Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

Cela nous aurait suffi

Note de la rédaction

Un article initialement publié le 3 avril 2015.

Fête du renouveau de la nature pour les uns, de la résurrection de Jésus pour les autres, Pâques est originellement une fête juive commémorant la sortie d’Égypte. La cérémonie chrétienne correspond à l’origine à la cérémonie juive, puisque Jésus serait ressuscité le jour de Pâques, de la pâque juive par conséquent, en hébreu Pessah.

 

La tradition biblique raconte que les Hébreux étaient esclaves en Égypte et que, sous la conduite de Moïse, ils trouvèrent le chemin de la liberté et finirent par atteindre la terre promise.

La fête de Pessah consiste à raconter et célébrer cette libération. Pour faire céder Pharaon qui refusait de laisser partir son peuple (qui ne connaît le très beau « Let my people go » chanté par Louis Armstrong), Dieu lui imposa une série d’épreuves connues sous le nom des Dix Plaies d’Égypte : l’eau du Nil se transforma en sang, des nuées de sauterelles, de moustiques, de grenouilles infestèrent le pays, la vermine, des bêtes sauvages, la grêle, des ulcères, la nuit en plein jour, tous les malheurs du monde fondirent sur l’Égypte sans réussir à briser la résistance obstinée du roi. Jusqu’à ce que, épreuve ultime et atroce, un ange exterminateur vienne une nuit tuer tous les premiers nés du pays, hommes et bêtes, épargnant seulement les foyers des hébreux.

Vaincu, Pharaon les laissa partir et ils prirent, à pied, le chemin de la terre promise. Mais Pharaon se ravisa et les rejoignit avec son armée comme ils stationnaient devant la mer Rouge. Une nouvelle intervention divine vint à leur secours : les eaux s’ouvrirent devant le peuple de Dieu, puis se refermèrent sur l’armée des méchants qu’elles engloutirent.

Tout le rituel de Pessah consiste en un repas liant, selon un ordre minutieux [1], prières, chants, nourriture et boissons qui évoquent les épreuves de l’esclavage et toutes les péripéties de l’Exode.

Pendant longtemps, l’archéologie dite « biblique » s’est efforcée de chercher – et trouver – des traces de cette histoire rien moins qu’historique. Or il importe aujourd’hui de savoir que, à la lumière de recherches récentes [2] il semble à peu près certain que jamais les Hébreux ne furent esclaves en Égypte et que tout ceci fut inventé pour des raisons politiques à l’époque du roi Josias, c’est-à-dire au VIIe siècle av. J.-C.

Ces travaux marquent la fin de la période au cours de laquelle les archéologues organisaient leurs fouilles à partir de passages des Écritures. Les nouveaux archéologues se contentèrent de creuser et de constater ce qu’ils trouvaient : rien, absolument rien qui corresponde aux contes et légendes de peuple de Dieu.

Peu importe l’historicité de l’Exode ou de la mort de Jésus finalement, la religion est là pour relier les hommes : les juifs autour de la libération de l’esclavage, les chrétiens autour de Jésus sauvant les hommes par sa résurrection.

« Les dix plaies, la traversée de la mer Rouge, le gîte et le couvert dans le désert, le don de la Torah, chacune de ces faveurs divines aurait suffi, “dayenou”, à assurer la vie des Hébreux et à susciter leur reconnaissance », explique le rabbin Josy Eisenberg.

Dayenou, דיינו, « Cela nous aurait suffi » : tous les ans pour Pessah, le peuple élu chante sa reconnaissance envers l’Éternel pour tous ses bienfaits, dont un seul pourtant aurait suffi. Les nuées de sauterelles, de moustiques, de vermines et d’ulcères ? Cela nous aurait suffi. La mort donnée à tous les premiers-nés du pays sauf les nôtres ? Cela nous aurait suffi. L’engloutissement dans les eaux d’une armée entière ? Cela nous aurait suffi !

Tous les ans pour Pessah, les juifs remercient un Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu, a semé le malheur et l’épouvante sur un pays entier coupable de ne pas croire en lui.

 

Notes

[1] En hébreu, ordre se dit Seder= סדר, nom de la cérémonie.

[2] La Bible dévoilée, Les nouvelles révélations de l’archéologie, par Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, 2002.

Voir aussi, sur E&R :

 






Alerter

178 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2695172
    Le 28 mars à 12:17 par Anonyme
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    C’est pharaon et son armée qui furent engloutis dans la mer, et non pas tout le peuple ; ils poursuivaient Moussa et son peuple dans le but de leur nuire. Par ailleurs, ils auraient pu s’arrêter juste avant et ne pas poursuivre leur route entre les deux pans de la mer. Ça prouve leur défi envers Dieu et leur obssession envers Moussa et son peuple.
    En outre, Dieu a soutenu son envoyé parce que son peuple subissait les pires sévices de la part de pharaon. Celui-ci avait ordonné à ses sbires de tuer les nouveaux-nés garçons du peuple juif. Entre autres sévices.
    Et puis, oui, Dieu n’aime pas que l’on ne croit pas en Lui. D’ailleurs, il s’en est pris à ce même peuple de Moussa, après l’exode, quand ils demandèrent à leur prophète de leur autoriser d’avoir un autre dieu. Ou quand ils se mirent à vénérer le veau d’or. Pour ceux qui connaissent la suite de l’histoire, l’obstination et la bêtise des fils d’Israël a bien été punie aussi. Dieu a même fini par les détester.
    Ce n’est donc pas une question de peuple élu.
    Dieu aime les croyants humbles et sincères. Il aime que ceux qui agissent mal, reviennent à Lui, dans le droit chemin, et Il leur tend plusieurs fois la perche pour cela. Mais pour les plus obstinés d’entre eux, ceux qui refusent de manière ingrate de croire en Lui, de Le vénérer, malgré tous les bienfaits dont Il les noie (à commencer par le fait qu’Il leur a donné d’exister alors qu’ils n’étaient qu’une réunion de gamètes, et qu’ils utilisent leur cerveau, leurs langues, leurs lèvres, leurs mains, leurs yeux...créés par Dieu, pour nier Dieu), eh bien forcément, Il ne les aime pas.
    Il s’agit avant et après tout de vénérer un Seul et Unique Dieu, sans Lui associer d’autres divinités.

     

    Répondre à ce message

    • #2695492
      Le 28 mars à 22:04 par Novorussian
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      Entièrement d’accord avec vous et les preuves de ces faits sont bien là aussi. ( Maurice Bucaille chirurgien qui à analysé le corps du pharaon)

       
    • #2695553

      Je suis peut-être ignorant, mais je ne m’explique pas comment une société aussi administrative, aussi pointilleuse que celle de l’Egypte pharaonique n’a laissé aucun témoignage écrit ni aucune description murale de l’énormité des événements surnaturels de l’Exode. Etrangement, le nom du pharaon reste inconnu, n’est pas cité dans l’Ancien Testament et aucune "preuve" archéologique n’en témoigne. Bizarre, vous avez dit bizarre ?

       
  • #2695190
    Le 28 mars à 12:50 par Marc
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    je ne suis toujours demandé comment les chrétiens devaient interpréter le fait que Joseph, Marie et le petit Jesus aient été obligé de faire le chemin inverse : fuir en Egypte pour se protéger du roi des juifs, qui par jalousie fit tuer tous les nouveaux nés dans son pays ?

     

    Répondre à ce message

    • #2695299
      Le 28 mars à 16:20 par Julie
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      Le ying et le yang sans doute.

       
    • #2695738
      Le 29 mars à 12:24 par Vent Couvert
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      Ce n’était plus la même Egypte que sous Moïse. C’était même une Egypte qui croyait au vrai Dieu., au Dieu d’Israel. Et parfois, plus que le royaume d’lsrael lui-même. On s’en rend bien compte en lisant les livres de l’ancienne alliance.

       
    • #2695769
      Le 29 mars à 13:10 par Parole d’Yvan Gilles
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      Cherche pas à comprendre ! Herode n’a jamais voulu tuer tous les nouveaux nés ! Aucun historien n’a trouvé trace de cet évènement ! Et pourtant le roi Herode a bien existé et des écrits sur son règne existent !

       
    • #2695889
      Le 29 mars à 16:06 par anonyme
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      Votre remarque est très intéressante et fait écho à une conviction qui m’est chère, qui est que l’AT est nécessaire pour comprendre le nouveau, car il en est le négatif. J’ai toujours trouvé ridicule cette croyance comme quoi le Dieu de l’AT et du NT serait un seul et même Dieu. M’étant imprégné de ces deux témoignages étant petit, il m’apparaît évident que le Père du Christ est le contraire de Yahvé et que l’AT est riche d’enseignements si on le prend comme un exemple de ce qu’il ne faut pas faire d’un point de vue chrétien. Le peuple juif était la couveuse parfaite pour la naissance de Jésus pas parce qu’un Dieu aurait décrété arbitrairement qu’il devait en être ainsi, mais parce que de manière parfaitement logique, ce n’est que parce qu’il en était imprégné depuis sa naissance que Jésus a pu être l’incarnation du vrai Dieu pour dynamiter cette tradition fétichiste, jalouse, violente et stupide qui était probablement la négation de Dieu la plus aboutie (au moins à cette époque).

       
  • #2695225
    Le 28 mars à 13:35 par Sainte suée...
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    Je relisais les commentaires anciens... Le spectacle continue ! Pour « animer » la semaine sainte, Cnews, la chaîne siotruc propose Sonia Mabrouk, Musulmane. A la limite pourquoi pas, au point où on en est. Mais, de surcroît, cette « Musulmane » est apostate (je ne sais pas s’il y a un équivalent concernant l’apostasie pour la religion Musulmane, le terme initialement concerne la religion Catholique). Sa religion c’est la république, donc comme la république a pour religion... Bref, qu’on nous impose un ou une Musulmane, mais croyant(e) ce qui finalement donnerait un peu de crédit au grand remplacement « religieux », au moins... Mais là...
    Manque que Zemmour déguisé en Pape, comme un analyste économique comique.
    Quelles mascarades !

     

    Répondre à ce message

    • #2695457
      Le 28 mars à 21:19 par Cathécumène
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      Père Fils et Saint Esprit
      Pour les siècles des siècles
      Amen

       
    • #2695465
      Le 28 mars à 21:26 par Rooster
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      Qu’en savez-vous que sa religion est la république ? Ou qu’elle soit musulmane ? Y’en a assez des déductions, des jugements de valeurs ... libérez vous de tout cela et soyez dans les paix ... qui êtes vous donc ? Laissez vivre les gens ! Nous ne savons qui a plus de valeurs aux yeux de Dieu, les musulmans, les juifs, vous, moi... votre commentaire reflète une perte et un rejet et la faute de l’autre... je vous souhaite la paix et l’amour dans le cœur sans jugement car Dieu est-il dans les cœurs, les regards et les sourires que vous rencontrez... Dieu est vraiment amour, paix et incarne le bien

       
  • #2695303
    Le 28 mars à 16:25 par Chapi Chapo
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    Pour commémorer la sortie d’Egypte, il eut fallu que le peuple juif y entre un jour...
    C’est ce que dit globalement la théorie du Pr Kamal Salibi, celle du Dr Ahmed Daoud ou les travaux d’al-Tajdeed Socitey.
    Ils émettent l’hypothèse que les hébreux sont issus d’un peuple d’arabes bédouins originaires du sud-ouest de l’Arabie, et que les lieux de naissances, les révélations, les prêches ainsi que les sépultures des Prophètes reconnus par les israélites ont eu lieu dans leurs intégralités dans cette région d’Arabie, la province d’Asir.
    Hypothèse née des inconsistances peu concevables que l’on trouve dans les écrits bibliques et dans le manque réel de preuves archéologiques que ce soit en Palestine, en Syrie, en Irak ou en Égypte.
    Par ailleurs, ces chercheurs démontrent que -contrairement à la majorité des savants islamique- le Coran ne mentionne nulle part que les Patriarches aient séjourné en Égypte. Ils s’appuient sur une analyse sémantique de versets coraniques et notamment comment le mot « misr »(dont le sens premier signifie « village comptoir pour les commerçants ») s’est transformé en « Égypte » dans les traductions du texte coranique et dans le langage arabe courant. Il est de plus prouvé, à travers la correspondance du Prophète Mohammed avec le roi égyptien al-Mokawkas que les arabes de l’époque de la révélation coranique nommaient le pays des égyptiens, « al-gipt » (et non « al-misr »). Quand au mot « fir’awn » (pharaon), il n’existe pas dans la langue gipti (de la ancienne Égypte), ce n’est donc pas le titre des rois égyptiens, on ne trouve ce mot que dans la Bible et le Coran, cela aurait du inciter les chercheurs à chercher en dehors de l’Egypte. Le mot « fir’awn » a d’ailleurs un sens très clair en arabe (« le haut » ou « le chef de quelque chose », ce n’est donc pas un nom mais un titre d’ordre social).
    Les coupables de cette falsification selon cette thèse sont les auteurs de la septante (la traduction de la Torah Syriaque en grec par 70 rabbins). Époque où les Grecs occupaient l’Egypte, transformer l’Egypte en terre sainte aurait apporté quelques bénéfices au gouverneur grec d’Egypte Ptolémée Ben Philadelphus et aurait permis au rabbins juifs d’obtenir des terres bien plus grandes et stratégiques pour leurs descendances dans la carte de la terre promise sur la riche route de la soie comme substitut à la difficile route de l’encens (d’où sont originaires les hébreux).

     

    Répondre à ce message

  • #2695304
    Le 28 mars à 16:28 par Paul
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    Il n’existe aucune trace de Moïse. Aucune.

    L’Ancien Testament est un contrat passé entre le El (pluriel Elohim) YHWH et son peuple choisi (élu) par lui.

    YHWH a massacré a tour de bras.

    Dans Exode 15:3 Yhwh ish milhamah è traduit par l’Éternel est un vayant guerrier. Oh que non !
    Tout d’abird personne ne sait ce que yhwh signifie, mais ish est un homme, isha une femme, e milhamah c’est la guerre : YHWH est un HOMME de GUERRE.

    Ne pas confondre la signification première de l’Ancient Testament qui est un traité de guerre contenant un contrat passé entre un El, YHWH, et son peuple, la descendance Abraham, Isaac, Jacob, et la théologie qui s’en inspire.

    Des exemples de ce type, la Bible en regorge, mais attention ! Les traduction de Elyon par « le Très-Haut » ou kavod par « gloire » ou YHWH par « Dieu » ou « l’Ëternel » ou olam par « éternité », pour ne citer que ces qielques termes, empêche la compréhension de l’ouvrage.

    C’est comme un certain livre dont il existait plusieurs versions et qu’un certain calife a jugé bon d’écrire la version définitive.

    La théologie est fascinante. Il suffit de voir naître la religion du covid. Les masses y croient. Vraiment.

     

    Répondre à ce message

  • #2695360
    Le 28 mars à 18:48 par Alain
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    La Pâque astronomique correspond à la première pleine Lune qui suit l’équinoxe de printemps.
    C’est un temps astronomique très important pour l’accomplissement de rites opératifs de passages.

     

    Répondre à ce message

  • #2695452
    Le 28 mars à 21:16 par petithous
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    Chacun parle de ces "choses" comme un prophète , un homme par la bouche duquel "Dieu" parlerait .. êtes vous prophètes ? Comment savez vous que c’est "Dieu" qui parle par la bouche des "prophètes" ?
    Moi je suis un ignorant, et si cette ignorance ne m’apporte aucune gloire, le simple fait de le reconnaître fait au moins de moi un homme honnête et tolérant ... et c’est déjà beaucoup .
    Si j’avais la prétention d’appartenir au "peuple élu" je me méfierais ... peut être que "Dieu" n’aime pas les vaniteux, ni ceux qui rabaissent ses autres créatures humaines au rang d’animaux humanoïdes . Peut être que "Dieu" n’aiment pas ces petites bestioles arrogantes qui pullulent sur la terre, et se croient autorisées à parler en son nom .
    Peut être que "Dieu" aime les modestes ... vous savez "les simples en Esprit" .

     

    Répondre à ce message

  • #2695586
    Le 29 mars à 07:05 par Tristan et Yseult
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    Cette légende grotesque est une incitation à la haine des égyptiens ! Je contacte de ce pas la LICRAsse !

     

    Répondre à ce message

    • #2695908
      Le 29 mars à 16:39 par Johnny
      28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

      N’en déplaise je n’ai pas entendu Jésus nier
      La sortie d’Égypte et reconnaît l’existence de Moise et d’abraham
      Où avez vous lu qui l’ai contester ?
      Nul part et il avait kippa et Mezouza
      L’erreur que font les musulmans
      Ils prennent les fautes d’une partie du peuple juif
      Et disent Dieu les a rejeté
      Dans le seul but. De s’attribuer l’héritage juif
      Ils pensent à la place
      Vu les déconvenues qu’ils vivent de nos jours dans le monde
      Je pourrai dire aussi Dieu les à rejeté
      Mais je me garderai bien de penser comme eux

       
  • #2695630
    Le 29 mars à 09:45 par anonyme
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    Tant que vous n aurez pas lu Kamal Salibi, vous continuerez tous a croire en des mensonges induits par une mauvaise traduction de la "Bible juive" en Alexandrie ... Tout s’est passé en Asie (Arabie) !

     

    Répondre à ce message

  • #2695699
    Le 29 mars à 11:29 par Jean-Francois
    28 mars 2021 : liturgie de Pessah, la pâque juive

    Un auteur ( Ashraf Ezzat) en est arrivé à des conclusions qui ’collaient’ pour moi avec l’absence de mention d’une captivité en Egypte des hébreux, des septs plaies ou de vestiges de poterie dans le Sinai :
    - Les Egyptiens, dans la langue copte ancienne, n’ont jamais utilisé le terme ’pharao’ pour désigner leurs rois, mais certaines tribus du Nord Yémen, oui
    Par contre son affirmation selon laquelle le texte original en hébreu de l’exode, traduit au quatrième siècle en grec à Alexandrie, ne contenait pas une mention de l’Egypte, je ne peux pas la vérifier

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents