Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

Le chanteur et immense guitariste est mort samedi à son domicile du Missouri à l’âge de 90 ans. Il était l’auteur de tubes tels que « Johnny B.Goode », repris à de nombreuses reprises et considéré comme le morceau fondateur de la musique rock.

 

Chuck Berry – « Johnny B. Goode » (Live 1958)

 

Chuck Berry, l’une des plus grandes figures du rock’n’roll, est mort aujourd’hui dans sa maison du Missouri, a annoncé la police locale, dans le comté de St Charles. Charles Edward Anderson Berry Sr a été trouvé inanimé par les secouristes et son décès a été prononcé à 13h26 locales, a précisé la police sur son compte Facebook. Le chanteur guitariste était âgé de 90 ans.

Désigné comme « le père du rock’n’roll » par de nombreux admirateurs, il a influencé de nombreux artistes et a vu son répertoire souvent repris. C’est grâce à ses parents, choristes pendant l’office dans une petite église du Missouri, que le jeune homme découvre la musique. Avec comme idole Nat King Cole, il commence à apprendre la guitare pour jouer les titres qui passent à la radio, tout en accumulant les petits boulots et en flirtant avec la délinquance. Devenu coiffeur, marié et père de famille, il arrondit ses fins de mois en jouant de la guitare dans des clubs, lorsqu’il est remarqué par le bluesman Muddy Waters.

Sous l’égide d’Ira Harris, son ami et professeur, Chuck Berry s’invente alors un style musical qui lui est propre. Il se nourrit de différentes influences allant du blues à la country. À partir de 1952, il joue de la guitare, chante avec plusieurs groupes éphémères et apprend le métier de la scène en se forgeant une gestuelle particulière. On se souvient de son duckwalk, qui consiste à jouer de la guitare en imitant une danseuse de french cancan souffrant d’arthrose. En 1955, le chanteur signe avec le label Chess Records et son premier titre « Maybellene » se place à la cinquième position dans les charts.

 

Chuck Berry – « Maybellene » (Live 1958)

 

Chuck Berry – « Roll Over Beethoven » (Live 1956)

 

Chuck Berry – « Sweet Little Sixteen » (Live 1958)

 

Chuck Berry – « C’est la vie » (Live 1972)

 

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Plus de musique avec Kontre Kulture Musique :

Retrouvez d’autres artistes de talent
chez Kontre Kulture Musique

À découvrir, sur E&R :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

81 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #1686246

    Ce fut peut-être aussi, le début de la simplification créative, jusqu’à sa plus simple expression, de la répétitivité stérile, des paroles (ou plutôt des borborygmes) de l’incitation à la dégénérescence sociétale (planifiée ou non).

    Pour les conséquences directes et indirectes, de tout cela, se reporter à... aujourd’hui...

     

    • Wow ! Les soirées avec vous doivent être géniales...


    • La simplification créative ? un accord un barré par exemple allez on fait simple ; dans un Fa en barré y’a quelles notes pour faire le Fa ? combien de notes ? C’est si simple.


    • #1686346

      Tout à fait d’accord avec ton commentaire.
      Perso ? Je n’ai jamais plus blairer le rock’n Roll... Par contre, le Blues, c’est autre chose, c’est de la musique avec une âme, à l’inverse du style Chuck Berry (ultra consumerism)

      En fait, quand Berry nous explique que Beethoven est lié à la musique, et la façon dont il pronnonce son nom, je me dit que le Rock’Roll, c’est vraiment de la merde... Le type passe à la télé, avec un publique blanc "invité", bref, il a les chevilles qui enflent...

      Berry n’est pas le seul dans la music de zoo-grand marché. Exemple de daubes glorifiés par les médiaricains, les Blues Brothers, Little Richards etc...Des gueuleurs élèctrifiés -emplifiés)


    • Des mélodies simples et répétitives avec des borborygmes, il y en avait déjà dans la musique médiévale. Simplifier signifie parfois aller à l’essentiel... et on ne peut pas nier l’énergie de cette musique.


    • #1686368
      le 19/03/2017 par Esprit&Trigonometrie
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      ...oui Max, les djeunes sont logiquement placés "avant" les anciens.


    • #1686372
      le 19/03/2017 par The médiavengers
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      Non, c’est vrai, c’est frappant dans le premier extrait, je pensais exactement la même chose. Le rythme et la syncope sont utilisées pour envahir le corps comme des stimulis électriques. Ça fait penser à ses rythmes africains/Indiens où les prêtres-chaman-sorciers rentrent en transe.
      Du coup, les paroles n’ont besoin d’avoir du sens, la musique n’est constituée que de "loops", comme si on cherchait à entrer en communication avec des esprits grâce à des mantras.
      La techno a parfaitement repris ces bases, il y a bien la branche "transe" d’ailleurs.
      La révolution musicale a suivi point par point la révolution capitaliste : mécanisation, répétition, déshumanisation.


    • .... Et en même temps, difficile de lui donner tort...
      En grand fan d’AC/DC (dont Angus cite Chuck Berry comme sa référence et à qui il a repris sur scene le duckwalk), je dois bien reconnaitre que les themes tournent beaucoup autour de l’alcool, du sex etc...

      Après.... Bah excusez moi Gérard, mais... J’ai grandi avec ces sons, je mourrai avec... Mais rassurrez vous, on apprend avec l’âge à faire le tri !

      Mes respects et salutations.


    • #1686409

      La simplification pour ne garder que l’essentiel, qui touchera le plus large auditoire, quand c’est très fouillée musicalement pour l’oreille, le cerveau retient moins bien, c’est pour ça qu’on retient facilement les pubs débiles, style lessive. Mais en musique, (me concernant) pas besoin d’un orchestre philharmonique pour ressentir des émotions, une guitare, une voie, et du talent suffisent.


    • #1686444

      J’adore Chuck Berry mais vous avez raison Gérard, il fait partie de ceux qui ont enterré les monstres du Jazz qui avaient pourtant atteint les sommets de la musique.


    • #1686509

      Peut-être mais c’est quand même vite dit. Paroles simples, musique simple, répétition, tout cela existait déjà dans la musique depuis des siècles.


    • #1686674

      Ce qui m’a toujours étonné, c’est que l’on reproche aux sectes, d’utiliser des procédés, pour mettre leurs sujets, en transe aux fins de mieux les manipuler. Or, de toute évidence, certains styles "musicaux" semblent vouloir atteindre le même but. Il n’est qu’à voir des jeunes dans certaines discothèques.

      Je m’étonne donc, que l’on reproche aux sectes, ce que la majorité semble trouver, génial, dans le rock & roll ou autres disciplines.

      Moi, je reste un incorrigible amateur de musiques mélodieuses, rythmées mà non troppo. Et si cerise, sur le gâteau, un texte digne de ce nom, les accompagne, j’atteins mon Nirvana.


    • #1686702

      @ain’t nobody
      Vous pouvez détester le rock’n’roll mais vous n’êtes pas objectif dans votre critique d’abord parce que le rock’n’roll de Chuck Berry n’est qu’un blues accéléré, on retrouve les 3 mêmes accords et parce que les "blancs" qui étaient passionnés par Chuck Berry n’étaient pas des américains mais des british qui étaient autant passionnés par les bluesman noirs comme Muddy Waters, ou John Lee Hooker. Ce sont bien des groupes "blancs" british de rock’n’roll comme les Stones par exemple qui ont fait découvrir le blues aux américains blancs.


    • #1687114

      @mikey deschamps

      "Vous pouvez détester le rock’n’roll mais vous n’êtes pas objectif dans votre critique d’abord parce que le rock’n’roll de Chuck Berry n’est qu’un blues accéléré,"

      ...Là est le problème.

      Le blues est une musique lente, triste et mélancolique, par nature... Ceux qui se sont mis à accéler les motifs de blues, en ont simplement perdu la couleur...


  • Tous les gratteux du monde on jouer un jour Chuck Berry tous sans exception. Bon 90 ans...Une influence incontournable

     

    • #1686385

      ... sans jamais parvenir à reproduire exactement ses riffs, comme l’a avoué un jour Keith Richards.


    • #1686788

      C’est vrai qu’il n y a pas un seul qui a réussi à reproduire son style. Contrariement à ce que racontent qq uns, Check Berry ne chante pas que du rock il chante du blues aussi. ceraines de ses chanson sont un melange de rock, de country et de blues... enfin il a un style à lui que personne n’a pu reproduire. depuis Elvis, Jerry lee lewis, John lenon, ou Bruce Springsteen.

      C’est un peu comme bob Marley avec son style de reggae.

      enfin bref, certain préfèrent Johny Halliday.


    • #1687757

      Tous les gratteux du monde on jouer un jour Chuck Berry tous sans exception.

      Et ben non mon pote ! Je suis l’exception (et je suis sur qu’il y en a d’autres...)


  • De l’index à l’auriculaire, Chuck Berry accédait à la moitié du manche de sa Gibson Es 350.

     

    • à l’auriculaire...c’est vrai... y’a pleins de mecs qui ne jouent pas avec le petit doigt le doigt "fainéant" ;) techniquement c’est un gros avantage bravo pour l’observation, mais cela ne peut venir que d’un garçon qui joue ça ou alors d’un connaisseur ;)

      sourire et salutations.


    • #1686378
      le 19/03/2017 par Perspectives du goût
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      ...quand tu vois/entends ce que d’autre personnes "beaucoup moins connues" peuvent produire avec le même instrument, tu te dis que ceci (rock’roll) fut ultra-médiatisé pour une autre raison que d’élever les esprits... (rendre haut)


    • #1686454

      Pour jouer du Biolay ,ou du Byioncé ou du rock and roll le petit doigt n’est pas indispensable ,mais la guitare c’est aussi Al Di Meola , Paco de Lucia et les "guitares héros " , comme Joe Satriani ,Van Halen ,Yngwie Malmsteen Steeve VAI etc ,et là pour défiler sur le manche sur une gamme orientale en double croche à 170 ,je suis pas sur que l’on puisse se passer de l’index .


    • On appelle ça la tessiture en langage technique :) J’ai entendu (car ce n’est pas mon cas) que ceux qui ont des longs doigts doivent bien choisir une guitare au manche approprié car sur pleins de guitares ça pouvait être plus un inconvénient qu’une chance.


    • #1686716

      C’est peut-être la raison pour laquelle il jouait sur une Gibson car les Fender ont le manche moins large quoi que Hendrix qui avait des grands doigts jouait principalement sur des Fender strats. Robert Johnson qui avait aussi de longs doigts et il jouait sur une Gibson L1....


  • #1686277

    Grand Bonhomme assurément ! (Et c’est un amateur de Jazz qui vous le dis !)

     

    • #1686396
      le 19/03/2017 par Perspectives du goût
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      100% des bobos aiment le Jazz...
      Je vais même oser blasphémer en allant plus loins dans cette théorie de Choix :

      - le Jazz a façonné 100% des bobos hard-core...

      Pas le wanabee à tam-tam-saxo de banlieux, non-non-non... Le bobo deluxe, le vrai ! L’homme à chemise blanche café de Flore... Celui qui sait, celui qui jazz à-tue-tête...

       

    • C’est clair surtout que 100% des bobos que je connais détestent le jazz, spécialement, plus que n’importe quel autre musique


  • #1686291

    Qu’est-ce que l’homme blanc a apporté à l’homme noir ?
    L’ampli à lampes !
    Qu’est-ce que l’homme noir a apporté à l’homme blanc ?
    Le rythme syncopé !

    Qu’est-ce que l’esclavagisme américain nous a apporté à tous ?
    Le gospel et le blues !
    Qu’est-ce que son abolition et les Civil Rights nous ont imposé à tous ?
    Le Rap de merde !

    Qu’est-ce que Chuck Berry nous a apporté ?
    Paul !
    John !
    Mick !
    And Keith !

    Good job Chuck.

    Now you may RIP man.

     

    • #1686449

      L’ampli à lampe ? la musique tonale surtout !


    • Paul Bley ?
      John Coltrane ?
      Mickey Rocker ?
      Keith Jarrett ?

      à propos de la qualité de la musique, et du vulgaire masque de l’électricité, je suis d’accord ; mais à propos de l’abolition de l’esclavage, de la culture pop-rock (par exemple les beatles) ou du jazz (absent de votre commentaire), je ne peux que constater un flagrant manque de culture.
      Trop sûr de lui et pas assez nuancé pour être fiable.


    • #1687645
      le 21/03/2017 par Dieu, les Chiens et les Poulpes
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      L’Electricité n’est ni vulgaire, ni masquée... Tout est électrifié, la Vie, sous toute ses formes, est tension !

      (seul ses utilisateurs portent un masque...Nuance)


    • Presque tout est métal, aussi, selon le tableau périodique des éléments... chouette, je vais me mettre au metal.
      Et tu sais lire sinon ?
      En attendant, le message initial présente les beatles comme artistiquement hérités de l’esclavagisme, et associe l’abolition et les "civil rights" de 1964 au rap. Mourf
      Ya vraiment des enc*leurs de mouches ici...
      Ainsi qu’une flagrante ignorance, et une assurance suspecte masquant vulgairement un véritable manque de respect pour la véritable "Black Music" du XXe siècle.
      Cordialement,
      Prout


  • #1686302
    le 19/03/2017 par Pappy résistant
    Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

    Bercé par mon père durant toute ma jeunesse par le jazz de Glenn miller et Django reinhardt, c’est quand même Chuck Berry ( entr’autres ) et son Johnny Be good qui m’a fait prendre le manche des l’âge de 11/12 ans , pour ne plus le lâcher jusqu’à cet âge ...avancé , où lorsqu’un week-end "relâche" me fait du bien , mais le second commence à me rendre " insupportable " ... bah , c’est ma " drôle" de vie !
    ( on n’a pas eu le même écho lors du décés de Jaco Pastorius ...dommage ! Les connaisseurs comprendront ! ) .


  • #1686303

    Pour ceux qui ont des "heures de vol", a écouter ces titres nous faisons un retour en arrière conséquent.

    Salut à Chuck, et bon voyage dans les étoiles à ce grand de la musique.


  • Que ca fait du bien de réentendre cet artiste qui a avec Gene Vincent et Eddie Cochran mon fait vibrer et danser le rock bien avant Elvis et notre Jojo national ;
    Merci l’artiste, repose en paix.


  • #1686307

    Heureusement, il nous reste encore Dick Rivers...


  • #1686317

    Chuck Berry !! Un immense artiste, qui a fait le plus gros du travail de réconciliation nationale aux États Unis, avec une musique et un message si fort qu’il a été un des premiers artistes noirs que les racistes blancs se levaient pour applaudir..
    A une époque où la segregation était dans les gènes américains.
    un type qui na à jamais prêché la violence, ni même milité, son talent seul suffisant largement à plaider la cause des noirs..
    jamais de scandale, juste un message simple... vivez joyeusement...
    le rock n roll ne mourra jamais..
    et chuck non plus...
    jean Jacques Goldman, le dépressif des faubourgs, c’est pas sur...

     

  • Une pierre angulaire et une référence pour beaucoup. Il a influencé de manière décisive nombre d’artistes, et bien au-delà de ce que l’on pourrait penser de prime abord. Je pense notamment à David Bowie. " Round and round " de Bowie (face B du single Drive-In Saturday) est d’ailleurs une reprise du " Around and Around " de Berry.


  • #1686330

    Un monstre de la musique nous a quitté. Repose en paix. Et ca va swinguer dans les chaumières aujourd’hui pour lui rendre hommage.

     

    • Hahaha, tu as raison. Tout cet après-midi j’ai fait profiter mes voisins de cet immense légende en éclaircissant la végétation autour de la maison. (excellente version live de "You never can tell", il s’amuse comme un gamin)


  • #1686362

    CHUK BERRY...on s’en passe . J’ai vécu près de 80 ans , et je viens de découvrir qui portait ce nom que j’ai du entendre deux ou trois fois ....Il faut relativiser , les cimetières sont remplis de gens irremplaçables !

     

    • oui, Berry, on s’en passe, Mozart aussi...
      De même que la plupart de nos organes jumeaux.
      Moi, je ne suis pas allé plus loin que la seconde, je m’en passe très bien.
      Quand la dernière trace de religion disparaitra, on s’en passera très bien...
      Sauf que pas tout le monde... mon père aimait la musique, de Mozart à J.M Jarre en passant par Chuck Berry. Et c’est parce que le moutard que j’étais a grandi, entre autre, avec Chucky, qu’il a fini par découvrir Motorhead et rien que pour ça, non, Chuck Berry il n’eut pas fallu s’en passer.
      Tout est relatif...


    • #1686912

      Le vin aussi on s’en passe.
      Et la gastronomie, la littérature, la peinture, le cinéma : rien de tout cela n’est nécessaire au fonctionnement de l’organisme et de l’âme.

      Les cimetières sont remplis de gens qui se sont passés d’un tas de choses ; en général leurs enfants s’en souviennent comme "des gens tristes"


  • #1686375
    le 19/03/2017 par Chevalier Lefebvriste
    Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

    Je connaissais cette version mais je sens déjà les puristes fulminer ,donc j’annonce que c’est une blague !


  • fadaises prétentiardes pseudo revendicatrices et autres lieux communs grégaires sur une musique pauvre et cataleptique.
    Ludwig

     

  • Ils étaient trois pionniers...Little Richard,Elvis Presley et Chuck Berry...au premier cercle du rock’n’roll.... !!!

    Si les droits d’auteurs avaient été rigoureusement payés,Chuck Berry serait mort milliardaire... !!!

    RIP mister... !!


  • #1686434
    le 19/03/2017 par Godefroi de Javron
    Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

    Il reste encore l’un des pères du rock n’roll Little Richard..celui qui, avec Chuck Berry, a le plus influencé les Elvis et cie..

     

    • #1686587

      C’est pas bientôt fini de raconter des sornettes comme les journalistes de Libé, des Inrocks ou France Inter ? (lol)
      Elvis a sorti le pur rockabilly That’s all right Mama en 1954, soit UN AN avant que Chuck Berry (qui était chez Chess un label blues) ne sorte son premier tube : Maybellene (dérivé d’un vieux morceau hillbilly/swing)... idem pour Little Richard, le morceau Tutti Frutti date de 1955.
      Le (vrai) rock n’roll est le prototype de la musique métissée, mélange de swing et de hillbilly des Blancs, et rythm n’blues des Noirs, le boogie étant joué au piano dans tous les bastringues, blancs ou noirs... D’ailleurs à l’époque - après 1954/55 - certains organisateurs de concerts pensaient (à l’écoute) que Elvis était noir,et que Chuck Berry était blanc...


    • @ TeddyTed

      That’s All Right Mama est un morceau d’Arthur Crudup. Il appartient au même moule que les autres. Tout vient du Blues, dixit Elvis lui-même...


    • #1686753

      Il en reste quelques autres, des "pionniers"... Fats Domino, Jerry Lee Lewis, Sonny Burgess, Jack Scott, Johnny Powers, Wanda Jackson, Jack Earls, Hayden Thompson, DJ Fontana (le batteur d’Elvis), etc.


    • #1686785
      le 19/03/2017 par Godefroi de Javron
      Disparition de Chuck Berry, pionnier du rock’n’roll

      TeddyTed

      Si tu veux parler de rock on peu parler du véritable "père" du son rock, Robert Johnson. Je suis loin des sornettes des journalistes de Libé, pendant plus de 30 ans je fus bercé dans le rock années 50, 60 et ensuite dans le jazz (Miles Davis, Herbie Hancock etc..), blues (Muddy Waters, John Lee Hooker etc..) soul, j’ai tous les disques de James Brown, du premier au dernier, je suis allé le voir sur scène pendant 20 ans, je suis passé par du rock métal (Dream Theater, Yngwie Malmsteen etc.), en passant par les poètes comme Brassens etc.. et tu me compare aux guignols de Libé ? Quand tu auras mon parcours musicale on pourra en reparler. Mais je préfère aujourd’hui étudier la bible, car depuis environ 2 ans je me suis tourné vers Dieu ! Le rock et Dieu ne font pas bon ménage !


    • #1686831

      @TeddyTed
      Arrête to char Teddy, en s’en branle des inrocks.
      Tu va nous dire que Elvis n’a pas repris Rosetta Tharpe, Big Mama Thornton, Little Walker et j’en passe par politesse ... Elvis n’est que l’équivalent solo du premier boys band...


    • Sinon, il y avait Charley Patton qui chantait Going to move to Alabama à la fin des années 1920. C’est un rock’n’roll, lent comme du blues, mais c’est un rock’n’roll.


    • #1686875

      Hého les mecs vous savez lire ? Je n’ai écrit nulle part que Elvis avait inventé le rock n’roll. Je chambrais un peu l’ami Godefroi dans la mesure où le premier rockabilly d’Elvis est antérieur à ceux de Chuck Berry et Little Richard.
      Et à Abdu : le blues, ce n’est pas le rock n’roll. Les premiers morceaux de rock n’roll primitifs sont à chercher du côté des Louis Jordan (noir) et Bob Wills (blanc), Bill Haley (blanc), Moon Mullican (blanc), Jackie Brenston (noir) et son Rocket 88 chez Sun etc.entre la fin des années 40 et le début des années 50 (bien avant Elvis). Ce n’est plus du blues, c’est autre chose : du jump-blues, du boogie-woogie, du hillbilly-boogie, du rhythm n’blues... c’est selon.


    • #1687014

      D’accord avec Teddy, le rock’n’roll n’est sûrement pas issu uniquement de la musique "noire" (ce qui est déjà contestable dans la mesure où cette musique - gospel, jazz, blues - est une adaptation de musiques occidentales par les esclaves noirs et leurs descendants, avec des instruments de musique également occidentaux...).

      Les "songers" blancs comme Jimmie Rodgers ou la Carter Family, les chanteurs de country comme Hank Williams ou Bill Monroe ont largement eu leur part dans l’invention du rock et leurs chansons ont également été largement reprises par les Noirs (Hank Williams notamment, son influence est considérable...).

      Loin de moi l’idée de nier la participation évidente (et le talent immense...) des Robert Johnson, Kokomo Arnold, Charley Patton, Son House, Blind Lemon, Mississippi John Hurt et autre Texas Alexander, que j’ai toujours le même plaisir à écouter, mais l’héritage de la musique blanche est trop souvent oublié, soit par snobisme, soit par méconnaissance, alors qu’il est essentiel dans l’histoire du rock... Quant à Elvis, j’aurais aimé que les "boy’s band" soient aussi créatifs que lui et que ses musiciens, lorsqu’ils firent de "That’s all right mama", "Good rockin’ tonight" ou de "Mystery Train" de purs rockabilly(s), inventant ainsi le genre, ce qu’aucun membre d’aucun "boy’s band" n’a jamais fait...


    • #1687150

      Faudrait juste arrêter avec le terme rocknroll pour ce mettre daccord.
      Chuk berry, willie dixon, ray charles, rosetha tharpe, Big Joe Turner (qui a été repris par Bill Halley), et une pléthore d’autres, ne sont que des joueurs de RythmnBlues (comme son nom du blues avec du rythme) avec leur style, leur touche, leurs interpretation.

      Le terme rocknroll a été inventé et généralisé par des commercants blancs pour vendre aux blancs la musique écrite par des noirs : le RnB (ces les catégories US de l’époque : les blancs ne consomment pas la production culturelle des noirs).

      Les blancs ont développé par ailleurs le country (au sens large, bluegrass etc). Et bien évidemment les frontières sont poreuses, il y a des apports croisés, des contributions transversales etc.

      Mais le problème est l’usage du terme « rocknroll » qui n’existe justement que dans la tête des lecteurs assidu des inrock !


  • Il parait que c’était un radin , qui ne payait pas ses musiciens la plupart du temps locaux en fichant le camp avec la cagnotte et aussi faisait du chantage sur les organisateurs pour augmenter son cachet ou ne pas se produire 5 minutes avant le debut des concerts.

     

    • #1686829

      Faux.
      il jouait depuis 30 ans avec des musiciens locaux qu’il ne rencontrait qu’au moment du concert, ça oui.
      Il se faisait payer en liquide et avant de monter sur scène, ça aussi c’est vrai.

      Les musiciens qui acceptaient de jouer pour lui le faisaient en connaissance de cause.
      Pour le plaisir, pour l’Histoire, pour la légende.

      il paraît que si ma tante en avait eu....


  • Bravo Alain pour cette publication !!

    Je suis en deuil, Chuck Berry est sûrement l’un des meilleurs pionniers du rock’n roll, ne serait-ce que par le rythme vraiment parfait, tout est tenu, les rebonds, les arrêts... toute la signature du rock’n roll.

    Je l’avais vu en concert au Zenith de Paris il y a 7 ans.

    Le rock’n roll incarne aussi le romantisme de l’époque, les filles des années 60, respectueuses envers l’homme et pas encore féministes. La drague était alors facile.

    En effet lorsqu’on écoute les paroles, ce ne sont que des histoires d’amours, du romantisme, des chagrins de coeur....
    Bref une époque où les hommes étaient des hommes romantiques, et les femmes des femmes à leur place.

    Ils feraient bien de balancer une ou deux musiques de ce style dans les boîtes, plutôt que passer du pseudo rock’n roll du style Goldman "J’irai ou tu iras", même si c’est un grand compositeur.. Ca permettrait de danser sur du vrai rock.

     

    • #1687339

      Bref une époque où les hommes étaient des hommes romantiques, et les femmes des femmes à leur place

      Chers monsieur Coca-Cola...Nous n’avons pas les mêmes frises historiques...


  • Il nous reste encore Little Richard. Incroyable, ces Black ont pratiquement tout inventé. Mais en art, on ne parle, à raison, jamais d’origine.

    Du côté français, il y a aussi du bon. Interpellant. François de Roubaix est mort trop tôt... Le château d’Hérouville a fait avancer les choses, jusqu’à la perfection, mais on connait sa fin. Jacno, qui avait tout, a joué de 1000 malchances avec toutes ces niaiseries parisiennes. Les autres, tombant dans l’héroïne et, ironie, entourés de stimulants aussi plats qu’une limande. Soral a tout vu, il doit mieux savoir.

    https://www.youtube.com/watch?v=7eL...


  • Chuck Berry = rythme and blues


  • Beaucoup d’hommages mais personne pour s’interroger sur l’émergence du rock&roll puis de la pop-music comme simples avatars de la stratégie de subversion libérale-libertaire mise en place en Occident après WW2 en remplacement du communisme finissant (avec les mêmes recettes et les mêmes cibles) ?

     

    • #1686911

      Parce que cet angle a été abordé maintes fois ici, en articles et en commentaires. Visiblement vous débarquez...
      Voir notamment la conférence ER sur l’institut Tavistock, ou plus simplement lire Clouscard, recommandé par Soral dans chaque vidéo.
      Au bout d’un moment, si on ne peut plus apprécier de la bonne musique sans qu’on nous bassine avec une lecture historico critico complotisto de lettré, c’est juste pénible...
      Et quoi après ? Mozart franc maçon donc à jeter au trou avec les satanistes ?


    • Ouf merci @Ignatus. Le caractère systématique de cette grille de lecture est en effet particulièrement pénible. Sans même parler du fait qu’elle nivelle les choses comme si les interdits étaient les mêmes de tout temps, ce qui amène à d’inévitables et grossiers contresens.


  • #1686732

    Chuck Berry avait compris beaucoup de chose depuis longtemps. Il savait comment marche le capital, la promotion, la politique et où était sa place.
    Du coup au lieu d’être la star attendue, il usait de stratégies de filou (qui lui ont permis de vivre jusqu’à hier... pas comme tous ces petits cons du rock qui tenaient quatre ans en selle avant de crever) Pas de groupe, pas de séjours prolongés en studio, pas de démarche artistique. Il jouait spontanément quand c’était le moment, avec des groupes de fortunes. Les gars étaient censés connaître le truc : one, two, tree, four... Ce qui donne des interprétations fraiches et bizarres comme ce C’est la Vie de 72 avec une équipe de teutons dont un avec une gratte sèche et l’autre avec un piano à queue. Ce qui est curieux pour accompagner le "pionnier du rock’n’roll". Mais visiblement Chuck qui ne cherchait pas l’avant-garde mais la vraie vie y a trouvé son compte. Et puis parfois c’est carrément immonde. Tout particulièrement ce passage télé avec l’ignoble Lennon seventies et sa naine jaune : une profanation de chef d’oeuvre par des milliardaires hippies répugnants et lourdingues, swingant comme des poissons morts Et le Chuck se prète à la mascarade de ces guignols : les blancs payent... De toute façon Berry savait qu’on l’avait figé à tout jamais dans cette posture. On le voulait en pionnier, et en pionnier et toujours en pionnier. Mais lui, il en avait rien à foutre. Rapidement avec le succès et quelques galipettes avec des blanches, on lui avait monté un chantier. Direction la taule. Alors les puristes blancs qui le branchaient blues... Berry lisait et écrivait de la poésie mais tout le monde s’en tamponnait. C’était un pionner de l’âge d’or du rock’n’roll.
    Formidable songwriter issu de la tradition. Designer de chanson maîtrisant un style hyper-peaufiné, poète, parolier redoutable, regard malicieux sur son temps... ah, oui toutes ces intros à la gratte...
    Souvent je roule... with no particular place to go. Toujours sympa de cramer du fuel pour rien avec Chuck à fond.

     

    • #1687216

      @ Mojo Risin

      Merci pour ces infos camarade.

      Je subodorais des trucs comme ça. Je suis content.

      Il vient de m’arriver un truc rigolo. Une sorte de jeune tube digestif décérébré à sexualité variable me reprochait mon côté "C’était mieux avant" (je suis de 52) à propos de la disparition de Chuck Berry. Le genre de crétin fan de Quentin Tarantino. C’est là que je lui ai appris que "C’est la vie" dans sa scène culte du concours de twist dans Pulp Fiction était de Chuck Berry. Là je lui ai mis une quenelle de 4807 m ! On peut détester l’enfileur de vidéo-clips Tarantino, mais il faut lui reconnaître ses choix musicaux efficaces pour enfumer du crétin.


    • #1687226

      Superbe commentaire !!! On ne saurait faire plus bel hommage, en tirant le jus d’une époque et d’une philosophie..
      le rock n roll, ce n’était pas juste des types qui se trémoussent..
      il fallait savoir decoder


    • Merci Mojo Risin pour ce plus qu’agréable commentaire qui fait honneur à l’artiste, et qui détonne qualitativement d’autant plus qu’il en côtoie de navrants. Merci également à Rémi O. Lobry pour son humour, à ceci près que je ne partage pas sa sévérité concernant Tarantino. Ne caricaturons pas le présent comme d’autres le font du passé, ce serait dommage.


  • Ce n’est pas une question de technique de ceci de cela, que tu fasses une baraque un château ou la construction que tu veux il faut toujours des fondations et Chuck Berry fait parti des fondations ; personne n’a jamais dit qu’il était le roi du shred.


  • Désolé Messieurs Dames, mais le 1er morceau de rock n’ roll fut "Rocket 88", par Ike Turner (oui, de Ike & Tina), sorti en 1951 :
    https://www.youtube.com/watch?v=Gbf...

     

    • #1687012

      A la même époque Bill Haley et ses Comets sortaient Rock This joint ! Ecoute ça :
      https://www.youtube.com/watch?v=76M...

      Et la version black de Rock the Joint date de 1949 (Jimmy Preston)...
      Et toujours vers la fin des années 40 - donc avant Ike Turner et Jackie Brenston - tu as des swing, des boogie et des jump qui préfigurent ce que va devenir le rock n’roll, style musical que l’on peut d’ailleurs diviser en multiples sous-catégories : rockabilly, Hillbilly rock, jump n’jive, boogie-woogie, rhythm n’blues...


    • #1687017

      Enregistré avec Jackie Brenston, dont le nom comme interprète de cette chanson est resté davantage que celui de Ike Turner... Une session enregistrée dans les Studios Sun de Sam Phillips, qui reste lui LE producteur (blanc) qui aura le plus contribué à la création du rock’n’roll !


  • Il reste également Fats Domino, toujours en vie.

    Il est l’un des premiers à avoir jouer ce que l’on peut appeler du rock’n roll, c’est à dire à la fois les accords du blues et le rythme binaire rebondi.. et ce dès 1940 avec "Aint that a shame" basé sur les mêmes accords que "Blue Berry hill" joué par Poutine sur You tube !

    Donc on pourrait à priori affirmer que le rock’n roll a été inventé par des blacks :
    Fats Domino, Little Richard, Chuck Berry...

    Après, ma théorie est que le rock’n roll est le mélange entre le blues et le country.
    Le rythme ternaire du blues, s’est lié avec le rythme totalement binaire du country.

    Ca a donné ce rythme binaire rebondi qui caractérise le rock’n roll, mais toujours avec les accords du blues (fa do sol), après c’est le rythme qui signe la musique, pas les accords, on peut faire du rock’n roll avec d’autres accords.

    Jerry Lee Lewis, avant de jouer du rock’n roll, jouait du country.
    Dans le film "Great Balls of fire" qui retrace la vie de Jerry Lee Lewis, il y a une scène mémorable au début du film, ou on le voit jouer au piano, s’inspirer du blues pour créer du rock"n roll.
    Le country des blancs + le blues des noirs ==> rock’n roll

    Donc affirmer que ce sont les noirs qui ont inventé le rock’n roll n’est pas forcément vrai. La musique se créé et se transforme.

    Fats Domino lui-même a pu être influencé par du country... on n’en sait rien.

    Et petite remarque, aucun métissage biologique ici, c’est une rencontre entre deux culture de deux peuples différents, qui a donné une 3eme culture commune.

    Enfin, n’oubliez pas que pour nombre de blancs, le rock’n roll était considéré comme la musique du diable, considéré comme une musique obscène.... le déhanché d’Elvis était très mal vu par les conservateurs de l’époque... C’est une musique subversive. Il y avait des bagarres à chaque concert...


  • #1686970

    Le Rock de Chuck Berry c’était d’abord un truc d’aventuriers, de beatniks « sur la route » à la Kérouac...
    Rest In Peace.


  • Merci encore mon ami pour ce médicament de l’âme qui fonctionne à merveille. En plus, on peut en abuser à souhaits ! Longue vie à ta Galaté. Chuck Berry est la seule star qui sera décédée avec des mains d’agriculteur. Jouez un seul morceau à lui avec une Gibson ES-335 et vous allez comprendre...

    Allez, à toute, je t’appelle en arrivant. ;)

     

    • #1687032

      "la seule star qui sera décédée avec des mains d’agriculteur."

      Ce sera aussi la seule star à avoir été inculpé pour avoir mis une caméra cachée dans les toilettes des dames et pour lequel il dû payer une somme astronomique en dédommagement pour les victimes.


Commentaires suivants