Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Contre qui la Chine construit-elle son dispositif de défense antimissile ?

La République populaire de Chine est devenue le deuxième pays du monde à pouvoir réaliser l’interception d’un missile balistique à l’aide d’un intercepteur cinétique. Cette information vient d’être rapportée par l’agence Xinhua.

Le Système stratégique de la défense antimissile – c’est un type d’armement particulier. Le missile antimissile, conçu pour abattre des missiles intercontinentaux et des missiles à moyenne portée de l’ennemi, coûte généralement beaucoup plus cher que le missile balistique qu’il doit abattre. En attendant, pour pouvoir viser une cible, il faut tirer sur cette dernière deux ou plus missiles antimissiles.

Apparemment, le missile intercepteur KT-2 est utilisé dans le système de défense antimissile que la Chine est en train de mettre en place. Il s’agit d’un missile lourd, construit sur la base du missile DF-31 avec propulsion à propergol solide. La Chine ne divulgue pas d’informations sur le coût de son programme des missiles stratégiques. Mais on peut avoir un aperçu de l’ordre des prix, car le coût des missiles qui participent aux systèmes américains de défense antimissile a été dévoilé.

Le coût initial d’un missile antimissile américain GBI, utilisé dans le système de défense antimissile au sol représente 70 millions de dollars, et en prenant compte des modifications, apportées pour sa modernisation, son prix atteint 90 millions de dollars. À tel prix, on ne peut pas parler des acquisitions de plusieurs missiles à la fois. Les achats des missiles GBI se font par unités, et ne sont pas achetés chaque année. Des missiles antimissiles moins puissants, conçus pour intercepter des missiles de moyenne portée, sont achetés en quantités de 20 à 50 par an. Les États-Unis ne peuvent pas se permettre d’en acheter davantage, malgré l’énorme budget militaire qu’ils possèdent. Si les Américains ne sont pas capables de lancer un programme de fabrication en masse des systèmes antimissiles, la Chine risque de se retrouver dans la même situation.

Les systèmes de défense antimissile ne sont qu’une partie du système de protection contre des attaques des missiles ennemis. Une partie de ce dispositif est souvent coûteuse, mais elle n’est pas la plus importante. La meilleure défense contre les missiles balistiques, c’est une frappe préventive et la destruction des missiles avant leur lancement. Ces complexes de défense antimissile très coûteux sont nécessaires pour intercepter le peu de missiles ennemis qui ne seront pas détruits au sol et pourront être lancés.

Contre qui peut être dirigé alors le système de défense antimissile chinois ? Il est certain qu’il ne s’agit pas des États-Unis ou de la Russie. L’arsenal stratégique de la Chine est trop petit et les Chinois n’ont pas la possibilité de porter préjudice au potentiel stratégique de ces deux pays.

Il est évident que le système de défense antimissile doit protéger la Chine de ses voisins, dont les capacités militaires et nucléaires ne font qu’augmenter. Il est fort probable que le système de défense antimissile chinois soit dirigé contre l’Inde. Les forces de missiles indiens sont petites, mais elles sont construites en partant de l’endiguement de la Chine. Les Indiens auraient seulement quelques dizaines de têtes nucléaires, selon certaines sources, alors que l’Inde a réalisé une avancée majeure dans la construction des missiles balistiques de moyenne portée. Leur quantité est estimée à plusieurs dizaines. Le missile balistique indien Agni 5 d’une portée de plus de 5 000 kilomètres ne coûte que 9 millions de dollars, soit 10 fois moins cher que le GBI américain, et plusieurs fois moins cher que le système chinois KT-2, capable d’intercepter Agni 5. Et encore, les spécialistes ne sont pas sûrs que l’interception se passera bien.

La Chine devra faire d’énormes investissements dans le secteur de la reconnaissance dans l’espace et la reconnaissance aérienne, ainsi que dans des systèmes de frappe non nucléaires capables de neutraliser le potentiel des armes indiennes. Pendant ce temps, l’Inde devra faire un effort pour accélérer le développement de son système de défense aérienne qui a longtemps été négligé.

Taïwan est également en train de réaliser son programme de développement des missiles balistiques de moyenne portée. En dépit d’une baisse des tensions entre l’île et la Chine continentale, les travaux de modernisation de ces missiles sont en train de s’accélérer. Si avant ces missiles pouvaient parvenir jusqu’à Shanghai, désormais, ils pourraient menacer les régions de la Chine centrale, et peut-être même Pékin.

La Corée du Sud est également en train d’élaborer des missiles balistiques d’une portée allant jusqu’à 800 km. Par ailleurs, le Pakistan et la Corée du Nord possèdent un puissant arsenal de missiles de moyenne portée, ainsi que des armes nucléaires. Les deux pays entretiennent des relations amicales avec la Chine, mais font face à de graves menaces pour la stabilité politique intérieure, ce qui rend leur avenir imprévisible.

Se trouvant dans une zone d’instabilité, la Chine a donc décidé de se doter de son propre système de défense antimissile. Cependant, la création de ce système risque de conduire inévitablement à des tentatives des pays voisins de renforcer leur potentiel stratégique.

Comprendre l’actualité avec Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

6 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Il est peu probable que l’ennemi potentiel de la Chine soit, comme l’indique l’article , l’Inde, le Pakistan ou la Corée du nord. Les USA, fidèles à eux-mêmes, sont entrés en guerre froide contre la Chine par Afrique et moyen-orient interposés (peut être plus localement, par Japon interposé). Comme le reconnaissait Mitterrand en fin de vie, "nous sommes en guerre contre les USA mais les Français l’ignorent". Ils ignorent également que la guerre a été perdue et que nous sommes devenus les tirailleurs sénégalais de l’Empire (réf Alain Soral).

     

    • C’est une erreur de penser ça : les chinois sont paranos. En 5000 ans ils n’ont pas arrêter de se faire envahir par tout le monde et ils ont terriblement peur que ça recommence. Et le pays qui a le plus de chance d’envahir la Chine avec succès c’est l’Inde. C’est déjà pour ça que les chinois se sont installés au Tibet.
      Si on ajoute les contentieux territoriaux larvés, on peut dire que les relations entre les 2 ne sont pas vraiment amicales.
      Les indiens font des frais de défense : renouvellement de leur flotte aérienne, missiles plus perfectionnés la réaction chinoise est logique.

      Les japonnais sont pas débiles, ils n’accepteront jamais de servir de chair à canon pour le compte des américains, ils se servent d’eux comme bouclier anti-missile mais ils ont beaucoup moins à perdre économiquement que les sud-coréens à rompre leur alliance.

      La Corée du nord est totalement sous perfusion chinoise.
      Le Pakistan n’est pas une menace tant que les militaires tiennent le pouvoir et qu’ils sont obnubilés par le Cachemire.

      Si les américains menacent les chinois d’une néo-diplomatie de la canonière avec leurs porte-avions, ils se prennent des bombes électromagnétiques sur la tronche et ils sont neutralisés. Les chinois l’ont clairement annoncé.

      De toute les façon, attaquer la Chine ça ne pourra être accompli que par un cinglé parce qu’en désespoir de cause c’est clair qu’ils utiliseront l’arme atomique.


    • Exactement ! La Chine n’a pas d’ennemi directe autour d’elle. Par contre il y a des valets plus ou moins soumis aux injonctions américaines (Corée du Sud, Taiwan, Japon), mais en dernière instance l’ennemi réel sont bien les USA.
      Dans cette région il n’existe pas de pays suffisamment dément pour chercher des embrouilles à la Chine, même le géant indien se tient à carreau car parfaitement conscient qu’un conflit entre mastodontes ne pourra mener que sur la voix de l’anéantissement mutuel.


  • Tous les Etats ont les chocottes !


  • Humm, article peu crédible.
    Déjà en terme de capacité d’interception d’un vecteur balistique, il y a bien plus que 2 pays aptes à le faire :

    http://www.marianne.net/blogsecretd...


  • mode humour : ON

    Contre qui la Chine construit-elle son dispositif de défense antimissile ?

    Bhâ ! Contre le Tibet, bien-sûr ! Vous avez lu Blake & Mortimer & le secret de l’espadon, non ?
    Tout le monde sait que l’infâme dictature basée à Lhassa déclenchera la 3ème guerre mondiale pour étendre un "empire jaune" sur le monde entier.
    Heureusement qu’il existe de vrais journalistes comme E.P. Jacob pour nous dire la vérité.