnel, tout est collé, scotché, alors pour le discernement, c’est barré, car la conscience se pose sur la différence et elle a besoin d’espace pour se poser mais si la différence est occultée, alors plus d’espace et encore moins de différenciation, c’est le chaos et plus rien n’est discernable.

    Seuls ceux qui se retirent, qui explorent en eux, ( en disant cela, ça ne fait pas de moi, cet être-là) trouvent cet espace et c’est parce qu’ils le trouvent en eux qu’alors peut se lire quelque chose du dehors, sinon, c’est peine perdue.Ce qui est exprimé dehors est à l’image du dedans.

    Le symbolique tend à disparaître, or, sans symbole, rien n’est lisible car nous ne sommes pas des dieux qui lisons directement mais des hommes qui avons besoin du médiateur qu’est le symbole pour comprendre quelque chose à la mesure de nos possibilités toujours limitées.

    Aujourd’hui, même le titre d’homme est surfait, nous sommes plus souvent des animaux, et pourtant en nous, il y a un espace noble, glorieux, sans histoire . C’est SUR lui que nous devons nous appuyer, car sans lui nous sombrons.

    Je tiens à remercier Laurent pour son travail et sa pugnacité.


  • Le discours très ambigu que JFK donna deux ans et demi avant son assassinat et depuis connu sous l’appelation "L’impitoyable conspiration monolithique" n’a pas dû l’aider...


Commentaires suivants