Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Alma, coachée par le franco-israélien Amir, représente la France à l’Eurovision

Ceux qui ont suivi l’évolution de cette émission européenne devenue européiste ont tous remarqué ce changement stupéfiant : en 30 ans, les traditions nationales ont disparu, laissant place à une production d’inspiration anglo-saxonne de plus en plus formatée.

 

En politique on a été vers le Parti Unique (celui de Macron avec 66% des suffrages au second tour), en média on a désormais le Média Unique avec l’ensemble des journaux, radios et télé mainstream, eh bien en chanson c’est pareil : on a abouti à la Chanson Unique. Offrir, quand on est un petit pays qui aspire à entrer dans l’Union européenne, aux dizaines de millions de téléspectateurs de cette opération de propagande politico-culturelle un visage européiste, c’est la garantie de se sentir européen et de montrer qu’on a compris l’injonction. Les Russes, taquins, avaient présenté six babas (mamies) en 2012 :

 

 

On sent que la résistance russe a été se nicher dans le casting, les costumes et la choré(graphie), car le refrain et l’orchestration sont en anglais. Une petite concession pour un effort global de résistance. Car quand on voit ce qu’est devenue la chanson française, qui a longtemps trôné – eh oui – tout en haut du monde, on peut dire qu’on a beaucoup plus perdu que les Russes. On est descendu beaucoup plus bas. La soumission à l’oligarchie mondialiste se voit donc dans le moindre recoin culturel, qui ne semble pas aussi important que la géopolitique ou la politique intérieure.

Détrompez-vous, c’est le soft power qui fait basculer les peuples, beaucoup plus sûrement que les guerres et autres entreprises totalitaires ou violentes. Pour un petit Français de 8 ans qui va découvrir la 62e édition du Concours Eurovision de la chanson, il n’y aura pas de place pour la nuance nationale, et encore moins pour la tradition. Dans son esprit, tout a déjà été effacé, et il faudra des années de lectures et d’efforts pour retrouver ce qu’on lui a volé. C’est pour ça qu’il y a Kontre Kulture.

Cependant, le combat n’est pas définitivement perdu, car la propagande totalitaire contient en germe ses propres limites, et même son recul. Les jeunes amateurs de musique et de vraie chanson crachent sur cette démonstration de force de l’européisme destructeur, et dans leur esprit, cette réaction de défense personnelle peut se retourner contre le Système, si elle saute du domaine culturel au domaine politique. Ainsi, l’extrême formatage mène-t-il inexorablement au désir de diversité, mais de diversité réelle, pas celle dont nous abreuve le Système, qui a quasiment tout prévu en termes de récupération.

 

 

Ce soir, c’est Alma, préparée par le chanteur franco-israélien Amir (candidat de l’Eurovision 2016), qui représentera les intérêts français en matière de chanson, et d’image. On aura tous compris qui a capté l’image internationale de la France, une image qui compte encore, et pourquoi. Nous ne reviendrons pas dessus. Mais à force de produire des repoussoirs nationaux, le Système est en train de se fabriquer une jeunesse – naturellement portée vers l’opposition systèmatique – très, très nationale et donc un futur très national.

 

Musique d’en haut contre musique d’en bas

Il y a 30 ans, en 1987, disparaissait le groupe punk américain Dead Kennedys. Venu de nulle part, il a percé tous les écrans et la couche polluée formée par le vieux rock commercial finissant, pour exploser à la gueule des télés (qui l’ont censuré) et des jeunes. Un imprévu, qui plus est populaire.

 

 

Ici le chanteur Jello Biafra attaque California Über Alles, titre phare de ces Américains anti-Système. On est loin des sages chansons de l’Eurovision.
Une fois, une seule, les présentateurs de l’émission annuelle ont été épouvantés par une prestation. C’était celle des Finlandais de Lordi en 2006. Un imprévu dans l’énorme tas de production industrielle imposé. Michel Drucker était au micro pour la France et le service public. Et pour lui, ce truc infâme ne pouvait pas gagner...

 

 

Eh bien pour la politique c’est pareil : Michel Drucker, qui a toujours refusé de recevoir les dirigeants du Front national dans son émission dominicale, s’appropriant de la sorte et à vie une case du service public audiovisuel, verra un jour gagner un candidat hard rock à la présidentielle, à la place de la variété prévue.
La dominance ne peut pas toujours rester assise sur la cocotte-minute, à moins de sauter avec le couvercle...

Musique ! ,
chez Kontre Kulture Musique

 

La politique par la chanson, sur E&R :

 






Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • "Heureusement" qu’elle est très jolie parce que pour le reste ... C’est nul, d’ailleurs l’Eurovision c’est de la propagande envoyée au peuple pour donner une fausse image positive de l’Europe ... Le truc que je n’ai jamais regardé et ne regarderai jamais !

     

    Répondre à ce message

  • L’Eurovision ça a toujours été de la merde,
    mais pourquoi ça ?
    Nous humilier encore plus ?
    De la grosse daube moulée à la louche.
    Je vais manger des frites en écoutant Bon Scott tout en buvant une bonne bière belge.

     

    Répondre à ce message

    • #1727373

      @ Nono

      Ça c’est pas vrai mon p’tit pote. J’ai connu l’Eurovision des débuts (je suis de 52) et ça avait une autre gueule. Pour commencer chaque pays chantait dans sa propre langue (1). Je me souviens très bien de cette petite italienne en jupe plissée qui l’avait remporté en 1964. J’avais douze ans, je mesurais un mètre soixante-douze et j’étais déjà pubère depuis un an ! Là encore c’est le thème inépuisable de la jeune vierge qui nous dit être trop jeune pour jouer au docteur. Le thème de l’initiation de la jeune fille est inépuisable. Même cette salope de Britney Spears s’y est collée I’m not a girl, not yet a woman. Et que dire de cette grosse vache de Madona qui croit l’être encore Like a virgin ?

      Gigliola Cinquetti - Non Ho L’Età - Eurovision Song Contest Winner 1964 (original performance)

      https://youtu.be/Utd9cHBPfRA

      (1) Va peut être vous paraître étrange mais notre premier 45 tours non français était en allemand. C’était "Sag warum de Camillo. Puis cette petite italienne. "Twist and shout des Boeufs-Attelés n’est arrivé à la maison qu’en troisième position parmi ces sales étrangers qui sont venus manger notre pain et violer nos femmes. Tout ça parce que Charles Martel ne les a arrêtés qu’à Moitié.

      Ach ! Baris ! Cholis Bedites Mamoizelles ! Douchours l’Amour !

      Come on Germany ! Occupy us back ! We’ve been missing you !

      Sag Warum

      https://youtu.be/C0gzIUn14sg

       
  • #1726975

    1/4

    En tant que produit Alma répond aux critères suivants :

    1) Elle est vierge au sens Harlequin (1) du terme
    2) Son nom évoque à la fois quelque chose de français et d’étranger
    3) Elle chante avec la voix coincée de quelqu’un qui serait en train de pousser pour faire son caca. Tous les chanteurs qui veulent se donner un air inspiré font ça.
    4) On nous montre du cliché bien parisien type Monmèèèètre pour bien planter le décor.
    5) On y met du trucage rigolo avec des chorégraphies nous montrant des choses impossibles à faire comme marcher à l’envers (Mais comment ILS font ça ?).

    Ce n’est pas du SIA (Système d’Intelligence Artificielle) avec carrément un robot-gamine de 7 ans ayant vingt ans d’expérience de danseuse professionnelle mais c’est tout de même l’idée.

    Mais que nous dit donc notre ami Paul Joseph Watson à propos de la musique populaire ?

    The Truth About Popular Music par Paul Joseph watson
    (En anglais, 12 minutes 57 secondes)

    https://youtu.be/IP0wuwJBdMI

    Comme je me suis cassé le cul pour traduire cette autre vidéo dans laquelle Paul Joseph Watson donne la parole à une chanteuse qui nous raconte comment ça se passe pour de la vraie dans ce milieu, autant en faire profiter les copains (A l’attention de la modération, je poste ça en plusieurs bouts à cause de la limitation de 2500 signes)

    Paul Joseph Watson

    The Illuminati Controls The Music Industry (Anglais 19 minutes 02 seondes)

    https://youtu.be/JcS8YhtFKRI

    (1) En 1979 j’avais été contacté par le groupe Télé 7 jours pour leur écrire de faux "Harlequin". Je traduisais un peu de tout à l’époque (dont du Harlequin) pour nourrir ma québécoise de copine clandestine qui, bien que francophone et de culture catho, n’avait pas le droit de résider en France. Télé 7 jours avaient fait analyser douze Harlequin pris au hasard pour en extraire la recette. L’héroïne était toujours de condition sociale inférieure au type très virile qu’elle avait dans le collimateur et VIERGE. Ce n’était pas dit, c’était montré. Il s’agit d’une technique d’écriture appelée le "Show do not tell"

     

    Répondre à ce message

    • #1727904

      @ The Whole Wide World

      Comme je fais du wifi sauvage (j’ai pas de FAI) ma connexion déroche sans arrêt. Du coup c’est trop pas possible de mettre ma traduc en ligne. Et puis tout le monde est habitué aux sous titres maintenant.

      C’est pas grave pour deux raisons :

      1) Paul Joseph Watson articule tellement bien, I mean this guy really enonciates every word, qu’on se dit "Pourquoi je n’ai pas eu ce type comme prof d’anglais ?"

      2) Nous prenons pour acquis que chez E&R tout le monde a au moins le niveau Bac. Ça veut dire que tout le monde ici a fait quatre heures d’anglais par semaine durant sept ans. Ce qui veut dire que TOUT LE MONDE ICI EST BILINGUE ANGLAIS tellement notre Éducation Nationale est la plus bien mieux que le monde entier nous envie. Suis-je sarcastique ?

      Donc on se repasse la vidéo de Paul Joseph Watson dix-sept fois et on Listen and learn. Et on apprend et on progresse et comme ça on sauve la France.

      Je suis bien sorry les mecs mais capter l’anglois et savoir configurer son ordi est le B A BA de tout "dit six dents" qui se respecte. Sinon, else...

      Why don’t you take a fuck at a rolling donuts ?

      Why don’t you take a flying fuck at the Moooooooooooooon......... ?

       
  • Encore une élection ?!!
    Après celles des primaires et des présidentielles, voici celles des primates et des pestilentielles...

     

    Répondre à ce message

  • Vous regardez encore la télé ?

     

    Répondre à ce message

  • #1727598

    Donc du coup " humiliant comme une chanson Française à l’Eurovision " perd le peut de sens qui restait ...

    On veut de la vrai merde Française , pas un ersatz à la borsht !!!

     

    Répondre à ce message

  • C’est lourd et indigeste. L’eurovision ? c’est abusé

     

    Répondre à ce message

  • La mélodie de la chanson "Amar Pelos Dois" du vainqueur de l’eurovision 2017 le jeune Salvador Sobral...me rappelle beaucoup celle de la chanson " La Vie en Rose-1946" (Quand il me prend dans ses bras...) de la célèbre Edith Piaf.

     

    Répondre à ce message

  • Le gagnant, il est payé en shekels ?

     

    Répondre à ce message

  • Entre l’Eurovision et les Dead Kennedys, il y a peut-être un juste milieu ou un ailleurs, non ?

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents