Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Aubonsens rencontre sa tricoteuse

 

 

L’équipe d’Au bon sens s’est rendue dans le Gard, à Nîmes, pour rencontrer Jeanine, sa tricoteuse.

 

Voir tous les tricots sur Aubonsens.fr :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

37 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1045109
    le 01/12/2014 par el paco
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Le tricot ca parait facile. il faut construire avec le bout des aiguilles sans faire tomber ce que tu as déjà fait. J’ai pas la main. Je serrais trop les mailles ou tout foutait le camp. Après de nombreuses crampes j’ai décidé d’arrêter.


  • #1045141
    le 01/12/2014 par L’hirondelle
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Tricoter nécessite un art que l’être humain ne cultive plus : la patience. Il faut, aussi, avoir un sens manuel aiguisé et être suffisamment motivé pour entreprendre une réalisation : écharpe, serre-cou, mitaine...


  • #1045161
    le 01/12/2014 par Vincent
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Sympa.

    Dommage que ce savoir faire soit en voie d’extinction, tout comme un tas d’autres. Mais bon, faut reconnaître que le tricot, ça fait tellement “année 30” aussi !

     

    • #1045790
      le 02/12/2014 par mère grand
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Pas forcément. Tout est dans le choix du modèle et des couleurs. J’ai fait il y a quatre ans un pull très coloré et féminin pour ma fille de 35 ans : elle l’a adoré. Je reconnais qu’il revenait assez cher du fait de certains fils coûteux que j’avais utilisés mais quel plaisir de porter un pull original et unique.
      Mes petits-enfants étaient très fiers lorsque je leur tricotais des pulls. Tout est une question de goût, d’association des couleurs et de "modernité".
      Il est certain que le pull des années 50 est une véritable horreur.


  • #1045168
    le 01/12/2014 par Billy
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Des gens biens qui nous parlent de leur passion, un moment de bonheur et de bon sens.
    Client d’Au bon sens, je ne peux que confirmer la "haute tenue" de cette maison.
    Bon, que cela ne nous empêche pas de continuer à "détricoter" ici toute la pourriture ambiante.

     

    • #1045258
      le 01/12/2014 par Billy
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      2 jours de travail (du "fait-main" de qualité) pour l’ensemble Layette, à moins de 50 Euro, faut reconnaître... Le reste à l’avenant...


  • #1045217
    le 01/12/2014 par sa
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    J’adore !!!
    Nos mères savaient tout faire : s’occuper de ses enfants, faire la cuisine tricoter, broder, coudre.... ! Il faut réapprendre ces activités d’autrefois ,transmettre encore et toujours !!

     

    • #1045271
      le 01/12/2014 par quenellierdub
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Entièrement d’accord, elles savaient tout faire mais les temps ont drôlement changé.
      Combien de femmes aujourd’hui sont capable de tricoter ? Très peu.

      Sans tomber dans le défaitisme, beaucoup ont perdues se savoir faire et ne sont que de vulgaires consommatrices incapable de mettre la main à la pâte.

      Ce sont d’ailleurs les mêmes qui se disent libres et indépendantes mais qui dans la réalité omettent le fait de dire qu’elles ne sont que des consommatrices sur pattes. De vrais parasites à mon sens.

      ça vaut aussi pour les hommes.

      Beaucoup de jeunes de ma génération 25-35 ans sont de parfaits incapables manuels et de véritables assistés dans de nombreux domaines (mécanique, électricité, maçonnerie et j’en passe).
      Trop absorbés par le divertissement poubelles de la télé et jeux vidéos alors que normalement ça devrait être le contraire avec internet qui devrait pousser à plus d’autonomie .

      le constat est amer mais véridique.


    • #1045345
      le 01/12/2014 par Pirlouit-Anderlecht
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Ne comptez surement pas sur une "Caroline Fourest " ou une Femen pour faire l’éloge du tricot !


    • #1045499
      le 01/12/2014 par samra
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      @@ quenellierdub

      Tout à fait :pour moi tradition rime avec transmission, "la paire de ciseaux" est passée par là que ce soit dans les liens naturels entre homme et femme =complémentarité ;entre parents et enfants =crèche par exemple ;entre enfants et parents=mouroir (maison de retraite) ;entre l’homme et ses mains,entre l’homme et la terre ,la nature etc... Bienvenue dans la société moderne.Demain quand ce sera le chaos les gens seront complétement perdus ,incapables de survivre à l’effondrement.

      @Pirlouit-Anderlecht

      C’est une activité antiféministe voyons,haha !


    • #1045613
      le 01/12/2014 par Gotfried
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Il ne faut pas oublier que par rapport au XVIIIe siècle, "nos mères" ont aussi perdu d’autres compétences : le cardage et surtout le filage de la laine (et au fuseau s’il vous plaît !), qui était alors souvent confié aux jeunes filles pour les occuper pendant qu’elles surveillaient les troupeaux. Et par rapport à des époques encore plus reculées, c’est le tissage qui a été perdu, activité qui a été une des premières à bénéficier de la mécanisation. Il faut dire que c’était particulièrement laborieux, et réclamait un filage plus compliqué que celui nécessaire pour obtenir du fil à tricoter...

      Toutes ces activités faisaient parties de cycles de production ordonnés par un besoin, en l’occurrence celui de se vêtir. L’amour de la tradition pour elle-même ne jouait pas grand rôle là dedans. Si bien que quand l’industrie a pu proposer des solutions plus efficaces (en particulier pour le tissage) permettant la production accessible et à bon marché, ça a ravi les femmes de lâcher ces tâches. Tout comme les hommes ont été ravis de pouvoir utiliser des bêtes de somme pour tirer la charrue ou la herse plutôt que de le faire eux-même (mais là, la question des moyens financiers est plus déterminante : les animaux de trait n’ont jamais vraiment été bon marché).

      Idéaliser le passé et nos ancêtres peut sembler motivant au premier abord, mais c’est un égarement typique de "moderne" qui ne réalise pas le travail que ça représente, et le plaisir que ça a du être de s’en libérer.


    • #1045703
      le 02/12/2014 par MaxC
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Ma mère tricotait tout en racontant le compte et se trompait rarement dans ses mailles. Elle servait aussi de dictionnaire à mon père lorsqu’il faisait des mots croisés et qui lui dictait les définitions - et elle avait souvent une réponse juste - toujours en tricotant.

      Qu’on me ramène une femme de nos jours qui sait fait pareil, et je réviserais mon point de vue sur ces conneries de féminisme mal compris.

      Vive les vraies femmes. Vive ma mère !


    • #1045733
      le 02/12/2014 par MaxC
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      @Gotfried

      mais c’est un égarement typique de "moderne" qui ne réalise pas le travail que ça représente, et le plaisir que ça a du être de s’en libérer.

      Dans un premier temps. Car un fois avoir consommé de cette société, force est de constater que les gens aspirent à tout sauf à ça. Comme tu dis c’était un travail de labeur, mais le mode de vie était aussi dans un rythme différent, avec des visions de l’existence qui diffèrent des visions actuelles.

      Prétendre que les gens étaient malheureux et qu’ils étaient usés par le travail c’est mal considérer l’époque.


    • #1045821
      le 02/12/2014 par samra
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      précison:sa=samra
      Gotfried
      Je n’idéalise pas le passé mais je dis que préserver ce savoir -faire ( comme tant d’autres ) est essentiel ,c’est de l’artisanat ,,c’est un héritage,c’est un patrimoine,c’est culturel .


  • #1045242
    le 01/12/2014 par maryam
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    bonjour au bon sens,

    merci beaucoup pour cette vidéo ; j’ai plein de pelotes de laines chez moi ; j’ai 3 tricotins, pour faire des pulls et des écharpes ; je les ai acheté à la boutique rascol sur internet ;
    et j’ai plein de modèles de chez phildar et prima magazine ;

    je préfère travailler au crochet, ça va plus vite ; un vrai plaisir !!!

     

    • #1045401
      le 01/12/2014 par crea
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Vous pouvez aller voir sur drop design il y a pas mal de modèles de crochet et tricots moi je suis une adepte aussi du crochet d’ailleurs c’est sur ce site que j’ai appris a crocheter et en apprenant j’ai mis mes crochets au service d’une association pour bébé prématuré ou mort né ( Lou’Ange) comme ça tout en apprenant je fais en même temps une bonne action


    • #1045589
      le 01/12/2014 par Rita
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Bravo Crea pour votre générosité.
      Comme vous Mryam, je préfère le crochet. Ma grand-mère m’avait appris à tricoter et crocheter lorsque j’étais enfant mais j’avais bien vite abandonné. Je m’y suis vraiment mise il y a quelques mois et y prends beaucoup de plaisir. Le crochet c’est rapide et permets beaucoup de fantaisie. J’ai commencé par faire quelques boites(bonbonnières) puis des écharpes et un pull. Bon, le pull n’est pas parfait mais assez portable pour que j’en sois satisfaite. :-) Je comprends bien le sentiment de fierté cette dame lorsqu’elle a fini un ouvrage.
      Je trouve les prix des articles tricotés d"Au bon sens" vraiment donnés compte tenu du prix de la laine et du temps de travail.


  • #1045243
    le 01/12/2014 par UberCatPower88
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    "Douce France
    Cher pays de mon enfance
    Bercée de tendre insouciance
    Je t’ai gardée dans mon cœur ! "

     :-)


  • #1045250
    le 01/12/2014 par maryam
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    et je vais tout vous dire, j’ai terminé une écharpe ce samedi

     

    • #1045390
      le 01/12/2014 par Billy
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Bonsoir Maryam (je lis toujours vos "posts", aiguisés souvent, car l’avis d’une " femme " est important),
      Alors, cette écharpe, je l’imagine de "belle couleur", "douillette", "de bonne longueur", et, quoi qu’il en soit "réalisée avec amour" (en pensant, en la tricotant, la voir déjà autour du cou de celui ou celle qui la portera). Je suis sûr qu’elle n’a rien à voir avec la serpillière rouge "pendouillante" de l’autre clown de l’express (D’ailleurs, quel gâchis de laine pour ce résultat navrant...). Je me suis permis d’intervenir (si vous le permettez) parce que vos 2 commentaires m’ont fait, en accord avec cette vidéo d’Au Bon sens, du "bien". Un peu de fraicheur, de féminité (réelle) dans ce monde bien malade.
      Je vous en remercie et vous prie de croire en mes très respectueux et très sincères sentiments.


    • #1045705
      le 02/12/2014 par MaxC
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Détail anodin, mais qui fait plaisir.


  • #1045251
    le 01/12/2014 par je passe
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    chez E&R c’est un peu le mélange des genre


  • #1045442
    le 01/12/2014 par Uuiuii
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Elle est adorable la tricoteuse. Un autre monde.

     

    • #1049714
      le 05/12/2014 par Yasmine
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Un monde beaucoup plus étendu que vous ne le voyez, ou ne l’expérimentez ; il suffit d’y mettre un pied pour le découvrir et apprendre, le savoir faire et sa transmission sont toujours là, en qualité et variété je vous l’assure ; surtout à la campagne ( vain mot pour beaucoup ) qui, sans heureusement disposer des ressources "divertissantes" chronophages des villes, s’en développe d’autres ; entre le jardin, la cuisine, la maison, il n’y a vraiment pas de quoi s’ennuyer ; de plus, pour des raisons évidentes, les rôles de chacun s’inversent peu , si quelques hommes se mettent aux fourneaux, j’ai rarement vu les femmes à la chasse, au bois, jamais sur les toits ou à la truelle ; cinquante ans de retard et c’est tant mieux, tout un monde assurément, où se cache aussi un monde de résistance...


  • #1045604
    le 01/12/2014 par Hantisedesmythes
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Cette charmante dame m’a rappelée à mon souvenir, au temps où ma merveilleuse grand-mère tricotait en toute discrétion de jolis ensembles à motifs pour la marmaille : bonnets à pompon pour les filles, sans pompon pour les garçons, gants, pulls et chandails, écharpes interminables à franges, le tout assorti, et même parfois accompagné de chaussettes, puis les déposant avec la même discrétion sous le sapin le soir du saint réveillon...
    Le savoir-"bien"-faire étant admirable, il est contagieux... elle m’avait donc appris à tricoter --- même sans pratiquer durant de longues années, comme pour le vélo, la technique ne se perd pas.


  • #1045667
    le 01/12/2014 par Louve de France
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Tres belle idee ! C’est tellement simple de faire une echarpe, de coudre une jupe droite noire avec des beaux tissus et une machine a coudre. C’est beaucoup plus beau que Primark ou H&M . Vous pouvez creer votre ligne, etre artiste et originale. Ajouter des details sexy , sobre ou classy. Les gants c’est plus difficile je crois... je porte que des gants en cuir, la couture du cuir est difficile, alors je prefere acheter mes gants mais je fais attention, je vais pas chez Primark, j’achete du cuir 100 % British qui sent tres fort ( j’adore !), tant pis si c’est cher .

    Oubliez pas de faire votre Teddy Bear pour Noel. Il aura une expression dans son visage et une Ame , pas comme ces horribles jouets Chinois dans les magasins .

    Regardez comme il est joli celui la, je vous assure que c’est tres facile pour avoir le meme resultat :

    http://en.wikipedia.org/wiki/Teddy_...

    Si vous avez un enfant, faites ce cadeau, il suffit de travailler avec un beau tissus , un bon pattern et la patience. Ici vous avez toutes les explications pour faire un Teddy Bear ancien :

    https://www.pinterest.com/hugabear2... Ils so

    nt ravissants, je fais deja plus de 20 Teddy Bears dans ma vie et chaque fois je suis tres fiere ! Vous avez encore le temps avant Noel !


  • #1045809
    le 02/12/2014 par Eloise
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Les creatives de ce site, consultez les modeles de crochet et tricot de Naoko Shimoda, les patrons coutures de Yoshiko Tsukiori ou Noriko Sasahara. Pour les tissus Nani Iro. Mes bibles depuis 5 ans.


  • #1045820
    le 02/12/2014 par l’oracle a dit...
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    jadis, les femmes savaient tout faire car l’argent n’avait pas encore l’importance qu’il a aujourd’hui ! donc, il était très valorisant pour une femme de savoir cuisiner, coudre, repasser etc. De nos jours, le compte en banque détermine tout : le savoir faire passe au second plan...du reste, tenir un foyer et élever des gosses était un job à plein temps, quelle femme a le temps, aujourd’hui, de cumuler efficacement le boulot et tenir se baraque ?

     

    • #1045863
      le 02/12/2014 par Louve de France
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Les hommes aussi savaient tout faire. Mon pere il faisait des decks, des charpentes, il reparait les plomberies ( et pourtant il etait banquier ! Oui, je sais...). Aujourdhui demandez a un homme de faire une charpente ou reparer quelque chose...Il vous dira " je ne sais pas faire". Les hommes ne savent plus rien faire avec leurs mains


    • #1045985
      le 02/12/2014 par Gotfried
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      @Louve de France

      Les hommes sont depuis tout temps sélectionnés par les femmes : la richesse a toujours été favorisée à la compétence dès qu’elle était disponible, car c’est un gage de sécurité matérielle. Après, à richesse, ou plutôt pauvreté égale, évidement c’est la compétence/débrouillardise qui sert de critère, mais à moins qu’un groupe ait une forte tradition exclusivement endogamique, que se pointe un riche exhibant ses signes de richesse et il attirera l’attention des demoiselles bien plus que toutes les démonstrations des locaux.

      C’est la cause principale du célibat forcé des agriculteurs : dans la course à la séduction, si compétents soient-ils, ils finissent laissés pour compte car leur situation est (était ?) perçue comme bien moins attrayante que celle d’un citadin moyen. D’autant que la femme moderne, qu’elle le veuille ou non, est toujours plus ou moins émancipée, et libre de choisir son partenaire (amplifiant encore l’effet de sélection sexuelle), là où dans le temps, les mariages étaient conclus par les familles sans que les intéressés (homme et femme) n’aient tellement leur mot à dire, et par cette gestion communautaire des unions la stabilité et l’intégrité de la société étaient mieux assurées.

      Par expérience personnelle, j’ai constaté une chose : les jeunes femmes de basse extraction, qui n’ont jamais vraiment eu l’occasion de fréquenter des jeunes hommes prometteurs, favorisent souvent les abrutis agressifs, qui font des démonstrations de "virilité spectaculaire". Les jeunes femmes un peu plus malines, ou ayant accès à un plus grand choix social de prétendants, favorisent ceux qui semblent promis à une bonne carrière et une élévation sociale.

      Les premiers peuvent être bricoleurs mais dans un cadre très restreint (ça s’appelle le tuning). Les seconds se concentrent sur autre chose dans la vie, et, par exemple, changer quelque chose d’abîmé plutôt que le réparer, ça implique d’en avoir les moyens, et donc de plus ou moins réussir son élévation sociale. Rechigner à réparer et à travailler de ses mains est une sollicitation supplémentaire à essayer d’avoir un plus gros salaire pour payer les dépenses, donc plus de sécurité matérielle, ce qui à un niveau inconscient est plus ou moins recherché par beaucoup de femmes (et tout à fait légitimement). D’où aussi le goût pour les bijoux et le shopping : un homme capable de couvrir ces dépenses inutiles sera capable d’assurer la sécurité matérielle de la femme et de son enfant.


    • #1046123
      le 02/12/2014 par Louve de France
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Bonjour Gotfried,

      Je suis plutot horrifiee de voir que les hommes ne savent plus utiliser leurs mains. C’est selon moi une idiocracie generalisee qui signe la fin de la substance de notre civilisation. Je pense que la civilisation est construite grace au genie mental et physique ( le "Savoir Faire"). Si nous avons une population qui ne sait plus rien faire, c’est plutot inquietant.... Le "Savoir Faire" est la garantie de toutes les civilisations. Je suis horrifiee oui ! car je pense que si un jour une armee ennemie nous attaque ils verront face a eux des hommes inutiles, qui ont peur de mourir et qui ne savent plus rien faire. Ils nous massacreront , comme un couteau qui rentre dans un beurre fondu...

      Comme vous dites , les relations hommes/femmes sont devenues infiniment complex. Je crois que l’incomprehension est totale entre les deux sexes. Aujourdhui des nombreuses femmes ont tout et elles vivent comfortablement grace a leur argent personnel, souvent dans des jolies et grandes maisons. Par exemple je ne cherche pas chez un homme la "securite materielle" puisque j’ai cette securite que mes parents offraient. Je cherche plutot l’intelligence, la metaphysique, un "Maitre a penser" , mais aussi un homme courageux , qui me defend , qui me protege physiquement, et affectueusement. Un homme qui peut faire un deck, une charpente, porter des lourds et beaux bois pour construire quelque chose...Je dis OUI, je dis 1000 fois OUI ! Mais cela existe plus... Mon pere me cherissait et me protegait financierement, grace a lui je peux etudier et lire des livres toute ma vie si je desire ! Donc je ne cherche pas mon Pere chez un homme, car j’ai la securite financiere que mes parents construisaient . Les filles qui cherchent leur Pere dans un amoureux font une erreur monumentale, car je crois que ces filles la cherchent juste une protection fianciere. Comment cela peut marcher cette sorte de relation aujourdhui ? Ces histoires la finissent mal et ne correspondent plus aux temps que nous vivons. Malheureusement, ou heureusement, je ne sais pas...


    • #1046850
      le 03/12/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      @ Louve de France

      Bonjour chère amie (mais oui, je vous assure),

      Venez sur le Continent et vous trouverez encore des hommes qui savent (presque) tout faire ! Pour ma part, si je puis vous assurer savoir couper du bois, changer un joint de culasse ou faire la plomberie et l’électricité, je suis certain que la moderne femelle de l’espèce n’en a cure ! Mieux, elle vous explique qu’elle sait faire et surtout comment il faut faire, mais lorsque vous lui mettez les outils en main... elle demeure figée !
      Cela dit, cette tendance lourde à la prétention n’est pas que féminine, c’est toujours un bonheur de voir un jeune "mécanicien" s’enfoncer dans sa médiocrité en vous faisant la leçon ! C’est que le cador qui change des éléments sans comprendre ce qu’il fait ni ce qui à présidé à la conception de ce qu’il remplace au hasard ferait presque pitié car les anciens savaient, eux ! Eh oui, avoir rompu avec l’intelligence pratique de l’artisan d’antan est aussi une source de déclin. Laisser aujourd’hui son véhicule chez un professionnel, c’est la garantie d’un travail mal fait et d’une addition salée... mais dans le respect de la "procédure", bien entendu !

      Regards.


    • #1047231
      le 03/12/2014 par Louve de France
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Hello Heureux Uysse !

      Donc vous faites DIY aussi ? C’est tres bien, vous etes une espece rare ( comme les Pandas ) . C’est vrai que le "Savoir Faire passe au second plan" comme dit Oracle et c’est triste. Je dessine des plans pour faire un Summer House avec fenetre Gothique. Mais mon "savoir faire" est petit, je peux juste dessiner, je ne peux pas construire. Je crois que un jour notre idiocracie fera de nous des incapables absolus. Nous ne saurons meme pas planter des tomates ou des pommes de terre ! Et c’est la que notre situation deviendra grave car nous ne pourrons plus nourrir nos nations et nos enfants. Les laboratoires et les fonctionnaires prendront soin de nous et nous serons dans une attente des aides exterieures a nous pour pouvoir survivre. Nous sommes des idiots, et c’est juste le debut de notre betise....Des animaux qui consomment et qui ne savent plus rien faire. Au moins sur ce site nous sommes des animaux metaphysiques !

      Amicalement aussi ;-)


    • #1047791
      le 03/12/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      @ Louve de France

      Effectivement, être parfaitement ancré dans le réel permet cette élévation que l’on peut constater ici. Faire soi-même est essentiel pour conserver un rapport intime à la matière qui permet de ne pas croire mais ouvre sur la connaissance authentique. Si notre Roi Louis XVI était un monarque respectable et un bon serrurier, je doute que Mrs. Thatcher s’y connaissait en matière de toiture...
      Les grands hommes ont toujours possédé cette simplicité qui leur permet de se débrouiller par eux-mêmes en toutes circonstances, l’autonomie dans le quotidien garantit aussi la pensée libre car non conditionnée par ce que l’on attend ou obtient des autres. Il n’y a que les fonctionnarisés et autres bobos pour penser devoir être au-dessus de ces contingences matérielles du quotidien et les traiter avec mépris. Elles sont au contraire un bon moyen de conserver le sens des réalités. On peut parfaitement lire Nietzsche le matin, cuisiner un bon repas le midi, faire la vidange de sa moto l’après-midi et aller à l’opéra le soir sans devoir se justifier de quoi que cela soit auprès de qui que cela soit ! Mais la société aime à coller une étiquette, alors pour les inclassables, elle est toujours hostile, c’est ainsi...

      Ever yours.


    • #1047983
      le 03/12/2014 par Louve de France
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      Margaret Thatcher jardinait et aimait la broderie. Surtout devant les cameras de BBC ! Elle avait sans doute un "savoir faire" secret et redoutable dans la politique et...avec Denis. Pauvre Denis ! Je comprends que Sir Denis Thatcher mourrait avant son epouse. Le pauvre...Cet homme avait probablement un courage extraordinaire et une bonne bouteille de whisky cachee sous son lit pour supporter sa terrible Dame de Fer.

      Mais les Francais peuvent ils comprendre cette Dame ? Je ne crois pas . C’est comme mon Carrot Cake, mon gateau favori que je prepare souvent, il faut naitre en Angleterre pour comprendre.

      Je vous salue de mon County !


    • #1048402
      le 04/12/2014 par Heureux qui, comme Ulysse...
      Aubonsens rencontre sa tricoteuse

      @ Louve de France

      "Bugs Bunny" ? Bonny bug ? Non, vous êtes un papillon d’outre-Manche logiquement attiré par les lumières d’E&R et nous vous comprenons fort bien ! Et puis vous savez, vous n’avez pas de complexes à avoir pour votre cuisine, quand elle demeure traditionnelle chez vous, elle n’a rien de réellement traumatisante pour nous.

      Amitiés.


  • #1045859
    le 02/12/2014 par frederic
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Ma maman tricotait beaucoup, des pulls et des gilets. La qualité d’un tricot fait main est inouïe, rien a voir avec le merde in china.


  • #1045908
    le 02/12/2014 par Annick
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Vu le prix des laines actuellement et le travail que cela représente, je me demandais vraiment comment la tricoteuse pouvait s’en sortir avec les prix que vous proposez sur votre site pour ses petites merveilles . Je me suis moi même mise au tricot il y a un an grâce à des tutoriels sur Internet et ai réalisé : Bonnets, écharpes ,gants, gilet, chaussettes , un sac est en préparation ... C’est super prenant, et cela tient chaud au corps et au cœur sur la durée vu que c’est du solide et de la qualité . Merci de nous avoir présenté votre charmante tricoteuse . L’univers du tricot est vaste et varié , voici une personne qui tricote des petits personnages rigolos : http://delitmail.blogspot.fr/2014_1...


  • #1046100
    le 02/12/2014 par Giustizia
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Oui les travaux manuels apportent beaucoup de satisfaction. J’ai 50 ans et j’ai tout appris à l’école primaire, à l’époque c’était très important pour les filles. Entre crochet et tricot, cela fait 40 ans que toute ma maison et ma garde-robe en témoignent. J’ai remarqué que la mode revient ces derniers temps, surtout en déco, tant mieux si ça va attirer des jeunes. Salut à tous


  • #1046962
    le 03/12/2014 par Albert
    Aubonsens rencontre sa tricoteuse

    Ma grand-mère tricotaient des chaussettes en laine en abondance. Je les porte encore à peine l’hiver pointe son nez glacial. C’est les seules qui portent vraiment chaud. Tout autre chose que les matières synthétiques du supermarché. - Grand-mère n’est plus de ce monde mais c’est chaussettes faites par centaines sont encore là à réchauffer les pieds de toute la famille.

    Tricoter avec 2 aiguilles c’est pas facile (je suis un homme). J’avais après un peu de ma grand-mère mais quand nous étions au jardin d’enfants, les religieuses catholiques (c’était un autre monde) nous faisaient faire des écharpes multicolores avec des tricotins et c’était très simple à faire. Ceux qui veulent se lancer dans les ECHARPES peuvent facilement le faire avec UN TRICOTIN fait maison (2 lattes et des clous ou vis) - Cherchez le mot TRICOTIN sur internet et vous verrez les explications. C’est super simple à faire.

    A vos tricotins ... messieurs ;-)


Afficher les commentaires suivants