Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

"Eric Cantona a raison sur le fond"

La parole à Gunther Capelle-Blancard, professeur de finances à la Sorbonne et directeur adjoint au Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII)

Cet appel à la ruée bancaire, c’est une initiative potentiellement dangereuse ?

Je doute que cela réussisse. Mais il a raison sur le fond. Même si on n’est pas d’accord avec Eric Cantona, sa démarche est cohérente. En ce moment, j’utilise même ses propos pour expliquer à mes étudiants l’instabilité intrinsèque du secteur bancaire. Il a raison de dire que si on retire tous notre argent des banques, alors ça conduira à la révolution. Maintenant, les gens sont raisonnables et, pour éviter l’effet boule de neige de tels mouvements de panique, il y a des garde-fous.

Quels sont-ils ?

Il existe notamment l’assurance des dépôts. En cas de faillite d’une banque, l’Etat assure les dépôts des particuliers à hauteur de 70 000 euros. Peu de gens ont des montants supérieurs sur leur compte, donc tout le monde est largement couvert.

L’ampleur prise par cet appel est-elle révélatrice d’une défiance envers les banques ?

Oui. Et c’est une défian ce tout à fait justifiée, par ailleurs. Les pouvoirs publics sont intervenus pour aider les banques qui ne le méritaient pas, car la situation aurait été pire si on ne l’avait pas fait. Cela a fait naître du ressentiment. Maintenant, je ne crois pas qu’il faille y répondre en appelant à une crise encore plus grande : il faut le faire en renforçant la réglementation bancaire.