Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Autriche – Destruction d’un glacier pour étendre un domaine skiable

Les glaciers des Alpes en ont certes vu d’autres. Durant l’Holocène, notre actuelle période interglaciaire depuis environ 11 000 ans, ils ont été moins étendus qu’actuellement environ la moitié du temps. Leur actuel recul laisse d’ailleurs entrevoir d’anciens aménagements, notamment du Moyen Âge, effectués à la faveur de l’optimum médiéval. Mais notre représentation moderne de la montagne a pris naissance lors du XIXe siècle, quand l’art et la science ont investi ces territoires jusqu’alors trop ignorés. Autrement dit à la fin du Petit Âge glaciaire, quand les glaciers étaient à leur maximum d’extension.

 

Le recul constant et s’accélérant de ces glaciers ne peut alors que marquer les esprits, surtout s’il est accompagné d’un discours médiatique cherchant à en faire un élément de preuve visuelle du réchauffement climatique. Évidemment anthropique. Ce n’est en rien une preuve, puisque le sujet n’est pas le réchauffement, mais sa cause. Mais la caste médiatico-politique n’est pas à cela près, de même que ceux qui gobent leurs balivernes.

La destruction, ou plutôt l’aménagement de ce glacier autrichien à grands coups de pelleteuses, afin que des touristes suffisamment fortunés viennent y skier hiver comme été nous montre deux choses :

- 1/ Que la logique marchande prime le reste. La montagne n’est qu’un système de pentes sur lesquelles viennent se griser des urbains déconnectés de la nature, mais tout de même très « conscientisés ».

- 2/ Que ces « conscientisés », bobos donneurs de leçons, prenant l’avion pour leurs vacances, mais critiquant le plouc qui va travailler en diesel (c’est lui le responsable des canicules, qui font reculer les glaciers), ne sont pas à quelques aménagements près dans les hauteurs immaculées, du moment que leur bon plaisir en dépend. D’ailleurs, n’ont-ils pas été vertueux ? Ne vont-ils pas manger bio au restaurant de l’hôtel ce soir ?…

- La Rédaction -

 


 

Détruire un glacier au nom du tourisme hivernal ? Cela se déroule sous nos yeux, en Autriche. Pour créer de nouvelles pentes et boucher les crevasses, les pelleteuses creusent profondément la glace du Pitztal. Dans quelques mois, la fusion possible des domaines skiables de Pitztal et Ötztal nécessiterait même d’endommager le glacier sur plusieurs dizaines d’hectares. Dérangeant, à l’heure où sont établis le rôle de régulateur thermique et climatique des glaciers.

 

 

Les photos suscitent d’abord l’incrédulité. Deux pelleteuses de chantier creusant la surface d’un glacier, et charriant les blocs de glace dans la pente. En plein été 2019, alors que les discours scientifiques, politiques et associatifs alertent sur le changement climatique et la fonte des glaciers, une station de ski d’un pays européen décide de détruire l’un de ces géants de glace.

Cette scène se joue sur le glacier de Pitztal, le plus haut glacier du Tyrol, en Autriche. Fin août 2019, l’association World Wildlife Fund (WWF) prend plusieurs clichés de l’aménagement en cours du glacier, à plus de 3000 mètres d’altitude. Les pelleteuses ont pour mission de creuser, terrasser la glace, pour façonner des pentes et combler les crevasses dans l’optique de la nouvelle saison de ski.

 

 

Parallèlement, selon le WWF, un projet global de fusion des glaciers Pitztal-Ötztal et des domaines qui y sont rattachés est en cours. Le 24 juin dernier, le club alpin autrichien et les associations Amis de la Nature et WWF Autriche demandaient l’arrêt de cet immense projet, qui prévoyait qu’une surface d’environ 64 hectares du glacier de Pitztal (environ 90 terrains de football), soit nivelée pour former des pistes de ski. Pour la construction des nouveaux bâtiments, il était aussi envisagé que 1,6 hectare de glace (deux terrains de football) soient retirés.

 

 

Si ces grands travaux n’ont pas encore reçu leur approbation finale, les aménagements réalisés cet été à la pelleteuse pourraient être un mauvais signe. « Ce qui se passe est unique selon moi, je n’avais jamais vu cela », se désole Sylvain Coutterand, glaciologue et géomorphologue, et auteur de L’Atlas des glaciers disparus. […]

Lire la suite de l’article sur montagnes-magazine.com

 

La montagne, lieu d’élévation, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

32 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • A pu (il n’y a plus) ??? de "Global Warming du coup" !


  • Camarades de E&R

    Et ben quoi ? De toute façon il allait fondre ,non ?

    Ne varietur

    Lavrov

     

    • 66 hectares de glacier ce sont les 2/3 d’un km2, une bande longue d’1 km et large de 600 m, il n’y a pas de quoi en faire un drame .


    • Ils ne détruisent pas le glacier, ils l’aplanissent sur 66 hectares . A Tignes sur la plus haute piste on ski sur un glacier .


    • Paul
      Cher ami,un peu de retenue,un sport infantile dit tu,
      qu’est’ce que tu as contre l’enfance... même Celine
      trouvait que les skieurs sont parmi les humains encore
      " regardables "...
      Faut pas oublier qu’il y a skieurs et skieurs,ceux qui suivent
      leurs skis et ceux dont les skis les suivent...
      Moi-mème 75 ans ce jour,je me suis ésclafé " enfin forfaits
      gratuits ! .
      J’ai eu l’occasion par rencontres à l’âge de 25 ans de commencer
      cette activité conseillé par d’anciens champions et je peux te dire
      que c’est une école de volonté,travail sur soi ( corp et mental) pour
      arriver à une maitrise qui engendre une euphorie de " cour de récréation )
      comme tu dis si bien,avec la sensation de fonctionner,vaincre l’attraction
      terrestre ( on est dans la danse,même à mon âge )...sans compter le
      plaisir de skier avec ses enfants et petits-enfants,toujours mieux que le
      gâteau du dimanche...et se balader dans des décors grandioses.
      Heureusement qu’ils comblent les crevasses ( avec de la glace,qu’elle horreur ) !
      Tout ça coûte des sous,mais j’ai pu toujours y sacrifier plus ou moins selon les années
      maigres ou pas.
      Je compte pas m’arrêter,c’est comme la musique ou penser,si on peut le faire...


    • Paul répond à Papy . D’accord parler d’infantilisme c’est un peu excessif moi-même j’aime énormément skier, à 73 ans je me suis mis à la "patinette" (ski ultra court) hélas... Cela dit c’est si cher que les jeunes issus de l’immigration n’y viennent pas, ce qui devient problématique pour remplir les stations .


  • Donc on détruit encore l’occasion pour les vrais aventuriers alpinistes de se confronter à ce miracle de la nature en le convertissant en pente douce ennuyeuse pour ces feignasses de skieurs ?
    Le confort, toujours le confort. Le marché de la stupide descente rapporte plus que l’ascension - toujours moins de volontaires pour s’élever... À bas l’effort (les forts).

     

  • Greta Thunberg y sera invitée, skier un peu, pour se détendre un peu après sa petite crise d’aujourd’hui.

     

  • Quand c’est pas le prétendu " réchauffement climatique" qui fait fondre les glaciers , les médias et les bobos s’en foutent.


  • Délire du 21ème siècle....
    Nos descendants haïrons cette époque et tous ceux qui y auront vécu...

     

  • mais c’est là qu’elle devrait être la greta thonberg


  • #2283663
    le 23/09/2019 par Con Cheetah saucisse de Prusse
    Autriche – Destruction d’un glacier pour étendre un domaine skiable

    J’espère qu’après le réchauffisme climatique pour qu’on se noie tous , il y aura l’ère refroidissante (glacière italienne) pour qu’on finisse en glaçon, surtout les nazis autrichiens


  • Je ne connais pas le chiffre exact mais disons que les stations occupent 5% des surfaces glaciaires alpines : est-ce que les écolos se font du bien avec les 95% de glaciers bio ? Non car ce qui les intéressent en fait ça n’est pas la Nature, c’est de pouvoir torturer ceux qui font quelque chose avec les 5% de glacier industrialisés, c’est ça leur jouissance : torturer les autres au nom de leur supériorité morale écolo. La saloperie humaine bien typique.

     

  • Il y bien des bobos qui déboisent des forêts pour se faire des terrains de golf !!
    Et il y aura toujours des gogos pour boire la parole de ces escrocs !
    Comment va le monde ma petite dame ?
    Il se fout de gueule du monde mon bon monsieur !
    Les écolos germano- pratin , ( vert de gris , lorsqu’ils auront prit le pouvoir ? ) ont cette capacité de rendre beaucoup de monde vert .. de rage !

     

  • S’il est interdit de boucher les crevasses sur les glaciers, doit-on interdire d’aplanir le sable sur les plages où il manque ?
    Toute intervention humaine a des répercussions...même le déplacement de galets sur un cours d’eau ou en bord de mer devient une activité nocive !!!!
    Dire que l’on pense que la prise de conscience est une bonne chose...

     

  • Tant que ce n’est pas du au réchauffement climatique ce n’est pas grave !
    Sérieusement c’est à ce genre de truc ahurissant que l’on se rend vraiment compte que l’on se fout de notre gueule ! Matin, midi et soir on nous bassine avec des pleurnicheries sur la fonte des glaces, sur les glaciers qui disparaissent...et en même temps ces connards envoient des pelleteuses défoncer des glaciers pour faire des putains de piste de skis pour ces mêmes bobos qui emmerdent le prolo qui a l’audace de se rendre en voiture sur son lieu de travail situé à 15 km de chez lui alors qu’il pourrait très bien effectuer ses 30 km aller-retour en trottinette électrique ou mieux sur un VTT décathlon made in china !


  • J’ai du mal à comprendre l’écologie de nos jours et surtout sa signification, mais à part le fric qui est son activité première .
    Lorsqu’on me parle d’écologie, ça m’irise les poils parce que les trois quarts du temps ce n’est pas pour la bonne et vraie cause .
    La preuve encore aujourd’hui, on détruit un glacier pour étendre un domaine skiable et puis les écolos viennent nous les briser avec la fonte des glaces .Et bien là, ils n’attendent pas qu’elle fonde, ils anticipent, et après ils augmenteront le prix des carburants parce que c’est polluant. Comprends, qui pourra, mais pour ma part , j’ai compris leur manège depuis longtemps .


  • Et Macron qui est absent, occupé à... éteindre l’incendie en Amazonie. Et Greta qui engueule Trump qui n’en fait pas assez pour l’environnement. Et mon voisin qui m’engueule parce que je brûle quelques cartons, dans mon jardin. Grrrr ! Je sens que je vais me radicaliser et péter un câble à côté duquel, celui de Praud (le dernier) ne sera qu’une plaisanterie...

     

  • La vanité humaine n’a aucune limite, sa bêtise non plus ; quant à son arrogance censée démontrer que l’humain est au faîte de la création, il y a longtemps qu’on a compris que c’est juste une manifestation de son délire d’homoncule agité.

    Laissons-les faire, puisque nous ne pouvons les en empêcher, la nature, tôt ou tard, va se charger de remettre l’ordre géologique et climatique naturel (cosmique) dans les pathétiques agitations de cette humanité en phase finale d’existence.


  • Après cette décision en suit une autre (L’Autriche va accorder la nationalité aux descendants de victimes du nazisme).


  • L’article a été nuancé, les photos représentent les travaux habituels d’entretien de la station. Ils ne sont pas liés à l’extension du domaine skiable : https://factuel.afp.com/les-pellete...


Commentaires suivants