Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Effets secondaires : l’émission guadeloupéenne qui a enragé le gouvernement

« En préambule, ce questionnement que je vous soumets : qu’est-ce qui est le plus important dans la vie, dire la vérité ou dire des vérités ? Nous choisissons cette deuxième option. Ainsi nous porterons notre réflexion sur la parole des vaccinés, plus particulièrement toutes ces personnes qui s’interrogent sur les effets indésirables de la vaccination sur leur santé. »

Ainsi commence la présentatrice de Regards croisés, l’émission diffusée sur Guadeloupe la 1ère le 9 décembre 2021. C’en est déjà trop pour le gouvernement qui a rappelé France télévisions à l’ordre pour avoir laissé la parole libre à des gens qui souffrent du vaccin, cette nouvelle maladie mondialiste, que l’on pourrait appeler la vaccinopathie.

Pour le gouvernement, qui tente depuis plusieurs semaines de rétablir l’ordre en Guadeloupe, la diffusion d’une émission de la chaîne Guadeloupe la première, sur « les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 » a du mal à passer. Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a rappelé à l’ordre mercredi Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions.

Cette émission intitulée « Regards croisés » et diffusée le 9 décembre dernier avait « provoqué au sein de la communauté médicale et de la société civile du territoire, un émoi que je partage », a indiqué mercredi le ministre dans un courrier adressé à Delphine Ernotte dont l’AFP a obtenu copie ce jeudi. (Le Parisien)

Lecornu, qui porte bien son nom, travaille-t-il pour les Français ou pour les grands labos ? Qui faut-il croire, la parole des Français souffrants du vaccin ou celle des commerciaux de Bancel & Bourla ?

Le ministre a « appelé à la responsabilité des acteurs (…) surtout médiatiques au sujet de la vaccination ». « Il est indéniable que votre mission de service public consiste à ouvrir le débat et à répondre aux inquiétudes de la population », mais, « dans la réalité, aussi bien l’intitulé de l’émission que la composition de plateau, ainsi que les échanges entre les intervenants ont laissé s’installer dans l’opinion l’idée que les vaccins n’étaient pas sûrs, alors que les études scientifiques nous disent l’inverse », écrit le ministre.

Et là, une fois n’est pas coutume, un big up à Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions,, qui a répondu aux pressions politiques par une vérité toute simple, mais déontologique :

« L’ampleur de la très forte réticence à l’encontre de la vaccination d’une partie de la population, rend impossible le fait de ne lui réserver aucun traitement journalistique. »

Le Parisien rappelle avec tristesse que moins de 50 % de la population guadeloupéenne de plus de 18 ans a accepté de se faire vacciner. L’émission qui suit ne va pas arranger les choses pour la dominance politique inféodée au Big Pharma !

 

 

Laisser la parole aux malades du vaccin, quelle insolence ! Un grand merci en tout cas à ce gouvernement qui, en abattant sa censure rétroactive sur une émission qui aurait pu passer inaperçue, a réveillé le démon de la résistance qui permet à des centaines de milliers de Français de métropole de découvrir l’honneur et le courage d’un média, Guadeloupe la 1ère, et d’une journaliste, Lise Dolmare. La vidéo ne tiendra peut-être pas longtemps sur YouTube ou chez France Télévisions : il en faut peu aujourd’hui pour se faire taxer d’antivax, et donc de résistant, et c’est une très bonne chose ! Le virus de la résistance avance. Et puis, Lise persiste.

Dolmare  : « Doit-on réduire au silence ceux qui disent avoir un autre vécu que le nôtre, dans notre Regards croisés, à cette question nous répondons : non. »

Le premier invité décrit ses symptômes.

Priscilla  : « Avant cette première dose j’avais une vie active, je travaillais normalement. Après, enfin depuis, je traîne une fatigue comme je n’ai jamais connue. Avant je pratiquais une activité physique deux fois par semaine, et là maintenant à cause de mes symptômes et de ma fatigue, toute activité devient pénible. »

Cette émission, intelligemment, n’est pas à charge contre la vaccination. La preuve, le deuxième invité à prendre la parole vient de l’institut Pasteur, cette usine à vaccins.

Dolmare : Considérer toutes les paroles est notre farouche volonté, ainsi le regard du docteur Antoine Talarmin, le directeur de l’institut Pasteur, vous vous en doutez, son regard a toute son importance. Bonsoir docteur Talarmin. Effets indésirables de la vaccination, gravité ou pas, ces dits effets secondaires sont à définir dans cette émission.

Talarmin  : Oui, effectivement, le vaccin anti-covid comme tout vaccin ou médicament, peut présenter des effets secondaires. L’important en santé publique est de considérer le bénéfice/risque.

Troisième personne invitée, une avocate, Me Ellen Bessis.

Dolmare  : Bonsoir Maître, une pandémie qui soulève bien des interrogations d’ordre juridique, n’est-ce pas ?

Bessis  : Oui c’est vrai, il y a de nombreuses interrogations d’ordre juridique, car avec une vaccination dite obligatoire cela contredit les principes généraux du droit et même du droit constitutionnel, et donc effectivement est-il obligatoire de se vacciner, comment se manifeste cette obligation alors que le code civil et le code de la santé publique précisent bien que on ne peut pas porter atteinte à l’intégrité de notre corps, et que nous sommes maîtres de décider ou pas du traitement qui pourrait nous être infligé.

Une bonne leçon de journalisme au service public audiovisuel de la métropole, incarné par la très collabo France Info, et aussi au service privé de l’axe BFM-LCI, complètement aligné sur la politique et les intérêts du Big Pharma. Et l’on comprend encore une fois à quel point la maîtrise des grands tuyaux de l’information est essentielle pour le pouvoir dictatorial.

La dictature folle

La Guadeloupe résistante

 






Alerter

70 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #2880042

    Ça me donne l’impression que les médecins ont perdus leur expertise médicale ou profit de la fibre commerciale….. et ce basculement repose sur l’abaissement de la capacité de réflexion et de compréhension et sur la valeur toute puissante du matérialisme.
    La technocrature est en marche !

     

    Répondre à ce message

  • Sébastien Lecornu. Je n’ai pas d’autre commentaire.

     

    Répondre à ce message

  • La partie sur le consentement éclairé me rappelle ma première dose lorsque devant moi un vieux monsieur a énuméré au médecin tous les problèmes médicaux qu’il avait et que ce dernier lui répondit tous à fait à l’aise et détendu : « vous préférez être piqué côté droit ou gauche ? ». Ça relève du travail à la chaîne .... Stimulé de surcroît avec une prime ! Dans ce cadre il y aura forcément des effets de bord, j’ai bien peur qu’ils soient tolérés (sans le dire pour ça passe) vu qu’il s’agit d’une gestion de masse. Triste image du soin mais ne nous ne orientons nous pas dans ce domaine vers une gestion généralisée de cette nature en gardant seulement la rentabilité comme objectif ?

     

    Répondre à ce message

  • #2880410

    Je ne vois vraiment pas en quoi cette émission peut déranger ce gouvrenment de satanistes et menteurs ? La baveuse BESSIS parle très docilement du VACCIN alors qu’il ne s’agit pas du tout d’un VACCIN, rien que là , même pour une contravention je ne ferai pas appel à ses services.
    Dans une telle affaire , une affaire qui pourrait tout bonnement être une tentative de génocide , il faut des avocats qui affrontent les satanistes des gouvernements et les dealers de Big Pharma en les accusant .

     

    Répondre à ce message

  • Nos maîtres grandioses en élite virtuose
    Nous aiguillonnent pauvres vermines
    Nous les riens ou pas grand-chose
    A cette heure ils nous exterminent

     

    Répondre à ce message

  • @26m16s : Pr Pierre Marie ROGER, infectiologue recommande de poursuivre la vaccination mais avec une autre technologie.
    Qu’avait-il en tête lorsqu’il s’exprime ainsi ?
    Se rend-il compte qu’il utilise la terminologie du transhumanisme.
    Il vient d’affirmer qu’« un de ses concitoyen n’est pas compatible avec la technologie ARN Messager. »
    Sa devise n’est plus “d’abord ne pas nuire
    Sa devise est “faire taire toute compassion et faire savoir qu’on est intéressé par une promotion.”
    Vous êtes des sujets-objets à “upgrader”

     

    Répondre à ce message

  • Comme disait mon amie Paulette : « Y a des baffes qui se perdent ! » Ce médecin est complètement indiférent à ce que cette femme vit.

     

    Répondre à ce message

  • #2881899
    Le 10 janvier à 12:18 par christophe nicolas
    Effets secondaires : l’émission guadeloupéenne qui a enragé le (...)

    Rappelons que le Covid frappe un âge moyen de 82 ans, donc exactement l’espérance de vie qui est de 82,25 ans ( 79,2 ans pour les hommes et 85,3 ans pour les femmes).



    D’après les données de certification électronique des décès, l’âge moyen des victimes du Covid est de 82 ans et la moitié des morts ont plus de 85 ans.
    https://www.lefigaro.fr/sciences/plus-de-90-des-deces-du-covid-19-surviennent-chez-les-plus-de-65-ans-20210119



    Qu’est-ce une épidémie qui ne fait pas baisser l’espérance de vie ? En revanche :



    Le Premier ministre britannique Boris Johnson s’immisce dans le débat en publiant des statistiques sur les hospitalisations liées au COVID ; il admet que 90 % des patients des unités de soins intensifs sont doublement vaccinés. https://fr.sott.net/article/39135-Boris-Johnson-90-de-double-vaccines-en-soins-intensifs



    Si on regarde la courbe de vaccination du Royaume-Uni, on constate au 5 janvier :

    - 52,2% ont trois doses environ 7 mois après la seconde dose
    - 70,8% ont au moins deux doses donc (70,8% - 52,2%) = 18,6% ont deux doses
    - 77,2% à au moins une dose donc (77,2% - 70,8%) = 6,4% ont une dose
    - 22,8% sont non vaccinés

    il y a un problème grave car si on suppose que les triples vaccinés sont encore immunisés du fait d’une injection très récente, alors :

    - Les non vaccinés qui sont en gros 25% ==> 10 % des soins critiques
    - Les doubles vaccinés qui sont en gros 20% ==> 90% des soins critiques
    - Le risque est donc à la louche 10 fois plus important pour les vaccinés de finir en soins critiques !! ! ( avec environ 200 décès par jour )

    C’est totalement l’inverse du narratif de Veran & Co !

    Voyant cela tous les autres pays ont embrayé la troisième dose bien avant les sept mois fatidiques en voyant les chiffres du Royaume-Uni donc ils ont réussi à préserver leur narratif de justesse par un fifti-fifti. J’en conclus qu’ils préfèrent sauver leur narratif que la santé des gens dont ils détruisent le système immunitaire avec les injections car la question est maintenant "Quid des triples vaccinés lorsque leur immunité chutera ?"

     

    Répondre à ce message

  • #2882172

    Le Professeur Jacques COHEN ment ou prend les gens pour des cons quand il dit qu’il y a 1 risque individuel sur 100 000 pour le vaccin ARN Messager (27 mn 48s) alors que les chiffres réels (37 min 35 s) donnent un pourcentage de 0,11% ou 1 cas sur 895 (simple règle de 3).
    De plus, si l’on compte le nombre de cas graves (31mn 46s) on a 111397x24% = 27935, cela fait 1 cas grave sur 3723 d’injectés (simple règle de 3).
    Les effets secondaires sont donc très importants, le risque pour ce type de thérapie est bien au-dessus des 1/40 000, seuil d’acceptabilité d’un médicament dit non dangereux.
    Le docteur Antoine Talarmin avec ses collègues (voir à la 31mn 47s) doivent absolument reprendre leur cours de mathématiques d’école primaire à moins qu’ils avouent leur nullité pour éviter la case prison pour escroquerie aggravée.

     

    Répondre à ce message

  • #2883345

    Le médecin est un faux cul et il a peur pour son boulot et sa réputation... pauvre ignorant qui ne peux remettre sa "médecine" en question... ET pour beaucoup d’’autres remettre en question la vaccination est une hérésie... La pastorisme est mort mais il leur faudra 50 ans pour comprendre. En attendant les malchanceux vont être soit sacrifiés, soit mourir... Je répète, le médecin est un faux cul pris au piège non de ses connaissances médicales mais de sa méconnaissance. Pauvre homme.

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents