Egalité et Réconciliation
http://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
 
A A A
imprimer

Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

Lagardère, JDD, France Info, salafisme, Algérie, Fourest

La concentration des médias s’accélère, dans le privé, et le public. Mais la propagande, qui nous coûte très cher, reste la même. Elle dénonce les uns, et protège les autres.

 

Grève de France et synergie

Le fils Lagardère n’y va pas de main morte. Il applique la méthode d’Alain Weill – le membre du Siècle qui préside le groupe NextRadioTV comprenant RMC et BFMTV, un ensemble récemment racheté par le groupe Altice de Patrick Drahi – qui consiste à regrouper les rédactions des divers supports (presse écrite, radio, Internet et télé) pour faire des économies d’échelle. En gros, virer du monde et faire trimer les survivants.
Ainsi, un « pool » de journalistes, en réalité une fosse blindée de stagiaires et de pigistes motivés au fouet de la pauvreté, pond chaque jour des dizaines de pseudo-articles ou chroniques pour les différents supports. Chez Hachette Filipacchi, autrefois fleuron de la presse magazine mondiale, cela va se traduire par un « rapprochement » (toujours ces euphémismes positifs) entre la rédaction du JDD, le Journal du Dimanche, et celle d’Europe 1. En mode libéral, quand on perd des points de rentabilité, on vire des employés. Parfois même, on peut être rentable, et virer quand même des gens, pour être plus rentable encore, et satisfaire aux exigences des actionnaires.

 

JPEG - 107.9 ko
Arnaud Lagardère est confronté aux difficultés de la propagande par voie de presse

 

Inversement, dans le monde très « armée mexicaine » des chaînes publiques, c’est-à-dire dont l’État est l’actionnaire unique, les équipes en charge des journaux d’information sont légions. Il y a celle du 12/13 de France 3, le midi donc, le 13 Heures de France 2, le journal de la nuit de France 3 (Soir 3), puis le fameux 20 Heures de France 2, le 19/20 de France 3, sans oublier les éditions régionales, puis les chaînes en ligne francetvinfo (en grève ce jeudi 7 avril 2016) et France 24 (on n’arrive même plus à savoir qui est qui et qui fait quoi et quelles sont les différences), et la future chaîne d’info publique en continu sur la TNT gratuite, prévue pour septembre 2016.

Ah, il y a aussi les chaînes LCP et Public Sénat, qui possèdent leur staff d’information, mais sans JT proprement dit. Et on ne parle même pas d’une éventuelle synergie avec les radios publiques, par exemple France Inter et Radio Bleu (la rédaction de France Info est déjà sur le pied de guerre parce que la nouvelle chaîne d’info en continu devrait s’appeler « France Info » aussi !). Tiens, en parlant de Radio « France », l’agglomérat de radios nationales qui portent si mal leur nom, la pub arrive, par décret du Journal Officiel.

 

JPEG - 319.7 ko
Audrey Azoulay, celle par qui la publicité arrive sur les radios publiques

 

Devant la décrépitude (16 millions d’euros de déficit annoncés pour 2016) et les audiences en berne de ces fréquences qui devaient être « publiques », et donc éclectiques, démocratiques, pluralistes – n’en jetons plus ! – et qui ont fini en organes de propagande à voix unique, celle du pouvoir répressif en place, les autorités (en fait il s’agit d’Audrey Azoulay) ont donc décidé de truffer 30 minutes de spots de pub par jour sur les trois radios suivantes : Radio Bleu, France Inter et France Info. Ben oui, déjà que ces audiences sont éclatées, et se cannibalisent un peu les unes les autres, voilà qu’on va se goinfrer des slogans et des réclames par dessus… Les adeptes de la pureté culturelle se frottent les mains : personne n’ira placer un spot pour une crème à raser avant l’émission israélienne d’Alain Finkielkraut sur France Culture, Répliques. C’est toujours ça de gagné…

Tout ça pour dire quoi ? Ben toujours un peu la même chose, hélas : le budget pharaonique de toutes ces chaînes et stations publiques, en partie détourné par des propagandistes que les Français abhorrent, disparaît dans un trou noir impossible à boucher. Donnez-nous un centième du budget total de l’audiovisuel public, soit 3,7 milliards d’euros en 2016 – eh oui, madame – et on vous fait une télé et une radio de derrière les fagots… dont vous entendrez parler encore dans 1000 ans. Si au moins la propagande du pouvoir socialo-sioniste était discrète, un peu fine… mais non, c’est de la grosse caisse, chargée de mépris, d’ignorance, d’omission douteuse et de mensonge éhonté. Ça sert les intérêts de tout, sauf du peuple français. Quant à l’audiovisuel privé, n’en parlons pas. Pour faire bonne figure, il introduit un peu de « grandes gueules » (RMC) et de « Zemmour » (RTL), mais à la fin, c’est toujours les mêmes qui gagnent.

 

Le salafisme, épouvantail médiatique à la solde de l’Empire

En parlant de propagande, ces derniers jours, hormis la grosse scie des Panama Papers, c’est le salafisme qui tient le haut du pavé. Les médias s’intéressent soudain au salafisme : c’est quoi le salafisme, c’est qui, d’où ça vient, pourquoi ils sont méchants, est-ce une maladie de l’islam, comment le combattre, etc.

On voit alors les spécialistes plus ou moins autoproclamés de la chose (toujours un peu floue, la chose islamique, vu qu’on a à moitié interdit l’UOIF et que les pseudo-représentants de l’islam en France ne le représentent pas forcément, quand ils ne sont pas à double facette) débarquer pour nous faire la leçon. Une leçon qui finit toujours en avertissement solennel. Le salafisme, cette version radicale de l’islamisme, représenterait donc, si l’on en croit ce qui ressort du débat, le danger numéro un pour la France et les Français. Exit le chômage, la désindustrialisation, la santé, toutes ces conneries. Les Français doivent se lever comme un seul homme contre cet OPNI (objet politique non identifié) : le salafisme. Et défendre la Nation, à la manière des révolutionnaires de 1792, qui ont courageusement bouté à Valmy l’ennemi austro-prussien du sol national. Jacques Attali propose la levée d’un corps de 100 000 citoyens pour assurer la sécurité partout. On se croirait en Israël, avec la menace qui peut venir de toutes les frontières extérieures. Sauf que chez nous, on ne peut pas construire des murs autour des banlieues « islamiques », car le danger est déjà à l’intérieur ! Le ver salafiste est dans le fruit français ! Au secours !

En tous les cas, une pression phénoménale est mise sur les musulmans de France. Malek Chebel accepte la sentence oligarchique en tremblant, c’est-à-dire d’amalgamer l’islam à un « islamisme » criminel. La vipère salafiste qui risque de contaminer tout le corps de l’islam... Comment résister à cette pression ? Même le Père Delorme rejoint l’analyse de Gilles Kepel, qui voit dans la déstabilisation actuelle du monde, on a bien dit du monde, la main d’un islam radical…

 

Le Père Delorme, mais si, le curé des Minguettes, qui avait organisé la fameuse Marche des Beurs en 1983, et qui connaît bien la banlieue française, note un durcissement de l’islam dans les quartiers depuis le début des années 90. Soit celles de la guerre civile algérienne (entre 100 000 et 200 000 morts), qu’on sait aujourd’hui financée par l’Arabie saoudite. Oui, une guerre civile financée par un pays tiers. De ce moment date l’irruption du salafisme sur la scène politique maghrébine, puis française, par capillarité.

Mais quel intérêt aurait eu le royaume hachémite de déstabiliser l’Algérie ? La réponse se situe dans l’intérêt de l’Empire, un étage au-dessus, à savoir l’alliance américano-sioniste, à déstabiliser les régimes forts ou nationalistes assis sur les grandes réserves énergétiques du sous-sol. D’ailleurs, la baisse actuelle programmée du prix du pétrole conjuguée à l’augmentation de la production saoudienne impacte deux pays clés un peu trop résistants au goût de l’entente américano-sionisme : l’Algérie (qui refuse toujours de reconnaître le « terrorisme » du Hezbollah) et l’Iran (qui soutient le Hezbollah).

L’Irak a ainsi été passé au bulldozer impérial depuis 1990, un labour sur deux décennies, la Syrie depuis 2011, l’Algérie a subi une déstabilisation massive depuis 1990, qui a duré une décennie, déstabilisation qui revient actuellement par le biais de ses pays limitrophes, qui ont tous été secoués, ou sont en voie d’éclatement : le Maroc mis à part, la Tunisie a connu de grands bouleversements, la Libye a explosé, le Mali a été coupé en deux. La clé du « salafisme français », c’est-à-dire l’explication ou la logique des attentats de 2015 sur le sol national, est peut-être à chercher dans cette stratégie globale.
Oui mais, diront les sceptiques, il n’y a pas de pétrole en France, alors pourquoi l’Empire voudrait-il nous déstabiliser ?
Les pays par trop nationalistes sont sur la liste (souvenez-vous de la Serbie, l’alliée numéro un de la Russie en Europe). La résistance française à l’Empire, qui ne date pas d’hier – on l’a vu avec le veto chiraquien de 2003 lors de la grande ratonnade de Bush et de sa « coalition » – semble être à l’origine de nos ennuis actuels. Des ennuis qui se comptent en morts.

Alors Caroline Fourest a beau faire le tour des plateaux TV, BFM TV a beau nous faire la leçon képelienne sur le salafisme, plutôt que d’ergoter sur le voile islamique, on aimerait bien savoir qui conduit le bulldozer destructeur de souverainisme qui avance avec le masque salafiste.

 

 

Patrick Liste Noire Cohen présente son invitée : « Caroline Fourest, enseignante à Sciences Po [la pépinière de la caste médiatico-politique pro-sioniste, NDLR], spécialiste de l’intégrisme, des intégrismes [se reprend-il], pour nous aider à voir un peu plus clair dans ce débat qui resurgit brutalement sur le port du voile, la mode islamique, l’influence en France d’un islam rigoriste… »

On notera la gentillesse manifeste de Patrick envers Caroline, qui tranche avec la dureté qu’il opposait à la mère d’une des victimes du Bataclan.

Le fourestisme ou cohenisme – deux variantes idéologiques identiques du sionisme – est-il en train de gagner la bataille ?

 

Voir aussi :

1er décembre
Un jour en France : jeudi 1er décembre 2016
Stoléru contre Le Pen (1989), Stromae & Goldman académiciens, Rabbi Jacob 2 avec Jul
8
30 novembre
Un jour en France : mercredi 30 novembre 2016
Le choix des sans-dents, un service militaire socialiste, les livres pour enfants
6
29 novembre
Un jour en France : mardi 29 novembre 2016
Cheminots fichés, école française nullissime, le cancer ou le chômage
18
28 novembre
Un jour en France : lundi 28 novembre 2016
Mélenchon, Rachline : tous contre Fillon ! Et Caroline Fourest contre Valérie Boyer
10
25 novembre
Un jour en France : vendredi 25 novembre 2016
Fillon violente Martichoux, Taubira-Hidalgo-Aubry l’union des gauches
21
24 novembre
Un jour en France : jeudi 24 novembre 2016
Policiers emprisonnés, pompiers à l’eau, et la prime aux migrants
11
23 novembre
Un jour en France : mercredi 23 novembre 2016
Le fascisme de l’UEJF, France Inter sodomie, Fillon-Renaud et les fachos
23
22 novembre
Un jour en France : mardi 22 novembre 2016
Restos du Cœur (français), François Ruffin président, la Criirad en rade
14
21 novembre
Un jour en France : lundi 21 novembre 2016
Primaire loupée sur France 2, Patrick Cohen sur liste noire, Le Monde anal
15
18 novembre
Un jour en France : vendredi 18 novembre 2016
De Thomas Pesquet à Claudie Haigneré, en passant par Mezrahi-Nabilla
35
17 novembre
Un jour en France : jeudi 17 novembre 2016
Cannabis trafic d’États, pizzas volantes, Minc et Juppé contre BHL
8
16 novembre
Un jour en France : mercredi 16 novembre 2016
Franck Dubosc au chômage, la flexisécurité (sociale ?), jobs du cinéma
11
15 novembre
Un jour en France : mardi 15 novembre 2016
Cash libyen pour Sarkozy et Guéant, Montebourg et Poisson outsiders, le sucre
16
14 novembre
Un jour en France : lundi 14 novembre 2016
Statistiques ethniques, sondages piégés, Mélenchon Le Pen en 2017
19
11 novembre
Un jour en France : vendredi 11 novembre 2016
Réfugiés de France, Griezmann et/ou Benzema, le Pr Rollin lucide
9
10 novembre
Un jour en France : jeudi 10 novembre 2016
Sarkozy sous Trump, l’inversion Belkacem, Thomas bimbo Hollande
5
9 novembre
Un jour en France : mercredi 9 novembre 2016
À notre tour de marquer l’Histoire
17
8 novembre
Un jour en France : mardi 8 novembre 2016
Yannick Jadot agent US, Tous pour Hillary, le Refuge pour Fred Lopez
11
7 novembre
Un jour en France : lundi 7 novembre 2016
Valls le touriste, sécuriser la primaire, sexualité des salaires
9
4 novembre
Un jour en France : vendredi 4 novembre 2016
Migrants en poussières, langue française menacée, Aude Renaudot Lancelin
13
3 novembre
Un jour en France : jeudi 3 novembre 2016
Spécial prix "littéraires" avec Yasmina Reza, Leïla Slimani et Steve Sandberg
9
2 novembre
Un jour en France : mercredi 2 novembre 2016
Harcèlement de Belkacem, Morts contre la France, CETA pour les nuls
12
1er novembre
Un jour en France : mardi 1er novembre 2016
Handicapée à la rue, hommes des bois de Vincennes, Sylvain Tesson en Sibérie
18
31 octobre
Un jour en France : lundi 31 octobre 2016
Mel Gibson aux Français, i>Télé en grève inaperçue, Askolovitch contre Ken Loach
18
28 octobre
Un jour en France : vendredi 28 octobre 2016
Étiquettes trompeuses, Poste et postiers, Badinter anti-migrants
8
 
 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

11 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1438009
    le 07/04/2016 par Konkistador
    Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

    « Donnez-nous un centième du budget total de l’audiovisuel public, soit 3,7 milliards d’euros »
    Il s’agit d’un coquille j’espére, il faut lire 3.7 millions d’euros ?

     

    • #1438012

      Sauf si tu lis dans l’autre sens (le bon) : 3,7 M c’est le budget total, pas le centième.


    • #1438045
      le 07/04/2016 par solmed
      Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

      @ Konkistador
      Si vous multipliez 3 par 100 vous avez 300 mais si vous multipliez 30 par 100 vous avez alors le bon chiffre qui est de 3000, autrement dit 3000 millions ou 3 milliards. E&R "demande" le centième de 3.7 milliards, c’est-à-dire 37 millions.
      Blague à part, vous devez avoir un petit problème avec les zéros, ce que je comprends parfaitement lorsqu’il est question des média en question ;-)


  • #1438069
    le 07/04/2016 par listener
    Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

    Et en plus ces gens là ont une manière de parler lourdingue, épaisse, une espèce de "langue de buis" (ou de langue d’acacia) et font des cuirs tout le temps. Ils parlent le français comme s’il s’agissait de l’anglais et l’accentuent, ce qui donne des vagues, des bas et des haut, et le mal de mer, alors que le français est une langue atonique. Mais elle doit sonner clair sur les consonnes qui sont lus forte que les voyelles et les voyelles en finale sont nettement. marquées, consonantiques. "Ecoutez" ne se dit pas "écoutai" etc etc (étude à faire et assez accablante)

    Ils remplacent systématiquement les "é" en "ai" ; "libertai, égalitai, fraternitai". "La rentrai scolére" ! (Poirrette est le champion de ce papaoutage). Et les "bonsô-ouaaar !" Et en plus même les "ai" en "é" Ecoutez ! Vous verrez. Ce qui fait qu’ils s’embrouillent dans la prononciation ensuite. Ils sont mauvais et n’en ont nulle honte ; Ils détestent tellement tout ce qui est français que parler la langue française correctement leur arrache la gueule. Que fait l’académie française ? On les paye, ces trous-du-cul serviles et distingués, pourtant.

     

    • #1438142
      le 07/04/2016 par Gerard John Schaefer
      Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

      C’est sûr, si on écoute Guy Debord, ou Céline...

      Chacun dans son style, qui est en soi l’ennemi radical de la médiocrité.

      Philippe Sollers ne sait pas lire un texte, par exemple. Quel qu’il soit.
      Et Finkie ? lol


  • #1438077
    le 07/04/2016 par biquette
    Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

    Il faut chercher qui tient la Pub en France pour comprendre pourquoi Mme Audrey Azoulay s’est occupée en premier lieu de faire installer la publicité sur les radios publiques alors que les bénéfices vont dans les poches du privé !


  • #1438079
    le 07/04/2016 par Clyde Barrow
    Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

    SVP la rédaction, évitez de mettre la "menteuse" en photo pour présenter les articles, ça a un effet au minimum répulsif, et peut aller jusqu’a engendrer des sequelles irréversibles... Ça passe direct par le cerveau réptilien, et peut étre fortement traumatisant !
    Nous devrions éxiger du CSA, la création d’un pyctogramme spécifique afin de mettre en garde contre le mensonge institutionnalisé...


  • #1438157
    le 08/04/2016 par Gerard John Schaefer
    Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

    La meuf à côté de lagardère est typique de la "femme trophée".

    Celle qu’on exhibe, avec les autres attributs de la "richesse".

    La main sur le sac/pochette, on dirait Alien, la prédation mutante.

    Audrey Azoulay, par contre, est très belle.

    Mais pas autant qu’Anne Frank.

    Tout le monde peut pas se payer un stylo Bic...

     

  • #1438175
    le 08/04/2016 par luluserra
    Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

    Petite rectification : l’Arabie saoudite ne peut pas être surnommée le "royaume hachémite", bien au contraire. Les Saoud ont justement remplacé les hachémites dans le Hidjaz, en chassant le chérif Hussein de La Mecque en 1925. Aujourd’hui, un descendant d’Hussein règne sur la Jordanie (Abdallah II), laquelle est appelée justement "royaume hachémite". Je sais, c’est pas fondamental pour le sujet, mais je suis pointilleux (oui, oui, chiant aussi...). Mais c’est toujours aussi sympa cette chronique quotidienne.


  • #1438335
    le 08/04/2016 par anonyme
    Un jour en France : jeudi 7 avril 2016

    Parmi 23 startups, c’est Tridom qui a été élue par l’Elysée afin de bénéficier : d’une procédure accélérée pour l’obtention d’un titre de séjour, de 12 500 euros, ainsi que de l’appui d’un incubateur parisien.
    http://itrade.gov.il/france/2016/03...