Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 

Élection de Meloni en Italie : Diego Fusaro répond aux questions d’E&R

Diego Fusaro est un philosophe et essayiste italien de 38 ans, considéré comme le théoricien ayant inspiré le rapprochement de 2018 entre le Mouvement cinq étoiles (M5S) et la Ligue du Nord (Lega). En 2019, il participe à la création du parti populiste et souverainiste Vox Italia (rebaptisé en 2021 Ancora Italia), parti qui s’oppose au libéralisme, à l’atlantisme et à l’américanisation et plaide en faveur d’une sortie immédiate de l’OTAN et de l’Union européenne. Il a également fondé en 2017 Interêt National, une association culturelle éditant une revue.

 

Égalité & Réconciliation : Selon les médias français, Giorgia Meloni serait une représentante du « post-fascisme »... Comment présenteriez-vous cette candidate et son programme ?

Diego Fusaro : Je la présenterais tout simplement pour ce qu’elle est ! C’est-à-dire une droitarde classique, néolibérale, qui œuvre pour le marché souverain et l’impérialisme atlantiste. Il n’y a pas l’ombre d’un quelconque fascisme !

Exactement comme la gauche du « Parti Démocratique » peut être néolibérale et atlantiste ; c’est juste l’autre face d’un parti unique articulé et néolibéral.

Le néolibéralisme d’aujourd’hui est comme un aigle dont l’aile droite est celle du dollar et l’aile gauche fuchsia, celle du déguisement...

 

Quels sont les rapports réels entretenus par Giorgia Meloni avec les courants représentés par Silvio Berlusconi et Matteo Salvini ?

Dans cette coalition, le véritable maître reste Silvio Berlusconi. Lui qui imposa dans les années 90 le tournant néolibéral à la politique italienne en considérant et gérant l’État comme une entreprise.

Quand Berlusconi claque des doigts, Salvini et Meloni accourent immédiatement chez lui, à Arcore.

Enfin, concernant Giorgia Meloni, elle fut lancée politiquement grâce au parti Forza Italia de Silvio Berlusconi. La droite italienne, comme je le disais juste avant, est une droite néolibérale, atlantiste, thatchérienne et totalement distante du fascisme. Autant que la gauche arc-en-ciel est distante du communisme d’ailleurs !

 

Comment comprendre l’éviction de Mario Draghi à l’aune de cette élection ?

Mario Draghi, banquier soutenu de la même façon par les droites néolibérales et les gauches fuchsia néolibérales, incarne et représente parfaitement la vision du monde capitaliste, cosmopolite et financier.

Il s’est retiré un temps non pas pour ne pas porter la responsabilité des incroyables dégâts que l’Italie va subir, mais plutôt pour les faire justifier par le fait qu’il soit parti. Sous cet aspect, Mario Draghi reste un génie absolu de la politique. Un génie qui œuvre pour le camp du Capital et contre les travailleurs et les classes moyennes.

Mais vous savez, Mario Draghi ne s’est pas retiré ! Il continuera à œuvrer, comme il l’a toujours fait, et peut-être même en se trouvant un meilleur poste que celui de président du Conseil.

 

Quelles répercussions de cette élection pouvons-nous envisager à l’international ?

Sur le plan de la politique internationale, les marchés et la ploutocratie néolibérale peuvent dormir sur leurs deux oreilles ! La droite de Giorgia Meloni reste fermement atlantiste ; et donc, favorable aux guerres impérialistes de l’OTAN, comme celle menée en ce moment contre la Russie, et peut-être bientôt contre la Chine.

En ce qui concerne l’Union européenne, la droite de Giorgia Meloni aboyait contre l’euro et les technocrates de Bruxelles mais elle a déjà abandonné tous ses projets de sortie de l’euro et de la zone euro. Même sur cet aspect, elle s’est rapidement transformée en force européiste alignée sur le discours unique.

Elle aura juste le droit d’essayer de contenir un peu l’horreur de la cancel culture et du Nouvel Ordre érotiquement correct, mais ce seront juste des petites manœuvres de cabotage qui n’affecteront en rien sur les rapports de force néolibéraux qui sont garantis et protégés autant par la droite que par la gauche.

 

Comment imaginez-vous l’avenir proche de l’Italie ?

Le futur de l’Italie n’est pas très positif, comme il ne l’est pas non plus pour les autres pays européens. Je pense surtout à la guerre impérialiste en Ukraine déclenchée par les politiques expansionnistes de l’OTAN, menée depuis les années 90 environ, dont le but est de mettre sous la domination de Washington l’entière zone post-soviétique.

Nous ne saurons pas qui la gagnera mais on sait déjà qui l’a perdue : et c’est l’Union européenne. L’UE joue le rôle du vase en terre cuite au milieu des vases en métal dans le célèbre roman de Manzoni, Les Fiancés. Les sanctions que l’Europe est contrainte d’imposer contre la Russie n’affectent en rien la Russie mais font beaucoup de mal à l’Europe, laquelle s’affaiblit et se soumet toujours plus à Washington.

Pourquoi Washington, qui est allié de l’Europe, demande à cette dernière d’imposer des sanctions qui ne nuisent pas à la Russie mais qui nuisent à elle-même directement ? Je pense pour deux raisons : en premier lieu, pour punir l’Europe d’avoir regardé avec un peu trop de sympathie la Russie et la Chine ces dernières années. En second lieu, pour séparer l’Europe de l’est, affermir son aspect colonial et pour la rendre encore plus dépendante de la civilisation du hamburger.

L’unique espoir que nous pouvons avoir réside dans la genèse d’une force non-alignée qui dépasserait les clivages gauche/droite, qui opposerait à l’atlantisme impérialiste un monde multipolaire, et qui invoquerait un communautarisme et une métaphysique issus de la culture grecque face à l’individualisme relativiste.

N’oublions pas qu’à la souveraineté du marché s’oppose la souveraineté du demos, et plus précisément, celle des peuples d’Europe.

Pour cela, il faudrait réaffirmer les raisons de la souveraineté populaire par le populisme et le souverainisme, précisément ceux que les groupes financiers dominants diabolisent.

Diego Fusaro, sur E&R :

 






Alerter

21 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

Suivre les commentaires sur cet article

Afficher les commentaires précédents
  • #3038567

    Ah encore un avec son fameux "neo libéral" que vous utilisez à tout va alors que aucun de ces 2 pays ( France ,Italie) n’est libéral et ENCORE moins géré comme une entreprise ,qui d’ailleurs serait en faillite. Ces deux pays sont les plus endettés d’Europe, ont un poids de l’état dans l’économie délirant , des enfer fiscaux, impossibilité à la libre entreprise mais oui oui le libéralisme ^^ . Vous voulez des pays gérés comme des entreprises ? Regardez la Norvège, Suisse la Hollande, Singapour, le Japon, etc pas l’Italie SURTOUT pas l’Italie.

     

    Répondre à ce message

    • #3038634

      Fastoche si ça marche c est du libéralisme
      Sinon c est du communisme.
      Quel beau raisonnement.

       
    • #3038787

      Bah non , je te cite des pays en exemple.. la France ne l’est pas ni l’Italie...

       
    • #3038788

      Quand l’Etat est totalement dans les mains des lobbies d’argent, tu opposes encore public et privé ducon ?
      Tu n’as toujours pas compris que la lourde fiscalité, qui maintient la paix sociale sur le dos de la classe moyenne, n’affecte absolument pas les multi-nationales et les banques d’affaires...
      De plus néo-libéral a un sens, ses théoriciens, et le néo-libéralisme n’a pas grand chose à voir avec l’idéal libéral dont tu te revendiques, comme tous les incultes en histoire de l’économie politique.
      Bref, instruis-toi et en attenant, sois gentil d’en rabattre, c’est pénible d’entendre aboyer toujours les mêmes incultes avec les mêmes discours mille fois démentis !
      AS.

       
    • #3039363

      tu oublies le mot néo devant liberalisme, tu sais, comme néo conservataur qui n’est pas plus conservateur que je suis rabbin

       
    • le libéralisme c est
      - 1 la critique des prélèvements obligatoire (impôts et taxes)
      - 2 La liberté d entreprise
      - 3 Le libre échange
      - 4 La privatisation de secteurs autrefois étatiques

      Il est vrai que seuls les 3 derniers points sont exécutés depuis quarante ans :
      On ubérise des emploi autrefois régulés : taxis, notaire, agent immobilier...
      On a libérer le flux de capitaux et signer des accords commerciaux avec le monde entier entrainant délocalisation et désindustrialisation
      On a privatiser les télécoms, poste, EDF, médias, autoroute

      Alors oui on prélève les classes moyennes à outrance et l’état emprunte pour palier au chaos qu’à entrainé toutes ces mesures " libérales".

      Si on avait baissé tous les impôts en plus des autres politiques libérales, le pays aurait été en faillite en moins d’une décennie.

       
    • Le néolibéralisme est totalitaire , parce qu’il aspire à contrôler et influencer tous les aspects de la vie des individus, de leur travail à des soins de santé, les problèmes les plus intimes ;
      Le acteurs
      Les sociétés multinationales et les banques
      Le rôle des politiciens •
      Les théoriciens du néolibéralisme
      Le rôle du lobby
      Le rôle des institutions internationales
      Le rôle des agences de notation de crédit
      Le rôle de l’université et du prix Nobel de l’économie
      Le rôle des médias
      La colonisation de notre imagination
      • promouvoir l’individualisme.
      • renforcer la concurrence .
      • améliorer l’adaptation
      • inculquer le désir de richesse .
      • vous convaincre qu’il n’y a pas d’alternative
      Le principe de la concurrence (déloyale)
      Le seul objectif de croissance
      Un système belliciste
      La financiarisation de tout
      Dumping fiscal
      Economie de la rareté
      Privatisation etc, liste trop longue….

       
  • #3038569

    L’épisode covidesque a été une erreur (qui devait se produire) qui va faire que la population ne mordera pas aussi facilement à l’hameçon Russie = danger.
    Certes, les pays de L’UE sont dans la panade, mais ce moment historique va se retourner contre les instigateurs du complot de vouloir toujours en vouloir plus.
    Ça va être difficile pour ceux qui ne sont pas prêts aux changements qui se perpétuent.

     

    Répondre à ce message

  • #3038595

    l’union des droites, c’est le fantasme zemmourien pour duper tout le monde, et maintenir l’axe mondialiste au pouvoir. Melloni va pouvoir crier contre l’immigré pour cacher l’axe du mal dans son dos.

     

    Répondre à ce message

  • #3038621

    Le dèmos n’a rien à voir avec le prolétariat, c’est juste une unité territoriale soumise à l’impôt dans la société athénienne . Un
    ’ théoricien marxiste "doit faire attention aux termes qu’il utilise .

     

    Répondre à ce message

  • #3038626

    Ça confirme ce qu’on pouvait déjà supposer : la belle Milf Meloni est, sur le plan politique, une arnaque atlanto-compatible.

     

    Répondre à ce message

  • #3038709

    Cousu de fil blanc. Et nos habituels droitards français l’œil lubrique la bave aux lèvres d’excitation voyaient dans cette élection, pur résultat des manœuvres politiciennes de l’oligarchie, une grande victoire contre le nouvel ordre mondial ! Et le pire c’est que les gens sont encore dupes de ces magouilles alors qu’il y a de nombreux intellectuels qui ont fait le boulot d’analyse et de dénonciation de ces imposteurs ! Et bien malgré cela les gens refusent d’ouvrir les yeux et de comprendre ! A ce niveau de déni on n’est quasiment dans le cadre de la pathologie mentale. Peu importe les faits et le réel les gens veulent croire coûte que coûte car l’illusion leur est plus confortable que la brutale et désespérante réalité.

     

    Répondre à ce message

  • #3038920

    C’est à peu près ce que dit Asselineau.

     

    Répondre à ce message

  • #3039373

    Diego Fusaro a à peu près le même discours que Alain Soral, son analyse semble pertinente et nous éclaire sur les partis italiens

     

    Répondre à ce message

  • #3040659

    Les interventions d’A.S se justifient de plus en plus pour remettre de l’ordre dans la pagaille des commentaires déjantés et pernicieux qui polluent ce site.
    Soit certains n’ont rien compris .. (décevant), soit c’est une attaque bien ciblée visant uniquement (bien sûr !)les sites de réinformation qui dérangent en haut lieu.
    Ce qui n’empêche pas la controverse, à condition qu’elle soit argumentée !
    Aucun système n’est parfait, mais certains sont plus perfectibles que d’autres...

     

    Répondre à ce message

  • #3041592

    Merde, Giorgia c’est Marine !!!

     

    Répondre à ce message

Afficher les commentaires précédents