Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Chômage : cinq ans d’annonces, cinq ans d’insuccès

"Il n’existe (...) pas plus de fatalité du chômage de masse aujourd’hui qu’il n’en existait pour l’inflation hier. Mon gouvernement se fixe ainsi pour objectif un taux de chômage de 5 % à la fin du quinquennat." Quand il prononce cette phrase, lors de sa déclaration de politique générale, le 3 juillet 2007, François Fillon ne peut savoir qu’une crise économique va mettre à mal ses ambitions.

En juillet 2007, la France comptait officiellement 2 415 000 chômeurs, soit 8,1 % de la population active, selon la direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares). Sur ce total, 1,9 million était en "catégorie 1" – devenue depuis la réforme de 2008 la "catégorie A" – et n’exerçait aucune activité. Quatre ans plus tard, en juillet 2011, le Pôle emploi annonce 4 103 700 inscrits à ses services, dont 2 720 400 en "catégorie A", n’ayant exercé aucune activité au cours du mois.

En pourcentage, le chômage touche désormais 9,5 % de la population active, un chiffre qui n’avait plus été aussi élevé depuis 1999. Entre ces deux dates, le gouvernement n’a pourtant eu de cesse de promettre des améliorations et de s’enorgueillir de chaque baisse.

Lire la suite de l’article : lemonde.fr

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • "Quand il prononce cette phrase, lors de sa déclaration de politique générale, le 3 juillet 2007, François Fillon ne peut savoir qu’une crise économique va mettre à mal ses ambitions."

    Une fois qu’on arrive à ce passage, on sait tout de suite que l’article n’est pas crédible une seconde... Dès la deuxième ligne, sic.

    Si Fillon à son niveau n’a pas vu venir la crise c’est soit un ignorant de la pire espèce soit un incompétent notoire. Mais il savait très bien, comme toute la smala au pouvoir (de droite comme de gauche d’ailleurs) et s’il avait dû promettre son cul sur la commode parce que son chargé de communication lui assurait que c’était bon pour lui, il l’aurait fait.^^

    Fillon comme toute la classe politique, et plus globalement l’hyper classe dira t’on aujourd’hui, est un simple exécutant des basses œuvres, un factotum, un second couteau, brèfle un employé de la haute finance qui prétend diriger le monde.

    Il fut une époque où on fusillait les traîtres pour beaucoup moins que ça...

    Ps : Si le Monde voulait réellement adopter une posture écologique, il devrait penser à s’imprimer sur du PQ, au moins le papier ne serait pas gaspillé.

     

    • #34424

      S’ils n’ont pas vu venir la crise, et bien ils sont incompétents, et ils sont illégitimes.
      Et s’ils l’ont vu venir (ce qui est évidemment le cas) et bien ce sont des escrocs, et ils sont illégitimes.
      Perso, je dis François Fion, plutôt que Fillon, ça lui va mieux.


  • L’Engagement des politiques de droite, comme de gauche, n’a jamais été l’emploi comme priorité, bien au contraire. Je penche plutôt sur une volonté d’accroitre le nombre de chômeurs, d’avoir une réelle fracture sociale, si ce n’est déjà fait. Le chantage à l’emploi, pression sur les salariés restants, les faire trimer jusqu’au bout si possible pour la carotte bien maigre ou le bâton. Jouer sur la peur du licenciement, délocalisation, embauche de personnels étrangers à moindre frais, réduction des salaires, une précarité tant pour ceux qui travaillent que pour ceux qui sont au chômage etc...On attend un sauveur de l’emploi et du pouvoir d’achat depuis combien de temps au fait ?

     


  • En pourcentage, le chômage touche désormais 9,5 % de la population active,



    Il n’y a qu’un journaliste pour être aussi bidon en maths...

    Faisons (sciemment) l’erreur de considérer la population active comme "constante" (on y reviendra)

    Si 2 415 000 chômeurs représentent 8.1% de la population active (chiffre plausible, cela ramènerait la population active à environ 30 millions de gens) alors le chiffre 4 103 700 chômeurs représente non pas 9.5%, mais 13.75% de la population active.

    En fait, le branleur/malhonnête gratte torche fion qu’est Samuel Laurent utilise, un coup le nombre de chômeurs total, un coup uniquement ceux de catégorie A...
    Ça vaut un zéro au Bac S (encore que...) mais c’est fort utile pour masquer l’ampleur du problème.

    Maintenant, prenons en compte un fait : avec l’arrivée à la retraite des générations du baby boom, la population active diminue fortement ;
    Le chômage aurait dû décroître de manière mécanique, sans qu’aucune amélioration économique ne soit enregistrée.... et pourtant, il n’a cessé d’augmenter...

    Il y a fort à parier qu’il n’y a pas 13.75%, mais 15% de la population qui soit au chômage...

    ... bienvenue dans un pays qui tombe...

     

    • #34394

      Sans compter les 6 millions de travailleurs pauvres : smicards, mi-temps, travail clandestin...
      Un pays sans industrie, qui ne fabrique ni chaussures, ni chaussettes, ni postes de radio, ni couverts...
      Le choix de notre agriculture... 400 000 bras là où il en fallait 4 millions il y a quelques années... Pour une manière de produire absolument contre-nature au passage.
      Et bien fatalement, le chômage explose, tout cette force de travail ne peut pas se rabattre sur le tertiaire, le tourisme, le service ou autres domaines d’activités dont l’utilité reste à prouver.
      Voilà le libéralisme : pourquoi produire chez soi ce que l’on peut fabriquer à l’autre bout de la terre pour quelques centimes de moins à la tonne ? (je reprend cette phrase d’un sublime livre de Bernanos : "la France contre les robots", je n’ai pas la citation exacte)
      Une société dans laquelle le détenteur de la vérité est l’économiste, secondé par le psy et la télé (forcément puisque cela crée des individus malades spirituellement) est une société profondément décadente.
      La situation actuelle traduit la faillite totale de l’expertise.
      Ces idéologues extrémistes nous prépare un monde ignoble.