Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Avortement : des millions d’hommes resteront célibataires en Asie

Les familles indiennes et chinoises qui ont fait avorter les femmes enceintes de filles ont créé un excédent de 10 à 20% de jeunes hommes qui risquent de ne pas pouvoir fonder une famille, selon une étude scientifique publiée lundi.

Le phénomène est apparu dans les années 1980, lorsque les progrès de l’échographie ont permis de détecter le sexe de l’embryon assez tôt pour éventuellement opter pour un avortement, selon la recherche conduite par Therese Hesketh, du Centre d’études sur la Santé et le développement international auprès de l’University College de Londres.

Les garçons ont été traditionnellement préférés aux filles dans plusieurs régions en Chine, en Inde et en Corée du Sud pour des raisons sociales, culturelles et financières.

Au début des années 1990, les statistiques sud-coréennes ont révélé que le ratio habituel de 105 naissances de garçons pour 100 filles, était monté à 125 dans certaines villes.

Une évolution similaire a été observée en Chine, où elle était "compliquée par la politique officielle de l’enfant unique", estiment les chercheurs. Le ratio des enfants mâles chinois, parti de 106 en 1979, est monté à 121 en 2005.

Aussi, dans les régions où deux enfants sont autorisés, dans les familles qui ont eu un premier enfant de sexe féminin, le ratio monte-t-il à 143 pour le second, ce qui laisse deviner que les parents d’une fille choisissent plus souvent un avortement pour tenter d’avoir un fils.

En Inde, il a atteint 125 dans le nord (Punjab, Delhi et Gujarat), tout en restant à 105 dans les Etats du sud, le Kerala et l’Andhra Pradesh.

Selon des estimations de 2005, la Chine compterait un excédent de 32 millions d’hommes de moins de 20 ans.

"Ces hommes ne pourront pas se marier, dans des sociétés où (...) le statut social et l’acceptation d’une personne dépendent largement du mariage et de la fondation d’une famille", mettent en garde les chercheurs.

Ils appréhendent aussi un grand développement de l’industrie de services sexuels payants, déjà en progrès en Inde et en Chine depuis dix ans, mais dont les raisons de la croissance sont difficiles à analyser avec précision.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

5 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • C’est scandaleux les ravages de l’avortement ! De plus, ceux qui s’y opposent sont diabolisés illico !


  • C’est beau le patri-arcat (ou patrilinéarité).
    Parce que la filiation se fait essentiellement par le géniteur,
    Parce que bien souvent, l’enfant n’est reconnu que s’il est né dans le cadre du mariage (seul moyen de garantir la reconnaissance de paternité).

    Je plains pas les chinois,
    Ni les indiens,
    Ils méritent leur sort.
    En effet, ils connaissent très bien les solutions à leurs problèmes démographiques,
    Puisqu’ils recèlent des population où étrangement, les filles sont autant désirées, sinon plus, que les garçons : Moso du Sichuan, Naïrs de Malabar, Megalaya ...
    Comment ?
    Ces sociétés sont matrilinéaires,
    Et l’oncle maternel est plus important que le père pour la prise en charge des enfants.


  • Même sans pouvoir prévoir les conséquences très graves de la politique de l’enfant unique, ses inventeurs devaient savoir que ce qu’ils faisait était très dangereux.


  • En France, il y a environ 200 000 avortements par an (227 054 en 2007)


  • De ce que j’en connais, je n’ai pas remarqué cela en Chine (cela dit 10 à 20% de différence, c’est difficile de ce rendre compte dans une famille ou dans la rue).
    2 points en précision pour ceux que ça intéresse :
    - la loi de l’enfant unique est souvent contournée (Chaque femme a droit à un "ticket" d’accouchement ... Les enfants supplémentaires sont souvent cachés dans de la famille à la campagne (ce qui pose des problèmes pour la scolarité, ou des problèmes de jalousie/moquerie entre enfants). Les riches paient les amendes ou accouchent à l’étranger (de plus en plus), pour les membres du parti ... on s’arrange)
    - les médecins ont interdiction de révéler le sexe des enfants lors des échographies (au moins jusqu’à un certains nombre de mois, je ne suis plus très sûr ... mais bien entendu, ça peut parfois se "discuter")