Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

De l’indigence du scientifique quand il croit parler de politique

Interview d’Henri Laborit, 7 avril 1975

Interview du biologiste Henri Laborit à propos de son livre La Nouvelle grille :

 

Avertissement : cette vidéo contient une scène d’expérimentation sur un animal pouvant heurter la sensibilité des spectateurs.

 

La réponse d’Alain Soral à cette théorie a été donnée dans la deuxième partie de la conférence avec Gabriele Adinolfi (Nice, mars 2013) : visionner la vidéo.

Pour une approche pluridéterministe de la politique, rendez-vous chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

91 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • lol y’aurait comme un p’tit lien avec le dernier passage à Nice ? ^_^

     

  • Je n’ai pas encore vu la video, mais j’ai lu quelques livres d’Henri Laborit.
    Je crois d’ailleurs me souvenir que dans Eloge de la fuite, il a une vue très naïve des élites. Il explique que la méritocratie ferait forcément sortir des élites de qualité, pour servir le bien commun (!)
    Ou un truc dans le genre. Si quelqu’un a une meilleure mémoire que moi... Je peux me tromper !

    Par ailleurs, il a aussi écrit des choses très intéressantes. Et ça serait vraiment dommage de passer à coté !

     

    • Le but d’Eloge de la fuite est loin d’avoir la prétention de dresser une vue de l’élite ! Ce sont les rapports de force dont il est question, la protection de sa structure organique, en vue du plaisir ! justification de la dominance des uns et justification de la domination subit des autres !


  • En 1951 il invente l’hibernation artificielle, découverte capitale pour la chirurgie . En 1952 il découvre le premier neuroleptique, il est le père de la psychopharmacologie . Il aurait largement mérité le Nobel de médecine . Maintenant qu’il déconne quand il se met à parler politique c’est bien secondaire .

     

    • #369858

      Tu loupe l’aspect pédagogicocomique du truc... c’est une réponse tac-o-tackle faite à un participant de la conférence de Nice. Les gens ont tellement d’enthousiasme de faire partager leur peu de connaissance que c’est touchant... Ceux qui échange avec Alain Soral en pensant lui faire la leçon ne doivent pas ignorer que ça fait des années qu’Alain fait des efforts... Un vrai exemple à suivre...
      J’ai apprécier qu’Alain parles de Marshall McLuhan à la conférence de Nice, auteur peu connus en France son travail sur les effets des média est pourtant incontournable... Une vulgarisation de ses travaux serais très utile aux lecteurs de Kontre Culture.


    • Pas si secondaire que cela sachant que de nos jours, la science, une des nouvelles religions officielles, est derrière un nombre considérable de saloperies que l’on veut nous imposer de force : puçage du vivant, clonage, reproduction assistée, biotechnologies délirantes, transhumanisme...mythe du progrès...toute préoccupation morale doit s’effacer devant la prétendue vérité scientifique. Il ne reste plus que l’éthique mais qui en l’absence de la morale (éternelle) varie au gré des lubies et besoins de chacun.


  • Ya un sentiment qui transcende tous les partis politiques et tous les milieux sociaux : on a tous l’impression d’etres entourés de cons , alors je me dis que dans le lot y’en a bien un qui a raison.
    L’homme est fondamentalement con.
    Sur ce , bonne nuit :-)


  • J’ai regardé 15 sec.
    ces expériences de vivisection sont une horreur
    fermez le ban !

     

  • Le discours d’Alain Soral est intéressant, il met le doigt sur une erreur méthodologique à ne pas commettre, c’est toujours utile. Mais il ne faut probablement pas réduire Laborit à sa lecture du politique par le prisme du biologique.
    Laborit a, me semble-t-il, apporté des éléments de valeur quant à l’impact du biologique sur le comportement humain. Ce n’est qu’une facette de l’humain comme dit Soral, il ne faut pas réduire l’homme au biologique mais de l’autre côté ne balayons pas le biologique de notre réflexion pour autant.

    Je n’ai pas lu La Nouvelle Grille, mais Eloge de la Fuite et je le recommande.

    A bien y réfléchir, je vois Laborit comme un auteur très intéressant pour éclairer notre expérience personnelle d’être humain mais sera probablement moins intéressant pour le sociologue ou politologue qui voudrait compléter sa boite à outils conceptuels.

     

    • Assez d’accord, la biologie (et la science en général) est une approche comme une autre d’expliquer pour comprendre l’environnement, elle n’est jamais suffisante mais souvent indispensable.
      D’ailleurs la biologie particulierèment pour les domaines de la neuropsy et de la génétique atteint très rapidement un niveau de complication ou plutôt de perfection qui nous échappe complètement. Et ca peut inspirer ces scientifiques au point de devenir un peu fou et de développer une relation spirituelle avec leur objet de travail. On le voit très bien sur cette vidéo, le comportement de Laborit pourrait rappeler l’hystérie d’un finkielkraut qui passe à la TV, mais en fait il est juste honnêtement passionné et fou surtout quand il nous explique en souriant qu’il pense que les lapins ne savent pas qu’ils vont mourrir.
      Voilà, vu que beaucoup de membres sur ER méprisent la science sans grand discernement (parce que c’est impossible d’être expert partout) et par mesure de sécurité, j’espère que j’arrive un peu à démystifier et à rendre un peu sympathique cette science en cela que les plus grand scientifiques en reviennent souvent inexorablement à leur condition d’homme spirituel et païen malgré le discours technique.


    • Entièrement d’accrd.

      Ce qui est dommage avec certaines vidéos et leur titre accrocheur, c’est qu’elles ont tendance (peut-être involontairement), à enfermer certains personnages dans un rôle de "méchant", de "collabo" (le cas de Laborit ici), ou à l’inverse de "gentil résistant". Or, on le sait, les avis d’AS et ER sont souvent plus nuancés et contextualisés.
      J’ai peur que ces présentations un peu lapidaires nuisent quelque peu à la formation de l’esprit critique et à la curiosité de tous ceux qui viennent s’informer ici, même si, en même temps, je suis assez d’accord sur le titre...


    • Je suis tout à fait d’ accord avec toi , camarade ; ayant lu "Eloge de la fuite" ( que je recommande vivement aussi) ainsi que "la nouvelle grille".
      Par contre lorsque je lis dans un des commentaire, quelqu’un traiter LABORIT d’ attardé. je me dis que ce crétin n’ a pas dû lire un seul mot de ce Monsieur.
      La lecture de ces deux bouquins m’a beaucoup apporté , autant que m’ apporte aujourd’hui, les réflexions de SORAL.
      Merci E&R


    • J’abonde également dans ce sens. Je n’ai pas lu les ouvrages de M. Laborit mais je trouve son discours très intéressant et porteur d’informations qu’il serait idiot de laisser de côté. Le coup des "amuses-gueules" vers 3:40 est assez réjouissant :)
      Son discours sur les interactions entre les différents niveaux d’intégration (molécule -> individu) ainsi que sur les implications de l’apprentissage par renforcement est édifiant. Il pense vertical quand beaucoup pensent horizontal, faute d’intelligence ou d’ouverture d’esprit ... forcément ça ne plaira pas à tout le monde y compris sur ce site.



      Voilà, vu que beaucoup de membres sur E&R méprisent la science sans grand discernement (parce que c’est impossible d’être expert partout) et par mesure de sécurité, j’espère que j’arrive un peu à démystifier et à rendre un peu sympathique cette science en cela que les plus grand scientifiques en reviennent souvent inexorablement à leur condition d’homme spirituel et païen malgré le discours technique.



      Je suis très heureux de lire ici ce genre de phrase tout simplement et j’aimerais assez comprendre exactement quelle indigence aura été identifiée comme telle dans son propos.

      La réponse de Soral est claire, à la fois intelligente et arrogante et c’est aussi pour ça que j’aime beaucoup l’écouter. Par contre il tombe à mon sens dans les errements du soit-disant "darwinisme social" (vers 17:50). Dans ce que je connais de Darwin, il n’a jamais soutenu que l’évolution et la théorie de la sélection naturelle devaient servir de modèle aux sociétés humaines. Cette idée semble émaner d’un autre théoricien : Spencer.


    • @matteo Pareillement ce qu’il dit dans cette vidéo m’intéresse particulièrement en tant qu’être humain. Dans son discours j’y vois une grosse porte ouverte du scientifique sur le spirituel. Et finalement dans sa conclusion il ne se trompe absolument pas quand il parle de disparition de la dominance.


  • Staline a envoyé 8 ans Chizhevsky au goulag...

    « Tant qu’on n’aura pas diffusé très largement à travers les hommes de cette planète la façon dont fonctionne leur cerveau, la façon dont ils l’utilisent et tant que l’on n’aura pas dit que jusqu’ici cela a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chance qu’il y ait quoi que ce soit qui change. »
    Henri Laborit, Mon oncle d’Amérique

    Laborit a écrit "Du soleil à l’homme" et "L’alchimie de la découverte"...


  • c’est horrible le pauvre lapin ! Seul une theorie tordue peut sortir de ces pratiques tordues.

     

    • Moi ce qui m’inquiète c’est : est-ce qu’on le mange après ?


    • Elle travaillait dans son labo,me parlait des experiences sur les animaux,que çà faisait avancer la recherche,la connaissance pour le bien de l’humanité...je n’y croyais pas.
      Ils ont tous disparu,lui,son labo,elle,et les lapins. (paix à leurs ames)


    • Bon pour dédramatiser, des électrodes dans le cerveau ca "fait pas mal", étant donné qu’il y a pas de nerfs pour sentir la douleur. D’ailleurs, c’est pour ca que certaines opérations se font a cerveau ouvert (tumeurs / epilepsie), car il est alors possible de stimuler certains endroits pour savoir quel est le risque d’opérer a tel ou tel endroit. (voir par exemple l’excellent mais plus-que-choquant documentaire "The English surgeon"). Mais on est bien d’accord, ca choque et ca fait dr frankenstein...


    • Absolument, se prendre pour Dieu est le péché ultime.


    • Vous serez bien heureux d"avoir recours à un neurochirurgien si par malheur vous ou un de vos membres proches faites un AVC !
      Sans la vivisection avant l’ère numérique nous en serions à la chirurgie charcutière ...


    • Comme le dit M. Sanchez, il faut faire des choix. Sans recherche in vivo, pas de traitement adapté et novateur. Personnellement je suis très sensible à la souffrance animale (empathie quand tu nous tiens ...). Si l’expérimentation animale devait être totalement interdite dès demain, ça ne me dérangerait pas bien que je sois scientifique. J’irais élever des moutons et planter des carottes à la place. Mais il faut savoir qu’ en médecine tout serait stoppé. Il ne faudra donc pas que les tenant de la défense des animaux viennent pleurer quand on leur annoncera qu’ils ont une sclérose en plaque et qu’ils sont impossibles à guérir.
      La recherche biologique in silico (modélisation informatique du vivant) est intéressante mais rien ne remplacera jamais la paillasse.


  • Un mondialiste convaincu...

    La majorité des scientifiques se croit rationnelle et ne défend que des dogmes. Ce sont les idiots utiles du mondialisme.

    Un qui est en train de monter depuis quelques temps : Cédric Vilani, mathématicien français, médaille Fields en 2010, que l’on voit de plus en plus sur les plateaux de télé faire l’apologie de la destruction des nations et des frontières, de l’UE et du mondialisme avec un air transfiguré. Personne ne sera étonné d’apprendre que depuis 2012, il est young leader de la French American Foundation... Suivez-le de près, il n’a pas fini d’enfumer les Français.

     

    • Vous n’avez rien compris à HL, lisez le !
      Un mot (mondialisme) est bien réducteur...


    • Il ne fait pas qu’enfumer les gens, son discours de vulgarisation peut être très utile : je pense à la façon très simple qu’il a de démonter la pseudo science économique. En gros, il dit que les sciences économiques libérales sont fondées sur une analogie avec la théorie physique de la répartition des gaz parfaits avec l’hypothèse de molécules indépendantes les unes des autres... or le marché met en jeu des acteurs loin d’être indépendants les uns des autres. En plus de l’analogie douteuse, les soi-disant sciences économiques se basent donc sur l’application d’une théorie scientifique dans un cadre foireux : si on en doutait, c’est rien d’autre qu’une martingale destinée à faire ponctuellement du pognon.
      Il déplore également la façon dont la finance aspire les matheux brillants, il explique que les sondages à 0.1% près c’est du foutage de gueule etc... c’est un gars brillant et c’est un régal de l’entendre parler de maths mais dès qu’il parle de politique c’est catastrophique, comme si c’était trop concret pour lui.
      Bref, Vilanni, comme la vidéo présentée, illustre deux choses :
      - la sagesse c’est être humble et savoir rester dans son domaine de compétences,
      - le déficit de formation philosophique des scientifiques est catastrophique : dès qu’ils perdent de vue que la science n’est rien d’autre qu’une construction humaine destinée à essayer d’expliquer le réel mais pas LA Vérité, les problèmes commencent : on est comme tu le dit dans une défense qui se pense rationnelle d’un dogme qui ne l’est pas.
      Celui qui nous a mis dedans c’est Galilée avec ses conneries genre "Dieu a écrit le livre de l’univers en langage mathématique". Bilan : beaucoup de mathématiciens ne pensent pas qu’ils construisent des maths mais qu’ils les découvrent. Vilanni fait partie des ces derniers mais il a l’honnêteté d’admettre que c’est une posture philosophique qui fait (pus que) débat...


  • Quand on remplace l’idéal de la Liberté par l’utopie de l’Égalité, on arrive inexorablement sur une forme ou une autre de totalitarisme.
    Il y a une grille bien plus rationnelle et infiniment plus intéressante que celles évoquées ou proposées dans la vidéo qui est celle de la praxéologie qui est l’étude de l’action humaine par la déduction logique en partant d’axiomes infalsifiables.


  • (Commentaire sur les commentaires, rien de bien important, direct mais pas blessant dans l’intention)

    C’est incroyable de voir dans les commentaire une telle naïveté.
    Bien venu au pays des gens gentil qui font des bisous aux animaux de la fôret.
    Notre société et la plus barbare et la plus tordu (pas question de massacre dans les rues hein, bon) depuis un pacquet de millénaire, mais l’aveuglement à ce fait n’a jamais était aussi grand.
    Tout ce que sa m’inspire c’est une grande colère dirigé contre les distributeur de bisous ambulent.

    Salut E&R.


  • Mon Dieu ! Pauvre lapin ! J’ai un lapin comme animal de companie il s’appelle Stanley et est tres sociable. C’est une creature adorable et plus intelligente que ce que les gens croient. Il est tres ami avec mon chien et acceuille tous mes amis exactement comme le ferait un chien ! Bref, je ne ai pas pu regarder cette video ! Je sais...On s’en fout !

     

  • Tout est simple dans le fond, comme au pays d’Alice et des Merveilles, les juifs comme tête, les métis comme bras et comme jambes (surtout le samedi). Il ne reste plus qu’à fabriquer le consentement de ces maudits lapins blancs.


  • Les ravages du post-structuralisme ... c’est ce qui a donné Foucault, Levi-Strauss, Judith Butler et cet attardé.

     

  • Henri Laborit : lâche notoire et assumé (cf "Éloge de la fuite"... rien que ça)... Lèche ici les bottes des élites en prétendant vouloir abolir toute hiérarchie... En langage soralien on appelle cela de l’idiotie utile... La fin de la vidéo est lumineuse quant au début j’aurais préféré qu’on le torture lui plutôt qu’un pauvre lapin, on en aurait appris bien plus sur la stupidité humaine...

     

    • Babar, la vidéo-culture a ses limites, vous en faites une démonstration éclatante...
      Laborit était un insoumis qui ne supportait pas la hiérarchie, quant à l’éloge de la fuite, j’ai peur que vous ne puissiez pas comprendre.

      Laborit n’a été l’idiot utile de personne, il l’a payé assez cher, pour ce qui est de la stupidité, je vous souhaite d’avoir e quart du dixième de sa culture et de son intelligence.


    • Justement, le titre est volontairement choisi pour susciter cette réaction, et vous tombez dans le panneau.
      Il prend l’exemple d’un voilier (il est marin, ancien chirugien dans la marine nationale) dans la tempête, parfois, la fuite est le seul moyen de s’en sortir vivant. Elle est où la lâcheté dans ce cas là ?!

      Ca y est, HL est classé et enterré sur 2-3 conneries qu’il a pu dire. Lisez le avant de juger !


    • De Babar à Pouf et à Pil... Je vous concède que je ne connais pas bien ce penseur comme il se devrait pour pouvoir le critiquer et vos réactions m’ont amplement fait ressentir mon manque... Concernant les attaques je crains que vous ne me connaissiez point jusqu’à preuve du contraire et que ce que je dis sur la fin de la vidéo n’en reste pas moins valide... Que l’on soit bien clair... Je suis pour des nations et une diversité du monde... Je suis pour des coalitions contre l’impérialisme (cf des blocs de nations pour Laborit)... Je suis contre la fin de fin de l’Histoire et contre le Dernier Homme (qui ne sait plus se mépriser lui même) comme vous me l’offrez... Bref... Je suis contre un Gouvernement Mondial qui se donne l’apparence d’un Accord Mondial... Je suis contre les intellos narcissiques et serviles vis à vis d’une hiérarchie qu’ils ignorent ou feignent d’ignorer... Je lirai votre ami Laborit mais avec toutes les pincettes que cela requiert et qui vous ont probablement manquées.


  • Toute cette merde dialectico-mondaine sous l’oeuil attendri d’un lapin charcuté vivant...



    En 1932, les Nationaux-Socialistes proposèrent de bannir la vivisection. Le 21 avril 1933, juste après leur arrivée au pouvoir, le Parlement commença à voter des lois réglementant l’abattage des animaux.

    L’Allemagne Nationale-Socialiste fut la PREMIERE NATION à interdire la vivisection. Une loi bannissant totalement la vivisection était activée le 16 août 1933 par le Premier Ministre de Prusse, Hermann Göring. Il annonçait la fin des « insupportables tortures et souffrances dues à l’expérimentation animale.

    « Un interdit absolu et permanent sur la vivisection n’est pas seulement une loi nécessaire pour protéger les animaux et montrer de la compassion avec leur douleur, mais c’est aussi une loi pour l’humanité elle-même…. J’ai donc annoncé la prohibition immédiate de vivisection et ai fait de cette pratique une offense punissable en Prusse. En attendant que la punition soit prononcée, les coupables iront en camp de concentration. « 


     

  • il est extrêmement ridicule d essayer d expliquer le comportement humain par la biologie et la physique c est insensé ! Jusqu’où va t on descendre...


  • Je trouve lassant les commentaires sur l expérimentation sur les animaux ou les messages visant a protéger les plus sensibles qui ne s’émeuvent outre mesure sur les maltraitances humaines. Heureusement que certain lapin (et autres rongeurs) servent la science plutôt que de finir sous nos roues avec longue agonie a la clef. Alors messieurs si le vous le plait ne jouez pas les bonnes femmes effarouchées devant un simple animale branché sur des capteurs a but scientifique !!

     

    • Par contre l’embrillon humain c’est non, non, non, hein ?

      Pourtant la souffrance ressentie n’a rien à voir, vu que dans un cas il y a conscience et pas dans l’autre... mais la bigoterie ne connait pas de limite.


    • Surtout que ce lapin, malgré qu’il soit "utilisé" comme un objet, est malgré tout traité avec plus de respect que les dizaines de millions d’animaux qui sont abattus chaque année pour la consommation humaine. Dans le reportage We feed the world, on voit une chaîne d’élevage et d’abattage de volaille... on y apprend, par exemple, que les poussins mâles sont broyés vifs pour faire de la pâte à nuggets, mais la chaîne de "traitement" des animaux adultes vaut aussi largement le détour. Ce n’est évidement pas mieux pour les autres animaux. Et tout cela finit dans l’assiette des hypocrites qui s’émeuvent pour un lapin sujet d’expériences, mais qui pour rien au monde ne renonceraient à toute cette bonne viande qui remplit leur panse sans peser sur leur conscience.

      Pour revenir au sujet, je ne vois pas vraiment ce qu’il y a d’indigent dans le discours de Laborit. Certes, sa vision de la domination "par les brevets" est un peu légère, mais globalement les conclusions issues de ses recherches ont l’ait pertinentes. Il est probablement un peu maladroit dans ses explications dans cette vidéo (encore qu’il se peut qu’il soit coupé dans le développement de ses thèses par un montage devant exploité un temps d’antenne limité), mais donner une assise biologique et neurologique à la sociologie et à l’anthropologie est une démarche intéressante. Après, sur un extrait aussi cours, difficile de juger de la validité de ses travaux, surtout que le journaliste lui pose des questions qui ne sont pas en rapport direct avec ses recherches.

      D’après ce qu’il dit, je pense qu’on pourrait coupler ses travaux à ceux de Bourdieu avec fruit, car il semble qu’il puisse donner une explication assez satisfaisante de l’origine et des mécanismes neurologiques de la formation de l’habitus cher à Bourdieu (et par ailleurs extrêmement puissant en terme d’analyse sociologique et psychologique), ainsi qu’à la violence symbolique.

      Je viens de voir des extraits du film Mon Oncle d’Amérique, auquel il a participé. Evidement, si on est adepte de La révélation des Pyramides et des vidéos de LLP analysant le caractère "reptilien" des clips de Lady Gaga, on risque de ne pas y trouver son compte, mais il faut alors se demander de quel coté se trouve réellement l’indigence.


    • Sur un autre post tu demandais à ce que les commentaires soient plus cléments face aux âmes sensibles. Là, tu es capable d’avoir un discourt impitoyable. Et toujours cette réthorique visant à faire croire que parce qu’on protège les animaux, on est indifférent à la souffrance des hommes. Mesquinerie de l’étalon moral sans cesse rabaché pour discréditer ceux qui se battent pour les droits des animaux et qui sont bien souvent plus présents que la moyenne auprès des hommes pour faire valoir leurs droits fondamentaux. Combien d’associations comme L214, le CRAC, incluent dans leurs campagne la protection de l’enfance par exemple ? Beaucoup.

      Les alternatives à l’experimentation animale proposées par des chercheurs comme Antidote Europe antidote-europe.org sont largement à prendre en considération. Une lecture de ceci ne serait pas superflu :
      antidote-europe.org/animal-pas-modele-biologique-homme/

      antidote-europe.org/experimentation-animale-10-mensonges/

      A une époque où l’obscurantisme battait son train, on pouvait peut etre comprendre ce genre d’experimentation, meme si déjà des scientifiques et des philosophes avaient compris l’illégitimité de telles pratiques. Aujourd’hui, les découvertes scientifiques prouvent la sentience animale, les aberrations de la vivisection et les dangers d’une telle science pour les hommes. Il serait bon de se débarasser de cette barbarie inutile, immorale qui ne sert que les intérets des labos.

      "Demandez aux chercheurs pourquoi ils expérimentent sur les animaux et leur réponse est : parce que les animaux sont comme nous. Demandez aux chercheurs pourquoi c’est moralement acceptable d’expérimenter sur des animaux et leur réponse est : parce que les animaux ne sont pas comme nous. L’expérimentation animale repose sur une contradiction logique."
      Charles R. Magel

      "Celui qui n’hésite pas à viviséquer, n’hésitera pas non plus à mentir."
      G. B. Shaw

      "La question n’est pas : peuvent-ils raisonner ? Peuvent-ils parler ? Mais : peuvent-ils souffrir ?"
      J. Bentham

      Un animal n’est pas une chose mais un individu qui éprouve peur, douleur, joie, et qui a son propre intéret à la vie. Qui peut être suffisamment cruel pour dire qu’une souffrance est plus tolérable qu’une autre ? En quoi la mort inutile de ces animaux vous réconforte quand aux problèmes de l’humanité ? Vos propos sont tout simplement sordides. Faites preuve d’un peu d’empathie. Merci pour eux.

      Go vegan.


    • suite :
      "Des hommes intellectuels et instruits ont été coupables des plus grands crimes de l’histoire. L’iniquité de la procédure (vivisection) est aggravée par le fait qu’elle a démontré son inutilité."
      Dr W.R. Hadwen

      "J’expérimente sur l’animal depuis plus de 30 ans, et c’est là tout mon problème. Nos recherches pourraient progresser plus vite si nous recevrions de ceux qui nous dirigent les encouragements intellectuels et financiers nécessaires pour sortir du créneau rétrograde qui consiste à utiliser l’animal."
      Dr Hassan Parvez, physiologiste et pharmacologue au CNRS

      "L’histoire de la cancérologie a été basée sur la guérison du cancer sur la souris... Nous avons guéri des souris du cancer pendant des décennies - et cela n’a simplement pas marché sur les gens."
      Dr Richard Klausner, Directeur du National Cancer Institute (USA)

      "L’immortel Hippocrate n’a jamais pratiqué la vivisection et cependant il a élevé l’art médical à un niveau dont nous sommes très loin aujourd’hui, malgré les prétendues grandes découvertes modernes."
      Dr Salivas

      "Les expériences sur animaux sont effectuées pour des raisons légales et non pour des raisons scientifiques."
      Dr James D. Gallagher

      "Les expérimentations animales ne servent que d’alibi aux fabricants de médicaments qui espèrent de cette manière se protéger...Mais qui oserait exprimer des doutes sur notre médecine technologique tant vantée, ou même seulement poser des questions, sans se heurter à une solide opposition de la part des capitaux engagés, de la science, des affaires, et aussi de la politique et des mass média ?"
      Dr H. Stiller, neurologue

      "Non seulement les expériences animales ne réussissent pas à contribuer à la sécurité des médications, mais ils ont même l’effet opposé."
      Dr Kurt Fickentscher, université de Bonn

      "La probabilité de coïncidence de résultats expérimentaux sur les animaux et sur l’homme est si mince qu’elle est comparable à un jeu de hasard. Néanmoins, nous parions des millions de dollars chaque année sur ce jeu improbable de roulette."
      Professeur Herbert Hensel, physiologiste université de Marburg

      "En pratiquant sur un chien, on devient probablement un bon vétérinaire, si c’est le genre de praticien que vous voulez pour votre famille."
      Professeur W. Held

      "La pression sur les jeunes docteurs pour publier et la disponibilité d’animaux de laboratoire ont fait l’avancement professionnel la raison principale pour faire des expériences animales."
      Dr E. J. H. Moore


    • "La recherche biomédicale n’a pas besoin d’animaux. C’est stupide et même dangereux de continuer à suivre cette manière traditionnelle. La différence entre l’homme et l’animal est si grande que cela nous induit en erreur. Nous savons que de plus en plus organes artificiels peuvent être utilisés pour l’homme sans les tester en premier sur l’animal. Que ce soit des valves artificielles ou des pacemakers, ils ont été essayés directement sur l’homme sans d’abord l’avoir été sur l’animal."
      Prof. L. Sprovieri

      "Les expériences sur les animaux devraient être interdites partout."
      Dr J. Hackethal, chirurgien

      "Aucun chercheur sur animaux n’est en mesure de fournir la moindre indication utile pour une maladie humaine."
      Dr D.A Long

      "Il n’existe aucune base logique pour transférer à l’homme les résultats obtenus avec les animaux."
      Dr J. Goldberg

      "Rien de ce qui m’avait été enseigné sur la base des résultats obtenus par l’expérimentation animale ne m’a été de la moindre utilité dans le diagnostic et le traitement des maladies, je pourrais plutôt affirmer le contraire."
      Dr J. Burnet

      "Certains chercheurs croient que, par les expériences sur animaux, ils vont découvrir l’origine du cancer. En tant que cancérologue, je ne suis pas d’accord. Les quantités de substances cancérigènes nécessaires, qui sont injectées dans l’animal expérimenté, sont si grandes que cela est évident que le cancer produit de cette façon est simplement l’effet d’un empoisonnement."
      Prof. Heinz Oeser

      "L’altération des fonctions des gènes est différente entre l’animal et l’homme. Il a été trouvé, par exemple, que la saccharine facilite le développement de tumeurs chez la souris, ce n’est pas le cas pour l’homme."
      R. Dulbecco, Prix Nobel

      "Apprendre les techniques chirurgicales en pratiquant sur des animaux vivants est inutile, imprudent, cruel et injustifiable. Cela n’a jamais fait un bon chirurgien. Pratiquer la chirurgie sur des animaux vivants a été interdit en Grande-Bretagne depuis 1876, et il n’y a jamais eu d’indication que les chirurgiens britanniques soient inférieurs."
      Dr Fadali

      "Les cancers produits sur animaux par implants ou injections peuvent en aucun cas, autant pour les causes que les effets, être comparés avec ceux qui sont chez l’homme."
      Prof. Purchase

      "Il y a, en fait, deux catégories de médecins et scientifiques qui ne soient pas opposés à la vivisection : ceux qui ne savent pas, et ceux qui en font de l’argent."
      Dr W. Hartinger, chirurgien


    • Suite des citations des scientifiques contre l’experimentation animale :

      www.stopvivisection.info/ ?ar...


    • Les embryons n’ont pas de conscience !!!

      La bigoterie païenne à un culot de plus en plus grand.


  • La vivisection etait deja interdite à cette epoque.... Deguelasse, rien à ajouter..... point barre.


  • Laborit est un enfonceur de portes ouvertes muni de théories laborieusement développées sur la souffrance animale, alors que n’importe quel individu lambda constate qu’en cas de danger il cherche à fuir, en cas de souffrance, il cherche à la diminuer, et que lorsqu’il ne le peut pas, il sombre dans la dépression.

     

    • dans le cadre du programme MK-ultra, on administre une drogue qui empeche le patient de s’évanouir sous la douleur de la torture, il reste 2 possibilités à l’esprit, mourir ou se scinder pour echapper à la douleur, c’est la base de programmation mentale.


  • Je trouve la réponse d’Alain pas forcement tres claire. A mon avis Laborit rabaisse l’Homme a une espèce d’objet vivant sans ame. D"ailleurs on sent dans son discours un grand mépris de l’Homme.


  • #370145
    le 27/03/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
    De l’indigence du scientifique quand il croit parler de politique

    M.Laborit est probablement le plus grand scientifique de son temps mais à lire les jugements à l’emporte-pièce qui figurent ici, il devient difficile de faire cheminer la vérité. Pathétique ! Venir ici c’est douter du bien fondé du monde officiel mais chaque fois que l’ignorance se voit confrontée au réel, la même réaction se produit. Que savez-vous des travaux de cet homme pour être aussi violents ? La vraie hérésie scientifique est de considérer que la biochimie fonctionne en dépit du contexte électromagnétique et gravitationnel de notre planète bleue. Un astronaute revient d’un long séjour dans l’espace avec des muscles atrophiés mais M.Laborit est un illuminé, pitoyable !

     

    • salut ulysse
      je fais partie des sceptiques et de ceux qui ne connaissent pas M.Laborit.
      Peux tu m’indiquer un lien pertinent sur ses travaux, s’il te plait ? (j’ai regardé la page wikipedia...bof et les 1ers liens donnés sur l’hibernation artificielle par un moteur de recherche...bof aussi)
      Mets toi à ma place : je ne le connais pas et je lis qu’il a trouvé des molécules sur l’anesthésie et sur l’hibernation artificielle entre 50 et 52. Suite à quoi, il fait une longue carrière d’universitaire sans plus rien trouver : source wikipedia. D’ailleurs, le lien sur l’hibernation artificielle de wiki renvoie à une page blanche.
      Mets toi à ma place : présenté comme ça et vu l’entretien que Laborit donne (compare avec Gernez), il est bien légitime que je sois sceptique sur le qualificatif de "grand scientifique". Ma méfiance est encore plus vive quand il n’y a aucune remarque sur son équipe de travail (comme s’il avait trouvé tout seul), que la version officielle lui décerne le rôle d’anticonformiste , qu’il n’y a aucune remise dans le contexte de recherche (Laborit a t il ouvert une voie ou s’est il enfoncé dans un nouveau domaine que d’autres avaient ouvert ?).
      Pour les anticonformistes scientifiques de haut vol : Poincarré, Gernez, Tesla. Je compare (notamment les parcours et contextes scientifiques décrits sur les pages wikipedia) et je ne vois rien de similaire avec Laborit.
      Bref, si tu peux réhabiliter Laborit avec des liens pertinents, merci. Et en retour, je serais bien heureux de reconnaitre que mon a priori sceptique ne se confirme pas et que mon intuition que Laborit est un scientifique de salon était injuste et infondée.


    • #370909
      le 28/03/2013 par Heureux qui, comme Ulysse...
      De l’indigence du scientifique quand il croit parler de politique

      @ Mouloud

      Votre scepticisme est légitime et ouvre le débat, cela est tout à votre honneur. La difficulté avec la science profonde vient du fait que ceux qui s’y intéressent ne savent pas communiquer, par manque d’empathie en particulier. Le message est alors brouillé car celui qui le porte ne prend pas le temps (la peine) d’expliquer un contexte qui lui est familier et qui lui apparaît évident. Ainsi et par exemple, il n’est pas possible d’aborder un sujet comme la magnétohydrodynamique (MHD) sans être passé par l’apprentissage des disciplines qui lui sont préliminaires. Il faut commencer par la statique du solide, puis la cinématique, puis la dynamique puis la dynamique des fluides, puis la thermodynamique pour comprendre de quoi il est question. L’accès peut se faire malgré tout par la confiance en son prochain (méprisez les sophistes de la communauté malfaisante qui trustent les merdias) que les cultures authentiques portent en elles (éloge de l’hospitalité). Votre prénom, par exemple, indique une forte probabilité en ce qui concerne vos origines et cela est un atout. Lisez le Coran et vous découvrirez beaucoup de vérités scientifiques (allez au texte et oubliez les interprétations qui vous en sont faites) qui sont parfaitement décrites. Lorsque vous aurez compris qu’il n’y a pas d’antagonisme entre la science et la spiritualité (elles se confondent en fait), votre perspective changera. Le prophète n’est pas uniquement celui qui sait, c’est le messager qui est en capacité de rassembler et de fédérer autour de la vérité. C’est le mauvais camp qui conserve le savoir égoïstement pour se donner "l’avantage concurrentiel". Vous ne trouverez en revanche aucune vérité sur Internet si vous ne restez pas distant de ce que l’on vous propose. Toutes les vérités sont sous vos yeux mais l’Empire allume sans cesse des contre-feux pour vous égarer. C’est là qu’il faut en revenir aux savoirs fondamentaux pour pouvoir trier. Malheureusement, le système éducatif post-68 est là pour faire en sorte de vous dérouter du savoir universel pour mieux vous spécialiser dans des disciplines futiles.


  • bonjour

    Je n ai pas pu aller jusqu’au bout tant cette jactance est fastidieuse : un festival de lieux communs pas forcément eronnés pris séparément. J’ignore les travaux de ce chercheur en biologie mais je connais assez d’épistémologie pour avoir des idées précises en ce qui concerne le rapport des scientifiques à la philosophie et je pense que certains feraient mieux de ne pas s’égarer à en faire niveau café du commerce plus ou moins abstrait dans certains cas et selon la discipline. Ce qu’il nous raconte sur la question des motivations des producteurs de marchandises qui relèverait de la psychologie vient directement du freudisme dans ce qu’il a de plus contestable ( l’explication ultime de la totalité par cette "psychologie" pour les cocus inconsolables) et ignore superbement le caractère contraignant du mode de production sur des masses d’individus isolés qui n’ont pas le choix . Ce système qui domine les individus isolés producteurs de marchandises mais aussi des idées, de l’art , etc qui produit les hiérarchies , n est pas une fatalité , il résulte de la propriété privée ,de la concurrence et in fine du Capital qui est un rapport social et pas seulement une chose (marchandise , monnaie ou moyens de production) comme le salariat qui en découle et en constitue la base. Les hiérarchies que Laborit voit partout n’ont pas les mêmes fonctions suivant le régime de production et ça lui échappe . POurquoi ? parce qu’il voit notamment dans le Stalinisme le paradigme de tout système socialiste, ce qui ne tient pas debout ( on pense à la Yougoslavie, à Cuba, au Vietnam, au Venézuela, etc) et deuxièmement parce qu’il ne considère pas l’histoire dans son mouvement qui montre une avancée considérable dans l instruction de masse, réductrice des inégalités intellectuelles. Si dans la nature le plus fort gagne dans la compétition pour la vie , dans la société la possibilité existe dans le futur de passer de l administration des hommes à l administration des choses et donc d’en venir à la libération de toute aliénation. Cela dit gross modo en 10mn chrono !LOL


  • En dehors du contexte ici sur E&R, Henri Laborit a mis en évidence des clés essentiels sur la compréhension du système nerveux de l’homme et des mammifères en générale.

    Regarder le film mon oncle d’Amérique avec Henri Laborit (dans son propre rôle) et Gérard Depardieu en complément de la lecture d’éloge de la fuite...

    Ses découvertes plus tard réappropriés ont peut-être aider à mieux cerner les individus pour eux-mêmes sinon par d’autres contre eux-mêmes...

     

    • La nouvelle grille est vraiment son ouvrage de référence, Éloge de la fuite est un peu de la redite faite à la demande d’éditeurs.
      Il y a plein de vidéo d’HL sur Daily motion, il est assez inclassable et insoumis et je suis finalement pas si surpris de voir qu’il dérange ceux qui ont des idées arrêtées et qui ont du mal à le suivre tant il raisonne sans contraintes.

      Quant à ceux qui le disent soumis au mondialisme, là ils n’ont RIEN compris du bonhomme, c’est le revers de ces petites vidéos : bcp de gens voient un titre positif ou négatif et envisagent leur réaction en pro ou anti Soral... c’est consternant pour le logos (... ;-)


  • Je n’ai pas encore écouté la conférence en question. Il est vrai que lorsque Laborit, partant de sa connaissance du cerveau humain, élargit son propos à la sphère sociologique et politique, il tombe dans l’utopie, tout à fait déconnectée de la réalité. La fin de "l’éloge de la fuite" et "la nouvelle grille" nous proposent des développements politiques et même moraux dont la naïveté et l’irréalisme sont fondamentalement en décalage avec l’apport de départ des recherches de Laborit.
    Il n’en reste pas moins que l’apport de départ de Laborit, quand au fonctionnement du cerveau humain, la finalité essentielle de tout être vivant, la liberté de l’homme, ce que l’on appelle l’amour, etc...tout cela est proprement fondamental, indispensable et méconnu ou oublié.
    Tout intellectuel qui apporte quelque chose de nouveau a inévitablement tendance à vouloir élargir, généraliser et conceptualiser à l’infini, au risque de se perdre dans les brumes de l’utopie. Nietzsche lui-même qui en quelques phrases délivre les vues les plus géniales et éblouissantes sur Dieu, la religion, la véritable place de l’homme dans la création et sur un certain nombre de concepts confirmés depuis par la biologie du cerveau (l’Antéchrist chap. 14 & 15) partira lui aussi dans des développements prospectifs beaucoup moins utiles ou près du réel.
    Il n’en demeure pas moins que l’apport de Laborit (exception faite de ses développements socio-politiques trés décevants) reste capital quand à la nature réelle de l’homme. Cette partie là est à promouvoir tant que possible.


  • Je ne crois pas me tromper en écrivant qu’Alain Soral est un marxiste qui ne refuse pas l’existence d’une lecture métaphysique dans la philosophie.
    Selon ce que j’ai compris dans sa réponse à la conférence, il rejette le matérialisme (plutôt plat, il faut bien l’avouer) de M. Laborite.
    Ce qui est encore plus fatigant, c’est vouloir toujours mettre un domaine au-dessus des autres, que ce soit fait de manière subtile ou pas.

    Le comportementalisme biologique (scientifique) doit s’arrêter à l’observation. Dès qu’il sort de son domaine pour tirer des conclusions dans d’autres, il se fourvoie.
    M. Laborite aurait pu avoir raison, mais la méthode scientifique qu’il est obligé d’imposer à la nature pour l’analyser le conduit inexorablement à errer, car cette méthode n’est pas la bonne.

    Il n’a pas faux sur toute le ligne, mais sa vision doit être dépassée, car (au niveau des idées) elle est déjà dépassée.


  • Très intéressant.
    Dommage que beaucoup soient passés à côté de ses idées.
    Dans les commentaires , on voit certains intéressés qu’au petit lapin et d’autres choqués par le fait que le scientifique ait une vision matérialiste de la pensée humaine.


  • Quand j’entends ce court entretien de ce monsieur que je ne connais pas, j’entends de la confusion, un manque de définition, l’absence de démonstration de ses vérités...
    bref, un discours non scientifique.
    Plutôt un discours de bourgeois qui prend bien soin d’utiliser des mots clés qui font classe et d’adopter des définitions et façons de penser déjà établies.

    D’accord avec le père Soral sur ce genre de gars.

    Il y a aussi des mecs comme Gernez et Tesla : effectivement, leur intelligence poussée dans leur domaine les pousse à l’humilité quand ils abordent ou débordent sur des sujets politiques ou sociaux qu’ils maitrisent moins. des mecs comme eux, j’aimerais qu’ils participent aux réflexions sur la vie de la cité.

    Au final, le titre de scientifique est comme tous les titres présentés comme prestigieux : il est sujet aux tartuffes de tout poil.
    Le gars Laborit ne m’inspire que méfiance. J’ai lu des commentaires comme quoi il aurait trouvé ou inventé des trucs...je connais un peu le milieu universitaire et les scientifiques de salon qui passent plus de temps à s’accaparer des publications que de réellement chercher ou mieux trouver. Bref, d’instinct (et je reconnaitrais volontiers mon erreur de jugement au cas où), je dis : Laborit ne correspond pas à ma définition du scientifique.


  • Je crois que ceux ici qui n’ont l’habitude que de regarder des vidéos de Alain et qui s’attaquent à Laborit sans jamais l’avoir lu ont malheureusement pour eux trouvé ici leur maitre. Il s’agit tout simplement du plus puissant esprit scientifique que la France est produit au 20ème sciècle, précurseur notamment, car il a balayé l’ensemble du champs scientifique, des revolutions pour la comprehension de l’esprit humain qu’allaient être la sociobiologie et la psychologie évolutionniste. les leçons de ses livres n’ont pas encore été tirées pour la simple raison qu’il avait au minimum un siècle d’avance sur ses contemporains.

    Ce qu’il nous fait comprendre c’est que, par nature, 99% de ceux qui veulent la revolution feraient exactement la chose que ceux qu’ils critiquent si jamais ils etaient à leur place.

    De mon point de vue, la seule réponse philosophique à apporter en contradiction aux arguments apparement implacables de Laborit est la posture Chretienne (que l’on retrouve notamment aussi dans l’Islam chiite actuel). C’est par le sacrifice de tout interet personnel, par le don total de soi même à la communauté, et donc à la domination totale des pulsions par l’esprit associé au coeur, que l’on peut veritablement acceder à la dimension revolutionnaire.

     

  • A la base, le projet scientifique est basé sur le discours de la méthode de Descartes. Un objet aussi complexe que l’homme peut être analysé sous diverses grilles d’analyse : biologique, psychologique, social ; historique, etc. Le chercheur est donc obligé de réduire l’objet à un angle d’analyse pour en faire un paradigme de recherche. Toute science est donc un réductionnisme. L’homme appartenant au règne animal, il n’a pas de raison d’analyser son comportement sous cet angle également (éthologie, psychologie évolutionniste, sociobiologie). Cet angle n’est pas plus stupide qu’un autre (marxisme par exemple) du moment qu’il se montre assez fécond : beaucoup de pathologies mentales (dépression, énurésie, jadis l’hospitalisme des nourrissons) ont eu des explications éthologiques assez convaincantes et ont débouché sur des théories subtiles sur le développement humain ( je pense par exemple à la théorie de l’attachement de Bowlby) . L’essentiel est de ne pas oublier que d’autres chercheurs travaillent également à d’autres paradigmes de recherches qui sont, eux aussi, féconds.

    D’où la suite du projet cartésien : l’interdisciplinarité, en réintroduisant de la complexité et en passant toutes les choses en revue afin de ne rien omettre. Apres l’effet de loupe, l’effet grossissant en somme.. C’est à ce niveau que Soral prétend analyser les choses. C’est en effet le tip top. Mais l’interdisciplinarité ne peut exister qu’en connaissant et respectant les réductionnismes de chaque grille de lectures. Bref, chacun est respectable. Et je pense en effet que le grand problème des sciences humaines en fac est qu’elles oublient d’inter-relier tous ce savoir épars et « réduits »…

    Laborit développe une grille de lecture « béhavioriste ». C’est un peu mal expliqué mais le béhaviorisme est un formidable outil d’explication des apprentissages humains (et même du langage avec les derniers travaux de Skinner). C’est certes un réductionnisme (comme toute science) mais c’est aussi un formidable outil pour conditionner les masses (Ce n’est pas pour rien que dans la guerre du Vietnam, le psychologue Skinner fut appelé en aide par les militaires). Bref, vous devriez vous intéresser à la vraie psychologie scientifique (soit celle qui n’a rien à voir avec Freud).


  • A première vue mon premier message n’est pas passé, tant pis. je vais réécrire mon message de façon moins violente.

    Je ne comprends pas la critique d’Alain Soral et dE&R par rapport à Laborit.

    Il me semble qu’il est important de se poser des questions sur tout type de conditionnement, biologique, sociologique etc.

    il y a un homme du nom de Jiddu Krishnamurti qui s’est beaucoup interrogé sur les conditionnements du cerveau et de la pensée.
    (des tas de vidéos dispo sur youtube)


  • Je suis partagé entre 2 sentiments :
    - la déception de voir AS visiblement passer à côté du message d’HL (et de posts qui ne sont là que pour valider ce que le maitre a dit...)
    - le bonheur de voir que pas mal de gens l’ont lu et le connaissent,

    Ce qui, au total, fait d’E&R un endroit exceptionnel de mélange de genres... et c’est un compliment !

    PS : la censure (au moins 3 posts pas passés pour des raisons que je ne m’explique pas) est quand même énervante, si on n’a pas le droit de critiquer AS, ou va-t-on ? Quelle légitimité ensuite pour critiquer l’empire ?...

     

    • Je suis partagé entre deux sentiments :
      - La déception de te voir "visiblement" passer à côté du message d’AS (tu es peut être -j’ espère-un scientifique mais n’as aucune conscience politique et philosophique)
      - Le bonheur de te voir contribuer à ce site... et c’est un compliment ! (il doit te rester un minimum de conscience collective et c’est beau en dépit de ta rhétorique conventionnelle... le maître...)


  • Le début de la vidéo concernant les lapins est répugnant mais en ce qui concerne le darwinisme je suis désolé de dire qu’il n’y a pas photo. Toute ma considération pour Alain Soral.


  • Laborit est un génie ! La quête de domination comme modalité de l’instinct de survie semble être la définition objective de ce qu’est réellement la Politique. Aucune indigence ou divagation la dedans !(Non mais c’est quoi ce titre prétentieux et lapidaire ?...) Soral et Laborit sont complémentaires et PS : ceux qui ont lu Laborit savent très bien que Éloge de la fuite = éloge de Jesus !!!!


  • Henri Laborit était considéré comme un excentrique par ses homologues scientifiques mais c’était un réel insoumis.
    Ecoutez plusieurs de ses interviews et lisez ses livres avant de vous prononcer à l’aveuglette.


  • Faut voir aussi qu’un scientifique qui passe tout son temps dans sa discipline en passe beaucoup moins dans les autres domaines (politique, économique, historique), ce qui fait qu’un type capable de faire voler une fusée ou de découvrir l’atome peut aussi être un crétin fini capable de nous balancer un discours NPA. C’est pas du tout contradictoire.

    Je connais pas ce Laborit et pas trop de grands scientifiques, mais j’ai remarqué ça à mon échelle avec des proches qui ont fait de brillantes études et une brillante carrière dans les science dures (Bac S, prépa, école d’ingé puis ingénieurs...) mais qui sont complètement inconséquents quand on quitte leurs domaines pour parler politique. Sans parler de leurs fautes d’orthographes et de leur manque de culture générale.

    C’est dommage car ils sont généralement brillants, dotés de valeurs morales, travailleurs et utiles à la France, en plus d’être souvent sportifs et bricoleurs, donc à mille lieues des parasites dégénérés que sont les antifas bobos des facs de sciences molles.

     

    • Vous avez raison sur le fait que les "élites" sont si préoccupées à produire qu’elles n’ont plus de conscience politique... Et c’est justement là une grande part de l’analyse de Laborit qui disait que tout citoyen devrait avoir 2h de temps par jour consacrées à sa compréhension du monde et à son rôle politique.

      Lisez-le ! Il est un personnage incroyablement subversif et insoumis qui ne cherche jamais à faire aller les gens vers une direction donnée mais essaye de leur donner les clefs de leurs ressorts profonds, ceux que le cerveau primaire exerce toujours sur nous quoi que notre imaginaire et notre langage essaye de nous dire pour oublier l’angoisse de la mort à laquelle nous sommes tous promis.

      Plus qu’Éloge de la fuite, "La nouvelle grille" est LE chef d’œuvre de Laborit, un peu ardu les premiers chapitres pour un non scientifique mais d’une puissance et d’une lucidité sur l’empire à une époque ou PERSONNE n’imaginait ce que dit AS aujourd’hui...


    • Très bon commentaire... Comme l’a dit AS dans sa conférence de Nice (et av, cf la video "cours de logos), cette incapacité du scientifique (science dures) à penser le politique est due au fait qu’il se représente le monde des hommes comme le monde des mathématiques, c’est à dire compréhensible à travers des abstractions pures.... Bon OU mauvais, animal OU civilisé, juste OU injuste, altruiste OU égoiste, libre OU déterminé (que ce soit par la nature, la religion, la classe sociale, ... ), aimant OU haineux, ..... de gauche OU de droite ? Du PSG OU de l’OM ?
      Non seulement l’Homme (avec un grand "H") ne peu pas être défini de la sorte, mais les êtres humains ne peuvent pas se diviser en catégories selon ces critères. Autrement dit : nous sommes TOUS TOUT CA A LA FOIS, selon les circonstances.
      Pour ceux qui ne comprenne pas : une jeune et belle bourgeoise convoitée de tous verra le bien partout (car "partout", pour elle, c’est tous les hommes qui lui fond des courbettes et toutes ces copines qui espères en ramasser les miettes), civilisé (c’est de culture), plutôt juste (sachant qu’elle est l’incarnation de l’injustice), altruiste (sachant qu’un godet, pour elle, c’est des cacahuètes), libre (d’étaler ses états d’âmes résonants fortement avec les médias, ... ou d’aller à Marrakech en WE), aimante (sachant qu’elle change quand elle veut pour une nouvelle histoire passionnelle de quelques semaines), ..... et de gauche ou de droite (de toute façon c’est la même chose et elle est gagnante dans les 2 cas) (quand à PSG ou OM ... ou anti fotball, elle se garde ça sous le coude pour vous faire chier le moment venu... )
      Raisonnement inverse pour le sous prolétaire américanisé, .... qui n’est pas pour autant la "catégorie pure" du gros con ou du gros beauf.
      Mais ca, il faut faire des sciences sociales en mode "dur" pour le comprendre (sans être forcément bricoleur...). Le scientifique, des fois, ca le dépasse....


    • Moi je ne fais qu’écouter cette intervention que j’ai déjà entendu des bouches de bien d’autres depuis... HL n’arrête pas de se contredire et d’autant plus dans les 2 dernières minutes les plus décisives et politiques... et peut être les moins scientifiques au final... Dans ces 2 dernières minutes, HL est philosophiquement et politiquement voir géopolitiquement MODERNE et anti-traditionnel (anti-naurel ?...)... En cela il se révèle plus dangereux pour l’espèce humaine qu’aucun autre... A méditer...


  • Pfffff , apporter du crédit a ce soit disant chercheur peut révéler des faiblesses graves .
    Le début me fait penser aux techniques de l’unité 731 .
    Si il faut torturer des animaux pour comprendre l’homme , alors c’est la fin de tout , car justement une vraie recherche nous ramène a la source de toute chose , le cœur .
    Pas de véritable chemin sans la redécouverte de la compassion , compréhension de ce qui nous entoure . S’enfermer dans un bunker et entamer une recherche sans passer par soi même me parait vain .
    Avant de comprendre ce qui nous entoure , il faut se comprendre si ce n’est déjà fait .
    Et on s’aperçoit que cela nous ramène sur les voies du cœur et de la sensibilité , facteur très important pour avoir une vision réelle des choses .
    Sans le cœur et la sensibilité , alors il n’y a plus rien et tout est permis et rabaissé ,
    car la philosophie sociétale réelle et viable doit être fondé sur le dialogue et le partage .
    Ce monsieur pourra torturer des millions de lapins , il n’en sera pas plus avancé , c’est au travers de soi même et en s’observant que l’on évolue et que l’on se débarrasse du stress et des problèmes , en renouant avec la nature et la redécouverte de la nature de toute chose .
    Si il y a bien une chose commune a tous les hommes c’est bien la redécouverte de soi même et le juste retour a la vraie vision de la vie grâce a la sensibilité et l’intelligence , a partir de la , on est en mesure de créer utilement .

    Sinon , on fait comme ce monsieur , on maltraite la nature et on enregistre ses cris .

     

  • Si La nouvelle grille est un livre assez difficile à lire, L’éloge de la fuite sur l’inhibition de l’action et ses conséquences directes sur la santé (ulcères, cancers) est un ouvrage très intéressant. La pensée de Laborit, très riche, date sans doute un peu mais ça peut apprendre à tous les gens rendus dépressifs par l’Empire à essayer de trouver des voies de fuites pour éviter la folie ou le cancer.

    J’aime beaucoup AS que je suis déjà depuis quelques temps, mais comme c’est quelqu’un qui a beaucoup lu, il peut être trop facile de mettre certains auteurs à l’index alors que d’autres pourront y prendre certaines choses et le recroiser différemment avec ce qu’il dit pour nourrir leur pensée. Merci en tout cas à ER pour tout ce travail. On tient là sans doute les différents éléments qui rendront peut-être un changement possible sur le long terme.

    Amitiés


  • En écoutant Laborit, l’intervention de Mr Soral, et la citation de "L’Homme explique le singe" de K. Marx,
    ça me fait penser à un extrait de Louis Ferdinand Céline qui, à propos d’une exposition sur la seconde guerre mondiale qui montrait des "chaussures de déportés"...disait "maintenant, on fait parler les chaussures..."

     !!!
    je m’en vais de ce clic me renseigner sur Laborit, merci !
    Jean-Pierre




  • Le 27 mars à 12:00 par Gotfried
    De l’indigence du scientifique quand il croit parler de politique

    Surtout que ce lapin, malgré qu’il soit "utilisé" comme un objet, est malgré tout traité avec plus de respect que les dizaines de millions d’animaux qui sont abattus chaque année pour la consommation humaine. Dans le reportage We feed the world, on voit une chaîne d’élevage et d’abattage de volaille... on y apprend, par exemple, que les poussins mâles sont broyés vifs pour faire de la pâte à nuggets, mais la chaîne de "traitement" des animaux adultes vaut aussi largement le détour. Ce n’est évidement pas mieux pour les autres animaux. Et tout cela finit dans l’assiette des hypocrites qui s’émeuvent pour un lapin sujet d’expériences, mais qui pour rien au monde ne renonceraient à toute cette bonne viande qui remplit leur panse sans peser sur leur conscience.



    Je me sens visé :-) j’texplique tu vas mieux comprendre , ton exemple c’est de la merde
    tu prétend justifier une saloperie en le comparant à une autre saloperie
    Moi je condamne les deux saloperies et encore plus celle que l’on enrobe de délire égomaniaque et mondain pour le progrès de l’humanité blablabla

    Le lapin tu le tues le plus rapidement possible , tu le dépiautes et tu le bouffes quand tu as faim...tu fais pas mumuse avec , en te drapant dans ta belle conscience et tes diplomes..
    En fin de compte tu n’est qu’une merde sadique mais qui tortille du croupion pour comprendre " Le monde qui nous ENTUURE " comme dit Laborit


  • HENRI LABORIT fut le premier à découvrir l’antidépresseur , mais disait avec sagesse que l’avenir de l’espèce ne se trouvait pas dans la pharmacopée. Bien qu’il gagna bien sa vie, il avait conscience que c’était principalement le prolétaire qui serrait les boulons à l’usine qui était la cible de son antidépresseur, car les riches n’étaient pas ses clients, car généralement peu stressés.
    Il m’était l’accent de bien baiser pour rester en bonne santé.
    J’ai beaucoup d’admiration pour ce type car il m’a beaucoup aidé, lui ,et Alain watts, à me découvrir. Il disait, à juste raison, que les hommes ne connaissent pas le maniement de leurs cerveaux et que tout changement était illusoire. Que ce soit politiquement, scientifiquement ou socialement, l’individu lutte toujours contre les effets et amoureux des causes premières.
    Les aveugles dirigent les aveugles dit le dicton.
    De tout temps l’homme s’est fait la guerre pour éviter le suicide, car il ne s’est pas rester seul en sa compagnie. De nos jours nous avons la compétition industrielle comme dérivatif à nos problèmes métaphysiques et existentiels.

    Il disait que la révolution française était le fait de gens jaloux et que la première devise républicaine fut : Egalité, fraternité Propriété, mais fut vite oubliée, car cela faisait désordre. Il fustigeait déjà , à son époque, la devise républicaine sur l’égalité des chances d’avoir un travail.

    Je dois dire que je ne mange pas de viande depuis plus de 15 ans car j’ai compris que l’animal est plus stressé que l’homme, et est un bon client pour les cartels pharmaceutiques .je n’ai jamais pris de médicaments depuis mes dix-huit ans, j’en ai 55 maintenant, donc pour être en harmonie avec ma philosophie et ma connaissance intrinsèque que la théorie du terrain supplante la théorie du microbe, je suis devenu végétarien, par respect de la souffrance animale. Tout cela pour dire que je comprends Laborit le chercheur et ses expérimentations sur les animaux. C’était avant tout un humaniste et un grand philosophe. Je dois dire aussi que j’ai plus d’amour pour les êtres humains que pour les animaux.
    A l’heure actuelle, il y a une hypocrisie à chérir son animal domestique et laisser crever ses frères humains
    Henri Laborit fut un grand monsieur qui restera à jamais dans l’inconscient collectif, à l’inverse des politiciens.


  • laborit n’est pas politologue ou sociologue mais son approche (la domination) n’est pas inintéressante et pas si fréquente que çà pour un scientifique !!


  • Soral c’est hiérarchie de valeur ,Laborit c’est hiérarchie de fonction : Inconciliable.
    "ceux qui dominent sont ceux qui ont le pus d’informations", quand en plus ils sont prescripteurs , l’émancipation peut attendre.


  • Quelques une de ses analyses me semblent intéressante.


  • La réponse d’Alain Soral est bien fondée relativement à Henri Laborit. Mais je soulignerais quand même qu’il n’est pas de scientifique digne de ce nom qui ne déborde pas ’nécessairement’ dans des domaines adjacents et attenants à leurs sciences dans la proportion où ces dernières se rapprochent de l’écheveau de la nature et de la qualité des relations entre les humains. Henri Laborit avait conclu dans ses recherches que 3 comportements nous caractérisent : l’inhibition, l’agressivité et la fuite. L’inhibition : je suis coincé dans la difficulté à nourrir péniblement une famille et je dois supporter un patron odieux, je dois me plier à tout ce qui m’est insupportable sous peine que ce soit pire... L’agressivité : dès que je le peux, ou crois pouvoir le faire, je me "soulage" en devenant agressif au risque de déclencher des ripostes et un antagonisme sans fin dont je ne sort pas forcément "vainqueur", la violence rentrée renvoie à nouveau à l’inhibition, etc. Enfin la fuite : fuite dans l’alcool, les drogues, le sexe, le consumérisme, la carrière, fuire autant que possible les assumations inévitables, etc. Ces trois volets imbriqués de nos comportements sont l’un des principaux horizons communs de la condition humaine. Cette collection de comportements surabonde d’exemples innombrables et variés. Bien évidemment, les "animaux pensants" que sont les êtres humains ne sont pas réduits au seul système nerveux, au code génétique, au système circulatoire ou musculaire, etc, tous ces derniers domaines étant des objets d’études alimentant dans des proportions diverses l’ontogénèse et la recherche du ’connais-toi toi-même’. Et ce qui caractérise les humains vis à vis des animaux, c’est le maniement de l’abstraction et l’entendement qui, par le langage dont nous héritons, permet les représentations symboliques des objets et des sujets dont nous faisons partie, développant ainsi l’intégration dans notre esprit de notre environnement balisé par l’espace et le temps. Autrement dit, l’accession possible à la recherche et à l’élaboration du sens, du sens de la Vie. Nous saisissons que ce qui n’est pas matériel selon nos perceptions sensorielles, existe par le sens de la Vie que constituent les sujets et les objets de notre existence ; ces sujets et ces objets qui, à notre insu, nous font décrypter le sens qu’ont leurs relations. Nous nous rendons compte en tous domaines que la -relation- est première entre les sujets et les objets. Sans relations, que serions nous ?


  • Les débuts de séquence de ce pauvre lapin attaché par les pattes avec le cerveau écorché suffisent à marquer mes distances avec Henri Laborit.
    Cependant le Darwinisme dont il n’est certes pas question dans cette vidéo n’est pas plus réfutable que les équations fondamentales d’Einstein. Le Darwinisme est fortement contre-intuitif mais il fonctionne dans une mesure souvent insoupçonnée. Comment se fait-il par exemple que nous soyons attirés par des jeunes femmes en âge de procréation ? Le mystère de l’origine de toute chose reste entier. Prétendre qu’un organe aussi sophistiqué que l’oeil soit le fruit du hasard est peut-être fort de café mais quoi d’autre ?
    Le fonctionnement du cerveau humain à cet égard est moins mystérieux quand on sait que 30 pour cent des cellules de notre cerveau naissent sans pré-programmation.


  • Je le trouve intéressant moi cet homme là ! et son histoire de domination ça pourrait rejoindre le désir mimétique chez René Girard , qui serait un désir de domination indirect.
    Je me demande juste s’il enfonce pas scientifiquement des portes ouvertes !


  • Pour moi, Henri Laborit est un des plus grands penseurs du 20e siècle. Il a écrit des bouquins fantastiques dont éloge de la fuite.

    Un film avec lui à voir absolument est mon oncle d’Amérique. C’est un film qui vulgarise les thèses de H Laborit.


  • Je suis ok avec Alain.

    Laborit qui fait de l’essentialisme, il le fait en réducteur.

    Cependant, ça arrangerait bien certains que nous soyons si simple,
    je pense que AS et Laborit aurait pu se mettre d’accord :
    cf Laborit en gros "Eviter l’angoisse de mort, ... sinon nous serions de mauvais producteur" y a fouiller.

    Les plus compétents, soit les polytechniciens, étymologiquement et académiquement : ceux qui peuvent/savent tout faire, sont captés par nos dominants du moment, les financiers. Dans une autre société, ils pourraient être les plus autonome, les plus indépendants, les plus "libre".

    En même temps, je pense aussi à Laborit en idiot utile, en fin il appelle à la disparition du monde et à se mettre d’accord sur l’usage du monde matériel, un NWO :) ... ?

    Ce monde devrait en effet évoluer, c’est foutu sur cette ligne, comme le dit aussi M Drac, à court terme les technocrates (FED, BCE) font ce qu’ils peuvent, à moyen terme des révolutions technologiques peuvent relancer un peu la chose, mais à long terme c’est pas viable.


Afficher les commentaires suivants