Egalité et Réconciliation
https://www.egaliteetreconciliation.fr/
 
A A A
imprimer

Faut-il remonter la TVA dans la restauration ?

Nicolas Sarkozy avait baissé la TVA pour la restauration de 19,6 à 5,5%, avant d’être remontée à 7%. Un rapport parlementaire recommande de la remonter encore à 11 ou 12%, s’attirant les foudres de la profession, qui annonce des conséquences dramatiques pour l’emploi. Que faire ?

Un bilan en demi-teinte

Le bilan de la baisse de la TVA pour la restauration n’est pas brillant. Lors de l’annonce de cette baisse, réclamée à corps et à cri pendant le mandat de Jacques Chirac, la profession avait promis une baisse des prix et de nombreuses embauches qui ne se sont que très partiellement réalisées. Pour être honnête, il faut rappeler que cette baisse de la fiscalité est tombée en même temps que la plus grave crise économique depuis quatre-vingt ans, ce qui explique sans doute cela…

On peut raisonnablement penser qu’en l’absence de cette baisse de la TVA, de nombreuses affaires auraient fermé, licencié ou augmenté les prix. Il est bien évident que l’ampleur de cette aide fiscale au secteur de la restauration a permis des embauches supplémentaires, sans doute des rénovations de restaurants qui n’étaient pas possibles et quelques baisses de prix ciblés. Néanmoins, elle est également venue nourrir les profits de quelques grandes chaines…

Une réforme profondément injuste

Bien sûr, la restauration est un secteur lourdement taxé car il utilise beaucoup de main d’œuvre, et que les charges sociales pèsent sur le travail. Mais ce n’est pas le seul. D’innombrables activités, comme la distribution par exemple, ont les mêmes contraintes. Dès lors, pourquoi singulariser la restauration et lui accorder le taux de TVA des produits dits de première nécessité ? En effet, on ne peut pas vraiment dire que la restauration est une activité de première nécessité.

Il est bien évident que ce sont plutôt les ménages aisés qui vont au restaurant, quand les classes populaires n’ont clairement pas les moyens d’y aller. Pire, il est assez paradoxal de diminuer les taxes payés notamment par les touristes. Enfin, la restauration n’est pas une activité délocalisables où il existe un risque de départ des emplois ailleurs. Bref, en prenant un peu de recul, on se demande bien ce qui peut justifier que la restauration soit soumise à une TVA autre que 19,6%.

Pour une fiscalité simple et juste

Bien sûr, il ne s’agit pas de remonter brutalement d’un seul coup la TVA de 12,6 points, ce qui pourrait avoir des conséquences problématiques pour l’emploi. Néanmoins, le gouvernement devrait se mettre d’accord avec la profession pour mettre en place un retour progressif au taux de TVA normal car rien ne justifie que ce secteur économique bénéficie du passe-droit du taux de TVA des produits de première nécessité, quitte à ce que cela soit étalé sur un ou deux ans par exemple.

Pour être juste, une fiscalité doit être simple et ne pas accorder des avantages indus à des lobbies influents. Néanmoins, le cas de la restauration rappelle qu’il faut envisager une réforme en profondeur de notre fiscalité, qui fait peser la quasi totalité du financement de notre protection sociale sur le travail, dissuadant fortement les entreprises d’embaucher. J’ai toujours été un partisan de la TVA sociale, car, couplée à une réforme fiscale d’ampleur qui garantirait que les ménages modestes ne sont pas pénalisés, elle permettrait de baisser le coût du travail pour développer l’emploi.

Oui, la restauration paie beaucoup de taxes et de charges sociales. Mais elle n’est pas le seul secteur à être dans cette situation et sa position ne rend pas légitime le traitement de faveur accordé par Nicolas Sarkozy. Pour cette raison, je crois qu’elle doit de nouveau être soumise à une TVA à 19,6%.

 



Article ancien.
Les commentaires sont désactivés



Alerter

14 Commentaires

AVERTISSEMENT !

Eu égard au climat délétère actuel, nous ne validerons plus aucun commentaire ne respectant pas de manière stricte la charte E&R :

- Aucun message à caractère raciste ou contrevenant à la loi
- Aucun appel à la violence ou à la haine, ni d'insultes
- Commentaire rédigé en bon français et sans fautes d'orthographe

Quoi qu'il advienne, les modérateurs n'auront en aucune manière à justifier leurs décisions.

Tous les commentaires appartiennent à leurs auteurs respectifs et ne sauraient engager la responsabilité de l'association Egalité & Réconciliation ou ses représentants.

  • #250886

    Hier, je suis passé devant le coupé Mercedez neuf d’un petit bar de ma petite ville et j’ai pensé à cette mesure.
    J’ai décidé d’inviter plutôt mes proches à venir picoler chez moi, ça règle le problème.

     

    • On travail 16h par jours il m enquerraIs plus qu on roule en clio, ta raison reste chez toi viens pas user nos comptoirs


    • #252878

      Chr en dit long sur la mentalité de certains petits patrons...
      Si tu bosses 16h/jour pour avoir la merco, viens pas te plaindre. Belle vie.

      Dans mon entourage non plus, on va plus dans les bars.
      Par exemple, 3 euros le verre de vin issu d’une bouteille de même valeur, c’est du foutage de gueule.


  • #250894

    OUi, il faut l’augmenter. Déjà qu’on y mange de plus en plus mal, autant que ce soit de plus en plus cher. La restauration est une honte.


  • Interessant.
    à titre personnel, je ne suis pas un fan de la taxe qui relève d’une injustice flagrante facilitant, surement, les comptes d’apothicaires. Je ne connais pas les cas des bars et autres fastfood, cependant, il m’a été donné de voir, le comportement de certains restaurateurs. à côté l’usurier passe pour un donateur des bonnes causes, un signataire comme dirait l’autre.
    Pour moi, il y a la banque, le marketing et la restauration. Filons dorés.
    Je ne connais pas meilleur juriste que certains restaurateurs, plus à même de vous décrire la législation en vigueur que les composantes de leurs repas.
    Et que dire des effets d’aubaines ! la période estivale, c’est la syrie pour un lévy !
    J’inviterais d’ailleurs le fisc, si prompt à remuer la merde de certains, de s’intéresser à cette profession. Bien rentable, croyez-moi, un restaurant d’une trentaine de couverts, un festival à la ville au pont coupé, la moitié du CA en pti billets ... 7-7-7 !
    Ce qui soulève d’autant plus l’injustice de ceux des restaurateurs qui se lèvent le cul pour trois fois rien...


  • #251005

    Pardon d’abuser, mais j’ai une question : Un de mes amis, travaillant au "Syndicat des Restaurateurs" d’une grande ville m’affirmait qu’on n’était jamais obligé de payer son repas, même s’il était fini, s’il n’était pas bon. Seuls les alcools devaient être payés. Est-ce vrai ?

    Car dans ce cas, je n’ai pas l’intention de me gêner. Non pas pour profiter de repas gratuits, mais les boîtes de conserve de légumes, de poissons pré-cuits et réchauffés sous plastique à l’eau chaude, de côtes de boeuf pré-cuites, de desserts "maison" à 8,5 Eur dans des boui-bouis, de sauces chimiques, etc. etc. constituent de très loin l’essentiel des prestations qu’on peut nous servir actuellement.


  • #251192

    La restauration. Mort de rire. Toutes ces chaines de resto typé qui ont fleuris et qui nous servent de la merde à un prix honteux. Qu’ils crachent le pognon ou qu’ils nous servent réellement à becter. Quand on est plus capable de couper des patates fraiches c’est qu’on n’est pas un restaurant.

    Tout ça sert à une économie bien rodée, car implanté près de zone de bureau fournissant tout les petits cadres du tertiaire pour cracher leur ticket resto et ne même pas rendre la monnaie. Et c’est toujours plein à craquer.

    Les gens sont vraiment très con, car avec une bonne baguette fraiche et quelques artifices ont se tient tranquille l’estomac sans dépenser pour bouffer de la merde. On vit à une époque où les supermarché te vendent des fromages apéro pré-découpé (à 2x le prix du à découper soit-même). On te vend des mini-saucissons 3x le prix au kilo du saucisson normal à couper soit même en rondelle.

    Et en plus, tout est tellement bourré de chimie que le gout est de pire en pire. Le plus flippant c’est que la taille des légumes en grande surface ne cesse de croitre et ça ne semble inquiéter personne.

    Peuple de lobotome, quand tu finiras pas être irrité à force de trainer dans ton pipi, tu prendras peut être conscience que tout est devenu illusion mais ce jours là il sera peut être déjà trop tard pour faire marche arrière.

     

    • #251236

      Je ne me prononcerais pas sur le fait de la relever ou pas,
      mais je dois préciser que tous les restos ne se gavent pas, loin de là,
      les personnes n’ayant jamais travaillé dans ce domaine se rendent souvent difficilement compte que c’est un métier contraignant, stressant et fatiguant, quel que soit le poste occupé mais le plus important : souvent pour un bénéfice assez ridicule qui pousse à presser le citron des apprentis (le système est ainsi fait vous me direz) pour servir des plats du jour abordables pour des gens pressés meme lorsqu’ils sont en vacances.

      Ce qu’il faudrait surtout faire (et ça ferait pour le coup vraiment avancer le shmilblick), c’est comme en Italie d’exiger une étoile sur la carte en face de tous les produits surgelés ou préparés en poche bain marie.
      Là, beaucoup tomberaient de haut.

      Tous les restaurants - macaron, brasserie ou autre, tournent essentiellement avec par exemple 3 fournisseurs de ces "ingrédients" (ou plutot des éléments préparés), il n’y a que la proportion de frais dans le plat et évidemment le prix qui varie (entre la brasserie & le macaron) - le macaron se gave pas mal lui, mais la brasserie court toute la journée pour amortir la rentabilité de plats du jour essentiellement si ce n’est entièrement composé d’éléments "tout faits".

      Le tout est noyauté par des chefs qui ont été formés pour n’avoir recours qu’à ces meme produits préparés. Bien sur les patrons peuvent pousser (obliger ?) le chef a faire plus ou uniquement du frais, mais pas avec les légumes du petit producteur du coin - il faut les papiers pour l’administration et les normes - à nouveau, noyautage.

      L’"étoile surgelé" sur la carte serait présente à toute les lignes telle qu’elles sont actuellement dans la plupart des restos et cela renderait les clients tellement furieux qu’ils exigeraient du frais.

      La faute à eux aussi en partie car ils pourraient se douter que la jolie fleur de pommes de terre parfaitement découpée & assemblée a difficilement pu etre faite dans le temps de travail imparti (mais encore une fois il faudrait connaitre le métier de l’intérieur).
      Résultat, la fleur est assemblée en Thailande et comporte de l’huile de palme. Le chef est-il dérangé par cela ? Non, le client veux une belle assiette, vite servie, pas trop chère (cela dépend si c’est un macaron ou autre, mais je le répéte, les "éléments" sont reconnaissables d’un resto à l’autre).

      Bref, cela me semble aussi urgent si ce n’est plus que la tva, et je ne ne parle pas des ogm...


  • #251329

    Je tiens un restaurant, et je suis consterné par les clichés contre cette profession qui faitt fivre des millions de français...et d’étrangers !
    Non, il n’y a as que la classe aisée et les touristes qui vont au restaurant, le prolétaire français des campagnes y va aussi, beaucoup plus que vous ne le pensez. ( Je suis restaurateur dans une commune de moins de 1000 habitants
    Non, on ne vous fait pas bouffer que du surgelés et des conserves.
    L’augmentation de la TVA de 5,5 a 7, couplée à la crise,m’ont aobligé à embaucher 1,5 personnes de moins la saison passée.
    L’année prochaine, j’embaucherai encore 1 personne en moins.
    En moins de deux ans ma société sera passée de 14 a 15 personnes à 12 personnes.

    Dans un périmetre de seulement 4km de mon restaurant, en pleine campagne bretonne, le nombre d’hôtels et et de restaurants qui sont en liquidation judiciaire est juste effarant.
    Augmenter les taxes dans la profession : c’est mettre des centaines de milliers de gens au chômage..
    Augmenter les taxes et les impôts en temps de crise reviens à serrer la corde autour du cou des dizaines de milliers de mes collègues restaurateurs qui crèvent littéralement.
    Nous sommes à 80 heures de travailpar semaine au bas mot, en saison, 60 à 70 le reste du temps...
    Pourquoi ?
    Pour engraisser l’Etat-mafia, les traitres et les parias de la société ?

    Le reste n’est qu’idéologie.

     


    • Le reste n’est qu’idéologie.



      On m’aurait menti. Les restaurants congélos des villes n’existeraient pas et leurs prix de dingues ne seraient qu’une vue de mon esprit malade d’idéologie.
      .
      La prochaine fois que je décide d’aller au resto (une fois tous les dix ans pour pas être trop bobo) je prends mes petits sabots et direction la Bretagne. C’est loin mais, apparemment, c’est bon.
      .
      Trève de plaisanterie. Ton cas particulier est...particulier. On sait bien qu’on se fait tous enc... par nos maîtres et que ce ne sont pas les bosseurs de la France française qui sont le problème. Le souci aussi c’est que quand un Sarko baisse la tva tous les neuneus se pressent pour voter pour lui : clientèlisme électoral. Quand ça remonte on se demande pourquoi. Faut être neuneu.


  • Ok pour taxer à mort les restaurateurs qui ont remplacé leurs cuisiniers par des personnes chargées de passer au micro ondes les plats congelés.
    En revanche, en cherchant bien, on trouve encore des petits restaurants, souvent avec le patron en cuisine et la patronne au service, qui font honneur à la tradition de la cuisine française en servant des plats dont il ne fait aucun doute qu’ils ont été fait avec la passion des arts culinaires et le respect du client.
    Le pire, c’est que ça ne revient pas beaucoup plus cher qu’un affreux mac’do. J’en connais un qui fait le repas de midi à 100 francs et l’autre, ouvert que le soir, propose des menus qui enchantent réellement les papilles pour 160 francs.
    Ces deux là, ils devraient être exonérés de taxes au titre de la préservation du patrimoine. Le manque à gagner pourrait être rattrapé en augmentant la TVA chez les marchands de burgers par exemple...


  • #251673

    Et c’est les plus riches qui bouffent macdo et kebab ? La tva c’est pour tout le monde... Limiter la restauration aux classe moyennes c’est n’avoir rien compris. L’article oubli bien trop de donnees.

     

    • #252007
      le 01/11/2012 par philippe chatain
      Faut-il remonter la TVA dans la restauration ?

      la baisse de la tva au taux réduit n’a jamais existé seuls les produits achetés par le restaurateur à ce taux sont concernés
      l’alcool est facturé au taux plein
      la mesure couterait trois milliards
      c’est faux
      huit cents millions d’aide à l’emploi ont été supprimés
      la création d’une mutuelle obligatoire pour les salariés qui coute cinq cents millions à la profession est une arnaque
      il est en effet obligatoire de souscrire à la caisse malakoff méderic sans mise en concurrence
      les prestations de cette caisse sont donc de mauvaise qualité
      le patron de cette caisse se nomme guillaume sarkosy
      la désinformation est partout


    • #252646

      Pour le moment pour le client c’est 19,6 sur l’alcool et 7 sur la bouffe, donc la mesure a très certainement servie d’arnaque, mais en revenant sur 19,6 il faut s’attendre à une augmentation partout. Alors la l’arnaque sera complète. A la fin c’est toujours le même qui paie. (Petit patron, client...)
      Je bosse dans un restaurant et personne chez nous ne roule sur l’or, la cuisine y est bonne et le plat du jour à 9,5 le midi (rue Vaugirad dans le 6eme)... pour combien de temps.