Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Afghanistan : importante offensive des talibans dans le Helmand

Alors que les troupes de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), déployée sous l’autorité de l’Otan, quitteront l’Afghanistan d’ici la fin de cette année, le mouvement taleb a lancé une importance offensive depuis quelques jours dans la province de Helmand, dans le sud du pays. Ce qui donne un aperçu de ce qui pourrait se passer dans les mois qui viennent…

Ainsi, selon les autorités afghanes, 800 insurgés ont lancé des assauts dans 4 districts situés au nord de cette province, dont Nowzad, Kajaki, Sangin, Musa Qala. Ces secteurs, plus particulièrement les deux derniers, ont beaucoup fait parler d’eux depuis 2005.

Le district de Sangin, placé sous la responsabilité de la British Army jusqu’en juillet 2010, avait été qualifié de région la « plus dangeureuse du monde ». « Vous ne pouvez aller nulle part sans avoir un détecteur de métal devant vous », confiait, à cette époque un officier des Royal Marines au quotidien The Telegraph. Le contingent britannique y avait lors subi le tiers de ses pertes en Afghanistan.

Cette fois, les taliban n’ont plus à s’opposer aux troupes de l’Otan mais à l’armée nationale afghane, placée en première ligne depuis 2013. Préalablement à leur offensive, ils auraient placé des engins explosifs improvisés sur les routes et aux abords de plusieurs villages pour empêcher, ou du moins gêner la progression des forces de sécurité locales.

Toutefois, les autorités afghanes assurent que les forces de sécurité, qui ne disposent pas d’appui aérien, n’ont déploré aucune « perte importante de territoire ». Toujours selon elles, les talibans auraient subi de lourdes pertes, avec plus de 100 tués, tandis que l’armée afghane compterait 21 morts et au moins 40 blessés dans ses rangs. Ce bilan n’a pas pu être confirmé par une source indépendante. Le porte-parole du gouverneur de la province de Helmand a quant à lui indiqué que les combats avaient provoqué l’exode de 2 000 familles (entre 10 000 et 20 000 personnes).

Le ministère afghan de la Défense a fait valoir que les insurgés, qui compteraient parmi eux des combattants étrangers, « ont rencontré une vive résistance de la part de l’armée nationale afghane positionnée dans ces districts, et n’ont pu atteindre leurs objectifs ».

Le porte-parole du ministère de la Défense, Mohammad Zaher Azimi, a expliqué que les talibans ont pu lancer leur offensive parce que l’armée afghane « n’a pas la couverture aérienne que l’Otan pouvait lui fournir par le passé », ce qui leur a permis de « se déplacer librement dans certains endroits et de se mobiliser pour de grandes attaques ». Toutefois, il a ajouté que « si les talibans pensent qu’ils peuvent battre les forces afghanes, lorsque les forces de l’Otan ne sont plus là, nous leur montrerons qu’ils se trompent ».

Les talibans ont lancé leur traditionnelle offensive de printemps – appelée cette année « opération Khaïbar » – au début du mois de mai, entre les deux tours de l’élection présidentielle afghane. L’issue de cette dernière pourrait faire avancer l’accord bilatéral de sécurité conclu entre Kaboul et Washington en novembre 2013 mais que le président Karzaï a jusqu’à présent refusé de ratifier. Il permettrait le maintien d’environ 10 000 soldats américains sur le territoire afghan jusqu’en 2016 et le lancement de la mission de soutien « Resolute Support », planifiée par l’Otan au profit des forces afghanes.

En 2013, selon l’Institut d’études International Crisis Group (ICG), basé à Bruxelles, les insurgés ont infligé aux forces de sécurité afghanes autant de pertes qu’ils n’en ont eux-même subies. « Il y a des craintes que la balance puisse pencher en faveur de l’insurrection, en particulier dans certaines zones rurales, à mesure que les troupes étrangères se retirent », a-t-il estimé dans un rapport publié en mai.

À noter que cette offensive a lieu alors que l’armée pakistanaise a lancé une vaste opération dans la zone tribale du Nord-Waziristan. Ce bastion de diverses organisations jihadistes proches d’al-Qaïda et du réseau Haqqani, membre du mouvement taleb afghan, jouxte les provinces afghanes de Paktya et de Paktika.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Ah oui ? L’Amérique a gagné en Irak et en Afghanistan ?
    Ils ont accompli un merveilleux "State building", et ça continue en Ukraine.
    Long Life to Uncle Sam !


  • Très inquiétant tout ça, si les Talibans prennent le contrôle de l’Afghanistan et que au même moment l’EIIL fait l’union avec le front al nosra, cela veut dire que Al Qaïda (A.k.a la CIA) devient l’acteur majeur de toute la région, surtout qu’ils sont financé par les émirats !

    Cela signifie tout simplement que l’on est à l’aube d’une grande guerre au moyen orient qui va menacer l’existence de la Syrie et l’Iran ! Mais cela veut aussi dire que le caucase ne sera pas épargné et que l’intégrité territoriale de la Turquie va être menacée (mais c’est bien pour eux, il ne fallait pas jouer avec le feu)

     

    • #874426

      Non, les talibans ne sont pas tous soutenus par les arabo-saoudiens ; si ça avait été le cas, sitôt que les usa eurent débarqué en 2002 ; ils n’auraient pas été en état de guerre larvée comme ils le sont avec les milices talibanes
      Ils se battent avant tout pour leur cause, soutenus un coup par les saoudiens, un coup par les chinois, un coup par les pakistanais et avec toujours en ligne de mire l’indépendance de l’afghanistan des puissances alentours
      Si les talibans reprennent le pouvoir, le prix du pavot devrait monter en flèche avec tous les champs qui seront détruits par eux, les gens se drogueront moins et il y aura moins d’overdose
      Autant, je ne supporte pas les coupeurs de tête en syrie, autant les talibans je les vois d’un oeil différent


  • On dit taliban en arabes ça veut dire deux étudiants en références aux étudiants à l’origine de ce mouvement. On dis mouvement taliban et pas talib. Juste pour la correction.


  • Les Taliban et nombre d’afghans veulent le retour à l’Émirat Islamique d’Afghanistan, durant lequel du moins la sécurité régnait, l’intégrité territoriale était assurée et la production d’opium à un niveau quasi-nul. Un système islamique n’arrange pas les occidentaux, USA en tête, puisqu’un tel système équivaut à la rupture pur et simple d’avec l’idéologie capitaliste sauce US dominante (refus de l’usure, de la pornographie, de la prostitution, de l’alcool, des jeux de hasard, code civil et pénal basé sur le droit islamique, etc.) Vous imaginez bien qu’un tel système ne pourrait que produire qu’un contre-poids titanesque à l’Empire, d’où son acharnement actuel à le combattre où qu’il se développe ou alors à l’utiliser pour servir les intérêts de l’Empire (comme l’EIIL en Irak-Syrie).


  • « J’ai suivi avec une douleur indescriptible les lâches attentats terroristes Américains contre les Musulmans d’Afghanistan, qui ont pris position pour l’Islam et qui étaient tout à fait innocents de l’attentat terroriste du 11 Septembre contre l’Amérique. C’était une lâcheté car l’ennemi est trop terrifié pour aller combattre un Musulman sur le terrain. Ils mènent leurs batailles de lâches du haut de la sécurité des avions de combats, des missiles autoguidés, etc., loin du champ de bataille et très haut dans le ciel. Mais Allah nous apportera le jour Incha Allah où nous serons aptes à leur faire face sur le terrain, au sein de cette bataille au sol. Amin ! En attendant ce jour, nous devons à lutter pour notre défense tout en faisant preuve de la plus grande des patiences. »
    Sheikh Imran Hosein