Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Cela nous aurait suffi : liturgie de Pessah, la pâque juive

Fête du renouveau de la nature pour les uns, de la résurrection de Jésus pour les autres, Pâques est originellement une fête juive commémorant la sortie d’Égypte. La cérémonie chrétienne correspond à l’origine à la cérémonie juive, puisque Jésus serait ressuscité le jour de Pâques, de la pâque juive par conséquent, en hébreu Pessah.

La tradition biblique raconte que les Hébreux étaient esclaves en Égypte et que, sous la conduite de Moïse, ils trouvèrent le chemin de la liberté et finirent par atteindre la terre promise.

La fête de Pessah consiste à raconter et célébrer cette libération. Pour faire céder Pharaon qui refusait de laisser partir son peuple (qui ne connaît le très beau « Let my people go » chanté par Louis Armstrong), Dieu lui imposa une série d’épreuves connues sous le nom des Dix Plaies d’Égypte : l’eau du Nil se transforma en sang, des nuées de sauterelles, de moustiques, de grenouilles infestèrent le pays, la vermine, des bêtes sauvages, la grêle, des ulcères, la nuit en plein jour, tous les malheurs du monde fondirent sur l’Égypte sans réussir à briser la résistance obstinée du roi. Jusqu’à ce que, épreuve ultime et atroce, un ange exterminateur vienne une nuit tuer tous les premiers nés du pays, hommes et bêtes, épargnant seulement les foyers des hébreux.

Vaincu, Pharaon les laissa partir et ils prirent, à pied, le chemin de la terre promise. Mais Pharaon se ravisa et les rejoignit avec son armée comme ils stationnaient devant la mer Rouge. Une nouvelle intervention divine vint à leur secours : les eaux s’ouvrirent devant le peuple de Dieu, puis se refermèrent sur l’armée des méchants qu’elles engloutirent.

Tout le rituel de Pessah consiste en un repas liant, selon un ordre minutieux [1], prières, chants, nourriture et boissons qui évoquent les épreuves de l’esclavage et toutes les péripéties de l’Exode.

Pendant longtemps, l’archéologie dite « biblique » s’est efforcée de chercher – et trouver – des traces de cette histoire rien moins qu’historique. Or il importe aujourd’hui de savoir que, à la lumière de recherches récentes [2] il semble à peu près certain que jamais les Hébreux ne furent esclaves en Égypte et que tout ceci fut inventé pour des raisons politiques à l’époque du roi Josias, c’est-à-dire au VIIe siècle av. J.-C.

Ces travaux marquent la fin de la période au cours de laquelle les archéologues organisaient leurs fouilles à partir de passages des Écritures. Les nouveaux archéologues se contentèrent de creuser et de constater ce qu’ils trouvaient : rien, absolument rien qui corresponde aux contes et légendes de peuple de Dieu.

Peu importe l’historicité de l’Exode ou de la mort de Jésus finalement, la religion est là pour relier les hommes : les juifs autour de la libération de l’esclavage, les chrétiens autour de Jésus sauvant les hommes par sa résurrection.

« Les dix plaies, la traversée de la mer Rouge, le gîte et le couvert dans le désert, le don de la Torah, chacune de ces faveurs divines aurait suffi, “dayenou”, à assurer la vie des Hébreux et à susciter leur reconnaissance », explique le rabbin Josy Eisenberg.

Dayenou, דיינו, « Cela nous aurait suffi » : tous les ans pour Pessah, le peuple élu chante sa reconnaissance envers l’Éternel pour tous ses bienfaits, dont un seul pourtant aurait suffi. Les nuées de sauterelles, de moustiques, de vermines et d’ulcères ? Cela nous aurait suffi. La mort donnée à tous les premiers-nés du pays sauf les nôtres ? Cela nous aurait suffi. L’engloutissement dans les eaux d’une armée entière ? Cela nous aurait suffi !

Tous les ans pour Pessah, les juifs remercient un Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu, a semé le malheur et l’épouvante sur un pays entier coupable de ne pas croire en lui.

 

Notes

[1] En hébreu, ordre se dit Seder= סדר, nom de la cérémonie.

[2] La Bible dévoilée, Les nouvelles révélations de l’archéologie, par Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, 2002.

Voir aussi, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

140 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Et les travaux de Maurice Bucaille sur le Pharaon d’Egypte qui s’est noyé ?


  • C’est bizarre, mais plus j’y réfléchi plus je me dis que le dieu miséricordieux des chrétiens n’a strictement rien à voir avec la divinité vengeresse des juifs... Si on y pense il ressemble plus à un djinn du désert ou à un démon qui aurait pris sous son aile un peuple de bédouins nomades pour mieux l’aider à génocider les cananéens.

    Si on y réfléchi en fait l’œuvre du Christ avait en particulier comme objectif d’arracher son peuple aux griffes de cette divinité qui se faisait passer pour ce qu’elle n’était pas.

     

    • Je partage ton analyse. Me sentant très proche du point de vue chrétien, j’en suis même venu à penser que le dieu vengeur en question pourrait être tout simplement, dès le départ, ce que chrétiens et musulmans ont ensuite appelé Satan. D’autant plus que le judaïsme est strictement monothéiste et n’admet donc pas de notion de "diable".
      Jésus, messager de Dieu, serait arrivé pour remettre les choses au point en quelque sorte...


    • Dans l’Edda il est appelé Surt le flambant... Dans l’ancien testament il dit à Moïse qu’il se chargera lui même de faire en sorte que les égyptiens haïssent son peuple... Quel dieu ferait lui même en sorte que son peuple soit haï ?... Et les paroles du genre "c’est par ma puissance que tu parles", c’est du Tol Saddum avant l’heure. Conan le barbare lui arrache ensuite la tête d’un coup d’épée...

      C’est clairement pas du tout la même religion. D’un côté on a pour "dieu" un marionnettiste qui vous fout dans la merde, et de l’autre un père qui ne demande qu’à vous enseigner la vie...


    • Talion, "plus j’y reflechit plus je me dis" "Si on y reflechit bien...." Ben faut pas trop reflechir ni critiquer sans données reelles, il faudrait etudier, ou au minimum lire les Ecritures, pour voir ce qu’ils disent reelement et non ce qu’on veut leur faire dire...
      Impossible de dire que Jesus avait comme objectif d’arracher son peuple des "griffes de Dieu" (qu’il annonce comme etant son père) car si tu lis un jour les évangiles, tu verras que Jesus cite sans arret la Torah, et que tous les samedis il l’enseignait a la synagogue. C’est d’ailleurs dans la Torah qu’il prit le rouleau d’Esaie, et qu’il y lut la proclamation prophétisée de son statut et de son avenement en tant que Messie.
      Jesus est venu arracher son peuple non "aux griffes" de Dieu (c’est l’autre qui aurait des griffes, pas Dieu) mais aux mains du pouvoir religieux en place formé par des hommes en pleine apostasie : le Sanhedrin.
      Et SURTOUT il est venu REVELER le caractère de Dieu.
      Donc, va, lis, et ne pêche plus.....


    • Ce que tu décris, c’est en partie le Gnosticisme :

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Gnosticisme


    • @FRV100 : T’as rien compris à ce que j’ai dis...

      Ce que je dis, c’est que le dieu qui a aidé les hébreux à massacrer la population de Jéricho n’est a priori pas le même que celui qui a envoyé son fils parmi nous et révélé la trahison des clercs et des marchands du temple.

      Visiblement un Djinn avait à cette époque usurpé son nom pour mieux fonder ce que le Christ a plus tard dénoncé comme étant la "Synagogue de Satan", qui prêchait un message vindicatif -voire suprémaciste- diamétralement opposé au contenu de l’alliance !

      Accessoirement, je me permet de préciser qu’une religion qui se fonde sur l’étude récurrente, intensive et obsessionnelle des écritures et est obnubilée par la puissance du verbe qui lui sert à légitimer une destinée manifeste, n’est pas la même que celle que nous enseigne le christ et qui se résume en très peu de notions ne nécessitant aucun blabla et que n’importe quel crétin peu comprendre : L’amour et le respect de tous ses semblables sans considération pour leur origine sociale, le don désintéressé de sa personne avec comme unique but le bien d’autrui (peu-importe sa religion), l’élévation spirituelle du croyant au dessus des considérations matérielles et le piège de la vanité (non, il n’existe pas de peuple élu).

      Pas besoin d’un texte de 10000 pages (par exemple le Talmud) pour expliciter ces notions et tenter de les tordre afin de pouvoir justifier les transgressions quotidiennes sanctionnées par les experts du Livres qui excuseront ainsi les écarts de leurs ouailles les plus fortunées (ou influents) et les laisser se complaire dans l’idée que ce qu’ils savent pertinemment au fond d’eux même être le mal peu en réalité être considéré -par le recours à une argumentation foireuse- comme le bien.

      Je laisse les docteurs en loi faire mumuse en lisant les écritures et en se persuadant qu’ils peuvent mieux que n’importe qui interpréter la parole de Dieu... Mais distinguer le bien du mal ne nécessite en fin de compte aucun doctorat !... Juste un minimum d’honnêteté envers sois-même et un minimum de capacité à identifier ce qui relève de l’égoïsme, de la vanité, de l’auto-aveuglement et du lavage de cerveau lié à l’éducation que l’on a reçu.
      Les experts des écritures sont de mon point de vue des fumistes dont l’activité relève de la masturbation intellectuelle et qui étalent leurs connaissance afin de mieux dissimuler leur vacuité !


    • re talion,
      tu aurais pu dire aussi "je me suis mal fait comprendre"...plutot que t’as rien compris, bref...

      "une religion qui se fonde sur l’étude récurrente, intensive et obsessionnelle des écritures et est obnubilée par la puissance du verbe qui lui sert à légitimer une destinée manifeste etc..." on peut aussi qualifier ce caractere religieux tout simplement de pratique honnête et intègre de sa religion, comme le font les croyants chétiens, musulmans et d’ailleurs la plupart des croyants. Donc lorsque tu fait référence a un "djinn" ou a "Christ" tu as peché ces references ou ? dans des livres saints non ? et maintenant tu les denigrent ! paradoxal. Tu es le stereotype de celui qui voudrait bien parler d’un film en n’en n’ayant vu que l’affiche et qui reproche a ceux qui l’ont vu, revu, et decrypté d’etre des obsessionnels...
      Quand tu ecris :"ce que nous enseigne le christ et qui se résume en très peu de notions ne nécessitant aucun blabla et que n’importe quel crétin peu comprendre (mais helas pas appliquer) : L’amour et le respect de tous ses semblables sans considération pour leur origine sociale, le don désintéressé de sa personne avec comme unique but le bien d’autrui (peu-importe sa religion), l’élévation spirituelle du croyant au dessus des considérations matérielles et le piège de la vanité etc..." Le message de christ ne concerne pas uniquement les relations des hommes entre eux ...et là tu n’occultes pas moins de la moitié de son message, qui demande a l’homme de revenir a son Dieu créateur, et je cite Christ lui-meme : aimer Dieu de toute sa force de tout son esprit de tout son amour.... Celui des origines, celui qui a accompagné le peuple hebreux dans l’ancien testament. Mais ça pour le savoir il faudrait LIRE les Ecritures, detendu, sans etre obssessionnel (c possible !), avec pas moins d’interet que tu a du lire le davinci code


    • toujours a talion
      ..."Mais distinguer le bien du mal ne nécessite en fin de compte aucun doctorat !... Juste un minimum d’honnêteté envers sois-même..."
      - penser pouvoir distinguer le bien du mal par soi-même, ça, c’est prétentieux et égotiste, l’inverse du message de Christ justement. C’est étrange mais c’est le mensonge du serpent (satan) a Eve pour qu’elle désobéisse a Dieu en Eden.
      Genèse 3.4 " Alors le serpent dit à la femme : Si vous mangez le fruit, Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal."
      C’est dingue comme je peux être obsessionnel !
      L’apôtre Paul a dit : " je fais le mal que je ne veux pas faire et je ne fais pas le bien que je voudrais faire..." et c pas valable que pour lui...ou est la distinction du bien et de mal chez l’homme ? l’état du monde en témoigne...

      "Les experts des écritures sont de mon point de vue des fumistes dont l’activité relève de la masturbation intellectuelle et qui étalent leurs connaissance afin de mieux dissimuler leur vacuité !"
      - en effet, il y en a... au même titre qu’ il y a des ignares qui, par fainéantise, résument hâtivement les textes sacrés et qui veulent jouer les penseurs. Mais soyons nuancés, il y a aussi des quidam qui sans être docteurs cherchent la vérité sincèrement et travaillent honnêtement en profondeur dans la quête de réponses qui leurs sont INEVITABLEMENT données par Dieu
      amitiés


    • @FRV100 : Heu... Je préfère préciser une chose... J’ai PLUSIEURES bibles chez moi, dont certaines ont plus d’un siècle, j’ai également plusieurs missels, je les ai lu, j’ai fréquenté des religieux pendant un bon moment (dont l’Opus Dei) et je pense ne pas me tromper en pensant que j’ai dû au moins autant étudier les écritures que toi...

      Par contre je me suis rendu compte d’une chose : La bible n’est qu’un texte et la forme compte en définitive moins que le fond et l’essence du message qu’elle véhicule...

      Devenir un expert du texte ne sert strictement à rien de plus que de satisfaire sa vanité... Dès lors que la nature profonde du message est comprise, pas la peine de s’escrimer à enculer les mouches. Le message du Christ est très simple à comprendre... Il est venu pour parfaire les lois de l’ancienne alliance et s’assurer que l’esprit n’en était pas déformé.

      Certains à force de textes, de codes, de lois et de conneries prétendant mieux l’expliciter en ont complètement dévoyé la nature...

      Le danger c’est de s’en référer à d’autre que soit même pour juger à sa place du sens profond de son message... Ce dernier est simple à capter et les intermédiaires sont théoriquement inutiles (et surtout aujourd’hui alors que tout le monde sait lire)... Et même dangereux compte tenu des risques d’instrumentalisation.

      Lire la bible c’est simple... En comprendre le message et le fond c’est simple...

      Et tenter d’enfumer le croyant en prétendant lui expliquer ce qu’il peut très bien capter tout seul en lisant ce texte, ça aussi c’est simple.

      Donc OUI je connais le texte et NON je ne pense pas que l’apprendre par cœur comme un couillon de théologien soit une nécessité.

      Dieu tel qu’il est vénéré par les chrétiens n’a strictement rien à voir avec la divinité qui a aidé le peuple hébreux à massacrer ses ennemis... Désolé mais là dessus je n’ai pas le moindre doute.

      Est-ce que le dieu des chrétiens aurait admis qu’Abraham accepte de lui offrir son fils en sacrifice humain pour tester sa foi ?... Non...
      Est-ce qu’il aurait fait détruire Sodome et Gomorrhe par ses anges ?... Non...
      Est-ce qu’il aurait tué lui-même les enfants des égyptiens afin de faire plier leur roi ?... Non...
      Est-ce qu’il aurait aidé à massacrer la population de Jéricho ?... Non...

      Soit Dieu a considérablement changé, soit l’ancien testament contient une bonne dose d’enfumage de la part de rabbins traitres à l’alliance et d’un usurpateur qu’ils vénéraient.

      Je penche pour la deuxième option.


    • a talion :
      "Est-ce que le dieu des chrétiens aurait admis qu’Abraham accepte de lui offrir son fils en sacrifice humain pour tester sa foi ?... Non..."
      - ...Encore une fois tu manques d’éléments bibliques, si tu relis le sacrifice d’isaac, tu verras que ta question est caduque car Dieu ne permet pas ce sacrifice. D’autre part, et tu verras que s’il est facile de lire la bible il l’est moins de la comprendre : le sacrifice d’abraham a une valeur prophetique et pédagogique, car isaac et un "type" de Jesus. Dieu a montré que s’il n’acceptait pas de permettre l’immolation d’Isaac, Lui en revanche serait prêt a sacrifier son propre fils pour le salut des hommes...bien plus tard...

      Est-ce qu’il aurait fait détruire Sodome et Gomorrhe par ses anges ?... Non...
      - ben oui, il n’avait pas d’autre choix, encore une fois stp talion relis avec attention ces quelques lignes de la Bible ett u comprendras la legitimité des actes de Dieu : Genèse 19.3 " Et il les pressa tant qu’ils allèrent chez lui et entrèrent dans sa maison. Et il leur fit un festin et cuisit des pains sans levain, et ils mangèrent.
      4 ¶ Ils n’étaient pas encore couchés que les hommes de la ville, les hommes de Sodome, entourèrent la maison, depuis les enfants jusqu’aux vieillards, le peuple entier, de tous les bouts de la ville.
      5 Et ils appelèrent Lot et lui dirent : Où sont ces hommes qui sont entrés vers toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous, que nous les connaissions.
      6 Et Lot s’avança vers eux à l’entrée de la maison, et ayant fermé la porte derrière lui,
      7 il leur dit : Non, mes frères, je vous en prie, ne faites pas le mal !
      8 Voyez, j’ai deux filles qui n’ont pas connu d’homme ; laissez-moi vous les amener, et faites-leur ce qui vous plaira ; mais à ces hommes, ne leur faites rien, car c’est pour cela qu’ils sont venus s’abriter sous mon toit. "

      - As-tu compris les motivations des habitants de sodome qui insistaient pour "connaitre" (terme utilisé pour definir les relations intimes et sexuelles à l’époque) les anges de Dieu en visite ? il est precisé qu’ il y avait là des enfants des vieillards, le peuple entier !! a quel niveau de corruption morale en etait le peuple entier de sodome, pour que meme les enfants soient corrompus, (la transmissibilité de la corruption morale de ce peuple le condamnait.)


    • Est-ce qu’il aurait tué lui-même les enfants des égyptiens afin de faire plier leur roi ?... Non...
      - remarque toutes les tentatives de Dieu pour faire entendre raison au pharaon, meme le surnaturel n’y fit rien ! Dieu n’a utilisé la mort des premiers nés qu’en dernier. Et meme ça n’a pas suffit ! La faute n’incombe pas a Dieu mais a pharaon qui a eu toues les preuves possibles de la toute puissance de Dieu. Mais il les a refusé par ego. il faut se souvenir que les pharaon (comme les cesars d’ailleurs se croyaient Dieux vivants). Pharaons a donc joué avec le sort des enfants de son peuples. Il est le seul responsable, d’autant plus qu’il a été prevenu a chaque fois par Moîse. Son ego l’a meme conduit lui-meme à la mort. mais j’y pense, transposons ça aujourd’hui : que font nos présidents et chefs d’etats ? ne seront-ils pas a meme bientot de jouer avec le sort de populations entières en jouant avec leurs boutons rouges, sachant l’irremediable gravité des effets ? seras-ce la faute à Dieu là aussi ? ou les effets de décisions humaines stupides et entetées ?

      Est-ce qu’il aurait aidé à massacrer la population de Jéricho ?... Non...
      - meme raison : Le roi de jericho connaissait l’histoire de pharaon, comme le dit Rahab la prostituée de jericho aux espions hebreux dans Josias 2. 6 a 12
      Elle les avait fait monter sur le toit, et les avait cachés sous des tiges de lin, qu’elle avait arrangées sur le toit.
      8 ¶ Avant que les espions se couchassent, Rahab monta vers eux sur le toit
      9 et leur dit : L’Eternel, je le sais, vous a donné ce pays, la terreur que vous inspirez nous a saisis, et tous les habitants du pays tremblent devant vous.
      10 Car nous avons appris comment, à votre sortie d’Egypte, l’Eternel a mis à sec devant vous les eaux de la mer Rouge, et comment vous avez traité les deux rois des Amoréens au delà du Jourdain, Sihon et Og, que vous avez dévoués par interdit.
      11 Nous l’avons appris, et nous avons perdu courage, et tous nos esprits sont abattus à votre aspect ; car c’est l’Eternel, votre Dieu, qui est Dieu en haut dans les cieux et en bas sur la terre.
      12 Et maintenant, je vous prie, jurez-moi par l’Eternel que vous aurez pour la maison de mon père la même bonté que j’ai eue pour vous.

      Malgré sa connaissance de la toute puissance de Dieu, le roi de Jericho comme pharaon, a prefere le combattre


    • En somme, Dieu est amour et ne peut donc accepter qu’on tue en son nom. Le Dieu qui accepte les crimes de Jérico, la destruction de Sodome et Gomorrhe, etc, ne peut être chrétien. Pas plus donc qu’un dieu qui réclamerait son tribut de sacrifices humains, ou un dieu en colère qui déclancherait des cataclysmes collectifs meurtriers genre éruptions, séismes, etc. Je rapelle que Hitler aussi se prenait pour Dieu. Et quand on voit le cataclysme qui suivit... D’ailleurs je n’ai jamais compris l’alliance avec les nationalistes espagnols qui étaient semble-t-il des catholiques intégristes. Se prenaient-ils pour Dieu eux aussi ? Faut que je m’amuse à chercher.

      Hervé


    • "D’ailleurs je n’ai jamais compris l’alliance avec les nationalistes espagnols qui étaient semble-t-il des catholiques intégristes. Se prenaient-ils pour Dieu eux aussi ? Faut que je m’amuse à chercher."

      Non, ils ne se prenaient pas pour Dieu... Mais leur camp était entre autres chrétien et l’une des justifications avancées pour leur cause était de rappeler que le camp d’en face massacrait les prêtres du pays... (enfin en tout cas un bon nombre ont été tués sous le seul prétexte qu’ils étaient des prêtres)
      Sachant le degré de piété de l’Espagne de cette époque c’est probablement l’un des élément qui a le plus miné le soutient du peuple envers les républicains.

      En définitive le camp qui a gagné est celui qui a bénéficié du plus grand soutient populaire... Ça fait très mal de dire cela et peu nombreux sont ceux qui admettent cette réalité aujourd’hui en dehors d’Espagne, mais une bonne partie de la population a soutenu le franquisme parce que le camp en face était constitué de communistes athées aspirants à déchristianiser leur pays.

      Pour rappel :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Marty...
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Terre...

      Les républicains ne se sont pas vraiment comportés comme des angelots... On parle souvent du massacre de Guernica, mais les républicains eux aussi ont commis un nombre appréciable de crimes de guerre.
      S’en prendre aux religieux a probablement été pour eux une erreur fatale.


    • @FRV100 : A ta place j’arrêterai de passer mon temps à essayer de justifier toutes les horreurs qui sont contenu dans l’ancien Testament.

      Il représente peut-être l’essentiel du volume d’une bible mais il ne contient pas (loin de là !) le cœur de la doctrine chrétienne.

      Son rôle est de contextualiser le message du Christ... Le véritable livre sacré reste le nouveau Testament. Apparemment tu n’as pas dû comprendre qu’entre les deux textes il n’y a pas continuité mais rupture...

      Le Christ a beau en effet annoncer qu’il n’est pas là pour abroger la loi ancienne mais la parfaire, dans les faits il l’amende très sévèrement... En tout cas il amende très sévèrement la manière dont elle était abordée.

      Des patriarches et figures de l’ancien Testament dont le comportement et l’épopée a été digne de la doctrine chrétienne il n’y en a pas beaucoup... Si !... Il y a Joseph !... Mais à part lui...


    • a talion,
      Je vois que tes arguments pour refuter mes dire ne sont pas bibliques surtout lorsque tu fais intervenir un "djinn" qui auraient remplacé Dieu etc... wow c fort ça !...
      " Apparemment tu n’as pas dû comprendre qu’entre les deux textes il n’y a pas continuité mais rupture..."
      - A partir du moment ou Jesus est annoncé et prophetisé dans l’ancien testament il ne peut y avoir rupture mais continuité entre les deux testaments. maintenant si tu y voir une rupture et si tu pratique un tel rejet de l’ancien testament, ça ne concerne que toi et tes conseilleurs, et tu dois y avoir un interet quelconque, donc je ne puis aller plus loin si tu ne veux pas entendre.

      "Le Christ a beau en effet annoncer qu’il n’est pas là pour abroger la loi ancienne mais la parfaire (non pas parfaire mais accomplir, c’est sur qu’en changeant les paroles de Christ lui meme, tu vas nager dans l’incomprehension !), dans les faits il l’amende très sévèrement... En tout cas il amende très sévèrement la manière dont elle était abordée."
      - ça revient à dire que Jesus dit tout et son contraire c’est donc le dire menteur ! dès lors tu peux vendre tes bibles et te consacrer au druidisme...
      - Jésus n’amende rien du tout il ne fait que donner "2 nouveaux commandements" : "aime ton dieu de tte ta force, de tout ton esprit etc..." (ce commandement resume la 4 premiers commandements du decalogue et "aime ton prochain comme toi même" qui resume les 6 derniers commandement du decalogue"... (verifie en Exode 20)
      Bien sur qu’il a abrogé les lois ceremonielles qui n’etaient que des prefigurations de son sacrifice donc inutiles après son sacrifice, mais lorsqu’il dit qu’il n’est pas venu abolir la loi il parle du decalogue (appelé Loi aussi) mais l’accomplir ainsi que les propheties du premier testament concernant sa mission...encore faut’il connaitre les prophetes messianiques (dont joseph ne faisait pas partie)...

      Bon je lache prise, c votre affaire si vous preferez continuer a jouer avec des approximations et des raccourcis non fondés sur les Ecritures...suffit pas d’avoir 15 Bibles rangées dans les placards ..faudrait les lire comme il le faut...et cesser de repeter ce qu’en disent les hommes..
      Amitiés quand meme...et bonne route...


    • talion , encore juste un pti truc ...

      "Par contre je me suis rendu compte d’une chose : La bible n’est qu’un texte et la forme compte en définitive moins que le fond et l’essence du message qu’elle véhicule..."
      Dieu aurait donc dit : "tiens je vais faire ecrire par des "nègres" un best-seller ou la forme serait pas terrible mais le fond assez evasif pour que tout le monde comprenne ce qu’il veut ?
      - Après tout, la bible n’est qu’un texte inspiré par Dieu lui-meme (les gars de l’opus dei te l’ont pas dit ?) et sa forme et son fond ne font qu’un car les deux sont d’inspiration divine et indissociables comme l’AT et le NT...Dieu l’a voule precise au terme prés, de façon a ce qu’on ne puisse pas faire d’erreur de parcours ni se perdre...car il veut nous guider à bon port...

      En revanche dire que c le fond et l’essence du message sont plus importants, c’est ouvrir la porte a toutes les interpretations, approximations et les erreurs possibles puisque chacun peut y voir ce qui lui chante...

      Voilà j’ai fini...


    • Hervé,
      "un dieu en colère qui déclancherait des cataclysmes collectifs meurtriers genre éruptions, séismes, etc. Je rapelle que Hitler aussi se prenait pour Dieu. Et quand on voit le cataclysme qui suivit..."

      je sais plus qui a dit que L’une des plus grandes victoires de satan c’est de faire croire qu’il n’existe pas, ainsi on peut tout mettre sur le dos de Dieu...


    • Hum la parole prête aussi a jésus cette parole ;
      " maintenant que celui qui n a pas d épée vende sa tunique pour s en acheter une ..."
      bon a priori deux épées lui ont suffit,
      c est bien les gars vous bataillez agréablement ;)

      Perso je me pose parfois la question, ce pourrait il que le dieu vengeur ( yawhé sabbaoth ) soit l archonte solaire qui renie yaldabaoth ?

      Bon allez c était juste histoire de faire avancer le smilblick, pour les sous-chien juste en passant, la grande pyramide a une issue vers la constellation du grand chien, sirius, et puis le bon chien c est le compagnon du berger ( m’enfin ce qui m en semble ) tiens ça me fait penser a la crosse papale et ( le machin qui permet du chopper les agneaux par le cool-back ) c est aussi une insigne pharaonique ça .

      Bon allez a prendre au second degré svp, perso vu que vous êtes des connaisseurs essayez de comprendre pourquoi y a un lion a droite, un aigle a gauche, un taureau derrière et un homme devant, après tout la voie du milieu n est elle pas plus simple ?

      Om Nama shivaya .

      A au fait petite histoire amusante, ce qui a été sera ce qui est a déjà été, mais que fait donc l alliance atlantique !

      Vite mon vaisseau faut que je dégage rapide, ça sent fort le roussi ( le vent d est surement ) .

      @++


    • @Talion



      C’est bizarre, mais plus j’y réfléchi plus je me dis que le dieu miséricordieux des chrétiens n’a strictement rien à voir avec la divinité vengeresse des juifs...



      J’ai lu avec intérêt tes messages (et avec encore plus d’intérêt ceux de FRV100 !) et je me suis rendus compte d’un truc : Jésus Christ n’est pas une sorte d’hippie baba cool que tu décris !
      Il est dans la lignée du Dieu d’Abraham et Jacob !
      Logique, c’est son Fils/Dieu fait homme !
      Si il prône l’amour et la tolérance, c’est pas une "couille molle" non-plus ! (l’exemple des marchands du temple...)
      De plus, Dieu se comporte avec les Hommes comme un Père avec ses enfants...
      Lorsqu’un gamin fait une bêtise, si tu le punis pas, ben il risque de la refaire voir en faire une pire !
      Miséricordieux ne signifiant tolérer le laxisme et la décadence ! (cf. Sodome et Gomorrhe)

      Ce qui se passe dans l’Ancien Testament est "juste" et Jésus ne renie à aucun moment les actes de son Père/lui-même !
      Tu parle de Djinn et là je rigole : Dans l’Islam (c’est là où on trouve des "djinns", non dans la Chrétienté et dans le Judaïsme), Dieu est encore une fois dans la droite ligne de celui des Juifs et des Chrétiens, juste mais "ferme" avec les pêcheurs et ceux qui détourne son nom ou son message !
      Le prophète Mohammed fait partie des prophètes comme Abraham, Jacob, Moïse, etc...
      Le prophète Mohammed reconnait donc le même Dieu qu’eux ! (logique car il n’y a qu’un seul Dieu !)

      Je crois, mon cher Talion, que tu te trompe lourdement sur Jésus Christ et sur le "Dieu des Juifs" car en vérité, il n’y en a qu’un, et à titre personnel, en tant que Chrétien, pour moi, il n’y a aucun doute à avoir sur le fait que Dieu est le même dans les trois religions du Livre...



      Soit Dieu a considérablement changé, soit l’ancien testament contient une bonne dose d’enfumage de la part de rabbins traitres à l’alliance et d’un usurpateur qu’ils vénéraient.



      Soit ta haine du Juif t’aveugle à un point inimaginable...
      Je penche pour cette dernière option, malheureusement !

      Dieu est le même dans les trois religions du Livre, faire une "distinction", ce serait comme ne reconnaitre qu’une partie de la Sainte Trinité, en rejetant les autres ! (Le Père, Le Fils et le Saint Esprit sont trois mais ne forme qu’un ! Tu ne t’es jamais dit que peut-être, les trois religions du Livre formaient un "tout" indissociable ? Soit trois mais en vérité ne sont qu’une ?)


    • Hitler se prenant pour un dieu ? Vous avez lu cela dans la Bible ou vous allez vous amuser à chercher ? Il se dit au contraire envoyé par la providence divine, comme tant d’autres avant lui.


    • Dieu en colère.
      Il y a un problème là.
      Comment un être parfait, tout puissant, plein d’amour peut il se mettre en colère ?
      La colère est le résultat d’une frustration.
      Comment Dieu peut il être frustré ?
      On est en plein anthropomorphisme.
      Faut arrêter de projeter.


  • #132281

    Ils ont creusé et n’ont rien trouvé. Alors voilà une preuve évidente... pour les débiles profonds.

     

    • Vous avez l’air d’en savoir plus que nous apparemment. Si vous nous éclairiez de votre science infaillible au lieu d’insulter derrière un clavier, ce serait peut-être plus constructif non ? Vous devez avoir des arguments à opposer aux deux chercheurs qui, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, sont des bons "cathos" dont l’un s’appelle Israël(!). Des "cathos" débiles quoi.

      Dès qu’on sort du schéma victimaire, on est aussitôt un "débile profond". Or voir les juifs s’entêter à ne rien pardonner m’a toujours semblé suspect, de tout temps. Un dieu qui pousse des peuples, des pays entiers, à sombrer dans la repentance éternelle et la haine de soi n’est pas français ni catholique comme je l’avais cru au départ ! Et je l’ai cru longtemps ! J’ai aussi cru à un moment que ce dieu pouvait être outre-rhénan. Or Outre-Rhin, il y a soit des cathos soit des protestants et très peu de juifs, bref, comme en France. Il n’y a donc plus qu’une solution unique. Il y a un autre "dieu" qui n’est que vengence, repentance et punition perpétuelle et qui sème peu à peu le dégoût de la "vie". Un dieu qui semble combattre tous les autres car ethnocentré. Le dieu "sionisme".

      J’ai appris ladite chanson de Luis Armsrong à l’âge de 10 ans, CM2, et en version originale, c’est à dire en anglais. J’avais aussi, à l’époque, appris une chanson de Barbara qui, quand elle est sortie, fit scandale : Göttingen. Evidemment d’ailleurs, elle y dit qu’elle pleurerait en cas de guerre. Six mois plus tard, dans un collège "catholique", une prof d’anglais juive me "rappela" mes origines alsaciennes en me menaçant purement et simplement de me virer du cours et de me mettre 0/20 à l’interro d’anglais qui arrivait ! J’étais en effet le seul - eh oui -, à avoir un nom pareil sur quasiment 300 élèves - je m’en suis rendu compte quand je suis sorti de là - et j’avais osé braver l’interdit en faisant un mois d’allemand avant de me retrouver là ! J’ai même dû me justifier ! THE crime ! Elle ponctua l’année durant son cours de "heil Hitler" à qui voulait les entendre, en comparant l’anglais à l’allemand tout en me lançant des regards en coin. Il faut dire que quelquefois, je levais la main plutôt que... le doigt, et je lui ai bien dit que je ne changerai pas ! Et pourtant, j’avais 18/20 de moyenne, ce qui la calma. Ce fut ma façon de faire de la résistance, comme mon grand-père, même si l’ennemi n’était plus tout à fait le même.

      Pas mal pour un débile. Mais réconciliation est un mot difficile.

      Hervé


  • Le Coran raconte avec détails la vie de Moise et sa mission prophétique ,qui rejoint la bible hébraique !
    http://islammedia.free.fr/Pages/pro...


  • Mon Dieu mais comment ont-ils pu bâtir un tel édifice de mensonges ? C’en est fascinant tant le degré de tromperie n’a d’égal que la crédulité des fidèles vouant un culte à cet exemple de charlatanisme.

     

    • Sang et or...
      Un tel degré de tromperie n’a d’égal que la crédulité des fidèles vouant un culte à la nouvelle archéologie de finkelstein et C°, dont les "decouvertes" sont d’ailleurs décrié et techniquement mises a mal par la plupart de ses confrères...
      Pour se faire une idee assez honnête, il faudrait tout au moins se referer aussi aux resultats de l’archeologie Biblique. Que dire de la decouverte de Babylone, de Sodome et gomorrhe et bien d’autres decouvertes mentionnées UNIQUEMENT dans la Bible.....et decouvertes grace au données Bibliques ? et c’est pas fini !...

      Marrant que seul Platon cite l’atlantide de façon fugitive dans un de ses ouvrages, et que tant de gens adherent à cette embrouille généralisée de civilisation disparue qui construisait des ovnis, qui pratiquaient la telepathie comme sport national, et ou les marmottes pliaient le papier alu etc.... et qu’en revanche, la Bible ayant fait ses preuves comme document historique soulève autant de reticences... soyez patients les pierres n’ont pas fini de parler ...es pas acabat...
      A ben leu


  • Tout le monde est surtout content de se retrouver en famille et de partager un bon repas. Pas besoin d’aller chercher plus loin... surtout vu le nombre de personne qui savent ce qu’ils celebrent vraiment a paque.


  • Concernant la pâque chrétienne maintenant. Elle est censée être une fête commémorative visant à rappeler aux croyants le sacrifice de Jésus, sa mort le 14 nissan (donc on niveau de la date cela coïncide relativement). Mais ou dans la bible exactement Jésus commande t il de fêter sa mort (et sa naissance par la même occasion) ? Nul part...
    La pacques chrétienne, avec la symbolique des œufs et des lapins, est en réalité une fête païenne christianisée. J’en veux pour preuve le nom de cette fête en anglais que l’on retrouve dans la bible du roi jack : Easter. Easter qui est en fait la traduction du nom ishtar déesse égyptienne du renouveau et de la fertilité (d’où les lapin et le œufs). Tant l’église d’orient que l’église d’occident voulant se démarquer de la pâque juive ont crée ex nihilo une fête en s’inspirant d’une fête païenne préexistante.

    Amicalement.

     

    • 1 Corinthiens 11, 25. C’est le centre même de la vie chrétienne et catholique.


    • ..."faites ceci en mémoire de Moi, toutes les fois que vous en boirez"..."Car toutes les fois que vous mangerez ce pain, et que vous boirez ce calice, vous annoncerez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’Il vienne". Cor 11-25 à 26. Le repas du seigneur n’est il à prendre qu’a pâque ou toutes les fois ou on se réunis ? Le contexte de ce passage est primordiale, Jésus vient d’être dénoncé il se sait acculé. Il fait alors un rappel concernant la nourriture, le gâchis et l’égoïsme "Lors donc que vous vous assemblez, ce n’est plus manger la cène du Seigneur" 11-20 ; "car chacun commence par prendre son propre repas ; et ainsi l’un souffre de la faim, et l’autre mange avec excès"11-21 ; "N’avez-vous pas des maisons pour manger et pour boire ? ou méprisez-vous l’Eglise de Dieu, et faites-vous honte à ceux qui n’ont rien ? Que vous dirai-je ? Vous louerai-je ? En cela, je ne vous loue point"11-22. "C’est pourquoi quiconque mangera ce pain ou boira le calice du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur" 11-29 & "C’est pourquoi, mes frères, lorsque vous vous assemblez pour manger, attendez-vous les uns les autres" 11-33. Jésus parle bien en termes généraux.

      Ça n’est d’ailleurs qu’à partir de Nicée en 325 qu’il a été décidé que tous les chrétiens fêteraient Pâques le premier dimanche après la pleine lune qui suit l’équinoxe de printemps.


    • #132632

      Easter. Easter qui est en fait la traduction du nom ishtar déesse égyptienne du renouveau et de la fertilité (d’où les lapin et le œufs). Tant l’église d’orient que l’église d’occident voulant se démarquer de la pâque juive ont crée ex nihilo une fête en s’inspirant d’une fête païenne préexistante.



      Désolé de te décevoir...

      Ēostre derives from Proto-Germanic *Austrō, ultimately from a PIE root *h₂ewes- (→ *awes-), "to shine", and therefore closely related to a reconstructed name of *h₂ewsṓs, the dawn goddess, which would account for Greek "Eos", Roman "Aurora", and Indian "Ushas".[1] The modern English term "Easter" is the direct continuation of Old English Ēastre, whose role as a goddess is attested solely by Bede in the 8th century. Ēostre is the Northumbrian form, while Ēastre is more common West Saxon.

      L’ancienne fête européenne Ostara, bien attestée en pays germanique, tire son origine des plus anciennes célébrations de l’équinoxe de printemps. C’est le temps où le soleil est à mi-chemin entre le Solstice d’hiver et le Solstice d’été : sa force renouvelée fait désormais repartir la vie, monter la sève des végétaux et conforte les nouveaux nés des troupeaux.
      Traditionnellement, on offre des oeufs, souvent décorés, lors de la fête d’Ostara : les Celtes, en particulier, s’offraient des oeufs peints en rouge lors des fêtes en l’honneur de BELENOS. Leur symbolique ne pose pas de problème : l’oeuf représente la vie sur le point de naître, il est donc une belle image du printemps. Autrefois, c’étaient de véritables oeufs (durs) qui étaient échangés lors de diverses cérémonies : ils ont aujourd’hui laissé la place à des oeufs artificiels, souvent en sucreries.
      C’est ainsi que notre fête de Pâques est l’héritière directe de l’ancienne Ostara : fête de la Résurrection du Christ, elle succède à une ancienne fête de la fécondité et du retour à la vie. Dans ses manifestations populaires, mais même en partie dans sa signification, la fête a donc traversé les âges de la longue durée européenne.
      A. P.

      Ostara

      Ostara est la fête du Printemps, de l’Éternel Retour de la vie qui avait semblé menacée de disparaitre sous les rudes coups de l’hiver. Avec l’équinoxe, le recul des neiges et un soleil redevenant de plus en plus vif font éclore fleurs et bourgeons. Les prairies se couvrent d’une herbe nouvelle et drue, gorgée de sève. C’est la renaissance de la fertilité, de la fécondité pour les plantes, les animaux et les hommes, la régénérescence de toutes les forces vitales.

      La fête d’Ostara remonte à la haute antiquité indo-européenne. Quand arriva la christianisme, elle devint la fête de Pâques, la célébration de la résurrection du Christ -élément central des croyances chrétiennes- se greffant, subtilement, sur la célébration de la résurrection de la nature. Une trace linguistique très claire en est restée : Pâques (mot d’origine hébraïque) se dit en allemand Ostern et en anglais Easter.

      Comment interpréter cela ? Bède la Vénérable, auteur monastique du VIIIe siècle, fournit une clé importante lorsqu’il écrit : « le mois d’avril chez les Anglo-Saxons se dénomme eosturmonath, d’après le nom d’une déesse Eostre en l’honneur de laquelle on organise des fêtes durant ce mois ». A l’époque, les Anglo-Saxons, installés en Bretagne (l’actuelle Grande-Bretagne), sont, officiellement, devenus chrétiens.

      La phrase de Bède a suscité interrogations et recherches chez les historiens et les philologues. Ceux ci ont établi que cette déesse Eostre (appelée aussi Erce chez les Angles, ou encore Eostur ou Eastur) est désignée en allemand (forme restituée) sous le nom d’Ostara (le mois d’avril étant dénommé en vieil-haut-allemand ôstarmânôth). La toponymie apporte ses témoignages avec des noms de lieux caractéristiques (Osterberge, Osterkopf, etc.)

      Ostara serait le nom d’une déesse du printemps, dont le souvenir aurait été encore bien présent dans la mémoire collective des Anglo-Saxons au temps de Bède. Cette déesse du printemps serait liée à l’aurore et, donc, au symbole du soleil levant, dont l’apparition déclenche la vitalité de toutes les formes du vivant. On notera à cet égard que le lieu du soleil levant, c’est à dire l’Est, s’appelle east en anglais et ost en allemand. Une déesse du printemps et de l’aurore, montée sur un char de lumière tiré part des chevaux d’or, se retrouve chez tous les peuples indo-européens (Eos en Grèce -où Homère chante « l’Aurore aux doigts de rose »-, Ushas dans l’Inde védique, Aurora à Rome, etc.) Symboliquement donc, l’aube du jour et l’aube de la renaissance de la vie sont intimement liées à Ostara, comme le blanc et le jaune de l’œuf qui vont donner la vie.

      Une autre notation permet de cerner plus précisément la signification d’Ostara : ce mot, ainsi qu’Eostre (mentionnée par Bède), serait, d’un point de vue philologique, un pluriel.. Et désignerait, du coup, des « divinités du printemps ». Robert de Herte (in Alain de Benoist : les Traditions d’Europe) rappelle que divers auteurs ont fait le rapprochement entre Ostara et des figures bien connues de la mythologie germanique : Njördhr, Freyr, Freya, Berchta, Holla et Frija.

      Njördhr, divinité de troisième fonction (que les auteurs latins, en particulier Tacite, appellent Nerthus) est en charge de la force vitale qui anime tous les éléments de la nature.. Holda qui a survécu dans les contes et légendes sous le nom de Frau Holle, bonne fée protégeant tout spécialement les jeunes enfants, est proche de Berchta, déesse de fécondité.. Quant à Freyr et Freya, enfants de Njördhr, ils patronnent la fertilité de la nature.

      Ostara est à mettre en relation avec la lune, selon certains chercheurs.. En particulier Wilhelm Teudt, s’appuyant sur l’étude d’un site archéologique, l’Oesterholz, qu’il interprète comme un lieu d’observation astronomique consacré aux mouvements de la lune, estime qu’il y avait là un sanctuaire à la déesse Ostara (qui aurait donné son nom au site). Celle ci aurait été assimilée à un personnage bien connu des légendes indo-européennes : la vierge lunaire qu’un héros solaire vient délivrer lors de l’équinoxe (moment de rencontre de la lune et du soleil, jour et nuit étant de même durée). Les histoires emblématiques d’Ariane délivrée par Thésée, de Brunhilde, délivrée par Siegfried, de la Belle au bois dormant délivrée par le Prince charmant renvoyant à cette thématique mythologique.

      La référence lunaire se retrouve dans la christianisation d’Ostara en fête de Pâques, laquelle est fixée au premier dimanche suivant la pleine lune la plus proche de l’équinoxe de printemps. Ma is il est révélateur que l’abbaye de Corvey (en Saxe, fondée en 822) important centre missionnaire chargé d’éradiquer le paganisme ait conservé un manuscrit où figure une prière bien curieuse … puisqu’elle est adressée à Ostara : « Ostara, Ostara, Terre-Mère, accorde à ce champ de croître et de prospérer, de fleurir, de porter des fruits, protège-le, que la terre repose et qu’elle soit féconde, comme les saints qui sont dans les cieux ». Les saints mobilisés pour mettre en valeur Ostara : bel exemple de syncrétisme. Une bonne question étant : les moines de Corvey étaient-ils conscients ou non de l’ambiguïté d’un tel texte ?

      Toujours est-il qu’il était d’importance vitale, pour le christianisme, de récupérer à son profit la fête d’Ostara, en lui donnant bien sur un habillage « convenable ».

      Fêtes païennes des quatre saisons -sous la direction de Pierre Vial


    • On peut comprendre la Pâque catholique de plusieurs manières mais surtout : 1) en tant que mort du Christ et passage de la vie à la mort sur la croix de l’agneau pascal, celui qui était prefiguré par l’agneau qui protégea les juifs de l’ange exterminateur en Egypte ; 2) en tant que passage de Jésus de la mort à la vie, du temps à l’eternité, par sa Ressurrection. C’est l’union de ces deux passages qui a été retenue par l’Église et est repeté tous les jours à la Messe, et surtout à la Messe obligatoire le dimanche (puisque la Ressurection s’est passé le dimanche) ; et le jour même de la Ressurrection du Fils de Dieu, 3 jours après la pâque juive, à chaque année.Voilà la Pâque catholique. Il n’y a RIEN dans tout cela de payen.


    • @Réveillez-vous

      Voilà ! Ca c’est du commentaire ! On est pas dans les approximations fumeuses de semi-illuminés qui ne connaissent rien à rien mais s’empressent de compenser en balançant à tour de bras des prophéties sans queue ni tête sur un ton grave et mystique. Si possible en mettant un coup de latte en passage dans un quelconque cadavre qu’il est de bon ton d’agonir de qualificatifs plus outranciers les uns que les autres. Nous avons une tradition, nous avons une histoire, elle est au moins d’égale valeur à celle d’origine sémite (du moins c’est ainsi qu’il devrait en être à nos yeux), et l’étude en est quelque chose de sérieux. Par chance certains ont les références et les connaissances précises, certains sont justes éveillés et conscients de cette réalité, mais certains sont de fiers ignares, qui répandent tout un tas de mensonges sur des sujets qu’ils ne comprennent pas, et essayent de les faire passer comme vrais sous le sceau de la foi ou de la résistance.

      Effectivement, le catholicisme est un syncrétisme. Le plus merveilleux de tous les syncrétismes, le plus puissant, le plus riche, le plus développé, et le plus utile, moralement, philosophiquement et spirituellement. Et c’est pour ça qu’il ne faudra jamais cesser de l’affirmer : la France est catholique. Les autres religions y ont leur place, mais à la marge, et il doit en rester ainsi.


    • @ Réveillez vous, tous mes respects. Un poil trop fourni, mais extrêmement complet.


    • a durtal
      Sunday c’est pas le jour du soleil ? si c’est pas paien ça !


    • heil gotfried !
      "Effectivement, le catholicisme est un syncrétisme. Le plus merveilleux de tous les syncrétismes, le plus puissant, le plus riche, le plus développé, et le plus utile, moralement, philosophiquement et spirituellement. Et c’est pour ça qu’il ne faudra jamais cesser de l’affirmer : la France est catholique. Les autres religions y ont leur place, mais à la marge, et il doit en rester ainsi."

      T’aurais pas une petit moustache et une meche collée au front des fois ? parce que si tu dis ça en criant avec un pti accent allemand, ça peut faire peur aux enfants...
      Combien de temps les autres religions y auront leur place m’sieur siouplé ? vous auriez pas fixé une date des fois ! parce que moi je suis chretien non catholique et j’aimerais savoir quand on va commencé a etre persecutés ? merci


    • Le message de Gotfried était l’expression d’une joie simple en hommage à sa culture, je vois pas où est le problème. Pourquoi quelqu’un se sent forcément obligé de jouer le rabat-joie ?

      Merci réveillez-vous pour ces très bonnes sources.


  • “Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu, a semé le malheur et l’épouvante sur un pays entier coupable de ne pas croire en lui”

    Si il existe un être suprême gérant de tout l’univers, il est en droit de détruire sa création surtout si elle ne fait pas ce pourquoi elle est créer.

    Pour analyser une croyance religieuse, il faut l’étudier à la lumière des fondements de cette religion ; avant de la juger à la ferveur de ces propre croyance.

    Ici on juge les actes de Dieu sans dire qui est Dieu ou plutôt comme s’il faisait lui même parti de la création : "Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu"


  • E&R Pays de la Loire . . . Joyeuse Pâque

    http://egaliteetreconciliationloire...


  • Le Coran est venu et a confirmé que l’histoire du peuple juif est vraie. Et je ne trouve aucun mal qu’un Dieu punisse une armée qui voulait éradiquer un peuple pieux. A l’époque, le peuple de Moise était le peuple choisi de Dieu. Mais certains croient toujours qu’ils sont le peuple élu. Comment peut-on croire qu’un BHL est élu pas Dieu ?

     

    • Lisez bien les révélations, il y a une très grande différence entre la version biblique et le coranique concernant l’histoire de Moise et les israelites pendant leur présence en Egypte.


    • #132649
      le 09/04/2012 par bible insistera sur la souffrance du peup
      Cela nous aurait suffi : liturgie de Pessah, la pâque juive.

      non il n’y a pas une si grande différence, la sourate 20 dit l’essentiel , le texte biblique est plus étoffé il insiste la souffrance des fils d’Israel en esclavage . Moïse est le prophète le plus souvent cité dans le Coran. La tradition chrétienne verra dans la figure du pharaon celle du péché d’orgueil curieusement rejoignant la lecture coranique.


  • " Pâques est originellement une fête juive commémorant la sortie d’Egypte."

    Faux. C’était avant tout une fête druidique qui marquait le début de l’année lunaire. Il faut pas confondre le signifiant et le signifié... La fête de pâque en France a un sens et une histoire qui n’est pas celle de la pessah des juifs.

     

    • c’est une fête qui a pour origine une fête païenne : la fête de la fécondité, voilà l’explication pour les œufs et les lapins qui sont des symboles de la fécondité (lapin = animal tres prolifique)


  • "Tous les ans pour Pessah, les juifs remercient un Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu, a semé le malheur et l’épouvante sur un pays entier coupable de ne pas croire en lui."
    Un petit peu facile de dire ça... cela veut-il dire que ceux qui suivent cette tradition ont une âme vengeresse et impitoyable et qu’il seraient tous prêts à semer le malheur et l’épouvante sur qui ne les suit pas ? Je pense qu’on sait tous que non et ça aurait été adroit de le préciser... ;)


  • "Let my popol go"... chanson préférée de DSK & co... bon ok je sors....

     

  • #132436
    le 09/04/2012 par JFK executive order 11110
    Cela nous aurait suffi : liturgie de Pessah, la pâque juive.

    Le printemps est dans l’air ! Les fleurs et les lapins décorent la maison. Papa aide les enfants à peindre de beaux dessins sur des œufs teints de couleurs différentes. Ces œufs qui, plus tard, seront cachés et que les enfants essaieront de retrouver, sont mis dans de beaux petits paniers. Le délicieux arôme des brioches que maman fait cuire remplit la maison. Les quarante jours de privation de certains mets se terminent demain. Toute la famille met ses vêtements du dimanche en vue du service religieux qui se tiendra au lever du soleil pour célébrer la résurrection du Sauveur et le renouveau de la vie. Tous ont hâte de manger le jambon et toutes les garnitures qui accompagnent les mets. Ce sera une journée joyeuse. Après tout, c’est une des fêtes religieuses les plus importantes de l’année.

    Pâques, n’est-ce pas ?

    Vous venez de lire une description d’une ancienne famille babylonienne — 2,000 ans avant le Christ — honorant la résurrection de leur dieu Thammuz, qui a été ramené des enfers par son épouse/mère, Ishtar (du nom de laquelle la fête a été nommée, Easter, Pâques en anglais). Dans la majorité des dialectes sémitiques « Isthar » se prononce « Easter ».

    Nous pourrions donc dire que les événements décrits ci-dessus constituent dans un certain sens la fête de Pâques.
    Bien entendu, cette occasion aurait aussi bien pu parler d’une famille phrygienne qui honorait Attis et Cybèle, ou encore une famille phénicienne adorant Adonis et Astarté.
    La description pourrait également très bien décrire une famille hébraïque hérétique qui honorait le dieu cananéen Baal et Ashtoreth (Astarté). Ou encore cette description aurait pu facilement décrire bien d’autres célébrations de mort et de résurrection et de fertilité païenne — ce qui inclut la célébration moderne de Pâques comme elle nous est parvenue par le moyen des rites de fertilité anglo-saxons de la déesse Eostre (ou Ostara). Dans tous les cas, c’est la même fête, séparée seulement par le temps et la culture.

    Ceci n’est qu’un rappel de la symbolique des œufs et des lapins de pâques, qui représentent la déesse Ishtar, la reine du ciel toujours encore fêtée par les catholico-babyloniens contemporains. Il va s’en dire qu’aucun chrétien ne participe et fête cette grande célébration babylonienne en offrant des œufs et des lapins.

    http://schoenelblog2.blogspot.fr/

     

    • Et par quel miracle se serait-on mis à vénérer Ishtar en Angleterre de manière tellement radical que ce culte aurait remplacé à la fois les divers panthéons locaux, résisté à l’import du panthéon romain, puis à la christianisation ?

      La vérité, c’est qu’on a des tripotés d’incultes qui ignorent tout et se tapent méthodiquement de notre histoire à nous, peuples européens, et s’imaginent devoir aller chercher des causes extérieures au moindre petit phénomène, comme du bon temps de l’orientalisme. Qui plus est, grâce à l’anti-cléricalisme du XIXe et XXe siècle, on est passé d’une critique d’un certain retour en force de la simonie dans l’Eglise catholique et de la collusion avec le pouvoir bourgeois, à l’assimilation pure et simple de l’Eglise de Rome à une ennemie, très probablement sous l’influence des protestants. On donne dans le pseudo-scientifisme le plus délirant, en se basant sur des simples proximités phonétiques.

      Bien sûr que le catholicisme a intégré une partie des traditions païennes LOCALES (s’expurgeant des traditions sémites), et heureusement, sans quoi ce n’aurait été rien d’autre qu’un total et absolu écrasement culturel. Or justement, sauf dans un certain nombre de cas, le christianisme s’est répandu tranquillement, si bien que parfois encore 5, 8 siècles après la christianisation "officielle" d’une région, on trouvaient encore bien vivantes tout un tas de traditions païennes. Certaines ont été combattues, certaines ont été intégrées, et c’est tant mieux. Comment pourrait-on prétendre que la vérité absolue et définitive est venue clefs en main d’un petit peuple du désert à l’histoire plus que trouble ?

      Certains sont encore totalement incapables de séparer la spiritualité de la mythologie. La détestation du paganisme en bloc était un argument de propagande des premiers temps de la christianisation, et il est déraisonnable, peu charitable, et même carrément schizophrène de prendre le paganisme de nos ancêtres pour une pure émanation satanique, dont seul nous aurait libérée une influence sémite. Si c’est en plus pour prétendre immédiatement après que Rome=Babylone, on est plus du tout dans le domaine de la spiritualité ni même de la religion, mais dans la propagande purement judéocentré anti-européenne et anti-catholique, car ça revient à dire qu’en gros, les européens n’ont jamais été capables de vénérer autre chose que Satan.

      Tu es juif, JFKEO11110 ? Si tu ne l’es pas, c’est que tu es un ethno-masochiste et un schizophrène.


    • Si je m’en réfère à l’excellent Jean Delumeau (le catholicisme de Luther à Voltaire), le catholicisme n’avait touché les campagnes française que superficiellement jusque bien après la fin du Moyen âge : une sorte de paganisme régnait partout et le culte des saints en aurait été une adaptation. L’Eglise, si j’ai bien compris (je cite de mémoire) aurait donc procédé à une christianisation en douceur, faisant coller le message évangélique à toute une religion paysanne (=païenne au sens premier du terme) remontant à la nuit des temps.
      L’épouvantable chasse aux sorcières aurait d’ailleurs été la découverte, par les juges lettrés urbains, de cette religiosité paysanne qu’ils crurent bon de faire passer pour de la sorcellerie.


  • Moïse est Ramsès Ier, le pharaon est Akhenaton. Pour qui sait (ou plutôt veut) regarder, tout cela a une historicité claire et avérée. Pour qui ne sait (ou ne veut pas) voir, tout cela n’est que mythes.
    Je suis stupéfait de ceci : bien que les éléments soient d’une évidence incontestable, je n’ai réussi à y intéresser ni Shlomo Sand, ni Gilad Atzmon, ni ER. Mais comme je sais que j’ai raison, je persiste. Et tant pis pour ceux qui manquent de curiosité. :)

     

    • Z’auriez pas lu tout ça dans "LES SECRETS DE L’EXODE", de Messod et Roger Sabbah, l’origine égyptienne des hébreux ??? Because c’est un livre intéressant... sauf qu’il est controversé par d’autres historiens israëliens qui les font passer pour de drôles de zèbres pas très zébreux. Moi ce que j’en dis... finalement ça se lit bien, Sherlock Holmès chez Akhénaton ! Plus sérieusement, si vous avez du temps à passer, payez-vous LA BIBLE Osty (chanoines Osty et Trinquet) l’ouvrage de référence qui tient la route. Sûrement la version la plus sérieuse jamais publiée. On nabot être tasse athée, con n’en nez pas moins cul rieux !


    • Soral est controversé, donc Soral dit n’importe quoi ? :) (m’étonnerait pas que ce soient les mêmes qui controversent, d’ailleurs, puisque ça mine pas mal la base religieuse de leurs prétentions)
      Oui j’ai découvert ça dans le livre des frères Sabbah, où il y a effectivement à boire et à manger (mais plus à manger qu’à boire, mon avis). Comme je suis curieux j’ai approfondi certaines des choses que je leur ai mangé, notamment de manière iconographique, ce qui m’a fait découvrir de nouvelles nourritures inédites qui confirment leur thèse.
      Je fais un petit résumé de mes propres conclusions (qui ne sont pas exactement celles des Sabbah), un peu plus bas, si ça t’intéresse.
      Tu peux me dire en gros le contenu du livre que tu me conseilles ? Merci !


    • Oui...Ok
      Les 7 plaies de l’Egypte ? Mythe ou réalité ?
      La fuite du peuple hébreu d’Egypte avec à sa tête Moïse ? Vrai ou faux ?

      Ces événements bibliques n’ont pas été corroborés par les hiéroglyphes muraux (vestiges) de l’ancienne Egypte qui comme chacun sait relatent les événements religieux, guerriers (victoires ET défaites), vie, mort, .... de l’Egypte ancienne (4000 ans d’Histoire !!!!).

      Oui, aucun hiéroglyphe mural sur les 7 plaies d’Egypte (de tels événements ne pouvaient passer inaperçus pour les scribes de l’époque), aucun sur l’Exode d’un pseudo-peuple hébreu esclave de Pharaon, rien encore sur la défaite de Pharaon : La mer rouge qui se referme sur l’armée de Ramsès Ier. Rien. Tout bonnement rien de tout cela.
      Dommage...On aimerait tellement y croire …de bonne foi.


    • Lis mon résumé un peu plus bas.
      Il y a une part certaine d’Historicité, qu’on ne voit que si on change de point de vue (il faut donc faire un effort), à laquelle s’ajoute une part de symbolisme, de mythes.
      Pour ce qui est des plaies d’Egypte, l’Egypte a vécu l’éruption du volcan Thyra (aujourd’hui Santorin), dont les conséquences peuvent être exactement apparentées aux plaies décrites dans la Bible.
      Tout n’est pas clair, mais il y a des traces archéologiques, graphiques, culturelles, certaines. Pour peu qu’on change son point de vue sur tout cela. (v. plus bas)


    • La Bible Osty ? c’est un monument. 30 ans d’érudition, des traductions rigoureuses dûes surtout à Trinquet. C’est à mon humble avis -d’athée- celle qui colle au plus près des textes aux dires mêmes d’un ami qui a fait sa théologie à Rome. On peut commander sur Amazon. C’est un très très gros volume. Je suis loin d’en avoir fait le tour si j’y arrive un jour. Je ne suis qu’un simple curieux sans prétention à la vérité avec un grand "Vé". Mais c’est vrai que "Les secrets de l’Exode" m’avaient drôlement intrigués... ceci dit d’aucuns, qui en connaissent un rayon, disent que les traductions sont abusives et tirées par les cheveux. Franchement ? j’en sais rien, pour moi c’est de ...l’Hébreux ! haha !

      Je lis par ailleurs des avis expéditifs sur l’athéisme qui serait une religion. Wahahaaa ! quelle horreur ! je vois ça comme l’aboutissement d’une réflexion, une philosophie, pas facile d’ailleurs. Bref, pas envie de polémiquer sur le sujet, c’est une démarche personnelle. Rien à foutre du jugement des croyencieux sentencieux. Dieu n’est pas le problème, mais ceux qui parlent à sa place oui ! ils fermeraient leur clapet que ça nous ferait des vacances et qu’on s’en porterait mieux.


    • L’athéisme, le fruit d’une réflexion. ... hum.... plutôt le fruit de l’instruction anti-chretienne et ouvertement athée de l’éducation nationale. Sans un contre poids des parents ou une véritable réflexion intérieure toute personne sortirait de sa scolarité en étant athée et ayant la haine de la religion.


  • D’après les anciens articles de ce type, cet article ne sera pas l’antépénultième article anti-juif. Je ne dirais pas antisémite, car trop abstrait, et puis je vous défend en général quand j’entends "E&R des antisémites !". Article autant athée que anti-juif, mais surtout athée.

    Je traiterai cette affirmation : « Les nouveaux archéologues se contentèrent de creuser et de constater ce qu’ils trouvaient : rien, absolument rien qui corresponde aux contes et légendes de peuple de Dieu. » Apparemment l’exode est faux, ces hébreux ont tout inventé, ces égyptiens n’ont jamais existé, ni le Pharaon , ni même Moïse. Et avec cela on a inventé les 40 ans dans le désert et ainsi de suite... Jusqu’à Jésus ? wow. Merci E&R
    Comme la fait remarquer un juste commentaire ci-dessus, Maurice Bucaille a déjà fait le boulot. Je le citerai juste : « Les résultats des enquêtes médicales sont venus appuyer l’hypothèse précédente. En 1975, au Caire, une petite lame du tissu musculaire a été prélevée, grâce à l’aide précieuse que le Dr. Michel Durigon a présentée. L’observation microscopique minutieuse témoigne de l’état de conservation totale même aux infimes particules disséquées des muscles, laquelle conservation totale, ne pourrait être concevable si le corps eut resté dans l’eau pendant quelque temps, ou même s’il eut resté longtemps en dehors de l’eau avant de subir les premières opérations d’embaument. Nous avons fait mieux et nous sommes intéressés par la recherche des causes probables de la mort de Pharaon.

    Les études médico-légales de la momie ont eu lieu avec l’assistance de Ceccaldi, directeur du laboratoire de l’identité juridique à Paris et le professeur Durigon. Elles nous ont permis d’établir l’existence d’une cause de mort très rapide par plaie cranio-cérébrale ayant laissé une lacune de dimensions importantes au niveau de la voûte crânienne, conjointement avec d’autres lésions traumatiques. Toutefois ces constatations s’avéraient compatibles avec les récits des Écritures mentionnant que le Pharaon mourut lors du retour du flot » dans son livre "Le Coran est la science moderne" (qui a reçu une distinction à l’Académie française pour ses travaux). Pour le : " de ne pas croire en lui"
    Je réponds juste par ce rappel : " L’éternel dit : J’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Égypte, et j’ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car je connais ses douleurs" Exode 3:7

     

    • J’ai étudié un peu Kemet ces derniers temps. Bien que rien ne fasse spécialement référence à une rencontre avec les juifs, il semblerait bien que les Egyptiens n’aient jamais pratiqué l’esclavage. Par conséquent, l’étude de l’Egypte antique tend à infirmer cette fable biblique. Où est vraiment la vérité ? Difficile à dire. Mais comme le montre l’étude de diverses religions, beaucoup de mythes sont probablement à mettre à la poubelle, ou alors à revisiter entièrement.
      C’est pourquoi, en tant que catolique je m’attache surtout aux les évangiles. Il est clair qu’on marque un pas avec l’ancienne religion, et étant donné qu’elles ont elles-mêmes aussi été trafiquées, il est important de les analyser et d’analyser le message qui en découle, ce qu’il implique et ce qu’il exclut. Etant peu pratiquant, et n’ayant pas la prétention d’avoir reçu la Foi, j’émets beaucoup de doutes quant à bon nombre de récits, sans donc avoir l’arrogance d’imposer cette vision à quiconque au nom de Dieu. Dans cette optique, il me parait important, je le répète, d’analyser les évangiles. J’ai fait un bon nombre de constats que je ne vais pas exposer ici, mais j’ai l’intention de poursuivre et de faire un gros travail là-dessus. C’est mon avis, mais il y a certaines choses religieuses dont on peut dire qu’elle sont des impostures, si l’on part des évangiles en les comparant. Je n’ai pas encore lu le Coran directement, seulement des ouvrages qui en traitaient, et cela me parait être une pièce importante à la compréhension et c’est un Livre que je vais certainement examiner.
      En attendant, je ne dirais qu’une chose, cet article ne mérite pas une telle opposition. Il ouvre un début de piste quant à une partie d’un mythe de l’ancien testament. L’élévation c’est transcender vers la lumière, vers le vrai et vers Dieu ; s’enliser dans une imposture, c’est lentement se prosterner devant Satan, c’est accepter une prison de douleur. Dans ce cadre-là, il est cependant nécessaire d’approfondir dans cette voie (sur l’origine et le fondement de ce mythe de l’Exile forcé vers l’Egypte).


  • Et en plus des 10 plaies, ils ont eu les hémorroïdes, la chiasse et les bras trop courts ! Comment peut-on croire à tous ces contes de menteries ? Bienheureux les athées !

     

  • Je suis toujours mort de rire (pour ne pas pleurer) lorsque je lis les commentaires d’athées ou d’agnostiques qui tentent d’expliquer des croyances auxquelles ils ne comprennent strictement rien.

     

  • Je suis scandalisé par la bêtise haineuse de cet inconnu que E&R laisse publier : voici sa conclusion
    "Tous les ans pour Pessah, les juifs remercient un Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu, a semé le malheur et l’épouvante sur un pays entier coupable de ne pas croire en lui."
    la moindre lecture littérale du livre de l’Exode empêche d’écrire de telles inepties.
    De plus quelles sont les références du commentaire de Eisenberg ?
    J’exige ces références, la chose est trop grave quand on veut vraiment lutter contre la plaie du sionisme.
    L’nterprétation donnée à "Dayenou" est inacceptable . Que des abrutis de sionistes y croient, et alors ? les chrétiens et les musulmans sont tout aussi capable d’interprêter n’importe comment leurs Ecritures.
    Je signale que Jésus juif avant de mourir a célébré la pâque juive...soyons sérieux.Sa mort universalise le "passage" de l’esclavage à la liberté c’est à dire de la mort à la vie. IL n’ y a pas rupture entre la Pâque chrétienne et la pâque juive mais métamorphose .
    En attendant mon article argumenté que je vais envoyer au plus vite car encore une fois il en va de la crédibilité d’E&R.


  • "les juifs remercient un Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu, a semé le malheur et l’épouvante sur un pays entier coupable de ne pas croire en lui"

    Quand des hommes se mettent a juger Dieu.....

     

  • Tiens puisque c pâques je vous en sort un de ma collection personnelle :
    partie 1 :
    Moïse a réellement existé, n’écoutez pas les imbéciles qui disent que c’est qu’un mythe.
    Il se trouve que c’était un général Egyptien, d’origine Hébreu, et que quelques années après avoir accompli sa mission (libérer le peuple Hébreu d’Egypte et le faire passer en Sinaï) pour le compte du pharaon Aton-Aï (le Dieu Adonaï de la Bible), adorateur du 1er Dieu monothéiste, Aton (l’Adon de la Bible), il est devenu pharaon, sous le nom de Ramsès Ier (c’est le grand-père de Ramsès II, que vous connaissez tous).
    Il a régné un peu après Toutankhamon, que vous connaissez encore plus.
    Le pharaon qui a refusé de libérer les Hébreux est Akhenaton, connu comme l’inventeur du monothéisme. Comme y faisait chier tout le monde avec sa nouvelle lubie monothéiste, il a été zigouillé discrétos et sa mémoire effacée efficacement des annales égyptiennes, pendant des siècles, même des millénaires, jusqu’à ce qu’on retrouve sa tombe y a pas très longtemps : en 1922 (90 tout rond !).
    Pour préserver tout de même la nouvelle religion -"Après tout on sait jamais avec ces histoires de Dieux, autant se couvrir..."-, comme on préserve une nouvelle espèce, le successeur d’Akhenaton (Aton-Aî, donc, l’Adonaï de la Bible) a fait un pacte avec les Hébreux : en gros :
    "Je vous libère de l’esclavage et je vous file le règne sur le pays voisin, Canaan, mais en échange vous vous coltinez la nouvelle religion relou, là, le monothéisme. Oui ! Je sais ! C relou ! Je viens de le dire ! Mais en échange vous en serez le Peuple Elu, tout de même, du nouveau Dieu relou : ça compense un brin !..."
    Les Hébreux ont donc été pris au piège de cette redoutable religion (reloutable, aussi. :)), qui leur a été refilée comme on refile une chtouille, et ils s’en sont toujours pas dépatouillés, les pauvres, d’autant qu’en leur ayant été refilée comme une chtouille, cette religion relou, et réservée à eux, elle est devenue une religion RACISTE relou (ben oui, puisqu’elle était réservée à leur race), et ça a été loin d’arranger les choses...

     

    • Il est certain, et les juifs en souffre d’ailleurs individuellement, qu’un des soucis de la religion hébraïque est l’existence d’un dieu autoritaire et vengeur, qui ne sera défait que par l’avènement du Christ. Cette caractéristique se retrouve également dans l’Islam.
      Alors que, voyez-vous, s’il y a un dieu, il ne peut pas être autoritaire et vengeur.
      Que serait ce Dieu, s’il était ainsi ? Dans une forme de toute puissance à l’égard de créature au fond limitées et faibles ? quelle grandeur d’âme... .
      Motif pour lequel la tradition gnostique préfère penser que le monde a été créé par un dieux rebelle masculin enfanté par un dieu supérieur et féminin, et qu’il a à peu près tout salopé ici bas et se venger.
      Nous sommes en enfer, non, pour l’essentiel ?


    • Jolie démonstration, dommage qu’elle ne repose que sur des contres-vérités et du prêt à penser moderniste (pour une étude sérieuse du sujet diversifiez vos sources) ... Akhenaton n’était en rien le "premier monothéiste" comme on a coutume de le décrier... Il était un hérétique, aussi bien pour la religion Traditionnelle égyptienne, que pour l’Hébraïque, simplement parce qu’il se prétendait lui même "LE Dieu", en aspirant à l’Absolu (Aton en egyptien) tout en rejetant le principe même de la création (qui est alors l’Amon pour les egyptiens) : définition de la véritable hérésie, aussi appelée principe de Lucifer (voir aussi le désir du feu prométhéen et la fracture fondamental que ce désir ontologique implique, tel que le révèle le mythe en question), ou encore "Gnose" (ce dernier terme restant encore trop ambigu à cause de l’usage propagandiste qu’en ont eu les hérésiologues catholique au fil de l’histoire).

      La distinction monothéisme/polythéisme est une dialectique théologique, donc fausse au regard de la véritable exégèse, car reposant sur des raisonnements spéculatifs hérités de la philosophie (historique s’entend). Les texte prophétiques quant à eux reviennent à l’unicité du principe créateur, donc au delà des logiques dualistes modernes qui obligent à séparer multiplicité et unicité (origine de toute idolâtrie - comprendre en ce sens que le monothéisme n’échappe pas à l’idolâtrie juste parce qu’il prétend à Une seule divinité, ce serait trop facile), séparation qui n’a pas de sens pour qui médite sur la notion d’unicité. le nom "Elohim" est un pluriel, la Divinité en Islam possède 99 attributs et celui d’Allah n’en est "que" le degrés abstractif qui rappelle l’unicité fondamentale qui unifie tous les autres... Les anciennes religions antiques n’ignoraient en rien ce principe, mais comme tout système fini, elles s’en éloignèrent, raison de l’existence des messagers pour le rappel.

      Pour ce qui est de la notion d’élection Divine d’un peuple, cette dénomination est commune à tous les peuples de l’antiquité (et non pas seulement aux Hébreux), et s’inscrit dans l’historicité propre à un peuple donné, historicité qui en ces temps restait indissociable de l’épopée (l’objectif de toute civilisation étant d’établir une cité à l’image des attributs de la divinité, lieu de consécration et d’élection du peuple alors concerné).


  • Partie II :

    Ils en ont souffert inlassablement depuis, les Juifs, et en ont fait souffrir inlassablement leur entourage (ben oui, ct une malédiction qui leur avait été refilée, sinon les Egyptiens l’auraient gardée pour eux) : quand t un peuple élu, ça pose forcément des problèmes avec les autres peuples, les non élus, que tu les sens jaloux, ou qui te jalousent vraiment, ou que tu les prends un peu de haut, et qu’ils sont susceptibles au bout d’un moment, ou que comme t’as une idéologie si puissante, qu’aucune idéologie t’a jamais battu niveau condensé de puissance effective, tu deviens aussi pas mal puissant, donc oui tu créées pas mal de jalousies, ou oui aussi tu peux devenir (pourquoi se le cacher ?) pas mal relou dans certaines circonstance, ou tu te crois entouré de jaloux qui te détestent parce que t’es élu mais parce que t’es puissant, ou réellement t’es entouré de jaloux qui te détestent parce que t’es puissant, ou tout ça mélangé, au carré et à l’exponentielle, et t’as ce Dieu Unique, là, qui t’a donné une mission qui te détache des autres hommes que tu le veuilles ou non, que t’en soies conscient ou non, et c’est peut-être pas la faute des autres hommes ni de toi mais de cette religion relou qu’on t’a refilé comme une chtouille, mais toi t’as oublié cette génèse prosaïque, t’y crois ou t’y crois pas à ta religion relou et aux circonstances de sa naissance qu’on te raconte, et bon ça finit par devenir un beau sac de noeud, de haines, de détestations, tout ça, bien sales et vilaines, d’un coté comme de l’autre, qu’on sait jamais très bien qui a commencé et qui a fini, et s’y y a des innocents ou s’y y a des coupables en dehors de cette religion relou qui en t’ayant été transmise est devenue une religion RACISTE relou...
    Bref ! C pas prévu que ça se résolve, malheureusement, ni dans les textes ni dans la logique des choses, avant l’Apocalypse.
    Qui est peut-être pour cette année. :))

    Je sais ça parait fou tout ça, mais comme ça ! J’y peux rien. :)
    (l’establishment historique et religieux, comme tous les establishment, est rempli de cons obtus à oeillères qui ne remettront jamais en cause leur crédo, mais c leur problème. :))

     

    • Pourquoi on dit les "fils d’Israël" et pas les "fils de Moise" ????? l’histoire ne commence pas avec Moise mais avec Joseph et ses 11 frères (onze planète, le soleil et la lune), avec Akhenaton et l’oppression qui s’est abattue sur les adorateurs du dieu unique....jusqu’à ce jour


  • Merci à E&R de me faire gagner des points de QI !
    Super article.

     

    • Il y a plusieurs choses à dire sur le « roman national » hébreu.
      La première est que le prototype de leur langue, l’hébreu, était parlé dans le pays de Canaan bien AVANT l’arrivée des tribus d’Israël. En d’autres termes, ce sont les tribus juives qui ont été assimilées aux populations locales, plutôt que l’inverse.
      La seconde que, entre le X ème siècle avant JC et le II ème siècle, la région aujourd’hui constituée par Israël, la Palestine, la Syrie, etc, était une fourmilière de royaumes épars où se pratiquait toutes sortes de croyances, souvent par les mêmes populations, et tout autant souvent contradictoires à l’égard de la croyance en un dieu unique, qui a progressivement pris de le dessus.
      La troisième est que les études génétiques menées un peu partout dans le monde sur les populations juives montrent, également, qu’il y a moins de filiation génétique que de métissages, en particulier du côté des hommes.
      Entre cette réalité et le métissage qui régnait alors dans la région, il est certain que les juifs d’aujourd’hui ont peu de rapport avec les juifs historiques, et que ceux à qui ils s’opposent aujourd’hui sont pour parti leurs frères de sang.
      En fait, l’histoire juive, comme beaucoup d’autres, devient à peu près fiable autour du II ème et IV ème siècle après JC.
      Alors, finalement, qui sont les juifs réels ? Pour l’essentiel et d’abord, des populations dont l’identité s’est formée sur une religion, qui a lourdement converti jusqu’au III ème siècle avant de cesser de le faire volontairement. Ensuite, une identité qui s’est cristallisée, toujours sur une religion, mais sur un registre politique au cours du XIX ème et du XX ème siècle. Et le tout, sur la base de populations très éloignées des « 12 (ou 13) tribus d’Israël ».
      Le reste, ce sont des fadaises.
      Tout proportion gardée, c’est à peu comme si, aujourd’hui, les Raéliens décidaient de se constituer en groupe humain spécifique et, partant, d’entreprendre de revendiquer une république, un pays, etc, quelque part dans le monde. Rien de plus, rien de moins.
      C’est en cela d’ailleurs que le Christ, pour ceux qui suivent, a été révolutionnaire et si dangereux : il a fait fi de considération tribales, raciales, nationales, etc.


  • Les gars, faut arrêter, les mecs là : "massacre de Goyim". D’une les juifs ne sont pas les seuls à se remémorer avec respect cet épisode ; et de deux, peu importe son historicité, il demeurre une métaphore éminente de la libération face à la tyrannie payenne. Un symbole désormais justement applicable à ce peuple juif dont les élites ne sont autres que des payens "porteurs de lumière" ; un constat qu’on faisait déjà dans les années 650. Cela dit je conviens que cette commémoration est désormais d’un esprit tout à fait contraire à l’événement qu’elle rappelle, car c’est le propre de l’Ennemi que de subvertir intégralement les choses et de diriger par la déception.


  • Vivez entre vous, quelque part loin de nous... et ça nous suffira !


  • Bonjour,
    voir également les travaux de Eric H Cline de l’université de Washington.
    Pour lui,également,l’archéologie dit autre chose.

    http://www.amazon.fr/From-Eden-Exil...


  • Et voilà. Quand on a pas de spiritualité, qu’on perd les capacités de décodage symbolique (le "décodage" littéral, ça n’existe pas, ça s’appelle la lecture), ça donne FRV100. Notre époque est assez terrible pour ça. Elle offre en même temps des défis entièrement nouveaux, et considérables, et le moyen de l’abrutissement. Ainsi, certains se retranchent dans le texte, probablement par peur de l’initiative, à l’heure où, plus que jamais, comprendre l’esprit est la solution.

    Dans les Réflexions Métaphysiques de Descartes, après avoir prouvé l’existence de Dieu par l’existence de soi (je pense, donc j’existe ; j’existe, mais je n’ai pas mon principe en moi, j’ai donc été créé ; il y a forcément un être qui a créé et n’a pas été créé, c’est Dieu), il a une phrase que j’aime bien : Dieu n’est pas trompeur. Si l’on a des pieds, c’est pour marcher, par pour monter les blancs en neige. De même, si on a une conscience, ce n’est pas pour s’en référer à un bouquin. Le bouquin n’est là que pour éclairer la conscience, lui donner les grands principes. Mais le message du Christ, c’est de toujours essayer d’agir en son âme (son Salut est l’enjeu) et conscience (le moyen du Salut, car unique outil d’identification de l’erreur).

    Et oui, ça veut dire qu’on est capable, forcément, d’identifier le bien et le mal. L’identifie-t-on correctement ? Là n’est pas la question, car Dieu, en personne, est seul juge. L’important, c’est d’être de bonne foi avec soi-même, d’examiner de manière critique ce que l’on fait et ce que l’on pense, et d’essayer de faire de son mieux. Par définition, on ne peut pas faire mieux que faire de son mieux. Et ça, c’est subjectif, c’est relatif à chacun. C’est bien de viser au delà, c’est même encouragé, mais l’exiger de soi c’est morbide et auto-destructeur. On peut être malheureux de n’avoir aucune ambition morale et de vivre une vie de laisser-aller total, mais on peut être tout aussi malheureux de s’imposer des achèvements impossibles à réaliser pour nous. Savoir ses limites, c’est le rôle de chacun, et c’est pas un bouquin qui va te les dire.


  • #132982

    L’existence actuelle du judaïsme est une anomalie historique et religieuse, car depuis la venue du fils de Dieu sur terre annoncé par les anges aux prophétes, tout les juifs étaient destinés à devenir Chrétiens, autrement dit à adopter les principes universelles de pardon et d’amour infini, révélés comme des principes transcendants et divins par Jésus Christ.

    Quel que soit l’origine paienne de certaines fêtes religieuses adoptés par l’Eglise, le Christ par son sacrifice sur la croix, les transcendes aujourd’hui encore pour les mettres au service des principes divins d’ amour et de pardon infini, autrement dit au service de Dieu, créateur et dispensateur de vie, et qui face aux éventuelles excés du pouvoir temporel, demeure l’ultime garant de notre libre arbitre dont il est la source.

    Lorsque les souffrances générés par ceux qui font un mauvais usage de leurs libre arbitre, deviennent par trop invivables pour l’ensemble des êtres vivants sur terre, et nuisible à l’exercice de notre propre libre arbitre, il appartient donc aux hommes ayant soif d’amour, de justice et de paix, de faire usage de ce libre arbitre pour demander à Dieu qu’il intervienne, autrement dit par la prière, qui est une preuve de sagesse et d’humilité face à un univers réel perceptible et imperceptible, dont nous ignorons le pourquoi.

     

    • Si on suit ton raisonnement les Chrétiens également ne devrais plus exister puisqu’étant donné le fait que Jesus avait annoncé la venue de Mahomet ils auraient dû devenir musulman..


    • bonjour
      il faut pousser plus loin ton analyse et considérer le christianisme non pas comme ne anomalie mais comme un passage obligatoire voulu par Dieu pour ensuite arriver à l’Islam.
      alors pour que ta reflexion soit honnete tu dois arriver à l’islam " Dieu a parachever sa religion " libre à nous d’y croire ou pas maintenant.....


    • @soc10 & jo

      Se renseigner avant de contredire camarades :
      http://www.jesus-islam.fr/Pages/LaB...

      Respect&Robustesse


    • c’est vrai que c’est logique, à un détail près : le dieu des juifs était légaliste : on craint dieu et on applique sa loi (les 600 et quelques commandements) car on le craint, le dieu des chrétiens est amour, la loi est réduite aux 10 commandements plus un, (les commandement PUREMENTS moraux) le dieu chrétien n’est plus légaliste mais moral, l’esprit au dessus de la lettre, l’action au dessus de la soumission aux rites.
      or l’Islam revient d’une certaine façon en arrière sur la loi, il reprend l’esprit des interdits religieux juifs. ne pas être un bon musulman parce qu’on consomme du porc ou de l’alcool ou qu’on se rase la barbe : ça c’est le problème, le seul problème qui fait que l’islam n’est pas un mieux par rapport au christianisme.
      je tempèrerai mon affirmation en mettant en avant un islam véritablement novateur celui qui comprend le coran dans l’esprit et non à la lettre : le soufisme mais enfin il est minoritaire et souvent persécuté. Oui cet islam là est une avancée par rapport au christianisme (le rapport direct avec Dieu sans les pollutions humaines des "savants" et des prêtres) :
      Allah le miséricordieux, la miséricorde est à l’opposé du dogme et de la contrainte. la miséricorde c’est le pardon divin


    • @ Soc10

      Je ne sais pas où vous avez vu que Jésus annonçait car ça ne figure nul part dans la Bible....Il a plutôt mis en garde contre ceux qui viendraient après lui.


  • L’ athéïsme est contre-nature .

     

  • Je suis un inconditionnel des entretiens de Soral mais je trouve vraiment ce genre d’article inutile.
    On le sait bien, la science, les recherches et la mythologie religieuse ne font pas bon ménage, il est également très facile de remettre en cause Adam et Eve, ou encore la résurrection mais à quoi bon ?
    Je vous rappel que Moïse est prophète des 3 grandes religions. La séparation avec le peuple égyptien est surtout le symbole de la rupture avec les peuples polythéistes.
    Pour ce qui est de "Peuple Elu" le Coran affirme que Moïse devait être un prophète pour l’humanité entière et non pour un peuple.
    Je trouve sincèrement que ce genre d’article comme celui de la beurgeoisie, ramène le site plus a un niveau de petit site d’extrême droite ce qui est vraiment mauvais.
    Enfin c’est mon point de vue.

    Dans un autre sujet j’ai vu que Tariq Ramadan avait été la seul personne autorisé à faire un discours au Bourget lors de la rencontre des musulmans de France.
    "Tariq Ramadan, unique vedette de la rencontre depuis que le gouvernement a interdit la venue de six prédicateurs invités."
    Soral avait vu juste à son propos, j’aimerais en savoir plus sur le rôle qu’il joue.

     

    • Tout à fait d’accord avec toi. L’auteur de l’article retient une interprétation de l’Exode, qui est peut-être celle de certains Juifs allumés, mais qui ne va pas en tout cas dans le sens de la concorde et de l’universalité souhaitées par bien d’autres.

      On peut lire de bien des manières cet épisode. C’est par exemple une condamnation de l’esclavage et un exemple de la patience de D.ieu envers Pharaon. Car le moyen extrême n’est employé qu’à la dernière limite. Bien sûr on trouvera toujours un marchand juif ayant trempé dans le commerce du bois d’ébène. Mais d’aucuns sont parvenus à justifier les Croisades, nonobstant le dernier commandement de Jésus « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». Et croira-t-on vraiment que l’illuminé qui se fait sauter au nom de l’Islam - lequel ? - soit réellement un pieux musulman ?


  • Faux : la bible raconte des faits réels

    Faîtes votre recherche sur Emmanuel Anati

    Emmanuel Anati est un archéologue italien, né en 1930 à Florence (Italie). Il est le principal défenseur d’une théorie peu suivie selon laquelle le site archéologique de Har Karkom correspondrait au Mont Sinaï mentionné dans la Bible.
    Sommaire [masquer]
    1 Parcours
    2 Thèse sur Har Karkom
    3 Réception de cette thèse
    4 Bibliographie
    5 Références
    6 Voir aussi
    6.1 Lien interne
    6.2 Liens externes
    Parcours[modifier]

    Il est le fondateur et le directeur du Centre Camunien des Études Préhistoriques (CCSP) à Capo di Ponte, Valle Camonica, Italie.
    Il se consacre depuis plusieurs années au projet World Archive of Rock Art (WARA), une banque de données mondiale de l’art préhistorique et tribal en vue d’une analyse globale et comparée.
    Thèse sur Har Karkom[modifier]

    Il a été responsable de 15 campagnes de fouilles (1980-86) dans le Sinaï et le Neguev, et sur le mont Har Karkom qu’il considère comme le Mont Sinaï de la Bible.
    Il propose une chronologie des Hébreux beaucoup plus ancienne que celle généralement acceptée à l’heure actuelle :
    - 2 600 : migration d’Abraham
    - 2 500 : implantation en Égypte
    - 2 250 : fuite des Hébreux
    - 2 250 : séjour au mont Sinaï
    vers - 2 000 : prise de Jéricho et installation en Terre promise
    - 2 000 à -1 000 : période des Juges
    Emmanuel Anati déclare :
    « J’ai visité Har Karkom pour la première fois en 1954. En arrivant sur place j’ai été frappé par cette montagne, un relief en forme de mesa, entourée de précipices et couronnée de deux proéminences. Le vent y souffle en permanence et projette le sable contre les rochers ce qui les fait chanter… En arabe cette montagne s’appelait djebel Ide id ou "La montagne de la célébration"… Elle fut débaptisée pour recevoir le nom israélien de Har Karkom ou "montagne de safran". Les sites les plus anciens remontant à 500 000 ans, mais la majorité datent d’une période qui s’étend de 4 300 à 2 000 ans av. J.-C. incluant le Chalcolithique, le Bronze ancien et le début du Bronze moyen. Cette montagne sacrée est sans autre équivalent, dans la péninsule du Sinaï.[réf. nécessaire] »


  • #1155762

    "Tous les ans pour Pessah, les juifs remercient un Dieu vengeur et impitoyable qui, pour faire plaisir à sa tribu, a semé le malheur et l’épouvante sur un pays entier coupable de ne pas croire en lui."




    Ne serait-ce pas l’inverse, Un dieu bon qui fait payer les juifs pour leur égarement ?


  • quand on prend des esclaves pour travailler on prend des bras forts et travailleurs ce n’est pas avec un peuple d’usurier que tu battit une ville déjà le mensonge pour pleurnicher


  • Bonjour,

    Je dirais ce n’est pour rien que notre Seigneur JC a choisi sa mort et sa resurection a pâques.
    Rien d’autre a dire sur le sujet. Je me suis faites mon opinion depuis longtemps. Je serais baptisée demain soir.

     

    • Bienvenue dans la famille !
      C’est quand même hallucinant la différence de sens entre les deux fêtes. L’une est quand même trés vengeresse et l’autre d’amour et compassion .
      Je connaissais pas le sens de la fete Pessah mais cela explique énormément de chose.
      Aux amis Musulmans , avez vous aussi une célébration ce mois ci ?


  • #1155786

    Ah, vous remettez le couvert avec cet "article".

    Ce que Dieu fait, Il peut le défaire, point. Pharaon s’est fait mettre minable par le peuple de Dieu, c’est comme ça, il fallait croire en Lui et obtempérer. Les morts du peuple de pharaon ne sont que la conséquence de sa défiance.

     

    • L’Ancien Testament n’est qu’un tissu de jean-foutreries destiné à assoir le pouvoir d’une caste de prêtres corrompus, situation qui persiste de nos jours avec les terroristes sionistes.
      On peut à juste titre considérer que les juifs sont les aliénés du judaïsme talmudique tout comme les musulmans sont les aliénés de l’islam, sous produit grand public du premier... L’invention de la pensée unique leur revient de plein droit.
      Je souhaite à ces hommes de se libérer de cette tutelle antique, barbare et tribale, mais faut-il encore qu’ils le veuillent...
      Il semble bien que nous en soyons fort loin !
      La barbarie a donc de beaux jours devant elle...


  • Philon d’Alexandrie est très clair sur ce point. Ces événements ne sont pas historiques.
    L’Egypte désigne l’emprise des désirs matériels, dont l’individu est esclave. La Terre promise est l’état de compréhension dans lequel se trouve le candidat une fois reçue l’initiation.
    Il est parfaitement logique que les Pâque juive et chrétienne se déroulent le même jour, les symboles sont différents mais ont la même signification.
    Consulter Platon pour le sens de la crucifixion : l’individu est crucifié par les désirs matériels. Il doit mourir pour renaître dans un nouvel état.

     

    • #1156040

      Tout à fait d’accord pour Philon d’Alexandrie, mais pourriez-vous éclairer ma lanterne sur le sens de la crucifixion chez Platon ?

      Voulez-vous dire que Platon emploie ce symbole - ce que j’ignorais, et qui m’étonne, - ou bien qu’à travers Platon et sa théorie de l’âme on peut comprendre le sens de la crucifixion ?

      Merci


    • Bonjour Mike,
      Je suis parfaitement votre résonnement et comprend maintenant que la bible est très métaphorique. Pourriez vous m’éclairer sur le film roxe et rouky de walt disney, j’ai du mal à percevoir le message de cette aventure entre un renard et un chien.


    • #1156208

      Il faut d’abord nous expliquer l’histoire des hébreux : elle commence avec Moise ou avec Joseph ????? Joseph qui était le ministre d’Akhenaton, ce dernier et les croyants ont subit une oppression excessive de la part des moines des temples des anciennes divinités qui profitaient bien des donations et des offrandes, les gens qui croyaient au dieu d’Akhenaton et de Joseph ont été dans la souffrance jusqu’à la venue de Moise.


  • Merci à E&R pour ces explications fort utiles en ce moment !


  • #1155800

    Les Dix Plaies d’Égypte ? Dix False-Flags !

     

  • Donc si j’ai bien compris le raisonnement de l’article sur la partie archéologie, si je creuse dans mon jardin et que je ne trouve aucune preuve de l’esclavage des Hébreux en Egypte, ça signifie donc forcément que c’est du bidon ??

     

  • Et que penser des données qui tendent à expliquer que les 10 plaies d’Égypte seraient en fait les conséquences de l’éruption du Santorin (qui n’ont pas dû nuire qu’aux Égyptiens, certains pensent qu’elle est la cause de la migration des peuples de la mer et du "moyen-âge grec") ?
    Les cendres projetées dans l’atmosphère ayant pu masquer le soleil (la nuit en plein jour), en retombant auraient colorée de façon artificielle l’eau du Nil (l’eau devenue du sang), cela aurait empoisonné le bétail et les récoltes (d’où la disette, voir la famine, qui affectera en premier lieu plus faibles, donc les nouveaux-nés) et un bref accroissement de la chaleur qui a fait se multiplier à grande vitesse momentanément les nuisibles (insectes, batraciens).

    Un évènement aussi rare et la méconnaissance des gens de l’époque concernant la vulcanologie ne pouvait qu’être imputé à une intervention/punition divine.

    (Cela dit, il ne me semble pas que l’éruption du Vésuve qui rasera plus tard Pompéi et Herculanum ait été imputée à un châtiment divin contre l’empire romain)

     

    • Oui, l’explosion du Vésuve fut réinterprétée comme la version occidentale du châtiment avertisseur de Sodome et Gomorrhe par les juifs et les premiers chrétiens qui se trouvèrent non loin (et pas seulement par eux), en rétribution des mêmes péchés (sodomie, snobisme, privilèges économiques irresponsables et rejet des pauvres, comme en Floride et en Californie actuellement).


    • On peut tout expliquer scientifiquement.
      Le hasard n’existe pas !!!


  • Je comprend maintenant d’où est venu l’inspiration de la chanson d’Annie Cordy "Tata Yoyo".


  • Respect à chacun, mais on est quand-même dans le délire total, j’entends par là que chacun croit en ce qu’il veut je m’en fous, mais qu’on aille faire chier les autres avec ses idées, c’est simplement débile. Un dieu unique et tout puissant en aurait quoi à foutre que vous portiez tel ou tel chapeau, que vous fassiez vous prières dans telle ou telle direction etc. ? Il est censé juger sur le comportement général de toute une vie non ?

    Perso je suis agnostique et je me dis que s’il existe un être supérieur, il doit soit bien se marrer, soit se dire qu’il a tout rater.

    Respect de chacun envers les autres dans la vie publique, et chacun ses croyances dans le privé, point barre, c’est pourtant simple comme idée. Et si une doctrine quelconque tente de s’imposer, alors elle doit être combattue, au nom de la liberté de pensée.


  • Là vous allez trop loin : l’Exode eut bel et bien lieu. Ramsès exista bel et bien. L’Égypte était bel et bien l’Empire totalitaire de son époque. Et les Hébreux impressionnèrent bel et bien beaucoup d’autres peuples pour avoir été les presque seuls à vaincre l’institution de l’esclavage. Quand même.

    Que leurs héritiers putatifs d’aujourd’hui usurpent le prestige de ces révolutionnaires du passé pour justifier leurs petits plans de carrière et de placement financier, c’est autre chose, que n’ont-ils pas trahi de révolutionnaires à bien d’autres moments de leur existence, et pourtant ces révolutions porteuses d’espoir eurent bel et bien lieu. De manière générale il n’y a rien de plus réactionnaire que d’anciens révolutionnaires revenus de leur trip par réalisme et réinterprétant leurs agissements subversifs passés à la lumière de leur stricte réussite professionnelle.

    Là où vous devriez frapper, c’est le fait que les Hébreux d’alors ne constituèrent ni une ethnie au sens racial, ni non plus une confession religieuse. Leur Exode n’était pas celui d’un peuple prenant son indépendance par rapport à un autre : c’était une sous-couche, une bohème du peuple égyptien environnant, pas plus distinct de lui que l’ancienne bohème française aujourd’hui disparue. C’était une clientèle politique vague comme l’ancienne gauche, qui avait d’abord eu longtemps l’espoir de réformer l’Empire, et ne l’avait plus : l’Égypte était selon la Bible le creuset, le melting-pot des peuples, et les Hébreux la couche la plus mélangée encore (le mot « "br » signifie entre autres hybride). Le mot Misraim ne signifiait pas comme tel une nation mais la partie urbanisée du pays, c’est un pluriel qui signifie en fait Les Villes, comme le mot Shamaim les cieux. Il n’était question que de se libérer d’une autorité et d’aller à la campagne à l’intérieur d’un même empire.

    Pour ce qui est du caractère vaudou et vengeur du culte de YHWH, je vous donne raison : le vaudou, que je pratique, a inspiré cette autre presque seule grande révolution anti-esclavagiste qui fut celle d’Haïti, qui réussit contre toute attente par un envoi de mauvais sorts à répétition sur les armées impériales décidées à mettre en oeuvre une solution finale.

    Le judaïsme n’est devenu une religion qu’avec la construction du premier temple, entreprise au départ désapprouvée de devenir un ordre établi comme les autres. Il n’est devenu un peuple raciste qu’encore bien plus tard, au temps du deuxième temple.

     

    • #1156088

      Visiblement vous ne connaissez pas la civilisation égyptienne, ce peuple qui notait tout, tenait comptabilité et chronologie de tous ses actes et faits, terrains, impôts, distribution des denrées etc..etc...où il n’a jamais été consigné ni plaies ni cataclysmes, ni de quelconques esclaves hébreux ainsi que leur libération, et les fouilles menées dans le Sinaï par les archéologues israéliens n’ont à leur grande déception, révélé que quelques traces de campements néolithiques d’individus clairsemés... Décidément tout ce qui touche à l’histoire de ce peuple semble remanié et magnifié, une constante semble-t-il...


    • J’ai du vous relire mais votre discours est très instructifs. Merci pour le travail de recherche comme d’exposé.


    • deux grossières erreurs : le peuple hebreu était considéré comme des fouteurs de merde et n’étaient guère appréciés par les peuples de l’antiquité, seul Alexandre le grand a utilisé leurs compétences "particulières" pour gérer son empire naissant, il savait que n’étant pas aimés, ils lui resteraient fidèles contre le reste des peuples qu’il avait soumis. il faut lire les historiens grecs
      quant au totalitarisme de l’Egypte c’est du grand n’importe quoi. c’était une théocratie dans un pays vaste et stable, doté d’une véritable gestion économique et sociale, la qualité de vie et la douceur de vivre étaient réputés dans tout le monde antique.
      (les bâtisseurs des pyramides n’étaient pas pour la plupart des esclaves mais des hommes libres). quant à la sortie d’Egypte, aucune preuve déjà qu’ils y aient vécu, quant à vaincre l’esclavage c’est encore du grand n’importe quoi, les hébeux ont pratiqué l’esclavage après moïse il suffit le lire le levitique


    • L’Egypte a sans doute connu la décrépitude de sa civilisation.
      @pertinence tenez vous compte, dans vos archives sur les traces de l’ancienne Egypte, de l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie ? Il n’est pas vraiment étonnant que l’on ait pu ne pas retrouver de documents.


    • Bonjour Milville,

      Je vous conseille, ainsi qu’à tous ceux que ce sujet intéresse,
      la lecture du livre : " Les secrets de l’ Exode", par Messod et Roger Sabbah .

      C’est un livre bien documenté et argumenté.

      Au format de poche son prix est de 8,10 € .

      Bonne lecture.


  • On peut être entièrement d’accord (il faut même l’etre) avec l’inutilité de perturber les religions par des vérifications "histoiro-archéologiques", mais on doit rester très attentif et vigilant à ce que leurs passé et écrits, peuvent véhiculer comme valeurs positives à l’humanité. De ce fait il est important d’interpeller l’Islam (ses théologiens ou ses pratiquants) sur des versets du coran invitant : au crime d’apostasie, aux atteintes de l’intégrité physique humaine, et faisant même l’apologie des guerres. IL faut aussi s’interroger sur la discrimination raciale que véhicule concrètement depuis des siècles, les notions de peuple élu et de goy, la glorification de massacres humains et même d’enfants, prêchés dans l"ancien testament.

     

    • Le problème est en nous-mêmes et les solutions ne peuvent venir que de nous-mêmes. Ce qui vient du passé, il faut le voir avec les yeux du passé ou s’abstenir dans le cas où on ne peut pas le faire et se retourner vers des exemples pareils ou semblables de notre présent. Et il en existe à la pelle.
      Avant d’incriminer ce qui nous semble anormal, il faut le juger sans parti pris. Allons-en doucement mais surement. Vous suggérez d’interpeller l’Islam ou ceux qui s’en réclament sur des versets qui doivent certainement vous paraître abominables, comme le crime (comme vous le désignez) d’apostasie, les atteintes à l’intégrité physique humaine, et l’apologie des guerres. Ses pratiques avant qu’elles ne soient intégrées aux textes religieux quel qu’ils soient (islam ou autres) étaient des pratiques de fait. Certaines avaient force de persuasion comme les bombes atomiques de nos jours et n’étaient pratiqués que dans des cas extrêmes ou d’excès de pouvoir. Les raisons de ceux-ci sont dues au fait que les populations de ces époques dans leur grande majorité vivaient en tribu et étaient peu policées. Le sacré des punitions y jouer le rôle de police sur soi-même en visionnant ce que nous méritons en commettant des actes prohibés par Dieu, et ce, pour maintenir la cohésion sociale des communautés et dissuader, tant soit peu, ceux qui peuvent lui nuire.
      Ceci étant une vue avec les yeux du passé assez modeste, sinon il en faudra des livres.
      L’apologie de la guerre en islam est faite pour la guerre de défense et non pour la guerre d’invasion quoique cela n’ait jamais été respecté puisqu’on envahissait des pays pour les islamiser.
      Si dans le christianisme on prêche l’amour, cela n’a jamais empêché les chrétiens de condamner des gens à la peine capitale pour apostasie, d’excommunier les membres qui ne respectent pas la doxa de la majorité ou du pouvoir de l’Église, ni se faire des guerres entre chrétiens ou les faires contre d’autres peuples non-chrétiens pour soi-disant les Christianiser à l’égal des musulmans qui en faisaient autant.
      De nos jours, on continue à agir de la même sorte en avançant les mêmes motifs, défendre les droits de l’homme, sauver une population des massacres de son dirigeant dictateur pour y une instaurer la démocratie, etc.


  • #1156152

    Dieu sait que je ne crois pas tout ce qu’on me demande de croire mais je trouve complètement risible qu’on décrète péremptoirement qu’une histoire est fausse car les Archéologues n’ont trouvée aucunes preuves physique qui corroborerait les "faits" énoncés ...

     

  • Certains historiens, notamment Israéliens, pensent que les Hébreux étaient tout simplement des Égyptiens, adeptes d’Akhénathon, premier pharaon monothéiste, chassés d’Égypte par le nouveau pharaon. La chronologie concorderait avec celle de la Bible. Les 10 plaies feraient également référence aux conséquences de l’éruption titanesque de Santorin, là encore survenue à la même époque, ayant entrainé un changement climatique majeur dans cette région et la chute de plusieurs civilisations.

     

    • ridicule vous necroyez pas en la Bible, d’accord mais nier le fait que les Hébreux soient un peuple, c’est pousser le bouchon un peu loin..cette dame ce trompe, oui nous croyons que les hébreux ont été réduits en esclavage en Egypte car ils devenaient nombreux, ils n’ont pas construit de pyramides dit la Bible mais ils fabriquaient des briques...pour quoi faire..bof on s’en fiche...Quel horreur Akhénaton ce pédophile qui a "épousé" on dirait violer de nos jours 2 de ses filles agée de 9 neuf ans avant de les marier à d’autres...Le même Dieu préché dans le vrai judaisme, celui qui ne s’attache qu’à la torah ; et le Dieu du nouveau testament est le même...De plus, le récit ne parle pas d’exterminer à tout va, mais d’éliminer des ennemis réels, guerriers, vengeurs qui voulait détruire la future nation juive. Il est bien stipulé aux juifs de ne pas maltraiter les étrangers au milieu d’eux car eux aussi ont été étrangers au pays d’Egypte, et avant d’être dans le Nouveau Testament, le "aime ton prochain comme toi-même était dans la Torah (ancien testament )..A Bon entendeur...salut


  • Juste pour dire que les descendants des hébreux sont les palestiniens, convertis depuis longtemps au christianisme et à l’islam. Rien a voir avec les ashkenaze et les séfarades.


  • Remettre en cause l’Exode, au prétexte qu’on confond absence de preuve avec preuve de l’absence,c’est remettre également en cause le rôle joué par Moïse, donc ni plus ni moins remettre en cause une grande partie de la Bible.

     

  • En espérant ainsi offrir un éclairage sur ce sujet :

    1. L’Eglise catholique a toujours combattu cette tentation de dissocier le Dieu des Juifs avec celui des Chrétiens (hérésie de Marcion) : le Dieu de l’Ancien Testament est le MÊME que le Dieu du Nouveau Testament.
    Ce contraste entre le Dieu vindicatif, en apparence, et le Dieu d’amour n’existe pas sauf si on passe directement de la Genèse aux Évangiles, sans passer par les révélations successives de Dieu à travers les Lois, les livres Historiques et les Prophéties. Car Dieu est pédagogue et ne se révèle à l’homme, créature faible, que progressivement, dans un langage souvent symbolique (à ne pas prendre littéralement donc), jusqu’à sa révélation ultime, cette fois-ci concrète, (du point de vue chrétien) en Jésus, accomplissement de toute la promesse de Dieu à Israël.

    2. Concernant l’historicité de l’histoire Juive. Elle est très complexe et aucun archéologue n’est d’accord sur l’histoire biblique. Il est aujourd’hui très aventureux de se prononcer de manière aussi tranchée sur la fausseté de tel ou tel événement biblique (ou à l’inverse sur sa véracité). Comment comprendre l’histoire des Juifs ? Comme un mensonge pour tromper ? Comme un complot mondialiste ?
    Rappelons d’abord que l’authenticité infaillible de la Bible ne relève ni d’un caractère historique, ni scientifique : la Bible (ancien comme nouveau Testament) est le Livre de l’Alliance entre Dieu et les Hommes.

    Les Juifs nous livre avant tout le témoignage sincère et authentique de leur relation privilégiée avec Dieu (que Jésus n’a jamais aboli n’en déplaise aux sédévacantistes).
    Donc, les Juifs nous raconte comment Dieu s’est manifesté à eux ; c’est Son choix, gratuit et immérité. Cela suscite souvent de la jalousie ou du rejet du côté des païens, et de la part des Juifs il peut y avoir de l’orgueil mal placé. Il n’empêche que parmi tous les peuples de la Terre, Dieu a fait son choix sur les Juifs.
    Les Juifs nous raconte comment Dieu les a libéré de l’esclavage du paganisme (symbolisé par l’Egypte, ennemi de l’époque où a été rédigé le texte) ; tout les récits des Patriarches et de Moïse sont riches en symboles. Les grands rois (David, Salomon,...) sont grands avant tout dans la foi et dans la sagesse de Dieu (symbolisé dans la Bible par un royaume uni, puissant et riche). Les prophètes, en plus d’annoncer le Mashiah-Christ (que les Chrétiens reconnaissent en Jésus), nous raconte les épreuves du peuple élu. etc.

    En espérant aider

     

    • Je suis complétement d’accord avec votre message !
      Mais j’irais plus loin !
      Vous dites :



      Cela suscite souvent de la jalousie ou du rejet du côté des païens, et de la part des Juifs il peut y avoir de l’orgueil mal placé. Il n’empêche que parmi tous les peuples de la Terre, Dieu a fait son choix sur les Juifs.



      En lisant cela, je me dis que peut-être, le Peuple Juif "élu" de Dieu n’est peut-être pas celui que l’on crois !
      Je m’explique : Peut-être que les "croyants" sincères des trois religions du Livre sont ce "Peuple Juif élu", soumis à Diet et acceptant l’Alliance entre Dieu et les Hommes alors que le terme "Juif" en lui même est dévoyé par certains se disant "Juifs" mais ayant rejeter Dieu et s’étant détourner de son message...


    • J’obterais pour un Dieu vengeur et remercieur... C’est pour çà qu’il doit être craint...

      Donc il faut agir en conséquence - Respecter les 10 commandants, sinon c’est la branlée...

      Des hommes et des actes ! Oeuvrons fils, oeuvrons !


    • L’expression "religion du livre" est totalement galvaudée quand on parle de christianisme, les théologiens ayant toujours rejeté cette appellation.


    • bravo pour ce message qui lui est réfléchi


  • Trois mille ans de judaisme, cela nous aurait suffi.....


  • Il est édifiant de comparer la sublimité intemporelle et magnifique des subtils accords polyharmonico-psychotropiques, ainsi que la complexité de la ligne patamélodique de cet hymne sublissime qu’est "Dayenou", chef d’oeuvre parmi les chefs d’oeuvre. Mozart peut aller se rhabiller.
    En comparaison, notre povre musique n’est pas grand’chose :
    http://www.egaliteetreconciliation....


  • La fête de Pâques ou Pessah n’a pas été créé par les hébreux mais existait déjà en Iran et Mésopotamie...C’est Noos et c’est la seule fête religieuse,encore,des Mazdéistes perses... !!!


Afficher les commentaires suivants