Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Arabie : départ en masse d’Éthiopiens après la mort de trois d’entre eux

Des milliers d’Africains, en majorité des Éthiopiens, continuaient mardi à se rendre aux autorités en Arabie saoudite, une reddition qui s’est accélérée après la mort de trois Éthiopiens selon Addis Abeba dans des violences ayant émaillé une campagne contre les immigrés illégaux.

Abandonnant le quartier de Manfouha, où se concentre l’immigration clandestine dans le sud de Ryad, des milliers de personnes attendaient leur tour stoïquement, sous un soleil de plomb, pour être conduits en bus vers un centre de déportation, selon un photographe de l’AFP.

"J’ai été obligé de vendre à bas prix une partie de mes meubles, et dans la précipitation, d’en abandonner d’autres", a confié avec désespoir un Éthiopien assis à même le sol parmi une foule d’hommes, de femmes et d’enfants.

Un de ses compatriotes a lui assuré avoir des papiers en règle. "Certains parmi nous ont un titre de séjour légal, mais nos parrains ont encaissé l’argent et se sont éclipsés", a-t-il dit, témoignant de la situation de plusieurs expatriés qui devaient changer de garant pour pouvoir être en conformité avec la loi.

Des bus se relayaient à longueur de journée pour transporter ces immigrés vers des centres, près de la capitale, où les autorités se préparent à les déporter.

Ces centres ont accueilli ces derniers jours quelque 17 000 d’entre eux, a rapporté mardi la presse locale citant un porte-parole de la police de Ryad.

Dans le quartier Al-Nassim, dans l’est de Ryad, des centaines d’immigrés illégaux se sont rendus aux autorités, selon des habitants.

A Jeddah, la capitale économique du royaume, la police a arrêté 75 Éthiopiens et Tchadiens après des heurts ayant éclaté dimanche soir entre ces immigrés illégaux à la suite d’un litige.

Au total, la police a interpellé quelque 33 000 immigrés illégaux dans les différentes régions du royaume en une semaine, selon des statistiques citées mardi par les médias.

La reddition des immigrés s’est accentuée à la suite d’émeutes dans la nuit de samedi à dimanche à Manfouha où, selon la police, deux personnes ont été tuées, dont un Saoudien.

Le gouvernement éthiopien a lui fait état de la mort de trois de ses ressortissants dans des affrontements avec les policiers. "Le fait de tuer des civils innocents est injustifiable", a dénoncé le ministère éthiopien des Affaires étrangères.

L’Éthiopie avait annoncé début novembre qu’elle allait rapatrier ses citoyens vivant illégalement en Arabie Saoudite. De nombreux Éthiopiens émigrent chaque année vers le Moyen-Orient, notamment les monarchies du Golfe à la recherche d’emplois, le plus souvent de domestiques.

Les autorités saoudiennes ont commencé à expulser massivement des clandestins après l’expiration le 4 novembre d’un délai de sept mois qui leur a été donné pour qu’ils régularisent leur situation ou quittent le riche royaume pétrolier.

Plus de 900 000 étrangers en situation irrégulière ont déjà quitté le royaume depuis le début 2013.

Les autorités estiment que cette politique devrait permettre de réduire le nombre d’immigrés, estimé à 9 millions sur quelque 27 millions d’habitants, pour favoriser l’emploi des Saoudiens.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

9 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Le pouvoir saoudien est fébrile. la menace vient de l’intérieur à un moment où les US semblent prendre leurs distances. Les saoudiens savent qu’il peut leur arriver ce qu’ils ont fait à la Libye et tenté de faire à la Syrie ... On pourrait facilement exploiter les inégalités de leur système inégalitaire contre eux. L’immigration massive est une erreur même chez eux .


  • je serai d’avis de laisser les milliardaires entre eux afin qu’ils apprennent à se lacer les chaussures. Ne sachant rien faire de leurs 10 doigts, je serais curieux de voire les pétro-monarchie sans son armée d’esclaves.


  • Trop géniaux ces saoudiens.

    Eux au moins ils savent y faire.

    Comme quoi, il faut savoir prendre les bonnes solutions chez tous les peuples.

    C’est pas pour rien que la Mecque a été placée là-bas.

     

  • Je crois que les saoudiens pétochent parce qu’ils se disent que ce vivier d’immigrés constitue un excellent terreau sur lequel le FSB (par exemple) pourrait s’appuyer pour foutre la merde dans leur pays et y déclencher une guerre civile sur le modèle de celle qui sévit en Syrie.

    Cela constituerait en effet un assez joli retour à l’envoyeur...


  • Les Arabes - ou des Juifs qui se faisaient passer pour des Arabes - ont déporté des millions d’esclaves africains : ils CASTRAIENT les males pour qu’ils ne puissent pas baiser leurs femmes qui n’auraient pas demandé mieux .

     

    • apparemment vous êtes persuadé que les femmes blanches ne rêvent que de se faire sauter par un africain. Ce n’est pas le cas des femmes et jeunes femmes qui sont autour de moi. pas du tout ! Votre attitude est méprisante vis-à-vis des femmes blanches.

      Si l’on disait que les femmes noires veulent se faire sauter par des hommes blancs, les africains crieraient immédiatement au racisme, et tout le reste.


    • C’est un phénomène connu : le noir africain pense surtout avec son gros équipement qui lui donne un sentiment de supériorité sur les autres races... quand on a que ça.
      Les arabes avaient besoin d’eunuques pour garder leurs nombreuses femmes et les protéger de la concupicence de leurs voisins. Dans l’Islam une femme ne peut apparaître dévoilé devant un homme, or dans un harem elles sont à moitié nue, le seul homme admis ne peut-être que le propriétaire mais il faut quelqu’un d’assez fort pour protéger le harem. La solution idéale est donc de prendre un castra, car le bon sens musulman dit que si ça n’a pas de testicules ça n’est pas un homme. Le problème qui s’est posé c’est que personne ne voulait sacrifier son fils et sa fierté pour les besoins des riches, il a donc fallu trouver d’autres volontaires et pourquoi pas ces arriérés en Afrique noire qu’on avait déjà partiellement converti pour servir de chair à canon contre les européens ?

      Je ne sais pas si il faut applaudir l’éjection des clandestins Saoudiens, si ça cache un événement important à venir dans le golfe ou si c’est fait à destination des anti-immigrationnistes européens pour pouvoir leur balancer à la figure "vous êtes aussi intolérants que les Arabes".