Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Commission des finances au RN ? Pour les gauchistes, ça y est, on est en 1933

On vous la fait courte, parce que c’est un peu technique, mais ça fait apprendre des choses sur le parlementarisme, qui est en train de reprendre ses lettres de noblesse depuis que les Français ont, à leur façon, imposé une sorte de proportionnelle à l’Assemblée.

 

Quand LREM possédait 308 sièges, soit 19 de plus que la majorité absolue en 2017, cela a permis au faux parti du Président – un parti sans militants avec juste des crédules en bas et des ingénieurs sociaux en haut – d’imposer sa tyrannie pendant la répression des Gilets jaunes en 2018-2019, les confinements et les injections quasi forcées de la séquence terroriste oligarchique 2020-2021.

Aujourd’hui, la coalition de la majorité présidentielle n’a plus la majorité absolue, il faut donc qu’elle trouve des alliances, durables ou ponctuelles, sur les textes de loi qui l’intéressent. Elle les cherche actuellement chez Les Républicains, mais certains macronistes ne crachent plus sur le Rassemblement national, ce que les gauchistes lui reprochent. Seulement, Macron est tellement vipérin que pour garder le pouvoir, rien ne le rebute.

 

 

Mais avant tout, parlons des commissions, et surtout celle des finances, que le RN guigne. Une commission des finances, c’est quoi ?

Quand on fait partie de l’Assemblée, on peut s’inscrire dans plusieurs clubs (on dit club parce que le grand public sait ce que c’est), mais eux appellent ça des commissions. Elles sont au nombre de huit : Affaires culturelles et éducation, Affaires économiques, Affaires étrangères, Affaires sociales, Défense nationale et forces armées, Développement durable et aménagement du territoire, Finances, Lois.
Chaque proposition ou texte de loi est envoyé devant la commission du même nom, ou domaine. Les commissionnaires viennent de tous les partis présents dans l’hémicycle, avec une distribution proportionnelle au nombre de leurs députés. Il y a 8 commissions, chacune compte 70 députés, et l’inscription est obligatoire et unique. Mais il faut, à chaque fois, un président. Tout se fait au vote, et il a lieu le 29 juin.
Maintenant, pour la polémique du jour, on écoute Marianne :

La commission des Finances est à mettre à part. Chargée de contrôler le budget de l’État, elle peut saisir l’Autorité de la concurrence, demander l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire ou encore rejeter des amendements qui affecteraient le budget de l’État. Elle est notamment chargée d’examiner le fameux projet de loi de finances, définissant les sommes allouées à chaque ministère – une séquence essentielle pour le gouvernement puisqu’elle lui donne les moyens (ou non) d’appliquer sa politique.

 

 

Normalement, on dit normalement mais ce n’est pas inscrit dans le marbre, la présidence de la commission des finances va au parti d’opposition majoritaire, c’est une manière d’équilibrer (un peu) les pouvoirs. Du coup, c’est au RN de rafler la mise, puisque NUPES est une coalition de 131 députés, dans laquelle LFI n’a que 72 députés, soit 17 de moins que le RN. Seulement, on ne voit pas les 68 membres de la commission laisser ce pouvoir au RN.

Après cette présentation un peu technique et un peu chiante, on passe à la rigolade. Parce qu’il y a de quoi. Pour les gauchistes, on n’a pas dit gauchiasses, qui est connoté, c’est carrément la menace fasciste qui est entrée en force à l’Assemblée, un peu comme les partisans de Trump au Capitole, en janvier 2021.

On écoute d’abord Daniel Schneidermann, qui a pris la machine à remonter le temps, et qui en profite pour relancer son bouquin :

 

 

Olivier Faure, le pâle numéro un du PS résiduel, tente lui aussi une « 1933 », en s’inspirant de Churchill :

 

 

Faure ne récolte malheureusement que moqueries sur les RS : les temps ont bien changé. Avant, la parole socialiste avait du poids.

 

 

Du côté de NUPES, cette coalition prête à éclater cornaquée par le (presque) stalinien Méluche, on fait croire que le peuple est entré à l’Assemblée.

 

 

Or, les observateurs sérieux qui ont un peu gratté les résultats officiels savent que le peuple a voté abstention et RN en masse, NUPES récoltant les catégories minoritaires qui lui sont chères, mais surtout les « quartiers ». L’antifascisme a changé de couleur...

 

 

Conclusion  : le RN s’est dédiabolisé, démocratisé, parlementarisé, il a joué le jeu du Système, et il se retrouve en pole position au cœur de ce système. Le système démocratique établi par la bourgeoisie pour la bourgeoisie se retrouve pris au piège.

 

 

Le pouvoir profond va-t-il changer les règles, ou alors se contenter de contrôler le mouvement national ? Macron est tout à fait capable de se nationaliser, même s’il a été installé à son poste par la Banque et les forces mondialistes pour détruire la France éternelle et la soumettre aux forces du Marché.

Dernière minute : encore un coup sur la tête à Macron

 

 

Schneidermann en 2018 parle de son livre « prophétique » sur 1933

Comme prévu, sur E&R :

 






Alerter

43 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • Les crapules de la gôche escrolo dégainent une fois de plus leur arme favorite,le mensonge et la calomnie.Curieusement ces abrutis sont frappés d’amnésie sélective et oublient bien vite les crimes de tonton Joseph (Katyn) allié de Béria.Ils occultent de leur répertoire le pacte de non agression entre Joseph et Adolphe.mais les fantasmes de ces abrutis ne s’arrêtent pas là hélas,bientôt ils vont nous faire croire que Marine va défiler en chemise brune avec son groupe parlementaire au son du Horst Wessel.
    Marine et son groupe c’est tout simplement un RPR bis point barre.

     

    Répondre à ce message

  • les imposteurs de LFI se sont emparé du monopole de la lutte contre le racisme et les discriminations.Personne cependant ne peut désormais affimer avoir entendu ces gens là protester contre les oukases de Macron et du "conseil constiitutionnel" lesquels officialisaient par le biais du "pass vaccinal" le régime raciste d’apartheid et de ségrégation en Hexagonie et des appels à la haine qui en découlaient.La majorité des non vax se souvient tout de même du mutisme total de la clique Mélanchon qui n’a pas dénoncé cette injustice.

     

    Répondre à ce message

  • #2980233

    De temps en temps, il faut rappeler la dure vérité :
    - Léon Blum, ténor et figure centrale du Parti Socialiste, dans "Le Populaire" (organe du P.S.) du 6 décembre 1929 : "L’Allemagne ne déviera pas de la voie où l’effort intrépide de la social-démocratie l’a aiguillée."
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 13 mai 1930 : "La France n’a plus à redouter l’agression allemande."
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 15 mai 1930 : "Relativement à l’Allemagne, nous pouvons dès maintenant entamer le désarmement."
    - Léon Blum dans "Le Populaire" : "Aujourd’hui, 30 juin 1930, les derniers détachements français auront évacué la troisième zone rhénane. Cinq ans avant l’échéance fixée par le traité de Versailles, l’occupation de l’Allemagne prend fin. Nous ne dissimulerons pas notre satisfaction et notre fierté. Ce qui s’accomplit aujourd’hui, c’est ce que nous avons voulu, ce que nous avons préparé, ce que nous avons fait... Les circonstances actuelles prouvent, avec une évidente clarté, que nous n’avons pas travaillé seulement pour la pacification de l’Europe, mais pour la sécurité de la France."
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 24 juillet 1930 : "L’idée d’un gouvernement constitué par les bandes Hitler-Ludendorff, ou même dépendant d’elles de quelque façon, est parfaitement insensée."
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 23 novembre 1930 : "Hitler est aujourd’hui loin du pouvoir." (en septembre, 107 députés nazis viennent d’entrer au Reichstag !).
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 3 avril 1931 : "Le flot hitlérien commence à décroître." (nazis et communistes se disputent les masses et s’organisent en vue de la lutte finale).
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 14 mars 1932 : "Les véritables vainqueurs de Hitler, ce sont les camarades sociaux-démocrates." (Hidenburg vient d’être élu Président de la République face à Adolf Hitler qui a recueilli 13 millions 420.000 voix).
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 31 juillet 1932 : "Sauf erreur, c’est la première fois que le racisme hitlérien subit une pause dans sa marche en avant triomphale." (élections législatives).
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 8 novembre 1932 : "Entre Hitler et le pouvoir, une barrière infranchissable est dressée. Hitler est désormais exclu du pouvoir. Il est même exclu, si je puis dire, de l’espérance du pouvoir."

     

    Répondre à ce message

  • A l’école des fans, Jean luc a gueulé quand il a apprit que tout le monde avait gagné. Jean luc voulait mener une campagne pour enterrer tous les files électriques de France.

    Il y a une similarité entre ce qui arrive à la france et ce qui arrive à jacky michel. Y a une gonzesse, notre dame de la raison mise entre les mains de jean luc marine manuel. Tout repose sur un accord de bon principe et puis ca part en couilles.

    Pour le travail accomplit mon Jean Luc, Princesse Crocodile t’offre une paire de chaussure sacré. Symbole de l’anti impérialisme et plein d’autres choses plus importantes. https://umoja-shoes.com/

     

    Répondre à ce message

  • #2980235

    suite et fin :
    - Léon Blum dans "Le Populaire" du 9 novembre 1932 : "L’accès du pouvoir légal et illégal est désormais clos devant Hitler. La social-démocratie a eu Hitler." (Trois mois plus tard, Adolf Hitler sera Chancelier du Reich !).
    Résultat : plus de 10 ans d’horreurs et d’abominations sans nom, des dizaines de millions de morts, des massacres atroces, une Europe en ruines en 1945, la moitié du continent sous la patte maçonnique et l’autre sous la botte stalinienne ! Gare aux faux prophètes, jean-de-la-lune, politiciens de pacotille, bonimenteurs ou prophètes de bonheur à tout prix !" (sources : Horace de Carbuccia : "Le massacre de la Victoire" et "Les Racines de l’Enfer" et, bien sûr, « Le Populaire ».)

     

    Répondre à ce message

  • Avec Macron, on est en 1933 !
    La vaccination covid de masse est le plus grand crime de l’humanité organisé.
    Quand tous les gauchistes endormis découvriront la vérité, quand les vrais chiffres sur les effets secondaires et les décès sortiront, le choc sera terrible pour tous ces gauchistes, qui auront participé à ce crime contre l’humanité avec l’UE et l’OMS.

     

    Répondre à ce message

  • Un régal tout de même que l’accentuation de la guéguerre dans la mousse de surface du cirque politique !
    Macron qui est de plus en plus caricatural, Méluche qui verse dans l’égocentrisme complet, les partis artificiels qui se dégonflent de leur hélium, les démissions refusées ou les ambitions pour maroquins qui énervent les petits marquis, etc...
    Oui, vraiment, on est au spectacle de la plus énorme bouffonnerie de ces 4 dernières décennies !

     

    Répondre à ce message

  • Quand on voit comment le RN gère ses propres finances ça laisse tout de même dubitatif... Loin des accusations de nazisme des gauchistes.

     

    Répondre à ce message

  • L’homme qui avait affirmé qu’il avait vu sourire Elisabeth Borne en 1989 a avoué juste avant de mourir qu’il avait inventé cette histoire ...

     

    Répondre à ce message

  • Limpide comme à chaque fois. Merci infiniment pour le boulot

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents