Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Entretien avec Alain Soral sur l’actualité suisse

Propos recueillis par Alimuddin Usmani

Note de la rédaction

Cet entretien a été proposé à un grand nombre de médias en Suisse et en France.

Tous ont refusé de le publier.

L’actualité franco-suisse a été particulièrement riche ces derniers mois. C’est l’occasion pour Alain Soral, essayiste et fondateur de l’association « Égalité & Réconcilation », de s’exprimer avec la liberté de parole qui est la sienne et qui lui a valu d’être exclu de la sphère médiatique en France.

 

Alimuddin Usmani : Outre la nationalité française, vous possédez également la nationalité suisse. Quel rapport entretenez-vous avec notre pays ? Votre nom de famille est-il lié à la commune genevoise de Soral qui jouxte la frontière française ?

Alain Soral : J’ai la double nationalité française et suisse, mais je ne suis suisse que par le droit du sang, puisque si une partie de mes ascendants provient du Canton de Genève, et de Soral plus précisément, je n’ai jamais vécu en Suisse.

De père et de mère, je suis d’abord savoyard, et en tant que Savoyard pris entre France et Suisse, je dirais que ma relation à la France est plus affective et ma relation à la Suisse plus réfléchie. Pour me situer entre ces deux nationalités, je penserais en toute modestie à mon illustre prédécesseur Jean-Jacques Rousseau, devenu grand Français parce que Suisse d’origine !

 

Dans votre essai Comprendre l’empire, paru en 2011 et qui n’a pour l’instant pas bénéficié de promotion de la part des médias institutionnels, vous dénoncez ce que vous appelez l’Oligarchie bancaire. Selon-vous quel est le rôle joué par la place financière suisse au sein du système économique mondial ?

Il me semble que c’est aujourd’hui un rôle périphérique. Le cœur de l’oligarchie bancaire, c’est Wall Street, la City et les paradis fiscaux qui sont dans leur sphère d’influence, à savoir le système bancaire anglo-saxon. Dans le monde tel qu’il va, soit le processus mondialiste en cours piloté par les États-Unis, il me semble que le destin de la place financière suisse soit plutôt d’être progressivement marginalisée, notamment par la fin du secret bancaire imposée à elle et à elle seule…

 

Les relations franco-suisses ont été marquées cette année par l’affaire Cahuzac, qui a admis détenir un compte en Suisse. Le gouvernement de François Hollande a-t-il perdu toute crédibilité en matière de dénonciation d’évasion fiscale de ressortissants français en Suisse ?

Depuis François Mitterrand et le tournant de la rigueur qui remonte à 1983, le socialisme du Parti socialiste est une escroquerie. Si vous regardez l’origine des ministres clefs du gouvernement socialiste actuel, aucun ne provient de la classe ouvrière. La différence entre nos bourgeois de gauche PS, style Pierre Bergé, et nos bourgeois de droite UMP, style Serge Dassault, ne se fait plus que sur des questions sociétales comme le droit des homosexuels… Le nombre de comptes en Suisse doit donc être à peu près équivalent des deux côtés, et tout ces verbiages moralisateurs font bien rire les Français qui n’ont pas les moyens d’en avoir un !

 

L’année prochaine le peuple suisse va à nouveau se prononcer sur une question migratoire. L’initiative « Contre l’immigration de masse » veut redonner à la Suisse les pleins pouvoirs pour réguler l’accès à son territoire en gérant « de manière autonome » l’immigration des étrangers. Cette initiative devrait permettre notamment de limiter le nombre de travailleurs frontaliers en Suisse. Certains partis politiques comme le Mouvement des citoyens genevois (MCG) dénoncent régulièrement la présence trop massive de frontaliers français à Genève. Quel est votre regard sur cette initiative ?

Je trouve normal qu’une nation souveraine puisse décider de sa politique migratoire, et ce en fonction de l’intérêt de son peuple. La Suisse a la chance de ne pas être dans l’Union européenne et d’avoir encore ce pouvoir régalien. Il est normal et même vital pour elle qu’elle en use, et nous, Français, ne pouvons que la comprendre et l’envier, même si une telle politique patriote porte atteinte aux avantages de quelques milliers de frontaliers, dont ma propre mère qui, habitant Annemasse, travailla à Genève une bonne partie de sa vie…

 

En 2011, vous avez débattu pendant près de deux heures avec Oskar Freysinger, figure bien connue de l’UDC sur des questions civilisationnelles [1]. Vous divergez notamment avec Freysinger sur le danger que représenterait l’islam à l’égard des sociétés européennes. Quel message souhaitez-vous adresser à l’électeur suisse qui pense que l’islam est un danger majeur pour son mode de vie ?

Je pense que le problème n’est pas l’islam mais l’immigration. Reprenez le contrôle de l’immigration et l’islam cessera d’être un problème ! Or, je constate que ceux qui critiquent l’islamisation, au nom de la laïcité, sont souvent les mêmes qui sont pour l’immigration au nom de l’universalisme maçonnique et de l’intérêt patronal bien compris – les deux allant d’ailleurs souvent de pair. Il y a là plus qu’une contradiction : une malhonnêteté. C’est contre cette escroquerie politique qu’il faut lutter, en Suisse comme en France, plutôt que d’insulter ces musulmans qu’on fait venir en masse et qu’on pousse ainsi à se radicaliser…

 

Dans vos prises de position publiques vous dénoncez régulièrement la mainmise du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) et de la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) sur la vie politique française. En Suisse, Pierre Weiss, le vice-président de la LICRA Genève qui est également président de l’Association Suisse-Isräel et député, souhaite interdire le voile à l’école [2]. Que vous inspire son initiative ?

Qu’elle est du même ordre de perversité que celle que je viens de dénoncer dans ma réponse précédente. Ce n’est pas à une communauté religieuse ultra-minoritaire, d’origine étrangère et faisant allégeance à un pays étranger, Israël, de dicter à la majorité sa politique en matière de tolérance religieuse. Surtout quand cette minorité passe son temps à demander à l’État laïc des dérogations et des passe-droits sur des questions religieuses et communautaires. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que cette attitude illégitime et perverse finira par se retourner, par la faute de ses dirigeants, contre la communauté juive toute entière, comme ça a souvent été le cas par le passé. Je suis d’ailleurs étonné que des gens prétendument si intelligents aient autant de mal à le comprendre…

 

Un fait divers pour terminer cette interview : la présentatrice américaine Oprah Winfrey vient de lancer une polémique à l’égard de la Suisse. Elle affirme avoir été victime de racisme dans une boutique zurichoise en voulant acheter un sac à 35 000 dollars [3]. Quel commentaire faites-vous de cet épisode ?

Que le combat antiraciste ne veut décidément plus dire grand chose aujourd’hui, tant il a été vidé de tout contenu sérieux par ce genre de mondaine manipulatrice. Cette dame évoque à l’évidence bien plus l’arrogance de l’oligarchie mondialiste que la souffrance noire, et pour le bien même de l’antiracisme, il serait bon qu’elle en prenne conscience quand elle s’adresse de façon aussi peu diplomate au petit peuple suisse.

Retrouvez Alain Soral chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

60 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • Totalement anormal que cet entretien ne soit pas publié dans les médias car le contenu est très intéressant et les lecteurs suisses sont privés d’un avis précieux. Espérons que de nombreux Suisses et de Belges et de Canadiens adhèrent à ER. L’Union fait la force ! Alain Soral n’aurait pas pu trouver meilleur qualificative pour Oprah Winfrey que "mondaine manipulatrice", quand à ce Pierre Weiss il a l’air d’un sioniste notoire et nuisible.

     

    • Bonjour à vous,
      Je suis moi-même un franco-suisse de 19 ans habitant à Genève depuis ma naissance.
      Tout ce que je peux vous dire c’est que j’entend de plus en plus de jeunes suisses parler de Dieudonné et de ses spectacles. Il y en a aussi qui connaissent Soral et ER, mais beaucoup moins malheureusement pour l’instant.

      J’en profite pour parler de quelque chose qui n’a rien à voir avec cet entretien d’Alain pour dire qu’il y a également un référendum qui va être voté en Suisse bientôt à propos de donner un salaire aux mamans qui décideraient d’arrêter leur profession pour s’occuper de leur enfant puisqu’il faut deux salaires aujourd’hui pour s’en sortir.


  • Bonjour, je suis frontalier, ( je vis près d’Annemasse et travail à Genève ) et je tiens à préciser que le travail que l’ont fait à Genève, les suisses ne veulent pas le faire, la plus part du temps . C’est pour ça qu’il y a une très très grosse communauté portugaise, et aussi beaucoup de Kosovar . On ne volent pas le travail des suisses, ils ne veulent pas le faire .
    Je tiens a préciser aussi que j’ai doublier mon salaire, pour environ 25 - 30 % d’heures en moins !

    Et cet article m’a donné envie d’aller faire une quenelle au siège LICRA-Genève ahah !

    Cordialement .

     

    • #497578

      En France, les immigrationnistes nous sortent toujours cet argument : "Les immigrés font le travail que les français refusent de faire". Ce qu’ils oublient de dire, c’est que les Français refusent de le faire...COMPTE TENU DU SALAIRE PROPOSE, qui est dérisoire et c’est la raison pour laquelle le patronat a besoin de ce lumpen prolétariat immigré, et ça n’est pas par paresse que les français refusent de s’investir dans les secteurs comme le bâtiment ou la restauration. Alors en Suisse, je ne connais pas suffisamment la situation, mais je sais que c’est un petit pays de 8 millions d’habitants, donc peut être que la situation démographique (qui joue un rôle, c’est une évidence) et le niveau de vie supérieur des suisses impliquent qu’ils aient peut être plus besoin d’immigrés, mais attention avec ces arguments pervers qu’utilisent les négriers pour assouvir leurs fins et faire baisser à la marge les salaires des locaux.


    • #497677

      Mais de quoi vous parlez ? Les Suisses ne refusent pas de faire le travail que vous, frontaliers, vous "volez" sans le vouloir. Ils refusent d’être payer comme un immigré ou frontalier car la vie en Suisse est bien plus cher qu’en France alors vos excuses bidons rangez-les. Et c’est d’abords le patron qui refuse d’engager des Suisses diplômés et formés., bien trop couteux et plus difficiles à exploiter. Le pays est déjà surpeuplé, selon moi il y a trop d’étranger, le chômage n’est pas critique mais bel et bien là et ne fait que monter. Ce n’est peut-être pas vos intentions premières mais par ces actions, en préférant engager des étrangers et des frontaliers, le patronat détruit le travailleur Suisse et après on s’étonne que Madame doive bosser aussi pour faire tenir la baraque.

      De la part d’un Suisse au chômage.


    • Non, même pas, Patrick.
      Postulez pour un emploi de "ripeur" (éboueur) et vous ne serez pas pris.
      Ces emplois sont tout simplement réservés pour une certaine population.
      Moi qui suis gardien d’immeuble, j’ai au moins 15 témoignages dans ce sens pour une petite commune de 15000 âmes... Des français postulent, je peux vous l’assurer. Ca ou des emplois d’entretien de la voirie, ou autres.
      Les raisons profondes : je n’en sais rien. (acheter une hypothétique paix sociale ? Visibilité ? Autre ?).


    • @ Joey
      Avec un tel raisonnement, je me demande vraiment ce que vous sur le site d’ER (à moins que ce soit l’une des premières fois et que vous allez évoluer)… On sent vraiment le frontalier qui gagne son pain en Suisse et qui profite de sa vie de classe bourgeoise très aisée en France voisine et qui trouve n’importe quelle excuse bidon pour se justifier.

      Pour votre information, le patronat et l’economie font venir des frontaliers (ainsi que des étrangers) en Suisse uniquement pour casser la dynamique salariale. Cette pratique existe dans la plupart des pays occidentaux. Aucun individu quel que soit sa nationalité n’est disposé à faire un travail pour un salaire trop bas. Le capitalisme international veut la destruction des frontières afin d’avoir accès à n’importe quel travailleur meilleur marché sur la planète.

      Lorsque j’entends quelqu’un comme vous me dire que les frontaliers font le travail que les suisses ne veulent plus faire, ça donne l’impression que tous les suisses ont des diplômes universitaires, sont tous banquiers ou ingénieurs. Or une partie de la population résidente (suisse et étrangère) n’est pas diplômée ou a une formation pour faire un travail manuel. Ils peuvent faire ce genre de travaux. Mais la société de consommation libérale libertaire en fait des branleurs bien payés au chômage et on va chercher ailleurs des gens qui viennent d’un pays économiquement sinistré (ils sont donc plus motivés) qui coûtent moins cher. La pression se fait même sur les travailleurs du secteur tertiaire qui ont une formation commerciale. On engage des frontaliers ou étrangers qui sont surdiplômés pour faire un travail en dessous de leur capacité uniquement parce qu’ils coûtent moins cher. J’admets que certains secteurs ont besoin de main d’oeuvre érangère mais ca ne justifie pas la perte de controle de notre politique migratoire ni l’afflux de frontaliers.


    • #498033

      évidemment, que tu voles.

      les suisses ne "veulent pas" tout simplement parce qu’on leur explique depuis leur plus jeune age qu’il vaut mieux glander plutot que de faire un boulot "dégradant" (sic) alors qu’il y a des étrangers pour le faire pour moins cher...

      Tu piges que dalle toi.


    • Bonjour Joey,

      Je ne suis pas suisse, mais français. et le refrain "les français ne veulent plus faire le sale boulot, etc..." Nous le connaissons par coeur. Non seulement votre raisonnement est faux, mais il est en plus une insulte à la la dignité des suisses comme ce que je viens de citer est une insulte à la dignité des français.
      Les "sales boulots", français ou suisses ne sont pas levés un matin en disant "marre de ces travaux dégradants, nous on préfère le chômage !". Faut-il être limité intellectuellement pour étaler de telles absurdités...
      Ainsi donc, pendant des siècles et des siècles, on aurait appelé au secours portugais ou kosovars pour faire les travaux "ingrats" ? Ridicule...
      Je ne perdrai pas mon temps à essayer d’argumenter à ce sujet, mais je me contenterai de vous conseiller de réfléchir un peu, voire de vous documenter, avant de sortir de tels propos.


    • @Salut à tous,j’ai travaillé sur des chantiers CFF(SNCF Suisse)il y a quelques années,sur la dizaine d’équipes employées il y avait 0 Suisse,donc bien-sûr que Joey dit vrai,les Suisses ne veulent pas bosser dans le bâtiment-construction et ça me désole que cette mentalité soit aussi présente chez des jeunes Français au chômage ;la dernière fois il y avait un camarade "manager en jsais pas quoi" qui se disait au bord du suicide car au chômage avec des enfants,je lui ai répondu en lui disant que je pouvais lui trouver un contrat de qualification d’un an au smic(je connais un type qui recrute pour des boîtes,je l’ai rencontré à Annemasse il y a quelques années justement),je lui donnais le numéro personnel du recuteur(ce qui évite de passer par la case intérim ou annonces),ce dont j’aurai bien aimé bénéficier à mes débuts,et bien non,le camarade n’a pas répondu...il y a du vrai dans ce que dit Joey,et je travaille en bâtiment,ferronnerie-fonderie(conducteur d’engin aussi)et on n’arrive toujours pas à constituer rapidement des équipes car en 2013,malgré un chômage galopant,l’homme "moderne"(la modernité ?une couillonade galinette,comme dit le papé)a peur de travailler dehors,la pluie ça mouille,le froid ça claque,l’été on crame,ils n’ont qu’à espérer trouver un emploi de bureau pour gonzesse,point,j’attends qu’on vienne me démontrer le contraire,j’ai travaillé dans toute la France et c’est un constat de terrain...Féthi


    • #498250

      Ton argument ne tient pas debout. C’est une insulte de dire que les Suisses ne veulent pas d’un certain genre de boulot. Il y a plein de Suisses au chômage qui ne demandent qu’à bosser même dans un chantier. Qu’il y ait quelques parasites et fainéants, profiteurs n’y change rien. Le patronat pratique le dumping salarial et préfère embaucher des étrangers pour une somme moins élevée qu’un natif. L’argument des Suisses qui ne voudraient soi-disant pas faire le travail est révélateur d’une mentalité trotskiste et manipulatrice....


    • @"B ;"

      Je pense que ce phénomène de "paix sociale" existe bel et bien.
      Par exemple à Lyon, les déchetteries publiques sont tenues par les marocains (pourquoi n’y a-t-il pas de souchien ?).
      Je me souviens jeune en primaire un de mes meilleurs pote d’origine stéphanoise avait son père éboueur.

      Cette gestion ethnique, permet l’organisation de petite affaire parallèle servant de soupape, comme un "tri noir", réservant les objets "comme neuf" pour un marché noir, organisé en général à la fermeture.


    • Chers voisins,
      Je tiens juste à "casser" ce mythe du "les suisses sont riches et ne veulent pas des petits boulots".
      Fils de travailleur espagnol saisonnier et de mère suisse (déjà là on casse une certaine idée de clivage...et ne venez pas me dire que c’était la mode dans les années 70 de se taper un saisonnier...). Bref, le fait est que non seulement beaucoup de jeunes apprentis sortants de leur apprentissage ne trouve pas de travaille dans les domaines cités (travaux mécaniques, peintres, plate rie, maçonnerie, bûcherons etc...) mais en plus, les postes qui sont "attribués" le sont en général fait au travers d agences de placement qui elles....se trouvent en France (il y a d ailleurs quelques rebondissements en ce moment dans le Jura pour cela). Bon ok vous me direz...et alors ? Alors...et bien pour les entreprises familiales ou de taille humaine, l apprenti reste généralement par la suite, mais c est ridicule comparé aux grosses boîtes.De ce fait, les grandes boîtes délègues la recherche de personnel, et celles-ci placent des travailleurs frontaliers qui, pour un même coût, aura plus d’expérience sans se soucier des charges sociales. Pour le côté "riche" c’est très simple. Exercice fait avec un ami français, à la fin de ttes nos déductions (2ème pilier,avs,impots,taxes,médecin,nos médicaments etc), on se retrouve avec le même porte monnaie que vous.Ne confondez pas la classe riche avec la classe moyenne qui rame pour les 3 ;) (oui on a des pauvres aussi)


    • @B,

      Ce sketch vient illustrer vos propos ;)

      http://www.youtube.com/watch?v=jS79...


    • Les boulots que ne veulent pas faire les suisses ce ne sont pas les français qui le font, encore moins à Genève. Ce sont les gens du sud de l’Europe nouvellement sinistrés (Portugal, Espagne, Grèce) balkaniques ou des pays du Sud (Afrique, Asie et Amérique latine) Je vois beaucoup de français dans tout les secteurs (vente, secteur hospitalier où ils sont parfois majoritaires, etc certains occupent même des postes de direction) Il était même question qu’un français dirige les Transports publics genevois. Pourquoi pas finalement mais imaginez la réciproque à Annemasse ou Annecy, un suisse à la tête d’un secteur étatique français, impensable !
      Dans l’Arc Jurassien où je vis (canton de Vaud, Neuchâtel, Jura et Jura bernois) région horlogère par excellence il n’est pas rare que certaines fabriques emploient plus de 60% de frontaliers français, main d’œuvre bon marchée pour les patrons. Le travailleur résidant en Suisse (je ne parle pas même du citoyen suisse !) étant jugé trop cher. Exemple : canton de Neuchâtel forte croissance due au secteur horloger mais hausse du chômage également…, cherchez l’erreur. Je comprends évidemment le collègue frontalier qui double son salaire en passant la frontière. L’UDC, parti de Fressinger toujours prompt à fustiger l’étranger est bien timide lorsqu’il s’agit de lutter contre le dumping salarial et les patrons profiteurs.


  • Merci monsieur le président !

    Suivez E&R Suisse sur facebook !
    https://www.facebook.com/EgaliteEtR...


  • #497579

    Alain Soral qui, comme à son habitude et sans dévier d’un iota ce qui est la marque la plus évidente de son honnêteté et de son courage (puisque le problème est toujours là), remet les réalités à leurs places...et où l’on retrouve une fois de plus affichées les frasques d’ un "élu" de la Licrasse !...donc la censure qui s’ensuit n’étonnera personne, pas plus que l’acharnement que nous aurons à la combattre !

     

    • Le vrai raciste c’est ce type de la Licra Pierre Weiss qui essaie d’inciter à la haine des musulmans. Le voile est un phénomène très marginal en Suisse. Pourquoi ne pas interdire la kippa si on suit son raisonnement ? Parce que le sionisme c’est ça, le deux poids deux mesures, l’injustice profonde...


  • Alain Soral montre avec force qu’il n’agit pas ou ne pense pas en fonction de ses petits intérêts propres. Il est d’une parfaite honnêteté intellectuelle quand il dit que chaque pays a le droit de contrôler son immigration même si ça doit se faire au détriment des avantages de quelques milliers de frontaliers. Peu importe si sa propre mère bénéficiait de l’emploi à Genève et ce qui compte c’est la cohérence, il mérite le respect, chapeau bas Alain Soral !


  • #497896

    Ce qu’il faut dire sur Oprah Winfrey
    Il y a quelques années, elle a le même genre de scandale chez Hermès aux USA
    Avec plates excuses du DG USA d’Hermès à la TV à la clé
    bref, la donzelle est une habituée de ces affaires
    cela valide le propos d’Alain Soral.

     

    • Oui vous avez raison Oprah est coutumière de ce genre de dérapage. Elle avait fait le même scandale chez Hermès à Paris : http://obsession.nouvelobs.com/peop...


    • Tiens, c’est étonnant... Parceque là, c’était aussi pour un Hermès en croco qu’elle a fait ce sandale à Zurich. Soit c’est une fana des Hermès, soit elle a une dent contre la marque... Ou mieux, joli coup de pub pour Hermès. Mais la marque n’a pas besoin de pub ; il faut attendre presque 2 ans pour un Birkin après inscription. Mais peut être Oprah estime qu’on ne peut pas faire attendre une star comme elle...

      En tout cas, propos très justes de Soral à son égard : une mondaine manipulatrice qui dénature le combat antiracisme.


    • #501031

      Il y a aussi des gens qui confondent la critique personnelle avec le racisme.

      Donc dès qu’on vous challenge, ou qu’on est pas daccord avec vous, vous pouvez crier au racisme, et au facsisme, à l’extrème droite.


  • #497936

    La vidéo du débat entre Alain Soral et Oskar Freysinger mérite d’être vue ! D’habitude OF ne fait qu’une bouchée de ses adversaires gauchistes mais ici il a trouvé quelqu’un qui avait du répondant et qui se retrouvait . Soral maîtrise parfaitement la dialectique et corrige Freysinger sur l’Islam avec une aisance époustouflante !


  • #497942

    La Quenelle d’Alain Soral adressée à Oprah Winfrey estau moins de 175 :-) Cette perruche mondialiste qui avait activement soutenu Obama le criminel de guerre fait régulièrement la promotion des LGBT. Elle ferait mieux de faire des excuses au peuple suisse pour s’être comportée de la sorte...


  • #497980

    Le cas du sac à main est un mensonge basé sur le cliché de la personne issue d’une communauté représentative de la pauvreté mais qui a réussi.
    Dans la cinématographie, littérature de l’Amérique du Nord, on voit cette pauvre petite gueuse qui se fait jeter d’une boutique où elle était entrée par erreur mais que plus tard elle a réussi grâce à une remarque à deux balles auprès d’un décideur de la boîte où elle sert le café et qu’elle a pris la place de la directrice qui a trébuché et que elle rerentre dans la boutique et là elle pose sa carte de crédit et que les vendeuses nunuches du début elles se plient en deux.
    Cinéma.
    Les vendeuses à Zürich ou aux Champs-Elysées en voient passer de toutes les provenances des riches, par définition, et l’élite d’un pays d’Afrique subsaharienne est maintenant obligatoirement noire de peau, du Moyen Orient de type arabe, de Russie ou d’Ukraine nécessairement slave ou caucasienne de style vulgaire nouveau riche, de Chine ne paye pas de mine.
    En revanche ce qui peut être vexant de la part d’une vendeuse surdiplômée allemande frontalière ou russe épousée, c’est la segmentation de son marché et la priorisation par répartition de la clientèle déclassée que sont devenues les Américaines et les Japonaises.
    Car à l’accent de cette dame, il aura été évident qu’elle n’était pas Africaine mais bien New-Yorkaise.
    Madame, celui-ci n’est pas pour vous, et en plus je le trouve trop cher pour ce qu’il est, voyez donc ceux-ci, au salon à l’étage, qui, à mon goût de professionnelle de la mode, à en juger par votre style, correspondront plus à votre personne.

     

  • Alain Soral a raison quand il parle d’escroquerie du PS. Non seulement ils ne représentent pas la vraie gauche du travail mais le gouvernement est en plus un nid de sionistes acharnés. Entre Valls qui se dit "éternellement lié à Israël (Quand même), Peillon qui sourit béatement à Netanyahu quand celui-ci vient faire son meeting politique en France, ou bien Moscovici qui admire le sionisme de Léon Blum, ou encore Fabius le Sayanim prêt à assassiner le président syrien, les moutons qui ont voté pour Hollande en croyant soutenir la Palestine en sont pour leurs frais...


  • Oskar Freysinger est aussi dans le comité de l’initiative : "Oui à la protection, contre la sexualisation à l’école maternelle et à l’école primaire", cela, suite à la tempête d’indignation après l’introduction de "sex-boxes" contenant du matériel pornographique destiné à l’éducation sexuelle dans les écoles maternelles et primaires de Bâle Ville. Toutes ces protestations ont fait reculer un peu le projet, mais il ne faut pas lâcher prise, il faut encore 23’000 signatures pour que l’initiative aboutisse. Alors, si vous êtes suisse et que vous n’avez pas encore signé, renseignez-vous et signez l’initiative, il y a une campagne de collecte en ce moment.

    "Santé corporelle", "santé psychique", "santé mentale", "santé sociale" et "santé moderne" semblent être dans le vent. Et, de plus en plus souvent se fait entendre l’aspiration à la "santé sexuelle" ou même à la "santé de genre". C’est à se demander si, derrière tant de "santé" ne se cache pas éventuellement quelque chose de malsain ou de malade... L’Etat est manifestement très attaché à ce que la population suisse soit tout à fait en bonne santé..." Oskar Freysinger

    http://www.tdg.ch/suisse/Initiative...

     

    • Autant je pense que Freysinger se trompe de cible en s’attaquant à l’Islam autant je pense que Soral et Freysinger peuvent faire front commun dans le combat contre la pédocriminalité pratiquée et encouragée par certaines élites. Freysinger a bien remis à sa place Daniel Cohn-Bendit par rapport à son passé où il se vantait de se faire toucher la braguette par des petites filles : http://www.youtube.com/watch?v=dZoF... Je rêverais de voir un débat Soral-Cohn Bendit :-)


    • #498753

      J’ai toujours été convaincu qu’Oskar n’était qu’un sioniste utile du système suisse mais finalement je crois juste qu’il était un peu con et qu’il commence à comprendre maintenant. Ce n’est qu’un prof originaire du petit peuple valaisan, un peu lent à la détente mais patriote surtout. ;)


  • #498440

    Soral ne peut être publié, il dit des vérités, c’est contre productif ! En plus, il ne fait pas l’apologie de la pédophilie, c’est vraiment pas responsable.


  • Alain et Oskar :

    J’aimerai voir plus de co-opération.

     

  • #498937

    Au lieu de la peur, nous devrions plutôt mettre en place une meilleure politique d’immigration. La Suisse est inutilement peur de l’UE et l’Europe dans son ensemble oublie qu’il s’agit d’une bonne intégration des politiques et équitable immigration est nécessaire de toute façon. Faisant partie intégrante d’une société multiculturelle tout en conservant leur culture et leurs valeurs est nécessaire. En outre, une telle société est tolérante et offre l’harmonie culturelle. Nous devons faire attention à des tendances très nationalistes en Europe. Je pense que les deux extrêmes - à la fois de gauche et de droite - que nous avons connu dans l’histoire récente, et les deux ont fini dans le désastre.
    Multiculturalisme Vivat, Vivat Europe.

     

    • Le multiculturalisme est une escroquerie vendue par les adeptes du gouvernement mondial comme Jacques Attali qui voudraient que les peuples abandonnent leur souveraineté et leur identité pour pouvoir devenir des consommateurs dociles et corvéables à merci. La Suisse n’a pas peur de l’UE, sa situation économique plus saine prouve qu’elle a bien fait de ne jamais adhérer à cette entité qui n’est autre qu’une étape intermédiaire avant la mise en place d’un gouvernement mondial.


    • #499218

      Comme le dit Soral ceux qui sont pour l’immigration proviennent de la franc-maçonnerie et du patronat puis montent les gens les uns contre les autres au nom du principe "diviser pour mieux régner"


  • #499427

    Réponses un peu neutres à mon goût (mais Soral a l’élégance de ne pas s’ingérer) et questions pas très profondes, mais il est bon d’entendre un peu parler de la Suisse. Toutefois, l’interviewer, dont j’ai bien connu le frère pendant mes études, se fourvoie en glissant une référence au parti MCG. En effet, la Suisse se dote, comme la France, de faux opposants au Système, les partis réellement dangereux restant marginaux, avec pour exemple le PNS de Brennenstuhl, bien que je n’approuve pas toute leur ligne et considère la lutte politique exclusive comme vaine.

    Pour le cas UDC, il est clair que ce parti est libéral, anti-européiste mais atlantiste et tourné vers la Communauté. Pour les mouvements citoyens romands (MCR, MCG, MCN, MCVD…) c’est plus subtil. Pourtant, il suffit de lire leurs tracts pour s’en convaincre. Aucune vision d’avenir et tactique électoraliste. Derrière ces belles allures, la base réellement contestataire a été épurée au profit de Franc-Maçons, opportunistes de carrière et autres phénomènes en tout genre allant de la débilité la plus profonde aux adeptes de la Rose-Croix, sans mentionner que ce parti n’est absolument pas opposé à la Communauté.

    Il y a dans la politique suisse quelques individualités courageuses et probablement naïve, dont quelques noms locaux me viennent à l’esprit ainsi qu’un certain Baettig, membre de l’UDC, sauf erreur, et qui a été déclaré le politicien le plus antisémite par la CICAD (Crif suisse) pour avoir répondu à leur questionnaire en affirmant que la juiverie était responsable de l’antisémitisme.

    Bref, actuellement, le MCG fait campagne en vue des élections cantonales et je me ferai un plaisir d’aller perturber leur stand au cri de "Franc-maçons, en prison !"

     

    • Je ne sais pas quelle est votre définition de la neutralité mais lorsque Soral dit que c’est n’est pas à Israël, de dicter à la majorité sa politique en matière de tolérance religieuse que le socialisme du Parti socialiste est une escroquerie ou qu’Oprah Winfrey est une mondaine manipulatrice, je ne pense pas qu’on peut le qualifier de neutre. Au contraire il est toujours aussi percutant. L’analyse sur le rôle périphérique de la place financière suisse est très intéressant, on entend pas souvent ce discours de vérité.


    • #500461

      Je parlais de ce qui concerne la Suisse précisément : il reste prudent, neutre et respectueux. Il s’exprime sur ce qu’il trouve positif de façon biaisée, comme pour l’affaire de la dégénérée Oprah, mais sur ce qu’il y aurait à critiquer ou sur les leçons qu’il pourrait donner, il reste réservé. Ce n’était pas une critique, juste une constatation


    • Je pense qu’Alain Soral pourrait approfondir sa réflexion lors d’une conférence en Suisse, de nombreuses personnes se réjouissent à cette perspective. L’interview est courte mais donne quelques pistes de réfléxion intéressantes.


  • #499539

    Je ne peux dire que bravo au journaliste et à M. Soral qui parle de tous les sujets avec une très grande maitrise.


  • #500525

    On parle à Genève de Frontaliers autant pour les genevois habitant en France que les français travaillant à Genève. Je pense qu’on fait souvent un amalgame entre les deux. On oublie peut être -et le cas de M. Soral le démontre bien - qu’il y a une problématique régionale et historique entre les populations suisse et francaise des départements de l’Ain et de la Haute Savoie. Personnellement ça ne me choque pas que les habitants "de souche" des régions avoisinant Genève profitent du dynamisme de la région. (il y a pas mal de suisses qui ont émigré en France voisine depuis des générations ainsi que l’inverse). Par contre j’entends souvent dire "les français prennons les jobs que les suisses veulent pas faire..." et je dois dire que je ne suis pas d’accord : j’en connais un paquet de francais qui travaillent à genève et croyez moi qu’ils ne font pas tous des jobs de merde. En fait une partie qu’on ne pourrait nomer de marginale travaille en banque, ou dans le tertiaire de façon générale. Une connaissance travaillant dans une banque francaise de la place m’a fait remarquer que "ce n’est pas interdit d’être français" [pour être engagé dans cette banque]... putain tu m’étonnes Jon ! doux euphémise quand je constate le nombre de français qui travaillent à la banque cantonale de Genève ou dans la fonction pubique. Par contre ce qui me choque c’est des francais de partout ailleurs (ou tous les expats en fait) qui travaillent dans les secteurs bancaires entre autre, ou le tertiaire de façon générale et qui ont une attitude arrogante face aux genevois (sans faire l’amalgeme entre la provenance et le comportement) : "moi à geneve j prends que le salaire" j’ai entendu dire il y a peu de temps... ou bien d’autres qui s’insurgent de devoir cotiser à l’assurance vieillesse des suisses. Le comble etant qu alors qu’ils travaillent dans le social à Geneve , pour expliquer à des jeunes suisses sans emploi quoi faire pour en trouver un. Limite schysophrénie hypocrito-foutagedegueulienne sur les bords. Je voudrais conclure en disant que personnellement audela des nationalités il y a des gens avec leur bagage et leur vies leurs joies et leur drameset que personnellement je n’ai pas de ressentiment contre eux. Ils font ce qu’il y a de mieux pour eux dans le système qui nous est imposé. Les cons parcontre (et on sait que la connerie a ce caractère universel, qu’elle ne connait ni les classes ni les nationalités)... j’avoue, j’ai plus de mal.
    Bien à vous,
    Phil

     

    • Commentaire très juste, c’est avant tout l’arrogance des expatriés envers les locaux qui est détestable. Il faudrait un peu plus d’humilité de la part de ces gens là, ils ne devraient pas se comporter en maître quand ils ne sont pas chez eux, cela fait penser à une certaine forme de colonialisme....


  • #501576

    Très bon entretien car les questions sont bien ciblées


  • #502215

    Ironie de l’histoire, le sioniste Pierre Weiss et qui est vice-président du parti libéral radical en Suisse a été adjoint au maire de la petite commune de...Soral


  • #502854

    Pierre Weiss est anti-islam, mais paradoxalement immigrationiste, anti-frontières et anti-nations.

    Tout comme ces juifs se disant nationalistes dont le patriotisme se limite à faire une fixation sur l’islam mais pour le reste leurs idées libérales libertaires ne diffèrent en rien des apatrides cosmopolites du parti socialiste.

    Tout cela M. Freysinger l’a bien compris, c’est pourquoi il est obligé de taper sur l’islam pour que le lobby le laisse tranquille.

     

  • #502994

    Comment se fait-il que sur le site d’Egalité et Réconciliation SUISSE, il y a 0 commentaires.

    En tout cas en Suisse les gens semblent moins courageux de leurs opinions qu’en France, sur les sites dissidents. A moins que leur manque de solidarité ne soit dû à leur légendaire égoïsme "tant que ça va pour ma poire, tant pis pour les autres". En tout cas, une connaissance m’a affirmé que le Suisse, même dans la misère, écrasera ses compagnons d’infortune pour défendre ses oppresseurs, en l’occurrence le patronat et les banques. Et vous voilà l’exemple type du "sous-prolétariat abruti" très bien défini par Karl Marx.

    Je croyais pourtant la Suisse plus démocrate et avec une plus grande liberté d’opinion que la France. En tout cas c’est ce que M. Piero San Giorgio (que j’apprécie pourtant) prétend. Nous aurait-on menti ?

    Peut-être que MM. Alimuddin Usmani ou Benham Najjari, qui y vivent en Suisse, pourraient-ils éclairer ma lanterne ?

     

    • #503209

      Bonjour,

      Je vis en Suisse et effectivement il n’y a aucun commentaire sur ER Suisse, pas seulement sur cet article mais sur tous les autres. Je crois que les raisons ne sont pas celles de l’égoïsme ou du manque de courage (après tout les commentaires sont anonymes) mais tout simplement parce que les Suisses préfèrent l’original à la copie ;-) Tous les Suisses vont sur ER France car c’est un site bien plus fourni et sérieux, il y a des vidéos d’Alain Soral mais aussi beaucoup d’autres informations. Les Suisses préfèrent commenter sur ER France car la discussion est plus riche, le monde amène le monde et pour l’instant ER Suisse c’est le désert. ER Suisse se contente uniquement de relayer quelques informations mais ne produit quasiment rien, peut-être par manque de moyen, il faudrait poser la question à son président Behnam Najari...


    • Je suis à moitié Suisse et vie en face d’ Evian, sur les bord du lac Léman. Les commentaires cet ici que je les poses car plus vaste, la Suisse Romande ’’Francophone’’ n’est pas très très grande.
      Ces comme pour la politique, les Suisses Romand suivent plus la politique Française, que la Suisse, cet un fait.
      Pour l’égoïsme, je crois que tu te trompe de personne là... Moi je te dirais chacun ça merde, mes après ci cela est pris pour de l’égoïsme, tampis et malgré ’’chacun ça merde’’, pas un clochard ne meurt de froid, dans la rue.
      Car les Suisses ont voté et mis en place déjà depuis bien longtemps, des lois sociale afin que chaque personne établie en suisse puisse avoir un toit, à manger, ce soigner, garder un peux de ça dignité. Le contraire de ’’ le Suisse, même dans la misère, écrasera ses compagnons d’infortune’’
      Pour ce qui s’agit de démocratie, ci il y a bien un pays démocratique, ces bien la Suisse...
      Ces le peuple par referendum et votation qui fait passer les lois, les décisions et autres. Nous sommes un peux longue pour instauré une lois, cet vrais, mes jamais une loi peut être imposé ou changé, comme en France... Cet le peuple qui décide ! Et après les les canton qui les met en place, pour simplifier très grossièrement. Je ne vois pas sur cet planète un endroit plus démocratique...
      mes bon....


  • Cela ne m’étonne pas que la publication de cet entretien ait été refusée par nombreux médias. Il y a trop de vérités que les médias, contrairement à leur rôle, tentent d’étouffer ! Donc merci à ER d’avoir publié cet article, à Alim d’avoir su sélectionner ses questions et de les avoir posées et à Soral d’y avoir répondu franchement.


  • "ceux qui critiquent l’islamisation, au nom de la laïcité, sont souvent les mêmes qui sont pour l’immigration au nom de l’universalisme maçonnique et de l’intérêt patronal bien compris – les deux allant d’ailleurs souvent de pair. Il y a là plus qu’une contradiction : une malhonnêteté."
    C’est très juste, mais notre Président ne parle pas de ceux qui critiquent l’islamisation au nom de la tradition et de la culture chrétienne de la France. Et ceux-là sont cohérents, contrairement aux Merluchon et autres Besancenot. Il est vrai qu’ils n’ont pas vraiment les faveurs des medias...

     

    • #504291

      Inutile de mettre l’accent sur ce point car le mouvement d’Alain Soral s’appelle justement Egalité et Réconciliation. Dans les conférences d’Alain Soral il y a des patriote français de souche, des anciens gauchistes, des gens issus de l’immigration maghrébine. C’est une véritable armée de Spartacus, une véritable force. Comme le dit Soral l’Islam n’est pas un réel problème c’est l’immigration de masse le problème et les médias et l’élite proche de l’Empire stigmatisent l’Islam suffisemment comme ça. Pour Soral l’Islam est une religion virile et qui prône le respect des anciens. Il y a des convergences entre la chrétienté et l’Islam car l’Islam respecte infiniment le prohpète Jésus Christ tandis que le judaïsme considère ce dernier, au mieux, comme un rabbi apostat. Le vrai ennemi n’est pas l’Islam pour la France mais le lobby communautaire sioniste qui tente par tous les moyens de faire taire, d’agresser physiquement ou d’asphyxier économiquement des gens honnêtes comme Alain Soral.


  • #508886
    le 31/08/2013 par PER CAPITA ........................
    Entretien avec Alain Soral sur l’actualité suisse

    " l’Islam n’est pas un réel problème c’est l’immigration de masse le problème"
    ----------------------------------------------------

    Ah bon !.. et donc il n’y aurait aucune corrélation entre l’immigration de masse et l’islamisation ?..
    Je crains hélas que ce raisonnement ne tiennent pas dans un proche avenir hélas, et même si A.Soral dit le contraire !..
    L’avenir ne tardera à nous dire qui est dans le vrai ?..

    PS : Je suppose que mon commentaire sera éjecté non ?..


  • #518216

    Aucun commentaire particulier à rajouter,si ce n’est que l’immigration semble aussi devenir un problème préocupant pour la Suisse,qui ne fait pas partie de l’Europe mais est tout de même victime collatérale de la politique perverse de l’empire,qui pour arriver à la mise en place de son "sataniste"gouvernement mondial,utilise l’immigration pour détruire les cultures enracinées,faire du dumping social et briser ainsi toute résistance des nations en les détruisant par une uniformisation globale,comme nous l’explique et nous le démontre de façon magistale et passionante Alain Soral dans son brillant et désormais best-seller :"comprendre l’empire". À part ça,c’est toujours un plaisir d ’en apprendre un peu plus sur Alain Soral,personnalité que je suis loin d’être seul à apprécier énormément et dont la pertinence des analyses et remarques n’est plus à démontrer depuis longtemps.(pour ceux qui sont de bonne foi et ont un cerveau !) Je ne peux donc que recommander encore et encore de lire ses ouvrages,surtout les derniers !


Afficher les commentaires suivants