Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

De la Françafrique à la Mafiafrique

Extrait de Francois-Xavier Verschave, De la Françafrique à la Mafiafrique, 2003 :

« La Françafrique, c’est comme un iceberg. Vous avez la face du dessus, la partie émergée de l’iceberg : la France meilleure amie de l’Afrique, patrie des droits de l’Homme ; et puis, en fait, vous avez 90 % de la relation qui est immergée : l’ensemble des mécanismes de maintien de la domination française en Afrique avec des alliés africains.

« On voit ici l’application d’un monde sans lois, d’un monde sans règles, plein de détournements financiers, de criminalité politique, de polices tortionnaires ou de soutiens à des guerres civiles. Autrement dit des fonctionnements de solidarité entre un certain nombre de Français et d’Africains qui se sont organisés en réseaux pour tenir ces pays politiquement (par la dictature), militairement (avec les mercenaires), et à travers un certain nombre de circuits financiers pompant l’argent des matières premières, l’argent de la dette, l’argent de l’aide publique au développement. Des réseaux faisant en sorte que ces peuples d’Afrique aient encore pire qu’un dictateur, un dictateur “légitimé démocratiquement”. En effet ces réseaux ont passé leur temps à faire “valider” par les urnes l’inverse de la volonté du peuple, quitte à dégoûter les gens de la démocratie.

« Enumérons rapidement certains de ces réseaux :

« Il y a ce qu’on appelle les réseaux politico-affairistes ; le plus important d’entre eux, c’était le réseau Foccart, créé sous De Gaulle ; disons que c’était le réseau gaulliste. Et puis il y eut les réseaux néogaullistes – principalement le réseau Pasqua –, le réseau Giscard, le réseau Mitterrand, le réseau Madelin, le réseau Rocard, etc.

« Ensuite, il y a quelques très grandes entreprises qui jouent un rôle dominant là où elles se trouvent. Il y a Elf, bien entendu, qui faisait la politique de la France au Gabon, au Cameroun, au Congo-Brazzaville, au Nigéria, en Angola, etc. Il y a Bouygues, qui contrôle les services publics en Côte-d’Ivoire, qui a hérité d’une grande partie des subventions d’investissements de l’aide publique au développement. Il y a Bolloré, qui a le monopole des transports et de la logistique sur la bonne partie de l’Afrique. Il y a Castel, qui contrôle les boissons, etc.

« Et puis il y a les militaires. La plupart des hauts dignitaires de l’armée française ont fait leurs classes en Afrique où ils ont eu des carrières accélérées, deux ou trois fois plus rapides, avec des soldes faramineux. L’armée française tient beaucoup à l’Afrique ; elle fait encore la politique de la France au Tchad ou à Djibouti. La plupart des généraux africains francophones, y compris les généraux-présidents, sont ses “frères d’armes”.

« Vous avez encore les différents services secrets, qui se disputent entre eux et qui ont chacun un rôle dans la Françafrique. Vous avez la DGSE, le principal service secret vers l’étranger, qui contrôlait de près chacun des “gouverneurs à la peau noire”. Vous en avez un autre, qu’il est beaucoup plus surprenant de rencontrer en Afrique, la DST (Direction de la sécurité du territoire). En principe, elle ne devrait que s’occuper de l’intérieur de la France. Mais elle s’occupe aussi de l’extérieur pour diverses raisons ; d’abord parce qu’il s’agirait de protéger la France, des dangers de l’immigration. Ensuite la DST, qui est une police politique, fait de la coopération avec l’ensemble des polices politiques de toutes les dictatures du monde. Donc, elle devient copine avec toutes les “sécurités intérieures” des pires dictatures. Et du coup, la DST se retrouve impliquée dans beaucoup de pays, comme le Gabon, le Burkina, l’Algérie, l’Angola, etc.

« J’ai oublié de dire que, bien entendu, les réseaux françafricains sont devenus les mêmes au Maghreb qu’en Afrique noire, avec exactement les mêmes mécanismes en Algérie, en Tunisie et au Maroc que ceux que je vous ai décrits jusqu’à présent.

« Après la DGSE et la DST, il y a la Direction du renseignement militaire, poisson-pilote de l’armée, qui fait la propagande de la France lors des conflits en Afrique, et puis l’ancienne Sécurité militaire, qu’on appelle maintenant DPSD, qui, entre autres, contrôle les mercenaires et les trafics d’armes.

« Il faut rajouter un certain nombre de réseaux d’initiés : une obédience franc-maçonne dévoyée, la Grande Loge nationale française (GLNF), fort à droite, à laquelle appartiennent tous les dictateurs franco-africains, une forte proportion des responsables des services secrets, des généraux français et africains, les dirigeants de grands médias comme TF1, une partie du lobby nucléaire et pétrolier, etc. Vous avez des sectes très présentes en Afrique et liées à la Françafrique, comme les Rose-Croix ou même le Mandarom…

« Il y a encore le Trésor, du ministère des Finances, l’administration française la plus puissante : elle applique à l’Afrique les politiques de la Banque mondiale.

« Mais tout ça va encore plus loin… Pour comprendre, prenons l’exemple de l’Angola :

« Dans ce pays il y a d’énormes gisements pétroliers, et là il faut se partager le gâteau. On fait ce qu’on appelle des consortiums, c’est à dire des camemberts. Dans un gisement classique, vous avez 42,5 % pour TotalElf, et 42,5 % pour une firme américaine ou britannique. Là, vous vous apercevez que le discours anti-américain de la Françafrique c’est vraiment du pipeau, parce que dès qu’il s’agit de choses sérieuses, on se réconcilie. Mais le plus intéressant, ce sont les 15 % restants. Dans ces 15 %, vous avez par exemple 10 % pour une firme qui s’appelle Falcon Oil. Falcon Oil, c’est monsieur Falcone. Ce vendeur d’armes, qui n’est pas plus pétrolier que vous et moi, a fondé une firme pétrolière. Où ça ? Aux États-Unis. Et ce proche de Pasqua, le pourfendeur des Américains, a aussi été le premier contributeur de la campagne de Bush, à égalité avec le PDG d’Enron. Donc, 10 % du gisement pour un vendeur d’armes. Et 5 % pour une firme de mercenaires… Vous voyez ainsi que dans l’exploitation des plus grands gisements de la planète sont inscrits, quasi génétiquement, la fourniture de 15 % de biens et service de guerre : des armes et des mercenaires. Et vous vous étonnez après ça que la quasi-totalité des pays pétroliers africains soient plus ou moins constamment en guerre civile ? Il n’y a pourtant pas de quoi s’étonner : les armes et le pétrole, ça va en permanence ensemble.

« Alors là, on va passer à la mondialisation. Pourquoi les armes et le pétrole sont-ils pratiquement le même commerce ? Pourquoi les principaux acteurs de l’affaire Elf – les Sirven, Marchiani, Tarallo, Lethier – sont-ils autant dans les armes que dans le pétrole ? Pourquoi l’affaire Elf a d’abord été une affaire de ventes d’armes à Taiwan ? Tout simplement parce que le pétrole et les armes sont les secteurs de la plus grande corruption, avec des pourcentages de commissions allant de 20 à 30 ou 50 %, et que cette corruption, forcément, doit passer par les paradis fiscaux. Dès lors forcément, commercer des armes et du pétrole, cela revient à maîtriser les flux financiers et les circuits bancaires dans les paradis fiscaux… »

Sur les résistances africaines à l’impérialisme, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

18 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #477646
    le 29/07/2013 par lasieste
    De la Françafrique à la Mafiafrique

    durant le 19 et 20 siècle, le pillage des richesses africaines profitait il juste aux firmes industrielles ou à toute l’économie française, donc au niveau de vie du simple citoyen ?

     

    • #477761
      le 29/07/2013 par Régis
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      Ça profitait bien évidemment uniquement aux industriels et ça coûtait très cher à l’État (routes, hôpitaux, mairies, écoles).


    • #477800
      le 29/07/2013 par voronine
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      En Afrique, et ailleurs dans l’empire colonial, c’est l’ETAT français qui a réalisé la majorité des grands investissements , routes, chemins de fer (’YUNAN ), ports etc ces grands travaux se faisaient avec de l’argent public. Les compagnies françaises exploitaient, et utilisaient les infras .Les français, en dehors des cours de géographie du "CERTIF" et les spéculateurs mis à part se foutaient de l’empire colonial , ils ne se sont jamais précipités pour y travailler , et il a fallu que l’empire colonial vienne à eux à l’occasion des expos coloniales pour qu’ils se posent , tardivement des questions.Globalement , les investissements réalisés n’ont rien rapporté , quoiqu’en dise démagogiquement CHIRAC ( quoiqu’à lui et à sa famille ...et à celle de madame, ce soit une autre histoire )


    • #477803
      le 29/07/2013 par machin
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      A mon humble avis, la colonisation n’a pas plus enrichit les français que le françafrique.


    • #477963
      le 29/07/2013 par lasieste
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      Mais l’état n’avait elle pas un fort pourcentage dans le capitale de ces firmes ? et à nos jours ?
      oui d’accord qu’on construisait des routes et ......, mais les retombées sur l’économie était énorme, les firmes employaient majoritairement des autochtones français, et elles paient leurs charges et impôts en France.
      sans oublier la transformation des produits brutes se faisait dans des usines en France.
      si vraiment l’Afrique était maître de ses terres, l’Europe serait elle ce qu’elle est économiquement à nos jours ?


    • #478051

      Ce n’est qu’à partir des années 60, que le tiers monde devient le fournisseur de minerais de l’Occident.
      L’autosuffisance des pays développés est de 95% en ce qui concerne les matières premières à la veille de la Grande Guerre.


    • #478055

      Oui l’Europe serait surement ce qu’elle est économiquement de nos jours.
      Les deux phases majeurs du développement économique de l’Europe sont la révolution industrielle (sur l’ensemble du 19ème siècle l’Europe produit 99% de sa consommation de minerais, source : Paul Bairoch, Mythes et paradoxes de l’histoire économique), la deuxième phase est "les 30 glorieuses" , après la période coloniale.

      Ensuite, le niveau économique le plus avancé d’Europe de pays, comme l’Allemagne, ou des pays scandinaves, qui ont soit eu des colonies mineures, ou pas du tout, montre bien que le fait d’avoir un empire coloniale n’a pas eu une influence majeure sur l’état de développement de l’économie d’aujourd’hui.


    • #478112
      le 30/07/2013 par antishetan
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      lire jacques Marseille l’afrique a ruiné les Francais car l’eau l’electricite des milllions de km de routes dispensaires hopitaux areoport electricite port , mise en valeur des terres( pomme de terre,tomate,orange,agrume) et j’en passe grace au efforts de la france et des milliards depenses l’afrique est passe de la prehistoire à 20 eme siecle et le soucis de 50 millions a 1 milliards et bientot 3 milliards grace au modernisme Francais. (agriculture et medecine, exportation de cereale de la France vers algerie , maroc, arabie saoutide)
      Par contre cela a freiné le développement de La France l’argent allant en afrik et non en France.
      25% du budget de la Francais était destiné à l’Algerie.
      30000 Médecins Francais sont morts en afrique pour soigner les indigenes des maladies tropicales d’ou 2 instituts pateur 1 a alger et l’autre Hanoi


    • #478324
      le 30/07/2013 par Alexrd
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      Sur un autre sujet, on pourrait aussi dire : On voit bien que l’occupation de l’Irak a lourdement pesé sur le budget américain. Donc, l’État américain ne s’est pas enrichi de cette situation, seules quelques firmes privées ont tiré parti de la situation... Évidemment, en examinant la situation de plus près, on comprend que la reconstruction a mis de côté l’économie locale et favorisé les entreprises américaines, que l’industrie de biens manufacturés a été détruite au profit des importations de produits exclusivement américains et que tous les intérêts stratégiques sont maintenant sous contrôle de l’empire.
      Le même constat peut-être fait pour toutes les interventions de l’empire américain. Pourquoi croyez-vous que ce ne fut le cas de l’empire Français ? Rappelez-vous de la parabole de la paille et de la poutre...


  • #477688

    Ou de la Françafrique à la Pompafrique !!!


  • #477727
    le 29/07/2013 par Lucky Luc
    De la Françafrique à la Mafiafrique

    Comment Kémi Séba peut-il être à la fois membre de la Résistance à l’Empire et une personne qui ne critique jamais ( voir qui soutient ) la politique impériale de Macky Sall ?

    C’est comme Onfray : "militant de l’athéisme" et "sioniste" !?!


  • #477760
    le 29/07/2013 par Régis
    De la Françafrique à la Mafiafrique

    Quand on lit l’article, et qu’on voit les deux bouquins kontrekulture de deux héros chefs d’état assassinés par l’empire, on se dit que c’est peine perdue pour l’Afrique. Comme dit dans la conférence de Lugan et Soral.
    Le monde entier s’intéresse à l’Afrique. Le seul salut pour les africains seraient que l’on découvre une énergie alternative au pétrole et qui n’est pas en Afrique.

     

    • #477971
      le 29/07/2013 par djehoutimessou
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      Ce n’est pas perdu pour l’afrique bien au contraire !l’histoire a commencé sur ce continent et elle se terminera là bas !


  • #477883
    le 29/07/2013 par solaine
    De la Françafrique à la Mafiafrique

    Nul besoin de lire cet article, l’Afrique est prise en otage depuis belle lurette..., à cause de ses richesses naturelles qui attisent les convoitises... !!!


  • #477928
    le 29/07/2013 par Alexrd
    De la Françafrique à la Mafiafrique

    Heureux de lire sur ER un article sur Francois-Xavier Verschave. Un penseur qui gagne a être connu. Toute sa vie, il a combattu l’empire, a commencer par l’empire Français étendant son influence occulte et malsaine en Afrique. Lire son ouvrage sur la françafrique permet de relativiser sur la barbarie anglo saxonne ou talmudique... Malheureusement, même un homme d’État de premier niveau dans un pays hautement moral, tel que Degaulle, a eu recours à une double éthique pour maintenir une certaine influence pour la plus grande joie de quelques intérêts privés.
    Nombreuses sont les élites corrompues qui mourront de leur belle mort avant la prise de conscience générale...


  • #478076

    "Françafrique, l’envers de la dette" une vidéo très instructive de Francois-Xavier Verschave a voir absolument sur youtube.


  • #478347
    le 30/07/2013 par Durit
    De la Françafrique à la Mafiafrique

    C’est sur ce sujet qu’Houria Boutelja devrait plutôt se concentrer au lieu de brasser du vent.

     

    • #479193
      le 31/07/2013 par antishetan
      De la Françafrique à la Mafiafrique

      elle est la non pour lutter mais prendre de l’argent, elle a compris (comme les sionnards) qu’en pleurnichant on touche de l’argent paye par le FDS (impot,amendes....)
      et N’oubliez l’immigration se nourrit se l’immigration.