Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Bachar al-Assad : "Le pire de la guerre est derrière nous"

La Syrie repousse les mercenaires djihadistes de l’Empire

Le président syrien Bachar al-Assad a assuré que les pires heures de la guerre dans son pays appartiennent désormais au passé, après une série d’avancées de ses troupes sur le terrain, appuyées par l’allié russe.

L’armée syrienne et ses alliés ont repris ces derniers mois le contrôle de plusieurs zones, notamment la deuxième ville du pays Alep au terme d’années de combats.

« Les choses vont aujourd’hui dans la bonne direction (...) car nous infligeons une défaite aux terroristes », a affirmé M. Assad dans une interview donnée à Damas à la chaîne de télévision basée en Inde WION.

Le régime qualifie de « terroriste » tous les groupes ayant pris les armes contre lui qu’il s’agisse de modérés, d’islamistes ou de djihadistes.

 

« L’Occident et ses marionnettes »

« À moins que l’Occident (...) et ses alliés, ses marionnettes, soutiennent massivement ces extrémistes, je suis sûr que le pire est derrière nous », a déclaré le président syrien, dans un entretien publié samedi par la présidence syrienne.

Lors de l’interview, M. Assad a une nouvelle fois nié toute responsabilité dans l’attaque chimique présumée de Khan Cheikhoun dans la province rebelle d’Idleb (nord-ouest) survenue en avril et qui avait coûté la vie à 88 personnes dont 31 enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 avec la répression sanglante de manifestations pacifiques contre le gouvernement. Elle a fait plus de 320.000 morts et des millions de déplacés.

 

« Pas de véritable intiative politique »

Lors des derniers pourparlers de paix en mai au Kazakhstan, la Russie et l’Iran, alliés de Bachar al-Assad, et la Turquie, soutien des rebelles, avaient adopté un plan russe visant à créer des zones sécurisées pour instaurer une trêve durable dans plusieurs régions.

« Nous n’avons pas eu jusqu’à présent de véritable initiative politique (...) même si Astana a permis d’obtenir des résultats, disons partiels, à travers (la mise en place de) zones de désescalade en Syrie, ce qui est positif », a affirmé le président syrien.

La résistance syrienne contre l’Empire, chez Kontre Kulture :

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

4 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Enfin une bonne nouvelle.


  • "La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 avec la répression sanglante de manifestations pacifiques contre le gouvernement."

    Faux ! Ce sont les forces de l’ordre qui ont massivement été assassinées par les terroristes. Quant aux authentiques manifestants hostiles à l’Etat syrien ils étaient peu nombreux, contrairement à ceux qui le soutenaient et le soutiennent encore.


  • « La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 avec la répression sanglante de manifestations pacifiques contre le gouvernement. »

    C’est 7sur7... E&R devrait faire attention. Il y a au plus 2 personnes qui « travaillent » sur ce site d’info. Ils se contentent de reprendre ce qui est approuvé par Decodex.


  • #1739727

    Je ne comprend pas le chiffre de 320000 morts.....hmmmm je le verrais à la hausse je le pense plus proche des 400000.....