Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

Et son corollaire, la loi Gayssot

Il y a quelques jours la chaîne Youtube de l’émission Faites entrer l’accusé a remis en ligne son épisode du 8 janvier 2006 sur l’affaire Carpentras. L’occasion d’un retour dans l’histoire pour les plus jeunes qui n’ont pas connu l’hystérique période qui s’étala sur 4 jours, du 10 mai jusqu’à son point d’orgue le 14 mai 1990 lorsqu’une immense manifestation regroupa plus de 200 000 personnes dont le président en exercice François Mitterrand en tête de cortège. C’est la première et seule fois qu’un président de la République dans l’exercice de ses fonctions participa à une manifestation en France. La manipulation et la récupération étaient à leur comble.

 

 

Ce documentaire n’est que le récit officiel des faits et des enquêtes. On y apprend tout de même que le Front national et Jean-Marie Le Pen, particulièrement salis lors de toute cette manipulation politique, seront blanchis des accusations portés contre eux. Mais jamais réhabilités. Ce que l’on ne rappelle pas c’est que les dirigeants locaux du FN, Guy Macary et Fernand Teboul, faisaient eux-mêmes partie de la communauté juive...

D’ailleurs c’est plutôt ce qui n’est pas dit, ou ce qui est dit incidemment et n’est pas souligné, qui importe dans ce reportage. Ces cinq anciens skinheads providentiels dont l’un va s’accuser spontanément six années plus tard sont bien possiblement les auteurs des faits, mais qui sont les commanditaires. Qui ?

La tête pensante, Jean-Claude Gos a été opportunément tué le 23 décembre 1993, trois ans après les faits alors qu’il roulait à moto. Le chauffeur de la voiture responsable du meurtre, Rachid Belkir, sera retrouvé mort en 1995, tué de deux balles dans le torse et plongé dans le Rhône, deux lourdes pierres attachées aux pieds. Etrange, pour le moins.

Cela ne prouve pas une culpabilité, probablement, mais quel était donc le mobile de ces jeunes désœuvrés ? Il faut connaître la bien triste expérience de Michel Lajoye, militant d’extrême droite recruté par la police en 1986 pour infiltrer les milieux nationalistes, lui-même suivi de près dans un système en poupées russes qui lui faisait dire que dans un petit groupe de militants natios il y avait probablement une majorité de flics, de faux activistes ou d’indics. Il fut lui-même manipulé et termina sa course avec 18 ans de prison – qu’il effectua sans aucune remise de peine – pour une bombe qui ne fit même pas quelques dégâts matériels.

En général le pigeon de l’histoire, le Lee Harvey Oswald du moment, finit trucidé comme le rappelait Michel Lajoye qui échappa miraculeusement à cette fin prévue. Alors, quid de ce Jean-Claude Gos ?

La vérité nichée au sein de ce panier de crabes n’émergera probablement jamais, mais on ne peut que constater qu’après tout ce tam-tam médiatique et ce chantage à l’antisémitisme, le Front national fut désormais exclu de « l’arc républicain », rendant impossible toute victoire de la droite dans un piège machiavélique dont François Mitterrand – déjà fausse victime du faux attentat de l’Observatoire en 1959 – avait le secret.

Pire, quatre mois plus tard, naissait la sinistre loi Gayssot. Des quatre causes décrites par Aristote, voici probablement la plus belle illustration d’une cause finale.

 

Nous en parlions en 2015 :

 






Alerter

38 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2777595
    Le 2 août à 12:06 par Alain Soral
    10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

    Il faudrait demander ce qu’il pense de toute cette opération au ministre de l’intérieur de l’époque, monsieur Pierre Joxe (Halévy de par sa filiation maternelle).
    AS.
    PS.Pierre Joxe qui a été récemment blanchi par la justice, suite à des accusations d’agression sexuelle...

     

    Répondre à ce message

  • #2777640
    Le 2 août à 13:31 par Peter29910
    10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

    Après la chute du mur, il y avait dans la communauté juive, en 1990, une certaine émotion après que à Auschwitz les plaques stipulant que 4 millions de personnes y étaient mortes, avaient été retirées. Plus tard, le Musée d’Auschwitz a officiellement réduit ce nombre à 1,5 millions. C’est dans ce contexte que le rabbin Sirat avait lancé l’idée d’une loi antirévisionniste. Cette loi fut votée après Carpentras, le 13 juillet 1990.

     

    Répondre à ce message

  • #2777656
    Le 2 août à 13:51 par Dulcamara
    10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

    Ce 14 mai 1990, je travaillais dans un bureau situé place de la République. La place était noire de monde et de très nombreux manifestants brandissaient des drapeaux israéliens, une véritable forêt de drapeaux israéliens. J’en fus choquée. J’en fus d’autant plus choquée que le lendemain, dans les médias, ceux-ci avaient été pour la plupart effacés et je constate dans les images de cette vidéo que plus aucun drapeau n’apparait... sauf celui du Bétar pendant qq secondes.
    C’est de cette observations que date ma prise de conscience et mon revirement d’opinion.

     

    Répondre à ce message

  • #2777671

    J’ai regardé uniquement pour me replonger dans les années 90. Les gens d’avant, le parler et les voitures d’avant…

     

    Répondre à ce message

  • #2777778

    Un cas d école, et un des nombreux exemples des persécutions dont ont été victimes Jean-Marie Le Pen et le FN.

     

    Répondre à ce message

  • #2777861
    Le 2 août à 17:15 par Devoir de mémoire
    10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

    Le refrain d’antan, en boucle : « nous sommes indignés ». Je m’en souviens très bien.

     

    Répondre à ce message

  • #2777906
    Le 2 août à 18:09 par machin
    10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

    Notez également que Georges Marchais soutenu la mobilisation anti-nationaliste.

    Ce n’était pas la seul fois, Marchais avait bien stipuler que "Le Pen, c’est tout ce qui nous fait horreur" avant de l’accuser de racisme et d’antisémitisme, ainsi que d’appel à la haine et à la violence.
    https://www.youtube.com/watch?v=Ba8...

     

    Répondre à ce message

    • #2778554
      Le 3 août à 17:22 par marcaugier
      10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

      Georges Marchais était un vrai politique. Il savait comme la très bien expliqué Hervé Ryssen que l’immense majorité des responsables communistes étaient juifs. Il savait que la France de Pompidou était l’émanation des Rothschild. Il savait que Jean Ferrat et Simone Signoret lui rapportait des voix. Il se farcissait Elkabach à chaque prestation télévisée.

      Cela ne l’excuse pas mais il savait en bon politique qu’il ne fallait pas affronter directement les QUI.

       
  • #2778060
    Le 2 août à 21:56 par boster34
    10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

    juste à titre d’information(source : roger garaudy"les mythe fondateurs de la politique Israélienne")
    monsieur germon avait épousé une chrétienne,et son cadavre fut transporté sur une tombe voisine,celle de mme Emma Ultima,coupable elle aussi d’avoir épousé un catholique.Des actes semblables avaient déjà eu lieu en Israël car dans l’orthodoxie juive on considère que les auteurs des mariages mixtes souillent la pureté du cimetière !D’ou je pense le désir de discrétion au départ de ceux qui ne pouvaient pas ignorer ces évènement qui avaient enflammé la presse israélienne.

     

    Répondre à ce message

  • #2778261

    Avec le recul, on se rend compte à quel point Mitterrand a meurtri la France.
    Les suivants ont été des charognards.
    C’est bien Mitterrand qui a donné le coup de grâce, après les picadores Pompidou et Giscard.

    Les mecs ont hérité d’un joyaux serti par Clovis, Charlemagne, Capet, Saint Louis, Henry IV, Louis XIII, le Roi Soleil, Bonaparte et bien d’autres, et ils l’ont réduit à une province d’un empire oligarchique satanique.

    Une entreprise de démolition. Ils méritent tous la guillotine pour haute trahison, ainsi que ceux qui ont voté pour cette immonde vermine.

     

    Répondre à ce message

  • #2780638
    Le 6 août à 18:06 par Léo Taxil
    10 mai 1990 : retour sur la manipulation de Carpentras

    F. Mitterand était devenu un expert comme un spécialiste
    dans l’art de la manipulation et de l’instrumentalisation
    des foules tout comme de l’opinion publique
    et ceci grâce entre autre à son cabinet noir composé de maîtres cabalistes
    et d’occultistes Francs-Maçons ainsi que par ses éminences grises
    des Lucifériens et grands maîtres francs-maçons également !

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents