Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

2015 : le moral de l’Europe au plus balte...

Dans la déconfiture ambiante, deux nouvelles sont passées inaperçues en Europe : un Etat balte est entré dans la zone euro, un autre a pris la présidence de l’Union. Les anciennes terres prussiennes dominent le continent pour six mois critiques.

 

La Lituanie dans la zone euro

Alors que la zone euro détient tous les records mondiaux de sous-performance économique, il se trouve encore des gens pour vouloir y entrer. Bon, s’agissant de la Lituanie (3 millions d’habitants…), on ne sait comment on doit le prendre. Moscovici en a d’ailleurs dit grand bien, ce qui ne manque pas d’inquiéter les gens raisonnables :

La Lituanie jouit d’un « bilan solide des politiques budgétaires saines et des réformes structurelles qui ont débouché sur un des taux de croissance les plus élevés en Europe, conjugué avec une baisse constante du chômage », a souligné dans un communiqué le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici.

Il suffit de s’intéresser d’un peu près à ce pays pour savoir que sa population est en baisse constante depuis 1990 (une diminution du nombre d’habitants de 20 % en 25 ans…), la dette publique y a presque triplé depuis 2008, et le PIB n’y a toujours pas retrouvé son niveau de 2009. Le taux de chômage y est de 11,5 %. « Un bilan solide », comme dit Moscovici.

 

La Lettonie prend la présidence de l’Union

Autre plaisir du début d’année : la Lettonie prend la présidence de l’Union à la place de l’Italie. Là encore, cette ancienne possession prussienne a tout pour plaire. Comme la Lituanie, la Lettonie vit une véritable hécatombe depuis vingt ans, et la crise de 2008 y a pris un cataclysme économique.

Pour sa première présidence, la Lettonie devra traiter quelques sujets locaux. En lien avec Donald Tusk, le Polonais qui préside le Conseil européen depuis cette année, le gouvernement letton devra traiter la question de la crise ukrainienne. Voilà qui tombe à point nommé ! Lettons et Polonais se sont en effet empressés de rejoindre l’OTAN il y a dix ans pour échapper à l’ogre russe. Ils semblent tout indiquer pour défendre une stratégie raisonnable et équilibrée face à la Russie.

On se donne rendez-vous fin juin pour tirer le bilan de cette excellente opération…

Lire la suite de l’article sur eric-verhaeghe.fr

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

2 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1074362

    Ces états baltes aux langues incomprehensibles ne parlent pas plus allemand que volapuk. Toute leur tres ancienne population prussienne autochtone a êté holocaustée et éradiquée en 1945, remplacée par des sovietiques lettons, lituaniens , rejetons de ceux qui ont aidés les sovietiques russes (voir soljenitsyne dans juifs et russes ). Ils sont tout pret a se prostituer aux US. Donc il n y a pas plus de Prusse chez ces baltes que de Grecs a Marseille. Cet auteur prend l Allemagne comme bouc emissaire du recul de la France , alors qu il pourrait s interroger sur un fait simple : proportion de communautaires par pays comparé a son dynamisme industriel

     

    • #1074804

      "proportion de communautaires par pays comparé a son dynamisme industriel"

      pas faux, il suffit de voir les réponses aux SMS "Meilleurs voeux..." pour faire un tri entre le bon grain et l’ivraie c’est affolant.