Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Après l’Argentine, les faillites d’État entrent en terrain inconnu

Les États acculés à la faillite risquent d’avoir le plus grand mal à obtenir un répit de leurs créanciers et à les convaincre de renégocier leur dette après la défaite de l’Argentine face aux fonds « vautours ».

« Ce cas accroît l’incertitude et peut changer les règles du jeu », indique à l’AFP Odette Lienau, spécialiste des restructurations de dette publique à l’université américaine de Cornell.

À l’issue d’une longue guérilla judiciaire menée aux États-Unis, Buenos Aires va devoir rembourser l’intégralité de leur dû à des fonds spéculatifs qui ont toujours refusé toute renégociation de dette après le défaut de paiement partiel de l’Argentine en 2001.

La quasi-totalité des autres créanciers du pays avaient, eux, accepté une décote de près de 70 % au cours de deux opérations de restructuration visant à éviter une banqueroute générale.

La présidente argentine Cristina Kirchner a affirmé lundi soir que son pays honorera sa dette.

Avec le rejet de la requête argentine par la Cour suprême des États-Unis, l’ensemble du processus est toutefois entièrement bloqué jusqu’à ce que les deux fonds récalcitrants soient remboursés à hauteur de 1,3 milliard de dollars.

« Ce cas va bien au-delà de l’Argentine parce qu’il compromet les possibilités pour d’autres pays de restructurer leur dette et qu’il renforce le sentiment que les créanciers récalcitrants peuvent obtenir gain de cause », affirme à l’AFP Paulo Nogueira Batista, qui représente le Brésil et dix autres pays au sein du Fonds monétaire international.

Le FMI lui-même s’est refusé à tout commentaire.

Concrètement, les créanciers d’un pays asphyxié financièrement vont désormais être incités à refuser tout compromis dans l’espoir d’obtenir le remboursement intégral de leur dû, majoré par les intérêts.

« Même les créanciers prêts à accepter une restructuration pourraient hésiter en raison du risque que le pays ne puisse pas honorer ses engagements » du fait d’un possible blocage de l’ensemble du processus par d’autres « fonds vautours », souligne par ailleurs Odette Lienau.

Ces opérations sont pourtant cruciales pour les pays en difficulté. Au printemps 2012, la Grèce avait ainsi obtenu un effacement de dette de plus de 100 milliards d’euros, le plus important de l’histoire, afin d’obtenir une petite bouffée d’oxygène.

Pas d’alternative

Une telle opération pourrait désormais n’être qu’un lointain souvenir.

« Si le fait de traiter avec un État en défaut de paiement est une source de tracas pour le marché, beaucoup d’investisseurs s’en passeront ou réclameront d’être davantage payés en retour » au risque de grever les finances des États, note Anna Gelpern, professeur de droit à l’université de Georgetown.

Les États n’ont, de leur côté, guère d’alternative. Si la restructuration leur est impossible, ils ne pourront rembourser leurs créanciers qu’au prix de politiques d’austérité augmentant leurs recettes ou coupant dans leurs dépenses, redoute Mme Lienau.

L’impact potentiellement dévastateur du cas argentin n’a d’ailleurs pas échappé aux grands argentiers du globe.

Les États-Unis, la France, le Brésil, le Mexique ou le Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz sont intervenus en faveur de l’Argentine, en usant notamment de la procédure d’Amicus Curiae permettant de tenter d’influencer la Cour suprême américaine.

« Il ne faudrait pas donner de prime aux créanciers procéduriers », avaient ainsi estimé les autorités françaises.

Le FMI avait un temps voulu peser de son poids dans la balance en conseillant la Cour suprême, mais il avait renoncé, en juillet 2013, face aux réticences américaines.

Dans un rapport remis quelques mois plus tôt, le Fonds n’avait toutefois pas fait mystère de ses inquiétudes suscitées par le cas argentin.

« Le litige actuel avec l’Argentine pourrait avoir des implications profondes sur de futures restructurations de dette en donnant plus de pouvoirs aux créanciers récalcitrants », avait noté l’institution.

Selon les experts, l’épisode argentin met à nouveau en lumière la nécessité pour la communauté internationale de se doter d’un mécanisme moins dépendant des aléas judiciaires.

La dernière proposition en date avait été portée en 2003 par le FMI mais avait été rejetée sous la pression des États-Unis et des grands pays émergents.

 

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

20 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Concernant l’effacement partiel de la dette, il me semble avoir entendu que cet effacement avait principalement été supporté par la Grèce elle même. Explication, la Grèce rachète(ait) elle même sa dette, elle en possédait donc et c’est cette partie qui n’allait pas être remboursé. Et qui a donc été enlevé des calculs.

    Ou quelque chose dans le genre. Dans tout les cas, aucun "rabais" n’avait été accepté par les vautours que nous connaissons tous. Et cela avait imputé en plus du poids de la dette et de la crise elle même au peuple Grec.

    Bref ils n’accepteront pas ce genre de chose (j’entends véritablement), jamais. Ensuite que le prix nobel ...(j’ai récemment vu le président de l’upr en parler en début de conférence, AS ne l’apprécie pas, mais il est de bonne source) et quelque pays tente d’influencer la cour suprême, soyons sérieux, des vassaux et un organisation sous influence ...

    Pour moi la conclusion, aussi caricaturale qu’elle puisse paraître, c’est que le gouvernement argentin, ne coupera pas les ponds avec le système empirique atlantique, et laissera mourir son peuple à petit feu, c’est en fait déjà le cas, tout comme en Grèce.


  • Le Rackett US continue !


  • C’est le jour où tous ces ’gouvernements’ annonceront qu’ils cessent d’emprunter qu’on va faire un grand pas en avant. Car, sur le fond, qu’est-ce que c’est que cette maladie chronique qui fait que ces gens là ne PEUVENT PAS, nulle part, jamais, pour rien, se contenter de ce dont ils disposent en terme de vraies ressources et sont constamment en train de dépasser outrancièrement leurs budgets. Il y a là une vraie question. On voit bien que le problème est dans ce qui leur sert de tête.


  • Pas d’autre alternative ? HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA continuez comme ça !


  • Cet article n’explique rien.

    Et surtout pas comment un état ne serait plus libre de transiger sa dette avec chaque créancier séparément ?

    Ou, sous une autre forme : comment un créancier peut s’arroger le droit de décider pour tous les autres créanciers ?

     

    • Je suis d’accord avec toi, par exemple la dette french est de droit french (bon ok on connait les zozos au mur des cons et les soumises voleuses divisées que sont "nos" politiques), donc je vois pas ce qu’un tribunal à New York viendrait foutre dans l’histoire.
      A ce stade pas trop trop d’alarmes, même si c’est alarmant :
      * nos créanciers de plus en plus étrangers
      * droit européens supérieur
      * fmi à la con qui guette
      * dettes indues
      * mauvaises gestions

      Pour l’aRgentine ça à l’air une autre histoire.


  • Article très intéressant dans son analyse de la situation et dans son constat. Par contre la conclusion n’est pas au TOP.

    Je pense que E&R nous a fourni assez de bagage intellectuel pour produire nous même la conclusion qui s’impose.


  • Ce que j’ai surtout noté dans le commentaire de la journaliste, c’est l’emploi du mot souverain :" .....de cette dette souveraine...". Comprenez que le peuple n’est pas souverain mais que sa dette est souveraine, elle ! Je proposerai donc aux argentins d’imprimer pour cent mille milliards dans leur monnaie et de le rendre aux banksters. Souverain ou pas ?

     

    • #864397

      oui et non !
      1 - c’est la seule et vraie solution quand on est souverain, maître de sa propre monnaie.
      Mais l’Argentine comme tant d’autres a emprunté en dollars. Elle ne peut pas imprimer des dollars qui appartiennent souverainement aux USA. Ce serait attaquer la souveraineté des USA, déclarer la guerre, la vraie guerre.
      D’où - en passant - l’intérêt pour un pays d’être le maître de sa propre monnaie !
      D’où - bien sûr - l’intérêt pour les créanciers professionnels d’oeuvrer à externaliser les monnaies des pays...
      2 - En finance, le principe mystique du métier est le prix du risque. Le créancier prête contre rémunération, celle-ci étant la mesure et le prix du risque qu’il prend [ risque de ne pas être remboursé ]
      C’est à dire que le créancier a déjà été payé de son risque ! Ou disons que ce risque est intégré. Les bons payeurs assurent contre les mauvais payeurs.
      Et d’ailleurs, le "risque de défaut" a déjà été revendu par les créanciers. C’est toute l’histoire de ces dernières décennies. Ont été créé des "papiers" monétisant les risques de défaut, entassés dans des paniers, et vendus massivement, in fine aux... populations ( dans vos produits d’épargne, assur-vie, etc... ).
      Bref, si le créancier n’est pas payé, tant pis pour sa gueule, c’est le risque du métier et tkt il s’en est déjà remboursé.

      allez, tant que j’y suis... la solution - Synthèse :
      - le peuple reprend le pouvoir sur son pays
      - il déclare la dette non advenue, puisque prise contre son gré
      - il recrée une nouvelle monnaie nationale, un Nouveau Franc, dont le Pays et son peuple est maître souverain
      - puis adopte une attitude saine de gestion ( ça c’est facile, demandez à 20 millions de ménagères )
      cool ?
      ben ... en admettant que les traîtres soient bien éliminés du paysage, faudra affronter l’ennemi les armes à la main.
      Garanti que le gouvernement-USA si y a défaut de payement de la France ne veuille récupérer ce qu’il affirme être son dû manu militari ( variante : via une révolution populaire qui prendra le pouvoir et luttera contre le terrorisme des résistants, etc. refrain connu )

      Sérieux, on en est là. Faut commencer à se préparer mentalement, choisir ses options futures...

      biz / M/


  • Il est intéressant de rapprocher cette obstination de l’attitude des USA à propos de la dette franco-britannique de 1915-1918... Ils veulent à la fois le gain financier et politique, gagner sur tous les tableaux... On a vu le résultat 20 ans plus tard !
    Cela dit, il ne faut pas être démagogue non plus et il importe de faire le procès des minables qui ont plongé nos états dans l’endettement EN TEMPS DE PAIX !
    Certains sont des imbéciles, d’autres des lâches, des démagogues, des complices des banksters, ou un peu de ceci et cela, voire tout cela à la fois... Ces gens doivent croupir en prison jusqu’à leur mort puisque pour nous autre, ce sera l’asservissement ad vitam aeternam...
    Simple question d’équité.
    L’égalité, c’est de la merde en barre : c’est l’équité qui compte. Employons les mots justes, pas le baratin de l’ennemi.

     

    • La vraie égalité en droit et en devoir telle que spécifiée dans la déclaration d’intention des droits de l’homme doit garantir la justice pour tous normalement. Le problème, c’est qu’après la déclaration d’intention, il aurait fallu sérieusement étudier les façon ad hoc de la mettre en pratique réellement et toujours se battre pour qu’elle soit maintenu en toute circonstance.
      L’égalité est un grand principe qui, comme tout les autres grands principes, a été vidé de sa substance par les fascistes orwelliens qui nous gouvernent au point de perdre complétement son sens d’origine. Aujourd’hui, le mot égalité sert à l’obtention de privilèges pour des minorités tyranniques, ça n’est pas dans ce sens la que le concept avait été pensé !


  • au moins maintenant cela a le mérite d’être clair, donc pour vraiment s’en sortir, une seule solution, franchir le pas et les envoyer tous chier.
    de toutes façons seul un changement radical et irréversible peut changer les choses.
    et pour nous en France, sortir de l’Euro ne sera pas suffisant, il faut aussi sortir du système monétaire.
    comme ça au moins on le sait


  • Je ne sais pas si le même problème peut arriver à la France car étant dans l’Europe, si nous devions faire un défaut de paiement, le MES ne serait-il pas là justement pour éviter ce genre d’histoire ?
    Tel la Grèce, nous devrions être soutenu par l’Europe, même provisoirement, et profiter de ce délai pour renégocier la dette.

     

    • Le MES ? Ce fond sans fonds alimenté à 90% par des engagements non négociables des Etats à fournir les sommes qu’on leur a imposées et dont naturellement ils ne disposent pas davantage et par des emprunts contractés par l’U.E et remboursables par les peuples ?
      Ils n’arrivent déjà même pas à sortir de la mouise un petit pays comme la Grèce (317 milliards d’euros de dettes fin 2013), qu’espérez-vous qu’ils fassent pour la France (1920 milliards d’euros de dettes fin 2013) ?


  • Sur la mise à sac de l’Argentine, on peut regarder avec profit "mémoire d’un saccage".

    Sinon, dommage que l’article ne dise pas qui est derrière les fonds vautours (sans doute pour éviter un ruineux procès de la LICRA), ni en quoi consiste le tour de passe-passe qui permet auxdits fonds de s’enrichir. Mais le public d’E&R devrait trouver sans trop d’efforts.


  • Donc : c’est aux USA que l’Argentine croit pouvoir laver son linge sale. Théâtre.
    Donc : il y aurait des fonds qui auraient faits des ristournes. Théâtre.
    Donc : la dette serait légitime. Théâtre.
    Donc : tous le monde devrait désormais s’aplatir et toujours se soumettre au racket. Théâtre.
    Donc : les états s’endetteraient par nature. Théâtre.
    Donc : il est d’une grande politesse qu’un état paie, malgré le malheur de son peuple. Théâtre.
    Donc : la dirigeante qui paie est une opposante polie et tous devront en prendre de la graine.Théâtre.
    Donc : il n’y a aucun moyen d’en sortir. Théâtre.

    Non dit : les états doivent jugés chez eux de la légalité de leur dette.
    Non dit : les états peuvent créer eux-mêmes leur monnaie, sans intérêts.
    Non dit : qui sont exactement les vautours : des noms !!!
    Non dit : dans un cas pareil, c’est un référendum qui doit trancher.
    Non dit : rien ne change, ça a toujours fonctionné ainsi, tant qu’on laisse les usuriers aux commandes.

    conclusion : grosse propagande qui appelle à la soumission financière. Comme si un proxénète racketteur envoyait l’une de ses putes répandre la rumeur qu’il faut tout payer, toujours, car le tribunal des racketteurs en a jugé de la sorte, et surtout, qu’il n’y a pas d’alternative. TINA (There is no alternative, dixit Margaret Thatcher), comme quoi, rien de nouveau.

     

    • C’est la soumission ou une révolution de "couleur" dans le pays, ou un président qui meurt d’un "cancer" bien providentiel ou une ingérence de l’OTAN pour r(établir) la démocratie....


    • Voui, fred, mais tu remarqueras qu’à chaque fois on fait passer une chose pour ce qu’elle n’est pas : les révolutions colorées viendraient du peuple, quand elle sont de la déstabilisation sur commande ; les cancers opportuns, de simples coïncidences ; les guerres otanesques, des libérations par les soldats de la liberté et mon cul sur la commode. Or, en éveillant les peuples à la réalité, ces menaces, ces chantages, ne pourraient plus se faire impunément. La Syrie en est la preuve. Peu importe la taille de l’état en question. Si le peuple sait et refuse, rien à faire.
      .
      Ainsi, plutôt que d’accepter le chantage, le comprendre pour mieux le refuser. Sinon, et c’est là, toujours, la vraie conséquence : esclavage plus ou moins accepté des peuples, ad vitam aeternam. Comment accepter un avenir où tout ce qui nous est promis est une planète camp de travail ?


  • Les juifs sionistes qui possèdent la FED depuis des lustres peuvent faire tourner la planche à billets autant de fois qu’ils le désirent. Ensuite ils prêtent à viteam éternam aux nations qu’ils ont pillées et ruinées.Les spéculateurs vautours demandent les remboursements en totalité avec les intérêts.Si les nations n’empruntent plus ce sera la mort des ordures qui étranglent les peuples !!


  • Logique qui ne profite qu a une poignee de sangsues premieres responsables de la donne mais face a laquelle vaille que vaille il faut faire carpette...
    L actuel squatteur de l Elysee en a donne la demonstration.... hors la dette n est pas remboursable et nous le savons ! Ca n a d ailleurs jamais été le but en tant que tel puisque la dette n existe que pour mettre les états a genoux devant la logique mondialiste emmenee par les représentants de la finance et pour le benefice desquels tapinent depuis des décennies les raclures de l umps concernant la France !
    La dette est essentiellement virtuelle et n est jamais que l expression des intérêts dont se gave la finance depuis l abandon par les états de la monnaie et l obligation pour ceux ci d emprunter sur les marches prives les moyens d assurer leurs financements qu ils effectuaient auparavant sans avoir a cracher au bassinet de l interet usuraire !
    La premiere et principale caracteristique d un banquier est de vivre d un pognon qui n est meme pas le sien puisqu il appartient aux entreprises, particuliers et collectivites qui forment ses clients voir d un argent totalement dematerialise qui n est plus que pixels !
    La finance est le pire bastion d improductifs et de torches tous milieux professionnels confondus ! Ces gens ne sont pas des parasites, ce sont de véritables nuisibles ce qui est bien pire !


Afficher les commentaires suivants