Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Entretien avec Lucien de Gouverner par le chaos

Première partie

Version revue et retouchée pour Égalité & Réconciliation du texte paru dans Rébellion, n° 58, mars/avril 2013.

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques lignes ?

Venant de l’extrême gauche de l’échiquier politique, je vote « Non » en 2005 au référendum sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe, comme 55 % des votants. Quand je vois au cours des années 2006 et 2007 ce que le pouvoir fait du scrutin, cela me décide à m’engager dans les mouvements anti-Union européenne et antimondialistes, donc nationalistes, autonomistes et localistes. L’autogestion signifie pour moi « liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes » ainsi que « souveraineté » dans tous les sens du terme : alimentaire, énergétique, économique, politique et cognitive. Au fil du temps et des rencontres, je me suis rendu compte que le clivage politique droite/gauche est en fait complètement bidon et que la seule différence à considérer est entre la vie et la mort.

 

En 2010, vous faisiez paraître Gouverner par le chaos – Ingénierie sociale et mondialisation chez Max Milo. Pouvez-vous revenir sur l’origine de votre réflexion et sur votre choix de l’anonymat ?

L’origine est multiple. D’abord, comme beaucoup de monde, j’ai observé chez nos dirigeants politiques, économiques et médiatiques une telle somme d’erreurs et une telle persistance dans l’erreur que j’ai été amené à me demander s’ils ne le faisaient pas exprès. En Occident, les résultats catastrophiques des orientations prises depuis des décennies sont évidents à court terme, si bien qu’on ne peut leur trouver aucune excuse. Une telle absence de bon sens est troublante. Cela induit un vif sentiment de malaise, qui peut devenir une dépression plus ou moins larvée, qui a été mon état pendant longtemps. J’en suis sorti progressivement, mais certains éléments ont été plus décisifs que d’autres pour me faire comprendre ce qui se passait vraiment et l’origine de ce malaise.

La lecture de La Stratégie du choc, de Naomi Klein, a été un choc, justement. On comprend enfin à quoi servent ce que l’on pourrait appeler les « erreurs volontaires » de nos dirigeants. Dans un premier temps, on attribue leurs erreurs à de la stupidité, ou à de la rapacité aveugle. En réalité, ces erreurs volontaires obéissent à une méthode générale tout à fait rationnelle et maîtrisée, développée sur le long terme et qui envisage positivement le rôle de la destruction. La Stratégie du choc aborde pour la première fois dans un livre pour le grand public cette doctrine de la destruction positive, qui constitue le cœur du capitalisme depuis le XVIIIe siècle et qui repose sur des crises provoquées et récupérées. Klein met cela en parallèle avec les méthodes de torture et de reconditionnement mental du type MK-Ultra, qui procèdent de la même inspiration : détruire ce que l’on ne contrôle pas, pour le reconstruire de manière plus « rationnelle » et assujettie.

En 2003, j’avais aussi fait des recherches sur le groupe de conseillers ultra-sionistes qui entourait Georges W. Bush et qu’on appelle les néoconservateurs. Je me suis plongé dans leurs publications, A Clean Break, le PNAC, ainsi que dans leur maître à penser, Leo Strauss, lequel m’a ramené sur Machiavel et sur Kojève, et sur une approche de la politique qui ne dédaigne pas le Fürherprinzip de Carl Schmitt, l’État-total cher à Hegel, ni de faire usage de « moyens extraordinaires », selon le bel euphémisme de l’auteur du Prince. De là, je suis allé voir du côté de la synarchie, avec Lacroix-Riz, puis j’ai élargi mon étude à tous ces clubs, groupes d’influence, sociétés secrètes et discrètes qui n’apparaissent que rarement dans les organigrammes officiels du pouvoir.

Par ailleurs, au cours de ces années, j’ai été en contact de deux manières différentes avec le monde du consulting, dans ses diverses branches : management, marketing, intelligence artificielle, mémétique, ingénierie sociale, cybernétique, etc. J’ai rencontré des gens qui étaient eux-mêmes consultants professionnels mais j’ai vu également l’autre côté de la barrière car j’ai subi sur mon lieu de travail des méthodes de management négatif, du même type que celles appliquées à France Telecom. Cela m’a poussé à devenir représentant syndical dans le cadre du Comité hygiène, sécurité et conditions de travail (CHSCT). Je m’étais spécialisé sur les questions de « souffrance au travail », de « burn-out », de « harcèlement moral » (cf. Hirigoyen, Dejours, Gaulejac).

À la même période, j’ai aussi commencé à m’intéresser très sérieusement à l’univers du renseignement, du lobbying, de l’influence et de la guerre cognitive, car j’envisageais de m’y réorienter pour y faire carrière (École de Guerre économique, DGSE, etc.). Pendant toute cette période, j’ai rencontré des gens et lu des publications qui m’ont beaucoup appris sur les méthodes de travail des manipulateurs professionnels, que ce soit en entreprise, en politique ou en tactique militaire, car on y rencontre les mêmes techniques et concepts : storytelling, management des perceptions, opérations psychologiques (psyops), attentats sous faux drapeau, etc.

Au début des années 2000, j’avais aussi exploré la piste du transhumanisme et du posthumanisme. J’y ai adhéré sincèrement, par déception de l’humain essentiellement, avant de comprendre que c’était une impasse évolutive. Ma formation universitaire, que j’ai débutée en philosophie et poursuivie en sciences humaines et sociales, en particulier dans la communication et la sémiotique, m’a donné les outils conceptuels pour synthétiser tout cela. Donc, pour revenir à la question « Nos dirigeants font-ils exprès de commettre autant d’erreurs ? », après vérification, je peux confirmer que oui, et que cela obéit même à une méthodologie extrêmement rigoureuse et disciplinée. Il existe une véritable science de la destruction méthodique, qui s’appuie sur un art du changement provoqué, et dont le terme générique est « ingénierie sociale ». (J’ai introduit par la suite une nuance entre deux formes d’ingénierie sociale, mais nous y reviendrons.)

Pourquoi l’anonymat ? Et j’ajoute une question : pourquoi suis-je en train de le lever plus ou moins ces temps-ci ? Pour tout dire, je me trouve pris dans une double contrainte. Je n’ai aucune envie d’exister médiatiquement ni de devenir célèbre. Une de mes maximes personnelles est « Pour vivre heureux, vivons cachés ». Je préfère être invisible que visible. En même temps, quand on souhaite diffuser des informations, on est contraint de s’exposer un minimum. Or, je veux vraiment diffuser les informations contenues dans Gouverner par le chaos (GPLC), ou dans d’autres publications qui ne sont pas forcément de moi. Je ne vois personne d’autre qui le fait, alors j’y vais. Je pense qu’il est indispensable de diffuser le plus largement possible les méthodes de travail du Pouvoir. J’ai un slogan pour cela : démocratiser la culture du renseignement.

Une autre raison à l’anonymat est de respecter le caractère collectif, ou collégial, de GPLC. Plusieurs personnes ont participé plus ou moins directement à son existence : inspiration, rédaction, médiatisation, etc. J’avoue en être le scribe principal, mais sans la contribution d’autres personnes, ce texte n’aurait pas existé dans sa forme définitive.

 

Que pensez-vous de la production du « Comité invisible » et de la revue Tiqqun ? L’affaire de Tarnac marque-t-elle une étape supplémentaire dans la manipulation des esprits et de la répression du système contre les dissidents de celui-ci ?

J’ai lu tout ce que j’ai pu trouver de cette mouvance situationniste extrêmement stimulante. Leurs textes proposent un mélange bizarre d’anarchisme de droite, vaguement dandy et réactionnaire, tendance Baudelaire et Debord, avec un romantisme d’extrême ou d’ultra gauche parfois idéaliste et naïf. Le tout sonne très rimbaldien. La vie de Rimbaud, comme celle d’un Nerval ou d’un Kerouac, combine des tendances contradictoires : la bougeotte du nomade cosmopolite avec la nostalgie d’un retour au réel et d’une terre concrète dans laquelle s’enraciner ; mais aussi une soif d’action immanente et révolutionnaire coexistant avec le mépris pour tout engagement dans le monde et la fuite dans un ailleurs fantasmé comme plus authentique. Une constante de ce « topos » littéraire, c’est que l’étranger est perçu comme supérieur au local. Ceci peut conduire à une sorte de masochisme identitaire, une haine ou une fatigue de soi qui pousse à rejeter tout ce que l’on est en tant que forme connue, majoritaire et institutionnelle, au bénéfice des minorités ou des marginaux, si possible venant d’ailleurs. Il y a une sorte de foi religieuse dans les « minorités », desquelles viendrait le Salut, croyance entretenue par de nombreux idéologues du Système, de Deleuze et Guattari à Toni Negri et Michael Hardt, en passant par la rhétorique des « chances pour la France ». Dans L’Insurrection qui vient, les lumpen-prolétaires animant les émeutes de banlieue en 2005 sont idéalisés de manière assez immature (et apparemment sans savoir que des agitateurs appartenant à des services spéciaux étrangers, notamment israéliens et algériens, s’étaient glissés parmi les casseurs).

Pour recentrer sur le corpus de textes en question, aujourd’hui je n’en retiens que le meilleur, le côté « anar de droite », c’est-à-dire une critique radicale et profonde du Capital, de la Consommation et du Spectacle mais qui reste irrécupérable par la gauche capitaliste, libertaire, bobo, caviar, sociétale, bien-pensante et « politiquement correcte ». De Tiqqun, je retiens donc surtout la « Théorie de la Jeune-Fille », texte absolument génial et très drôle. On y trouve des références à l’historien de la publicité Stuart Ewen, dont les recherches montrent comment le féminisme et le jeunisme furent dès les années 1920 les outils du capitalisme et de la société de consommation naissante aux USA.

En outre, je suis très travaillé par la question du rapport entre le visible et l’invisible. J’ai beaucoup « mangé » de phénoménologie pendant mes études de philo, comme tous les gens de ma génération : Husserl, Heidegger, Merleau-Ponty, Michel Henry, etc. Cette dialectique visible/invisible recoupe aussi le couple « voir et être vu » des théories de la surveillance, de Jeremy Bentham à Michel Foucault, et fait également écho au champ lexical du situationnisme. Et là on revient dans l’univers du Comité invisible.

Sur l’affaire de Tarnac proprement dite. Il se trouve que j’ai croisé certaines personnes de cette mouvance en diverses occasions, sans jamais faire partie directement de leur carnet d’adresses. J’évoluais à peu près dans les mêmes réseaux et la même nébuleuse dans les années 2000-2005, entre les squats, les revues, les collectifs et l’université de Paris 8 (Vincennes/Saint-Denis). Je me suis donc senti visé par l’affaire de Tarnac, dont le seul avantage a été de faire progresser la critique de la criminologie, en particulier dans sa forme actuarielle.

La science actuarielle consiste à calculer le potentiel de dangerosité et à prendre des mesures par anticipation. Sur ce sujet, il faut lire notamment Bernard Harcourt, dont voici l’extrait d’une interview sur le sujet :

« La dangerosité, écrivait il y a plus de 25 ans Robert Castel dans un livre prémonitoire intitulé La Gestion des risques ; la dangerosité, écrivait-il, est cette notion mystérieuse, qualité immanente à un sujet mais dont l’existence reste aléatoire puisque la preuve objective n’en est jamais donnée que dans l’après-coup de sa réalisation. Le diagnostic qui est établi est le résultat d’un calcul de probabilité ; la dangerosité ne résulte pas d’une évaluation clinique personnalisée, mais d’un calcul statistique qui transpose aux comportements humains les méthodes mises au point par l’assurance pour calculer les risques. D’où une nouvelle science (et retenez bien ce mot) : la science actuarielle. »

Globalement, la présomption d’innocence est inversée en présomption de culpabilité. Ce n’est plus au procureur d’apporter la preuve que vous êtes coupable, c’est à vous d’apporter la preuve que vous êtes innocent. Votre « dangerosité évaluée » et votre « potentiel criminel » suffisent à déclencher la machine judiciaire et à faire s’abattre sur vous le GIGN ou le RAID. La « menace terroriste », dont Julien Coupat et ses amis ont été accusés, s’inscrit complètement dans ce dispositif qui permet de criminaliser à peu près quiconque ne pense pas « correctement », tel qu’un Varg Vikernes, le Norvégien établi dans un village de Corrèze (lui aussi !) avec femme et enfants et suspecté de « nazisme ».

L’accusation purement médiatique autorise parfois le Pouvoir à tuer arbitrairement et sans procès, comme on l’a vu avec Mohamed Merah, qui n’a jamais été identifié légalement et formellement comme l’auteur des meurtres de Toulouse, mais qui a été pourtant bel et bien assassiné. Dans un état de droit, la culpabilité d’un accusé émerge au cours d’un procès équitable et contradictoire pendant lequel on apporte les preuves de la culpabilité si elles existent. Il semble que cela soit devenu superflu quant au traitement des prétendus « islamistes », que ce soit en France ou à Guantanamo. Pour tous ceux qui sont tués pendant leur arrestation, nous ne saurons donc jamais s’ils étaient coupables dans le monde réel, et pas seulement dans celui des médias !

Dans la série des montages politico-médiatiques visant à terroriser la population, passons rapidement sur l’affaire Clément Méric, dont l’objectif semblait être de faire exister une « menace fasciste » émanant d’une « droite radicale » pourtant très assagie. Et pour revenir à Tarnac, si le montage s’est effondré rapidement, c’est parce que les inculpés disposaient de soutiens dans l’intelligentsia parisienne ; sans cela, il y a fort à parier qu’ils seraient passés à la postérité comme des terroristes d’ultragauche avérés. Le cauchemar de science-fiction imaginé par Philip K. Dick et transposé au cinéma dans Minority report est devenu réalité. On pense aussi au chef d’œuvre absolu de Terry Gilliam, Brazil.

 

Pour vous, le contrôle des masses a profondément changé avec l’apparition de l’ingénierie sociale. Que recouvre ce terme selon vous ?

Il y a plusieurs définitions de l’ingénierie sociale. On peut les trouver en tapant sur Google. Certaines universités proposent un diplôme d’État d’ingénierie sociale (DEIS) et donnent quelques descriptions sur leurs sites. Il existe aussi de nombreuses publications, des articles sur la sécurité informatique, de la littérature grise, des manuels de sociologie et de management, des rubriques d’encyclopédies, etc.

Je propose la synthèse suivante de toutes ces définitions : l’ingénierie sociale est la modification planifiée du comportement humain.

Il est difficile de fixer une date précise à l’apparition du terme. En revanche, l’intuition qui est derrière, en gros la mécanisation de l’existence, remonte probablement à l’apparition des premières villes en Mésopotamie et dans l’Égypte pharaonique, vers 3000 avant J.-C. Je pense aux premiers centres urbains rassemblant plusieurs milliers de personnes dans une structure différenciée et néanmoins relativement unifiée sous un seul nom qui en définit les contours.

L’échelle du village et de l’artisanat n’est pas suffisante pour percevoir l’existence comme un mécanisme. Le passage des sédentaires ruraux aux sédentaires urbains a fait émerger la première représentation des groupes humains comme étant des objets automates, ou du moins automatisables dans une certaine mesure. En adoptant le point de vue surplombant qui était celui des premiers oligarques du Proche-Orient, une ville ressemble assez à une grosse machine : une horloge, ou un ordinateur, au risque de l’anachronisme. Quand les intellectuels de l’époque, c’est-à-dire les prêtres, ont eu sous leurs yeux les premières villes, donc les premiers mécanismes d’organisations humaines complexes, l’idée du contrôle et de la prévisibilité de ces mécanismes a nécessairement germé en eux. Quelques siècles plus tard, Platon invente le terme de cybernétique, ou l’art du pilotage. L’alchimie et la franc-maçonnerie sont les héritières spirituelles de ces premières observations, avec leurs métaphores physicalistes et architecturales récurrentes.

Le fil conducteur de cette tradition rationaliste en politique est la réduction de l’incertitude, qui est l’objectif poursuivi par tout gestionnaire de système. Quand il s’agit d’un système vivant, cet objectif peut avoir des effets sclérosants et meurtriers. Je ne suis pas loin de partager le point de vue radical de Francis Cousin, à savoir que nos problèmes ont commencé au néolithique !

Cependant, inutile de remonter aux chasseurs-cueilleurs pour retrouver le « paradis perdu ». L’échelle rurale et villageoise, voire la petite agglomération urbaine, me paraissent suffisants pour une relocalisation autogestionnaire satisfaisante qui permette d’éviter certaines pathologies du contrôle à distance. La nouveauté au XXe siècle vient de ce que l’on passe d’un contrôle social par l’ordre à un contrôle social par le désordre. L’ordre par le chaos.

Je fais remonter le projet concret de la gouvernance par le chaos à l’invention du « capitalisme révolutionnaire » entre 1750 et 1800, c’est-à-dire un capitalisme provoquant des révolutions pour faire avancer son agenda. Mais il a fallu attendre les années 1960 pour fabriquer le consentement total des masses au capitalisme en l’introduisant dans les mœurs sous les termes de « libertarisme » ou d’« émancipation des minorités ».

En France, l’événement fondateur de cet arraisonnement complet des masses par le Capital et sa gouvernance par le chaos fut Mai 68. Il faut voir le documentaire Das Netz, de Lutz Dammbeck, qui fait la jonction entre les projets de contrôle social issus de la cybernétique dans les années 1950 et l’émergence dix ans plus tard de la contre-culture pop anglo-saxonne, comme par hasard. Les preuves existent que la contre-culture était un outil du Capital pour produire de l’entropie sociale. On pense au financement de Pollock par la CIA, ou encore à ce que rapporte Mathias Cardet dans L’Effroyable Imposture du rap. À partir des années 1960, donc, une idéologie dominante fondée sur des principes d’anarchie, d’individualisme, d’anomie, d’hédonisme et de « jouissance sans entrave » s’est diffusée dans toute la sphère culturelle occidentale, préparant le tsunami de pathologies mentales et sociales qui nous submerge depuis les années 1980 : dépressions, vagues de suicides, violences conjugales, épidémie d’avortements de confort, enfant-roi hyperactif, délinquance juvénile, toxicomanies, criminalité sociopathe, obésité, cancers, pétages de plombs divers qui finissent en bain de sang, etc.

Cette idéologie dominante individualiste et an-archique, voire acéphale, commune à la gauche libertaire et à la droite libérale, n’a qu’un but : faire monter l’entropie, c’est-à-dire le désordre et le déséquilibre dans les groupes humains, pour les disloquer, les atomiser et améliorer l’asservissement des masses en rendant leur auto-organisation impossible. Diviser pour régner. Pousser les masses à « jouer perso », les éduquer au « chacun pour soi », pour enrayer la force des collectifs. Donc dépolitiser. En effet, le geste fondateur du phénomène politique consiste à soumettre la liberté individuelle à l’intérêt collectif. En inversant les priorités par le sacrifice de l’intérêt collectif sur l’autel de la sacro-sainte liberté individuelle, l’ingénierie sociale du Capital paralyse et sape ainsi toute capacité organisationnelle concrète. Comme on le voit, le capitalisme contrôle les masses par le désordre. Le véritable anticapitalisme, c’est donc l’ordre. La rébellion, la dissidence, la résistance, la subversion, c’est l’ordre.

(Fin de la première partie)

En vente sur Kontre Kulture :

Autour du sujet, chez Kontre Kulture :

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

15 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #532973

    J’ai adoré Gouverner par le Chaos et les différentes interventions de cet écrivain (méridien zéro, entretien...).

    Je lance un peu ça comme une bouteille à la mer mais pourquoi ne pas vendre Oliganarchy sur Kontre Kulture édité par nos camarades de Scriptoblog comme Manifeste pour briser les chaines de l’usure ?

    Merci pour cet entretien et hâte de lire la deuxième partie.

     

    • #533446
      le 21/09/2013 par Mauvais Karma
      Entretien avec Lucien de Gouverner par le chaos

      Entretien de fond qui cible avec justesse les pathologies qui nous gangrènent ; je suis impressionné par la précision de cet auteur qui en devient presque effrayant : une rationalité proche du calculateur numérique qui me gêne un peu mais qui a néanmoins le mérite d’éclairer.
      Son amorce de réflexion sur la technique au sens large du terme utilisée par tout pouvoir pour modifier le comportement d’un groupe est très stimulante.
      J’avais la naïveté de croire avoir beaucoup lu et pas mal réfléchi à ces questions...Le parcours intellectuel de cet auteur m’invite à vraiment plus de modestie.
      Merci à ER pour cet entretien et surtout merci de nous inciter à lire toujours plus ; contre cela "les monstres froids" qui prétendent nous gouverner ne peuvent rien.


  • tiens, un qui a presque tout compris.lol. on assassine l’humanité


  • #533077

    "Version revue et retouchée pour Égalité & Réconciliation"

    C’est-à-dire ?

     

  • #533167

    Gouverner par le chaos en commençant par gouverner par l’argent, baser sa puissance sur l’exploitation de l’être humain, c’est une honte absolue pour quiconque a la conscience. Et ce que cette Humanité asservie produit, et que nous consommons, nous remplit de déshonneur. Le marché transatlantique est le coup de grâce porté au Peuple de France comme aux Peuples d’Europe qui, au nom de leur survie, sont contraints de perdre, de sacrifier ce qui leur reste d’honneur. Notre ennemi commun ne lâchera rien, il s’est juré notre dislocation et il a le pouvoir financier pour servir ses desseins destructeurs.
    Peuple de France, réveille toi car l’heure est vraiment grave, tu es sérieusement menacé et il est grand temps que nous trouvions notre source de force, de courage et de dignité. À nous d’avoir notre propre puissance en nous unissant fraternellement et fermement face à cet argent dévastateur géré par des fous furieux. La gouvernance par le chaos est une agonie lente, interminable, douloureuse, c’est une véritable torture mentale, physique, psychologique et à moins que nous aimions souffrir le martyr, je ne vois pas pourquoi le Peuple de France accepterait ce destin horrible pour lui-même comme pour autrui. Soulève toi, Peuple de France, tant que tu as encore l’énergie pour le faire car, chaque jour qui passe nous rapproche de notre fin prématurée...mais surtout, honteuse, indigne et condamnable. Notre passivité est condamnable si nous sommes la création d’une entité Supérieure et louable si nous sommes des créatures soumises au pouvoir infernal de la puissance financière.
    Le chaos prévu pour nous doit devenir celui de nos tortionnaires.


  • #533208

    est ce qu’il existe une version anglaise de GPLC ou de son brouillon avancé ? il pourrait être intéressant de propager ce genre de textes au delà des frontières de la francophonie...

    dans la même veine, est ce qu’il est envisageable que quelqu’un (retour aux sources, KK) réédite, "consciences sous influence" de Stuart Ewans, le livre est absolument introuvable en français alors qu’il a visiblement exercé une grande influence sur toute l’équipe de scriptoblog...

     

    • #534071

      Réponse de l’auteur : il n’y a encore aucune traduction de GPLC. Pour Stuart Ewen, bonne nouvelle, mes contacts dans l’édition m’ont appris qu’un éditeur avait racheté les droits pour le republier en France dans les mois qui viennent.


  • #533353
    le 21/09/2013 par Gerard John Schaefer
    Entretien avec Lucien de Gouverner par le chaos

    De quoi a vraiment été victime un Clément Méric ? Aurait-il été incapable de comprendre cette première partie ? De surcroît, physiquement, c’était pas "Jason Bourne"...
    Ca promet, lol...


  • #533400

    Bonjour,

    J’interviens pour dire que j’ai beaucoup aimé cet article ; je suis moi-même issue de l’extrême gauche, et quand je lis ça, je suis très contente ; pour des raisons partisanes, certes, mais pas seulement. C’est surtout parce qu’il est question d’un article très bien construit, cohérent et intelligent. Et les références culturelles et historiques témoignent d’un esprit largement cultivé.

    Mes félicitations !!!
    Maryam.


  • Lucien !
    Quelle merveille ce livre je l ai decouvert 2-3 ans avt de decouvrir E&R, ca m a bcp aide a comprendre le vrai pouvoir


  • #533472
    le 21/09/2013 par MagnaVeritas
    Entretien avec Lucien de Gouverner par le chaos

    Je me suis toujours demandé qui étaient les auteurs de Gouverner par le chaos, le meilleur livre de la « dissidence » et le meilleur livre que j’aie lu, tout simplement.
    J’aurais bien aimé assister aux conférences de ce dénommé Lucien, mais ce n’était pas possible.
    Merci pour cet entretien.


  • #533502
    le 21/09/2013 par naoned bruno
    Entretien avec Lucien de Gouverner par le chaos

    "Comme on le voit,le capitalisme controle les masses par le désordre.Le véritable anticapitalisme,c’est donc l’ordre.La rébellion,la résistance,la subversion,c’est l’ordre ;"
    Que c’est bon !
    Je dit souvent"Dans le monde actuel,la correction est un acte de résistance."Mais votre phrase est bien meilleure.Je la note et la place dés que je peut !


  • #537917

    Une bonne introduction à Lacan : "Pour lire Jacques Lacan" de Philippe Julien Chez Points Seuil.


Afficher les commentaires suivants