Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Entretien avec Adrien Abauzit

Propos recueillis le 24 juin 2013 par E&R Aquitaine

E&R Aquitaine : Bonjour Adrien Abauzit. Vous êtes l’auteur de Né en 1984 – Abécédaire pour une jeunesse déracinée, publié aux éditions Le Retour aux Sources. Merci de bien vouloir accorder cet entretien à Égalité & Réconciliation Aquitaine. Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter aux lecteurs qui ne vous connaîtraient pas, et par la même occasion parler de votre proximité avec Pierre Hillard ?

Adrien Abauzit : À vrai dire, ma présentation sera assez courte compte tenu de mon âge. Comme le titre de mon livre l’indique, j’ai 29 ans. Je suis avocat (en droit du travail essentiellement), écrivain et j’écris pour divers sites qui, pour certains, ont un pied dans le Système. Le journal de L’Action Française m’a également ouvert ses lignes. La vraie question qui se pose à mon égard est je crois la suivante : pourquoi ai-je été moins lobotomisé que la plupart des jeunes de mon âge ? À y réfléchir, c’est parce que très jeune, je me suis, sans m’en rendre compte à l’époque, inoculé des contrepoisons contre la sous-culture mercantile anglo-saxonne. Très vite, je suis tombé amoureux de la littérature policière française, à travers des personnages comme Arsène Lupin, Fantômas ou Rouletabille. Ce que j’aimais dans ces romans, outre l’intrigue, le style et le suspens, c’était que l’action se déroulait lors de la Belle Époque, époque qui, au regard de la nôtre, est d’un extraordinaire raffinement. Or le raffinement, ainsi que le panache, incarnés par les personnages romanesques précités, sont des valeurs intrinsèquement françaises. Ce que j’aimais donc, même si j’ai mis du temps à le comprendre, c’était qu’à travers cette littérature, je prenais des bouffées de France. En somme : je m’enracinais.

Mon amour pour la littérature policière s’est ensuite transformé en amour pour la littérature tout court, sans laquelle aujourd’hui il m’est difficile de respirer. Parallèlement, j’ai développé une grande passion pour l’histoire, d’où mes nombreuses références en la matière. Je vais faire court ce point : sans connaissances historiques, un esprit ne peut pas être libre. L’histoire est la boussole de la politique.

Ainsi donc, par mon amour pour l’histoire et la littérature, je me suis immunisé contre la crasse ambiante. Car quand on aime la France d’Arsène Lupin et de Fantômas, on est naturellement hermétique à celle de Cyril Hanouna et de Nabilla. De même, quand on sait qui sont Philippe le Bel et Louis XI, on ne peut voir sans mépris nos politocards actuels : autant demander à un musicien classique confirmé de s’extasier devant Pascal Obispo.

En ce qui concerne Pierre Hillard, comme beaucoup, je l’ai découvert sur l’Internet, au printemps 2008, alors que je faisais des recherches sur l’Union européenne. Grâce à une ruse de la providence, j’ai pu le rencontrer en janvier 2010. Depuis lors, nous sommes devenus amis. Nous faisons le point sur les évènements très régulièrement. C’est évidemment très enrichissant. Pierre (j’en profite pour flagorner) est de très loin la plus grande pointure géopolitique actuelle, en tout cas française. Force est de constater que nous vivons actuellement ce que Pierre annonçait déjà il y a plus de dix ans. Quand on voit qu’en 2003 il écrivait déjà contre le marché transatlantique, il y a de quoi faire taire nombre de ses contradicteurs. Le coup de génie de Pierre, ce que la postérité lui reconnaîtra, ce qui fait qu’il a très souvent un coup d’avance sur tout le monde, c’est qu’il a parfaitement compris la tournure d’esprit de nos maîtres, c’est-à-dire le versant proprement spirituel de leur action.Le logiciel dissident français doit une large part de ses références aux travaux de Pierre. Personnellement, Pierre m’a beaucoup appris en géopolitique et en théologie. Pour ma part, je pense plus humblement lui avoir fait découvrir quelques citations de Jules Renard ! Ce qui est aussi extrêmement important…

E&R Aquitaine : Dans l’entrée « Abrutissement », vous parlez de la perte de spiritualité en Europe. Il est courant dans la dissidence de voir ses acteurs se réclamer d’une spiritualité, catholique – souvent traditionaliste ou sédévacantiste – néo-païenne ou encore musulmane, cette liste n’étant pas exhaustive. Quel est votre avis sur l’état spirituel de la dissidence et quelle est votre propre position sur la question ?

Adrien Abauzit : Je ne suis pas compétent pour juger ceux qui s’expriment sur l’islam, n’ayant pas de connaissances profondes en la matière. Au sujet du christianisme, à quelques rares exceptions près, les figures dissidentes qui en parlent ne maîtrisent pas le sujet, pour rester poli. Dans mon humble cas, si certes je fais parfois des citations de la Bible, c’est généralement pour expliquer un point qui relève de l’ordre matériel et je me garde autant que faire se peut de mélanger la religion et la politique. Religion et politique ne doivent pas se mélanger car elles ont un objet différent. L’objet du christianisme, c’est la justification. L’objet de la politique, c’est la défense du bien commun. L’objet du militantisme, c’est la prise du pouvoir. Entendons-nous, ceci ne veut pas dire que le pouvoir ne peut pas se revendiquer d’une religion et de son système de valeurs, cela signifie simplement qu’il faut rendre à César ce qui est à César.

E&R Aquitaine : Le langage est une question récurrente dans votre ouvrage. D’ailleurs, le titre de votre livre, en référence à Orwell, permet de penser à la novlangue. Que vous inspire la politique générale conduite par l’Éducation nationale en terme de langage, notamment avec la loi Fioraso ou encore la disparition du CAPES de lettres classiques signifiant à terme la disparition de l’enseignement du latin et du grec ancien ?

Adrien Abauzit : Le Système a besoin de détruire notre langage. Orwell nous apprend ceci : le champ du langage est le champ de la pensée. Détruire le langage, c’est donc détruire notre pensée. Voilà pourquoi par exemple le rap, par la nullité sidérante de la plupart de ses textes et par le vocabulaire abâtardi qu’il utilise, a fabriqué à la chaîne des générations de décérébrés mentaux. Voici aussi la cause de la loi Fioraso : en américanisant notre langage, le Système souhaite américaniser notre pensée.

La disparition des lettres classiques et des humanités est tout aussi dramatique pour les Français que nécessaire pour le Système. Comme je l’ai évoqué précédemment, la littérature est un vaccin contre le déracinement dans lequel nous plonge le totalitarisme de marché, donc un vaccin contre la servitude cérébrale à laquelle il nous destine. Je dois d’ailleurs dire à ce sujet que je trouve désolant que si peu de dissidents s’intéressent à la littérature.

E&R Aquitaine : Pourriez-vous parler du politiquement correct et de son impact dans la déformation du langage ?

Adrien Abauzit : Le politiquement correct est un mouvement qui nous vient des États-Unis. Il consiste à supprimer du langage des mots réputés préjudiciables pour certaines catégories de la population. À titre d’exemple, quand j’étais au collège et au lycée, on ne disait par exemple jamais « Arabes », « Magrébins », ou « Noir » (celui qui le faisait était suspecté de racisme…). Mais « reubeus », « renois »…Depuis que j’ai compris de quoi relevait ce langage, j’appelle un chat un chat. De même, depuis plusieurs années, a émergé dans la matrice le terme de « diversité ». Quand on ne se voile pas trop la face, on voit que derrière ce mot ne sont désignés ni les roux, ni les Bretons, ni les Moldaves, mais les Noirs africains et les Magrébins. Je bannis de mon langage le mot de diversité que je ne supporte pas entendre. Ceci posé, le politiquement correct ne concerne pas uniquement les questions liées à l’immigration. Ainsi par exemple, on le ressent dans les nouvelles appellations des métiers (éboueurs/techniciens de surface) ou des handicapés (aveugles/mal voyants).

E&R Aquitaine : Vous parlez beaucoup de l’enracinement tel que défini par Simone Weil. Ne sommes-nous pas plongés dans la même situation que les Lorrains du roman Les Déracinés de Maurice Barrès ?

Adrien Abauzit : À vrai dire, non ; notre situation, d’un point de vue culturel, est mille fois pire que celles de nos chers Lorrains. À l’époque, malgré l’influence grandissante de la franc-poissonnerie, la France n’était pas autant sous contrôle étranger qu’aujourd’hui. Se faisant, le peuple français n’avait pas encore à subir le déferlement de la sous-culture mercantile anglo-saxonne et l’immigration de masse. En outre, à cette époque l’école publique existait encore. À ce titre, le premier chapitre des Déracinés est significatif…

E&R Aquitaine : Vous citez Aimé Césaire à propos du génocide par substitution et faites un parallèle entre la repentance concernant la traite transatlantique et le silence concernant le servage et les autres traites esclavagistes. Un mot plus général concernant le racisme antiblanc ou antifrançais ?

Adrien Abauzit : Il y a une incroyable cécité autour de la question du racisme antiblanc. Moi qui, plus jeune, ai eu le privilège de me faire traiter, dans mon propre pays, de sale Français, de sale Gaulois, de sale babtou ou de sale gwehr, lorsque j’entends quelqu’un, du Système ou de la dissidence, nier cette réalité, l’envie de lui mettre une paire de claque me démange furieusement. Je note que plus les années passent, plus ce racisme s’accroît et se radicalise, au point qu’une frange de la jeunesse d’origine autrichienne et luxembourgeoise se situe ouvertement (je pourrais raconter des dizaines d’anecdotes là-dessus), dans une logique de contre-colonisation de la France. Nos maîtres s’en frottent les mains. Ma légitimité pour parler de tout cela, c’est d’y avoir été confronté. Je suis prêt à prendre en débat n’importe quel contradicteur sur le sujet. Nier le racisme antiblanc sous prétexte qu’on ne l’a pas vécu, est aussi insupportable à mes yeux qu’un bourgeois qui nierait l’existence des difficultés sociales pour ne les avoir jamais rencontrées.

E&R Aquitaine : À plusieurs reprises vous évoquez l’illégitimité de la souffrance. Pourriez-vous expliquer cette notion ?

Adrien Abauzit : Je prolonge la pensée de Nietzsche en l’appliquant à notre époque. Que nous dit Nietzsche ? L’homme souffre de vivre. Et pour donner un sens à cette souffrance, il a d’abord inventé le judaïsme puis le christianisme. Il a raison sur un point : le christianisme accorde un rôle très important à la souffrance, puisque c’est par elle, notamment, que se joue notre rédemption. Or, ça n’a échappé à personne, notre monde est profondément déchristianisé. Beaucoup de personnes se disant sincèrement chrétiennes, quoique naïvement, n’abordent pas leur religion comme une vérité révélée.

Puisque nous n’avons plus le Christ pour supporter la souffrance, alors la souffrance nous est devenue insupportable et nous tentons de la bannir par tout moyen. La souffrance a perdu son sens. Elle est illégitime. D’où les pressions d’une partie de la société en faveur de l’euthanasie, que le Système est ravi de récupérer dans une optique beaucoup plus macabre. Christopher Lasch dans La Culture du narcissisme, remarque que l’individu contemporain ne se situe plus du tout dans une logique de justification, mais uniquement dans une culture de bien-être et de jouissance du moment présent. C’est tout à fait juste, et la cause de cela, la cause profonde, c’est la déchristianisation, qui elle-même a engendré l’illégitimité de la souffrance. De cela est également né le politiquement correct : on modifie notre langage et notre pensée pour ne pas faire souffrir autrui. Très souvent d’ailleurs, cette souffrance n’est que présumée…

E&R Aquitaine : Parmi les « droites » françaises, deux écoles de pensée ont profondément marqué le paysage politique, l’Action française et le GRECE. L’une est centenaire, l’autre a débuté à la toute fin des années 1960. Ces héritages vous semblent-ils encore pertinents ? Y aurait-il une voie pour les dépasser, quitte à en faire la synthèse au préalable ?

Adrien Abauzit : Je ne connais que très superficiellement le GRECE. Je suis certain qu’on peut y trouver des analyses intéressantes, mais pour être honnête, le côté païen, outre qu’il heurte mes convictions religieuses, me paraît complètement ridicule. Pour ma part, je situe l’Action française plusieurs tons au-dessus du GRECE. Jacques Bainville a été un historien limpide et un géopoliticien clairvoyant. Quant à Léon Daudet, il est, pour dire les choses simplement, une des plus belles plumes françaises du XXème siècle. La lecture de Léon Daudet est toujours pour moi un moment d’évasion pure. Par l’impériosité, la clarté, le raffinement et l’élégance de son style, le lecteur s’élève immanquablement. Léon Daudet est également l’écrivain français le plus drôle du XXème siècle. Les portraits acerbes qu’il dresse de ses ennemis politiques, Aristide Briand en tête, sont hilarants. En outre, Léon Daudet a eu le courage de dévoiler les coulisses du Système de l’époque : « Ce qu’on trouve, en dernière analyse, au fond de la République, c’est, symboliquement parlant, Rothschild et Vidocq associés, même quand Rothschild s’appelle Stavisky ou Oustric et quand Vidocq s’appelle Bonny ou Sarraut. » Il s’est attaqué également avec beaucoup de courage à la franc-poissonnerie, qu’il accuse par exemple du meurtre du président de la République Paul Doumer. Soit dit en passant, Daudet jouissait d’une liberté d’expression nettement plus grande que celle qui existe aujourd’hui.

Je dois avouer qu’à l’heure actuelle, je n’ai quasiment rien lu de Maurras. L’Action française est un logiciel intellectuel remarquable dans lequel j’invite tous ceux qui seraient soucieux de s’enraciner, de puiser. Pour ma part, j’essaie autant que se peut, à mon humble échelle, de précipiter la fin de la droite officielle actuelle (qui est de gauche, comme l’atteste l’UMP), afin de recomposer la droite dans la mesure du possible avec des idées dissidentes. La réactivation du logiciel de l’Action française pourrait être l’un des piliers de la nouvelle doctrine de la droite. Je tiens à préciser que l’accusation d’antisémitisme visant l’Action française est un outrage à la vérité. Si antijudaïsme il y a chez Maurras, ni lui, ni aucune autre figure du mouvement n’a jamais préconisé la persécution de juifs. J’ajoute que les premiers résistants étaient de l’Action française et Fernand Bonnier de La Chapelle, qui assassina Darlan, était lui aussi du mouvement.

E&R Aquitaine : Abordons la question de la culture, et plus précisément des contre-cultures, un des thèmes les plus largement mal compris par la droite classique française. Vous parlez beaucoup de la sous-culture mercantile anglo-saxonne. On pense bien évidemment au rap, au R’n’B et à l’électro. Vous citez d’ailleurs Fred Chichin à propos du rap. Connaissez-vous le travail de Mathias Cardet sur le sujet ?

Adrien Abauzit : Oui bien sûr, j’ai lu son livre. C’est un ouvrage passionnant qui permet de comprendre un outil du totalitarisme de marché. À vrai dire, ce livre est un livre que j’attendais depuis longtemps. Le rap a fait beaucoup de mal à notre société. Les wesh-weshs sont drogués au rap. Socialement, ils en meurent, car l’excès de sous-culture mercantile anglo-saxonne les coupe des codes sociaux du reste de la société française, qui, elle, n’est pas exclusivement structurée autour de ce modèle.

Un bobo ne souffre pas d’écouter du rap, car souvent, il possède d’autres codes anthropologiques et culturels, et n’adhère jamais entièrement aux canons de la sous-culture mercantile anglo-saxonne. Mais quand on voit que certains wesh-weshs n’arrivent pas à se dégager de leur langage lors d’entretien d’embauche, là on comprend le rôle criminel joué par le rap. Le plus pathétique dans tout cela, c’est que nos wesh-weshs déifient la cause de leur servitude.

E&R Aquitaine : L’historiographie montre de manière générale, les racines tant populaires que savantes des musiques américaines, jazz, blues, country, rock et les liens avec les folklores tant africains qu’européens. Pourriez-vous donner une idée de ce que pourrait être une musique ré-enracinée tenant compte de l’état de la France et sublimant ses plaies contemporaines, notamment la fracture raciale ? Et question subsidiaire, que pensez-vous de l’atonie musicale en France de nos jours ?

Adrien Abauzit : L’atonie n’est pas que musicale en France. Il y a une crise de la créativité artistique contemporaine globale qui frappe toutes les branches de l’art : cinéma, architecture, littérature, musique, peinture et j’en passe. N’étant pas musicien moi-même, je me garderai bien de donner des conseils musicaux à qui que ce soit. Toutefois, en musique, comme en toute discipline artistique, pour créer une œuvre digne de ce nom, je pense qu’il est deux conditions nécessaires : se prémunir contre la sous-culture mercantile anglo-saxonne – en d’autres termes, être absolument hermétique à ce que notre époque sous-civilisée a produit et continue de produire – et s’enraciner, c’est-à-dire se nourrir des trésors de notre passé. Voilà le secret.

E&R Aquitaine : Que pensez-vous de la pornographie contemporaine comme instrument de déséducation des masses, dans l’appréhension de l’amour et de la réciprocité de la relation charnelle ? Que dire à propos de l’exaltation sadienne du « toujours plus » conduisant à une insatisfaction généralisée alors qu’aucune autre époque n’a prétendu être aussi libertine ?

Un mot sur Sade : écrivain surcoté.

Le drame de notre société, est qu’elle est absolument vide d’amour. Notre époque est un cœur sec. La notion même d’amour est étrangère au grand nombre. Malheureusement, beaucoup confondent l’amour avec la passion, l’affection, l’attirance ou l’attachement. L’amour, aux yeux de la majorité passe pour être un sentiment. Rien n’est plus faux : l’amour est un état. Ce qu’un homme ressent pour sa mère, ses enfants, sa femme ou le Christ quand il est croyant, relève du même phénomène, l’amour ; l’amour qui est le don de soi. On peut juger de notre amour pour une personne en fonction de la capacité de sacrifice que nous avons pour elle. L’amour, je le répète, est le don de soi.

L’un des facteurs du divorce de masse, est je pense le fait que les individus se leurrent souvent sur ce qu’est l’amour. De la désillusion naît ensuite le divorce. Le Système, dois-je ajouter, qu’il le fasse consciemment ou pas, fait tout pour que les êtres aient une conception erronée de l’amour. Ainsi par exemple, les love stories des films ou des séries, ne sont pas des histoires d’amour mais des histoires de passions. L’amour, qui est censé être le précepte directeur de notre vie, est malheureusement pour l’individu contemporain un parfait inconnu.

Les auteurs cités par Adrien Abauzit dont les ouvrages sont disponibles chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

17 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #480226
    le 01/08/2013 par chouardien
    Entretien avec Adrien Abauzit

    "L’Amour a toujours été soigneusement écarté des constructions réalistes et positives du monde. Il faudra bien que l’on se décide à reconnaître en lui l’énergie fondamentale de la vie ou si l’on préfère le seul milieu naturel en quoi puisse se prolonger le mouvement ascensionnel de l’évolution. Sans amour, notre destin sera celui de la termite dans une société de masse, parfaitement nivelée." - P. Teilhard, 1939 [http://fr.wikipedia.org/wiki/Teilhard]


  • #480281
    le 01/08/2013 par méridien zorro
    Entretien avec Adrien Abauzit

    Féodalité de la Racaille par Adrien Abauzit :

    http://youtu.be/yvFIwG7LpAw

    (court extrait en images de l’intervention d’Adrien a Méridien Zéro la semaine passée)


  • #480310
    le 01/08/2013 par Mundus
    Entretien avec Adrien Abauzit

    La Novlangue est ’’’justement’’’ un terme novlangue c’est un ancien jeu de mot british qui veut dire faire coin-coin, parler comme un canard (il faut comprendre : penser comme un canard).

    « À l’époque, malgré l’influence grandissante de la franc-poissonnerie, la France n’était pas autant sous contrôle étranger qu’aujourd’hui. Se faisant, le peuple français n’avait pas encore à subir le déferlement de la sous-culture mercantile anglo-saxonne et l’immigration de masse »

    Après avoir bien rit on ne peut qu’être en accord avec ses dires !


  • #480313
    le 01/08/2013 par Ivàn Risbez
    Entretien avec Adrien Abauzit

    Merci pour cet article.
    Remarquables propos de grande qualité et en particulier son intervention sur la notion d’amour.


  • #480338
    le 01/08/2013 par francky
    Entretien avec Adrien Abauzit

    Excellent article, mais quel qu’ un peut il m expliquer ce qu est la franc-poissonnerie ??????
    Parce que une fois on se dit erreur de texte (franc maçonnerie) mais deux fois....

     

    • #480755
      le 01/08/2013 par supersdf
      Entretien avec Adrien Abauzit

      Je pense qu’il s’agit d’un jeu de mot pour éviter de nommer l’innommable (si ça se dit).
      Je ne pense pas qu’E&R puisse faire ce genre d’erreur une fois et encore moins deux fois.
      Appelons-les la Franc-supercherie si cela sonne mieux ...


    • #480793
      le 01/08/2013 par Enguerrand Dubh
      Entretien avec Adrien Abauzit

      Ce n’est rien d’autre qu’un jeu de mots.


    • #481070
      le 02/08/2013 par Optop
      Entretien avec Adrien Abauzit

      C’est un petit délire d’A. Abauzit pour désigner la FM,
      Dans ce même état d’esprit, je l’ai également déja entendu parler des réseaux "franc-comtois" ;)


  • #480359
    le 01/08/2013 par zébra 3
    Entretien avec Adrien Abauzit

    ce monsieur a tors , la religion et la politique sont liées car la religion représente les racines civilisationnelles communes du peuple et c’est d’ailleurs pour cela que nous ne travaillons pas le dimanche et qu’on fête Noel et toutes les autres fêtes religieuses et que dans chaque commune perdu au fin fond de notre pays il y a une église pour rassembler les citoyens le dimanche ou lors de mariages et autres bathêmes ... nier cette évidence c’est gouverner sans prendre en compte l’identitée nationale culturelle ancestrale de notre pays et ça fini par produire des politiciens complètement traitres à leur pays comme aujourd’hui ... le grand Chavez avait comprit .

     

    • #480771
      le 01/08/2013 par pau
      Entretien avec Adrien Abauzit

      Exact, Peillon aussi nous indique que la religion est en réalité inséparable de la politique car c’est dans ce seul cas que l’homme donne le meilleur de lui meme.
      Il nous explique ainsi que c’est sur ce cette constat que la franc maçonnerie s’est développée en tant que religion politique pour mener le projet de la république laique au 19eme siècle et définitivement enterrer la monarchie catholique comme projet politique.


  • #480453
    le 01/08/2013 par laurent
    Entretien avec Adrien Abauzit

    - "Il en est de l’amour comme des fantomes,beaucoup en parlent mais bien peux en ont vu pour de vrai",Lord Henry dans le roman d’Oscar Wilde,Le portrait de Dorian Gray.

     

    • #488207
      le 08/08/2013 par Bernard Mille
      Entretien avec Adrien Abauzit

      Le vrai progrès de l’homme n’est possible que s’il oriente toutes ses facultés (son cœur, son âme, sa raison et même son imagination, etc.) vers la vie éternelle de façon à ce que chacune d’elle soit occupée avec le devoir particulier d’adoration qui lui correspond. L’homme égaré imagine que le progrès consiste à mettre son cœur, sa raison et toutes ses facultés au service de l’ego malveillant pour pénétrer tous les détails de la vie de ce bas monde et avoir comme but ultime ; goûter à tous ses plaisirs, même les plus vils. Or il ne s’agit pas là d’un progrès mais d’un déclin vertigineux.


  • #480812
    le 01/08/2013 par Lec Marc
    Entretien avec Adrien Abauzit

    Merci à E&R de faire découvrir cet humble personnage qu’est Adrien Abauzit.


  • #480967
    le 02/08/2013 par solaine
    Entretien avec Adrien Abauzit

    C’est toujours un plaisir de vous lire et/ou de vous écouter cher Mr Adrien Abauzit. Vous avez un langage clair et précis.

    Bon courage à vous et plein succès dans toutes vos entreprises !

    Merci E&R !


  • #485553
    le 06/08/2013 par petit_poney
    Entretien avec Adrien Abauzit

    Le Système, dois-je ajouter, qu’il le fasse consciemment ou pas, fait tout pour que les êtres aient une conception erronée de l’amour.



    Parce que l’amour c’est mauvais pour la croissance, donc pour la rémunération du capital in fine. Parce que les meilleurs consommateurs sont les dépressifs narcissiques instables. Si l’amour c’est le don de soi, le narcissique c’est bien le sans amour.

    Mais un homme "de droite", ami de Pierre Hillard préférera lire que ce système de croissance et de dette a été mis en place pour créer des gens narcissiques, dépressifs, déracinés, etc. Au final l’un et l’autre se nourrissent.


  • #485647
    le 06/08/2013 par Sandrine
    Entretien avec Adrien Abauzit

    "Le politiquement correct est un mouvement qui nous vient des États-Unis". On en a un bel exemple en fouillant sur le site de la French American Foundation, en anglais. Onglet Publications, "Media and Immigration" page 9. A gauche, un tableau présenté à nos journaleux occidentaux par un intervenant américain le Dr. Michael S. Teitelbaum, (! !??) Démographe :
    Ecrire :
    undocumented (sans papiers) et non Illegal
    undocumented taxpayers et non Illegal users of public services
    Immigrants, workers et non aliens
    Earned legalization et non amnesty
    Workers employers need et non Cheap labor for employers
    Nazi, Fascist, Stalinist et non Normal local enforcement ( .. le meilleur)
    Denying migrants basic human right to work et non Reducing magnet of unlawful employment
    Family reunification et non uncontrolled chain migration ; nepotism etc etc
    L’article continue ainsi : Significant discussion was also dedicated to the vocabulary employed in the French media. In France, the term diversity is widely used to refer to immigrants. Diversity has a positive connotation, while the term communautarisme (the closest equivalent in English would be “identity politics“) retains a negative connotation. This is the idea that anything in the public space has to be neutral and that specific manifestations of one’s religious beliefs and one’s culture should be restricted to the private sphere. According to this standard, in France, the assertion of a minority identity is not considered as consistent with being integrated into French society and explains whymany immigrant groups may be hesitant to define themselves in ways other than French and integrated.


  • #488220
    le 08/08/2013 par Bernard Mille
    Entretien avec Adrien Abauzit

    Concernant la souffrance permanente de l’homme selon Nietzsche voici une autre approche de source Islamique selon laquelle l’homme est en perpétuel souffrance :

    Un enfant, pour satisfaire un désir auquel sa main n’accède pas, pleure ou appelle à l’aide. Puisqu’il invoque en acte ou en parole la grâce avec le langage de l’impuissance, il atteint son but. De même, l’homme ressemble à un enfant fragile, délicat et sensible dans le monde de tous les vivants. A la cour du Clément Miséricordieux, il faut pleurer en exprimant sa faiblesse et son impuissance, prier par sa pauvreté et sa nécessité afin de bénéficier de Sa Clémence. Si un enfant insensé et dissipé qui crie de peur devant une mouche disait : « Je subjugue par mes forces ces choses impossibles et mille fois plus puissantes que moi et je fais obéir ces adultes qui sont mes parents par la grâce de mes idées et de ma science, mériterait une gifle » L’homme est ingrat et il vit à l’envers de la nature essentielle de l’humanité ; il mérite donc un châtiment sévère.

    qui apporte une lumière interréssante


Afficher les commentaires suivants