Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Emmanuel Macron, 39 ans, Chef des armées (qui n’a pas fait son service)

Guerres, renseignement, terrorisme, budgets : tout ce qui va changer (ou pas)

Emmanuel Macron à ses militants pendant la campagne :

« J’appartiens à cette génération de Françaises et de Français, dont l’arrivée à l’âge adulte s’est confondue avec la professionnalisation de nos armées et la suspension de la conscription. Aussi n’ai-je pu faire mon service militaire »

Dans son programme, il a pourtant prôné un retour au service militaire obligatoire pour tous les jeunes de 18 à 21 ans, mais un service court : un mois. Pas vraiment de quoi recréer le creuset national que symbolisait la conscription...

- La rédaction d’E&R -

 


 

En Marche va pouvoir adopter le pas cadencé ! Emmanuel Macron, 39 ans, devient avec 66% des suffrages le 8e président de la Ve République. Et donc le nouveau « Chef des armées » françaises, comme le décrit l’Article 15 de la Constitution de 1958. Tableau des travaux qui attendent le nouveau président de la République.

 

Un déplacement auprès des troupes pour lancer le quinquennat : le jour de la passation de pouvoir, Emmanuel Macron recevra de François Hollande les codes nucléaires au sein du PC Jupiter, situé sous le palais de l’Élysée. C’est l’un des symboles forts de la prise de fonction de chef des armées. Cependant, tout cela se déroule à huis-clos ! En ce qui concerne la sphère publique, le nouveau président l’a déjà annoncé avant le premier tour de l’élection, son premier déplacement à l’étranger se fera auprès des troupes françaises en opérations extérieures. Alors Irak, Jordanie, Mali… Niger, Tchad [ce sera bien au Sahel] ? Un déplacement sur Barkhane au Sahel ferait sûrement honneur à la politique africaine de la France, là où une visite (plus tendue tout de même) au Levant mettrait l’accent sur la priorité Daech. La destination donnera donc un signal.

[...]

Faites place au… Livre Blanc de la Défense et de la Sécurité Nationale 2018 !

Après 2008 et 2013, un nouveau Livre Blanc ?! Cette annonce n’est pas franchement accueillie avec enthousiasme dans le milieu de la Défense. La raison la plus souvent invoquée est qu’il s’agit d’une perte de temps et de moyens. Cependant, selon le nouveau président de la République et ses équipes, en premier lieu son conseiller défense Jean-Jacques Bridey, le format opérationnel actuel des armées, issu du Livre Blanc de 2013, a montré toutes ses limites. Ce document est ainsi annoncé pour la fin de cette année 2017. Oui, c’est rapide. C’est pourquoi il ne prendra probablement pas la forme habituelle (pavé !) et pourrait plutôt ressembler à une revue stratégique, une mise à jour où le facteur clé sera l’analyse prospective. Car on le sait maintenant, la décennie 2020 sera marquée par des ruptures que l’on voit déjà poindre…

Ce document devrait enfin nous révéler si la France se dote à l’avenir d’un, ou de deux nouveaux portes-avions. Suivra dès 2018 une nouvelle Loi de Programmation Militaire.

[...]

OPEX : réduire la voilure ? Eviter le surrégime, la casse matérielle et humaine, et le point de non retour. Voilà le grand défi qui attend la nouvelle administration. Même l’augmentation conséquente des budgets ne peut à court terme empêcher ce risque, cette épée de Damoclès qui plane au dessus des forces. Emmanuel Macron a régulièrement regretté durant la campagne que la France ait parfois succombé aux pratiques néoconservatrices avec des interventions évitables, citant la Libye. Il a beaucoup évoqué les stratégies de sortie de crise et ambitionne de revenir vers une politique plus traditionnelle, « gaullo-mittérandienne ». Alors réduire la voilure oui, mais comment ? Pour cela il faudrait une évolution conséquente sur les théâtres, autrement dit une défaite militaire de l’état islamique, et une pacification tangible de la BSS. Si l’on peut compter sur un dénouement à moyen terme au Levant (nous parlons là de la reconquête des territoires irakiens et syriens, pas de la destruction de Daesh), au Sahel toutefois, il faudra pouvoir convaincre nos alliés, européens notamment, d’apporter leur support.

[...]

Terrorisme, renseignement, état d’urgence…. le nouveau locataire de l’Élysée hérite d’une situation sécuritaire dégradée. C’est évidemment le premier et plus grand défi qui l’attend. La menace terroriste au plan mondial perdurera durant les cinq prochaines années, c’est une certitude. Emmanuel Macron entend revoir la coordination du renseignement entre les services, avec notamment une task force anti-terroriste à l’Élysée. La prévention contre la radicalisation, via de petites structures, sera privilégiée (voir l’exemple bordelais du CAPRI ?). Il rappelle enfin que le régime de l’état d’urgence sera maintenu, ou non, selon l’appréciation des services de sécurité.

Lire l’article complet sur echoradar.eu

Découvrez les dossiers brûlants du nouveau président,
avec Kontre Kulture

 

Bienvenue dans la complexité et la dangerosité des tensions internationales,
voir sur E&R :

 






Alerter

29 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
Afficher les commentaires précédents