Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Crise grecque : la Bundesbank évoque un « complot français »

La Banque centrale allemande reproche à la Banque centrale européenne, sous influence française, d’avoir racheté un trop grand nombre de dettes grecques.

Les relations entre la France et l’Allemagne n’ont pas fini d’être tendues. Et ce en dépit des déclarations de Nicolas Sarkozy, qui avaient martelé il y a une semaine qu’il n’y avait pas de désaccord avec l’Allemagne sur la réforme de l’euro.

Il y a deux semaines, la Banque centrale européenne annonçait le rachat d’obligations souveraines et privées, et notamment des dettes grecques, et ce, pour accompagner le plan d’aide de 750 milliards d’euros, crée par les Etats membres de la zone euro. Une mesure que n’a pas du tout apprécié la Bundesbank, la banque centrale allemande d’émission qui n’hésite pas à parler de « complot français » qui porte atteinte aux intérêts de l’Allemagne.

Le journal allemand Der Spiegel rapporte dans son édition de lundi que la BCE a déjà racheté 40.000 millions d’obligations dont 25.000 millions de dettes grecques, causant « une irritation importante » de la Bundesbank.

L’Allemagne, par la voix de sa chancelière Angela Merkel ou du patron de la Deutsche Bank, n’a jamais caché ses doutes quant à la capacité de la Grèce de rembourser ses dettes. En février dernier, plusieurs grandes banques allemandes avaient décidé de ne plus souscrire de nouvelles obligations de l’Etat grec, inquiètes de la situation financière du pays.

Les banques françaises ont pour 51 milliards d’obligations grecques et les banques allemandes en ont pour 31 milliards d’euros. La France va payer 5,5 milliards et l’Allemagne va payer 8,4 milliards d’euros de prêts garantis par l’Etat. On se souvient qu’après cette mesure l’indépendance de la BCE avait sérieusement été remise en cause... par l’Allemagne, puisqu’elle avait toujours clamé qu’en dépit de la situation financière plus que compliquée de la Grèce, elle ne rachèterait pas d’obligations grecques. Autrement dit, des produits qu’aucun investisseur ne voulait. La BCE avait martelé son indépendance.

Nul doute que les marchés financiers ne tarderont pas à spéculer sur cette nouvelle tension franco-allemande, dont Nicolas Sarkozy et Angela Merkel pourront discuter le 7 juin à l’occasion d’une rencontre pour discuter d’une coordination des positions de la France et de l’Allemagne, en vue du prochain Conseil européen et des sommets du G8 et du G20 prévus fin juin au Canada. Pour l’heure, on est encore loin de la mise en place d’une gouvernance économique au sein de l’Union européenne.